Jeshua : Pourquoi est-ce que je me sens si mal aimé ?

N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me

Je suis celui que l’on appelle Jeshua ben Joseph. Vous m’avez appelé Jésus et quelques autres noms également. Et c’est dans une grande joie que je viens demeurer avec vous ce soir, au moment opportun, car vous avez choisi une fois de plus de m’appeler quatrième.

Une grande joie de se souvenir, n’est-ce pas ? En demeurant dans le cœur, le cœur de l’amour. Sachant qu’en vérité, c’est ce que et tout ce que nous sommes en tant qu’un, l’unique enfant saint de la Divinité connue sous le nom de Père.

Ce soir, nous allons reparler de qui vous êtes, pourquoi vous êtes. Oui, j’ai entendu vos questions. Je vous ai entendus parfois lorsque vous vous posiez de lourdes questions et que vous vous demandiez :  » Pourquoi suis-je ici ? Qu’est-ce que je suis censé faire ?

Je fais du mieux que je peux, mais j’ai l’impression que ce n’est pas tout. Je n’ai pas l’impression de faire tout ce pour quoi j’ai signé. » Et en vérité, c’est ce que tu fais.

Chaque fois que vous regardez un autre et que vous souriez, vous lui offrez le souvenir de qui, de quoi et de comment vous êtes. Le souvenir de l’Enfant saint qui s’est manifesté pour avoir une expérience humaine, comme c’est votre choix.

Dans certaines vies, tu as été le chat et tu étais très impliqué dans l’unité du Je Suis. Le genre de chose « Il est temps de me nourrir ». Et dans de nombreuses vies, vous avez expérimenté différentes formes de vie – parfois petites, parfois géantes comme vous l’appelez – pour savoir tout ce qu’il y a à savoir sur l’Unique créateur – le « O » majuscule.

Vous avez dit : « Je veux jouer. Je veux connaître l’amour. Je veux connaître l’aventure au point de comprendre et de savoir que je fais appel à tout dans mon expérience. Et appeler ça bien. » Souvent, vous vous dites : « Pourquoi ai-je demandé cela ? »

J’ai entendu mon amie bien-aimée et enseignante, celle que vous connaissez sous le nom de Judith, dire, même à propos de me permettre de parler à travers elle, « Pourquoi ai-je demandé cela ? » C’est pour l’aventure. Pour l’amour de la chose. Pour l’être inestimable de connaître la divinité.

« Mais Jeshua, je ne me sens pas très divin, surtout quand je suis frustré. Et j’ai quelques mots de choix à dire. » Oui, je les ai entendus.

Vous avez tous votre litanie de ce que vous traversez de temps en temps et vous êtes en train de changer cette litanie. Vous êtes en train de la changer parce que vous avez dit : « On m’a dit que je suis l’aventurier. On m’a dit que j’étais le créatif. On m’a dit que j’étais l’Unique.

Non, je ne ressens pas l’Un quand je regarde et que je vois des particules de moi-même individualisées. Comment puis-je être l’Un ?

Je vous ai entendu demander. Je vous ai entendu ruminer alors que vous étiez en train de traiter. Ruminer. Vous êtes doué pour ça. Savoir comment travailler à travers les questions humaines pour arriver à la compréhension divine.

Et oui, tu es le divin venu pour avoir une expérience humaine. Vous êtes celui qui a dit : « Je veux tout savoir. » Ainsi, lorsque vous demandez cela, il n’y a rien ni personne qui puisse vous en empêcher.

Vous êtes le divin – O majuscule – et oui, dans votre jeu, vous avez créé ce qui semble être un groupe entier d’individus pour jouer avec eux. Et certains d’entre eux vous posent une question juste en face de vous. « Comment puis-je être ceci et cela en même temps ?

Comment puis-je être la nature angélique et puis d’autres fois, je peux être si pleine d’énergie parce que quelque chose ne va pas bien ? Ou que c’est un défi ? Comment puis-je être l’Être divin ? »

Eh bien, comme vous le découvrez, une partie de votre divinité est la liberté d’exprimer tout ce que vous vivez, ressentez, connaissez, êtes à un certain moment dans ce que vous appelez le temps. C’est à ce point que vous êtes inventifs.

Et c’est un endroit formidable. Oui, c’est un grand endroit pour être et prendre du recul et dire, « J’ai inventé ça ? » Et oui, vous l’avez fait.

Vous inventez au fur et à mesure. Vous êtes très doué pour l’improvisation. Et il y a des moments où vous rencontrez quelqu’un, un ami peut-être. Et vous avez un certain sentiment à propos de cet ami, mais vous allez être très gentil. Vous n’allez pas dire ce que vous ressentez vraiment, vraiment.

Tu vas garder cela caché. Mais je partage avec vous ce que vous savez déjà. Vous ne pouvez pas le cacher. C’est ressenti. C’est connu. C’est vu. Donc, vous demeurez dans l’amour parce que ça fait du bien. Oui. Pour tout le monde, oui.

En vérité, mes bien-aimés, vous vous en sortez bien avec cette expérience humaine. Parce qu’en vérité, l’expérience humaine peut être si puissante qu’il y a des moments où la nature christique de vous se demande :  » Comment cela va-t-il se passer ? « .

Je vous ai entendu dire cela de temps en temps : « Comment cela va-t-il se terminer ? J’espère que nous allons tous en sortir en tant qu’amis. »

Et vous le faites parce que vous habitez dans le cœur. C’est votre véritable demeure. Et les amis reconnaissent que même si vous semblez un peu à court, de temps en temps, sur l’aspect amour et l’équanimité que vous voulez projeter, peut-être. Un ami vous connaît et vous aime. Point final, point final. Vous faites la même chose pour lui.

Et vous en riez lorsque vous rencontrez quelqu’un d’autre. Vous dites : « Vous savez, je jouais avec – et vous utilisez un certain nom pour cette personne dans cette individuation – et vous savez ce qui est arrivé ? Et j’étais tellement…. Mais ensuite j’ai pensé, ‘Vous savez, si je prends juste cette profonde respiration, ça disparaît.’ »

Toute cette colère refoulée, ce jugement, cette critique disparaissent. Comment cela se produit-il ? C’est grâce à l’amour, et vous le savez. Vous le ressentez. Vous, oui. Et vous vivez dans cet espace. Parce que c’est vraiment là que vous vivez.

Vous avez choisi de passer votre vie à connaître l’amour d’une manière ou d’une autre. Tous vos amis humains, tous vos amis à quatre pattes, reconnaissent l’essence de la vie. Et vous êtes celui qui rend la vie soit facile, amusante, et ils l’adorent, soit un petit défi de temps en temps.

