DIVULGATION COSMIQUE Saison 15 épisode 8 : Randy Cramer, Extraterrestres non humanoïdes

Extraterrestres non humanoïdes

15 octobre 2019
(Traduction Régis Fugier)

109582983_2933009166825445_121527430232049196_n

Emery Smith: Aujourd’hui sur « Divulgation Cosmique », nous sommes avec Randy Cramer, un agent du programme spatial militaire qui partage ses expériences avec nous. Randy, bienvenue dans l’émission.

Randy Cramer : Ravi d’être à nouveau ici.

Emery : Maintenant, nous connaissons tous les extraterrestres qui ont le programme cinq étoiles de la tête, des deux bras et des deux jambes. Avez-vous déjà vécu des expériences avec des extraterrestres qui n’ont pas deux bras et deux jambes et une tête ?

Randy : Oh oui, absolument.  Je veux dire, les espèces d’insectoïdes pour les débutants ont plus d’appendices, elles ont plus de bras. J’ai rencontré dans une conversation diplomatique un céphalopode qui est essentiellement comme une pieuvre. Nous sommes donc essentiellement assis à une table de l’autre côté d’un réservoir rempli d’eau et ils flottaient dans le réservoir, communiquant psioniquement.

Emery : Que se passait-il ? Pourquoi avez-vous eu cette réunion ? Les autres espèces étaient-elles également présentes ?

Randy : Notre équipe d’ambassadeurs était là pour négocier avec les céphalopodes. C’était une négociation de ressources, un échange de ressources. Si je me souviens bien, ils avaient besoin de certains minéraux qui leur étaient rares et que nous pouvions leur fournir à moindre coût, et ils offraient essentiellement des protéines de l’océan à un coût très peu coûteux. C’était donc un échange de fruits de mer contre des minéraux qui leur était utiles.

Emery : Comme du plancton ou des algues…

Randy : Je pense surtout à du poisson pour être honnête avec vous. Je pense que c’était pour les protéines marines. Du poisson en quelque sorte, une sorte de poisson comestible.

Emery : Parlez-moi des insectoïdes. Maintenant, je sais qu’il y a beaucoup d’espèces, mais à quelles espèces avez-vous été exposé ?

Randy : Principalement les insectoïdes indigènes sur Mars, dont je me rends compte que certaines personnes en parlent comme une espèce de mante religieuse, avec laquelle je ne veux pas nécessairement être en désaccord parce que ceci ou cela. Je ne pense donc pas que ce soit faux, mais pour moi, celles que j’ai rencontré ressemblent vraiment plus ou moins à une fourmi géante.

mantid10

Donc, vous pouvez les appeler une espèce de mante, je n’ai aucun problème avec cela, mais je pense que parfois la confusion est qu’une espèce de mante est comme une mante religieuse, et ce n’est pas du tout mon expérience avec ces êtres, qui étaient fondamentalement comme une fourmi géante. Peut-être depuis que j’ai entendu cette terminologie interchangeable et que je ne suis pas sûr qu’ils soient interchangeables, je suppose que c’est ce que j’essaie de dire.

Emery : Sont-ils ailleurs que sur  Mars ?

Randy : Je pense qu’il existe un certain nombre d’espèces insectoïdes dans la galaxie. Nous avons certainement une espèce d’insectoïde indigène ici sur la planète Terre qui est souterraine. Des espèces insectoïdes indigènes sur Mars. Et il y a d’autres espèces d’insectoïdes dans le cosmos que je connais et qui sont différentes de celles-ci. Donc…

Emery : Pourriez-vous donner quelques exemples au public de différents types d’insectoïdes en plus des peuple des fourmis et des mantes ?

