DIVULGATION COSMIQUE Saison 18 épisode 4 : Randy Cramer, Plus profondément dans la Terre intérieure

Plus profondément dans la Terre intérieure

31 mars 2020
(Traduction Régis Fugier)
 
110938017_2965370150256013_448885333230222983_n


Emery Smith : Aujourd’hui sur Divulgation Cosmique, nous parlons d’êtres intraplanétaires avec Randy Cramer. Randy, bienvenue.

Randy Cramer :  Comment allez-vous, Emery ?

Emery : Bien, merci. Randy, il y a beaucoup de gens qui croient qu’il y a des êtres vivant dans la Terre intérieure, et pas seulement sur Terre mais aussi  à l’intérieur d’autres planètes. Que savez-vous de cela ?

Randy : Oh, il y en a absolument, et il s’avère que la structure en nid d’abeilles que nous avons sous la surface de la croûte, qui crée ces grandes poches, est quelque chose qui se produit souvent. La plupart des planètes ont une activité magmatique, une activité de roche fondue sous la surface, qui crée ces poches et les forme avec le temps. Donc, vous avez ces poches, dans certains cas, plus grandes que l’état du Nevada, des poches aussi grandes que vous ne pouvez pas voir d’un bout à l’autre.  Donc elles sont incroyablement à l’abri des forces destructives de surface. Donc, je veux dire, vous ne pouvez pas être anéanti par un ouragan, une tornade ou une inondation dans ces zones parce qu’elles sont protégées contre cela. Il n’est donc pas rare que des espèces se déplacent sous terre lorsque cela est nécessaire, ou simplement parce qu’elle en ont la capacité.

Et c’est un endroit plus sûr et plus protégé contre une force hostile ou une invasion. Dans certains cas, une force hostile pourrait atterrir à la surface d’une planète et envahir la surface, et ne pas être en mesure de trouver les entrées qui pourraient conduire à un lieu intérieur. C’est donc une position défensive très forte, à l’intérieur d’une planète.

Emery :  Donc, ce lieu a-t-il sa propre atmosphère ? Est-ce juste plein d’eau ? Ou s’agit-il d’une multitude d’atmosphères différentes?

Randy :  Cela varie un peu. Donc, de la même manière que nous avons les cavernes auxquelles vous pouvez accéder depuis la surface, qui peuvent avoir de l’oxygène respirable, ou de l’eau, ou du méthane, ou de l’ammoniac ou du chlore gazeux, vous avez donc autant de poches sous la surface que dans un nid d’abeille. Ainsi, vous pouvez avoir une grande poche où l’atmosphère est respirable, ou vous pouvez avoir une grande poche qui contient du chlore gazeux et vous tuerait si vous y étiez sans combinaison environnementale. C’est un environnement incroyablement varié là-bas, plus varié que les gens ne l’imaginent.

Emery : Maintenant, dans un épisode précédent, vous et moi parlions de ces êtres grands et étranges, et de choses qui vivent là-bas, et les téléspectateurs ont écrit et ils ont dit que si jamais je vous ramène dans cette émission, allons-y profondément ici, et aucun jeu de mots ne vise ce qui est là-bas.

Randy : OK. Ce sont des géants.

Emery :  Et qui sont-ils et pourquoi sont-ils ici ?

Randy : C’est un mécanisme de défense naturel de la planète. Ils sont ici depuis plus longtemps qu’aucun d’entre nous, ou même avant les dinosaures. Ce sont des créatures qui remontent potentiellement à des millions d’années et qui y vivent depuis très, très longtemps. Ma rencontre personnelle avec eux est qu’ils sont très intelligents. Ce ne sont pas des animaux ou des bêtes inintelligents. Mais en les regardant, vous pourriez les appeler des monstres. Et je vous garantis qu’une créature vivante de 60 à 90 mètres de haut, vieille de plusieurs milliers ou millions d’années, a une conscience qui défie probablement la compréhension que nous avons vous et moi de toute façon.

Emery :  Vous dites qu’ils sont là depuis des millions d’années ?

Randy : Oui. Probablement même peut-être depuis le début de la planète.

