DIVULGATION COSMIQUE Saison 18 épisode 5 : Randy Cramer, Station spatiale intergalactique de Jupiter

Station spatiale intergalactique de Jupiter

7 avril 2020
(Traduction Régis Fugier)

 
116198680_2974146899378338_7889717293819479108_o
 


Emery Smith : Aujourd’hui sur « Divulgation Cosmique », avec Randy Cramer, nous allons parler de la station spatiale intergalactique de Jupiter. Bienvenue Randy.

Randy Cramer : Heureux d’être à nouveau ici, Emery.

Emery : Vous avez dit qu’il y avait une station spatiale intergalactique sur Jupiter. Que pouvez-vous nous dire de plus à ce sujet ?

Randy : Oh, c’est un de mes endroits préférés que je connaisse. Ainsi, c’est une commission commerciale intergalactique quelconque qui est responsable de la construction, de l’entretien et de l’exploitation de la station, ainsi que de stations similaires comme celle-ci autour de la galaxie. Il s’agit essentiellement d’un lieu de rencontre neutre, pour que tout groupe, toute espèce, tout représentant militaire, représentant diplomatique qui souhaite rencontrer quelqu’un d’autre d’ailleurs puisse s’y rendre.

Emery : C’est une zone neutre ?

Randy : Oui, absolument. En fait, la raison pour laquelle j’ai pu participer à ces missions était que j’étais le seul pilote avec une expérience d’infanterie lorsque j’étais sur le Nautilus. Et ces équipes d’ambassadeurs venaient du corps diplomatique. Et ils voulaient le bon gars, juste au cas où. Et finalement, je n’ai jamais été nécessaire pour quoi que ce soit parce que c’était une zone neutre complète. Mais vous savez comment sont ces gens paranoïaques qui aiment avoir quelqu’un prêt au combat au cas où quelque chose arriverait. Donc, j’ai été essentiellement amené dans un but complètement superflu, je n’ai jamais eu à intervenir à aucun moment. Donc je m’asseyais et j’assistais essentiellement à ces conversations. Donc la pièce principale elle-même… en fait, laissez-moi voir si je peux décrire cela…

Emery : Tout d’abord, c’est dans l’espace ou sur la planète ?

Randy : Oh, elle est en orbite autour de Jupiter. Donc, à une certaine distance, et Jupiter est une très grande planète. Le but est donc que la station spatiale soit sur une orbite stable, mais ne soit pas affectée par l’attraction gravitationnelle. Parce que Jupiter est un très grand corps, il y a donc une assez bonne attraction de gravité dessus. C’est donc une station à plusieurs niveaux.

statio10


Mais le niveau supérieur est cette salle de verre géante de plus d’un kilomètre et demi de diamètre, avec des baies vitrées de plus de 25 mètres probablement.

Maintenant, je les appelle des fenêtres mais je suis sûr qu’elles ne sont pas en verre de silicone. Elles sont probablement fabriquées à partir d’une sorte de polycarbonate ou de quelque chose du genre. Quoiqu’il en soit, vous avez donc cette vue incroyable de Jupiter.

statio11


Les photographies qu’on a de Jupiter sur Terre ne lui rendent pas justice. Pouvoir le voir en personne, c’est un spectacle absolument magnifique à voir.

Emery : En quoi est-ce différent de ce que nous voyons, par exemple, à la télévision et dans les médias ?

Randy : Les couleurs sont plus riches. C’est vraiment la meilleure chose que je puisse dire. Si je regarde une photo et que je regarde la vraie chose, la vraie chose est juste beaucoup plus vivante. Les couleurs sont beaucoup plus prononcées. Et vous pouvez voir plus de détails que vous ne pouvez le voir sur une photo, même si une photo semble incroyable. L’expérience en personne est bien plus incroyable qu’une photographie ne pourrait jamais l’être.

Emery : Maintenant à l’intérieur, est-ce transparent ? Tout est-il au carré ou au contraire courbé ?

Randy : C’est une pièce ronde, donc complètement incurvée. L’intérieur de la pièce est essentiellement, je pense, une pièce plate géante, comme un espace ouvert géant. Il y a des hologrammes de lumière condensée qui peuvent produire des environnements conversationnels comme ils les appellent. Ainsi, un environnement de conversation peut être aussi simple qu’une table avec des chaises de chaque côté. Ou en fonction des besoins environnementaux spécifiques dont quelqu’un pourrait avoir besoin ; vous pourriez avoir une table avec des chaises d’un côté et peut-être un grand cube de l’autre côté de la table avec un environnement gazeux ou même aqueux différent, compatible avec le fonctionnement de l’espèce en question.

