Le contrôle de l’esprit, une réalité ?

N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me

Le « contrôle de l’esprit » est un sujet communément perçu comme une « théorie du complot » ou un tarif « X-Files ». C’est-à-dire qu’il est considéré comme peut-être pas « réel » et certainement pas quelque chose dont on devrait être « trop » préoccupé.

Cette attitude découle au moins en partie de la croyance ou de l’hypothèse largement répandue selon laquelle le cerveau humain est si compliqué («l’entité la plus complexe de l’univers» est une formulation courante) qu’il n’a pas été compris, et peut-être ne peut-il pas, être compris en profondeur. .

Un auteur, par exemple, décrit le cerveau comme étant d’une complexité « peut-être infinie », tandis qu’un autre, David Brooks du New York Times, écrit qu’il est « probablement impossible » qu’une « carte de l’activité cérébrale » puisse révéler des états mentaux tels que émotions et désirs.

De même, Andrew Sullivan, blogueur et ancien rédacteur en chef de The New Republic, estime que les neurosciences en sont encore à leurs « balbutiements », et que nous n’avons fait que commencer à « gratter la surface » du cerveau humain, et des liens vers un article du New Yorker à l’appui de ce poste.

Et l’article de couverture du numéro d’octobre 2004 du magazine Discovery intitulé « Le mythe du contrôle mental » avertit le lecteur que si le contrôle mental est un incontournable de la « science-fiction familière », il y a peu de raisons de s’inquiéter réellement, car déchiffrer réellement le  » code neural » s’apparenterait à la découverte d’autres « grands mystères scientifiques » tels que « l’origine de l’univers et de la vie sur Terre », et est donc peu probable.

Selon l’article, comme le cerveau est « le mystère le plus important de la science » et très probablement « le plus difficile à résoudre », le contrôle de l’esprit reste au pire une préoccupation lointaine.

L’idée sous-jacente semble être qu’un contrôle mental sophistiqué est peu probable sans comprendre le cerveau ; et nous ne comprenons pas le cerveau.

Comprendre le « code neuronal »

Bien sûr, on peut remettre en question l’idée qu’une compréhension complète du « code neuronal » est une condition préalable au contrôle de l’esprit, car il n’est pas toujours nécessaire de savoir comment quelque chose fonctionne pour qu’il soit efficace. Néanmoins, l’hypothèse selon laquelle le cerveau est si complexe que peu de progrès ont été réalisés pour le « résoudre » est elle-même incorrecte.

Comme l’a dit le neuroscientifique Michael Persinger, la « grande mythologie » du cerveau est qu’il est « au-delà de notre compréhension ». En fait, selon l’inventeur et «futuriste» Ray Kurzweil, «des modèles mathématiques très détaillés de plusieurs dizaines de régions du cerveau humain et de leur fonctionnement…». avait déjà été développé il y a plus d’une décennie.

Kurzweil a également déclaré à cette époque que la science est « plus avancée dans la compréhension des principes de fonctionnement du cerveau humain que la plupart des gens ne le pensent… ». Bien que le cerveau puisse être compliqué, « ce n’est pas si compliqué ».

De même, un rapport de l’Air Force de 1995, dans une section intitulée « Biological Process Control », prédit qu’avant 2050 « …Nous aurons atteint une compréhension claire du fonctionnement du cerveau humain, de la manière dont il contrôle réellement les différentes fonctions de le corps, et comment il peut être manipulé… : »

On peut imaginer le développement de sources d’énergie électromagnétiques… qui peuvent se coupler au corps humain de manière à permettre d’empêcher les mouvements musculaires volontaires, de contrôler les émotions (et donc les actions), de produire le sommeil, de transmettre des suggestions, d’interférer avec… la mémoire, de produire un ensemble d’expériences et supprimer un ensemble d’expériences.

Aussi inquiétantes que puissent être ces « prédictions », est-il possible que des technologies pour empêcher (ou peut-être même stimuler) les mouvements musculaires, contrôler les émotions, transmettre des suggestions, effacer des souvenirs, créer de faux souvenirs, etc., aient déjà été développées ?

Certes, même un examen superficiel de la « littérature ouverte » révèle que diverses technologies sophistiquées de contrôle de l’esprit existent déjà. En effet, il est plutôt choquant de réaliser à quel point la technologie de contrôle mental était avancée, même il y a plusieurs décennies.

Par exemple, il y a l’invention de 1974 de Robert G. Malech pour laquelle un brevet a été accordé en 1976 et attribué à l’entrepreneur de défense Dorne & Margolin, Inc. – pour une méthode de « surveillance à distance et de modification des ondes cérébrales ». De plus, des expériences menées il y a plus de trente ans au Stanford Research Institute (SRI) ont montré que la lecture mentale de base à partir des lectures d’EEG était possible, révélant l’existence d’un « langage non symbolique » de « modèles d’ondes cérébrales » qui pouvaient être déchiffrés et traduit.