Et d’après ce que j’ai vu de la condition humaine (et j’ai été là, j’ai fait ça), je sais qu’on se sent beaucoup mieux quand on est amoureux que quand on est en colère. Mais mes chers amis, il y a des fois où j’ai tenu bon et où j’ai dit, en colère, « C’est comme ça que ça doit être ».

Et puis j’ai réalisé (je l’ai concrétisé dans mon expérience), que cela pouvait aussi être de l’amour exprimé avec de grands sentiments. Et un peu d’humour. Un peu d’humour, ça fait du bien. N’est-ce pas ? Oui.

Et vous avez appris et vous apprenez. Vous vous exercez à sentir, à savoir que quelle que soit l’énergie du début, vous pouvez la transformer en sourire. Je vous ai vu le faire. Je vous ai vu arriver à la rupture. « Je vais… Ahh » Exactement. C’est ce qui arrive.

Et les gens vous regardent et disent : « Qu’est-ce que tu allais dire ? » « Oh, je ne sais pas. J’ai oublié. C’est parti. » Et vraiment, c’est parti.

Vous êtes les créateurs de votre réalité. Je vous le dis encore et encore. Mais pas seulement. C’est vous qui décidez comment est cette réalité. Comment elle se présente, comment elle se sent.

Et de plus en plus, au fur et à mesure que le temps de votre vie passe, vous vous retrouvez à choisir rapidement la paix, le sourire, ce qui vous fait du bien. Parfois, vous vous dites : « Je dois prendre position. » Et vous le faites. Vous prenez position pendant une minute ou deux.

Et puis vous vous dites : « Bon, ça suffit. J’ai dit ce que j’avais à dire. » Et vous vous en allez et tout le monde dit : « Qu’est-ce que ça veut dire ? » Et vous les laissez s’interroger, se demander . « On aurait dit que ça allait être un volcan. Mais ça ne l’était pas. »

C’est l’attribut le plus merveilleux que les humains ont et exerceront de temps en temps – savoir que vous êtes le créateur. Vous créez l’aventure, vous jugez l’aventure, et vous dites ensuite : « Hé, c’était plutôt bien. J’ai aimé cette aventure. » Ou, « Essayons à nouveau Sam.

Je veux voir quelles autres réponses, quel autre résultat il peut y avoir. » C’est pourquoi parfois vous vivez encore et encore la même expérience. Et certains diront : « Vous avez déjà été là, vous l’avez fait. Pourquoi le refais-tu ? » « Eh bien, je veux voir si je peux le faire bien. » Ou autre chose.

Tu es très bon pour trouver des raisons. Ah, oui. Et si ça fait mouche, c’est bien. Mais oui, vous êtes très bon pour trouver, « Eh bien, c’était nécessaire ». Il/elle avait besoin de cette leçon. » Et qui est ce « il/elle » ?

Vous avez – oui.

(Jeshua a un échange avec les membres du public). C’est un très bon exemple. Comme vous le faisiez remarquer, vous avez entendu cela. Vous avez au moins trois ou quatre doigts qui pointent vers la vraie source.

Oui. Eh bien, il y en a qui sont des aventuriers. Oui. Très bien. C’est pour ça que vous l’avez fait ? Il y en a qui sont très bons en

l’improvisation. Ah oui. Ah oui. Et qui, mon cher, est le soi de Dieu ? Oui, c’est toi. Oui, c’est vrai. La particule divine est venue vivre ce qui semble être la vie humaine.

J’ai vu certains de vos frères et sœurs se tenir presque sur la tête en essayant de faire aller leurs doigts ailleurs sans qu’il y en ait un qui pointe vers l’arrière. Oui. Et vous vous êtes demandé comment ils ont pu devenir des êtres aussi acrobatiques ? Ils s’entraînent. Oui.

Donc, ce soir, nous allons parler du Soi divin individualisé. Vous êtes ce Moi Dieu individué qui marche sur deux pieds, parfois sur quatre pieds, essayant de vivre une expérience en sachant que vous avez le libre choix à chaque instant.

Et oui, même si la chatte ne pense pas qu’elle a le libre arbitre, elle l’a. Et son choix est maintenant de s’asseoir sur son lit. Et son choix maintenant est de s’asseoir sur le canapé toute seule. Ok, bon, choix paisible.

Vous êtes le chat de votre vie. Vous êtes celui qui sourit – parfois avec beaucoup d’amour, parfois avec un peu de ce qu’on appelle le chat de Cheshire, où je connais un secret. Je ne vais pas vous le dire, mais je connais un secret.

Et vous avez ressenti cela de temps en temps, lorsque vous en saviez plus sur ce qui se passait que ce que le moi humain semblait acquiescer. Vous avez su. Oui, même sans vous tenir physiquement à l’écart, « Je sais qu’il y a plus qui se passe ici que ce que je vois ou ce que je comprends ».

Et cela a apporté une grande sagesse et la paix à votre être. Parce que dans ce moment de paix, la réponse à tout ce que vous combattez a l’opportunité d’intervenir et de dire : « Mais qu’en est-il ? » Et vous avez entendu.

Vous avez même entendu ces mots. « Et alors ? Eh bien, je n’ai jamais pensé à ça ? » Ok. Pensez-y.

Il y a une grande sagesse dans la condition humaine et les leçons, comme vous les appelez, que vous fournissez à vous-même et aux autres. Parce que rien n’est jamais fait dans l’isolement. Tout est fait dans l’unité du tout – entièrement Un (w-h-o-l-e-y).

Regardez votre langue. Il y a de nombreux indices dans votre langue. Vous le savez. Vous le savez même en étudiant ce que l’on peut appeler la langue étrangère et la façon dont elle est abordée dans différentes cultures.

Ainsi, il y a beaucoup de sagesse, beaucoup d’enseignement qui vous entoure si vous vous arrêtez, respirez et êtes ouvert pour en prendre plus – plus.

Et il y a plus. C’est pourquoi certains de vos slogans sont de si bons rappels de ce qui se passe dans votre monde. Voir ceci (quoi que ce soit) et ensuite savoir, prétendre, « Et il y a plus ». Parce que tout ce que vous approchez, tout ce que vous jugez, vous le voyez d’abord d’une certaine manière.

Et puis, au fur et à mesure que vous respirerez et serez en paix, il y aura l’idée d’un sens supplémentaire. Et si cela ne vient pas tout de suite, permettez-vous de prendre le temps de demander, de respirer, d’être.

En ce moment, vous avez un grand bouleversement dans votre monde. Beaucoup de ceux qui ont terminé la condition humaine sont partis. Et vous vous êtes demandé :  » Pourquoi certaines choses se sont-elles produites pour que certains prennent maintenant congé de la condition humaine ?

