DIVULGATION COSMIQUE Saison 18 épisode 7 : Randy Cramer, Parlons de la divulgation

Parlons de la divulgation

21 avril 2020
(Traduction Régis Fugier)

Emery Smith : Aujourd’hui sur « Divulgation Cosmique », nous parlons de divulgation avec Randy Cramer. Randy, bienvenue dans l‘émission.

Randy Cramer : Merci de me recevoir, Emery.

Emery : Le sujet de la divulgation est donc très complexe, car il y a tellement d’histoires différentes qui se passent là-bas. Et beaucoup de gens ont déjoué beaucoup de vieilles histoires de complot et de divulgation, faisant toutes sortes de prédictions. Alors, avez-vous des informations sur la divulgation que vous pouvez partager qui pourraient être nouvelles que nous pourrions partager avec le public.

Randy : Oh oui, absolument. Je voudrais donc d’abord donner un bref aperçu et une explication aux gens qui accèdent simplement à leur navigateur Internet et commencent à chercher de nouvelles histoires dans les médias sur les ovnis, ou sur les observations, ou sur l’exploitation minière d’astéroïdes, ou des choses comme celle-ci de la nature, et vous allez trouver des histoires dont les gens parlent.

Vous avez donc ces pilotes de la Marine qui ont été autorisés par la Marine à commencer à parler d’événements. La Marine a demandé aux anciens pilotes qui ont eu des expériences, de vouloir les classer dans le nouveau système de rapport, parce qu’ils veulent documenter tous ces événements pour une publication de dossiers, n‘est-ce pas ? Ils ne veulent pas simplement les documenter pour eux-mêmes. Ils n’ont pas besoin de le faire pour eux-mêmes. Ils le font pour rassembler une pile d’informations qu’ils peuvent ensuite publier et passer du temps à discuter. Il se passe donc beaucoup de choses, sans aucun doute.

Emery : Manipulent-ils une partie de ces vidéos et une partie des informations qui nous parviennent via les médias ? C’est-à-dire, par exemple, beaucoup de gens disent que les vidéos militaires sont un peu floues. Ils ne le montrent pas correctement. Donc, pour moi, ça donne l’impression qu’ils sont du genre : « eh bien, oui, d’accord, nous allons divulguer et vous rendre heureux, mais nous allons seulement divulguer ce que nous voulons. » Et même s’ils disent qu’ils vont faire cela avec la marine, et que tous les pilotes sont toujours libres de se manifester, croyez-vous vraiment qu’ils vont permettre aux pilotes de se présenter complètement et que nous obtenions de vraies informations ?

Randy : Je pense que nous allons en tirer le meilleur parti. Je pense que c’est toujours spéculatif. Quand quelqu’un dit, oh, nous allons obtenir 100% de toute la vérité, et rien que la vérité, je dis généralement, probablement pas.

Emery : Mais pourquoi couvrir ces 20% ou 30% ?

Randy : Surtout pour couvrir les fesses des gens qui ont fait des erreurs et pris de mauvaises décisions, qui ne veulent pas se retrouver avec un nœud coulant autour du cou pour avoir fait un très, très, très mauvais appel. Donc, une partie est juste de l’autoprotection, et une partie est encore la notion que les gens sont prêts pour certaines informations, mais il y a encore des gens qui ne sont pas prêts pour tout cela. Il est donc décidé sur la base de la démographie psychologique sociale qu’une quantité légèrement réduite d’informations véridiques est plus digeste pour un pourcentage plus élevé de la population que la vérité, toute la vérité.

Emery : Et qui analyse cela pour nous permettre d’entendre la vérité ?