Emery :  Pourriez-vous me donner un exemple de ce à quoi ressemble l’un de ces géants ?

Randy : Bien sûr. Je n’ai eu qu’une seule expérience personnelle que je peux raconter. Bien que j’aie été informé sur le sujet et que je puisse décrire quelques autres choses, je n’ai qu’une seule expérience personnelle pour laquelle j’étais là, vu de mes propres yeux et expérimenté avec mes cinq sens. Donc, si vous voulez imaginer quelque chose qui ressemble à un grand primate à fourrure, peut-être comme un paresseux qui marche sur ses mains et qui est couvert de cheveux qui ressemblent à des dreadlocks géantes.


gzoant10


Et si vous pouvez imaginer une mèche de cheveux tissés d’environ 90 cm à 1,20 m de diamètre ou plus et de plus de 30 m de long, cela commence à fouetter l’air, et ce n’est pas comme se faire frapper avec une dreadlock. Celle-ci est comparable à un câble de 20 tonnes. Il a donc la capacité de tourbillonner et de faire tourner son corps de telle sorte que ses dreadlocks volent et assomment les avions si vous essayiez de l’attaquer avec des hélicoptères, des jets ou quelque chose du genre. Cela pourrait faire tomber un avion du ciel, ou probablement écraser un char, ou quelque chose comme ça.

Emery : À votre avis, quelle taille exactement pourriez-vous estimer ?

Randy :  Je pense qu’il mesurait probablement 80 mètres de haut. C’est définitivement dans les poches profondes, très profondes. Nous considérons donc le réseau dans lequel certaines de ces autres espèces sont plus petites, plus de notre taille, nous l’appelons souvent le réseau Agartha. Mais il y a un ensemble de poches encore plus profondes et c’est là que ces géants vivent.

Emery : Comment atteignent-ils une taille aussi extrême et pourquoi ne les voyons-nous pas à la surface ?

Randy : Eh bien, je pense que nous parlons d’un temps d’avant les dinosaures lorsque les plantes et les animaux étaient encore plus gros. Donc, je pense qu’ils viennent d’une époque où la vie biologique était vraiment plus grande. Je veux dire… si nous avions un brontosaure que nous pourrions créer génétiquement et lui donner vie, il mourrait de faim, car il n’y a tout simplement pas de plantes suffisamment grandes pour qu’il puisse manger. Il aurait besoin d’une plus grande source de nourriture, d’une plus grande végétation.

Emery : Et la teneur en minéraux était beaucoup plus élevée à l’époque, et l’atmosphère était plus épaisse, donc le rayonnement, vous savez…

Randy : Il faut penser à tous les facteurs qui dicteraient à quoi ressemblerait la vie biologique et quelles seraient ses caractéristiques de survie.

Emery : Pensez-vous qu’ils ont des poumons et qu’ils respirent l’atmosphère là-bas ?

Randy : Vous pouvez les entendre respirer lorsque vous êtes près d’eux. C’est l’une des caractéristiques distinctives.

Emery : Et les odeurs. Avez-vous remarqué des odeurs ?

Randy : Oh oui. Vraiment, comme le primate le plus puant que vous puissiez imaginer, car il est très grand. Je ne sais pas s’ils se baignent (rires). Mais c’est très malodorant.

Emery : Quelle en a été votre expérience personnelle ?

Randy : Je ne sais pas à quel point je suis à l’aise de discuter de cela de manière complète et complexe. Disons simplement que c’est devenu une exigence pour moi que je devais me rendre à un certain endroit, qui se trouvait à travers cette étendue. Et la seule façon pour moi de traverser cette étendue, c’était à pied. Et c’est une histoire compliquée d’expliquer comment tout cela s’est passé, mais, oui, il se passait quelque chose là-bas.

Emery : Était-ce positif ou négatif ?

Randy : Très positif, mais terrifiant en même temps.

Emery : Y avait-il d’autres personnes avec vous ?