Et où vont-ils ? » Retourner dans la totalité de l’Un – pour faire un choix, pour expérimenter une fois de plus ou pour faire le choix d’être. C’est ce qu’on appelle le paradis – être dans ce lieu de paix et (si vous êtes intéressés) observer. Voir quels sont les choix.

Pendant de nombreuses vies, il a semblé nécessaire de prendre une décision instantanée sur quelque chose à faire. « Il y a un énorme tigre qui me court après et qui va me dévorer s’il m’attrape. Je dois prendre une décision instantanée. Je dois courir. »

Ou je peux respirer et savoir que tout va bien. Si ce que j’ai apporté est changé, je peux vivre avec. Et d’être en paix avec tout ça.

Souvent, on a le sentiment que « je dois sortir d’ici. Je dois sauver le corps, je dois trouver la sécurité. Je dois préserver ce que c’est. » Et ça peut être le lion. Cela peut être la puce qui vit sur le lion. Cela peut être le ver dans la poussière.

Ou cela peut être le dinosaure que vous avez été parce que vous vouliez savoir : « Qu’est-ce que ça fait d’être puissant physiquement ? Qu’est-ce que ça fait d’être énorme, plus grand que les petites choses, les petites créatures ? » Et c’était une comparaison pour vous permettre de sentir que vous créez.

Et vous en avez tiré un message de séparation : « Ok, je suis là. Je suis grand et fort. J’ai le pouvoir sur tout ce que je vois. » Ou « Je suis une petite chose, un rouage dans la roue de l’existence. Qui suis-je ? »

Dans de très nombreuses vies, y compris celle-ci, vous vous êtes demandé : « Qui suis-je ? Que suis-je ? Pourquoi suis-je ? » Je vous ai entendus. Et ce sont des questions que j’ai posées. Vous avez dans les écrits, le maigre nombre d’écrits que vous avez sur moi et sur ma vie, les questions que j’ai posées.

Pourquoi ai-je passé un long moment – 40 jours et 40 nuits – ce qui est une autre façon de dire un long moment – dans le désert du monde à me demander ce que tout cela signifie ? Pourquoi m’efforce-je de donner un sens à quelque chose qui semble insensé ?

Et vous êtes arrivé à ce point unique – l’amour. C’est connaître l’essence de l’amour. Je suis ce que je regarde avec amour. Et vous l’êtes. Vous êtes tout et tout le monde. Vous êtes le divin qui apporte une expérience que vous appelez dans cette essence humaine.

Avez-vous déjà été l’antilope ? Bien sûr, vous l’avez été. Avez-vous déjà été le singe ? L’ours ? Un ver de terre ? Oui. Vous avez voulu savoir ce que ça fait de ramper lentement sur notre Sainte Mère la Terre et de lever les yeux vers ces êtres gigantesques qui se déplacent comme des arbres.

« Si seulement je pouvais vivre cette expérience. » Vous avez demandé. C’est accordé. Alors, vous êtes là. Certains d’entre vous sont petits. Certains d’entre vous sont grands. Certains d’entre vous sont grands et certains sont plus petits.

Vous avez choisi de nombreuses vies pour tout expérimenter. Cet aspect, cet aspect, tous les aspects. Et quand vous en avez fini avec cela, vous avez choisi une autre chose pour en être un aspect.

Multitudinaire – parce que vous vouliez savoir.

Vous vouliez dire : « Qu’est-ce que ça fait de regarder avec des yeux ? » D’être capable d’avoir quelque chose en miroir et de l’interpréter d’une certaine façon – comme amical ou comme une bête sauvage qui vous voit comme un dîner. Et de courir et de dire, « Je peux courir. Je peux m’échapper.

Je peux me sauver, ah, oui, pour un autre jour. » Ok. Et vous l’avez fait. Vous avez été. Et vous le ferez à nouveau, probablement pour le simple plaisir de le faire. Donc, alors que vous fuyez la bête majestueuse qui veut dîner (le dîner sur vos os, d’accord) dites : « Je vis une aventure. » Bien sûr.

C’est ce que vous faites.

Si vous êtes entouré d’ »amis » (entre guillemets) qui critiquent tout ce que vous faites et vous démontent pièce par pièce, jugement par jugement, vous pouvez rester ou vous pouvez dire « Adieu. A plus tard ». Ou « au revoir ». J’aime dire ça – au revoir.

Votre langage est très révélateur et il vous montrera ce avec quoi vous êtes vraiment en train de travailler.

Vous êtes créatif. Non seulement cela, mais vous êtes le Créateur. Prenez-le profondément dans l’esprit que vous appelez le vôtre et sachez que vous êtes vraiment le Créateur – avec un « O » majuscule. Vous êtes en train de créer ce soir, en ce moment même, alors que nous parlons.

Comment vous sentez-vous ? Bien. Joyeux. Merveilleux et joyeux. Vous êtes ceux qui le créent. Vous êtes ceux qui le jugent et le diffusent. Car c’est ainsi que ça se passe selon vous. Vous écrivez votre propre scénario. Appelez-le joyeux.

Et vous trouvez cela vrai. Vous constatez que, jour après jour, il semble devenir un peu plus heureux, un peu plus compréhensible. Au début, quand vous êtes un bébé dans les bras, vous ne comprenez pas grand-chose à part : « Je veux dormir. Je veux manger et dormir. »

Alors d’accord, c’est convenable à ce moment-là. Plus tard, tu voulais savoir ce que ça faisait de faire du tricycle à trois roues. « Je veux savoir. Comment on se sent quand on y va. Ah, la vitesse ! Je descends le chemin aussi vite que possible. »

Et puis vous entrez dans ce qu’on appelle l’automobile qui est automatique – soi-disant – mais c’est moi qui commande, d’accord. Et vous voulez vivre cette expérience.

Vous êtes de grands inventeurs. Et s’il n’y a pas assez d’excitation, vous allez inventer quelque chose pour être excité. Rendez-le joyeux, rendez-le facile, rendez-le heureux. Et c’est ce que je vous vois faire. Et le corps que vous activez vous remercie.

Parce que lorsque vous êtes dans le stress, vous ne vous sentez pas bien. Le corps n’aime pas ça. Le corps dit : « On peut s’arrêter et respirer un peu ? »

« Eh bien, oui, mais j’ai ce rendez-vous, je dois me dépêcher et aller à ce rendez-vous. Et puis après cela, j’ai dit que je rencontrerai untel ou untel au café. Et donc, il faut que je continue. »

Qui le dit ? C’est vous. C’est vous qui le dites. Et si vous voulez choisir à nouveau, vous êtes libre de choisir à nouveau. D’écrire une nouvelle histoire. C’est là que vous vous trouvez en ce jour et en ce temps. Vous êtes prêts à commencer à écrire une nouvelle histoire.