En effet, « …[dès] la fin des années 1960… le « contrôle à distance » du cerveau humain – réalisé sans l’implantation d’électrodes – était sur le point d’être réalisé. » Un moyen de stimuler un cerveau « en créant un champ électrique complètement à l’extérieur de la tête » a été développé, et on a découvert que les impulsions électriques pouvaient stimuler le cerveau en utilisant beaucoup moins d’énergie qu’on ne le pensait auparavant « efficace dans l’ancienne technique d’implantation ». Sans surprise, avec de tels développements ont surgi des craintes légitimes d’un monde futur où les «robots humains» exécuteraient les ordres des «militaires».

Et une source cite un rapport d’une agence du Pentagone des années 1970 disant qu’il sera probablement possible dans « plusieurs années » d’induire des sons et des mots directement dans le cerveau (en contournant les oreilles), ainsi que d’utiliser « des combinaisons de fréquences et d’autres caractéristiques du signal ». pour produire d’autres effets neurologiques…. »

Le rapport note que les Soviétiques avaient observé « divers changements dans la chimie du corps » et le « fonctionnement » du cerveau à partir de l’exposition du cerveau à diverses fréquences. Sont également mentionnées des études du MIT montrant que « les ondes cérébrales magnétiques peuvent être captées… et amplifiées comme si le cerveau était un émetteur radio », sans implants ni électrodes nécessaires.

Enfin, un article de 1981 décrit comment des « générateurs de micro-ondes » placés dans des endroits appropriés et transmettant à faible énergie créeraient des « modèles d’interférence » à partir de l’interaction avec les ondes cérébrales (électricité cérébrale). Ces schémas d’interférence « pourraient ensuite être construits par ordinateur en une image animée tridimensionnelle des processus mentaux » – en d’autres termes, un « scanner de pensée » (et un dispositif de suivi) à distance pourrait être développé.

Avancées récentes

À la lumière de ces développements passés, il est peut-être assez surprenant de lire des articles modernes décrivant des innovations soi-disant récentes dans la « lecture de l’esprit » et la technologie de contrôle de l’esprit – dans lesquels il est parfois affirmé, par exemple, que les scanners, les électrodes et la proximité avec le sujet sont nécessaires pour lire et « contrôler » les esprits.

De telles affirmations reflètent un échec apparent de la science du « contrôle de l’esprit » à progresser comme on aurait pu s’y attendre compte tenu de l’intérêt présumé, ainsi que du rythme spectaculaire des progrès de la science et de la technologie en général au cours des dernières décennies.

Bien sûr, il ne serait pas si surprenant que la technologie de contrôle de l’esprit ait considérablement progressé, mais que la recherche ait été menée en secret pour des raisons de « sécurité nationale ».

Les scientifiques affiliés à la CIA ont certainement mené de nombreuses recherches qu’il leur a été interdit de partager avec leurs pairs, et les inventions qui impliquent la « sécurité nationale » sont systématiquement supprimées en vertu des ordres de confidentialité du Pentagone. Aussi, il peut sembler souhaitable de cacher des programmes de recherche qui « nécessitent » parfois un assouplissement des normes éthiques, comme celle du consentement éclairé.

Cela dit, même en ignorant l’existence probable d’une « science secrète » du contrôle de l’esprit, les avancées publiques récentes sont assez troublantes en elles-mêmes.

Quelques exemples:

1. En 2004, 25 000 neurones de rat sur un plat en verre ont appris à piloter un simulateur de chasseur à réaction F-22. Après que les scientifiques aient placé les neurones sur la parabole, les neurones ont rapidement commencé à « se reconnecter, formant un réseau neuronal vivant – un cerveau ».

Le scientifique principal a ajouté qu’ »un jour », bien que bien sûr « un long chemin », des cerveaux désincarnés pourraient en fait être utilisés pour piloter des drones, bien que l’expérience actuelle visait simplement à améliorer les connaissances sur le fonctionnement du cerveau et éventuellement à fournir des « indices ». au dysfonctionnement cérébral.

2. En août 2013, des chercheurs ont révélé que des cerveaux humains « miniatures » avaient été cultivés en laboratoire. Comme d’habitude, toutes les implications négatives ou motifs d’inquiétude ont été minimisés, tandis que les utilisations « thérapeutiques » possibles ont été mises en évidence.

Ainsi, la percée a été saluée comme une excellente occasion de comprendre les «défauts de développement». Bien que l’auteur mentionne « le spectre de ce que l’avenir pourrait nous réserver », le lecteur est rassuré que la recherche soit un « territoire primitif » – bien qu’un chercheur ait commenté « l’inopportunité » de développer des cerveaux de laboratoire plus grands.

3. Le 1er juillet 2013, un magazine a rapporté une affirmation du neuroscientifique Sergio Canavero selon laquelle il était désormais possible de transplanter la tête d’un humain sur le corps d’un autre et de rattacher la moelle épinière.

4. Les scientifiques ont reconstruit des images aléatoires vues par des sujets, à partir de scanners cérébraux IRMf, dans le cadre de recherches qui « suggèrent » qu’ »un jour » les scientifiques pourraient être en mesure « d’accéder aux rêves, aux souvenirs et à l’imagerie… ».