Randy : Non. Aucune que je puisse voir ou que je connaisse. C’était très sombre. Mais je pense que ce n’est pas un endroit où les humains ou d’autres êtres voudraient aller, parce que vous seriez piétiné. Je veux dire, quand vous réalisez que vous entrez dans une caverne où vous êtes si petit par rapport à quelque chose qui est si grand, c’est terrifiant, parce que tout d’un coup vous réalisez que vous pourriez être piétiné à tout moment ici. C’est donc un tout autre type de problème biologique. Cela m’a en quelque sorte donné l’impression d’être une souris quand elle traverse la cuisine. (Rires)

Emery :  Oh mon Dieu. Avez-vous établi un lien avec ce géant, ou étiez-vous simplement très prudent lorsque vous marchiez dans cette étendue de la Terre intérieure ?

Randy : Oui, je devais m’asseoir et faire un exercice méditatif pour communiquer avec un être qui répondait à ma demande d‘être ici. Et c’est lui qui est venu.

Emery : Comment l’avez-vous vu là-dedans. Était-il  éclairé ?

Randy : C’était incroyablement sombre. J’avais peut-être, avec la source lumineuse que j’avais, un rayon de visibilité de 6 à 10 mètres tout au plus. Je pouvais voir, mais pas très loin.

Emery : Avez-vous pu vous approcher et toucher cet être ?

Randy : Oui. J’ai attrapé l’un de ces gros cheveux géants et je l’ai traversé pour pouvoir avancer sur mon chemin.

Emery :  Et vous l’avez traversé comme une puce sur un chien essayait d’arriver quelque part. (Rires)

Randy : Oui. Mais avec sa permission. Je ne pense pas que j’aurais été autorisé à le faire sans sa permission. J’ai donc dû demander gentiment, et il était apparemment cool avec ça.

Emery : Quel était le but de traverser cette zone ? Était-ce simplement parce qu’il n’y avait aucun moyen de le traverser, parce que vous êtes tout simplement trop petit  ?

Randy : Oui, il n’y avait aucun moyen d’avoir un véhicule, il fallait marcher, et on m’a dit que c’était le protocole, que s’il fallait faire ce voyage, c’était de cette manière qu’il fallait le faire.

Emery : Donc le protocole est venu de qui et d’ où ? Juste de votre formation ?

Randy : De mes supérieurs, mais mes supérieurs ont obtenu les informations des Raptors.
 
111001750_2965375986922096_8100168847803105496_o

Emery : Y avait-il du feuillage dans la région, ou quoi que ce soit d’autre qui ressortait, comme des lacs, des rivières ou des chutes d’eau ?

Randy : Cela semblait être une caverne incroyablement grande et vide, et de roche sombre. Je n’ai pas vu ni senti l’eau, la végétation de quelque nature que ce soit dont je me souvienne.

Emery : Vous ont-ils débriefé sur ce que cette créature géante faisait là-bas ?

Randy : Eh bien, je dirais que j’ai eu un débriefing. Je ne sais pas si j’ai eu le débriefing complet, mais j’ai eu un débriefing sur le sujet.

Emery : Y en avait-il d’autres là-bas ou était-ce juste cette seule créature ?

Randy : Il y en avait beaucoup d’autres. La plupart d’entre eux, je ne pouvais pas les voir, mais je pouvais entendre les pas, très forts, et, encore une fois, la respiration. Alors imaginez être dans le noir et entendre quelque chose marcher et respirer qui est si grand que vous pouvez sentir chaque pas, et vous pouvez sentir l’air chaud quand il expire. Un air chaud puant.

Emery : Je sais que vous deviez deviner parce que vous ne pouviez pas voir. Mais combien pensez-vous qu’il y en avait ?  

Randy : J’imagine des dizaines ou peut-être des centaines.

Emery : Et quel type d’uniforme ou d’équipement de protection portiez-vous ?

Randy : Presque aucun, pour être honnête avec vous. Joli uniforme de style BDU standard.

Emery : Aviez-vous un équipement spécial sur vous ?

Randy : Rien de particulier, je n’étais autorisé à rien d’autre qu’une lampe de poche. On m’a dit que si je portais une arme, je pourrais être considéré comme une menace et être piétiné. Je n’ai donc reçu aucune arme d’aucune sorte, ni un couteau, ni rien.

Emery : Comment vous sentiez-vous à ce moment-là ?