Les êtres y viennent en combinaisons environnementales. Ils peuvent téléporter quelque chose. La station est un endroit qui est conservé dans un environnement riche en oxygène, car il s’avère qu’il y a beaucoup d’espèces qui respirent de l’oxygène. Ce n’est pas universel, mais il y en a beaucoup. Cela crée donc ces environnements de conversation en lumière condensée partout dans la pièce. Je n’ai jamais été dans cette pièce quand il y avait moins de plusieurs centaines de conversations en cours à un moment donné. Rappelez-vous, ça mesure plus d’un kilomètre et demi de diamètre. C’est absolument énorme.

La plus petite espèce que j’ai vue dans cette pièce en conversation avec quelqu’un mesurait probablement entre 60 et 70 cm de haut. La plus grande espèce que j’ai vue dans cette pièce mesurait entre 18 et 20 mètres de haut.

Emery : Ils ressemblent à quoi les géants ?

Randy : Ce sont des humanoïdes. Et on m’a dit qu’ils ont en fait une correspondance quasi génétique avec notre propre structure génétique biologique humaine, sauf que leur planète est beaucoup plus grande et que leur échelle est donc différente. Mais d’une manière ou d’une autre, il y a ce lien bio-génétique. Ce dont j’ai été informé peut arriver pour deux raisons. Premièrement, il peut y avoir un ancêtre biologique commun ou un manipulateur biologique commun de cette espèce, car nous savons qu’il existe des espèces avancées qui manipulent les planètes et la génétique des espèces partout et laissent leurs empreintes digitales tout le temps.

Il s’avère également que, pour une raison inconnue, l’univers reproduit le succès, ce qui fonctionne. Il est donc possible de trouver une espèce biologique sur une planète qui se trouve à l’autre bout de la galaxie ou même dans une autre galaxie assez proche, mais sans aucun ancêtre commun.

Et la seule conclusion que les meilleurs scientifiques peuvent tirer est que la nature reproduit des modèles réussis. Et que, d’une manière ou d’une autre, la nature décide toujours bien, et s’il y a un modèle réussi quelque part dans le cosmos, nous allons simplement faire évoluer ce modèle ici. Je ne sais pas si ce sont des champs morphogénétiques ou autre chose. Ce n’est pas mon domaine.

Emery : J’ai remarqué tout au long de mon expérience que la plupart des êtres extraterrestres ont l’étoile à cinq branches: deux bras, deux jambes et une tête. Mais, bien sûr, les races sont complètement différentes. Avez-vous remarqué, comme avec ce grand être de 18 à 20 m, qu’ici sur Terre, nous avons des humains, mais nos races sont différentes. Nous avons l’air très différents. Avez-vous remarqué cela sur cette station spatiale ?

Randy : Il y a évidemment une différence incroyable, et donc, vous voyez certainement beaucoup cette représentation biologique bipède à deux bras, deux jambes, une tête. Mais il y a aussi des variantes. Cela dépend donc vraiment des conditions environnementales et de la personne qui bricolait la génétique de cette espèce pour la faire fonctionner. Il est donc clair que certaines des espèces progénitrices qui bricolent avec les gens ont un programme pour créer des similitudes … deux bras, deux, jambes, et cetera.

Emery : Je comprend. Et la station spatiale elle-même, qui l’a construite et pourquoi ?

Randy : Elle a été construite par une sorte d’association commerciale intergalactique. Je ne sais pas quel est leur slogan, mais ils en sont responsables. Essentiellement, c’était juste pour créer un environnement de commerce positif autour de l’univers connu. Donc, chaque fois que possible, ils créent ces stations, ces environnements pour que les gens viennent et aient des conversations pour essentiellement, profiter du flux du commerce dans la galaxie et l’univers connu.

Emery : Quand a-t-elle été construite ? Et qui la dirige ? Est-ce des humains ? Des galactiques ?

Randy : Oh, c’est géré par ce consortium d’extraterrestres, l’association commerciale. Je crois qu’elle a été construite vers 1979-1980.

Emery : Avons-nous apporté, les humains de la Terre, une aide à ce sujet ?
Randy : Pour la station de Jupiter, je pense qu’ils ont peut-être embauché des entrepreneurs terriens et que nous sommes peut-être venus faire une partie du travail. Mais c’est quelque chose qu’ils connaissent assez bien. Et pour la plupart, ces stations sont construites ailleurs, puis remorquées ou télé-transportées.

Emery : Et qui est sur ce tableau qui l’a construite ? Est-ce juste des humains ? Ou ETs ? Et d’où viennent-ils ?

Randy : Comme je l’ai dit, c’est un consortium d’extraterrestres de partout. Donc, je crois comprendre que le comité du commerce, ou quel que nom qu‘on lui donne,, ce sont des centaines et des centaines d’espèces qui y sont représentées et qui participent à ce processus qui consiste, encore une fois, à créer un meilleur environnement pour que tout le monde puisse faire du commerce.