Randy : Un certain nombre de spécialistes du DOD et d’analystes du renseignement militaire dont le travail consiste à prendre les données brutes, à les analyser, à les transformer en informations diffusables, puis à les diffuser. Et donc, pour ce qui est de votre point sur le fait que les vidéos sont potentiellement floues, il y avait en fait dans l’événement Nimitz, l’un des opérateurs radar qui a dit assez clairement qu’il vu des images de meilleure résolution de ces plans que ce qu’ils ont publié. (voir vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=rO_M0hLlJ-Q )

Il a donc certainement admis qu’ils avaient des images haute définition et haute résolution, mais non, ils ne les affichent pas pour le moment, car ils veulent toujours un peu de zone grise pour y manœuvrer. Ils ne sont pas prêts à choquer les gens avec ce qui se passe absolument en ce moment, quoi qu’il arrive. C’est plus que ça, si vous êtes prêt à écouter, et que vous êtes prêt à croire, alors vous comprendrez. Mais si vous êtes toujours dans la phase de déni, alors il y a un déni plausible. Vous pouvez dire que c’est trop flou. Cela ne prouve rien. Donc, pour les gens qui ne sont pas prêts à accepter, alors ils peuvent simplement nier l’information parce qu’elle est floue.

Emery : Le gouvernement laisse-t-il de côté certaines de ces informations particulières pour qu’il puisse revenir plus tard et dire : «Oh, eh bien, au fait, oui , c‘était vrai.» ?

Randy : Absolument. Ils planifient certainement à l’avance.

Emery : Ils semblent avoir une histoire de cela.

Randy : Oui, ils planifient définitivement à l’avance et ont l’idée de contrôler le récit au fil du temps en publiant certaines informations de manière chronométrée.

Emery : C’est pourquoi ces projets d’accès spécial formulent maintenant une sorte de scénario derrière ce qui se passe, et c’est peut-être un bon signe pour nous, car il est de plus en plus proche de plus de divulgation.

Randy : Absolument. Ils ne feraient pas cela s’ils ne se préparaient pas pendant ce temps pour le jour où ils feront une déclaration publique dans laquelle ils voudront que tout cela soit préparé. Ils ne veulent pas faire de déclaration publique et faire dire aux gens : « Oh mon Dieu, je suis tellement choqué, je n’ai pas vu cela venir. » Ils veulent faire une déclaration publique et que la majorité des gens puisse dire : « Oh, oui, je savais que cela allait arriver. »

Emery : Où cela va-t-il maintenant ? Pensez-vous qu’il y a quelque chose de négatif dans ce programme auquel ils essaient de nous préparer ?

Randy : La divulgation se fera de deux manières, principalement de deux manières. Je ne dis pas qu’il n’y a pas de troisième option sur cette table, mais nous parlons principalement de deux options. Le plan A est « emmenez-moi voir votre chef. » Le plan B est de de créer une fausse invasion. Il y a donc beaucoup de discussions sur ce qu’est le meilleur plan, ce qui a le plus de détails, ce qui est plus contrôlable, ce qui est plus susceptible de devenir incontrôlable.

Emery : Qui est responsable de ça ?

Randy : La façon dont mon général de brigade me l’a expliqué, et la façon dont je l’ai expliqué aux autres, c’est d’imaginer qu’il y a une table géante. Et à cette table, tous ceux qui sont importants peuvent prendre place. Et cela inclut le personnel exécutif d’un certain nombre de gouvernements d’états, certains membres du personnel législatif, le personnel du renseignement militaire, le personnel des entreprises et des banques qui ont à la fois le besoin de savoir et le besoin d’être en mesure de dicter comment cela se passe. Parce que si vous avez un plan de divulgation, vous devez faire coopérer toutes ces personnes. La dernière chose que vous voulez, c’est qu’un acteur majeur aille à l’encontre de ce que tout le monde fait, organise une conférence de presse et commence à proposer un récit alternatif qui perturbe le récit général. Donc, à cette grande table, où tous ces gens sont assis, il y a une conversation, et il y a des paquets d’information qui sont remises à ces gens.

Et il y a des discussions. Si nous procédons de cette façon, voici les points positifs, voici les négatifs. Et puis, tout le monde peut s’asseoir et se plaindre et débattre de son propre intérêt personnel et de savoir si on y répond, si c’est sur la table pour être un avantage pour eux, ou si cela va simplement profiter à tout le monde. Alors, le diable est dans les détails pour amener toutes ces personnes à être d’accord. Et quand tout le monde sera d’accord sur quelque chose, alors nous avancerons un plan, quel qu’il soit.

Emery : Oui, grâce à mon expérience, il a été très rare qu’ils soient tous d’accord. Et généralement, la majorité reprend ce scénario. Et je peux le voir aussi, jouer l’avocat du diable, en partageant ces vidéos de la marine et de l’armée de l’air avec les gens, c’est peut-être aussi les préparer à un autre programme, où ils pourraient créer un environnement négatif quelque part pour gagner de l’argent. Qu’en pensez-vous?

