GÖBEKLI TEPE – UN PORTAIL VERS LE COSMOS

N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me

Göbekli Tepe est un site préhistorique du Mésolithique, situé dans la province de Şanlıurfa, au sud-est de l’Anatolie, en Turquie, près de la frontière avec la Syrie. Au sud-ouest se trouve la ville de Şanlıurfa. Le toponyme turc Göbekli Tepe signifie « Colline en forme de ventre », en référence à sa forme. Le site archéologique a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en juillet 2018.

Quoi qu’il en soit, la culture mégalithique à l’origine de ces constructions est encore très mal connue, et le site semblerait avoir été abandonné vers 8 000 av. J-C., puis volontairement enfoui au Néolithique précéramique, lors de la domestication. À noter que de manière générale, pour ce site comme pour tous les autres, aucune technique actuelle ne permet la datation de la taille d’une pierre. Seule la remise dans le contexte archéologique, historique et géographique, au travers du style de la gravure, des objets retrouvés sur le site et d’éventuels restes organiques, permet de faire l’hypothèse d’une date.

source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Göbekli_Tepe

Göbekli Tepe est la preuve irréfutable d’une civilisation perdue parce que cela confirme qu’au moment de la dernière période glaciaire il y avait une culture existant dans le monde. Göbekli Tepe est un site incroyablement sophistiqué. Il y a un message très important qu’ils nous ont envoyé volontairement. On voit effectivement l’architecture dans la constellation du cygne, tout comme ils ont rendu hommage à Göbekli Tepe. Seulement 5% de Göbekli Tepe a été déterré jusqu’à présent. Alors quelles autres surprises trouverons-nous ?

On doit connaître nos origines; on doit connaître notre destinée. Et tout cela se trouve sous la surface de Göbekli Tepe.

Précédant Stonehenge d’au moins 6 000 ans, Gobekli Tepe bouleverse la vision conventionnelle des civilisations, bien plus tôt que la chronologie académiquement acceptable de la Mésopotamie il y a 5 000 ans.

Göbekli Tepe est un nom familier pour quiconque s’intéresse au sujet des anciens mystères. Considéré comme le plus ancien temple de pierre du monde, il est composé d’une série de structures mégalithiques contenant des anneaux de piliers en forme de T sculptés. 

Il se trouve sur une crête de montagne dans le sud-est de la Turquie, à seulement 13 km de l’ancienne ville d’Urfa, à proximité du site traditionnel du jardin d’Éden. Sanliurfa, au sud-est de la Turquie, est située à plus de 800 km des rues bondées d’Istanbul. Ici, depuis 10 000 ans, ses secrets sont restés cachés sous un monticule de terre artificiel en forme de ventre, d’une taille de 300 mètres sur 200 mètres. Là-bas, en 1994, sur une colline poussiéreuse, un berger local a remarqué le bout d’une pierre qui sortait de son champ. Il a commencé à creuser pour finalement déterrer un pilier de 6 m de haut. Ses bords étaient précis, et en son centre se trouvait une sculpture en relief d’un étrange animal. 

À y regarder de plus près, il apparut que la pierre finement ciselée avait été façonnée par des tailleurs de pierre talentueux, travaillant avec des outils de pointe. L’agriculture et l’élevage étaient à peine connus lors de la construction de Göbekli Tepe. On raconte que le site a été construit par des chasseurs-cueilleurs primitifs, errant dans le paysage fertile du sud-ouest de l’Asie, et dont la seule existence tournait autour de leur survie quotidienne. 

Lorsque la communauté scientifique a eu connaissance de cette découverte, un fait est devenu évident. Un modeste berger kurde est à l’origine de ce qui est peut-être la découverte archéologique la plus étonnante des temps modernes, un site connu sous le nom de Göbekli Tepe (la colline au nombril). 

Alors, qu’est-ce que Göbekli Tepe ? Qui l’a créé et pourquoi ? Plus précisément, pourquoi ses constructeurs ont-ils enterré leur création à la fin de son utilité ?

Certains avancent l’hypothèse que Göbekli Tepe aurait été construit en souvenir des Veilleurs du livre d’Hénoch ou des Anunnaki Mésopotamiens. Göbekli Tepe aurait été construit par une population de chasseurs-cueilleurs toujours effrayée à la suite d’un cataclysme dévastateur qui a presque détruit le monde : l’impact d’une comète que la science reconnaît aujourd’hui comme ayant eu lieu il y a environ 12 900 ans, avec des tremblements de terre terrifiants plusieurs centaines d’années après. 

L’impact de la comète de 10 900 av. J-C. a-t-il amené à la construction de Göbekli Tepe ?

DES HYBRIDES HUMAINS OU L’ARRIVÉE DE SWIDÉRIENS ?

Pendant 13 ans, une équipe d’archéologues allemands s’est investie méticuleusement dans la colline et a procédé à une datation au carbone aussi profonde que possible. Et il leur a fallu 13 ans pour ne découvrir que 5% d’une gigantesque civilisation. Ils ont découvert ce qui se cachait sous le sol. Des cercles concentriques parfaits réalisés en pierre. Et, sortant de ces cercles de pierres, se dressent d’énormes colonnes sculptées de 6m de hauteur, 15 tonnes par colonne. 

Il semble pourtant peu probable que ceux qui ont élaboré un plan pour contrer la peur innée d’un autre cataclysme (que la visionnaire et écrivain Barbara Hand Clow appelle si justement la catastrophobie) constituent la population autochtone. Cela semble avoir été orchestré par des membres d’une nouvelle culture, composée de groupes de chamanes, de guerriers, de chasseurs et de spécialistes des outils de pierre dotés d’un pouvoir et d’un charisme immenses. Leurs territoires, à travers lesquels ils échangeaient différentes formes de silex, ainsi que l’hématite utilisée comme ocre rouge, s’étend des montagnes des Carpates à l’ouest aux steppes et à la plaine russes à l’est. De manière plus incroyable, des preuves anatomiques laissent penser à un aspect frappant : ils étaient grands, avec des têtes extrêmement longues, des pommettes saillantes, des visages allongés, de grandes mâchoires et de fortes arêtes sourcilières, ce qui, pour certains, est la preuve qu’ils étaient des hybrides avec les hommes de Neandertal. Alors qui étaient ces personnes ? 

Les résultats des tests de datation ont confirmé l’idée que Göbekli Tepe a presque 12 000 ans, soit près de 7 000 ans de plus que le croissant fertile de la Mésopotamie, longtemps considéré comme le berceau de la civilisation. Göbekli Tepe est la plus ancienne construction de notre planète. Nous ne connaissons aucun autre site aussi ancien. Sa découverte a bouleversé ce qu’on pensait savoir en doublant l’histoire de l’humanité. Quand on découvre un site avec de telles structures mégalithiques circulaires qui se dressent là mystérieusement, on ne peut que se demander comment c’est arrivé là et qui est à l’origine de tout ça. Nous ne savons pas qui l’a érigé. Tout ce que l’on sait c’est que ça s’est passé juste après la dernière ère glaciaire dont nous ne savons rien, et aux prémisses de l’histoire c’était déjà là, déjà complètement formée. 

La réponse pourrait bien être que ce soit des Swidériens, dont les activités minières dans les montagnes polonaises de Swietokrzyskie (Sainte-Croix) sont l’un des premiers témoignages d’activités minières organisées dans le monde. Cette société avancée, qui a prospéré en Europe centrale et orientale à l’époque de l’événement de l’impact de la comète 10 900 ans avant notre ère, était responsable de la fondation de diverses cultures post-swidériennes importantes de l’âge mésolithique jusqu’en Norvège, en Finlande et en Suède. On les trouve aussi au sud des montagnes du Caucase, et à l’est jusqu’à la Haute Volga, en Russie centrale. 

La culture très avancée des Swidériens, qui comprenait une technologie d’outils en pierre sophistiquée, était dérivée de leurs ancêtres lointains, les peuples gravettiens orientaux qui prospérèrent entre 30 000 et 19 000 ans avant notre ère dans l’actuelle République tchèque et plus à l’est dans la plaine russe. 

Vers 10 500 ans avant notre ère, des groupes swidériens se sont déplacés du sud de la plaine de l’Europe orientale vers l’Anatolie orientale. Ici, ils ont pris le contrôle du commerce régional du verre volcanique noir appelé obsidienne à des endroits comme le mont Bingöl dans les hauts plateaux arméniens et Nemrut Dag, un volcan éteint situé près des rives du lac Van, la plus grande mer intérieure de Turquie. Cela les a amenés à entrer en contact avec les communautés qui seraient plus tard responsables de la construction de Göbekli Tepe vers 9500-9000 av. J-C.

