Catégorie : Divulgation cosmique Saison 2

Émission « DIVULGATION COSMIQUE », l’intégrale. Saison 2, épisode 17/17 : QUESTIONS DES TÉLÉSPECTATEURS – 2ème PARTIE

DW : Très bien. Bienvenue à « Divulgation Cosmique ». Je suis David Wilcock. J’accueille Corey Goode. Nous répondons à vos questions pour amener plus d’interactivité à l’émission.
Nous lisons les commentaires que vous laissez à chaque épisode. Nous commençons à trouver que vos questions valent la peine d’être incluses. J’espère que vous apprécierez ces épisodes. C’est un peu différent. Au lieu de se concentrer sur une question, nous couvrons tous les sujets que vous nous soumettez. C’est Corey qui répondra aux chanceux dont les questions sont sélectionnées. Cette fois-ci, nous abordons des sujets très intéressants.

Émission « DIVULGATION COSMIQUE », l’intégrale. Saison 2, épisode 16/17 : NOUVELLES FRONTIÈRES DANS LA GUERRE CONTRE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

DW : Bienvenue à « Divulgation Cosmique ». Je suis David Wilcock, et j’accueille Corey Goode. Nous abordons les dernières actualités après avoir monté la fondation d’une discussion sur l’immense problème affronté par le programme spatial et toutes les civilisations intelligentes qui travaillent avec eux, dû à l’intelligence artificielle, ou IA. Il fallait monter cette fondation avant d’aborder les dernières actualités qui nous viennent de l’Alliance via le Lieutenant Colonel Gonzales, le pseudonyme que nous utilisons pour sa protection. Voici donc des informations sur Gonzales et sur l’Alliance par le biais de Corey Goode.

Émission « DIVULGATION COSMIQUE », l’intégrale. Saison 2, épisode 15/17 : RESTER SUR SES GARDES FACE À L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

DW: Bienvenue à ‘Divulgation Cosmique’. Je suis votre hôte, David Wilcock, et je suis ici avec Corey Goode, un initié qui a travaillé dans des programmes extrêmement secrets. Il a été en contact direct avec des intelligences extraterrestres, et il est personnellement au courant d’une Alliance ayant accès à une très haute technologie, qui sera rendue publique avec bienveillance pour le bénéfice de l’humanité. Nous avançons pas à pas dans cette discussion au sujet de cette Alliance et des nouvelles informations sur ce monde dans lequel Corey a été plongé.

Pour que cette discussion soit réaliste et significative, nous avons besoin de parler de ce qui est en définitive le problème central, tel qu’il est appréhendé par l’Alliance, le Programme Spatial, et les extraterrestres qui travaillent à l’intérieur et autour de notre système solaire, il s’agit de l’Intelligence Artificielle, ou IA. Nous avons commencé à en parler dans l’épisode précédent, mais nous allons approfondir beaucoup plus dans cet épisode, parce que cette information est essentielle pour bien comprendre la situation dans son ensemble, selon Corey et ce que lui ont dit ses autres collègues et initiés du domaine extraterrestre, et qu’il partage maintenant avec nous.

Émission « DIVULGATION COSMIQUE », l’intégrale. Saison 2, épisode 14/17 : LA MENACE DE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

CG: Il y a eu plusieurs groupes extraterrestres qui ont opté pour la solution du transhumanisme, même s’ils ne sont pas exactement ce que nous considérons des humains. Cela a toujours très mal fini.
Il existe une force très invasive. Il est difficile d’appeler cela un être extraterrestre ou extra-dimensionnel, mais c’est une intelligence artificielle. Et elle se propage d’elle-même à travers de multiples galaxies, sous la forme d’un signal d’intelligence artificielle.
DW: Un signal.
CG: Un signal. Une forme d’onde.
DW: Comme quelqu’un diffusant une fréquence radio, ou quelque chose comme cela.
CG: Exactement.
DW: Comment savons-nous que c’est une intelligence artificielle?
CG: Cette intelligence artificielle a une histoire. En fait, elle a été appelée IA ET/ED, Intelligence Artificielle Extra-Terrestre Extra-Dimensionnelle.

Émission « DIVULGATION COSMIQUE », l’intégrale. Saison 2, épisode 13/17 : QUESTIONS DES TÉLÉSPECTATEURS – 1ère PARTIE

DW : Bienvenue à « Divulgation cosmique ». Je suis David Wilcock. J’accueille Corey Goode, nous discutons du programme spatial secret. Pour cet épisode, j’ai préparé des questions que vous avez posées dans des forums accessibles sous chaque épisode. Nous les lisons. Nous nous intéressons à ce que vous dites, nous tenons à préserver une discussion collective, pas comme quelque chose à utiliser sous forme de questions à poser dans un épisode particulier. Ce sera un peu en vrac. Nous discuterons de plusieurs choses, et nous verrons où ça nous mènera.

Émission « DIVULGATION COSMIQUE », l’intégrale. Saison 2, épisode 12/17 : LA SCIENCE DES PROGRAMMES SPATIAUX SECRETS

DW : Voici « Divulgation Cosmique ». Je suis David Wilcock. J’accueille Corey Goode, qui dit avoir travaillé dans le programme spatial secret. Bienvenue.

CG : Merci.