Randy : Toutes ces choses sont possibles. Ce qui revient à dire, est-ce que nous faisons confiance à l’administration de ces projets parce que les personnes qui en étaient responsables sont de bonnes personnes, ou pouvons-nous supposer que cela risque d’aller dans plusieurs mauvaises directions parce que les gens qui en ont la charge n’ont pas de centre éthique et moral. C’est une situation difficile pour moi de convaincre un civil de ce qui est ou de ce qui n’est pas, car je peux affirmer à quelqu’un que c’est ce qui se passe, que c’est ce que nous savons. Mais être capable de le prouver est une toute autre affaire.

Donc, avec mon grade et mon habilitation de sécurité, j’ai l’impression d’avoir accès à des informations sur lesquelles je n’ai pas besoin de poser trop de questions. Je n’ai pas besoin de débattre pour savoir si c’est exact ou non. Je me sens assez convaincu, sur la base de la communication avec la chaîne de commandement de la Section spéciale du Corps des Marines des États-Unis et nos agents du renseignement, que je reçois des informations exactes. C’est donc facile pour moi de dire que je fais confiance à ces gens. Mais je peux absolument comprendre les gens qui disent: « Eh bien, je ne sais pas. Devrions-nous faire confiance à ces gens? » Donc, même si je respecte cela et que je comprends cela, je dois simplement affirmer que certains de ces programmes, certaines de ces idées de divulgation dont nous parlions de déployer il y a 10 ou 20 ans étaient gérés par des personnes beaucoup moins dignes de confiance que les gens qui les gèrent maintenant.

Emery : Que pensez-vous du Programme Spatial Secret ? Ils ont beaucoup d’informations, beaucoup de technologie, beaucoup d’yeux dans le ciel. Vont-ils travailler avec la divulgation pour obtenir quoi que ce soit ?

Randy : Je dirais fortement qu’ils sont la pointe de la lance en matière de divulgation. Et s’il y a une seule force qui fait avancer cela plus loin et plus fort, plus vite que n’importe qui d’autre, c’est le personnel du programme spatial militaire secret.

Emery : Et ils rendront compte à qui ? Au président ?

Randy : Non (rires). Ils ne rendent pas de compte au président. Ils relèvent d’un comité composé de personnel civil, de personnel d’entreprise et de personnel du renseignement militaire. Oui, encore une fois, il y a un comité de gens qui prend beaucoup de ces décisions politiques.

Emery : Et comme ce programme spatial secret est , comme vous disiez, la pointe de la lance, vont-il rendre compte en premier à ce groupe, à ce comité ?

Randy : Il y a donc probablement 20 raisons pour lesquelles le personnel secret du programme spatial militaire voudrait penser que la divulgation est une nécessité. Je dirais que la principale raison est le manque de personnel. Il n’y a pas assez de corps pour pourvoir les emplois que nous avons actuellement et les prévisions d’emplois que nous devrons combler au cours des 5 à 10 prochaines années. Donc, si nous continuons les choses comme nous l’avons fait, c’est-à-dire le recrutement clandestin, l’emprunt clandestin ou l’enlèvement de personnes pour les intégrer au programme, si nous continuons à faire cela, nous ne serons jamais en mesure de placer des personnes dans les emplois pour lesquels nous en avons besoin.

Donc, pour combler les pénuries de personnel, il faut un enrôlement ouvert. Et la seule façon dont nous pouvons avoir un enrôlement ouvert, c’est si nous avons la divulgation. Donc, encore une fois, bien qu’il y ait peut-être 20 raisons, y compris les catastrophes potentielles environnementales socio-économiques qui doivent être atténuées, je suggérerais que la raison la plus motivée pour le programme spatial militaire secret réside dans les projections du nombre de personnes dont ils auront besoin pour travailler, et la seule façon de pourvoir ces emplois, c’est avec un enrôlement ouvert.

Emery : Vont-ils nous faire part de ces stations spatiales secrètes que nous construisons ? Vont-ils faire savoir aux gens comment nous envoyons des gens sur d’autres planètes ?