5. Les cerveaux de deux rats ont été liés, de sorte que l’un, situé en Caroline du Nord, a répondu « par télépathie » aux pensées de l’autre, situé au Brésil.

Le cerveau du deuxième rat a traité les signaux du cerveau du premier rat, transmis sur Internet, comme s’ils étaient les siens. Le scientifique a spéculé sur la « possibilité future » d’un « ordinateur biologique, dans lequel de nombreux cerveaux sont connectés… ».

6. Une interface cerveau à cerveau a été créée, permettant aux humains de déplacer la queue d’un rat simplement en y pensant. On dit aux lecteurs que même s’il n’est pas encore possible de « communiquer de cerveau à cerveau avec nos semblables… nous sommes peut-être en train de… contrôler » d’autres espèces.

Mais, comme il est «encore très tôt», l’écrivain «espère (s)» que toute préoccupation éthique pourra être «résolue». Il convient de noter que l’étude a utilisé des ultrasons focalisés pour délivrer des impulsions au cerveau du rat.

7. Poursuivre le « thème » des ultrasons : des impulsions focalisées d’ultrasons à basse fréquence de faible intensité, transmises de manière non invasive à travers le crâne jusqu’au cerveau humain, se sont avérées capables de produire non seulement de la douleur, mais également du son, ainsi que d’évoquer des « stimuli sensoriels ». .”

En conséquence, un laboratoire ayant une « relation de travail étroite » avec la DARPA, le ministère de la Défense et les communautés du renseignement américain, a envisagé d’utiliser des ultrasons pulsés pour coder des « données sensorielles sur le cortex » ; en d’autres termes, produire des hallucinations par la stimulation à distance et directe des circuits cérébraux. Les possibilités sont la capacité de « contrôler à distance l’activité cérébrale » et la « création de souvenirs artificiels ». Même Sony s’est lancé dans l’acte, en brevetant un appareil utilisant les ultrasons pour produire des hallucinations, encore une fois décrit comme « la transmission de données sensorielles directement dans le cerveau humain ».

Plus troublant encore, une source a récemment allégué que la NSA utilisait cette technologie à ultrasons pour cibler des individus via leurs smartphones.

8. Un moyen peu coûteux de suivre les personnes, même à travers les murs, a été mis au point. Alors que dans le passé, les individus pouvaient être suivis n’importe où par les «militaires» à l’aide de la technologie radar, cette technologie pourrait permettre aux entités disposant de moins de ressources de suivre également les personnes.

9. Des scientifiques ont contrôlé à distance un ver en y implantant des nanoparticules magnétiques, puis en exposant l’animal à un « champ magnétique radiofréquence » qui a stimulé ses neurones. Les scientifiques suggèrent que leurs recherches pourraient conduire à des « traitements innovants contre le cancer » et à des « thérapies améliorées contre le diabète », ainsi qu’à « de nouvelles thérapies pour certains troubles neurologiques résultant d’une neuro-stimulation insuffisante ».

10. Les Américains peuvent désormais être espionnés chez eux grâce à leurs appareils connectés à Internet, selon (l’ancien) directeur de la CIA, David Petraeus. Petraeus a fait ses déclarations à peu près au même moment où une énorme société de micropuces, ARM, a dévoilé de nouveaux processeurs qui connecteront à Internet des appareils électroménagers tels que des réfrigérateurs, des laveuses et des sécheuses.

Science « en rupture »?

Bien que les développements publics susmentionnés soient assez préoccupants, la réalité est qu’ils ne représentent peut-être pas le véritable état de l’art en matière de technologie de « contrôle de l’esprit ». Il ne serait pas si surprenant, après tout, qu’un domaine ayant des implications sur la sécurité nationale emprunte à un moment donné de son développement des « voies » distinctes, l’une publique et l’autre « cachée ».

Si une telle bifurcation devait se produire, les avancées faites dans le secret ne seraient pas nécessairement incorporées dans la sphère publique. Finalement peut-être, les innovations et les percées entraîneraient le développement d’une science essentiellement nouvelle et secrète.

Un exemple de domaine dans lequel ce processus de bifurcation semble s’être produit est l’aviation. Dans la sphère publique, l’avion le plus avancé pourrait bien être le chasseur à réaction F-22, ou peut-être le F-35. Cependant, si des témoignages d’initiés sont crédités, ces avions semblent presque primitifs en comparaison avec des machines volantes développées en secret.

Les déclarations les plus convaincantes à cet égard viennent peut-être de Ben Rich, ancien directeur des projets de développement avancés de Lockheed-Martin, ou « Skunk Works », une division de Lockheed connue pour ses projets super high-tech et top secrets, parmi lesquels l’avion espion U2. et le SR-71 Blackbird.

Comme le rapporte Joseph P. Farrell dans son livre Saucers, Swastikas, and Psyops, Rich a fait un certain nombre de commentaires particuliers et provocateurs à la fin de sa carrière et après sa retraite le 31 décembre 1990 (avant sa mort cinq ans plus tard) , commente fortement « le développement d’une physique et d’une technologie off-the-books… ».