CES TEMPLES AURAIENT-ILS UN BUT RITUEL ?

Tout suggère que les Swidériens possédaient une cosmologie sophistiquée, acquise en partie par leurs cousins, les Solutréens de l’Europe centrale et occidentale, eux-mêmes apparentés aux peuples gravettiens orientaux. Ils croyaient en un arbre cosmique soutenant le monde céleste entré par le Grand Rift – la faille dans la Voie Lactée causée par la présence de poussière stellaire et de débris correspondant à la position dans le ciel septentrional occupée par les étoiles de la constellation du Cygne (alias la Croix du Nord). 

Cela est révélateur d’un épisode oublié majeur de l’histoire de l’humanité. La découverte de Göbekli Tepe pourrait-elle changer radicalement notre compréhension de l’histoire humaine ? La preuve d’une civilisation ancienne pourrait-elle prouver que les mythes les plus déroutants de l’humanité pourraient en réalité être fondés ? Beaucoup de mythes, beaucoup de légendes suggèrent qu’il y avait des civilisations du passé d’une sophistication stupéfiante à des périodes incroyablement précoces. Il existe des indices de par le monde qui permettent d’imaginer que certaines sociétés étaient loin d’être archaïques et de penser qu’il se passait quelque chose de beaucoup plus haut, beaucoup plus sophistiqué à une époque bien plus ancienne. 

Les Swidériens croyaient également que les oiseaux étaient des symboles du vol astral et que c’était ainsi que le chamane pouvait atteindre le monde céleste. Le cygne était l’oiseau le plus souvent associé à ces croyances et pratiques en Europe, tandis qu’en Asie du Sud-Ouest, il s’agissait du vautour, principal symbole de la mort et de la transformation au début du Néolithique. Les deux oiseaux sont identifiés avec la constellation du Cygne. 

En utilisant ce prétexte, le chamane pouvait entrer dans le monde céleste et contrer les actions de la créature surnaturelle considérée comme responsable de cataclysmes, comme l’impact de la comète il y a 12 900 ans, qualifié aujourd’hui par les scientifiques d’événement « Younger Dryas Boundary (YDB) », c’est à dire l’ultime fin de la dernière période glaciaire. On voit la créature cosmique prendre la forme d’un renard céleste ou d’un loup céleste, incarné peut-être par les renards sautant gravés en relief sur les faces intérieures des piliers clés de Göbekli Tepe, et évoqué aussi comme le loup Fenris responsable de la cause du Ragnarok, un cataclysme majeur raconté dans la mythologie nordique. Dans toute l’Europe et en Asie du Sud-Ouest, il existe des récits de renards et de loups surnaturels qui ont tenté de mettre en danger le pilier du ciel soutenant la canopée étoilée, un acte qui, s’il avait été accompli, aurait entraîné la destruction du monde. 

Quelqu’un s’est rendu compte que ce n’est qu’en apaisant les craintes des gens concernant l’immense pouvoir de l’être cosmique que la stabilité pourrait réellement être rétablie dans le monde. Et chaque fois que cette créature surnaturelle reviendrait dans les cieux sous l’apparence d’une comète – considérée comme une manifestation visible du renard céleste ou du loup céleste – le rôle du chamane serait de pénétrer dans le monde céleste et de contrer son influence néfaste, sa principale motivation. C’est ce qui aurait conduit à construire Göbekli Tepe.

DES CHAMBRES UTÉRINES POUR LES VOYAGES COSMIQUES

Pourtant, il y avait clairement d’autres raisons pour la construction de Göbekli Tepe. Ses enclos de pierre ont probablement servi de chambres utérines, des endroits où le chamane entrait dans un état primitif, semblable à celui de la naissance, après être passé entre les deux piliers centraux des enclos. Ces énormes monolithes, atteignant parfois 5,5 mètres de hauteur et pesant jusqu’à 15,5 tonnes, constituaient des portails surnaturels vers des royaumes invisibles – de véritables portes des étoiles dans tous les sens du terme. Et leur objectif : la descente à l’horizon local de Deneb, l’étoile la plus brillante du Cygne, qui a marqué le début de la Grande Faille de la Voie Lactée, rôle joué par Deneb dès 16 500-14 000 av. J-C. À cette époque, Deneb jouait le rôle d’étoile polaire, l’étoile la plus proche du pôle céleste. Même après que Deneb ait cessé d’être une étoile polaire vers 14 000 av. J.-C., en raison des effets de la précession (la lente oscillation de l’axe de la Terre sur un cycle d’environ 26 000 ans), sa place a été remplacée par une autre étoile de la constellation du Cygne, Delta Cygni, jusqu’à environ 13 000 av. J.-C.

Après cette période, le rôle d’étoile polaire a été confié à Véga dans la constellation de Lyra, la lyre céleste. Quand, environ 11 000 av. J-C., Véga s’est éloigné du pôle céleste, aucune étoile brillante ne l’a remplacé pendant plusieurs milliers d’années. Cela signifiait que lors de la construction de Göbekli Tepe, env. 9500-9000 avant J-C., il n’y avait pas d’étoile polaire. C’est pour cette raison que Deneb et la grande faille de la Voie lactée conservèrent leur importance en tant que point d’entrée principal dans le monde céleste, ce qui en faisait la destination principale du chamane. Des pierres dressées érigées dans les parties nord-ouest des murs dans deux enceintes clés de Göbekli Tepe portaient de grands trous qui encadraient chaque soir le décor de Deneb, soulignant ainsi l’importance de l’étoile pour les constructeurs de Göbekli et indiquant la direction exacte à prendre par le chaman pour accéder au monde du ciel. 

LA CONNAISSANCE COSMIQUE DE L’ÉPOQUE 

Chaque fois que vous regardez Göbekli Tepe, vous avez la confirmation que ses constructeurs partageaient un sens de la connexion avec le cosmos. Des étranges glyphes et idéogrammes sur les différentes pierres, qui comprennent des symboles ressemblant aux lettres C et H, à la division en douze des pierres dans les différentes enceintes, il existe de nombreuses preuves que ces temples, vieux de 11 000 ans, résonnent sous l’influence des cieux. Les glyphes H semblent se rapporter au voyage du chaman de ce monde à l’autre monde, tandis que les glyphes C sont presque certainement de minces croissants lunaires qui signifient la transition d’un cycle lunaire à l’autre. Même la conception des enceintes semble avoir une signification cosmique. Invariablement, les structures sont de forme ovoïde, avec un rapport longueur sur largeur de 5:4, chiffres qui pourraient suggérer la conscience profonde des bâtisseurs de Göbekli des cycles temporels cosmiques que l’on ne croyait généralement pas avoir compris jusqu’à l’époque de Platon. 

Pour mettre les choses en perspective, Göbekli Tepe a 12 000 ans. C’est plusieurs milliers d’années de plus que Stonehenge. Et en effet, selon la tradition biblique, le monde a vraiment commencé en 4000 av. J-C. Et pourtant, cela fait 6 000 ans plus tard que la fondation de Göbekli Tepe. La première pyramide d’Égypte a été construite en 2630 av. J-C., soit près de 7 000 ans après la fondation de Göbekli Tepe. Nous avons donc clairement ici quelque chose qui contredit notre compréhension normale de l’évolution de la civilisation. 

Si les groupes swideriens étaient l’élite chamanique responsable de Göbekli Tepe, il est fort probable que la connaissance cosmique encodée dans sa construction provienne, du moins en partie, d’individus hautement évolués qui étaient par nature des hybrides d’apparence physique frappante. Ces personnes étaient très probablement le produit d’interactions entre Néandertaliens et humains anatomiquement modernes à l’aube du Paléolithique supérieur, vers 40 000-30 000 av. J-C. C’est une réalisation très excitante qui nous dit que nous aurions peut-être sous-estimé le pouvoir dynamique de l’hybridation dans les années formatrices de l’histoire humaine.

L’ABANDON FINAL DU SITE

Sur une période d’environ 1500 ans, vingt ou plusieurs enceintes majeures ont été construites à l’intérieur du tumulus professionnel de Göbekli Tepe, qui émerge progressivement. Mais curieusement, après 13 ans de fouilles, les archéologues qui ont effectué des fouilles sur l’ancien site n’ont pas réussi à récupérer un seul outil de taille de pierre. Ils n’ont pas non plus trouvé d’instruments agricoles. Comment pouvez-vous imaginer des colonnes de 11 000 à 12 000 ans, parfaitement sculptées, hautes de 6 m et sans outils ? 

