Émission « DIVULGATION COSMIQUE », l’intégrale. Saison 10, épisode 4/17 : LES SECRETS SOUTERRAINS DE L’HUMANITÉ

David Wilcock : Bienvenue dans « Divulgation Cosmique ». Je suis votre hôte, David Wilcock, ici avec Emery Smith, pour continuer notre discussion fascinante sur les civilisations souterraines [voir épisode précédent pour la première partie].
Emery, bienvenue.

Emery Smith : Merci Dave. J’ai hâte de replonger dans le sujet.

David : Une des choses qui attirent mon attention, car beaucoup de points d’interrogation surgissent dans ma tête, c’est qu’on a le site du crash en Antarctique, dont on a déjà parlé. Vous avez parlé de l’épave d’un vaisseau mère là-bas. Qu’on étudie depuis… ?

Emery : De ce que je sais par ces scientifiques, c’est depuis 24 ans.

David : OK. Et il y a une sorte de connexion entre cette épave et la civilisation souterraine que vous décriviez en Equateur, qui, d’après ce que vous avez dit, a commencé par un vaisseau. Puis ils l’auraient construit ?

Emery : Oui, je crois que l’énergie sur le vaisseau a dû contenir aussi des organismes ou des bactéries, car l’intérieur de la caverne a changé, tout comme son atmosphère. Les créatures qui sont là-bas et la flore et tout ça sont complètement différents de ceux en surface. Ils ont emmené des créatures à la surface et elles sont mortes.

David : Pouvez-vous y respirer sans appareil ?

Emery  : Oui. C’est l’air le plus pur. Je m’y sentais très bien, en fait. Ils l’ont déjà testé plein de fois. C’est une nouvelle découverte.

David : Juste pour résumer ce truc de l’Equateur. Pete Peterson a beaucoup parlé de comment le vaisseau de l’Antarctique, quand vous viviez dedans, vous aviez votre propre cour. Et il y avait un système de filtration de votre salle de bains, de votre douche, de vos toilettes, qui alimentait ce jardin. Et, évidemment, c’était caché sous la glace. Et tout a été détruit.

Mais ce que vous me dites sur l’Equateur me fait penser que la végétation de cet engin, dans votre cour, pourrait avoir été semblable. Qu’en pensez-vous ?

Emery  : Oui, définitivement, il y a une corrélation entre les deux. Ce sont deux environnements complètement différents, bien sûr. Donc je m’attendrais à des choses différentes chimiquement. Cela fait toujours l’objet d’observations. Ils y ont une très bonne équipe. Et ils font ça bien, sans tout découper et démonter. On verra donc plus tard.

David : Une autre chose qui crée toutes sortes de points d’interrogation dans ma tête est que dans l’épave la plus ancienne de l’Antarctique, dont plus d’une source m’a parlé, sont visiblement des géants de 10 mètres.

Emery  : Oh oui. J’ai entendu dire qu’il y avait beaucoup d’autres sarcophages et de corps extraterrestres là-bas qui mesuraient plus de 9 mètres, qu’ils avaient trouvés déjà déterrés.

Lire la suite

Émission « DIVULGATION COSMIQUE », l’intégrale. Saison 10, épisode 3/17 : L’EXISTENCE DE CIVILISATIONS SOUTERRAINES CONFIRMÉE

David Wilcock : Soyez les bienvenus à « Divulgation Cosmique ». Je suis votre hôte, David Wilcock. Dans cet épisode, nous allons parler des civilisations souterraines. Emery, bienvenue.

Emery Smith : Merci David, ravi d’être ici.

David : Dans le passé, vous m’avez parlé d’une technologie très intéressante qui permet apparemment de voir relativement mieux sous la surface de la Terre que nos scientifiques ne pourraient l’imaginer. Pourriez-vous commencer par là ?

Emery : Oui bien sûr. Tout a commencé par les satellites pour observer les océans.

Les astronautes, en orbite, observaient les océans et y voyaient ces vieilles épaves, ces débris et les bateaux et savaient bien sûr qu’ils contenaient beaucoup d’or. Les chasseurs de trésors ont commencé à traiter avec les gouvernements pour acheter du temps avec ces satellites qui pouvaient voir ces choses.

David: Les gens normaux n’y ont donc pas accès ?

Emery : Non.

David : C’est pour les initiés.

Emery : Oui, les initiés. Quelques organisations possèdent des satellites, ou des sociétés qui les utilisent pour voir si les murs sont infestés, dans des pays étrangers, avec des insectes et des punaises, croyez-le ou non. Ils peuvent donc voir dans un mur depuis un satellite et déterminer de quel type d’insectes il s’agit. Cela a donc été amélioré pour voir un peu dans le sol.

Mais ils ont maintenant développé un radar spécial. C’est un géoradar à ondes rétrodiffusées et basse fréquence qui vous donne une image volumétrique environ 400 fois meilleures qu’un CAT-scan. Vous pouvez donc voir ce que c’est et aussi dire de quel matériau il s’agit, ce qui est très utile. Disons, en Arabie Saoudite, pour les rois là-bas, si un kamikaze avec un sac à dos court dans leur allée, ils peuvent en fait utiliser un drone ou lui lancer l’onde, et ils savent combien d’explosifs il a dans son sac à dos avant qu’il n’approche l’édifice.

Ce type d’appareils est utilisé par l’armée et pour le DOD. Je ne peux pas dire qui l’a, mais c’est une propriété privée…

Lire la suite

Émission « DIVULGATION COSMIQUE », l’intégrale. Saison 7, épisode 13/32 : REPOUSSER LES LIMITES DE LA DIVULGATION AVEC JOHN LEAR

David Wilcock: Très bien, bienvenue à « Divulgation Cosmique ». Je suis votre hôte, David Wilcock, et je suis ici avec Corey Goode. Et dans cet épisode, nous vous présentons nul autre que John Lear, le fils de l’inventeur du Learjet. Et dans ce premier segment, vous allez le voir partager son passé avec vous.
Alors sans plus tarder, je vous amène John Lear.
L’HISTOIRE DE JOHN
John Lear : Vous savez, mon père était Bill Lear et il a mis au point le Learjet. Et j’ai été très impliqué dans l’aviation dès le début. Et j’ai volé pour différentes compagnies aériennes dans le monde entier.
Et en 1985, j’ai commencé à m’intéresser à ce truc des OVNIs, auquel je ne croyais pas.
Il y a une réunion ici de temps en temps, ou tous les deux ans, ici à Las Vegas, des pilotes de l’Asie du Sud-Est. Je me suis entretenu avec l’un des gars, et il m’a dit qu’il avait été affecté à Bentwaters.
Et j’ai dit : « Oh, c’est là que cette soucoupe a soi-disant atterri. »
Et il a répondu : « Non, pas soi-disant. Je ne l’ai pas vue, mais je connais les types qui l’ont vue. »
Et j’ai dit : « Tu veux dire que ce truc est vrai ? »
Et c’est ainsi que j’ai commencé avec tout ça. Et tout ce que j’ai rencontré depuis m’a permis d’aller chaque fois un peu plus loin.

Lire la suite
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
RSS
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
%d blogueurs aiment cette page :