Par exemple, le 7 septembre 1988, lors d’une présentation à l’Institut américain d’aéronautique et d’astronautique d’Atlanta, en Géorgie, Rich a déploré qu’il lui soit interdit de discuter des projets actuels de Skunkwork, mais il a déclaré qu’ils « appelaient des technologies autrefois rêvées ». par des écrivains de science-fiction.

Dans les années qui ont suivi, Rich a élaboré légèrement. Par exemple, alors qu’il s’adressait à l’association des anciens élèves de l’UCLA School of Engineering en 1993, Rich a déclaré qu ‘«une erreur dans les équations» avait été découverte et corrigée, permettant «de voyager vers les étoiles». Il a ajouté, cependant, que « ces technologies sont tellement enfermées dans des programmes noirs qu’il faudrait un acte de Dieu pour les faire sortir au profit de l’humanité ».

Farrell poursuit en relayant une déclaration d’un ingénieur à la retraite anonyme de Lockheed qui a été cité dans un article de magazine en 1988 comme disant que « nous avons des choses qui volent dans le désert du Nevada qui feraient baver George Lucas ». Dans le même article, un officier de l’armée de l’air impliqué dans le développement du SR-71 a déclaré : « [n]ous testons des véhicules qui défient toute description.

Les comparer conceptuellement au SR-71 reviendrait à comparer la conception du parachute de Léonard de Vinci à la navette spatiale. Et un colonel à la retraite intervint : « Nous avons des choses qui dépassent tellement la compréhension de l’autorité aéronautique moyenne qu’elles sont vraiment étrangères à notre façon de penser. »

Considérons alors un instant la possibilité qu’au sein du monde classifié, en 1993, une technologie, pour citer Ben Rich, « pour ramener l’ET à la maison » ait déjà été développée. Les implications sont énormes, pour ne pas dire plutôt effrayantes. On se demande où doit en être la technologie en 2014, plus de vingt ans plus tard.

Et si les affirmations susmentionnées sont vraies, et cela semble plausible (pourquoi ces individus mentiraient-ils, voire exagéreraient-ils, en particulier aux associations d’ingénieurs et aux instituts d’aéronautique), qu’est-ce que cela pourrait impliquer sur l’état actuel de l’art dans des domaines autres que l’aviation, tels que comme les neurosciences, qui ont elles-mêmes fait l’objet d’efforts intenses de « militarisation ».

En effet, que suggère un si grand écart entre ce que les gens croient et ce qui est réellement vrai sur la nature de notre réalité perçue en général ?

Contrôle de l’esprit électromagnétique

Parce que la technologie de contrôle de l’esprit est en grande partie classifiée, les déclarations et les documents officiels des « autorités supérieures » quant à l’état de l’art font défaut.

Cependant, malgré cette limitation, on peut peut-être encore arriver à une compréhension ou à une approximation raisonnable des capacités secrètes en examinant les recherches publiques les plus sophistiquées, comme celle de Michael Persinger, chercheur en neurosciences cognitives et professeur à l’Université Laurentienne en Ontario.

Des aspects importants du travail de Persinger sont directement liés à la faisabilité du contrôle mental « électromagnétique » dirigé vers des individus ou des populations ciblés, et sont donc une continuation de la recherche qui s’est éteinte dans les années 1970, la recherche suggérant que des champs d’énergie électromagnétique à distance pourraient être utilisés pour « influencer  » le cerveau.

Électricité « élevée »

Selon Persinger, le cerveau peut être influencé par des champs magnétiques très faibles, « … les champs électromagnétiques associés à la conscience, qui sont très, très faibles ».

Ces champs électromagnétiques peuvent même « imiter » les effets associés à la prise de divers médicaments.

Cela est possible parce que le cerveau fonctionne par des schémas électromagnétiques – les ondes cérébrales – et pas seulement par la chimie, et pour chaque médicament, il existe « un schéma temporel approprié » de rayonnement électromagnétique « équivalent à la structure moléculaire » du médicament.

Ainsi, en introduisant l’équivalent électromagnétique d’une drogue dans le cerveau, l’individu devrait ressentir « la drogue », comme si elle avait été réellement ingérée – En d’autres termes, « … vous n’avez pas besoin d’avoir un produit chimique.

Ceci est particulièrement significatif quand on considère que de nombreux composés, à la fois légaux et « illicites », altèrent la conscience, modifiant, parfois de manière significative, notre expérience du monde.

Imaginez, par exemple, du « LSD électromagnétique » ou du « valium électromagnétique » livré par satellite à un individu ou à une population ciblée.

Création d’hallucinations

Les modèles électromagnétiques peuvent également être capables de créer des expériences « sensorielles » artificielles.

En effet, l’expérience sensorielle n’est pas une perception d’une chose « en soi », mais une interprétation par le cerveau de schémas électriques produits par un stimulus donné.

Par exemple, la perception d’une rose est le cerveau qui expérimente un modèle de résonance électromagnétique particulier produit par l’interaction de la rose avec les sens, et non une expérience de la rose « elle-même ».