 
109731229_2974157036043991_8669868329445421533_n

Emery : Pourquoi pensez-vous qu’ils l’ont placé en orbite de Jupiter ? Pourquoi pas ailleurs ?

Randy : J’ai demandé à quelqu’un à ce sujet, en fait. Et on m’a dit parce que c’était le point de repère le plus facile. Donc, si vous dites à quelqu’un comment se rendre à la station spatiale dans le système Sol, vous dites: « Oh, c’est facile à trouver, c’est cette grosse géante gazeuse au milieu du système Sol.»

Emery : C’est la plus grande planète ici. Venez nous rencontrer là-bas.

Randy : Oui, le plus grand monument.

Emery : Alors, comment accédez-vous à cette station ? Venez-vous avec un vaisseau ? Ou prenez-vous un trou de ver ? Comment ça marche ?

Randy : C’est lorsque j’étais sur le Nautilus que cela se produisait. Le Nautilus transportait donc ces équipes du corps diplomatique jusqu‘à la station. Le vaisseau se tenait à une distance sûre de la station, à 3 kilomètres environ. Et puis nous prenions une navette et nous atterrissions, puis nous en ressortions de la même manière. Ils ont un système de portail, mais quelque chose à propos de la technologie qu’ils utilisaient faisait que nous avons préféré y prendre une navette plutôt que d’utiliser la technologie de portail. Je ne suis pas sûr pourquoi, exactement.
Emery : Maintenant, quand vous approchez de cette gigantesque station spatiale, à quoi ressemble-t-elle ? Vous avez un peu parlé des dimensions, mais est-ce quelque chose qu’on pourrait trouver et voir sur Terre ?

Randy : Oui et non. Je veux dire… ça a certainement un look de science-fiction. Ce n’est ni blanc, ni argent, ni métallique brillant. C’est plutôt des tons rouges et des tons oranges. Il y a comme un travail de peinture à l’extérieur. Et on voit quelques feux de circulation. C’est plutôt joli, en fait, quand on s’en approche. Vous pouvez le regarder pendant un moment, en appréciant simplement sa qualité esthétique.

Emery : De quelle forme exacte s’agit-il ?

Randy : Cela ressemble en fait à une cloche géante. Ainsi, le dôme est comme la partie supérieure, puis il s’évase un peu en dessous. Et puis il a une sorte de fond plat. C’est donc en quelque sorte en forme de cloche géante.

Emery : Et comment fonctionne la gravité là-dedans ? Le savez-vous ?

Randy : Ils ont leur propre placage par gravité artificiel réglable. Encore une fois, en fonction de la provenance de l’espèce en question et de son niveau de confort, cela dépendra de l’ajustement réel du placage par gravité dans cet environnement de conversation.

Emery : Chaque espèce a une densité différente, a un environnement différent, et la station crée cela autour d’elle, c’est ce que vous me disiez.

Randy : Oui. Ils créent un environnement qui convient à cette espèce. Il est également vrai, cependant, que certaines espèces viendront dans leur propre combinaison environnementale. Donc, vous pouvez être assis à une table avec quelqu’un qui est dans une combinaison environnementale, qui a son propre environnement gazeux ou liquide à l’intérieur de la combinaison qu’elle porte.

Emery : Alors, comment les espèces traverseraient-elles ici à partir d’un état aqueux ? Ce champ de force les suit-il partout et ils y sont enfermés ?

Randy : Ça dépend. Plus souvent qu’autrement, dans ces situations, l’environnement de conversation est établi. Et puis l’espèce en question se téléporte directement dans l’environnement conversationnel depuis son propre environnement. Donc, dans ce cas, d’un environnement aqueux à un autre environnement aqueux. Avec un portail, ce n’est pas comme si l’eau inondait par l’autre extrémité parce que vous passez d’un environnement aqueux stable à un autre environnement aqueux stable.

Emery : Maintenant, portiez-vous personnellement une combinaison spéciale lorsque vous visitiez cette station ? Ou portiez-vous simplement vos vêtements normaux ?

Randy : Non, nous sommes dans une sorte d’uniforme standard. Il y avait des réunions occasionnelles qui étaient un peu plus cérémonielles, diplomatiques, comme la signature d’un traité, où nous allions en uniforme adapté à la situation. Mais en général, nous portions simplement un uniforme standard.

Emery : Y avait-il un endroit pour manger, comme une cafétéria ?

Randy : Non, il n’y avait pas de nourriture. Mais il est aussi intéressant de noter qu’en raison de tant d’habitudes alimentaires différentes de tant d’espèces différentes, vous ne savez jamais quand vous pourriez vraiment offenser quelqu’un par ce que vous mangez. Parce que vous pouvez manger quelque chose qu’ils considèrent comme un ami, ou un parent, ou quelque chose qu‘ils respectent. C’est donc très gênant. Il n’y a donc pas de nourriture. Cependant, il y a des boissons. Généralement de l’eau et / ou principalement des boissons fruitées. Pas de boissons alcoolisées. Pas de substances intoxicantes, pas de boissons contenant de la caféine. Juste des boissons rafraîchissantes, c’est-à-dire de l’eau et des jus de fruits.