Randy : Comme je disais, j’étais terrifié.

Emery :  Cela devait être une mission importante.
Randy : Oui, très importante.  La vie ou la mort.

Emery : Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Randy : Non, désolé.

Emery : OK.  Eh bien, ces êtres semblent assez incroyables. Avez-vous été dans d’autres parties de la Terre Intérieure où il y avait plus d’êtres humanoïdes ou d’extraterrestres que vous rencontriez de temps en temps ?

Randy : Oui. Comme je l’ai dit, dans la couche la moins profonde du réseau Agartha, il y a ces gens que nous considérons en quelque sorte comme les post-Atlantes. Ainsi, lorsque l’Atlantide a éclaté, beaucoup de gens sont allés aux quatre coins de la Terre, ainsi que sous terre. Donc, un bon nombre de ce que nous considérons comme ces grands Nordiques ressemblent vraiment à des ancêtres atlantes.

Emery : Voyons donc ces autres êtres et certains de ceux avec lesquels vous avez travaillé. Sont-ils également plus avancés que nous ou sont-ils plus primitifs ?

Randy : Je dirais que la plupart d’entre eux sont aussi avancés ou plus. Ce que nous constatons, c’est que différentes espèces de différents endroits se concentrent différemment sur différentes technologies, de sorte que vous ne passez pas nécessairement d’un endroit à l’autre et ne trouvez pas des progrès uniformes. Vous pouvez trouver différentes manières. Les différentes espèces utilisent la technologie de régénération cellulaire. Les différentes façons dont les espèces utilisent l’ordinateur, la technologie de stockage de la mémoire. Différentes façons dont ils utilisent pour créer des sources de lumière, des sources de chaleur. Donc, vous avez tellement de façons différentes dont l’empreinte digitale d’une espèce voyage en quelque sorte avec la technologie qu’elle utilise. C’est une question intéressante à poser, car je dirais que si une partie de la technologie dont disposent certaines de ces espèces est clairement plus avancée que celle que nous utilisons actuellement, ce n’est pas le cas pour d’autres.

Ainsi donc, beaucoup d’espèces développent quelque chose et se disent : OK, c’est bien. Et puis s’il n’est pas nécessaire de développer quelque chose au-delà, parce que c’est complètement fonctionnel, alors ils ne le font pas. Donc, encore une fois, nous trouvons parfois des choses sur lesquelles nous avons des décennies ou des siècles de retard par rapport à certaines espèces qui ont une technologie plus avancée et que nous essayons toujours de comprendre comment la faire marcher.

Emery :  Pouvez-vous nous donner des comparaisons ou expliquer en quoi consiste une partie de cette technologie ?

Randy : Oui, je veux dire, donc, ces grands Nordiques utilisent une technologie de régénération qui est essentiellement un lit de cristal. C’est comme un lit et une chambre de cristal géants, et vous y faites glisser quelqu’un. Et puis, ils réfractent un peu de lumière à travers le cristal. Et là, il fait quelque chose de super magique et restaure tout et n’importe quoi. C’est très intéressant.

Emery : Avez-vous étudié cette technologie de régénération ?

Randy : Je n’ai pas eu d’expériences avec eux mais je les ai vu.

Emery :  Entrons donc plus en détail sur ces grands êtres nordiques. A quoi ressemblent-ils ?

Randy :  Je dirais qu’ils ont tendance à mesurer 2 m environ. La variation de la couleur des yeux a tendance à être des couleurs bleues, vertes et plus claires. Ils n’ont pas des pupilles brun foncées ou de couleur plus foncée, en tout cas. Ils ont tendance à avoir des couleurs plus claires.


nordic10


Une partie d’entre eux vivent probablement aussi sous terre. Une partie de leur peau pâle est probablement due à cela. Même s’ils ont ces dispositifs de fusion artificielle, qui est essentiellement un soleil artificiel coincé quelque part dans le plafond, ce n’est souvent toujours pas tout à fait la même chose que de vivre à la surface. Ils ont tendance à porter des robes, ce qui est l’usage intergalactique standard, car c’est plus facile à fabriquer. C’est confortable. Ils ne sont pas si à la mode.