En introduisant le modèle de résonance électromagnétique normalement produit par un stimulus donné directement dans le cerveau, le besoin du stimulus réel (par exemple, une vraie rose), « … peut être contourné…. »

L’idée, en d’autres termes, est que des hallucinations vives peuvent être créées via l’introduction d’un rayonnement électromagnétique à motifs précis dans le cerveau.

Réalité synthétique

De telles possibilités ne semblent pas être simplement « théoriques ». Dans un article de 2000 paru dans US News & World Report, John Norseen, concepteur d’armes neurales pour Lockheed Martin, est cité comme disant que les impulsions électromagnétiques pourraient être utilisées pour créer ce qu’il appelle la «réalité synthétique».

Norseen a élaboré une série de courriels avec l’artiste Duncan Laurie, publiés sur le site Web de Laurie (Norseen est décédé en 2007).

Dans une de ces discussions, Norseen a fait référence à une technologie pour créer des hallucinations.

Le sujet a surgi lorsque Laurie a mentionné un reportage relatant la rencontre d’un policier mexicain avec une «sorcière volante».

Selon le récit de l’officier, la sorcière est tombée d’un arbre et a flotté au-dessus du sol avant de voler vers l’officier et « d’essayer de l’attraper avec ses mains à travers le pare-brise de la voiture ».

Alors que l’officier percevait la sorcière comme un être réel, Norseen a suggéré que la sorcière n’était pas une entité vivante, mais plutôt une hallucination induite par la technologie qui « déchirait l’appareil perceptif (de l’officier) de l’intérieur de ses structures de pensée… ».

En d’autres termes, le soupçon de Norseen était que l’officier n’avait pas vécu une expérience sensorielle réelle, mais avait plutôt vécu une séquence de réalité virtuelle, une expérience « sensorielle » complexe et extrêmement réaliste produite entièrement dans son cerveau.

En conséquence, pour Norseen, la « vraie histoire » était « si ce type de… hallucination est maintenant disponible dans l’inventaire psyop… eh eh. »

Norseen explique que la sorcière aurait pu être le produit d’un « satellite en orbite qui a rayonné par erreur… (le) village mexicain avec une puissante liaison descendante entraînante… ».

Injection d’informations

La « sorcière » est un exemple de ce que Norseen appelle une « sémiotique ».

Pour les besoins actuels, il suffit de dire que « l’information neuronale » codée en « ondes porteuses », puis décodée par le cerveau d’un individu, est une sémiotique.

Norseen s’intéressait particulièrement à la sémiotique, comme la «sorcière», qui pouvait «contrôler par réflexe» un individu.

Norseen discute d’une expérience avec des rats dans laquelle un rat appuierait sur un bouton et un champ électromagnétique stimulerait une partie du cerveau du rat, induisant des sentiments (apparents) d’extase chez le rat. Le rat continuerait à appuyer sur le bouton, déchargeant la « sémiotique du plaisir » (terme de Laurie) jusqu’à sa mort.

Selon Laurie, « le point de vue de Norseen était que si vous pouviez déclencher cette partie du cerveau à distance, via une transmission quelconque, le récepteur serait tout sauf impuissant » pour empêcher son cerveau de répondre de manière déterminée, stimulus-réponse au sémiotique.

Norseen a suggéré à Laurie qu’une façon de transmettre une sémiotique serait de crypter des commandes, qui pourraient être « … enfouies dans des informations visuelles et auditives sans rapport, pour être diffusées au grand public ».

En d’autres termes, un message sémiotique codé dans, par exemple, une émission télévisée ou Internet, pourrait être transmis directement à l’esprit inconscient d’une personne, programmant essentiellement la personne pour une action future – « Norseen a fortement suggéré que ces techniques étaient liées à les meurtres de Columbine….

De plus, comme le suggère Norseen dans sa discussion sur une liaison descendante par satellite produisant l’hallucination de la sorcière, la sémiotique n’a même pas besoin d’être encodée dans un support sensoriel, tel qu’un programme télévisé ou une diffusion sur Internet, mais peut plutôt être transmise directement dans le cerveau via des signaux électromagnétiques. rayonnement ou ultrasons.

Comme l’a dit Norseen, le cerveau humain a une « sensibilité extrêmement vive aux signaux internes et externes, de la vue, du son, de l’odorat, du toucher, de la mémoire, des ultrasons, des CEM (fréquence électromagnétique), etc. » (c’est nous qui soulignons), ce qui peut faire « … du cerveau humain … par essence, une pompe sexuelle, violente, religieuse » :

« Ma base de données de sémiotique, signes et symboles, lorsqu’elle est présentée par divers médias au cerveau humain, provoque des circuits extrêmement puissants dans le noyau accumbens (sexe), l’amygdale (violence) et l’axe cingulaire antérieur/temporel droit (religion)…

« Ainsi, même si une personne ne ferait pas quelque chose en fonction de sa personnalité, la clé est de réinitialiser ou de désengager la personnalité de la personne (libre arbitre), puis d’entraîner à plusieurs reprises, consciemment ou non, le cerveau de la personne à tirer sans relâche… vers le point où vous insérez une nouvelle personnalité qui agit sur les impulsions émanant des circuits sexe/violence/religieux (c’est nous qui soulignons).

