Divulgation

Un Ingénieur de vol dans l’Armée USA parle d’OVNIs en Antarctique

Un ingénieur de vol de l’US Navy parle au sujet d’Ovnis et de l’accès à une base présumée d’aliens dans l’Antarctique – Linda Moulton Howe

En 2012, de nouvelles photographies ont révélé des formations dans le paysage. 

Sept différents pays ont réclamé des territoires en Antarctique, pourtant c’est l’un des endroits les plus restreints au monde. Actuellement, il y a 68 bases internationales, dont beaucoup exige des permis ou des autorisations spéciales de visite. Ces bases ne sont pas occupés que par des scientifiques, mais également par des militaires. 

La station de McMurdo en Antarctique, située sur la péninsule Sud de Ross Island, c’est le plus grand centre de recherches du continent. Il a été ouvert par le gouvernement US en 1956 et abrite jusqu’à 1200 résidents. 

En janvier 2015, un ingénieur de vol de la Marine Américaine, qui a servi avec l’escadron de développement en Antarctique à McMurdo pendant 14 ans, est venu au-devant de la journaliste d’investigation, Linda Moulton Howe, avec des récits étranges du temps passé en Antarctique.

Un mécanicien de bord de l’US Navy aurait vu des disques d’argent et l’entrée à d’une présumée base extraterrestre en Antarctique en collaboration avec des humains.

Dx8JC3XUYAAek06.jpg

Linda Moulton Howe : « J’ai reçu un Email d’un retraité, un ingénieur de vol de la Marine. Il m’a demandé de l’appeler seulement ‘Brian’ en public. Et il m’a dit : depuis 1983, jusqu’à ce qu’il prenne sa retraite de la Marine en 1997, il était impliqué dans toutes sortes de choses, de ce qu’ils appelaient des missions d’expédition d’escadre en Antarctique, cela comprend des gens à secourir à divers endroits.

Durant tous ces voyages, rien d’étrange ne s’était produit. Et puis soudainement, une chose après l’autre se produisait. Pendant une mission d’escadre dans les montagnes, tout l’équipage vit un groupe entier d’objets argentés; ils étaient ronds. Et il me dit qu’ils firent des choses étranges, ils allaient, comme de ce sommet au groupe, du sommet au groupe etc… Et alors ils décollèrent tous à la verticale. Et cela s’est produit à plusieurs reprises… Il y a eut une urgence médicale.

Il sont maintenant en difficulté, et une décision doit être prise : ils vont ou pas dans la zone d’exclusion aérienne à cause d’une urgence médicale. Et que voient-ils ? Dans la glace, comme l’énorme entrée d’une grotte, mais inclinée en profondeur. Et il a dit : « Linda, je pense que l’entrée faisait au moins 60m de diamètre, un grand trou dans la glace. » Il ajouta, nos instruments ne fonctionnent plus, nous n’avions plus d’électricité, nous avions des anomalies magnétiques, et nous en avons conclu qu’il y avait quelque chose dans ce trou qui nous causait tous ces problèmes.

Ils se rétablirent, et la prochaine chose qu’ils savaient, qu’ils seraient ennuyés par des hommes en costumes, qui ne seraient pas de McMurdo. Ils semblaient venir de Washington DC pour nous dire, que nous n’avions jamais rien vu en volant au-dessus de ce trou. Et nous devrions jamais en parler à quiconque. De quoi s’agit-il ? Et est-ce que le fait de rien faire avec toutes ces choses qui surgissent, cela pourrait être quelque chose d’archéologique en Antarctique ? »     

Brian : « Je me souviens de m’être adressé à mon commandant et pilote de l’avion en demandant, que sont ces choses là-bas ? Il me répondit : « Eh bien, ils ne font pas partie de notre flotte, c’est tout ce que je peux vous dire ». Ils étaient toujours là au-dessous de nous. On nous demanda de ne pas parler entre nous, seulement aux membres de l’équipage. Et voir ces choses-là en bas et s’entendre dire que ce n’était pas des avions, c’était juste hallucinant, alors que la circonstance était : que sont ces choses ? pourquoi personne ne le sait ?