Emery : Quelle forme ont-ils ? Sont-ils plus ronds, plus maigres ?

Randy : Ils me semblent en fait très maigres et secs, ils n’aiment pas avoir beaucoup de masse musculaire ou de développement musculaire. Je présume, mais je peux me tromper, que dans un match de lutte avec l‘un d‘entre eux, je gagnerais haut la main . Mais je ne suis pas sûr que ce soit exact à 100%.

Emery : Que mangent-ils et quelles sont leurs coutumes ?

Randy :  Régime principalement végétarien, apparemment. Ils aiment cultiver leur propre nourriture et manger principalement des matières végétales, des champignons, des fruits, des trucs comme ça. Ils ne sont pas portés sur la viande.

Emery : Comment cultivent-ils cette nourriture sous terre sans soleil ?

Randy : Encore une fois, appareil de fusion artificielle, qui agit comme un soleil, pour que vous obteniez une lumière à spectre complet qui puisse faire pousser des plantes, des épinards, du brocoli, etc.

Emery : Oui, j’ai eu accès à de nombreux livres blancs de là-bas indiquant qu’ils utilisent la chimiogénèse, qui sont les produits chimiques et les minéraux de la Terre pour maintenir la vie. Maintenant, ces êtres connaissent-ils d’autres êtres de la Terre Intérieure, et interagissent-ils avec eux, ou sont-ils simplement en quelque sorte compartimentés dans cette partie de la planète ?

Randy : Oh, ils sont assez conscients des autres. Il y a un certain territorialisme, donc il y a généralement des régions dans lesquelles vivent les Nordiques et les Raptors. Par contre, les Raptors n’aiment pas voir les autres personnes sur leur territoire. Il ne vous est donc pas conseillé de vous promener sur leur territoire, car vous pourriez vous retrouver au menu.

Emery : Pourquoi pensez-vous qu’ils sont là ?

Randy : Oh, ils sont là depuis plus longtemps que nous. Ils sont issus de certaines espèces de dinosaures, ils ont donc évolué des centaines de millions d’années ici avant nous.

Emery :  Ont-ils – et là, je parle de tous les êtres que nous avons mentionnés, et vous pouvez commencer par n’importe lequel d’entre eux – ont-ils accès à la surface de la Terre ? Y a-t-il un moyen pour eux de monter ?

Randy : Oui. Ils ont un accès, mais de la même manière que tout le monde à la surface ne peut pas descendre, tout le monde qui vit en bas ne peut pas monter. Il y a donc une barrière. Vous devez être autorisé à descendre en bas, et vous devez être autorisé à monter à la surface.

Emery :  Lors de l’une de mes enquêtes que j’ai menées par moi-même, lorsque j’étais plus jeune dans l’armée, j’essayais de comprendre comment ces créatures marines géantes traversaient les océans de la Terre. Connaissez-vous des systèmes de sentiers géants sous l’eau, sous la Terre, qu’ils pourraient traverser ?

Randy : Oui, absolument. Je ne suis pas sûr de la date exacte mais la NASA avait annoncé qu’ils avaient  découvert des océans d’eau douce sous les océans et qui contiennent plus d’eau que les océans.


ocean_10


Il doit donc y avoir un système circulatoire là-bas, et il doit y avoir des façons d’entrer et de sortir. On spécule depuis très, très longtemps qu’il y a un trou au fond du Loch Ness, et c’est ainsi que Nessy continue de monter et de descendre, passe en fait par l’un de ces plus grands tunnels dans une autre zone aquatique. Ils utilisent donc très probablement ces canaux, qui, je pense, n’ont pas encore été pleinement découverts et explorés par les scientifiques sous-marins, c’est certain.

Emery : Et les autres planètes ? Vivent-ils sous la surface ? Est-ce une chose courante dans tous ces autres endroits ?

Randy :  Je ne dirais pas que c’est du 100%, mais ce que nous constatons en voyageant, c’est que plus nous recherchons des espèces souterraines et des développements souterrains, plus nous les trouvons. Cela s’avère donc tout aussi courant, sinon plus, que la vie civilisée en surface.