Parce que vous avez dit : « Ok, j’ai été là, j’ai fait ça », avec différentes idées qui viennent et qui disent : « Eh bien, vous pourriez faire telle et telle chose ». « Bon, d’accord. Mais j’ai déjà essayé ça. J’ai été là et j’ai fait ça. Et je veux quelque chose de joyeux, d’heureux, d’aimant. Je veux pouvoir me sentir en paix. »

Et donc, comme vous le demandez, vous allez le faire. Tu vas le créer et tu vas marcher en paix avec ton ami.

Fais appel à moi. Je marcherai avec toi. Fais appel à moi si tu comprends vraiment ce que je dis. Et demande-moi de te fournir un corps aussi.

Maintenant, je marche tout le temps avec vous, surtout lorsque vous avez des questions. Je marche avec vous. Je réponds.

Parfois, vous m’entendez. Parfois, vous ne m’entendez pas. Mais maintenant que vous demandez, sachez – revendiquez et sachez vraiment – que je marche avec vous comme vous.

« Oh mon Dieu, Jeshua. Vraiment ? Je ferais mieux de faire attention à ce que je dis. »

Parfait. Le sourire. Parfait. Il est magnifique. Il donne à tous ceux qui voient ce sourire un sentiment de légèreté pour qu’ils acquiescent, qu’ils disent : « J’aime ça. J’aime ce que ça fait. Tu es mon ami. J’aime l’impression que ça fait de marcher avec mon ami. »

Et c’est ce que vous êtes en train de faire pour vous-même. Vous choisissez l’aventure de l’amour.

Ce soir, vous vouliez savoir : « Qui suis-je ? Pourquoi suis-je ? Est-ce que je fais les bons choix ? » Oui, mon amour, tu les fais. Tes choix t’ont amené à cet endroit, cet endroit qui dit :  » Je suis …. « . Et ensuite, il y a un vide que vous devez remplir. « Je suis l’ange sur deux pieds. Et j’aime les chaussettes que je mets à mes pieds. » Très artistique. Magnifique.

Chacun d’entre vous crée la plus merveilleuse des vies en la traversant. Rendez-la heureuse.

Pourquoi pas ? Exactement. Vous avez tous recueilli à vous-même. assez d’expériences au fil des ans. Vous avez été là, fait ça avec beaucoup de choix. Et vous êtes prêt maintenant pour la cerise sur le gâteau. « Je veux connaître la bonté. »

Et c’est pourquoi vous êtes ici ce soir avec des amis qui veulent aussi connaître et manifester l’amour, sentir les vibrations de guérison de l’amour, marcher en tant qu’amis. Pour savoir que l’essence de la vie ne se termine pas avec la disparition du corps physique.

Vous avez découvert cela au cours de nombreuses vies, en tant que fourmi, en tant qu’oiseau ailé, en tant que poisson dans la mer. Vous êtes l’animal à fourrure qui, dans la nature, poursuit et expérimente ce que cela fait de courir dans la forêt. Comment se sent-on quand on vole comme un papillon ?

Qu’est-ce que ça fait ? Et quand vous posez cette question, il y a une connaissance qui se sent parce que vous avez été là. Vous l’avez fait. Et il y a un savoir qui dit : « Oui, j’imagine… » et c’est une connaissance préalable que vous imaginez qui vous amène à réaliser : « Ça semble réel. » Bien sûr.

Permettez-vous de vous aventurer. C’est sans danger. Vous ne vous perdrez pas. Et si pendant un moment vous vous sentez un peu perdu, demandez à quelqu’un : « Où sommes-nous ? » Et ils vous le diront. Ce n’est peut-être pas la bonne réponse selon ce que vous voulez entendre.

Mais ils vous le diront. Vous pouvez même dire : « Sortez de ma vie. Ne m’embrouillez pas avec un fait. Je veux connaître l’aventure. »

C’est vraiment ce que vous faites. Vous avez traversé tant d’expériences humaines, tant de vies de forme que vous savez ce que cela fait. Vous connaissez l’aventure.

Et maintenant, vous créez pour vous-même des situations créatives où toutes ces connaissances vous reviennent (si vous en avez besoin) et vous permettent de vous délecter d’une aventure.

Vous vivez une expérience humaine en même temps que vous vivez une expérience angélique. Et non, il n’est pas nécessaire de mourir pour être un ange. Tu es un ange sur deux pieds. Vous êtes un ange qui vole avec l’amour dans le cœur.

Il y a des moments dans chaque journée où tu te sens transporté. Là où tu sais que je suis celui que tu regardes – même si c’est celui que tu appelles le quadrupède. Qu’est-ce que ça fait de regarder à travers les yeux et d’être à quatre pattes ? « Ok, oui, je peux imaginer. »

Bien sûr, vous pouvez. Vous avez été là, fait ça.

Pourquoi faites-vous certains rêves ? Parce que tu veux t’aventurer une fois de plus sans abandonner ton corps. Alors, vous rêvez. Et tu vis l’aventure dans ton rêve. Et puis vous vous réveillez et vous dites à quelqu’un, « Je viens de faire le plus fantastique des rêves.

C’était vraiment très loin. » Oui, bien sûr. Vous êtes tous très doués pour la fantaisie, pour la fabrication. Inventer quelque chose pour pouvoir dire, « J’ai été là, j’ai fait ça. » Et c’est le cas, c’est ainsi que vous mettez en place ce qui semble être une histoire dans ce point et cette concentration.

Vous êtes très créatifs. C’est pourquoi certains d’entre vous se lancent dans l’écriture d’histoires. Parce que vous avez été là, vous l’avez fait. Et donc, vous dites : « D’accord, je vais raconter ce qui semble être une fantaisie ». Et pourtant, sur le moment, quand vous êtes dedans, c’est la réalité.

Et vous vous dites : « Oh mon Dieu, est-ce que je veux vraiment être là-dedans ? » Et parfois, comme vos rêves vous le montreront, vous feriez mieux de vous réveiller et de sentir les roses. D’accord.

La vie. Ce que j’essaie de vous dire, c’est que la vie est une aventure. La vie est un cadeau que vous vous faites à vous-même. Une vie avec une forme et une vie en dehors de la forme où vous avez l’imagination, l’outil pour connaître et créer l’aventure.

Permettez-vous de dire : « Ah ! Bon sang, c’était bien joué. » Et vous pouvez tous vous identifier à cela.

Parfois, il y a eu des chapitres dans votre vie, où vous vous êtes demandé : « Vais-je m’en sortir ? » Est-ce qu’ils (qui qu’ils soient) vont (couper le mouvement) avec la tête ? Et vous avez été là, vous l’avez fait, alors oui, vous savez – ok, (mouvement de hache), nous sommes partis.