Randy : Encore une fois, je dirais qu’il est peu probable que nous obtenions toute la vérité sur une courte période. Il est plus probable que nous obtenions un pourcentage de la vérité. Croisons tous les doigts, espérons que c’est un pourcentage plus élevé qu’un pourcentage plus petit. Mais je dirais également que le recrutement sera un domaine multiforme et multi-cible. Vous allez cibler spécifiquement les campagnes d’affichage, les campagnes commerciales, les campagnes publicitaires télévisées, les campagnes publicitaires Internet pour vous concentrer sur certaines personnes.

L’autre jour, j’ai vu une annonce à la télévision qui portait sur le recrutement de l’armée, mais c’était précis. Il s’agissait essentiellement de s’adresser aux professionnels de la santé, comme les médecins et les infirmières, et comment, s’ils se sentent poussés à avoir une mission, ils devraient rejoindre l’armée, devenir officier et devenir médecin, infirmier. C’est donc un ciblage très spécifique par opposition au recrutement du style : « Hé, rejoignez l’infanterie, portez une arme, tabassez les terroristes. » Donc, ceux-ci sont ciblés.

Et je suggère que tout futur programme de recrutement sera également ciblé en fonction des besoins. Ainsi, les grandes universités technologiques seront recouvertes d’affiches pour les ingénieurs, les techniciens en logiciel et les informaticiens, et les communautés de cols bleus seront remplies d’affiches pour essayer de recruter des soldats d’infanterie, et elles seront ciblées sur les groupes et les besoins, en fonction de ce que nous sommes après, ce qui est, encore une fois, des corps pour remplir les bottes pour pourvoir les emplois afin que nous puissions continuer à progresser le long du plan, qui est de continuer à développer ce programme, de le rendre plus grand et plus grand, et plus grand encore.

Et je comprends que les gens peuvent ne pas comprendre la raison de cela. La raison principale est que nous avons cette idée en constante expansion de la sûreté, de la sécurité, de la prospérité et de la stabilité. Et nous nous rendons compte que la seule manière de garantir cela est d’élargir les frontières territoriales dans lesquelles nous avons un effet militaire. Plus nous pouvons élargir cette limite, plus nous pouvons créer de stabilité dans ce coin de la galaxie et dans ce coin de l’univers. Et notre objectif est de créer des poches de stabilité de plus en plus grandes autour de nous.

Emery : Qu’en est-il de toutes les technologies secrètes dont nous sommes conscients que le PSS possède, et de l’intelligence artificielle dont ils disposent également ? Est-il possible de fusionner tout cela avec notre civilisation actuelle pendant que cela se produit ?

Randy : Absolument. La question demeure vraiment, combien, à quelle vitesse, sur combien de temps ? Il y a encore des ombres dans le détail de ces questions. Et je ne pense pas que ce soit au-dessus de ma note de salaire pour pouvoir répondre à cela. Mais nous avons certainement besoin de ces technologies. Le monde civil a besoin de ces technologies. L’économie du monde a des déséquilibres en ce sens que si nous ne cherchons pas à lutter contre le gaz et le pétrole, la technologie médicale, la technologie de l’information, la technologie de combat. Je veux dire, ce sont des choses que si nous ne les changeons pas, le résultat ne sera pas au bénéfice de tout le monde, n‘est-ce pas ?

Nous pouvons donc clairement dire : « Si nous ne changeons pas cela dans les 5 à 10 ans, cela va vraiment être mauvais. Il est donc important que ces choses se produisent pour que ces autres choses désastreuses qui nous craignons à l’avenir ne se produisent pas. Mais la question de savoir à quelle vitesse, dans combien de temps ça va être fait, c’est la bonne question. Je dirais que la technologie de l’énergie gratuite va être l’une des premières choses qui va être apportée. La technologie aérodynamique avancée sera aussi l’une des premières choses qui se présenteront. Nos exo-combinaisons avancées de gilets pare-balles, nos fusils à plasma, tous cela sont des choses qui vont sortir en premier. Et puis, nous allons avoir besoin d’une meilleure technologie médicale pour soigner les blessés et les malades. Et donc, les trucs de la vieille école que nous avons ne fonctionneront plus. La technologie va être l’une des premières choses qui se présenteront. Nous allons devoir apporter les nouveautés. Et ce sont des choses dont le public pourrait ne pas entendre parler en premier. L’armée l’utilise peut-être pour réparer des parties du corps endommagées et ne pas en informer immédiatement le monde civil. C’est peut-être qu’après la fin d’un conflit qu’ils diront : « Au fait, la raison pour laquelle nous savons que nous avons un taux de pertes si bas est que chaque fois que quelqu’un perd un membre, nous pouvons simplement le faire repousser et le renvoyer sur le terrain trois jours plus tard.