Les anciens enclos étaient périodiquement mis hors service, désacralisés et recouverts, littéralement « tués », à la fin de leur vie utile. De nouvelles structures ont été construites pour les remplacer, mais avec le temps, leur construction est devenue beaucoup plus petite, jusqu’à ce que les bâtiments ressemblant à des cellules ne soient pas plus grands qu’un jacuzzi de taille familiale avec des piliers ne dépassant pas un mètre et demi en hauteur. D’une manière ou d’une autre, le monde a changé et l’impulsion pour la création de gigantesques temples en pierre avec d’énormes monolithes jumeaux en leur centre n’existait plus. 

Vers 8000 ans avant notre ère, les dernières enceintes restantes étaient recouvertes de terre importée, de gravillons et d’ordures, et le site était abandonné aux éléments. Il ne restait plus qu’un énorme monticule ressemblant à un ventre, expression idéale du fait que les enclos de pierre avaient été vus à l’origine, non seulement en tant que portails des étoiles vers un autre monde, mais également en tant que chambres ressemblant à un utérus, où l’âme du chaman, ou bien les esprits des morts pouvaient littéralement se rendre à la source de la création, située quelque part dans le voisinage de la constellation du Cygne. Le nom Göbekli Tepe, qui signifie en turc « colline en forme de nombril », est peu équivoque.

DES GENS À TÊTE DE SERPENT, LES DIEUX VENUS DU CIEL

Même après l’abandon de Göbekli Tepe, sa mémoire et celle de l’élite dirigeante derrière sa construction s’attardèrent parmi les peuples Halaf et Ubaid qui prospérèrent au cours de la seconde moitié de l’âge néolithique, env. 6000-4100 av. J-C. Comme leurs prédécesseurs, ils ont pris le contrôle du très important commerce d’obsidienne dans des endroits tels que la montagne Bingöl et Nemrut Dag, près du lac Van. Leurs élites, qui semblaient avoir appartenu à des groupes familiaux spécifiques, ont artificiellement déformé leurs têtes déjà allongées, non seulement pour indiquer leur statut dans la société, mais également pour imiter l’apparence perçue de grands ancêtres, apparemment constitués de têtes extrêmement longues ainsi que les visages. Ce sont très probablement ces grands ancêtres qui sont peut-être représentés par les figurines d’argile à tête de serpent ou de reptile trouvées dans plusieurs cimetières d’Ubaid.

LES ANUNNAKI

Les élites des Halaf et Ubaid étaient probablement les précurseurs des rois-dieux qui gouvernèrent les premières cités-états dans la plaine mésopotamienne, qui devint par la suite les civilisations de Sumer, Akkad, Assyrie et Babylone. Leurs scribes conservés dans l’écriture cunéiforme et l’histoire mythique des dynasties au pouvoir, dans lesquelles les fondateurs de la révolution néolithique sont connus sous le nom d’Anunnaki, les dieux du ciel et de la terre. Leur lieu de naissance aurait été le Duku, un monticule primitif situé au sommet d’une montagne du monde appelée Kharsag, ou Hursag, et qui est maintenant identifié à la fois aux montagnes Göbekli Tepe et Bingöl. C’est ici que les Anunnaki auraient donné à l’humanité, les premiers moutons et céréales. 

C’est peut-être un souvenir de l’introduction de l’élevage et de l’agriculture, à l’époque de la révolution néolithique, dans la même région que Göbekli Tepe vers 9000-8000 av. J-C. Les Anunnaki sont parfois comparés à des serpents, reflétant ainsi l’apparence en forme de serpent de l’élite dirigeante de Göbekli Tepe, ainsi que celle des cultures plus tardives de Halaf et d’Ubaid.

LA VENUE DES VEILLEURS ET DES GÉANTS

Nous arrivons ensuite à l’impact que Göbekli Tepe a eu sur les premiers peuples sémites de la Mésopotamie du Nord. Leurs traditions orales se seraient un jour emportées dans le pays de Canaan par les premiers Israélites et consignées dans des ouvrages religieux tels que le livre d’Hénoch et le livre des Géants. Dans ces textes dits énochiens, les auteurs de la construction de Göbekli Tepe et de la révolution néolithique qui a suivi sont décrits comme des anges humains appelés Les Veilleurs, qui sont extrêmement grands, portent des manteaux de plumes, possèdent des visages comme des vipères (c’est-à-dire extrêmement allongés), et sont parfois décrits comme des serpents (en effet, un des Veilleurs est nommé comme le serpent qui a séduit Ève dans le jardin d’Éden). On dit que deux cents d’entre eux sont descendus parmi des mortels et ont pris des femmes mortelles, qui ont produit une progéniture de géants appelés Nephilim.

Selon le livre d’Hénoch, les anges humains ont révélé à leurs épouses les arts secrets du ciel, dont beaucoup correspondent à un certain nombre de premières pour l’humanité qui se sont déroulées en Asie du Sud-Ouest à la suite de la révolution néolithique. Les Veilleurs sont-ils un souvenir de l’apparition dans l’Anatolie du Sud-Est de groupes swideriens, dont l’apparence frappante correspond à la description vivante des Veilleurs proposée dans la littérature énochienne ? Si tel est le cas, cela suggère-t-il que l’étrange apparence des Veilleurs et des Anunnaki, avec leurs visages en forme de serpent, pourrait en partie résulter d’une hybridation avec les Neandertal ? Étaient-ils les vrais fondateurs de la civilisation ?

LES RIVIÈRES DU PARADIS ET LE JARDIN D’ÉDEN

Un souvenir de cette époque cruciale du développement humain est peut-être conservé dans les récits d’Adam et Ève dans le jardin d’Éden. Selon le livre de la Genèse, il se situait à la source des quatre fleuves du paradis. Trois peuvent être facilement identifiés comme l’Euphrate, le Tigre et l’Araxes (le Gihon biblique), qui prennent tous leur source en Anatolie orientale. De plus, deux des fleuves, l’Euphrate et l’Araxes, prennent leur source dans les environs du mont Bingöl, l’une des principales sources d’obsidienne située à seulement 325 km de Göbekli Tepe.

La tradition locale affirme que Bingöl était également la source du 4ème fleuve du paradis, le Pison, alors que des écrivains anciens rapportaient que la véritable source du Tigre était dans la même région. La tradition arménienne dit aussi que le mont Bingöl est le lieu des dieux et le sommet du monde d’où émergent quatre grands fleuves qui transportent les eaux de la vie dans toutes les régions du monde. Tout indique que la montagne de Bingöl est non seulement le « lieu de naissance » des Anunnaki, mais également le site de la montagne du paradis et le lieu de descente des Veilleurs dans le livre d’Hénoch.

LES SECRETS D’ADAM

Les écrits gnostiques, tels que les divers traités trouvés en 1945 dans une grotte à Nag Hammadi en Égypte, parlent à plusieurs reprises des soi-disant secrets transmis d’Adam à son fils Seth. Avant la mort de son père, Seth les aurait enregistrées soit sous forme de livre, soit sur des tablettes ou des piliers appelés stèles. Celles-ci étaient cachées dans ou sur une montagne sainte, existant à proximité du paradis terrestre, de manière à pouvoir survivre à un cataclysme de feu et d’inondation imminent (un souvenir presque certain de l’impact de la comète). Appelée différemment Charaxio, Seir ou Sir, cette montagne est liée, dans la tradition chrétienne primitive, au site habité par les générations d’Adam après l’expulsion du premier couple du paradis. 

Alors, quels sont les secrets d’Adam et où peuvent-ils être trouvés aujourd’hui ? S’agit-il de la manière dont Göbekli Tepe a été construit pour réduire la catastrophobie qui sévit parmi les peuples autochtones de la région à la suite de l’événement de l’impact de la comète ? Ces informations ont-elles été communiquées aux chasseurs-cueilleurs locaux de la région par de nouveaux groupes swideriens, dont les têtes allongées et leur longue ascendance étaient liées à leurs origines en tant qu’hybrides avec l’homme de Neandertal ? Leurs actes ont-ils été mythifiés dans les histoires d’anges humains appelés Veilleurs trouvés dans le livre d’Hénoch et les dieux Anunnaki mentionnés dans la tradition mésopotamienne ? 

Où se trouve donc exactement Charaxio, ou le mont Seir, où les livres de Seth contenant les secrets d’Adam attendent d’être découverts ? Dans les montagnes du Taurus oriental il existe un monastère arménien oublié qui surplombe le site traditionnel du jardin d’Éden. Avant sa destruction lors du génocide arménien de 1915, les moines ont préservé ici les traditions archaïques concernant le jardin d’Éden et l’existence d’une sainte relique d’une incroyable signification religieuse. La confirmation de la présence de cette sainte relique au monastère (qui a reçu au VIIe siècle un décret spécial d’immunité d’attaque signé du prophète Mahomet lui-même), révèle ce qui pourrait être le secret ultime d’Adam : la manière dont nous pourrions entrer au paradis et devenir des anges nous-mêmes. 