Emery : Et pourquoi pensez-vous qu’ils se dirigent tous vers l’intérieur de ces planètes. Est-ce une question de sécurité ?

Randy : C’est beaucoup plus sûr. Si vous pensez à la façon dont la civilisation est au caprice de l’environnement, donc les tornades, les ouragans, les inondations, les tempêtes, les événements météorologiques, un météore frappant le sol, ce sont toutes des choses qui peuvent gravement endommager la vie à la surface alors qu’elle tente de grandir ou évoluer, et aucune de ces choses n’affectera une civilisation qui se trouve à 30 km  sous la surface.

Emery : Maintenant, vivent-elles des réalités plus séparées, ou sont-elles en quelque sorte intégrées les unes aux autres, toutes ces différentes espèces ?

Randy :  Encore une fois, je dirais qu’ils ont un territoire différent. Donc, avec leurs territoires partagés, ils ont une sorte de compréhension commune de ce qu’est la réalité pour eux-mêmes. Et si c’est quelque chose de plus isolé, alors c’est leur territoire, et comment ils voient leur réalité là-bas.

Emery :  Et à quel point est-ce différent de vivre en surface par rapport à vivre sous terre ?

Randy : C’est assez phénoménal et assez étonnant à certains égards. Les villes et le développement sont, à certains endroits, hors du commun par rapport à ce que nous avons en surface ici.

Emery : Alors ils ont la technologie pour aller parmi les étoiles ?

Randy : Oh, il y a ce qu’on peut appeler des « spatioports » qui se connectent, dans certains cas, dans des volcans évidés juste sous la surface. Dans certains cas, les vaisseaux peuvent descendre dans l’océan puis à travers les tunnels océaniques. Et certains de ces tunnels mesurent presque 1 km de large. Donc, certains vaisseaux pourraient les traverser.

Emery : Qu’est-ce qui les empêche de venir nous voir lors d’un événement de masse ?

Randy : Protocole, pour la plupart.

Emery : Qui a écrit ce protocole ?

Randy : Leurs ancêtres, sans doute. Et donc, ils suivent ce que leurs ancêtres leur ont dit, à savoir de ne pas s’entremêler à la surface. Pour la plupart de ceux qui vivent sous terre, comme ceux qui vivent hors du monde, ceux d’entre nous qui vivons à la surface sont souvent appelés les «habitants de la surface puants», de sorte que nous ne sommes pas souvent très appréciés. La population massive à la surface est souvent considérée par certains comme primitive, stupide et agressive. Donc, une partie de cela est le protocole, et une autre partie est pourquoi voudriez-vous y aller de toute façon puisque vous les considérez un peu trop négatifs, trop puants ?

Emery : D’autant que nous ne faisons que mettre toutes ces ordures sur la surface où que nous allions.

Randy : Oh oui.

Emery : Et est-ce différent dans la Terre intérieure, comme les zones climatiques que nous avons en surface ? Nous avons des endroits qui sont polaires, nous avons des régions subtropicales, voyez-vous cela là en bas ?

Randy : Il y a une certaine variation de température, une variation d’humidité et il y a également des cavités suffisamment grandes pour que les nuages se forment et que la pluie tombe. Donc, si vous voulez penser à l’une des choses les plus étranges à vivre, c’est d’être dans une caverne souterraine où il pleut.

Emery : Avez-vous quelque chose de bioluminescent là-bas qui donne réellement de la lumière dans ces cavernes ?

Randy : Oui. Il y a en fait pas mal de plantes, de micro-organismes et de minéraux dans les roches qui peuvent faire cela. Ainsi, selon l’endroit où vous vous trouvez, vous pouvez souvent vous promener à travers la lueur subtile des micro-organismes phosphorescents, bioluminescents, des plantes, et encore une fois, des minéraux.

Emery : J’ai remarqué à travers de nombreux piratages de biogènes en ligne qu’ils avaient pris l’ADN des méduses, cette lueur, et l’ont placée dans des chiens, des souris et des rats, et ils brillent maintenant. Je ne pense donc pas qu’il soit si exagéré de croire que ces êtres pourraient s’adapter génétiquement à leur environnement.