DW : Une des choses que j’ai trouvées fascinantes a été de rencontrer Daniel, un initié. Il appelle ce projet Phoenix III. Il dit avoir travaillé pour Brookhaven National Labs à Montauk Point, Long Island. On l’appelle le Projet Montauk, normalement. Il s’agissait d’un siège d’un OVNI, arrimé à un jeu de transformateurs très puissants qui amplifie la capacité psychique de la personne assise, qui pouvait matérialiser des objets dans la pièce ou créer un portail pour amener quelqu’un à travers l’espace et le temps. Au cours de la longue conversation avec Daniel sur ce sujet, il a souvent décrit des anomalies qui arrivaient dans le corps humain après l’utilisation de ces portails. Je vais commencer notre discussion en disant que selon la vision conventionnelle, si on a 30 ans, biologiquement, et qu’on vous envoie dans le futur, que votre corps est envoyé dans le futur, on pense qu’il restera à 30 ans à l’époque future. Est-ce la réalité ? Se passe-t-il autre chose ?

CG : Dans mon cas, j’ai été impliqué dans le programme « 20 ans et Retour ». On m’avait expliqué que je servirais 20 ans, et puis, qu’on ferait régresser mon âge, qu’on me ramènerait au point d’origine, qu’on me redéposerait…

DW : Redéposer ?

CG : … dans ma vie, à quelques minutes près du moment de départ.

DW : Mais le problème, c’est que vous avez vieilli de 20 ans dans l’espace.

CG : Voilà. En fait, au bout de ces 20 ans, dans mon cas, plutôt 21, du reste, on vous emmène au LOC (le Centre d’Opérations Lunaires), où on vous fait un débriefing massif, signer des papiers, puis on vous place sur une table, on vous endort, on paralyse votre corps pour éviter tout mouvement. Il faut être complètement immobile pour ce processus. Ils mettent des planches en espèce de carton, très minces. On est attaché sur un support en mousse, et ils mettent ces planches qui ont l’air lourdes, à leur façon de les manier, autour de la forme du corps. Ça prend environ deux semaines, et ils font technologiquement régresser votre corps de 20 ans, au moment où on a rejoint le programme. Pendant ce temps, certains avaient des tatouages, des cicatrices, des blessures qui disparaissent. On vous fait régresser. Les gens qui ont subi ça, une fois redéposés dans leur vie précédente, subissent une hypnose, une régression de mémoire, et des cicatrices apparaissent sur le corps pendant le processus, puis disparaissent. Des tatouages, des contours de cicatrices rouges qui apparaissent un temps, puis disparaissent. Une sorte de mémoire cellulaire.

Émission «DIVULGATION COSMIQUE », l’intégrale. Saison 2, épisode 11/17 : AU-DELÀ DES LIMITES DU SOLEIL

DW : La NASA a récemment déclaré publiquement que 20% des étoiles visibles ont des planètes comme la Terre, selon leurs calculs. C’est le chiffre officiel, c’est donc peut-être une sous-estimation. Est-ce cohérent avec ce que l’ICC et les autres groupes ont trouvé en se rendant vers d’autres étoiles ? Y a-t-il une abondance de planètes aqueuses où nous pourrions éventuellement nous rendre si nécessaire ?
CG : Oui, mais ce serait probablement où il faudrait qu’on prenne un territoire à quelqu’un d’autre.
DW : Je vois. La plupart de ces planètes sont habitées.
CG : Ça semble être le modèle. Beaucoup sont des lunes.
DW : Ah oui ? Les lunes comme la Terre ?
CG : Oui.
DW : Elles orbitent les géantes gazeuses ?
CG : Oui.
DW : Vraiment ?
CG : Et beaucoup sont comme des super terres, comme la Terre. On n’est pas aussi rares et spéciaux qu’on le pense. On a certes une grande diversité génétique et biologique, ici. Mais les voyages faits par le programme spatial secret et les échanges avec les groupes extraterrestres ont apporté des spécimens de vie d’autres planètes qui montrent l’incroyable vie qui se trouve ailleurs. Ça n’arrivera pas parce que tout va changer. Mais si on choisissait une voie qui nous amenait à épuiser toutes nos ressources, trouver une autre planète où vivre serait très difficile, car le modèle normal de la galaxie, est que toute planète semblable à la nôtre est déjà habitée par énormément de vie et aussi par une vie intelligente.
DW : En surface et à l’intérieur, principalement ?
CG : En surface, clairement.
DW : Quelle serait la logistique pour se rendre dans un autre système solaire ? Vous dites que les Allemands ont commencé par se rendre en quelques heures à certains endroits, et qu’avec les progrès technologiques aujourd’hui, c’est quelques minutes.
CG : Passer d’un système stellaire à un autre est de la routine, aujourd’hui. C’est très rapide.
DW : Même sur une grande distance ?
CG : Oui. On se déplace vers… Toutes les planètes, les étoiles, les galaxies ont un lien électromagnétique entre elles. Il y a comme une toile entre chaque.
DW : Des filaments électromagnétiques ?
CG : Des filaments. Et si on calcule bien, on va d’un point A à un point B, n’importe lequel, en un seul saut. Au lieu de voyager dans l’espace avec un vaisseau superluminique, on utilise des filaments, ces portails où le temps n’existe pas. C’est pratiquement instantané.