ET SI C’ÉTAIT LE SITE DE L’ARCHE DE NOÉ ?

Le mystère de Göbekli Tepe est encore aggravé par les anciennes gravures sur pierre trouvées sur tout le site. Ils représentent des créatures comme des tatous, des sangliers et des bernaches qui ne sont pas indigènes de la région. Nous voyons différents types de créatures, différents animaux, oiseaux, insectes et même des formes humaines abstraites qui semblent se réunir pour créer cette ménagerie très étrange qui a totalement dérouté les archéologues qui ont découvert ce site. Maintenant, ce qu’ils représentent est une question de spéculation, mais on a l’intuition qu’ils représentent une arche de pierre.

Göbekli Tepe se situe à 550 km du Mont Ararat que beaucoup d’historiens de la Bible estiment être le site de construction de l’Arche de Noé. On trouve des sculptures d’animaux ne vivant probablement pas dans la région à l’époque. Les gravures animales de Göbekli Tepe suggèrent une époque dans l’histoire de la région où la population animale autochtone aurait pu être d’une origine anthropologique totalement différente.

Mais ces sculptures fournissent-elles une preuve historique de la grande inondation décrite dans la Bible et que la légende de Noé avait des fondements bien réels ? Les archéologues ont découvert qu’il existait des centaines de légendes qui racontaient comment une inondation cataclysmique a anéanti une civilisation. Certains chercheurs ont émis l’hypothèse que les sculptures découvertes à Göbekli Tepe sont le témoignage d’un cataclysme tout à fait similaire à celui du déluge biblique raconté dans l’histoire de l’arche de Noé. Si cela est vrai, cela repousserait la date de la grande inondation à la fin de la dernière période glaciaire, bien avant la période biblique.

Il y a des indices qui montrent que cette civilisation a disparu brutalement. Il est prouvé que cela s’est terminé de manière catastrophique. Il y a du avoir des signes annonciateurs, des migrations, une montée des eaux, de grands bouleversements en tout cas. 

Mais une autre question demeure, peut-être même encore plus profonde. Qui a construit Göbekli Tepe ? Dans quel but ? Et comment un site aussi ancien est-il resté dans un tel état de conservation pendant plus de 10 000 ans ? Dans le cas de Göbekli Tepe, nous constatons que le site a été soigneusement enseveli. Ce site a été enterré sous des collines artificielles. Il semble que, d’une manière ou d’une autre, Göbekli Tepe n’était plus utilisé, ou alors le peuple a décidé de fuir le lieu et d’abandonner cette structure. Mais ils avaient un tel respect pour cet important site que, plutôt que de le détruire, ils ont choisi de l’enterrer pour le protéger. 

Mais pourquoi les habitants de la région ont-ils enterré leurs monuments sous 7 m de sable ? Est-il possible que Göbekli Tepe ait été délibérément enterré afin de le protéger des envahisseurs ? Ou bien l’intention était-elle de le conserver, dans l’espoir de revenir un jour ?

L’auteur : Andrew Collins est un écrivain historique et un explorateur qui vit au Royaume-Uni. Il est l’auteur de plus d’une douzaine d’ouvrages qui remettent en question la façon dont nous percevons le passé. Parmi ceux-ci, citons From the Ashes of Angels (1996), qui établit que les Veilleurs du livre d’Hénoch et les Anunnaki des textes sumériens sont la mémoire d’une élite chamanique qui a catalysé la révolution néolithique au Proche-Orient à la fin de la dernière période glaciaire ; Gateway to Atlantis (2000), qui situe la source de l’Atlantide de Platon à l’île cubaine des Caraïbes et à l’archipel des Bahamas ; Tutankhamun : The Exodus Conspiracy (coécrit avec Chris Ogilvie Herald, 2002), qui révèle la vérité derrière la découverte de la célèbre tombe de Toutankhamon ; et The Cygnus Mystery (2007), qui montre que la constellation de Cygnus a été universellement vénérée comme le lieu de la première création et l’entrée du monde céleste depuis l’époque paléolithique.

En 2008, Andrew et son collègue Nigel Skinner Simpson ont découvert un complexe de grottes inédit sous les pyramides de Gizeh, ce qui lui a valu une reconnaissance mondiale. Cette histoire est racontée dans son livre Beneath the Pyramids (2009). Le dernier livre d’Andrew, Göbekli Tepe : Genesis of the Gods est l’aboutissement de vingt ans d’études sur les origines des Veilleurs et des Nephilim du livre d’Enoch, ainsi que des Anunnaki du mythe et de la légende sumériens.

« Si vous commencez à examiner les idées religieuses des cultures et des civilisations indigènes, vous découvrirez que l’étoile Deneb, dans la constellation du Cygne, sur la Faille sombre de la Voie lactée, était considérée comme un point d’entrée et de sortie dans le monde du ciel. Elle était considérée comme l’endroit d’où venaient les âmes et l’endroit où elles retournaient au moment de la mort. » – Andrew Collins, Auteur, Le Mystère de Cygnus 

Le britannique Andrew Collins trouve un lien avec la constellation du Cygne. Andrew explore l’histoire des anciennes croyances religieuses et leur relation avec l’univers depuis plus de trente ans. Il s’est rendu pour la première fois à Göbekli Tepe en 2004 et a été tellement subjugué par les étranges piliers de calcaire, qu’il a commencé à travailler avec l’ingénieur Rodney Hale, qui a étudié les alignements d’étoiles avec des sites préhistoriques et sacrés du monde entier.

Nous avons récemment parlé de ses calculs et de ceux de Rodney Hale selon lesquels il y a une orientation cohérente des plus grands piliers centraux jumeaux dans deux des enceintes de piliers en pierre appelées « C » et « D » excavées jusqu’à présent.

Cette orientation, datant d’il y a 12 000 ans, aurait été fixée sur l’étoile brillante Deneb dans la constellation du Cygne, également connue sous le nom de Croix du Nord, et représentée comme un cygne volant par de nombreuses cultures anciennes.

Pour en savoir plus sur Andrew Collins, consultez le site www.andrewcollins.com


Le nouveau musée archéologique de Şanlıurfa, inaugurée le 24 mai 2015, peut se vanter de compter parmi les plus beaux de Turquie.

Sur une surface close de 31 000 m² répartie sur deux étages, cet immense musée, qui impressionne tant par la taille imposante du lieu que par les merveilles qu’il présente, est doté de 14 salons d’exposition principaux et de 33 lieux reconstitués tel le site de Göbekli Tepe, inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Unesco.

À Sanliurfa en Turquie, en juin 2017, l’auteur et chercheur Andrew Collins, se rendit au musée d’archéologie et de mosaïque de Sanliurfa, à seulement 16km de Göbekli Tepe, pour rencontrer le conservateur. Taha Ozyayuz. Il est là pour avoir une observation rapprochée d’une des structures de pierre les plus mystérieuses déterrée sur l’ancien site. Ce totem a été trouvé à Göbekli Tepe en 2010 par Klaus Schmidt et son équipe. C’est un vieux poteau, il est âgé de près de 12 000 ans.

Le poteau se caractérise par 3 motifs principaux, l’un au-dessus de l’autre. Le premier est la tête, le côté frontal est détruit, mais on peut voir sur le côté, le cou de la tête et les oreilles; il ne ressemble pas à un être humain. Et on peut voir sous la tête, les bras, et des doigts tenant une autre figure. Mais encore une fois, on ne voit pas la tête de la seconde figure, parce qu’elle a aussi été détruite. Mais on peut voir les bras et les mains. Et la 3ème figure ressemble à un bébé humain. Et le fait qu’on ait 3 figures différentes, chacune de différentes tailles. Cela pourrait peut-être représenté une famille. Sur le côté, il y a des figures de serpent, qu’on peut voir clairement. Ces serpents représentent, probablement la fertilité. Pourquoi pensez-vous qu’elle a été endommagée ou détruite ainsi dans l’antiquité ? Ils y croyaient dans le passé, mais ils les ont détruites pour arrêter d’y croire. Alors quelqu’un est venu et les a délibérément détruites.

Si la colonne de pierre trouvée à Göbekli Tepe représente une lignée génétique, pourquoi deux des figures ont-elles été délibérément défigurés ? 

Les théoriciens des Anciens Astronautes pensent que c’était peut-être une tentative d’obscurcir la vérité sur les origines extraterrestre de l’humanité. 