Il y a une zone sur le côté opposé du Pôle Sud est une Zone d’Exclusion. On nous a dit que cette Zone était une station d’échantillonnage de l’air et que nous ne pouvions pas la survoler ce qui est tout a fait ridicule parce que nous volons très haut ! Généralement les échantillons d’air sont prélevés depuis la Terre. Nous avons regardé vers le bas et il y avait cet énorme trou dans la glace, presque comme l’entrée d’une grotte, mais assez grande pour s’y introduire en pilotant un C-130, on nous a dit de ne jamais en parler ! Et cette zone a été considérée comme hors des limites de notre investigation.

C’était curieux parce qu’ils nous ont dit de ne pas en parler officiellement. Mais après un vol, les gens vont dans un club, boivent plusieurs bières et se mettent à parler de choses comme, j’ai entendu dire par des scientifiques que dans le Pôle Sud il y a des personnes qui travaillent avec des ‘hommes’ d’aspect étrange. Evidemment qu’ils disaient cela pour ne pas faire allusion aux « aliens » ou « extraterrestres », ou quoi que ce soit.

Et que la station d’échantillonnage de l’air était en fait une base commune de scientifiques et d’extraterrestres qui travaillent là-bas. » Parmi des entités biologiques extraterrestres et des scientifiques humains. Mais cela a été tenu bien secret. Suite à cela, il est légitime de se demander : qu’est-ce que notre gouvernement et d’autres gouvernements sont en train de faire que nous ignorions et qui se passe là-bas en bas avec ces visiteurs d’autres monde ? »


Le 2 janvier 2015, le rédacteur en chef du site web earthfiles.com aurait reçu une lettre inattendue d’un supposé mécanicien de bord de première classe de l’US Navy à la retraite.

https://www.earthfiles.com/2015/01/30/u-s-navy-flight-engineer-saw-silver-discs-and-entrance-to-alleged-e-t-and-human-collaboration-base-in-antarctica-2/

La lettre reçue raconte des expériences où l’officier de la marine anonyme (se dit lui-même « Brian ») raconte ses expériences extraordinaires de fret et de sauvetage en Antarctique entre 1983 et 1997. Il affirme qu’il existe une collaboration entre humains et aliens, et que l’Antarctique est un terrain de recherche majeur pour ces collaborations.

Les expériences de Brian concernant le fret et le sauvetage en Antarctique remontaient à la période de 1983 à 1997 et comprenaient plusieurs observations de disques d’argent aériens survolant les montagnes trans-antarctiques. Lui et son équipe ont également vu un gros trou dans la glace à seulement cinq à dix milles du pôle Sud géographique qui était supposé être une zone d’exclusion aérienne.

Mais lors d’une situation d’évacuation sanitaire d’urgence, ils sont entrés dans la zone d’exclusion aérienne et ont vu ce qu’ils n’étaient pas supposés voir : une entrée présumée dans une base de recherche humaine et scientifique créée sous la glace. Puis, dans un camp près de Marie Byrd Land, une douzaine de scientifiques ont disparu pendant deux semaines et quand ils sont revenus, l’équipage de Brian a été chargé de les récupérer. Brian dit qu’ils ne parlaient pas et que « leurs visages avaient l’air effrayés ».

Dans la lettre étrange envoyée à Earth Files, l’officier déclare qu’il a vécu des choses telles que :

• Disques d’argent qui défilent dans les montagnes trans-antarctiques.

• Pendant une urgence, ils sont entrés dans une zone d’exclusion aérienne et ont vu une entrée dans une base de recherche scientifique sur l’homme et la science sous la glace.

• Son équipage a ramassé une dizaine de scientifiques disparus deux semaines auparavant. Ils ne voulaient pas parler et leurs visages avaient l’air effrayés.