Vous avez été là, vous l’avez fait. Et maintenant, où êtes-vous ? De retour dans l’aventure, avec peut-être une fin différente. Vous préféreriez avoir une fin différente.

Mais, vous savez, j’ai eu la même pensée pendant un moment. Et je pensais que la pire chose qui pourrait arriver serait peut-être l’épée qui couperait le corps en deux. Ou ça pourrait être la crucifixion. Ce serait une mort lente et douloureuse. « Je ne pense pas que j’aimerais faire ça au corps. »

Mais j’ai découvert, comme vous le comprenez maintenant, que cette expérience n’est qu’une expérience. C’est le nom qu’on lui donne. Et j’ai découvert que je (et c’est vrai pour vous) je ne suis pas lié au corps. Je suis le Dieu qui vit une expérience humaine.

Maintenant, je sais que si vous vous tenez au coin de la rue et que vous dites :  » Je suis…  » et ainsi de suite, il y en a qui vont dire :  » D’accord, je vais vous hâter sur votre chemin – (mouvement de hachement) couper la tête ou autre « .

Mais en même temps, mes bien-aimés, vous faites l’expérience. Permettez-vous de savoir :  » Je suis le créateur (O majuscule). Je suis le créateur de ma vie, de ce que j’expérimente. Je suis. » Et dites que tout est bon.

« Wow Jeshua, je ne sais pas si je peux faire ça. Je ne sais pas si j’ai le courage de le faire. » Eh bien, commencez petit. Trouvez que vous pouvez couper les ongles. Ok. Pas besoin de mettre la pointe à travers la main. Coupez les ongles. « Ok, ça a marché. Ça n’a pas fait très mal. »

Ok. Certains d’entre vous ont coupé quelques doigts. Oui, je suppose que ça pique. (Membre du public, « Ça n’a pas fait mal du tout »). Oui, vous voyez, ça n’a pas fait mal du tout. Voilà. Je ne vous conseille pas de sortir demain et de faire (mouvement de hache) et de couper.

Mais si cela arrive, vous êtes toujours ce que vous avez toujours été. Vous serez toujours le Christ ayant une expérience humaine.

Prenez cela à cœur. Même après en avoir fini avec cette physicalité, vous êtes toujours le Christ, l’essence de l’être, la divinité, le Dieu Soi qui connaît l’expérience humaine. Ou qui connaît l’expérience du lion, du poisson, de la baleine, de l’oiseau, de tout ce à quoi vous pouvez faire appel pour demander ce que cela fait d’être ?

Le ver de la poussière – on peut se faire marcher dessus, oh ciel, ou il peut y avoir un oiseau qui passe et dit, « Oh, le dîner. » Ça pourrait être aussi complet que ça. Que feriez-vous ensuite ? Vous recréeriez un autre corps, une autre forme. Qu’avez-vous fait dans le passé ? C’est ce que vous avez fait dans le passé.

Si vous étiez le ver dans la poussière et qu’un être ailé passait par là et disait : « Oh, le dîner », vous avez alors créé quelque chose d’autre à expérimenter.

Et si vous n’aviez pas fini de connaître le ver de la poussière et ce que cela fait d’aller tout à fait progressivement, vous recréeriez une autre forme de ver. Voilà à quel point vous êtes créatifs. Vous pouvez toujours recommencer.

Avez-vous déjà entendu ce terme ? Bien sûr que oui. Qu’est-ce que tu es en train de faire ? Vous faites un recommencement. Vous avez dit : « Je veux être le grand, le costaud, l’homme fort. Je veux être le chef. » Et puis le plus petit est arrivé et a dit : « Ok, tu peux être en charge tant que je prends les décisions. »

J’ai vu comment cela fonctionne. Vous êtes tous de grands démonstrateurs. Vous êtes tous l’amour sur deux pieds, sur quatre pieds, avec des ailes, etc. Vous faites tous l’expérience de la vie. Et si vous voulez vivre l’expérience angélique, c’est un choix que vous pouvez faire pendant un certain temps.

Essayez-la. Vous pourriez aimer ça. Ou vous l’essayez et vous dites :  » Oh, je veux essayer quelque chose d’un peu plus formel. Je veux avoir plus de forme. Je veux avoir plus de puissance. » Je vous dis que les anges ont beaucoup de pouvoir, d’accord.

Mais votre choix, un choix libre. Vous n’avez même pas à payer pour ça. Vous choisissez simplement et si vous n’aimez pas ce que vous avez choisi, essayez-le et essayez, essayez et essayez encore jusqu’à ce que vous pensiez l’avoir bien compris.

Et puis vous en choisissez un autre parce que vous voulez essayer autre chose.

C’est un choix, un choix libre. Et c’est l’angélique, celui qui connaît Je Suis et choisit de vivre comme si tout était libre. Tout est comme il est. Tout est la nature du Christ. Je Suis.

Ainsi soit-il.

Q & R JUDITH
Maintenant il dit que je sais qu’il y avait une question à laquelle je devais répondre. Quelle était cette question ? Il dit qu’il y avait quelque chose dans le titre de cette soirée à laquelle je devais répondre. Oui, appelez-le et voyez. A quoi devait-il répondre ? Parce que comme il le dit, je m’anime, et il s’en va.

EVA
La question était  » Si Dieu m’aime, pourquoi est-ce que je me sens si peu aimé ? « .

JUDITH 44:34
Ah ha, c’est une très bonne question. Ok, Jeshua, quelle est la réponse à cette question ?

JESHUA
Ok, mes bien-aimés, vous êtes en train de changer cela. C’est pourquoi je n’ai pas consacré beaucoup de temps à cette question. Vous êtes en train de changer cela à l’endroit où vous connaissez l’amour que vous êtes. Et vous savez que l’amour que vous êtes, pour être expérimenté, doit être donné.

Il doit être démontré. Cela doit se faire dans un rassemblement où les gens s’aiment et où vous vous réunissez. Et comme cette soirée l’a montré pour vous, dans son essence, « Je suis heureux de vous voir ».

Et souvent, il y a ensuite le rassemblement en tant qu’un avec une étreinte où vous vous tendez et vous pouvez sentir le battement de cœur de l’autre.

Donc, en effet, à chaque fois que vous tendez la main dans votre cœur, vous vous étreignez vous-même, car il n’y a pas de séparation. D’accord. Mini leçon

EVA
Mais il y a beaucoup de gens qui ne ressentent pas l’amour de Dieu et qui ne permettent pas à leurs frères et sœurs de s’aimer eux-mêmes. Que leur dirais-tu ?

JESHUA
Je dirais, bien-aimés, que c’est l’achèvement. C’est la fin. Ceux qui ne se sentent pas aimés et qui ne peuvent pas, disent-ils, ne peuvent pas ressentir l’amour, s’en vont pour un certain temps. Ils vont revenir.