Ce curieux totem est en fait un être plus grand, peut-être un extraterrestre, avec ses mains autour de cet autre être n’est pas vraiment humain, mais a des caractéristiques humaines. Ce pourrait être un être humain primitif ? Cette figure semble donner naissance, et le bébé qui sort du ventre de cette mère est clairement un bébé humain avec un visage humain. Cela suggère peut-être qu’une expérience de reproduction a eu lieu conduisant au développement des humains modernes, comme on les connaît maintenant. 

Ce qui est intéressant, c’est que les totems sont comme un dépôt d’informations; c’est une encyclopédie, comme une capsule temporelle. Et si on a une chronologie généalogique dans ce pilier à Göbekli Tepe, et si on suit l’extension ultime, on réalisera que ce qu’on nous dit peut-être, est que leurs ancêtres étaient non-humains. Alors on doit se demander si l’idée était de préserver l’information de notre passé extraterrestre, afin que les générations futures finissent par décoder l’information qui est là; des informations éventuelles sur nos créateurs extraterrestres.

La présentation chronologique permet de faire un tour d’horizon complet des différentes trouvailles faites tant à Urfa – comme par exemple la célèbre statue de l’homme sans bouche de l’époque néolithique pré-céramique trouvée près du bassin aux carpes sous des maisons anciennes dans les années 1990 – que les impressionnantes figures humaines et animales de Göbekli Tepe ou encore le village d’Akarçay tepe, un des premiers lieux de vie néolithique où l’agriculture a commencé à voir le jour.

Il n’est pas difficile de passer une demi-journée à arpenter les allées et salles de ce superbe musée sans pour autant arriver à tout voir tant il y a ici de la matière pour les amateurs d’histoire et d’archéologie.


https://video.wordpress.com/embed/eygudD4Z?cover=1&preloadContent=metadata&useAverageColor=1&hd=1source : Alcyon Pléiades 132

Il existe un célèbre sceau sumérien qui montre un dieu sumérien apparaissant d’un portail de son monde vers le nôtre. Le dieu semble être sur un escalier qui s’éloigne de la personne qui regarde le sceau. De chaque côté du dieu émergeant, il y a d’étranges colonnes d’eau miroitantes.

Une ancienne porte des étoiles sumérienne est enfouie sous les vestiges de la ville mésopotamienne d’Eridu, près de l’Euphrate, dans l’actuel Irak, pendant des milliers d’années. La chercheuse Elizabeth Vegh affirme que cette porte est mentionnée dans le chapitre 9 du Livre des Révélations comme étant « le puits de l’abîme ».

Un autre artefact sumérien qui prétend présenter des preuves de l’existence de portes des étoiles est celui de Ninurta. Non seulement Ninurta semble porter une montre-bracelet moderne, mais il utilise également son doigt pour appuyer sur ce qui semble être un bouton sur le mur de la porte où il se trouve.

L’auteur Elizabeth Vegh a écrit plusieurs livres sur les anciens dieux et rois sumériens et sur leur utilisation présumée des portes des étoiles dans les temps anciens.

Le verset dit :  » (1) Le cinquième ange sonna de la trompette, et je vis une étoile qui était tombée du ciel sur la terre, et on lui donna la clé du puits de l’abîme. (2) L’étoile ouvrit le puits de l’abîme, et il en sortit une fumée comme la fumée d’une grande fournaise, et le soleil et l’air furent obscurcis par la fumée du puits. (3) Et de la fumée, des sauterelles descendirent sur la terre…. « 

Bien que la plupart des spécialistes s’accordent à dire que le mot « abîme » fait référence à une grande étendue d’eau, Vegh soutient que, tel qu’il est utilisé dans les textes anciens, il est plus probable qu’il ait un sens plus proche de celui de portail.

source : https://exonews.org/mysterious-portals-and-stargates-of-the-ancient-world/


GÖBEKLI TEPE A-T-IL ÉTÉ CONSTRUIT COMME UN PORTAIL INTERSTELLAIRE SACRÉ RELIANT LES HABITANTS DE LA TERRE À DES CIVILISATIONS EXTRATERRESTRES ?

Göbekli Tepe est aligné avec la constellation Cygnus et construit en résonance harmonique avec les signaux périodiques émis par l’une des étoiles de la constellation. Ces signaux transmettent des multiples de onze, que l’on retrouve dans le triangle de Pascal, et sont codés dans l’emplacement des piliers mégalithiques. En tant que monument le plus ancien du monde, construit dans le berceau de la civilisation, cette découverte pourrait être notre preuve la plus solide reliant l’établissement de la civilisation humaine sous la domination des Annunaki.

Pourquoi Göbekli Tepe a-t-il été caché ? La plupart des archéologues pensent que le site est vieux de 13 000 ans et qu’il a été délibérément enterré pour dissimuler son secret au monde jusqu’à un moment fixé.

Les archéologues pensent que ce site a été construit vers la fin de la dernière période glaciaire et utilisé pendant 1 500 ans avant d’être abandonné en 8 000 avant Jésus-Christ. Il pourrait cependant remonter à bien plus loin, car les preuves du site montrent que des humains ont pu y vivre il y a des millions d’années.

Le museau et la partie inférieure de la tête du taureau servent de triangle de base. Il est intéressant de noter que la corne droite de la représentation de la tête présente une pointe proéminente. Il se trouve qu’un complexe situé à sa droite immédiate correspondrait ainsi à l’étoile El Nath. Cette étoile est associée au « berger du cosmos », Auriga, qui est transpercé par la corne droite du Taureau. De plus, conformément au modèle cosmique, le triangle de base de la tête.
Il faut tronquer les lignes mais, ce faisant, les dimensions réelles semblent se rapprocher des « cornes » de la tête et de l’endroit correspondant où se trouvent les Pléiades.
C’est à cet endroit que les quatre complexes circulaires A, B, C et D ont été excavés. La théorie de cette étude est que chacun des complexes circulaires correspond à une étoile des Pléiades.
De plus, 3 autres localités correspondantes ne sont pas encore reconnues mais ont été marquées sur les cartes associées à cette étude à titre d’illustration. Elles semblent en effet correspondre aux 7 points et aux dalles de pierre en forme de T qui se font face.

Les composés circulaires sont appelés Temene. Leur diamètre varie de 33 à 99 pieds environ. À l’heure actuelle, seules 4 des 200 structures circulaires présumées ont été mises au jour. Ce qui est emblématique de Göbekli tepe, c’est que les deux principaux piliers en forme de T se font face au centre de chaque cercle. Contrairement à ce que l’on pense, ils ne servaient pas de support à la toiture. Des bancs de pierre conçus pour s’asseoir se trouvent à l’intérieur.

Cependant, la théorie principale de cette étude est que une ou des personnes se tenaient au milieu des piliers. Les pierres contiennent du quartz et de la silice qui fonctionnent comme un transmetteur d’énergie et d’informations. Peut-être qu’un rituel a été fait à un moment donné pour suggérer que la fréquence et la résonance liées à cette ligne Ley spécifique sur la Terre et alignées sur les étoiles dans le cosmos ont peut-être fourni une sorte de canalisation qui a percé les attributs inter-dimensionnels ou l’espace et le temps d’une personne. Les représentations de chaque dalle correspondent à une constellation particulière dans le ciel. On trouve principalement les représentations iconiques du lion, du taureau, de l’oiseau et de l’homme.

UN PORTAIL VERS LE COSMOS

Le but de cette étude en astro-archéologie est de suggérer que les anciennes ruines mégalithiques de Göbekli Tepe ont fonctionné comme un centre de culte rituel incorporant des pierres en forme de T dans des cercles sacrés qui auraient pu fonctionner comme des « portails de portes des étoiles ». Les diverses inscriptions et dessins d’animaux qui restent un mystère désignaient les constellations correspondantes. Les différents cercles ont été construits sur certaines ley-lines d’énergie terrestre qui correspondaient à la fréquence et à la résonance en particulier des étoiles des Pléiades. Ces dalles de pierre en T se faisaient face et la distance variait en fonction de leur fréquence et de l’alignement des étoiles correspondantes. Les dalles de pierre en forme de T fonctionnaient plus ou moins comme des antennes qui captaient les énergies lorsqu’une personne se tenait entre elles.

Cette étude postule qu’un tel endroit était peut-être le lieu d’une téléportation de personnes ou d’entités provenant d’étoiles ou de dimensions telles que le site suivait spécifiquement sa fréquence et sa résonance. Comment cette connaissance des fréquences cosmiques basée sur la masse, la taille et la couleur d’une étoile reste un mystère, car d’autres anciennes civilisations monolithiques dans le monde avaient également des alignements similaires avec des étoiles spécifiques du cosmos. Beaucoup pensent que ces alignements capturaient l’essence de ses énergies dans un but qui n’a pas encore été pleinement compris dans le domaine public. Bien sûr, cette base de connaissances secrètes n’est connue que des sociétés secrètes ésotériques qui protègent ces révélations sur les technologies anciennes. Cette étude présentera les recherches suivantes sur Göbekli Tepe qui ont déjà été établies et publiées pour une meilleure compréhension de l’essentiel de ce qui compose ce site le plus mystérieux de la Terre. Elle fournira également les bases pour lancer la théorie de l’hypothèse des  » portails de portes des étoiles « .