Brian : « Je suis un mécanicien de bord sur LC130 qui a pris sa retraite en 1997, après 20 ans de service. Je voulais vous écrire depuis longtemps concernant mon expérience sur le continent antarctique avec des ovnis, dont on m’a dit de ne pas parler. J’ai servi une partie de mes 20 années dans la Marine avec un escadron appelé Antarctic Development Squadron Six ou VXE-6 comme il était également connu. J’ai servi avec cet escadron à partir de 1983 jusqu’à ma retraite en mars 1997.

En tant qu’ingénieur de vol et ayant volé plus de 4 000 heures à ce titre, j’ai vu des choses que la plupart des gens n’avaient même pas imaginées sur le continent antarctique. La terre là-bas semble plus étrangère que terrestre. Nos déploiements dans ces terres ont débuté à la fin de septembre et se sont terminés à la fin du mois de février jusqu’à la désaffectation de l’escadron en 1999. Cette période de l’année a été la saison estivale où la plupart des recherches scientifiques ont été effectuées. Pendant mon séjour dans l’escadron, je me suis envolé vers presque toutes les régions du continent antarctique, y compris le pôle Sud plus de 300 fois.

La station McMurdo, qui est à 3h 1/2 de vol de la station du pôle Sud, était le point de service de l’escadron lors de nos déploiements annuels. Entre ces deux stations il y avait une chaîne de montagne appelée Trans Antarctic. Avec ce que nous appelons le temps très clair entre McMurdo et le pôle Sud, les Trans Antarctic sont visibles depuis les altitudes où l’avion a volé entre 25 000 et 35 000 pieds. Sur plusieurs vols en provenance et à destination de Pôle Sud, notre équipe a vu des engins aériens qui volaient autour des sommets de Trans Antarctica presque exactement au même endroit chaque fois que nous prenions l’avion pour les voir.

C’est très inhabituel pour le trafic aérien là-bas, du fait que les seuls avions volant sur le continent, étaient nos avions d’escadrille. Chaque avion savait où les autres avions étaient utilisés pour suivre les horaires de vol. Un autre problème unique avec la station de South Pole est que notre avion n’était pas autorisé à survoler une certaine zone désignée à 5 miles de la station. La raison indiquée à cause d’un camp d’échantillonnage de l’air dans cette région. Cela n’avait aucun sens pour l’un ou l’autre des membres de l’équipage, car à deux reprises, nous avons dû survoler cette zone.

Une fois en raison d’une évacuation médicale du camp australien appelé Davis Camp. C’était de l’autre côté du continent et nous devions faire le plein à South Pole et un parcours direct vers ce camp Davis était juste au-dessus de la station d’échantillonnage de l’air. La seule chose que nous avons vue en traversant ce camp était un très grand trou qui allait dans la glace. Vous pourriez voler avec un de nos LC130 dans cette chose. C’est après cette mission d’évacuation médicale que nous avons été informés par des fantômes (des agents des renseignements que je présumais) de Washington DC et qu’on leur a dit de ne pas parler de cette région que nous avons survolée.

L’autre fois, nous nous sommes approchés du «camp d’échantillonnage de l’air». Nous avions des problèmes de navigation et d’électricité sur l’avion et on nous a dit de quitter immédiatement la zone et de nous rapporter à notre commandant d’escadron. Inutile de dire que notre pilote (Aircraft Commander) s’est fait mordiller les fesses et que notre équipage n’était pas au service du Pôle Sud depuis plus d’un mois. Il y a eu beaucoup d’autres fois où nous avons vu des choses qui sortaient de l’ordinaire.

Un camp éloigné (près de Marie Byrd Land) nous avons laissé tomber des scientifiques et leur équipement était hors de communication avec McMurdo pendant 2 semaines. Notre équipage est retourné au camp pour savoir si les scientifiques étaient d’accord. Nous n’avons trouvé personne là-bas et aucun signe de jeu de volaille. La radio fonctionnait bien car nous avons appelé McMurdo pour vérifier qu’elle fonctionne correctement. Nous avons quitté le camp et sommes retournés à McMurdo comme l’avait ordonné notre commandant.

