Étiquette : exercice

Les exercices sont insuffisants pour avancer

Travaillez les côtés positifs de vous-même, la confiance, l’harmonie, le sentiment de liberté, le besoin de beauté, de joie, de fraternité, d’unité entre vous tous, tout du moins avec ceux que vous approchez comme votre famille, vos amis, etc., le besoin d’être dans la confiance, l’espoir et la foi, celui d’être rassuré quant à votre devenir, quant à ce que vous êtes réellement, quant à votre appartenance aux étoiles.

Exercice pour faire monter la « Force Kundalini » : Omraam Mikhaël Aïvanhov, Jean Laval, Jean-Christophe Soliveres, Mantra

Le livre de l’Apocalypse, de Saint Jean, s’achève sur la vision d’une cité céleste, la Nouvelle Jérusalem, avec ses assises de pierres précieuses, ses murailles de jaspe et ses portes dont chacune est une perle. A travers cette ville coule un fleuve :
« Il me montra un fleuve d’eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l’Agneau. Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, il y avait un Arbre de vie produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois et dont les feuilles servaient à la guérison des nations ».

Comment équilibrer le complexe Mental Corps et Esprit

Si vous avez du mal à dormir, vous devriez parler avec votre médecin de ce qui pourrait causer le problème.

Parfois, la dépression ou l’anxiété rendent le sommeil difficile et, dans certains cas, des troubles du sommeil rendent le sommeil impossible sans traitement.

Rappelez-vous que la santé de votre corps est liée à la santé de votre esprit et de votre esprit.

C’est l’instrument qui peut vous aider à réaliser votre objectif.

Assurez-vous de le chérir et de travailler pour le garder sain et fort

Je sais que si vous appliquez les astuces ici, vous apprendrez très vite à équilibrer votre esprit, votre corps, pour une vie en santé.

La puissance de l’empathie

Définition de l’empathie : Capacité de se représenter l’état mental d’autrui indépendamment de tout jugement de valeur ou de toute projection. Comprendre ce que ressent l’autre sans le ressentir soi-même, « se mettre dans la peau de l’autre », c’est-à-dire prendre en compte sa personnalité et sa façon de penser mais sans tenir compte de nos propres référentiels : par exemple, une personne handicapée n’est pas forcément malheureuse, quelqu’un qui pleure n’est pas forcément triste et quelqu’un qui a beaucoup de moyens et une famille formidable n’est pas obligatoirement heureux.