Göbekli Tepe est un mot turc qui signifie « colline ventrue », car le site archéologique est situé sur un terrain élevé. Il est situé dans la région sud-est de l’Anatolie en Turquie, à environ 7 miles au nord-est de la ville de Şanliurfa, près de la frontière syrienne. On pense que cet ancien site mégalithique remonte au 10e-8e millénaire avant Jésus-Christ. La période spécifique situerait la civilisation aux alentours de 9130 av. J-C., mais étonnamment, on pense aussi que la culture s’est étendue sur plus de 2000 ans jusqu’à la date d’environ 7300 av. À cette époque, le site était présumé abandonné et enterré pour une raison inconnue. Les archéologues ont établi qu’en raison des différents degrés de maçonnerie, il y a eu trois grandes époques de construction sur ce site. La première phase de construction est appelée le Néolithique A pré-potérien. C’est là que sont érigés les cercles de piliers de pierre massifs en forme de T. Ces dalles de pierre étaient encastrées dans des sillons. Ces dalles de pierre s’inséraient dans des cavités creusées dans le substrat rocheux.

Les plus grandes dalles de pierre en T font près de 2 à 3 fois la taille d’un humain moyen. Certains archéologues pensent que Göbekli Tepe possède les mégalithes les plus anciens du monde. Cela dépend bien sûr du cadre de référence historique de chacun. Si l’on se base sur le récit biblique, cela pourrait être au moment où les gens ont quitté l’arche de Noé après le déluge et où ils ont migré de la région d’Ararat pour s’étendre vers l’extérieur. Avec une telle référence, une maçonnerie beaucoup plus ancienne et établie aurait été établie ailleurs. Des monolithes beaucoup plus anciens se trouvent autour du Croissant fertile de la Mésopotamie, comme à Ninive, Ur, Babylone, etc. Bien que seule une infime partie des dalles de pierre T ait été mise au jour à Göbekli Tepe, on pense qu’il reste encore plus de 200 piliers et une vingtaine de cercles à déterrer. La deuxième phase de construction semble avoir été ce que les archéologues appellent la période B du Néolithique pré-potérien.

Dans cette phase, les piliers érigés sont plus petits et se trouvent dans des pièces rectangulaires avec des sols en chaux polie au lieu des piliers en forme de T beaucoup plus grands et des environs circulaires. L’éminent archéologue qui a fouillé Göbekli Tepe était un Allemand nommé Klaus Schmidt. Bien que le site ait été découvert au milieu des années 1960, c’est à partir de 1996 qu’il a été officiellement étudié et exploré par le temps en collaboration avec des universités turques et américaines. Ces derniers temps, le site a acquis une notoriété mondiale car de nombreux membres de la communauté des anciens astronautes lui attribuent une association cosmique. Schmidt pensait que le site était plutôt un sanctuaire où les gens se rassemblaient, car apparemment le site n’était pas une colonie ni un lieu de sépulture.

Schmidt pensait que Göbekli Tepe était essentiellement une « cathédrale sur une colline ». En ce qui concerne les temples religieux ou les cathédrales, ils servent de lieu de rencontre entre le mortel et l’immortel, entre les humains et le divin ou les entités, etc. Ces sites religieux servent de lieu où, par la prière, le régime et la contemplation, les gens peuvent être et/ou sont transcendés spirituellement. Il n’y a eu que des indices limités de ce pour quoi le site a été fait et nommé à l’origine. Sur la base d’autres sites similaires dans la région, un site a été décodé pour signifier le « Temple du Rocher ». Cela est attribué au site du Complexe E qui est une dalle circulaire et corroborerait la théorie selon laquelle les sites circulaires avaient un attribut et une fonction spirituels ou même cosmiques qui transcendaient peut-être le temps et l’espace.

Les composés circulaires sont appelés Temene. Leur diamètre varie de 33 à 99 pieds environ. À l’heure actuelle, seules 4 des 200 structures circulaires présumées ont été mises au jour. Ce qui est emblématique de Göbekli Tepe, c’est que les deux principaux piliers en forme de T se font face au centre de chaque cercle. Contrairement à ce que l’on pense, ils ne servaient pas à soutenir la toiture. Des bancs de pierre conçus pour s’asseoir se trouvent à l’intérieur. Cependant, la principale théorie de cette étude est que des personnes se tenaient debout ou qu’une personne se tenait debout au milieu des piliers. Les pierres contiennent du quartz et de la silice qui fonctionnent comme un transmetteur d’énergie et d’information. Peut-être qu’un rituel a été fait à un moment donné pour suggérer que la fréquence et la résonance liées à cette ligne de Ley spécifique sur la Terre et alignées avec les étoiles dans le Cosmos ont peut-être fourni une sorte de canalisation qui a percé les attributs inter-dimensionnels ou l’espace et le temps d’une personne.

En d’autres termes, il aurait pu fonctionner comme un « téléporteur » vers la fréquence de l’étoile correspondante des Pléiades ou permettre la traversée d’un espace inter-dimensionnel particulier. Cette notion n’est pas si farfelue que cela, puisque, par exemple, on croyait que les puits de la Grande Pyramide de Gizeh étaient alignés sur des constellations et des étoiles particulières et que, lorsqu’un pharaon mourait, son âme était censée être canalisée par un tel puits. On a découvert que la Grande Pyramide était construite sur une fréquence vibratoire et une ligne de Ley particulière sur la Terre. En outre, en raison de sa conception géométrique sacrée ou de sa forme, elle émet une résonance naturelle de fréquence et même de son. Concernant Göbekli Tepe, les chercheurs ne parviennent pas à trouver une explication unique pour interpréter les pictogrammes sur les dalles en forme de T. De nombreux piliers sont décorés de pictogrammes abstraits et énigmatiques et de reliefs d’animaux sculptés. Ces reliefs représentent des mammifères tels que des lions, des taureaux, des sangliers, des renards, des gazelles, des serpents et autres reptiles. Ils ne savent pas, avec certitude, quelle signification les reliefs d’animaux avaient pour le site.

Pour la communauté scientifique moderne, les détails de la fonction ésotérique et/ou religieuse de la structure restent un mystère, mais les preuves ne pourraient pas être plus évidentes. Les représentations de chaque dalle correspondent à une constellation particulière dans le ciel. On trouve principalement les représentations iconiques du lion, du taureau, de l’oiseau et de l’homme. Ce sont les points cardinaux du zodiaque, le Lion, le Taureau, le Scorpion et le Verseau. Chaque civilisation ancienne avait une représentation adaptée qui ressemble presque au Zodiaque classique ou Mazzaroth connu actuellement. En substance, les conclaves circulaires servaient à indiquer le temps cosmique, les saisons de l’année sur Terre. Plus important encore, cette étude suggère que le site était lié spirituellement aux résonances cosmiques basées sur la géométrie sacrée et la correspondance des étoiles, en particulier à l’amas d’étoiles des Pléiades. 

Malheureusement, le site de Göbekli Tepe a subi l’érosion et des abus involontaires. Dans certains cas, on pensait que le site était un cimetière byzantin. Au fil des siècles, la colline a longtemps été perturbée par les cultures agricoles. À cause de ces cultures et de ces défrichements, de nombreux repères ont été effacés à jamais. Les générations d’habitants locaux ont également déplacé des pierres et défiguré le site par inadvertance. Tout cela sans compter le changement climatique qui a pu contribuer à l’abandon et à l’enterrement délibéré du site qui a été laissé à l’érosion progressive due aux éléments. Ce qui est également étonnant, ce sont les archéologues eux-mêmes qui « détruisent » le site avec leurs fouilles.

Cette affirmation peut sembler contradictoire, car aucun archéologue ne le ferait volontairement, mais une hypothèse majeure passe inaperçue, que ce soit à dessein ou par ignorance. Le niveau actuel des fouilles a effacé les anciens marqueurs qui étaient clairement visibles sur GoogleEarth ces dernières années, mais qui sont enregistrés dans la fonction chronologique de ses fonctionnalités. Contrairement aux idées reçues, des sites comme Göbekli Tepe n’ont pas été construits par de simples « chasseurs-cueilleurs », comme le pensent la plupart des chercheurs. Cette théorie se fonde uniquement sur le modèle darwinien, selon lequel l’humanité est en train d’évoluer. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité puisque c’est le contraire. Des sites tels que Göbekli Tepe corroborent la théorie selon laquelle plus on remonte dans le temps, plus l’humanité était sophistiquée et en phase avec les étoiles du cosmos, par exemple.