« Vous vous retrouvez avec un délinquant sexuel, un tueur en série, un fanatique religieux où le suicide est une option… ou une combinaison (des) trois. » … [S] quelque part, d’une manière ou d’une autre, le résultat de la culture dans son ensemble, ou des apports culturels hautement raffinés et ciblés, se révèle être de telles PERSONNALITÉS… La question est, est-ce juste les résultats naturels de cinq milliards de personnes sur terre interagissant avec l’information moderne et des signaux EM (électromagnétiques) ou peut-être, juste peut-être… quelque part, certaines personnes utilisent des moyens techniques pour PSYOP ? »

La « sémiotique » peut être transmise d’une source externe directement dans un cerveau humain, « entraînant » le cerveau par une répétition constante, dans de nouvelles croyances, de nouvelles motivations, voire, peut-être, une nouvelle personnalité. De plus, ce processus de conditionnement peut se produire en dessous du niveau de conscience, améliorant vraisemblablement sa valeur en tant qu’outil pour une action secrète plausiblement niable.

Contrôle des pensées

Norseen décrit une technologie qui peut littéralement contrôler ses pensées. Comme il l’explique dans l’article de US News & World Report, on pourrait peut-être même « … commencer à manipuler ce que quelqu’un pense… avant qu’il ne le sache ».

Robert Duncan, un scientifique qui a travaillé sur des projets pour le ministère de la Défense et la CIA, compare cette capacité de « filtrage et suppression de la pensée » à la vérification orthographique automatisée de Microsoft Word, qui corrige les fautes d’orthographe comme un seul type.

Selon Duncan, « … même de nouvelles pensées peuvent être supprimées » ; de plus, les souvenirs peuvent être estompés ou effacés.

Empreintes cérébrales

La forme la plus invasive de contrôle de l’esprit peut nécessiter une analyse des caractéristiques uniques de la sortie électromagnétique d’un individu, ce que Norseen appelle les « empreintes cérébrales » :

« Pensez à votre main touchant un miroir », explique Norseen. « Ça laisse une empreinte. » … « Tout comme vous pouvez trouver une personne sur un million grâce aux empreintes digitales », dit-il, « vous pouvez trouver une pensée sur un million. »

Les « empreintes cérébrales » d’une personne s’infiltrent dans l’environnement selon des « schémas de dispersion d’énergie » uniques qui, s’ils sont « surveillés par des capteurs électromagnétiques mixtes… », pourraient potentiellement être utilisés pour identifier et suivre la personne.

De plus, les empreintes cérébrales pourraient même être transmises « … dans le cerveau… » (« intactes ou réarrangées – à l’individu ou à quelqu’un d’autre… »), le cerveau agissant sur l’information « comme s’il s’agissait d’un signal réel de l’environnement ». .”[Un aparté : une grande partie de ce que Norseen a dit à Duncan Laurie était peut-être déjà un « vieux chapeau ». Norseen avait des habilitations de sécurité et avait signé des accords de non-divulgation de plus de 70 ans. Il a expliqué que s’il ne pouvait pas discuter des développements plus récents, « au moins » il pouvait « édifier » concernant les années 1995-2002.]

Clonage EEG

Copier les ondes cérébrales d’une personne sur le cerveau d’une autre personne est une technologie parfois appelée « clonage EEG ».

Le chercheur Tim Rifat explique que les émotions et les états tels que la colère et l’agressivité, l’apathie, la luxure, la psychopathie, la dépression suicidaire, la manie, la paranoïa et la psychose ont des fréquences distinctes qui peuvent être entraînées dans le cerveau « à distance par l’utilisation d’une émission de fréquence extrêmement basse portée par le pouls ». faisceaux de micro-ondes modulés (technologie de contrôle de l’esprit à distance par micro-ondes à modulation d’impulsions ELF).

Comme l’a dit le physicien Richard Alan Miller :

« En utilisant… des EEG améliorés par ordinateur, les scientifiques peuvent identifier et isoler les… » grappes de signatures émotionnelles » du cerveau », les synthétiser et les stocker sur un autre ordinateur. En d’autres termes, en étudiant les modèles d’ondes cérébrales caractéristiques subtiles qui se produisent lorsqu’un sujet éprouve une émotion particulière, les scientifiques ont pu identifier le modèle d’ondes cérébrales concomitant et peuvent maintenant le dupliquer.

Ces « grappes de signatures émotionnelles » stockées peuvent ensuite être entraînées dans des êtres humains pour déclencher l’émotion.

Plus que de simples émotions, même une autre « personnalité » peut être « clonée » sur un individu. Ce « clonage du cortex cérébral » a été comparé à « avoir un ennemi dans son propre esprit ».

Il convient de noter que Tamerlan Tsarnaev, présumé kamikaze de Boston (probablement un patsy), était soumis à ce qu’il appelait un « contrôle majestueux de l’esprit » et a dit à sa mère qu’il avait l’impression qu’une autre personne était en lui, lui disant des choses à faire.