Emery : Alors, quelle est la taille des verres pour les géants ?

Randy : J’ai regardé un géant boire dans quelque chose qui avait à peu près la taille d’une poubelle dans laquelle il pouvait passer la main et boire. C’était un peu surréaliste, pour être honnête avec vous. (rires)

Emery : Alors, comment gèrent-ils cela? Y a-t-il une équipe de maintenance ? Qui nettoie le désordre si le géant laisse tomber le gros verre plein de jus de myrtille ?

Randy : L’équipe de nettoyage est constituée de robots. Ils ont de petits robots qui font l’essentiel du nettoyage. Mais apparemment, ils ont un personnel qui s’occupe de tout ça. Nous ne les voyons presque jamais. Je pense donc qu’ils font surtout ce travail quand personne ne regarde ou quand personne n’est là.

Emery : À quel point ces robots que vous avez vus travailler étaient-ils avancés ?

Randy : La plupart roulent sur le sol et ramassent des objets. Ils agissent soit comme un aspirateur, soit avec des mains qui ramassent des choses et les mettent dans un récipient sur le dessus ou quelque chose comme ça. Ce ne sont donc que de petits robots de nettoyage fonctionnels. J’en voudrais bien un.

Emery : Maintenant, y a-t-il un système de profil de sécurité que vous devez traverser et où ils enregistrent vos bagages ou quelque chose de similaire ? Ou êtes-vous autorisé à emmener vos animaux de compagnie avec vous ? Êtes-vous autorisé à apporter vos affaires avec vous ? Avez-vous la chance d’y rester ? Ou y a-t-il un temps limité pour rester là ?

Randy : Nous sommes seulement là pour le temps de la réunion elle-même. Ainsi, lorsque la navette arrive et accoste dans la baie des navettes, il y a ce qu’ils appellent une « chambre des diacres » où tout le monde y entre. Les portes aux deux extrémités se ferment. Certaines lumières ultraviolettes et d’autres choses se produisent et vous sentez votre peau se pincer pendant quelques secondes. Et puis, la porte à l’autre bout s’ouvre et vous laisse passer. Donc, fondamentalement, ils font juste une analyse propre pour tout le monde et s’assurent que vous ne portez pas d’armes, de contrebande, de bactéries nocives, de virus ou quoi que ce soit de nocif.

Emery : Ont-ils leur propre force de police à bord de la station, une force de sécurité ?

Randy : Ils ont une force de sécurité, mais, encore une fois, c’est un environnement où tout le monde veut bien jouer le jeu. Personne ne veut se faire interdire de sortir et d’avoir des conversations. Alors tout le monde se comporte positivement.

Emery : Avez-vous déjà entendu dire que la station a déjà été attaquée ?

Randy : Jamais. Non, jamais.

Emery : Et comment vous vous déplacez sur cette station de 1,6 kilomètres de diamètre ? Y a-t-il un moyen de transport ? Êtes-vous escorté ?

Randy : Vous pouvez être escorté, mais vous marchez ! (rires) Parfois, une petite ligne apparaîtra sur le sol, vous montrera exactement où vous voulez aller. Et vous pouvez parfois demander à quelqu’un de vous y accompagner. En fait, il y a toujours quelqu’un, quelque part, qui regarde ce que vous faites, que ce soit une caméra ou un scanner ou autre chose, vous êtes toujours surveillé. Donc, que quelqu’un vous escorte personnellement ou qu’il vous dise simplement de suivre la ligne jaune, vous êtes toujours surveillé.

Emery : Est-ce que vos signes vitaux sont surveillés pendant que vous êtes à bord de la station, ainsi que votre fréquence ADN ?

Randy : Je sais déjà que nos propres employés sur le vaisseau Nautilus surveillent tout le monde. Nous avons des écouteurs pour que les gens à bord du navire puissent vous parler s’ils en ont besoin. Ils surveillent vos signes vitaux. Surveillance de l’atmosphère environnante. Surveillance d’autres espèces. Tout simplement parce que nous aimons toujours garder les yeux ouverts.