Une semaine plus tard, le scientifique a appelé McMurdo pour que quelqu’un vienne les chercher. Notre équipage a récupéré le vol pour les ramasser depuis que nous les avons mis dans ce camp et nous connaissions le terrain et l’emplacement. Aucun des scientifiques ne parlait à l’équipage de l’avion et ils avaient l’air effrayés. Dès que nous avons atterri à McMurdo, ils (les scientifiques) ont embarqué sur un autre avion de notre escadron et se sont envolés pour Christchurch en Nouvelle-Zélande. Nous n’en avons plus jamais entendu parler.

L’équipement que nous avons ramené du camp a été mis en quarantaine et renvoyé aux États-Unis, escorté par les mêmes fantômes qui nous ont informé de notre survol du camp d’échantillonnage de l’air / grand trou dans la glace. Je pourrais continuer encore et encore sur ces choses et ces situations que j’ai observées lors de ma tournée avec VXE-6. Parmi les équipages de conduite, il y avait une base d’OVNIs au pôle Sud et certains membres de l’équipage ont entendu des scientifiques travaillant avec des EBEs et interagir avec les scientifiques dans ce camp d’échantillonnage / grand trou de glace. »

En décembre 1995, lors d’une journée ensoleillée, Brian et son équipage de conduite du C-130 effectuaient une mission de la station McMurdo au pôle Sud. Ils survolaient les montagnes trans-antarctiques près du glacier Beardmore quand ils virent tous des disques brillants qui s’élançaient rapidement et s’arrêtaient à plusieurs reprises autour des sommets des montagnes, mais jamais au-dessus du glacier lui-même.

Brian, 59 ans, ancien mécanicien de bord de première classe de l’US Navy, décrit des d’étranges événements de 1995 à 1996 : « Nous n’étions qu’à environ 10 000 pieds au-dessus de ces montagnes et tout ce que nous pouvions voir sur l’observation initiale était le brillant la réflexion dans les choses argentées qui traînent là-bas.  Je me souviens d’avoir demandé à mon commandant d’aéronef et à mon pilote : « Quelles sont ces choses là-bas? » Il est entré dans l’interphone et a dit: « Eh bien, ils ne sont pas les nôtres – c’est tout ce que je peux vous dire. »

Linda Moulton Howe interview of Naval Officer – Antarctic 


Steven Quayle : « Quelque chose d’important se tisse en Antarctique où vit une certaine entité ou un groupe d’entités qui possèdent une technologie avancée et qui ont la haute main sur la hiérarchie religieuse et politique de notre époque. C’est comme si tous les dirigeants du monde, et tout particulièrement les leaders religieux les plus notoires devaient rendre des comptes devant ‘un cerveau supérieur’, ce qui laisse présager, à mon sens, un futur très sombre et sinistre, en clair : ce sera le contrôle global de tout et de tous !

Pour être plus concis, nous parlons de civilisations qui selon la liste Royale Sumérienne ont existé sur Terre et qui se sont consacrées à la manipulation génétique. Ce qui s’avère fort intéressant c’est le fait que ces allusions en grande partie font référence à l’Antarctique… L’Antarctique est un continent, et les gens ne se rendent guère compte de sa taille. Ce qui est intéressant c’est que des pyramides sont à nouveau visibles.

À vrai dire elles sont partout dans le monde, en Antarctique mais aussi sur l’Arctique… L’histoire du monde est complètement différente de la réalité apparente et ne correspond pas à ce que les pouvoirs en place veulent nous faire croire… la technologie de l’antiquité pourrait dépasser de plus de mille ans celle de notre époque. Les ‘habitants de l’Antarctique’, possèdent une technologie bien plus avancée que celle que la majorité des personnes imagine.

Il ne s’agit pas de science-fiction, mais force est de constater qu’entre Hollywood et les Services de Renseignements il existe une relation très étroite et fusionnelle. Il arrive souvent que des notions très poussées liées à la haute technologie soient filtrées et que Hollywood les présente comme étant du domaine de la fiction, faisant par là même que les gens ne le prennent pas au sérieux. »


Retranscrit par Terry Cailleau, administrateur du groupe Facebook : Äliens ils sont déjà là!

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s