Emery : La NASA est donc sortie. Ils ont parlé de cette vie microscopique qu’ils trouvent sur les lunes de Jupiter, les lunes de Saturne, également dans l’atmosphère de ces planètes à partir de volcans qui explosent. Mais on ne leur donne que de petites friandises. Quand vont-ils vraiment sortir et dire: « Hé, nous avons trouvé la vie », parce que vous et moi savons tous les deux que ce ne sont pas que des bactéries.

Randy : C’est vrai. Eh bien, n’oublions pas qu’ils ont trouvé des micro-organismes et des bactéries se développant à l’extérieur de la Station spatiale internationale. Donc, non seulement nous parlons de la découverte et de la discussion de la vie sur les lunes et d’autres mondes, mais ils ont admis qu’il y avait de la vie biologique dans l’espace.

Emery : Il y en a partout.

Randy : Flottant simplement.

Emery : C’est comme l’océan.

Randy : Oui, il n’y a nulle part ailleurs d’où ces bactéries pourraient provenir, sauf de flotter dans l’espace. Et elles ont trouvé quelque chose à quoi s’attacher qu’elles pourraient utiliser comme source de nourriture, et survivre dans les vents solaires, et dans ces températures extrêmes de centaines de degrés Fahrenheit, et de centaines de degrés sous zéro. Je veux dire, le fait que nous savons que ces formes de vie peuvent survivre dans ces conditions extrêmes, cela signifie qu’il y a beaucoup de choses là-bas.

Mais pour simplement répondre à votre question, les protocoles ont été graduels, graduels, graduels, jusqu’à ce que ce ne soit plus le cas. Donc ce que nous allons voir, c’est que nous allons continuer à voir cette progression graduelle jusqu’à ce que nous ayons un événement majeur. Maintenant, quand nous avons un événement majeur, cela laisse une opportunité d’accélérer cette information et de passer de graduel, graduel, graduel à gros morceau, gros morceau, gros morceau.

Emery : Est-ce un événement que nous allons provoquer, ou est-ce un événement imprévu d’une visite ?

Randy : De manière générale, cela pourrait être n’importe quel événement qui nous amène à la divulgation. Mais je dirais que ces événements sont ceux sur lesquels nous nous concentrons le plus sur le contrôle qu’il ne pourrait se produire au hasard. Nous pensons qu’il est plus judicieux d’un point de vue tactique et stratégique de contrôler ce récit que de lui permettre de se contrôler.

Emery : Avez-vous des informations spécifiques que vous pouvez partager avec nous sur ces programmes ou sur cet agenda ?

Randy : Encore une fois, je préfère normalement éviter de donner des délais. Mais mon brigadier a dit que je pouvais suggérer aux gens que nous devrions voir quelque chose d’important que nous n’avons jamais vu auparavant à un niveau qui atteigne plus de gens que nous ne l’avons jamais vu auparavant dans les 6 à 24 prochains mois.

Emery : Sera-t-il transmis par les médias et le gouvernement, ou est-ce que ce sera un événement mondial que personne ne pourra tout simplement nier ?

Randy : Ce sera un événement mondial que nul ne pourra nier.

Emery : Donc, n’importe qui avec un téléphone portable pourrait enregistrer cela et nous allons tous le partager ensemble. Et puis, quel est le plan du gouvernement à partir de là, car maintenant ils doivent répondre. Vont-ils simplement dire : « Eh bien, nous avons collecté des organismes microscopiques dans l’espace, donc cela ne nous surprend pas qu’il y ait des extraterrestres ici ? »

Randy : Comme beaucoup de façons dont les médias gèrent les réponses aux choses, il y a souvent des étapes de réponses. Ainsi, vous pouvez parfois obtenir une réponse de première étape qui, lorsque la réponse de deuxième étape arrive, corrige légèrement ou contredit les informations de la première étape. Et puis, la troisième étape corrigera légèrement ou discréditera légèrement la deuxième étape de sorte qu’au moment où vous aurez cinq étapes, peu importe ce qu’ils ont dit la première fois. Ils ont guidé les gens à travers 1, 2, 3, 4, 5 jusqu’à ce point. Il s’agit donc simplement d’arriver ici, peu importe comment vous devez y arriver.