Emery : Et parmi les différentes espèces – vous en avez mentionné quelques-unes dans des épisodes précédents – y a-t-il une autre espèce que vous pourrirez décrire et qui se démarque vraiment dans votre esprit, que vous avez trouvée incroyable ? Peut-être parce qu’ils étaient en fait dans leur propre atmosphère particulière, ce que vous n’aviez pas l’habitude de voir, peut-être un champ de plasma ?…

Randy : Je me souviens d’avoir eu cette conversation très intéressante avec une espèce amphibie. D’après leur apparence physique, je penserais probablement qu’ils ont évolué à partir d’une sorte de grenouille aquatique, par opposition à une grenouille arboricole. J’ai rencontré des espèces issues de grenouilles arboricoles, et qui étaient franchement différentes de celles issues d’une grenouille aquatique. Parce que les aquatiques avaient toujours une combinaison environnementale qui était en fait remplie d’eau. C’est comme si vous étiez assis en face de quelqu’un qui porte une combinaison spatiale d’environnement, mais au lieu qu’il y ait de l’air dedans, c‘est de l‘eau. Et ils parlent à travers un système qui est ensuite communiqué au traducteur en face, qui communique ensuite la traduction dans les deux sens.

Mais c’est donc l’une des choses les plus surréalistes que j’ai jamais vues, c’était essentiellement une personne grenouille dans une combinaison environnementale remplie d’eau, pour qu’elle puisse évoluer dans un environnement aérien, un environnement oxygéné comme le nôtre. Ce qui est le contraire de porter une combinaison de plongée. C’est donc très intéressant pour moi.

Emery : Oui, je suis fasciné par cela. Parce que, bien sûr, comme vous le savez dans les projets, nous avions des chambres environnementales spéciales dans lesquelles ils pouvaient rester. Qu’il s’agisse d’êtres dauphins, grenouilles ou peut-être d’un endroit chaud de lave en fusion. Et c’était très intéressant pour moi de découvrir comment ils évoluent parmi nous en utilisant ces combinaisons environnementales, comme nous les appelons. Quels défis avez-vous déjà rencontrés à la station ?

Randy : Le défi numéro un d’être là est en fait le système de reconnaissance des formes de votre cerveau qui essaie de suivre tous les modèles que vous regardez. Alors si je peux essayer d’expliquer cela, je dirais qu’ici, sur la planète Terre, lorsque vous regardez autour de vous d’autres êtres humains, même si chacun a sa propre apparence, vous regardez toujours des personnes qui ont un physique similaire : une tête, deux mains, deux jambes, deux yeux, il y a une reconnaissance de modèle similaire d’une structure faciale. C’est ainsi sur Terre pour que votre reconnaissance des formes ne soit pas obligée de faire des heures supplémentaires, car elle regarde les choses à travers un modèle auquel elle est habituée.
Eh bien, lorsque vous êtes dans une pièce où il y a des dizaines, voire des centaines d’autres espèces, la reconnaissance des formes dans votre cerveau se surcharge et fait des heures supplémentaires! Chaque fois que vous regardez autour de vous et que vous regardez quelque chose de différent, votre cerveau tente de décoder ce que vous voyez en fonction de la reconnaissance des formes. Cela peut provoquer des migraines, des maux de tête, des étourdissements, une vision trouble.

Il y a des moments où vous pouvez regarder quelqu’un et vous ne pouvez pas le voir clairement parce que votre cerveau essaie littéralement de tout reconnaître dans un schéma. Et il ne peut pas décoder correctement l’image. Et ainsi, vous verrez littéralement une vision floue de quelqu’un qui vient vers vous. Ou encore plus étrange, ce qui est arrivé une ou deux fois, où votre cerveau dira : « Oh, tu sais quoi ? Je ne peux même pas essayer de décoder ça. Je vais donc extraire quelque chose des banques de mémoire et je vais juste le projeter ici. » Et donc, c’est ce que vous allez voir.

Il fut donc un temps où un groupe diplomatique passait devant une table à laquelle nous étions assis et je me souviens m’être tourné vers ma droite et mes yeux se sont écarquillés comme des soucoupes. Et le colonel assis à côté de moi m’a dit: « qu’avez-vous vu ? »« Et j‘ai répondu : « Non, non, je ne peux pas croire ce que j‘ai vu. » Et il m’a redemandé : « Mais qu’avez-vous vu ? » Et moi, j’étais comme l’épouvantail du magicien d’Oz ! Alors il a dit « OK, ouais, je vois. », puis il a ri et a ajouté: « Eh bien, parfois je vois Muhammad Ali ou ma tante Tilly. C’est comme ça que votre cerveau le fera ; s’il ne peut pas comprendre quelque chose, il va juste le projeter comme ça. »

Ensuite, il vous suffit de tirer quelque chose et de projeter cette image sur ce que vous regardez. C’est donc probablement le plus gros défi. Parfois, nous devions y arriver et nous arrêter près de l’entrée de la pièce et nous asseoir – il y a des bancs rembourrés à cet endroit – et attendre littéralement que votre cerveau et vos yeux s’habituent. C’est une combinaison de choses fondamentales, où vous êtes assis, levant les yeux, vous scannez dans la pièce jusqu’à ce que vous ayez mal à la tête, puis vous fixez le sol jusqu’à ce que votre mal de tête disparaisse. Puis vous levez les yeux et vous regardez à nouveau autour de vous, jusqu’à ce que vous ayez à nouveau mal à la tête, alors vous regardez à nouveau le sol.

Et après environ 15 ou 20 minutes, vous arrivez là où vous pouvez réellement vous lever et marcher quelque part sans que vous ayez à nouveau mal à la tête. Mais vous apprenez à ne pas simplement continuer à regarder autour de vous. Parce que plus vous regardez autour de vous, plus vous insistez sur cette reconnaissance de formes dans votre cerveau. Je me souviens donc d’images très spécifiques de ces événements et des espèces qui étaient là, mais je l’admets, parfois je tire une image dans ma tête et il y a juste beaucoup de points flous. Que mon cerveau s’en va, oui, je ne sais pas quoi y mettre. Je ne sais pas trop quoi faire avec ça. Donc le plus grand défi est probablement que la reconnaissance des formes de votre cerveau se sente fondamentalement comme complètement submergée et presque incapable de traiter toutes les différentes formes que votre cerveau essaie de traiter.

Emery : C’est intéressant que vous disiez cela parce que j’ai un peu d’expérience avec ça dans les projets, quand ils nous ont débriefé avant que nous rencontrions n’importe quel type d’autre extraterrestre. Voilà une image. Voici une vidéo. Voilà comment ils sont. Voilà à quoi ils ressemblent. Soyez prêt pour cela. En outre, les coutumes sont de savoir comment ne pas les regarder. Comment ne pas sourire, peut-être. Parce que tout le monde est différent. Certaines personnes, bien sûr, ne parlent pas. Tout cela est de la télépathie et des expressions faciales. Et quand vous regardez un visage que vous n’avez jamais vu auparavant, il est difficile de juger de ce qu’ils ressentent. Et nous avons donc dû passer par là.

Avez-vous eu un compte rendu avant de poursuivre sur toutes les espèces que vous alliez rencontrer l’une ou l’autre ? Vous ont-ils parlé des coutumes ? Que dire, que ne pas dire ? Que ne pas penser, que penser ? Et comment cacher ça ? Parlons-en.

Randy : Donc, heureusement ou probablement malheureusement, je n’ai pas eu un très bon briefing comme celui-là. Ce qui se passait, c’est que je finissais au pilotage de la navette avec le corps diplomatique. Et je demandais : « Que faisons-nous aujourd’hui ? » Et l’ambassadeur disait alors : « Voici ce que nous faisons aujourd’hui. » Et puis, en gros, il me faisait un exposé verbal sur la navette en chemin. Et il avait une tablette d’où il pouvait tirer et montrer des images, vidéos, etc. Et il m‘expliquait des choses comme : « OK, ne pas serrer la main à celui-ci, ou serrer avec la main gauche et non la main droite avec celui-là. Établissez un contact visuel lors de votre première rencontre avec cet être-là, mais ensuite, s’il ne vous parle pas, ne le regardez pas dans les yeux parce que cela représente chez lui un geste de défi.

Il y a différentes choses dont vous devez être conscient. Et donc j’avais toujours un petit briefing sur cela pendant le voyage du vaisseau à la station. Et je n’ai jamais vraiment foiré avec ça. Il y avait des moments où j’étais tenté de faire quelque chose qui aurait foiré, mais je me suis toujours retenu.

Mais oui, c’était intéressant de remarquer toutes ces coutumes différentes et parfois similaires. Ils ressemblent vraiment à des choses que nous avons, et parfois, c’est à l’opposé à 180 degrés de ce que nous faisons. Et d’autres fois, ils n’ont aucune comparaison avec tout ce que nous faisons. Parfois, ces conversations sont les plus étranges parce que vous avez des règles très étranges que vous devez suivre. Mais il y a aussi des protocoles. Vous ne traversez généralement pas la pièce en disant : « Oh, hey, comment ça va ? » et avoir comme ça une conversation avec quelqu’un que vous croisez. Ça ne fonctionne pas comme ça, il existe des protocoles.

Donc, il y a eu quelques fois où nous étions là-bas et avions une conversation à une table avec un être, et un autre être à proximité qui était clairement intéressé par notre discussion pouvait se joindre à nous pour participer à la conversation. Et quelqu’un d’autre passait et discutait aussi un peu avec nous, puis repartait. Cela arrivait occasionnellement, mais c’était assez rare.

Emery : Avez-vous déjà vu un type de dispositif ou de technologie pertinent pour tout ce que vous avez vu ici sur la planète Terre ?

Randy : L’une des choses les plus intéressantes qui se sont produites est que j’avais une conversation avec quelqu’un qui était un peu plus grand que moi, et qui a fouillé dans sa poche et sorti ce qui ressemblait initialement à une carte à jouer. Il me l’a tendu de très près. En le regardant, au début, je pensais que je regardais une carte de visage. Et puis j’ai réalisé soudain ce n’était pas une carte de visite. C’est une personne. Et c’est une personne qui bouge. J’ai réalisé qu’il m’avait tendu un écran de télécommunication pour que je puisse avoir une conversation avec lui. Il l’avait juste sorti et me l’a tendu et c’était à peu près pas plus épais et pas plus grand qu‘une carte de visite.

Et c’était l’une des choses les plus étonnantes que j’ai vues parce qu’apparemment, la personne était à l’autre bout de la galaxie. Ce n’était vraiment pas quelqu’un de près. C’était quelqu’un qui était à une distance incroyable. Mais d’une manière ou d’une autre, ils sont capables d’établir des communications audio, vidéo, via un tout petit appareil que vous pouvez avoir.

Emery : Aucune ligne de vue. C’est par infra-espace.

Randy : Exact, oui, quelque chose comme ça. (rires)

Emery : Randy, y a-t-il des champs de force similaires autour de la station spatiale qui la protègent, juste au cas où quelque chose se produirait ou s’ils ne voulaient pas que quelqu’un vienne à bord ?

Randy : Absolument, oui.

Emery : De quoi est-ce fait ? Quelle est la science derrière cela ?

Randy : Oh, je ne suis pas sûr à 100%. Je crois comprendre qu’il y a des boucliers autour de la station. Il y a des boucliers qui sortent un peu à distance. Ainsi, par exemple, il y a un champ de camouflage donc vous ne pouvez même pas le voir jusqu’à 16 km.

Emery : Nous ne pouvons donc pas la voir d’ici avec un télescope.

Randy : Non, vous ne pourrez pas la voir avant d’être à environ 16 km. Et puis il y a des couches à mesure que vous vous rapprochez. Nous devions entrer et obtenir l’autorisation. Au fur et à mesure que nous arrivions, nous prenions une position de stationnement, puis nous obtenions l’autorisation d’amener la navette à l’intérieur. Les pilotes des navettes surveillent certaines choses sur leur scanner, vérifiant quand ces boucliers sont désactivés ou réactivés, ouvrant ainsi des portes à l’approche de la station. Il y a donc une sécurité assez stricte.

Emery : Qu’en est-il de la coopération commerciale avec Jupiter? Y a-t-il un espoir pour nous ici sur Terre que nous en ferons partie ?

Randy : Oh, mais nous en faisons partie. C’est pourquoi nous avons été invités à venir à la station spatiale, pour faire partie de la chambre de commerce intergalactique.

Emery : Vous voulez dire dans notre réalité 3D, en ce moment, ou dans un autre plan, une autre dimension ?

Randy : Ici et maintenant, en 3D.

Emery : Alors, qui est responsable de cela ici sur Terre ?

Randy : Je ne connais pas le nom de cette personne ni qui elle est. Et si je le savais, je ne pourrais pas le dire.

Emery : Pourriez-vous dire l’organisation ou la société impliquée ?

Randy : Je suggérerais que je serais un cadre supérieur pour l’une des trois principales organisations bancaires mondiales, sans nommer celles-ci.

Emery : Ce n’est donc pas le gouvernement, ce n’est pas militaire.

Randy : Le corps diplomatique est une organisation militaire. Et ils font presque toutes les négociations, toutes les communications. Toutes les réunions sont gérées par le corps diplomatique. Mais les gens derrière qui font que cela se produise, et y mettent de l’argent, peuvent autoriser ces autres gens à concéder ou à offrir des choses dans un contrat négocié. Donc, ce sont toujours les gens qui ont de l’argent… C’est encore les banquiers qui décident comment cela se passe et dans quel but.

Emery : Donc, c’est toujours l’entreprise qui dirige le gouvernement et l’armée, et qui prend les décisions pour cette aventure.

Randy : Vous savez, je ne dirais pas que c’est exact. Je dirais qu’en matière de commerce, les banquiers ont une part importante du processus décisionnel et comment cela se passe. Cependant, à bien des égards, l’armée a le dernier mot. Parce que si les décisions des banquiers violent la sécurité, si cela nous rend vulnérable, si nous déterminons que c’est militairement risqué ou dangereux, les militaires peuvent dire non, cela n’arrivera pas. Nous n’accepterons jamais de faire cela.

C’est pourquoi nous nous mettons dans cette position. Pour que nous ayons ce pouvoir de veto pour dire: « Non, cela peut être bon pour vos comptes bancaires, mais ce ne sera pas bon pour notre sécurité. » Nous devons donc trouver un compromis qui ne compromet pas la sécurité et nous donne ce que nous voulons.

Les militaires ne se prosternent donc pas devant ces gens. Ils prennent essentiellement la position d’intermédiaire pour s’assurer qu’ils peuvent toujours faire leur travail et maintenir la sécurité planétaire intra-solaire, tout en protégeant le commerce. L’armée a protégé le commerce pendant des siècles. Nous protégeons donc toujours le commerce, mais à l‘échelle interplanétaire. Mais les banquiers ne peuvent pas nous dire ce que nous devons faire et ce que nous ne devons pas faire. C’est toujours une décision militaire, décidée par des hauts responsables militaires et des officiers supérieurs.

Emery : Ces trois grands banquiers, dirons-nous, sont-ils humains?

Randy : Oui.

Emery : Et sont-ils contrôlés par quelqu’un d’autre ?

Randy : Pas que je sache. Leur principale motivation est le commerce. C’est la cupidité. Ce que nous aimons penser, c’est que nous pouvons utiliser cela de manière saine tant que nous en réduisons les éléments malsains.

Emery : Et quel est ce commerce ? Que négocions-nous ?

Randy : Tout ce que nous avons. Et tout ce dont nous avons besoin.
Emery : Pourquoi est-ce si important qu’ils aient cela ? Est-ce juste quelque chose qu’ils ne peuvent pas acquérir par eux-mêmes ?

Randy : Eh bien, il y a toujours une analyse coûts-avantages de tout ce que n’importe qui dans le monde fait et échange ou utilise comme ressource. Donc, qu’il s’agisse de minéraux, de matières premières, de pièces de machines, de moteurs, de pièces électroniques, il y a un rapport coût / bénéfice pour ces choses. Et donc, il y a simplement certaines choses que différentes espèces, en fonction des ressources avec lesquelles elles doivent travailler, pour qui le coût est bien inférieur à ce qu’il nous en coûte pour les fabriquer. Ou dans la direction opposée, les choses que nous fabriquons, il est tout simplement plus rentable pour certaines espèces de nous l’acheter que de les fabriquer elles-mêmes. Parce que cela coûterait plus cher s’ils le faisaient eux-mêmes.

C’est donc ce qu’est le commerce, et ceci dans toute la galaxie. J’ai un surplus de ce montant et cela coûte 0,50 $ par dollar. Donc, vous pourriez aussi bien acheter une partie parce que c’est rentable pour vous. Et vous avez un excédent de ce minerai qui représente quelques centimes par dollar par rapport à ce qu’il nous coûterait normalement si nous l’exploitions. C’est donc moins cher si nous l’achetons chez vous que si nous le sortons nous-mêmes des rochers. C’est donc exactement ce qu’est toujours le commerce. Il y a toujours une façon de voir, pouvons-nous trouver un endroit moins cher ? Pouvons-nous obtenir de quelqu’un d’autre un meilleur produit pour moins d’argent ? C’est la base fondamentale de tout commerce.

Emery : Eh bien, fascinant Randy. C’est toujours un plaisir de vous avoir dans la série. Merci encore.

Randy: Eh bien, merci à vous.

 
*****************

Source : https://essania.actifforum.com/t7380-12-station-spatiale-intergalactique-de-jupiter


Partagé par http://www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.

Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme.


CLIQUEZ ICI OU SUR L’IMAGE CI-DESSUS POUR UN ABONNEMENT DE SOUTIEN (Annulable à tout moment) OU UN DON PONCTUEL. VOTRE SOUTIEN RÉGULIER EST TRÈS IMPORTANT ! Il participe aux frais du site et en le faisant vous participez à transmission d’importantes informations de l’Eveil.
En contrepartie, vous avez accès aux Vibr’Ateliers proposés en don du Cœur dans la boutique (voir menu boutique en haut de la page)

GRATITUDE INFINIE ET ILLIMITEE A TOUS

Autre possibilité de soutien, cliquez ci-après : Campagne de soutien permanent sur Gofundme https://gf.me/u/ysawj4 et sur Tipeee : https://fr.tipeee.com/eveilhomme

Rejoignez-nous sur les nouveaux médias sociaux !!! CLUB VK – https://vk.com/club175930391 ; PROFIL VK : https://vk.com/nturban ; CHAÎNE ODYSSEE : odysee.com/@Eveilhommme ; Page MeWe : https://mewe.com/p/eveilhomme ; Profil Mewe : https://mewe.com/i/nicolaseveilhomme ; Groupe Telegram : t.me/jointchat/T6CYFfcPSPCVOwF4

N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me

Eveil Homme

Chercheur spirituel et métaphysique, je suis en contact depuis plusieurs années avec des êtres galactiques. L'objet de ma démarche est d'informer les personnes intéressées par les questions liés aux nouvelles fréquences de réalité : ascension terrestre, éveil et chemin spirituel, nouvelles réalités, contactés extraterrestres et galactiques, être de lumière, divulgation, technologies nouvelles et ésotériques

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
%d blogueurs aiment cette page :