Randy : Eh bien, certains d’entre eux sont là depuis si longtemps, ce qui veut dire qu’ils n’étaient pas génétiquement modifiés et terraformés ces espaces internes, ou vivant dans des espaces qui ont été conçus ou terraformés avant même leur arrivée.

Emery : Alors, quelles sont les autres espèces, en plus de celles que nous venons de mentionner, que vous connaissez ?

Randy : Eh bien, nous savons que nous avons également nos propres espèces d’insectoïdes indigènes. Les indiens Hopis ont une histoire sur un désastre qui est arrivé sur le monde de la surface, et ces êtres fourmis sont venus les aider et les ont emmené avec eux dans les mondes souterrains pendant un certain temps pour les protéger. Et puis, ils les ont ramenés à la surface quand il n’y avait plus de danger.
 
110905303_2965380226921672_3144308041958874077_n
 
111373780_2965384136921281_1411669291833733718_n

Donc, oui, nous avons absolument une espèce insectoïde indigène dans la Terre intérieure. Ils restent pour la plupart entre eux. Mais, évidemment, de temps en temps, ils viennent à la surface et interagissent avec nous.

Emery : Où sont ces endroits pour entrer dans ces zones souterraines où vivent ces insectoïdes ?

Randy : Il y a en fait des entrées partout dans le monde. Certaines d’entre elles sont sous l’océan. Certaines d’entre elles traversent des systèmes de cavernes. Mais gardez à l’esprit que vous pourriez vous retrouver dans une caverne en marchant et être juste devant une entrée et toucher un rocher solide, car pour vous, c’est du rocher solide.

Emery : Je comprend.

Randy : Mais pour quelqu’un de l’autre côté, c’est un hologramme. Et donc, se déplacer dans un hologramme n’est pas si difficile si vous savez que c’est un hologramme et si vous savez comment désactiver la barrière. Mais si vous ne savez pas que c’est un hologramme, alors c’est du rock, et vous n’allez pas y arriver.

Emery : J’ai vu beaucoup de vaisseaux et d’appareils comme celui-ci qui sont tellement organiques que vous allez marcher juste à côté, vous ne sauriez jamais que c’est ce que c’est.

Randy : Oui, des gens qui sont des spéléologues auraient pu être dans une caverne et se tenir juste à côté d’une entrée sans savoir que c’était là. Parce qu’en fin de compte, à moins d’avoir la permission ou de savoir comment ouvrir la porte, vous n’êtes pas autorisé à y entrer.

Emery : En ce qui concerne ces insectoïdes, ces gens qu’on appelle le Peuple Fourmi, ont-ils une reine ? Est-ce qu’ils pondent des œufs ? Ont-ils des familles ? Comment ça marche ?

Randy : C’est une mentalité de ruche d’après ce que je comprends, et ils ont soit une grande reine, soit un grand roi. Il est possible – ce que peu de gens savent – qu’une ruche insectoïde soit dirigée par un mâle suprême ou une femelle suprême. Chez nos insectes à la surface, il n’y a pas nécessairement ce principe universel mâle/femelle, roi/reine. La reine, c’est quelque chose que nous avons tendance à voir reproduire dans la vie des insectes ici sur la planète. Mais quand vous parlez des espèces les plus évoluées, il s’avère qu’elles peuvent en fait aller dans les deux sens.

Emery : Mm-hmm. Intéressant. Parmi tous les autres êtres du monde intérieur, y a-t-il des points communs que vous avez vous-même remarqués entre eux ?

Randy : Je veux dire, certainement ce sens plus grand de l’existence, parce que la plupart d’entre eux ont vécu là-bas pendant très, très, très longtemps, et ont eu une civilisation continue beaucoup plus longtemps que ce que nous avons ici. En surface, la civilisation monte et descend et remonte et redescend. Sous terre, c’est plus une montée régulière, car, encore une fois, il n’y a pas ces événements d’extinction désastreux qui continuent de se produire. Ils peuvent donc continuer dans le temps pendant de longues périodes. Ils ont donc enregistré une histoire qui remonte à des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers d’années.