Ils reviendront. Mais en ce moment, ce qui se passe est une graduation où vous atteignez un certain niveau. Et ceux qui sont diplômés reconnaissent quelque chose de plus qu’eux-mêmes et arrivent à ce lieu d’unité d’amour.

Ceux qui ne le ressentent pas reviendront parce qu’ils ont le sentiment de vouloir savoir : « Qui suis-je ? Pourquoi suis-je ? » Et ils demandent l’achèvement, même en termes humains : « Pourquoi est-ce que je me sens mal aimé ? Pourquoi ne suis-je pas assez bon ? »

Et ainsi, ils vont quitter ce qui semble être une vie ratée. Puis, ils viennent créer pour eux-mêmes comme le bébé dans les bras qui réalise : « On s’occupe de moi. « On veut de moi. »

Parce que beaucoup partent maintenant. Vous l’avez vu avec la pandémie, comme on l’appelle. Et ceux qui partent pour cette raison – il doit toujours y avoir une raison apparemment. Et donc il y a un changement qui se produit.

Parce qu’ils ont essayé maintes et maintes fois, vie après vie, et ils ont vu qu’ils n’allaient pas plus loin. Jusqu’à un certain point. Et alors, qu’y a-t-il de plus ?

Eh bien, il y a cet éveil où le Christ naît – dans la reconnaissance, dans l’acceptation, dans la totalité, dans les endroits où l’on dit : « Oh, je pensais que c’était juste une idée dans un livre quelque part. Vous voulez dire que c’est réel ? Je peux vraiment sentir que j’ai réussi. Je suis aimable. »

Et ceux qui partent maintenant parce qu’ils ne se sentent pas assez bien, ils reviendront. Encore et encore, s’il faut le faire autant de fois pour savoir que je suis assez bien. Que je suis désiré.

Parce que vous l’avez vu par vous-même. Vous l’avez ressenti avec vos propres petits, où vous avez dit : « Je veux vraiment un petit. Je veux voir ce bébé dans les bras et le regarder dans les yeux. Je veux vivre cette expérience. Je veux savoir. »

Et aussi : « Je veux pouvoir lever les yeux et voir l’amour dans les yeux de quelqu’un. Être désiré. » Ok. Donc, les rôles sont changés. Et vous pouvez expérimenter les deux côtés – tout, tout.

Il y en a beaucoup qui sont sortis comme vous l’avez vu pour certaines raisons (comme la pandémie) qui en ont fini avec la répétition. Qui veulent savoir : « Qu’est-ce que ça fait d’aimer ? Pas seulement d’être aimé – c’est bien.

Mais qu’est-ce que ça fait d’aimer, d’aimer réellement quelqu’un au point de faire n’importe quoi pour cette personne ? »

Il en va de même pour l’adoption d’un quadrupède, car vous voulez avoir le sentiment de prendre soin et d’aimer l’énergie qui circule. Souvent, on n’ira pas aussi loin qu’avec un animal à deux pieds. Ceux à deux pieds peuvent être un défi, ok.

Donc, vous avez ceux à quatre pieds. Ils ont une portée de petits et ils doivent s’occuper de ces petits. Et ce n’est pas plus facile pour eux que pour vous avec un chien à deux pattes parfois. Je veux dire ces chiots à quatre pattes, oh, ils vont partout.

Et la mère chien dit, « Je ne peux pas suivre. » De la même façon que la mère humaine dit, « Je ne peux pas suivre. »

Donc, vous devez en faire l’expérience – sous différentes formes, à différents niveaux – encore et encore jusqu’à ce que vous disiez : « Maintenant je le ressens ». Non seulement je sais (parce que vous êtes à un endroit où vous savez) mais je le ressens.

Sentez ce que cela fait de se soucier de l’au-delà de moi-même. » Parce que beaucoup d’entre vous, si votre animal de compagnie bien-aimé, celui que vous aimez, l’animal court devant une voiture, vous seriez juste après celui-là. Peut-être pas devant la voiture. Mais vous lui crieriez : « Sors de la rue », ou autre chose.

Oui, vous faites l’expérience de ce que l’on ressent quand on est celui qui aime un autre au point de reconnaître l’unité : « Je suis cet animal à quatre pattes qui court devant la voiture. » Bien sûr.

EVA
Qu’en est-il de ceux qui viennent et font l’expérience de tant de haine, comme cela s’est produit récemment ? Judith a dit que dimanche dernier, le jeune homme qui a été battu à mort était en fait un volontaire et qu’il était venu ici pour nous montrer quelque chose.

Pourriez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet, parce que je pense que c’est quelque chose qui est dans l’esprit et dans le cœur des gens dans tout le pays et dans le monde entier.

JESHUA
C’est vrai. Ceux-là sont vos enseignants. Et ils ne sont pas ceux qui se tiennent debout devant une classe. Et qui lisent dans un livre ou autre. Ce sont ceux qui vivent une vie comme la vôtre, comme la vôtre, comme la vôtre.

Et ils arrivent à un certain point où ils réalisent que si je montre que je – l’essence de je – est plus que la forme, il y en aura au moins un qui aura cette lueur de compréhension de la Réalité – R majuscule – que vous êtes. Et réalisez que la forme, quelle qu’elle soit, n’a pas d’importance.

C’est l’essence, l’esprit comme vous l’appelez, qui compte et qui prend les décisions. Et va de l’avant et dit : « Le corps, je peux le recréer. »

Et c’est ce que vous faites vie après vie. Vous créez la forme avec laquelle vous pouvez vous déplacer ou non, selon la leçon que vous voulez donner à vous-même et aux autres. Et ainsi, tu peux créer et expérimenter. C’est le but de la vie. Créer, expérimenter et aimer à travers tout cela.

Vous pouvez faire ce que vous appelez un échantillonneur que vous mettez sur votre mur. Vous pouvez le broder : « Créer, aimer, expérimenter. » Ceux qui aiment faire le point de croix…

EVA
Donc, il était un professeur de notre amour ?

JESHUA
Oui, oui. Il était prêt à être battu à mort, jusqu’à l’endroit où le non-amour prendrait le corps mais pas l’esprit.

Sachez combien ce seul esprit est grand qu’il soit célébré. Non seulement dans cette assemblée de personnes (celles dont le pays) mais aussi dans le monde entier où l’on parle de lui. Il a permis que sa vie – comme on parle de moi – soit donnée pour que les gens puissent se réveiller. C’est de cela qu’il s’agit. Se réveiller.

Se réveiller. C’est un cadeau qui est donné.