Établir des connexions

John Norseen a suggéré que le cerveau, qui a été décrit comme un « ordinateur biologique », pourrait être connecté sans fil (sans interface cerveau-ordinateur) à un ordinateur technologique, expliquant qu’une personne pourrait éventuellement être « ping[ed] » avec un « séquence lumineuse ou avec une [extrêmement basse fréquence]… séquence de rayonnement » provoquant « …quelque chose se déclenche dans le cerveau… » Bien sûr, un ordinateur « ping » un autre pour tester la connectivité entre les deux « appareils ».

De plus, si plusieurs cerveaux étaient connectés au même « système », les mêmes signaux cérébraux pourraient être acheminés vers (« clonés » sur) plusieurs cerveaux. Des « messages diffusés » pourraient même être envoyés, induisant des pensées, des sentiments, des comportements et même des croyances similaires chez toutes les personnes sur le réseau.

On pourrait ainsi imaginer des cellules mentales de ruche ou même une grande ruche dans laquelle les « participants » partageraient des informations neuronales (ondes cérébrales). Dans un tel scénario, des comportements de groupe complexes pourraient peut-être être coordonnés à partir d’un «centre de contrôle» externe, une situation qui rappelle certains récits d’individus affirmant avoir été «traqués par des gangs».

Piratage mental

« Mind hacking » est le terme de Robert Duncan pour désigner le processus par lequel un cerveau est cartographié à distance et grâce auquel un certain degré de contrôle opérationnel sur le cerveau devient possible. Un hack mental établit la pleine capacité d’interaction sans fil entre un cerveau et un ordinateur.

Pour « pirater » un cerveau, les empreintes cérébrales ou la « signature cérébrale » globale de la personne doivent être déchiffrées, un processus mécanique et déterministe ne nécessitant que du « temps » et les « coordonnées » de la cible pour être efficace. En d’autres termes, étant donné « l’heure et les coordonnées », le cerveau de n’importe qui peut être piraté :

« La synchronisation précise des impulsions est la façon dont l’astuce est faite… La synchronisation des impulsions doit coïncider exactement avec la fin de la dépolarisation d’un neurone », qui est « spécifique à chaque individu et à ses microcircuits… Ce flux binaire agit comme un message crypté qui ne un seul cerveau humain unique avec les modèles physiques exacts peut interpréter…

« Afin de créer une amplification significative, des milliers de neurones, voire plus, doivent être pulsés exactement sans un seul alignement avant que le signal électromagnétique puisse acquérir suffisamment d’influence dans le cerveau pour l’entraînement. Dans d’autres circuits ou cerveaux, cela ne fait qu’ajouter du bruit qui est filtré…

« Les impulsions radar utilisant la clé de flux de bits (sont) envoyées au cerveau cible, et si elles frappent juste avec les autres, quelques microsecondes plus tard, un potentiel évoqué devrait être détecté. Cela indique que la clé du cerveau est acceptée… Ces clés de flux de bits sont catégorisées et sous-catégorisées.

« Chacun représente une « résonance cérébrale » ou un état qui a été atteint. Ce sont des modèles qui peuvent être rejoués dans l’esprit de la cible. Au fur et à mesure que la cartographie cérébrale [le processus se poursuit], d’autres flux de bits se mettent en place dans l’ensemble du modèle cognitif de plus en plus vite [comme quand on se rapproche] de la réalisation d’un puzzle.

Un signal « adapté » à la signature cérébrale unique d’une personne n’affectera pas les autres cerveaux exposés au signal. Ainsi, les personnes se tenant même à proximité d’une personne ciblée ne remarqueraient rien d’inhabituel, autre que peut-être le comportement de la cible.

Selon Duncan, le fait que quelqu’un puisse être assiégé à distance par des « ondes invisibles », tandis que d’autres, même à proximité, restent insensibles et inconscients de l’intrusion, tend à « déconcerter[] le citoyen ordinaire qui n’a pas encore expérimenté la réalité virtuelle électromagnétique ». .”

Cependant, le concept devient plus intuitif lorsque l’on considère que le système nerveux de l’individu ciblé a été «réglé comme un téléphone cellulaire». Et, bien sûr, seul un « téléphone » dont le numéro a été composé va « sonner ».

Le piratage de l’esprit permet des exploits d’envahissement grotesque, permettant en fait «d’écouter à travers les oreilles du sujet et de voir à travers les yeux du sujet».

Une question sans réponse est combien de temps faut-il pour pirater un cerveau – Minutes ? Journées? Semaines? Dans tous les cas, quelle que soit la durée du processus, on pourrait supposer que le piratage mental est devenu plus efficace avec le temps.

Numérisation des cerveaux – MASINT

Selon John Norseen, les cerveaux des individus d’une population donnée peuvent être sondés et des signatures cérébrales inhabituelles (« empreintes cérébrales ») identifiées à distance. Cela semblerait être un aspect de MASINT – la mesure et l’intelligence de signature – la «plus récente, la plus englobante et la plus complexe sur le plan technique» des méthodes de collecte de renseignements.