Le segment suivant de cette étude sur Göbekli Tepe traitera de l’affirmation selon laquelle l’ensemble du complexe de monts est en fait construit de manière à aligner les cercles et les pierres en T avec ceux de Cydonia, Mars. Cette étude suggère que Göbekli Tepe est une représentation réelle de la « Carte des étoiles » du Taureau et des Pléiades. Plus étonnante encore est la supposition qu’il s’agit d’une carte des étoiles basée sur le complexe pyramidal de Cydonia, sur Mars. Comme indiqué dans des études astro-archéologiques antérieures de divers sites anciens et modernes, le motif martien du complexe pyramidal de Cydonia représente 3 structures principales sur Mars. Il s’agit du célèbre « mausolée » de la Face de Mars, de la pyramide géante de la Forteresse du Pentagone et de la Cité des Pyramides à 7 structures. Ces 3 complexes sont triangulés les uns par rapport aux autres et forment un tétraèdre si l’on applique la géométrie tridimensionnelle. Un double tétraèdre est également construit si l’on superpose un emboîtement que cette étude suggère être présent et essentiel à sa fréquence et sa résonance. Pourquoi ?

Ces anciennes civilisations avaient une « connaissance oubliée » ou un secret gardé de l’association de la géométrie sacrée de la Terre et de la façon dont les différentes lignes de ley résonnent à certains points d’énergie. Il s’agit, à un certain niveau, d’une exploitation des énergies cosmiques qui sont utilisées dans un but qui n’a pas encore été entièrement déterminé. Une des fonctions possibles était et est de fonctionner comme une « porte des étoiles », comme une sorte de « téléporteur » ou de communiquer avec les autres depuis cet endroit « supposé ». Cette notion est supposée par ce qui est produit de façon tridimensionnelle lorsque les doubles tétraèdres sont reliés entre eux ; ils forment un cube parfait ou une « chambre ». Le mont sacré de Göbekli Tepe semble avoir ce motif martien comme la partie « tête » qui représente la constellation du Taureau. Peut-être une civilisation aussi ancienne vénérait-elle cette période de la procession de l’équinoxe, car près de 10 000 ans avant J-C., la constellation du Taureau était la  » maison  » du zodiaque qui régissait le cosmos.

Les habitants de Göbekli Tepe ont ingénieusement conçu les cercles pour qu’ils correspondent aux Pléiades, l’un des trois points correspondants du motif martien. La face de Mars correspond à un mont circulaire situé au nord du site qui configure le sommet du « triangle » ou de la pyramide. Elle dirige aussi étonnamment la trajectoire du Soleil qui traverse entre les deux cornes de la face du Taureau. La forteresse géante du Pentagone de Cydonia correspondrait donc à la zone du museau du Taureau. Il est étonnant que, depuis une vue aérienne, un tel motif martien soit présent. Le motif de l’étoile de David, qui constitue la  » tête  » du Taureau, est également incorporé de manière ingénieuse, car il s’accorde parfaitement avec la géométrie sacrée. Les deux cornes de la partie supérieure forment la base du triangle inversé.

Le museau et la partie inférieure de la tête du taureau fonctionnent comme le triangle de base. Il est intéressant de noter que la corne droite de la représentation de la tête présente une pointe proéminente. Il se trouve qu’un complexe situé à sa droite immédiate correspondrait ainsi à l’étoile El Nath. Cette étoile est associée au « berger du cosmos », Auriga, qui a été/est percé par la corne droite du Taureau. En outre, conformément au modèle cosmique, le triangle de base de la tête du Taureau à Göbekli Tepe est parfaitement coupé en deux par la ligne correspondante de l’écliptique dans le ciel. L’idée que cette « tête » est celle de la constellation du Taureau est corroborée par le contour ou le modèle de la constellation du Taureau superposé à sa « tête ». 

Il faut tronquer les lignes mais, ce faisant, les dimensions réelles semblent se rapprocher des « cornes » de la tête et de l’endroit correspondant où se trouveraient les Pléiades. Seuls 4 complexes circulaires A, B, C et D ont été fouillés. La théorie de cette étude est que chacun de ces complexes circulaires correspond à une étoile des Pléiades. De plus, 3 autres locaux correspondants ne sont pas encore reconnus mais ont été marqués sur les cartes associées à cette étude à des fins d’illustration qui semblent effectivement correspondre aux 7 points et aux dalles de pierre en T qui se font face. Non seulement la « tête » du Taureau est représentée sur le site lui-même, mais le corps entier de la constellation du Taureau est représenté le long des crêtes à l’est du site.

La longueur totale est d’environ ½ mile ou 0,8 km. Ce qui est étonnant à considérer, c’est que ces supposés peuples primitifs ne disposant que de marteaux de pierre et de cordes auraient dû voir l’ensemble du souffle de la zone depuis une altitude approximative de 10-13 000 pieds (4kms). En outre, un marqueur correspond même à l’œil de bœuf de l’étoile Aldebaran. Malheureusement, en raison des fouilles actuelles, le complexe correspondant du Visage de Mars a été pratiquement effacé. La communauté des archéologues rejette actuellement cette théorie du motif martien et a donc négligé l’aspect le plus important de sites tels que Göbekli Tepe, qui aurait pu fournir des informations et des preuves sur l’objectif et la fonction de ces sites. 

source : https://www.fivedoves.com/letters/nov2017/luisv115-2.htm

https://prepareforchange.net/2020/06/02/10-ancient-sites-that-might-be-stargates-wormholes-and-portals-to-other-worlds/embed/#?secret=p5G2PALUD5#?secret=KLJm5XXrIk


En octobre 1994, l’archéologue Klaus Schmidt prépare son mémoire d’habilitation universitaire et souhaite visiter les sites aux alentours de Şanliurfa. Parmi ceux-ci, se trouve le tertre de Göbekli Tepe repris dans l’inventaire de 1965. Sur place, Klaus Schmidt et son équipe retrouvent les silex cassés décrits par Peter Benedict, mais constatent qu’il est impossible que le tertre puisse être naturel : il semble entièrement façonné par des humains. Les découvertes d’une grosse pierre rectangulaire (sans doute perçue par Benedict comme une tombe) ressemblant au sommet des colonnes du site de Nevalı Çori et d’un objet de pierre sculpté finissent par convaincre les chercheurs que l’endroit recèle certainement d’importants vestiges

Dès lors, depuis 1995, le site fait l’objet de fouilles organisées par le musée archéologique de Şanlıurfa et l’Institut archéologique allemand (DAI, Berlin et antenne d’Istanbul). Klaus Schmidt dirige le chantier archéologique de 1995 à sa mort en 2014. Les fouilles continuent sous la coordination de Lee Clare. Parallèlement, les archéologues s’orientent vers la mise en place de mesure pour préserver le site face aux dégradations qui pourraient survenir à la suite du dégagement de ses ruines.


KARAHAN TEPE

Découvert en 1997, par  » des chercheurs près du quartier de Kargalı dans le parc national des montagnes Tek Tek « , en Turquie, le site de Karahan Tepe ne se trouve qu’à environ 60 kilomètres à l’est du célèbre Gobekli Tepe. Le site est situé près de Yağmurluprovince de Şanliurfa, et est souvent appelé le site jumeau de Göbekli Tepe. Après de longues enquêtes de surface, il fait partie du projet de culture de Göbekli tepe et d’excavations de Karahan tepe, et les réelles fouilles ont été lancées il y a deux ans par l’Université d’Istanbul en 2018. La région est connue sous le nom de «Keçili tepe» par la population locale.

En 2019, Necmi Karul, archéologue à l’Université d’Istanbul, a déclaré à l’agence Anadolu: « L’année dernière, les travaux de fouille ont repris à Karahan tepe [Kectepe] – à environ 60 km de l’endroit où se trouve Göbekli tepe – et nous avons rencontré des traces de structures spéciales, d’obélisques, de sculptures d’animaux, et des descriptions ainsi qu’un symbolisme similaire »

En novembre 2020, selon les dernières données des équipes archéologiques sur le site, une nouvelle colonie qui pourrait être plus ancienne que le site préhistorique de Göbekli Tepe – qui est couronné premier temple du monde et « point zéro » de l’histoire – sera bientôt mise au jourDans le cadre de la recherche, des obélisques en forme de T ont été détectés qui ressemblaient à ceux portant des figures d’animaux sauvages à Göbekli Tepe.