Donc oui, si vous le recevez – et je sais qu’il y a des gens qui vont remettre en question cela. Ils disent, « Mais Jeshua, c’est beaucoup trop tôt. » Celui-ci s’est déjà incarné à nouveau. Oui, il en a fini avec une forme. Il est revenu vivre comme l’enseignant qu’il est.

Vous êtes tous des enseignants, d’une manière ou d’une autre. Vous n’avez pas tous à vous sacrifier sur la croix. En vérité, vous avez tous été là, vous l’avez fait. Quand je parle d’avoir les lourdes pointes à travers la paume de la main. « Oh, Jeshua, je peux le sentir. »

Bien sûr, vous pouvez le sentir. Vous en avez fait l’expérience. Je ne suis pas le seul. Vous avez même l’histoire des deux voleurs qui sont crucifiés à côté. Tu étais l’un des voleurs.

« Jeshua, comment pouvez-vous m’appeler un voleur ? Je n’ai jamais, de toute ma vie, volé quoi que ce soit. » Bien sûr, tu le ferais – pour ta famille. Si tu en avais des petits, et qu’ils avaient besoin de quelque chose, tu en as pris un peu.

Peut-être pas pour vous, mais pour eux. Vous avez été là, vous l’avez fait. Et l’être créatif que vous êtes ne juge pas et ne dit pas qu’il a tort.

« Oh, maintenant vous parlez de blasphème ? » Oui, oui.

EVA
Donc, nous ne jugeons pas parce que nous avons tout fait et sommes passés par là nous-mêmes.

Jeshua

Exactement. Vous avez été là, vous l’avez fait. Vous savez ce que ça fait d’être des deux côtés. D’être celui qui part et prend une décision. Et celui qui reçoit.

EVA
Merci beaucoup.

JESHUA
D’autres questions ? J’aime bien les questions.

EVA
Eh bien, je suis sûre qu’elles viendront au cours de notre séance de questions-réponses. Je voulais simplement donner suite à celle qui était la plus importante dans notre esprit.

MEMBRE DU PUBLIC
Il semblerait donc que le paradis soit vraiment l’amour de Dieu.

JESHUA
C’est ça ? Je pense qu’il l’a compris. Et il est juste là.

EVA
Nous vivons dans ce royaume tout le temps.

JESHUA
Tout le temps. Soyez-en conscient et donnez-le. Oui, oui. C’est pourquoi nous, vous avez ces groupes. Et c’est pourquoi mon ami bien-aimé et professeur, et la même chose pour vous tous, appréciez d’être dans le groupe où vous pouvez tendre la main et toucher.

Tendre la main et faire un câlin. Mettez l’amour au travail. Oui. Magnifique.

Vous sentez la vibration de l’amour. Oui. Et c’est vrai. C’est réel. Il y a une vibration de l’amour. Elle a été mesurée. Cela a été écrit. Elle est réelle. Alors, permettez vous de vivre dans cette vibration.

Donnez-la gratuitement. Il n’y a pas de frais. Eh bien, ouais, il y a une charge à cela. Mais de toute façon, tu es chargé.

Y a-t-il une question ?

MEMBRE DU PUBLIC
Merci. Jeshua, en présence de ce dont vous nous avez parlé tant de fois – que nous sommes les créateurs. Nous créons notre propre vie et c’est une aventure. Et vous nous encouragez à être dans l’amour, à être dans la joie.

Ma question (qui vient probablement d’un peu d’éducation) est qu’il est fait référence à l’abandon au Divin au fur et à mesure que nous avançons dans notre voyage.

Pourriez-vous nous donner quelques éclaircissements sur la pratique ou le processus d’abandon au Divin et sur la manière dont cela s’inscrit dans le cadre de notre rôle de créateur ?

JESHUA
C’est exact. Comme vous l’avez reconnu, vous créez à chaque instant. Vous créez ce rassemblement. Vous créez vos sentiments à l’égard des questions qui sont posées, des réponses et du train de pensée qui découle de l’interrogation. Vous créez tout cela en même temps. Voilà à quel point vous êtes grands.

Vous pensez que vous n’êtes qu’un petit point de vibration assis sur le canapé. Vous êtes bien plus que cela.

Vous êtes l’esprit – le « M » majuscule – de l’humanité. Les expériences que vous avez vécues, non seulement dans cette vie mais aussi dans beaucoup d’autres, sont nées pour être expérimentées, exprimées, comprises, expliquées afin de savoir ce que toutes ces expériences indiquaient.

Toutes vos expériences sont des enseignants en elles-mêmes. Et elles disent :  » Mais comment vous sentez-vous par rapport à cette expérience, quelle qu’elle soit ? Et que diriez-vous à une autre personne qui vit ce que vous venez de vivre ou ce que vous envisagez de vivre ?

Quelle serait la valeur, selon vous, si vous étiez (et vous êtes) l’enseignant ? » D’accord. Parce que vous jouez tous les rôles. Vous jouez le rôle de celui qui reçoit l’enseignement et qui essaie d’y trouver la parcelle de vérité.

Et vous jouez aussi le rôle de l’enseignant qui met tout en avant pour que les autres puissent savoir, s’identifier, grandir peut-être, dans un lieu de compréhension.

Oui, il y a beaucoup de choses qui se passent à un moment donné dans le temps, comme cela semble être le cas. Ainsi, vous allez, vous demandez, vous vivez, vous faites des essais, vous partez à l’aventure – un mot que j’aime beaucoup parce que cela ressemble à une aventure.

La vie humaine est une aventure. Peu importe comment vous la vivez. C’est une aventure.

Vous en retirez une certaine compréhension – une expérience, appelée expérience. Et puis vous rencontrez quelqu’un qui vit quelque chose de similaire. Et vous comparez vos notes. Et vous dites : « Voilà comment je vois les choses.

Voilà ce que j’en ai retiré ». Et ils disent, « Eh bien, je n’ai pas obtenu cela. J’ai compris quelque chose d’autre », et ainsi de suite.

Donc, il y a une richesse d’informations et d’expériences qui peuvent être partagées et qui sont partagées. Vous êtes riches, non seulement dans cette vie mais aussi dans d’autres vies, où vous apportez cela comme expérience passée.

Et il se peut que quelque chose se présente et que vous preniez une décision. Et quelqu’un dira : « Comment avez-vous su quoi choisir ? » Et vous dites : « Je ne sais pas. Je l’ai senti juste. » Oui.

Et vous avez vécu beaucoup d’expériences où vous avez essayé quelque chose et où vous ne vous êtes pas senti bien. Ou vous avez essayé quelque chose et c’était comme, « Oh, c’est ce que c’était ». J’ai entendu mon amie et enseignante bien-aimée, celle que vous connaissez sous le nom de Judith.

Elle dit ça presque tous les jours, « Oh, c’est de ça qu’il s’agissait. » Elle est un peu lente. Mais elle veut tirer le meilleur de chaque expérience. » Donc oui.