Je suggérerais donc que la première histoire soit comme, oh mon Dieu, nous sommes tellement surpris. Et puis, à la seconde, ils diront, oh, nous parlons maintenant à un colonel de l’armée de l’air qui dit que c’est ce sur quoi nous travaillons. Et puis, oh, maintenant nous parlons à un fonctionnaire de la NASA qui dit que c’est ce sur quoi nous travaillons, et, oh, maintenant, nous avons un autre gars d’ailleurs qui nous raconte cette histoire. Ce sera donc un récit progressif qui se rapprochera de plus en plus de la vérité au fur et à mesure qu’ils la feront avancer.

Emery : Et l’autre grande question que je me pose est de savoir comment la partie religieuse de la planète, la partie spirituelle de la planète et la partie politique de la planète vont-elles gérer le lendemain de la divulgation ?

Randy : Oui, cela fait partie de la question que nous examinons à coup sûr.

Emery : Qui va équilibrer tout ce chaos ?

Randy : Oh… c’est une bonne question. Je dirais qu’il existe un plan pour cela. Il y a le plan A, il y a le plan B et il y a des relations. Donc, en fonction de ce qui se passe exactement, cela dépendra de la page sur laquelle nous tournons et disons, oh, c’est le plan B. Ceci s’est produit, puis ceci s’est produit, cela nous a mené à cette éventualité. Maintenant, nous faisons cela.

Emery : Parce que nous parlons d’environ 7,5 milliards de personnes ici sur la planète, qu’ils vont faire installer beaucoup de campements en dehors de chaque ville. Un pour la communauté religieuse disant « Pourquoi nous avez-vous menti toute cette vie ? » La communauté scientifique va devoir répondre à cela. Et l’histoire d’où nous venons, ils vont devoir répondre. Il y a beaucoup de gens dont je pense qu’ils vont être vraiment confus et qui vont peut-être même pas l’accepter. Et qu’arrivera-t-il alors ?

Randy : Bien sûr, oui, bien sûr. Alors, tout d’abord, abordons la notion qu’il y a un récit et une explication que tout le monde va devoir absorber. Ce ne sera pas le cas. La démographie psychologique sociale est divisée de telle manière que chaque chaîne de données qui alimente ces données démographiques psychologiques sociales sera un récit que ce groupe peut accepter. Et là, encore une fois, avec le temps, vous passez de l’étape 1, à l’étape 2, à l’étape 3, à l’étape 4, à l’étape 5, mais l’étape initiale sera surtout de dire : « OK, nous n’allons pas contredire vos croyances, mais il y a quelque chose qui se passe. »

Et cela amène les gens à accepter quelque chose sans avoir l’impression que leurs croyances sont menacées. Si vous leur présentez une telle manière de ne pas menacer ces croyances, vous leur dites: « OK, cela se produit. Et si vous voulez croire ou définir cela d’une certaine manière, allez-y. C’est parfait pour maintenant. » C’est la phase 1. Quand nous passerons à 2, 3 ou 4, ces récits commenceront à changer. Ce que nous voyons sur le papier, de toute façon, c’est qu’avec le temps, de plus en plus de morceaux de ces données démographiques psychologiques sociales arriveront simplement à un lieu d’acceptation. Cela ressemble à quelque part entre 14 et 90 jours, et vous aurez environ 85% de la population qui aura acceptée. Que c’est exactement là où nous en sommes. Voilà ce qui se passe. Ils peuvent s’en plaindre. Ils peuvent pleurnicher à ce sujet. Ils peuvent avoir toutes sortes de problèmes avec cela, mais ils seront toujours dans l’acceptation de base. Ce sont ces 15% qui sont préoccupants. Mais nous pensons que plus vous obtenez de ces 85% à bord avec un récit, cela obligera une grande partie de ces 15% à simplement s’adapter ou à s’opposer au reste des 85%, ce qui ne fonctionnera pas bien pour personne. Alors comment ça marche, je vais être aussi surpris que n’importe qui d’autre parce que je peux voir sur papier comment cela est censé se dérouler, quelles sont les éventualités. Mais comme je l’ai dit, nous ne saurons pas vraiment ce qui va se passer tant que cela ne se produira pas.