Les fouilles ont permis de découvrir à ce jour 250 obélisques présentant des figures d’animaux

S’exprimant lors du 10e Congrès international du tourisme de villégiature jeudi, le ministre de la Culture et du Tourisme, Mehmet Nuri Ersoy, a déclaré qu’un programme de fouilles intensives et rapides se poursuivait à Karahan tepe. Ersoy a déclaré que les équipes découvriront une colonie qui appartient à la période néolithique, selon les premières études, dans leurs prochains travaux.

« Göbeklitepe a une histoire de 12 000 ans. Notre nouvelle colonie à Karahan Tepe sera plus ancienne. Les travaux complets seront poursuivis sur le site sous la supervision du professeur Necmi Karul, chef de l’équipe de fouille, l’année prochaine. Nous aurons probablement une nouvelle découverte qui fera à nouveau une impression écrasante sur le monde après Göbekli tepe », a-t-il déclaré. Notons que si le ministre se permet d’avancer les choses ainsi, c’est probablement parce que des forages ou des études radars du sous-sol ont déjà été faits et prouvent les choses. Karul a ajouté que lors des balayages géomagnétiques effectués dans la zone avant le début des fouilles en septembre 2018, environ 30 amas et environ 250 obélisques (piliers) ont été détectés.

Le chef des fouilles à Karahan Tepe, le professeur Dr Necmi Karul, a déclaré à Hurriyet que « 12 endroits estimés à la même période que Göbekli Tepe sont connus dans la région, dont l’un est Karahan Tepe ». Il a mentionné que non seulement Karahan Tepe pourrait être plus âgé que Göbekli Tepe, mais qu’il semble avoir été à la fois un temple et une colonie !

Le professeur Klaus Schmidt, un archéologue allemand qui a mené des fouilles sur le site de Göbekli Tepe, a fait valoir avant sa mort en 2014 qu’« une vaste main-d’œuvre était nécessaire pour construire ces enclos » et que ce projet de construction  » poussait les gens à développer l’agriculture comme un moyen de fournir une nourriture prévisible – et peut-être boire – pour les travailleurs. »

Selon Jens Notroff, archéologue à l’Institut archéologique allemand qui travaille sur le site de Göbekli Tepe, « des versions plus petites des piliers, des symboles et de l’architecture gravés dans la pierre comme à Göbekli Tepe ont été trouvées dans des colonies jusqu’à 200 km », y compris Karahan Tepe.

L’un des principaux points forts de Karahan Tepe sont ses «bancs en pierre» à l’extrémité nord de la colline. Selon le Dr Karul, trois bancs de ce type ont été découverts sur le site jusqu’à présent. L’un des bancs se trouve devant une grande surface plane de calcaire lissé. Comme on le voit à Göbekli Tepe, les T-Builders étaient capables de lisser le substrat rocheux naturel ainsi que de fabriquer des sols en terrasse artificielle avec du plâtreSur le côté se trouve ce qui semble être une sorte de fosse.

C’est l’une des rares sections du site découvertes à ce jour qui comporte des sculptures. Bien que très faiblement, le banc présente des images à la fois d’un long serpent et d’un renard – deux animaux fréquemment représentés à Göbekli Tepe.

Des renards, et souvent rien que des renards, étaient sculptés à l’intérieur des piliers centraux des enclos circulaires de Göbekli Tepe. Bien que nous ne sachions pas exactement ce qu’ils symbolisaient, l’animal était clairement significatif pour les T-Builders. 

En fait, les archéologues ont découvert des os de renard à Karahan Tepe, indiquant que les renards étaient utilisés dans certains rituels.

L’auteur Andrew Collins, qui a visité de nombreux sites néolithiques dans la région, souligne que de nombreux endroits de la province de Şanliurfa contiennent des marques similaires.

La plupart des trous mesurent environ 20 cm de diamètre, tandis que les plus gros trous  peuvent atteindre 40 à 50 cm. Les trous les plus larges sont également assez profonds. Et pour une raison mystérieuse, ils étaient souvent créés par paires. Ailleurs dans la région, il y a aussi ce qui semble être de grands bassins, peut-être pour stocker l’eau.

Andrew Collins semble avoir déchiffré le code concernant la fonction des enceintes circulaires. Il fait valoir qu’ils étaient orientés au nord, vers le décor de l’étoile Deneb, qui marquait également l’entrée de la grande faille de la Voie lactée.

Collins spécule également que Karahan Tepe a été choisi parce qu’il a fourni une bonne vue de certains phénomènes célestes au nord – probablement encore une fois liés à Deneb et à la constellation du Cygne. Mais nous devrons attendre que les parties les plus profondes de Karahan Tepe soient découvertes avant de spéculer davantage. 

Au cours de sa visite, Andrew Collins a observé que, contrairement aux enclos circulaires de Göbekli Tepe, les piliers semblent ici former trois «avenues» distinctes menant au sommet de la colline. Peut-être ont-ils formé une allée processionnelle liée à un rituel. 

Sur le côté est de la colline, de nombreux piliers en T dépassent du sol. Ils sont à peu près équivalents aux piliers de l’enclos F de Göbekli Tepe, l’une des parties les plus récentes de ce complexe.

À Göbekli Tepe, les T-Builders ont été progressivement construit des pillers de plus en plus petits au fil du temps. Et ils construisaient également à des altitudes plus élevées après avoir délibérément enterré les parties inférieures du temple.

En supposant que les deux sites partagent un calendrier similaire, il ne devrait pas être surprenant que ces plus petits piliers, qui datent probablement d’environ 8500-8000 avant J-C., soient apparus en premier. D’ici peu, nous pouvons nous attendre à ce que les archéologues découvrent des piliers beaucoup plus grands plus profondément sous le sol, et plus anciens.

Jusqu’à présent, environ 250 piliers ont été découverts à Karahan Tepe. L’un d’eux avait une sculpture d’un serpent sur le côté, et il a depuis été retiré pour être mis en sécurité.

Karahan Tepe sera probablement recouvert par un dôme de protection et entouré d’une plate-forme d’observation moderne dans le futur.

source : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/karahan-tepe-plus-ancien-et-grand-que-gobekli-tepe.html

http://www.andrewcollins.com/page/news/GTupdate0515.htm

Source : https://aliensontdejala.com/2022/10/26/gobekli-tepe-un-portail-vers-le-cosmos/


Partagé par http://www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.

Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme. La vérité particulière est en Vous, la Vérité Universelle est parfaite et équilibrée et intègre tout, elle “est” la Source.

NOUVEAU : VOYAGE SACRE A HAWAII AVEC NICOLAÏA, JESABELLE, LES BALEINES et DAUPHINS ET LES ÊTRES DE LUMIERE – FEVRIER 2023 :

Pour tout complément d’information, veuillez nous contacter à l’adresse suivante : voyagehawai2023@gmail.com

CLIQUES SUR L’IMAGE CI-DESSOUS POUR PRENDRE CONNAISSANCE DE CET EVENEMENT EXCEPTIONNEL !!!


Vibratelier ” BEST SELLER ” pour un soin de la 5D et rencontre des êtres de sa famille d’âme dans le cœur sacré, en guidance par votre divine présence:

Rejoins-nous sur les nouveaux médias sociaux !!! Merci ! CLUB VKhttps://vk.com/club175930391 ; PROFIL VKhttps://vk.com/nturban ; CHAÎNE ODYSSEE odysee.com/@Eveilhommme ; Groupe Telegram : https://t.me/joinchat/oYnr005XgndhYTFk ; Chaîne Crowdbunker : https://crowdbunker.com/@eveilHomme


Pour soutenir Eveilhomme, vous pouvez faire un don, vous abonner ou alors cliquer régulièrement sur les bannières de publicité, cela nous aidera : merci, Merci ! MERCI !!

En contrepartie de votre abonnement mensuel, vous avez accès aux Vibr’Ateliers proposés en don du Cœur dans la boutique (après l’abonnement et vous être abonné, et inscrit et connecté, voir menu boutique en cliquant sur ce message, atelier proposé en don, mettre 0 dans le don et faire ‘l’achat’)

GRATITUDE INFINIE ET ILLIMITEE A TOUS

Autre possibilité de soutien, cliquez ci-après :

Campagne de soutien permanent sur Gofundme https://gf.me/u/ysawj4
Tipeee : https://fr.tipeee.com/eveilhomme

N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me

Eveil Homme

Chercheur spirituel et métaphysique, je suis en contact depuis plusieurs années avec des êtres galactiques. L'objet de ma démarche est d'informer les personnes intéressées par les questions liés aux nouvelles fréquences de réalité : ascension terrestre, éveil et chemin spirituel, nouvelles réalités, contactés extraterrestres et galactiques, être de lumière, divulgation, technologies nouvelles et ésotériques

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :