Chers hommes et femmes,

Bienvenue dans ce cercle. Je suis Marie-Madeleine. J’étais autrefois sur Terre en tant que femme qui a vécu et aimé, et parfois désespéré et abattu avec les émotions très humaines que vous connaissez tous si bien en vous-mêmes.

Je suis ici aujourd’hui pour plaider la cause de ce que signifie être humain.

 

Beaucoup d’entre vous sont fatigués d’être humains. Il y a beaucoup de lutte dans vos cœurs, de la douleur et de la peur du passé, et parfois de la lassitude, ainsi qu’un détournement de la véritable ouverture, à cause de ce qu’être humain sur Terre pourrait vous apporter.

Tout cela est tout à fait compréhensible, car en venant sur Terre, vous rencontrez une résistance intérieure dictée par les souvenirs de vies passées et attisée par la nostalgie de la Source, une maison que vous avez connue dans les royaumes d’harmonie et de lumière.

Vous portez tous ces souvenirs en vous, et lorsque vous venez sur Terre en tant qu’âme descendante, votre humeur peut parfois devenir très déprimée.

Connectez-vous avec la partie de vous-même qui lutte ici sur Terre, et acceptez qu’elle éprouve de la peur d’être ici. Votre conscience n’est pas de la Terre ; votre conscience est infinie, cosmique, et se sent chez elle dans l’univers entier.

Elle est ici en visite et ne vit que temporairement dans un corps terrestre.

Reconnaissez et accueillez la partie de vous-même qui a peur d’être ici, qui a peur de participer réellement à la vie et qui a peur de s’ouvrir à tout ce qui peut être expérimenté ici sur Terre. Permettez à cette douleur d’être là : le doute, la solitude, l’ennui, le désespoir. Je vous demande de vous ouvrir à cette blessure, car une blessure ne peut être guérie que lorsque de l’attention aimante s’y déverse.

Beaucoup d’entre vous veulent revêtir les ornements de la voie spirituelle. Mais lorsque vous vous élevez vers la lumière, avant même de vous en rendre compte, vous avez laissé derrière vous ce qui est terrestre.

Ce que vous êtes réellement encouragés à faire, ici et maintenant, c’est de regarder l’obscurité en vous et d’envoyer la lumière vers cette obscurité, ce qui peut susciter une résistance en vous. Cependant, descendre dans votre propre obscurité, votre solitude, votre sentiment de séparation, est ce qui peut vous apporter le plus de satisfaction.

Lorsque vous faites cela, vous découvrez qui vous êtes vraiment, un porteur de lumière, quelqu’un qui peut éclairer l’obscurité.

Maintenant, imaginez que la vieille douleur qui vit dans vos âmes est rassemblée au centre de ce cercle de personnes. Cette douleur s’exprime de tant de façons ; elle peut se manifester sous forme d’agitation, d’anxiété, de tristesse, d’incertitude, d’un sentiment de déconnexion.

Je vous demande d’imaginer, alors que vous vous tenez tous en cercle autour de cette vieille douleur, qu’il y a une torche allumée dans les mains de chacun d’entre vous qui est tendue vers le centre du cercle, afin que cette douleur puisse être pleinement éclairée et vue, et n’ait plus à se cacher dans l’obscurité.
Permettez à votre lumière de briller.

 

Vous n’êtes pas cette douleur ; vous êtes celui qui peut soulager la douleur et la transformer, et c’est votre véritable tâche et mission ici sur Terre.
Lorsque vous projetez votre lumière sur votre propre obscurité de cette manière, la lumière brille également vers les autres et les encourage à faire de même. Vous êtes alors un travailleur de la lumière ; cela commence par vous.

L’invitation la plus profonde est là pour que vous acceptiez et embrassiez pleinement vos parties les plus vulnérables, et c’est ce que nous avons fait cette semaine.
Lorsque vous examinez les blessures les plus profondes d’une personne, vous constatez qu’elles sont les mêmes chez pratiquement tout le monde, homme ou femme, et qu’elles proviennent de leur besoin d’être connu et aimé, ou proviennent d’un sentiment d’être privé d’amour et de compréhension.

Le but originel de la sexualité, de l’intimité, est la joie, et cette rencontre est intensément précieuse, on pourrait même la qualifier de sacrée.
Lorsque l’homme et la femme se rencontrent dans l’ouverture et le respect, il se produit une union des énergies qui est littéralement créative. Un enfant peut naître de cette union, un nouvel enfant humain merveilleux et magnifique.

Mais cette rencontre est également créative dans un sens plus profond.

Au niveau de l’âme, vous pouvez être vivifié et touché par l’âme d’un autre d’une manière intensément enrichissante pour vous, et par laquelle vous devenez une partie de l’Un sans perdre votre unicité, votre individualité. Tel est le véritable sens de la rencontre entre un homme et une femme.

Ressentez la beauté de cela et sentez combien vous désirez profondément cela, le sens sacré de la sexualité.
En tant qu’âme, vous êtes toujours à la recherche de l’Unique, pour revenir à vous-même, pour revenir au divin. Vous avez de nombreux noms pour le désigner, mais ils sont toujours insuffisants : Dieu, l’Unique, le Tout Ce Qui Est, l’univers, le cosmos.

Il s’agit de cette nostalgie que l’on ressent au plus profond de soi de demeurer dans une sécurité inconditionnelle, d’être accepté complètement et d’être autorisé à s’exprimer librement.

Cette profonde nostalgie vit en chacun de nous et ce qu’il y a de merveilleux dans la rencontre entre mari et femme – ou entre deux partenaires amoureux, qui peuvent aussi être deux hommes ou deux femmes – ce qu’il y a de merveilleux dans la rencontre sexuelle, c’est qu’on peut y faire l’expérience d’un aperçu de l’Un, de l’unité. En étant humain, c’est précisément à travers cette polarité – la dualité de l’homme et de la femme – que vous avez un aperçu de la Source, du paradis, et vous en êtes enrichi. La sexualité est censée être une source de lumière, une danse tendre.

Cependant, surtout dans le domaine de la sexualité, les êtres humains sont devenus profondément blessés ; une distance et une hostilité se sont développées entre les deux sexes. Les gens ne se sentent plus à l’aise avec l’énergie du sexe opposé, même lorsque cette énergie est en eux. Les femmes ont du mal à assumer leur énergie masculine, leur confiance en soi, leur pouvoir. Les hommes ont du mal à s’abandonner à leurs sentiments, à leurs émotions, à la jouissance et à la fusion avec l’autre.

 

Comment en est-on arrivé là ? Ce serait une très longue histoire que de mettre en lumière tous les aspects de l’évolution de l’énergie masculine et féminine. Mais le fait essentiel est que Dieu, la source de tout ce qui est, vous a donné la liberté d’explorer et d’expérimenter, et de prendre le risque d’obtenir des résultats sous la forme d’une énergie déséquilibrée. Mais cela était nécessaire pour comprendre qui vous êtes et quelle responsabilité vous a été confiée. Vous n’êtes pas un enfant dans la main de Dieu, vous êtes un Dieu en devenir qui doit apprendre à prendre des responsabilités et à être en équilibre avec tous les éléments de la vie.

Vous êtes un Dieu en herbe.

Sentez comme vous êtes puissant et autonome.

Vous êtes un et indivisible, et bien que vous soyez inextricablement lié à la Source de tout, vous êtes aussi totalement vous-même, entièrement unique. Laissez-vous pénétrer par cette connaissance.

Vous êtes vous et personne d’autre, et c’est en soi un miracle, un mystère.
Voilà ce que c’est que d’être une âme, indivisible et unique ; voilà ce que c’est que d’être un Dieu, un créateur : libre, indépendant, autonome.

Pouvez-vous assumer pleinement la responsabilité d’une telle autonomie ? Telle est la vraie question.
Une partie de vous ne veut pas assumer cette responsabilité, et cette partie est votre ombre. Elle se sent impuissante, anxieuse, séparée de la Source. Elle veut retourner à la Maison, comme un enfant qui réclame sa mère. Et très souvent, les relations sexuelles romantiques sont utilisées comme un moyen de revenir à la Maison – mais cela ne fonctionne pas.

La Source est en vous – en étant votre propre et unique personne. Assumer votre pleine autonomie est le premier pas vers une relation mature. Être à la maison en soi, se reposer dans son propre noyau, est la condition d’une relation profonde et joyeuse avec l’autre.

Mais cette condition va à l’encontre du désir enfantin que l’on recherche souvent dans une relation d’amour romantique, un désir ardent de demeurer dans l’autre, de se fondre complètement dans l’autre, comme si l’autre était un parent omniscient sur lequel on peut s’appuyer comme un enfant. C’est précisément dans l’amour romantique que l’enfant intérieur veut se libérer de ses propres fardeaux et les confier à l’autre. Il y a alors une dépendance émotionnelle et bientôt les deux partenaires sont étouffés.

La première étape d’une relation sainte et apaisante consiste à revenir pleinement à soi, à prendre dans ses bras l’enfant qui est en vous, qui s’est égaré et qui se sent perdu. Assumez votre propre rôle d’adulte ; l’autre personne ne peut pas guérir vos blessures ; vous êtes votre propre guérisseur, votre propre lumière.

Lorsque vous pouvez descendre en vous-même de cette manière, en vous acceptant profondément et entièrement, vous êtes prêt à tendre la main et à toucher l’autre avec ouverture et émerveillement.

C’est la deuxième étape de la construction d’une relation joyeuse et abondante.

Tendez la main à l’autre en vous émerveillant, et l’émerveillement signifie qu’il n’y a pas d’attentes, qu’on ne veut pas quelque chose et qu’on n’a besoin de rien, mais qu’on regarde simplement l’autre avec émerveillement, avec intérêt.

 

La plus belle forme d’amour romantique consiste à s’émerveiller, à être attiré par l’autre, à vouloir apprendre et explorer l’autre de la manière la plus ouverte et la plus intime. Et de le faire sans vouloir ajouter cette personne à votre vision du monde, à vos idées ; sans vouloir façonner l’autre selon vos attentes, vos besoins, mais pour vraiment jouer ensemble. Ce n’est qu’alors qu’un autre peut se donner, car il n’y a alors aucune pression ni obligation. Vous êtes libre, l’autre est libre, et vous vous réunissez volontairement.

Il y a alors quelque chose de plus élevé qui vous relie tous les deux, quelque chose qui repose dans le cœur. Vous n’essayez pas de changer ou de guérir l’autre, ni de le rendre meilleur. Non, vous célébrez ensemble la vie, et c’est ainsi que vous êtes guéri. Non pas à travers l’autre, mais à travers vous-même et votre capacité à vous reposer en vous-même, et de là à être ouvert pour recevoir la richesse et l’abondance d’une autre âme.

Je vous demande maintenant de faire cela avec vos pensées. Imaginez que vous êtes complètement en paix. Faites-le physiquement en descendant le long de votre colonne vertébrale, en passant par votre cœur et votre abdomen jusqu’à votre bassin, et sentez que c’est la zone de votre corps qui est associée à la sexualité. Ressentez-la avec émerveillement et ouverture, sans les préjugés, les sentiments de honte ou d’impureté qui ont été associés à la sexualité par la société et le passé.

Sentez cette zone comme étant tout aussi acceptable et neutre que, par exemple, la sensation d’un orteil sur votre pied. C’est ici que se trouve le point d’ancrage de votre humanité, et c’est ici, dans la zone de votre abdomen et de votre bassin, que se trouvent vos instincts fondamentaux. C’est ici que vous vous reposez sur Terre.

Descendez avec votre conscience, soyez simplement présent.

Où que vous soyez maintenant, sentez-vous à l’aise avec vous-même, avec les émotions humaines que vous éprouvez.

Ce qui compte, c’est que vous soyez là pour vous-même. Votre lumière, votre noyau, peut tout affronter, car c’est une lumière immortelle, une lumière qui adoucit et comprend. Remplissez toute votre aura de cette lumière. Sentez-vous vraiment tenu dans votre propre lumière divine, et sentez combien l’univers, Dieu, la Source de tout, vous aime. C’est pourquoi il vous a créé, pour que vous soyez aussi unique que vous l’êtes. Vous êtes pleinement accepté, vous êtes admiré, vous êtes aimé, parce que vous êtes qui vous êtes, exactement comme vous êtes maintenant.

Depuis cet état de conscience, regardez quelqu’un que vous aimez.

Cela peut être votre partenaire de vie, mais aussi un ami, votre enfant, votre père ou votre mère. Choisissez simplement quelqu’un qui vous vient à l’esprit, avec qui vous voulez maintenant vous connecter. Pendant que vous vous connectez avec cette personne que vous voyez devant vous, restez complètement avec vous-même ; vos limites sont maintenues, alors reposez-vous en vous-même. Sentez-vous à l’aise et confortable en faisant cela. Respirez tranquillement dans votre abdomen et n’ayez pas l’impression que vous devez aider ou changer l’autre. En fait, vous ne devez rien faire du tout, restez simplement en vous-même.