Mais je dirais qu’il existe un plan pour cela. Il y a une idée de la façon dont les gens vont passer à travers cette acceptation. Et vous allez raconter 25 récits différents, si nécessaire, pour amener tout le monde à avaler la pilule de vérité de manière à ce qu’ils ne puissent pas la vomir. Et puis, encore une fois, une fois que nous aurons dépassé la barre des 90 jours, eh bien, alors les gens seront habitués, n’est-ce pas ? Peu importe ce qu’ils croyaient avant cela. Ils y seront habitués, c’est comme ça.

Emery : C’est ce qui se passe actuellement.

Randy : C’est le monde dans lequel nous vivons maintenant. Chaque fois que je sors et que je regarde en l’air, il y a plus de vaisseaux spatiaux. Je veux dire, ça va être une chose. Et à un moment donné, cela se normalise. Et donc, une fois que nous serons arrivés à la normalisation, la plupart de ces 15% salueront, gémiront, se plaindront, jureront et hurleront, mais ils ne feront pas grand-chose.

Emery : À quoi ressemblera alors le problème de la monnaie ?

Randy : Cela va être un peu chaotique pendant que nous réajusterons l’état économique du monde. Et je sais que certaines personnes n’aimeront pas que je dise cela, mais nous nous dirigeons vers une monnaie unique. Nous nous dirigeons vers un système économique unique. Et je suggérerai à nouveau aux gens que les civilisations les plus prospères de la galaxie que nous connaissons ont réussi à la minute où elles ont décidé d’unifier leur monnaie et d’unifier leur système mondial parce qu’une planète avec 85 petits microsystèmes est bien plus chaotique et bien moins productive que une planète avec un système économique singulier. Ce système économique unique sera en fait bon pour tout le monde.

Emery : Plus de nourriture, plus d’eau, plus de logement, plus de tout.

Randy : Meilleur accès aux ressources et élimination de la pauvreté. Et permettez-moi de souligner que l’élimination de la pauvreté est l’une des choses les plus importantes que nous puissions faire, car en éliminant la pauvreté dès la première année, la criminalité diminue de 75%. Et d’ici trois à cinq ans, la criminalité globale chutera de plus de 90 ou 95% parce que la majorité des personnes qui commettent des délits mineurs le font parce qu’elles ont des besoins économiques qui ne sont pas satisfaits. Si les gens avaient leurs besoins économiques satisfaits, ils n’auraient pas besoin de se tourner vers d’autres petits criminels pour se livrer à de petites activités criminelles et s’engager dans cette structure criminelle. Vous auriez simplement plus de gens qui diraient : « Vous savez quoi, je n’ai pas besoin de faire ça. Je n’ai pas besoin de participer à votre escroquerie, à votre activité de gang ou à votre activité de foule, parce qu’en fait je vais bien prendre soin de ma femme et de mes enfants sans ça. »

Donc, l’élimination de la pauvreté et l’élimination de la criminalité vont de pair. Et lorsque vous êtes capable de faire ces deux choses, c’est la conscience de toute une planète qui change. Parce que 90% de la souffrance se produit dans la pauvreté, et si nous voulons éliminer la conscience de la souffrance, nous devons éliminer la pauvreté. Et lorsque nous éliminons la pauvreté, nous commençons à éliminer la criminalité. Nous éliminons la conscience de la souffrance. Et quand ces choses ne font plus partie de l’équation, nous avons vraiment l’opportunité d’évoluer émotionnellement, socialement et spirituellement.

Emery : Je suis entièrement d’accord avec cela, Randy. Je vois un énorme changement arriver quand cela arrivera, et ce sera un peu chaotique au début. Mais ça va s’estomper. J’ai quelques inquiétudes parfois, à cause de ce qui s’est passé dans le passé, avec certaines personnes qui ont rencontré des extraterrestres en privé, pour partager des technologies dont nous ne pouvions vraiment bénéficier que 100 ans plus tard. Pensez-vous que cela pourrait se reproduire ? L’’histoire va-t-elle se répéter ?

Randy : Eh bien… Encore une fois, je suggérerais, en se basant sur les gens qui semblent être aux rênes de ce cheval, que ce n’est pas aussi probable qu’avant. Je pense donc que les personnes qui sont en charge pour le moment sont bien meilleures pour avoir un centre éthique, moral et soucieuses des résultats pour tous plutôt que de leurs propres comptes bancaires, par rapport aux personnes qui étaient en charge depuis 20 ans.

Emery : Pensez-vous que la divulgation saura élever la conscience du collectif ici sur la planète ? Pensez-vous que cela amènera les gens à s’accepter les uns et les autres ? Cela nous rapprochera-t-il ?

Randy : Eh bien, je pense que la chose importante à souligner est ce que nous pensons qu’il va se passer immédiatement après, appelons cela la phase de conflit et/ou de rupture, OK ? Lorsque cela sera terminé, les programmes d’échange commenceront. Et je n’ai pas l’occasion d’en parler très souvent, parce que nous ne pensons généralement pas que cela fait partie de la conversation, mais les programmes d’échange sont ce qui va changer le monde. Et les programmes d’échange sont un certain nombre d’extraterrestres universitaires qui viendront ici pour partager leurs informations, mais plus important encore, des millions de citoyens terrestres seront choisis pour faire des voyages de quatre ou cinq ans dans d’autres mondes, pour en apprendre davantage sur leur culture, en apprendre davantage sur leur société, sur leur civilisation, sur leur technologie, puis écrire des thèses de maîtrise et des livres sur le sujet, puis ils reviendront sur Terre.

Donc, une fois que ces programmes d’échange commenceront, une horloge va tourner. Et puis, quatre ou cinq ans plus tard, des millions de citoyens terrestres reviendront de ce voyage avec des millions de livres, des millions de documents de recherche, des millions d’informations sur tous ces autres mondes. Et sur ce point, il n’y a aucun moyen de calculer quelle sera l’influence de toutes ces informations, mais je suggérerais que cela changera la conscience et changera les points de vue des plus grandes parties de la civilisation sur cette planète d’une manière que nous n’avons jamais vue. avant, et on ne peut pas prévoir quels en seront les impacts, mais je pense que les impacts seront plus positifs que négatifs.

Emery : Oh, merveilleux. Eh bien, Randy, merci. Ça a été tellement intéressant. Merci d’être dans l’émission.

Randy : Oh, c’est toujours plaisir. Merci beaucoup de m’avoir invité.


articl11

articl12

articl13

articl14



*****************
 

Partagé par http://www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.

Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme.


En contrepartie de votre abonnement mensuel, vous avez accès aux Vibr’Ateliers proposés en don du Cœur dans la boutique (voir menu boutique)

GRATITUDE INFINIE ET ILLIMITEE A TOUS

Autre possibilité de soutien, cliquez ci-après : Campagne de soutien permanent sur Gofundme https://gf.me/u/ysawj4 et sur Tipeee : https://fr.tipeee.com/eveilhomme

Rejoignez-nous sur les nouveaux médias sociaux !!! CLUB VK – https://vk.com/club175930391 ; PROFIL VK : https://vk.com/nturban ; CHAÎNE ODYSSEE : odysee.com/@Eveilhommme ; Page MeWe : https://mewe.com/p/eveilhomme ; Profil Mewe : https://mewe.com/i/nicolaseveilhomme ; Groupe Telegram : t.me/jointchat/T6CYFfcPSPCVOwF4



N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me

Eveil Homme

Chercheur spirituel et métaphysique, je suis en contact depuis plusieurs années avec des êtres galactiques. L'objet de ma démarche est d'informer les personnes intéressées par les questions liés aux nouvelles fréquences de réalité : ascension terrestre, éveil et chemin spirituel, nouvelles réalités, contactés extraterrestres et galactiques, être de lumière, divulgation, technologies nouvelles et ésotériques

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
%d blogueurs aiment cette page :