J’ai entendu cela. Merci pour votre question. Très bien. C’est – une de plus ? Bien sûr.

MEMBRE DU PUBLIC
Donc, nous avons regardé beaucoup de NDAs, expériences de mort imminente où les gens sortent du corps. Le corps meurt physiquement ; ils vont quelque part et reviennent dans ce corps. Et ils sont tous un peu différents. Et les gens ont une scène un peu différente.

Mais l’une des choses qui semble être vraiment omniprésente, c’est que de nombreuses personnes se retrouvent initialement dans un vide obscur. Et ils sont assez incertains à ce sujet. Ils ne se sentent pas vraiment bien à ce sujet.

Et puis il y a une lumière, une sorte de lumière. Et toutes ces personnes choisissent d’aller vers la lumière qui les renvoie directement ici. Alors, quel genre d’expérience vivriez-vous si vous choisissiez le vide ?

JESHUA
Essayez et voyez. N’est-ce pas ?

MEMBRE DU PUBLIC
Bonne réponse.

JESHUA
Rien ne peut nuire à votre esprit, à ce que vous êtes vraiment. Ainsi, les aventuriers diront :  » D’accord, j’ai essayé d’aller vers la lumière de nombreuses fois, jusqu’à l’endroit où je dois porter des lunettes de soleil maintenant.

Mais je veux savoir ce que ça fait d’aller dans l’ombre ? Est-ce que je peux encore savoir qui je suis là-bas ? » Attendez et voyez. Reviens et rédige un rapport. Vous avez un devoir.

MEMBRE DU PUBLIC
Oui, monsieur.

CONVERSATION DU PUBLIC
Peu importe où tu vas, NOUS sommes là.

JESHUA
Oui. Bien. Oui, il n’y en a qu’un. Exactement. Je pense qu’il a compris.

EVA
Eh bien Jeshua, une dernière demande. Nous avons une sœur qui fête son anniversaire aujourd’hui. Et je lui ai promis qu’elle serait doublement bénie en venant. Et la voici.

JESHUA
Tu serais là de toute façon,

EVA
As-tu un message pour elle en ce jour spécial ?

JESHUA
Oui. Tu as choisi ce jour, ce nombre comme tu comprends les nombres dans ta langue. Les nombres ont un langage qui leur est propre. Chaque année, lorsqu’il se présente à toi, il a un aspect légèrement différent, une ombre, comme tu veux le dire.

Le message de base est le même chaque année, c’est « Bienvenue à la maison ». Il s’agit de dire : « Oui, j’ai choisi d’être ici, dans un endroit qui parfois ne ressemble pas à un foyer. » Et parfois, ce n’est pas le cas.

Parfois, on se dit : « Qu’est-ce que c’est que tout ça ? Pourquoi ai-je choisi ça ? » Je sais que j’ai entendu ça de nombreuses fois. Vous l’avez choisi pour la richesse de ses amis, de ses expériences humaines. Parce que vous avez dit : « Je veux connaître tous les aspects de l’être humain.

J’ai essayé d’être le grillon, j’ai essayé d’être le papillon, j’ai essayé d’être la baleine. J’ai essayé d’être l’essence de la mouffette. » Peu importe.

Je me fais un peu critiquer par mon ami et professeur adoré. D’accord. Mais tu as tout essayé pour tout connaître. « Qu’est-ce que ça fait ? Comment ce serait si je choisissais ce qui semble être une vie entière en tant que cet être ? »

Et donc, vous avez, vous avez développé (c’est vrai pour vous tous), ce que vous appelez l’imagination. « Je peux imaginer », dites-vous, « comment je me sentirais si j’étais x, y et z. » Ok.

Et c’est un don. Et les gens parlent des dons que vous avez, en tant qu’humain. Il y a certains dons, certains inconvénients aussi – certains seront très rapides à les signaler, ok.

Mais pour un anniversaire, permettez-vous de connaître les amis que vous avez, et la valeur qu’ils vous accordent dans leur vie en étant capables de partager la bonté de la vie humaine. Et les hauts et les bas. Parce que la vie humaine offre des opportunités, tu sais, pour les hauts et les bas.

Ainsi, vous avez une certaine réalité partagée avec les autres et elle est riche. Permettez-vous de célébrer, de regarder les autres qui sont vos amis. Et de leur dire : « Merci d’être dans ma vie », comme ils vous diront : « Merci d’avoir suivi le chemin humain ».

Ils peuvent ne pas choisir ces mots, mais c’est la même chose que ceux qui sont heureux de traverser la vie qui est heureuse. C’est un cadeau que vous faites en la vivant. Sachez que vous l’êtes.

Et vous le ressentez. Je sais que vous le ressentez – l’enfant, toujours l’enfant divin ayant une expérience humaine. Vivez-la. Profitez-en. Soyez tout ce que vous pouvez être.

Ainsi soit-il.

Jeshua ben Joseph (Jésus)

en expression par Judith

Judith Coates

Source Jeshua : Pourquoi est-ce que je me sens si mal aimé ? – Etresouverain.com


NOUVEAU SEMINAIRE EN MARS et AVRIL !!! VOIR LE PROGRAMME CI-DESSOUS !!!

L’ASCENSION EN SOI – LA RÉVÉLATION DE L’HOMME GALACTIQUE


Vibratelier ” BEST SELLER ” pour un soin de la 5D et rencontre des êtres de sa famille d’âme dans le cœur sacré, en guidance par votre divine présence:

Rejoins-nous sur les nouveaux médias sociaux !!! Merci ! CLUB VK : https://vk.com/club175930391 ; PROFIL VK : https://vk.com/nturban ; CHAÎNE ODYSSEE : odysee.com/@Eveilhommme ; Groupe Telegram : https://t.me/joinchat/oYnr005XgndhYTFk ; Chaîne Crowdbunker : https://crowdbunker.com/@eveilHomme


Pour soutenir Eveilhomme, vous pouvez faire un don, vous abonner ou alors cliquer régulièrement sur les bannières de publicité, cela nous aidera : merci, Merci ! MERCI !!
En contrepartie de votre abonnement mensuel, vous avez accès aux Vibr’Ateliers proposés en don du Cœur dans la boutique (après l’abonnement et vous être abonné, et inscrit et connecté, voir menu boutique en cliquant sur ce message, atelier proposé en don, mettre 0 dans le don et faire ‘l’achat’)


GRATITUDE INFINIE ET ILLIMITEE A TOUS


Autre possibilité de soutien, cliquez ci-après :


Campagne de soutien permanent sur Gofundme https://gf.me/u/ysawj4


Tipeee : https://fr.tipeee.com/eveilhomme

N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
%d blogueurs aiment cette page :