Norseen écrit que « plusieurs capteurs peuvent détecter et mesurer ce que vous pensez… » et que « l’analyse hyperspectrale à travers le spectre électromagnétique, dans lequel la fonction cérébrale se produit » peut être utilisée « pour corréler et identifier avec des détails plus précis les régions spécifiques… du cerveau engagé dans le traitement mental de l’activité cible.

De plus, ces capacités de lecture de l’esprit sont « beaucoup plus robustes » que les technologies de diagnostic traditionnelles telles que l’EEG ou l’IRMF, et « impliquent… plus d’analyse de capteurs à distance utilisant des techniques d’interféromètre… », de sorte que « des informations sur l’activité neuronale sous-jacente peuvent être collectées… (et ) affichages … (peuvent être) générés par des schémas de comportement mental en cours et anticipés, normaux, pathologiques ou entraînés » :

« Les circuits neuronaux qui reflètent des schémas cérébraux normaux, pathologiques ou entraînés peuvent être discernés. Par conséquent, … un système complexe de capteurs d’analyse cérébrale hyperspectraux connectés à Internet, échangeant des ensembles d’informations de base de données d’équations mathématiques représentatives et d’espaces d’états biophysiques, serait en mesure d’étudier une zone particulière et de déterminer les activités cérébrales des éléments constitutifs de la zone de surveillance. Une personne avec des schémas cérébraux normaux aurait des empreintes cérébrales caractéristiques qui seraient différentes de celles d’une autre personne souffrant d’un comportement pathologique ou entraîné.

On pourrait également ajouter que les cerveaux non conformes, par exemple, les cerveaux avec des attitudes non déférentes envers l’autorité ou des croyances non autorisées, pourraient aussi vraisemblablement être identifiés et choisis pour une « enquête » ou un « ciblage » supplémentaire.

Conclusion

Nous sommes confrontés à un monde dans lequel la science-fiction dystopique devient rapidement réalité. En effet, pour certains, la dystopie est peut-être déjà arrivée.

Dans le monde entier, des milliers d’ »individus ciblés » affirment avoir vécu des expériences correspondant à ce que Robert Duncan appelle le « mind hacking ».

De plus, comme il ne s’agit que de cibles auto-identifiées, le nombre réel d’individus ciblés pourrait être considérablement plus élevé.

Pendant ce temps, le « dénonciateur » Edward Snowden s’emploie à « révéler » les abus de surveillance de la NSA, des abus largement révélés par d’autres au cours des années précédentes, mais sans la consternation et la fanfare médiatique.

Alors que les « révélations » de Snowden ne sont certainement pas anodines, il est évident que les populations américaines et mondiales existent désormais dans une bulle d’« irréalité », totalement inconscientes des technologies de « science-fiction » déployées contre elles.

Considérez alors la possibilité que la véritable étendue des «opérations de surveillance» reste très «non divulguée».

Steven Di Basio

Le contrôle de l’esprit au 21e siècle: la science-fiction et au-delà – Elishean 777


Partagé par http://www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.

Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme. La vérité particulière est en Vous, la Vérité Universelle est parfaite et équilibrée et intègre tout, elle “est” la Source.

NOUVEAU : VOYAGE SACRE A HAWAII AVEC NICOLAÏA, JESABELLE, LES BALEINES et DAUPHINS ET LES ÊTRES DE LUMIERE – FEVRIER 2023 :

Pour tout complément d’information, veuillez nous contacter à l’adresse suivante : voyagehawai2023@gmail.com

CLIQUES SUR L’IMAGE CI-DESSOUS POUR PRENDRE CONNAISSANCE DE CET EVENEMENT EXCEPTIONNEL !!!


Vibratelier ” BEST SELLER ” pour un soin de la 5D et rencontre des êtres de sa famille d’âme dans le cœur sacré, en guidance par votre divine présence:

Rejoins-nous sur les nouveaux médias sociaux !!! Merci ! CLUB VKhttps://vk.com/club175930391 ; PROFIL VKhttps://vk.com/nturban ; CHAÎNE ODYSSEE odysee.com/@Eveilhommme ; Groupe Telegram : https://t.me/joinchat/oYnr005XgndhYTFk ; Chaîne Crowdbunker : https://crowdbunker.com/@eveilHomme


Pour soutenir Eveilhomme, vous pouvez faire un don, vous abonner ou alors cliquer régulièrement sur les bannières de publicité, cela nous aidera : merci, Merci ! MERCI !!

En contrepartie de votre abonnement mensuel, vous avez accès aux Vibr’Ateliers proposés en don du Cœur dans la boutique (après l’abonnement et vous être abonné, et inscrit et connecté, voir menu boutique en cliquant sur ce message, atelier proposé en don, mettre 0 dans le don et faire ‘l’achat’)

GRATITUDE INFINIE ET ILLIMITEE A TOUS

Autre possibilité de soutien, cliquez ci-après :

Campagne de soutien permanent sur Gofundme https://gf.me/u/ysawj4
Tipeee : https://fr.tipeee.com/eveilhomme
N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
%d blogueurs aiment cette page :