Emery : Diriez-vous qu’ils sont plus conscients que nous et ont évolué plus que nous ?

Randy : Je dirais pour la plupart. Je ne dis pas que cela signifie qu’ils ont plus de potentiel que nous. Il semble y avoir une cohérence dans la compréhension que les humains terrestres qui vivent à la surface ont l’un des plus grands potentiels d’êtres dont nous sommes conscients, et nous avons un certain nombre d’êtres avancés qui nous le disent.

Je pense que beaucoup d’êtres qui vivent sous terre ont évolué d’une ligne continue depuis très, très longtemps qui n’a pas le même potentiel. Leur développement est donc plus élevé, mais leur potentiel n’est pas nécessairement aussi élevé que le nôtre. Alors donnez-nous juste 1000 ans et nous pourrons tous les surpasser.

Emery : Y a-t-il un moment dans l’avenir où vous croyez que nous aurons une interaction avec eux ?

Randy : Oui ! Absolument. Je dirais que lorsque nous franchirons enfin le gouffre de la divulgation, ce ne sera pas trop loin d’interagir avec ces espèces également. Et il y a certainement des gens qui interagissent avec eux maintenant, et qui interagissent avec eux depuis des décennies. C’est juste à très petite échelle. Je pense donc que lorsque nous ouvrons les passerelles de voyage dans les deux sens, et ainsi de suite, cela pourrait leur ouvrir de nombreuses opportunités de communiquer et d’interagir avec nous.

Emery : Je sais qu’il est difficile de juger de cela. Je n’aime pas quand les gens me demandent quand cela va-t-il se passer ? Mais y a-t-il un laps de temps, à cause de votre expérience, que vous voyez venir dans un proche avenir, que vous pourriez dire au public ?

Randy : Normalement, je n’aime pas non plus donner des délais. Mon général de brigade m’a cependant dit cette année que c’est parfaitement d’accord pour commencer à dire que nous devrions nous attendre à un événement de divulgation dans les 6 à 24 prochains mois. Si ça se fait pas dans les 24 mois, je serai choqué et surpris. Si c’est moins de six, je serai aussi choqué et surpris, mais il semble que la probabilité la plus élevée se situe quelque part dans cette fenêtre.

Emery : C’est très bientôt.

Randy : Maintenant que se passe-t-il après ? Bonne question, car tout va changer. Il n’y a donc vraiment pas moyen de prédire ce qui se passera après cela. Mais je pense que nous sommes si proches de ça, que je peux le goûter au fond de ma gorge.

Emery : Eh bien, Randy, c’est un autre événement passionnant aujourd’hui d’être avec vous. Merci beaucoup d’être venu dans l’émission.

Randy : Merci beaucoup de m’avoir reçu.
 

*****************
 

 


Partagé par http://www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.

Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme.


En contrepartie de votre abonnement mensuel, vous avez accès aux Vibr’Ateliers proposés en don du Cœur dans la boutique (voir menu boutique)

GRATITUDE INFINIE ET ILLIMITEE A TOUS

Autre possibilité de soutien, cliquez ci-après : Campagne de soutien permanent sur Gofundme https://gf.me/u/ysawj4 et sur Tipeee : https://fr.tipeee.com/eveilhomme

Rejoignez-nous sur les nouveaux médias sociaux !!! CLUB VK – https://vk.com/club175930391 ; PROFIL VK : https://vk.com/nturban ; CHAÎNE ODYSSEE : odysee.com/@Eveilhommme ; Page MeWe : https://mewe.com/p/eveilhomme ; Profil Mewe : https://mewe.com/i/nicolaseveilhomme ; Groupe Telegram : t.me/jointchat/T6CYFfcPSPCVOwF4

N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me

Eveil Homme

Chercheur spirituel et métaphysique, je suis en contact depuis plusieurs années avec des êtres galactiques. L'objet de ma démarche est d'informer les personnes intéressées par les questions liés aux nouvelles fréquences de réalité : ascension terrestre, éveil et chemin spirituel, nouvelles réalités, contactés extraterrestres et galactiques, être de lumière, divulgation, technologies nouvelles et ésotériques

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
%d blogueurs aiment cette page :