Ensuite, regardez avec ouverture et émerveillement cette autre personne. Regardez ce qu’elle dégage, telle qu’elle est maintenant devant vous. Lorsque vous observez de cette manière, vous allez vers l’autre avec émerveillement. Vous n’avez pas à faire quoi que ce soit et l’autre n’a pas à faire quoi que ce soit. Vous observez simplement ce à quoi l’autre ressemble, comment il bouge et ce que vous remarquez de son énergie.

 

Puis vous vous rapprochez de cette personne, tandis que votre champ énergétique reste autour de vous. Depuis votre cœur, vous ressentez profondément pour cette personne. Laissez s’élever spontanément ce que vous ressentez à son égard, et observez cela avec émerveillement et sans jugement. Regardez ce qui vous relie et ce qui vous procure le lien le plus vital et le plus joyeux. Ne regardez pas ce qui va moins bien, ce qui se heurte, ce qui provoque des rencontres, mais regardez le fil le plus élevé, le plus léger, le plus joyeux qui vous relie, dans lequel l’énergie circule sans effort entre vous, et appréciez cela. Vous n’avez pas besoin d’en faire quoi que ce soit, si ce n’est d’en tirer du plaisir.

Recevez cette lumière pendant un instant. Sentez comment la lumière circule à travers ce fil jusqu’à votre cœur et voyez ce que cela vous fait. Elle apporte quelque chose de nouveau et de pétillant dans votre vie, quelque chose avec lequel vous pouvez aller de l’avant, qui vous enrichit davantage. Vous le recevrez en étant ensemble, tout en permettant à l’autre d’être libre. C’est dans l’émerveillement, et en permettant à l’autre d’être libre, que vous vous rencontrez le plus profondément. C’est le but de la véritable intimité.

La première étape consiste à être à l’aise avec soi-même, à se reposer en soi, et à continuer à le faire même lorsque l’on est en contact avec l’autre. La deuxième étape consiste à s’émerveiller et à ne pas vouloir changer ou contrôler l’autre, mais simplement à regarder, sentir et découvrir. Et la troisième étape consiste à profiter de ce qui coule facilement entre vous lorsque vous êtes ensemble. Profitez de ce flux et laissez l’autre être libre.

Les relations sur Terre sont très précieuses. C’est là que vous rencontrez énergétiquement vos émotions humaines les plus intenses. J’ai dit au début : « Je suis ici aujourd’hui pour défendre le fait d’être humain. » Je veux dire par là qu’historiquement, on a souvent essayé de manifester le divin en soi en transcendant son humanité, en essayant de s’élever au-dessus d’elle, et de fuir en fait ses propres émotions en devenant un reclus afin d’éviter les liens des relations de partenariat authentiques.

Mon chemin vers le divin passe par l’humanité à travers les relations, car même si c’est là que vous êtes le plus profondément confronté aux sentiments de solitude, de nostalgie et de désespoir, c’est aussi là que vous faites l’expérience de l’émerveillement, de la joie profonde, de la connexion et d’une intimité si précieuse.

Lorsque vous êtes entré une fois dans une relation intime profonde avec une autre âme sous forme humaine, cela reste à jamais dans la mémoire de votre âme. Lorsque l’âme est profondément touchée par le fait d’être humain, par le fait d’être un homme et une femme connectés par la sexualité, alors c’est vraiment une passerelle vers le divin.

De cette façon, le spirituel, la lumière divine, peut vraiment commencer à vivre dans les gens et dans la société humaine.

 

La spiritualité atteint un rayonnement vivant et doré, non pas en étant isolée dans un royaume lointain, mais précisément par l’interaction sur Terre entre les humains.

Je tiens à vous remercier pour votre présence ici, pour l’ouverture avec laquelle vous vous connectez depuis votre cœur. C’est cela qui compte !

La véritable spiritualité n’est pas une question de discipline, ni de développement de certaines compétences ou de certains arts que vous maîtrisez. Elle se résume à une seule chose : un cœur ouvert, un cœur humain qui veut lui-même s’incliner devant sa propre obscurité avec émerveillement et douceur, et qui, ce faisant, goûtera aussi à la joie de l’amour – un amour humain chaleureux.

Merci beaucoup.

Canalisé par Pamela Kribbe – Traduit et partagé par : https://messagescelestes.ca