Étiquette : élévation fréquence terrestre

Résonance de Schumann – pic d’activité le 4 avril 2019

Les résonances Schumann portent le nom du professeur Schumann, qui a participé à un programme spatial allemand secret et qui a ensuite été envoyé sur papier aux États-Unis. Les fréquences des résonances de Schumann sont relativement stables et sont principalement définies par la taille physique de la cavité ionosphérique.

L’amplitude des résonances de Schumann change et devient plus grande lorsque le plasma ionosphérique est excité. L’excitation plasmatique ionosphérique se produit en raison de l’activité solaire, des orages, de l’utilisation d’armes à plasma scalaire et de HAARP et, plus récemment, lorsque les forces de la lumière éliminent l’anomalie plasmatique.

On enregistre un pic de la résonance de Schumann à 150 Hz le 16 mars 2019 !

Je crois qu’au cours des dernières 24 heures, nous avons été témoins de changements sans précédent sur la Terre Mère… D’après les dernières lectures de schumann (la fréquence vibratoire de la Terre), nous avons eu 24 heures soutenues de fréquences exceptionnellement élevées… Le 17 mars, à 2 heures du matin, les relevés ont atteint un pic de 150 Hz… Pour mettre cela en contexte, en 2017, les fréquences de la Terre avaient atteint un pic record de 36 Hz… comme vous pouvez le constater, cette dernière augmentation énergétique s’est considérablement intensifiée… On dit que le taux normal de résonance de la Terre est de 7.83hz…

Les fréquences terrestres ont bien fini l’année 2018

FRÉQUENCE DE GAÏA SOUS LA IONOSPHÈRE, VENTS SOLAIRES & RAYONNEMENTS COSMIQUES

Comme annoncé hier, l’accalmie des Harmoniques de Gaïa a été de courte durée. Cette fin de semaine a été particulièrement active quant à l’élévation de la fréquence de Gaïa et ce n’est pas l’activité solaire qui en a été cette fois la cause principale.

Si l’on regarde le spectrogramme sur la semaine écoulée, nous pouvons observer une élévation de la fréquence moyenne de la Terre de 10 Hz passant de 52 à 130 Hz cette nuit à 3 heures du matin et dont l’amplitude et la variation continuent d’être hautement fluctuantes.

Nous traversons à la fois une spirale de vents solaires, des rayonnements cosmiques continuels ainsi que des orages produisant 300 éclairs à la seconde. Ces conditions particulières ont une incidence sur la ionosphère ainsi que sur le bouclier magnétique de Gaïa.