Randy : Bien sûr. Il y a une autre espèce que nous avons rencontrée dont la position physiologique et la posture physiologique étaient très, très différentes. Donc, ces insectoïdes avec lesquels nous avons traités sur Mars, vous pensez simplement à une fourmi qui se tient debout. C’est donc essentiellement sur deux jambes. Les appendices du milieu peuvent être utilisés pour se stabiliser ou comme d’autres pieds s’ils en ont besoin, ou ils peuvent être utilisés comme un jeu de mains supplémentaire ; donc ils sont une sorte d’appendice qui peut être en quelque sorte un « soit ceci, soit cela », mais ils ont tendance à marcher droit, debout.

Il y a une autre espèce insectoïde que nous avons rencontrée qui était beaucoup plus grande, tout d’abord. Les insectoïdes indigènes de Mars avaient environ 1,60 de hauteur. Le chef de la ruche n’était pas une reine, ce n’est pas une femelle, c’est un mâle, donc on l’appelle un roi, et ils sont beaucoup plus grands, huit fois plus grands, probablement.

Nous avons connu une autre espèce insectoïde qui était essentiellement sur quatre appendices avec un torse qui sortait d’un corps parallèle au sol avec deux très gros appendices, qui ressemblaient à des pinces, mais ces appendices pourraient alors se déplier, et il y avait comme sept ou huit petites phalanges avec lesquelles ils pouvaient manipuler des objets ou les rassembler avec trois appendices… c’était très particulier. Mais ils sont beaucoup plus grands. Ils se tiennent probablement… oh, facilement entre 2,40 m et 3 m du sol.

Emery : Je voudrais parler de la dextérité en particulier des insectoïdes. Vous avez probablement de l’expérience avec cela.

Randy : Ils sont incroyablement agiles avec leurs phalanges. Leur capacité à ramasser, à manipuler des objets, à manœuvrer, à fabriquer des choses, à faire fonctionner des choses, est incroyable. Je veux dire, à notre niveau, si vous pensez à notre capacité comme travailler sur une machine à écrire avec nos 10 doigts, que feriez-vous si vous n’aviez que 6 doigts, trois dans chaque main ? Eh bien, vous auriez une sorte limitée de tableaux de ce que vous faites sur le clavier. Mais si vous avez huit doigts par main ? Eh bien, vous pouvez taper beaucoup plus rapidement avec 16 doigts qu’avec 10. Alors oui, ils sont incroyablement adroits et ont une incroyable capacité à manipuler des objets physiques avec leurs phalanges.

Emery : Parlez-moi de la vitesse de ces insectoïdes. Nous savons qu’ils ont une grande dextérité, mais ils sont également très forts.

Randy : Incroyablement solide et vraiment rapide. La première fois que j’ai vu un de ces grands insectoïdes se déplacer, question course à grande vitesse, c’était incroyable. Je veux dire, ils atteignaient facilement des vitesses de 40 à 50 kilomètres à l’heure, juste à pied, ce qui était incroyablement rapide.

Emery :Utilisent-ils d’autres appareils pour se déplacer ?

Randy : Eh bien… Non, pas ceux que j’ai rencontré, mais nous n’avons pas rencontré ces espèces au combat, alors j’imagine que leur tenue et leur action au combat était un peu différente.

Emery : Comment avez-vous communiqué avec ces insectoïdes et d’autres espèces ?

Randy : Eh bien, les insectoïdes, de manière intéressante, la première fois que nous les avons rencontrés, j’ai simplement parlé en anglais en espérant qu’ils comprendraient télépathiquement, d’esprit à esprit. Je ne savais pas encore qu’ils avaient cette capacité jusqu’à ce que nous marchions vers eux et essayions d’avoir une conversation avec eux.

Emery : De quoi il était question dans la conversation ?

Randy : C’était essentiellement: « Salut, comment allez-vous ? » (rires) Je me suis présenté et je voulais juste voir si nous pouvions établir une ligne de conversation. Nous étions en patrouille, une escouade en patrouille, et nous nous sommes approchés de la ruche et ils étaient à l’extérieur, devant leur ruche, en train de transporter des boîtes et des objets, et les disposer à certaines places à l’extérieur. Il ressort de ce que je comprends plus tard, qu’ils utilisaient des UV naturels pour stériliser l’équipement au soleil.

Donc, il y en avait plusieurs, et nous nous sommes approchés assez près, mais à une distance sûre, et il n’y a pas eu de réaction hostile, et je me suis rassuré parce qu’il y avait un petit groupe d’entre nous qu’ils ne percevaient pas comme une menace. Et je me suis assis là et à ce sujet, je me suis dit, que se passerait-il si l’un d’entre nous s’approchait et se présentait ? Qu’est-ce qui se passerait ? Et je me souviens avoir proposé à l’équipe : « Et si je descendais là-bas et que je leur disais bonjour ? » Et ma première femme, avec qui j’ai aussi servi… nous étions dans la même équipe au MDF, elle a dit : « Oh ouais, je veux voir ça, je veux te voir revenir en courant avec un bras dans l’autre bras en hurlant ! » C’était une chérie comme ça, elle était fondamentalement une lanceuse de défi.

Et donc je suis descendu et j’ai dit bonjour et ça s’est assez bien passé, et j’ai essentiellement demandé aux insectoïdes à qui je parlais si je pouvais ramener des amis, si ça allait, et il était genre, oui, ça va. Et donc nous sommes revenus et j’ai signalé à mon commandant que nous avions pris contact avec une espèce insectoïde, que je leur ai dit bonjour et établi une relation. Il m’a demandé : « Quoi? Tu as fait quoi? » Et j’ai répondu que ça s’est bien passé, que je leur ai demandé si nous pouvions revenir et ils ont dit oui. Et mon commandant a dit: « Alors peut-être que vous devriez parler au Corps d’ambassade et voir s’ils veulent aller discuter avec les insectoïdes. » Et une semaine plus tard, nous sommes revenus pour une visite et nous sommes devenus amis à ce moment-là, c’est clair.

Emery : Y a-t-il d’autres espèces d’apparence différente auxquelles vous pouvez vous lier qui ressemblent à des espèces ici sur Terre comme nos animaux et nos poissons ?

Randy : Oui. Je veux dire, encore une fois, il y avait quelques espèces aquatiques qui existaient dans un environnement fluide. Il y avait donc des céphalopodes. Il y avait une espèce qui, je dirais, ressemblait peut-être presque à un requin si vous pouvez penser à quoi pourrait ressembler un requin intelligent avec deux paires de tentacules pour les bras. Donc, comme un corps de requin très particulier. Mais bien sûr, une grande bouche, de grandes dents comme un requin, alors j’imagine qu’ils…

requin10

Emery : Sont-ils végétariens ?

Randy : Non, ils sont carnivores, ils mangent de la viande. Mais pas comme s’ils nous regardaient comme de la nourriture, mais ils mangeaient certainement de la viande.

Emery : Vous ne vous sentiez donc pas menacé par eux ?

Randy : Non, pas du tout. Je veux dire, nous étions certainement séparés par une barrière, ils étaient dans un fluide, essentiellement dans une boîte d’un environnement fluide, et nous étions de l’autre côté. C’était donc assez sûr. C’était sans doute l’un des cas les plus effrayants, je suppose, mais oui, nous nous sentions suffisamment en sécurité parce que nous étions de l’autre côté et dans un espace sûr où les gens ne se bagarraient pas. Je n’ai jamais eu à me soucier de me faire manger dans la station spatiale intergalactique.

Emery : Je vous ai également entendu parler de ces vers sur Mars. Il y a des vers sur Mars ?

Randy : Oui, les mille-pattes. Oh mon Dieu… (gros soupir)

Emery : Parlons des ces mille-pattes et à quoi ressemblaient-ils réellement ? Ressemblaient-ils à des mille-pattes de la Terre ?

Randy : Les mille-pattes étaient en fait des êtres génétiquement modifiés que les insectoïdes fabriquaient et utilisaient au combat. Imaginez donc un mille-pattes qui est … sa largeur est d’environ un mètre, c’est-à-dire que la longueur mesure probablement près de 6 m de long, les mandibules font environ 80 cm à 1 mètre. Ils se cabrent comme ça et puis frappent sur vous. Et chose intéressante, la couleur de leur segmentation de leur exosquelette était en fait presque fuchsia, comme une couleur rose pourpre.

Emery :  Belle couleur.

Randy : Ils sont en fait plutôt magnifiques, sauf qu’ils sont terrifiants. Je les ai certainement rencontrés suffisamment de fois sur le terrain pour pouvoir dire qu’ils sont absolument terrifiants…

Emery : Utilisent-ils tout type d’activité psionique pour vous contrôler ou quoi que ce soit ?

Randy : Non, je dirais que les mille-pattes n’étaient pas très intelligents. Ils n’étaient pas moins intelligents qu’un chien, mais ils n’étaient certainement pas aussi intelligents que vous et moi, par exemple.

Emery : Mais ils ont agi de leur propre chef ?

Randy : Ils ont agi sur les ordres des drones insectoïdes, mais ils semblaient également savoir quelles étaient leurs tâches de garde. Donc, je pense qu’ils ne recevaient pas nécessairement des instructions spécifiques tout le temps, mais encore une fois, peut-être comme un chien, du genre « couché, debout, attaque, reviens aux pieds  » ou des choses comme ça. Il y a donc eu quelques commandes de base auxquelles, je pense, elles ont répondu.

Emery : Cela ressemble à une programmation d’un être pour une mission de type « recherche et destruction ».

Randy : Oui. Ils ont été génétiquement modifiés dans le but pour lequel ils ont été construits. Donc, ce n’était pas une espèce naturelle qui avait été domestiquée par les insectoïdes, ils étaient génétiquement conçus à partir de zéro en tant que fantassin sur le terrain.

Emery : Y a-t-il d’autres espèces qui ont été conçues uniquement pour être utilisées au combat ?

Randy : Oh oui, définitivement. Les Draconiens font donc la même chose. Ils ont génétiquement modifié leurs forces au sol – là encore essentiellement à partir de zéro – pour des tâches spécifiques, des buts spécifiques, des protocoles de tactiques spécifiques. Et les insectoïdes l’ont certainement fait, c’est sûr.

Emery : Avez-vous déjà été exposé à des aviaires, à des extraterrestres qui ressemblent à des oiseaux ?

Randy : Nous avons rencontré une espèce dans la station spatiale intergalactique qui, je dirais, était dérivée de l’évolution d’une espèce aviaire. Là où vous et moi avons des cheveux sur la tête, ils avaient une sorte de plume lissée qui ressemblait essentiellement à des plumes foncées.

avian_10
avian10

Leur teint était comme une couleur gris cendré. Leurs appendices étaient comme des griffes moins menaçantes. Donc, les griffes étaient en fait un peu tassées pour pouvoir manipuler les choses avec leurs doigts, etc.

Emery : Ils ont combien de doigts à chaque main ?

Randy : Quatre doigts. Comme un pouce et trois doigts.

Emery : Bien sûr, ils avaient des plumes.

Randy : Les plumes qu’ils semblent avoir laissées sur leur corps étaient un peu comme une plume noirâtre, et ils mesuraient environ deux mètres de haut.

Emery : Et leurs yeux et la couleur de leurs yeux ?

Randy : Oh… sous forte lumière, ils semblaient en quelque sorte noir, mais s’il y avait juste la bonne réflexion d’une autre source de lumière, vous pouviez voir qu’il y avait une pupille et un iris sous ce qui semblait être une pellicule ou un film photosensible sombre qui était dans l’oeil. Donc, la plupart du temps, c’était juste comme si vous regardiez un œil au beurre noir, mais si la lumière l’attrapait juste la nuit, vous pouviez voir qu’il y avait un iris et une pupille en dessous.

Emery : C’était des pupilles rondes ?

Randy : Elles avaient l’air rondes, de ce que je pouvais voir, mais parce que vous le regardez en face et vous voyez ce genre de film photosensible, et celui-ci me semblait bien rond d’après ce que j’ai pu voir.

Emery : Et la bouche? Y avait-il un bec ? Y avait-il des dents ? Y avait-il comme une mandibule ?

Randy : Oui, je dirais que la mâchoire et le bec n’étaient pas étendus à plus de 3 à 5 cm du visage. C’était d’une sorte de couleur blanchâtre-jaunâtre.

Emery : Et où habitent-ils ?

Randy :Je ne sais pas exactement d’où ils venaient. Cela ne faisait pas partie de la conversation.

Emery : D’accord. Ces êtres oiseaux avaient-ils des ailes, ou deux bras et deux jambes ? Comment manœuvrent-ils ?

Randy : Ils étaient sur deux jambes. Et les bras, chose assez intéressante, semblaient être… c’est une sorte d’os bizarre, parce que je sais que c’était une espèce aviaire, mais leurs bras ressemblaient presque à un bras de chauve-souris. Il y avait donc une main au bout d’une aile qui semblait coincée. Donc, je n’en ai jamais vu une se dérouler, et je doute sérieusement qu’ils avaient des capacités de vol à ce moment-là, mais cela ressemblait plus à une aile résiduelle qui avait évolué en une main avec, encore une fois, des doigts et des phalanges au bout. C’était un peu particulier.
Et si je devais regarder le côté sombre, je dirais que ce n’était pas une évolution naturelle, qu’ils étaient en quelque sorte arrivés à ce stade avec un bricolage génétique ou une évolution avec d’autres espèces.

Emery : Comment ont-ils communiqué ?

Randy : Dans ce cas particulier, ils ont communiqué par l’intermédiaire d’un traducteur. Il y avait donc une personne biologique qui faisait office de traductrice. Alors ils parlaient, le traducteur traduisait, puis nous parlions et le traducteur leur traduisait.

Emery : À quoi ressemble leur voix ?

Randy : Comme un coup de sifflet bas et un clic bas. Donc, si nous pensons à écouter un oiseau à l’extérieur et à la façon dont il gazouille, pensez à cela comme à un cri aviaire. Et que si cette volière d’oiseau parlait réellement sur un ton de conversation, ce serait une communication beaucoup plus discrète et claquante. Donc, quand vous pensez à un oiseau sur une branche d’arbre, ce n’est pas parler, c’est crier, c’est crier avec sa voix.

Emery :Quelle est la relation entre les extraterrestres non humains et les extraterrestres humains ?

Randy : Cela dépend, comme toute autre chose. Encore une fois, 95% des espèces que nous rencontrons dans tous les domaines préfèrent le commerce. Donc, dans toute situation individuelle comme celle-ci, cela a beaucoup plus à voir avec leurs besoins de civilisation biologique et/ou sociale et quelles sont leurs ressources; et quels sont nos besoins sociaux de civilisation biologique et quelles sont nos ressources, et si nous avons quelque chose à échanger. Et l’échange est essentiellement basé sur : De notre côté, avons-nous quelque chose de moins coûteux à échanger avec eux qui leur coûterait autrement plus chers ailleurs ou pour le fabriquer eux-mêmes ? Et de leur côté, est-ce qu’ils ont quelque chose qui va coûter moins cher que ce qu’il nous en coûterait pour le fabriquer, l’extraire, ou l’obtenir de quelqu’un d’autre ? C’est la base d’une relation commerciale. Avez-vous quelque chose qui vaut la peine d’être échangé et qui est rentable ? Et s’il y a une relation disponible comme ça, alors nous allons avoir une conversation à ce sujet à coup sûr.

J’ai donc certainement vu des espèces non humaines et des espèces humaines communiquer et interagir les unes avec les autres. Je ne sais pas si j’en ai vu beaucoup travailler ensemble juste en fonction de mes expériences personnelles et des endroits où j’étais.

Emery : Grâce à votre expérience de toutes ces différentes espèces, quelle est leur intelligence et à quoi servent-elles ? Comme ces gens d’Arcturus, dans quel domaine sont-ils bons ? Dans quel domaine les Siriens sont-ils bons ? Etc…

Randy : Eh bien, je dirais qu’ils ont un large éventail de renseignements, de connaissances. Vous pouvez donc avoir des espèces aussi intelligentes que nous, peut-être un peu plus, peut-être beaucoup plus. Et certainement, au niveau du contenu émotionnel ou la gamme émotionnelle, cela peut aussi varier un peu. Donc, toutes les espèces n’ont pas d’émotions profondes complexes. En fait, cela semble être plus rare que d’habitude. Vous pouvez donc rencontrer des espèces qui sont très intellectuellement fortes dans ce qu’elles font. Ce sont de bons constructeurs, ce sont de bons fabricants, mais peut-être pas créatifs, peut-être pas très bons en pensée artistique ou en développement artistique. Peut-être qu’ils n’ont pas de musique, peut-être qu’ils n’ont pas d’art comme nous le pensons.

Emery : Dans les projets secrets, j’entendais dire que les Arcturiens étaient vraiment bons en ingénierie et en combat, et j’ai entendu aussi que cette espèce est vraiment bonne avec les capacités artistiques. Y avait-il quoi que ce soit dans les projets que vous avez entendus ou dans vos missions, de gens disant des choses comme: « Oh, ils se rallient bien à la fabrication de véhicules spatiaux ».

Randy : Oui, oui, bien sûr. Je veux dire, par exemple, les insectoïdes sont les généticiens les plus brillants que nous ayons jamais rencontrés. Leur compréhension du génie génétique et comment comprendre, comment exécuter une séquence de gènes est au-delà de notre imagination… parce que la plupart d’entre eux peuvent simplement le faire à leur façon, ils n’ont pas besoin d’un ordinateur ou d’une machine pour le faire, ils peuvent faire tous ces calculs dans leur tête, et c’est incroyable pour moi, c’est sûr. Donc, leur capacité à faire des calculs génétiques biologiques est sans précédent. Je veux dire, les Draconiens par exemple sont bons à manipuler, mais ils sont loin de la capacité de potentiel créatif des insectoïdes. Les insectoïdes ont la capacité d’imaginer ce dont ils ont besoin et de faire ensuite les calculs sur ce dont vous auriez besoin pour manipuler génétiquement cette chose dont vous avez besoin, puis modifier génétiquement cette chose pour vous.

Emery : Oui, ils sont considérés comme les espèces les plus analytiques et les plus intelligentes que nous ayons étudiées jusqu’à présent.

Randy : Absolument. Ils travaillent 22 heures par jour. Ils dorment et mangent moins de quelques heures par jour. Ils sont occupés, occupés tout le temps.

Emery : Combien de temps vivent-ils, le savez-vous ?

Randy : Eh bien … je ne suis pas sûr pour être honnête avec vous. Je n’ai eu aucune précision à ce niveau. Mais j’ai eu l’impression qu’une durée de vie individuelle chez cette espèce devait se compter en siècles, et non pas en décennies.

Emery : Pourquoi les aviaires sont-ils connus ?

Randy : Chose intéressante, la conversation que nous avons eue à leur sujet, ils semblent avoir un réel sentiment de réparation biologique. Leur technologie médicale était donc assez avancée. Ils avaient la capacité de traiter les espèces biologiques bien en dehors de leurs propres paramètres. Donc, leur capacité à soigner un être blessé de n’importe quelle variété était assez étendue et vaste. Leur capacité d’analyser et de scanner un autre être biologique et de comprendre ce que vous devez faire pour le traiter en cas de blessure ou de maladie ou réparer les dommages cellulaires, est assez inégalée.

Emery : Comment se passe leur accouplement et leur gestation ? Est-ce comme ici sur Terre avec nos oiseaux qui pondent des œufs ? Qu’en est-il de ces humanoïdes aviaires ?

Randy : Dans les conversations que nous avons eues avec eux, oui, ce sont des pondeuses. Donc, ils produisent et se reproduisent d’une manière très similaire à celle de nos espèces animales aviaires ici.

Emery : Et les céphalopodes ? Quelle était leur spécialité et pourquoi étaient-ils connus et d’où ils venaient ?

Randy : Eh bien, c’était certainement des génies mathématiciens. Encore une fois, leur capacité à effectuer des calculs mathématiques complexes avec juste la puissance du cerveau est sans précédent. Je veux dire, ce sont des ordinateurs calculateurs en ce qui concerne cela, c’est sûr. Donc, chaque fois que vous pourriez avoir quelque chose de mathématiquement complexe que vous devez résoudre, nos employés, même avec nos ordinateurs, etc., cela leur fait perdre un certain temps. Un céphalopode, vous pourriez probablement leur poser le même problème ou la même question, et dans une minute ou deux, ils auront une réponse ou un ensemble de variables ou un paramètre de parenthèses à vous donner comme solution.

Emery : Comment ces non humanoïdes regardent-ils les Terriens, les humains, juste nous ici ? Sans nous insulter.

Randy : (Rires) Non, l’une des choses les plus intéressantes que j’ai découvertes sur les insectoïdes est parce qu’ils ont des exosquelettes avec leur masse musculaire charnue à l’intérieur, ils nous voient comme ayant notre intérieur à l’extérieur, donc cela les dégrade. (Rires). Donc, quand nous portons réellement notre gilet pare-balles, c’était pour eux comme notre exosquelette, et c’était en fait beaucoup plus confortable pour eux, mais quand nous ne le portions pas, ils étaient… pas forcément offensés par ça, mais ce n’était pas du tout attrayant pour eux. (Rires)

Emery :Je pense que c’est un bon point à soulever, car beaucoup de gens pensent que les rencontres avec des extraterrestres sont vraiment sérieuses. Mais ils sont un peu comme nous, ils ont des personnalités et ils sont comiques…

Randy : Quelquefois, oui.

Emery : Parfois, vous verrez quelque chose de vraiment différent, inhabituel, voire effrayant, mais c’est une personne, et vous devez vraiment accepter cette personne pour son apparence, son odeur et tout cela pour que vous puissiez vous déplacer parmi les étoiles.

Randy : Oui. Et nous sommes considérés comme des mammifères puants. Parmi une centaine d’espèces au hasard, nous sommes certainement parmi les puants, c’est sûr.

Emery : Quand je dis le monde multidimensionnel, les êtres multidimensionnels, qu’est-ce qui vous vient à l’esprit ?

Randy : Eh bien, sans essayer de prendre trop de temps pour expliquer ce que nous comprenons être la différence des harmoniques dimensionnelles, les harmoniques dimensionnelles sont des vibrations de la matière, de l’énergie et de l’espace à des fréquences spatiales complètement différentes. Il est donc possible qu’un être existe dans une fréquence dimensionnelle qui est en dehors de la nôtre tout en occupant un espace similaire. Ainsi, il pourrait y avoir, par exemple, un être multidimensionnel se tenant juste là que vous et moi ne verrions jamais à l’œil nu, avec notre spectre de lumière visible. On n’aura pas remarqué qu’il était là parce qu’il est dans une fréquence dimensionnelle différente.

Maintenant, il y a deux façons différentes de voir cela aussi. Il est possible que le fait d’exister là où il existe ne lui permet pas de nous percevoir. Il peut même ne pas être conscient que nous sommes ici et qu’il existe dans un espace dans lequel cette pièce est complètement différente, où les objets sont complètement différents, et il n’y a même aucune interaction.  Mais lorsqu’ils se rapprochent de notre fréquence dimensionnelle extérieure, c’est là qu’il va y avoir un croisement, et tout d’un coup, ils peuvent expérimenter cette pièce avec ces objets avec vous et moi dedans , mais toujours maintenir ce déphasé…

Emery : Le flux reste juste un peu hors de cette fréquence.

Randy : Oui, juste en dehors de notre fréquence qui continue d’être déphasée ou invisible.

Emery : Avez-vous eu des expériences à ce niveau ?

Randy : Oh oui, j’ai absolument déjà vécu ça avant, bien sûr.

Emery : Pouvez-vous expliquer cela ?

Randy : Je me souviens d’une fois où j’ai été déployé sur un vaisseau qui était essentiellement un navire spatial des forces spéciales qui comptait 18 unités différentes ; c’était un navire de transport et de déploiement pour les unités des forces spéciales, et nous étions entrés dans une zone d’espace dans laquelle on nous a dit que l’une des planètes avait une espèce qui était dans une fréquence dimensionnelle différente mais qui était très curieuse. Et donc nous avons été informés qu’il y avait une très bonne chance que pendant que nous étions dans cet espace, nous pouvions voir ces êtres juste entrer et sortir du vaisseau, vérifier cela par nous-mêmes et ne pas paniquer, ne pas avoir peur. Et donc nous avions pris l’habitude de dire: « Oh, j’ai vu un autre fantôme aujourd’hui ! », même si ce n’étaient pas des fantômes, ils semblaient juste entrer et sortir. Parfois, vous le voyez juste du coin de l’œil, vous regardez, puis parfois ils s’aperçoivent d’un coup que vous les voyez, « oh, oh, ils me voient. » et ils partent en nous faisant un clin d’oeil.

Mais généralement, cela ressemblait plus à une simple curiosité qu’autre chose. Ils n’étaient pas envahissants ou nuisibles, ils étaient juste très curieux, et c’était donc assez facile pour eux d’entrer et de sortir de cet espace pour observer ce que nous faisions, sans aucune sorte de menace physique pour eux-mêmes ou même de mettre une menace physique sur nous non plus. C’était donc une expérience étrange, parce que pendant tout le temps que nous y étions, il y avait juste ces êtres qui nous faisaient juste des clins d’œil et sortaient ou traversaient les murs et des choses comme ça. C’était juste un peu bizarre, mais nous nous y sommes habitués, tout allait bien.

Emery : Qu’en est-il des êtres interdimensionnels ? Est-il possible tout au long de votre expérience qu’ils puissent héberger plusieurs corps différents à la fois dans des dimensions différentes ?

Randy : Il y a des espèces qui semblent avoir atteint cette capacité de … quel mot utiliser ? Être multiconscient.

Emery : Multidimensionnel.

Randy : Ouais. Je veux dire, vraiment avoir plusieurs corps qui sont connectés à une conscience singulière à travers différents plans matériels ou différents plans dimensionnels énergétiques. C’est encore aujourd’hui un peu compliqué pour mon cerveau d’envelopper tout ça, mais nous avons eu des discussions avec ces êtres et ils ont essayé de nous expliquer ce que c’est d’exister de cette façon, pour être à plusieurs endroits à la fois et dans plusieurs corps en même temps tout en partageant une compréhension consciente de tous ces endroits en même temps, et nous encourager à penser que c’est une étape évolutive que nous pouvons atteindre avec, encore une fois, la concentration et la discipline.

Mais cela semblait être une bonne distance en termes d’évolution, par rapport à notre position actuelle. Donc, même si je pouvais comprendre qu’on me dise : « Oh, vous pouvez aussi apprendre à le faire, éventuellement, et à exister comme ça finalement », il me semblait que quand vous le dites de façon régulière, je pense que cela signifie un temps très, très, très long. Je ne pense pas que cela signifie dans 100 ou 200 ans ou peut-être 1000 ans, cela pourrait prendre beaucoup de temps avant que nous puissions réellement maîtriser cette étape révolutionnaire.

Emery : Donc, vous dites que nous sommes multidimensionnels, c’est juste que nous n’en sommes pas encore à ce niveau, nous n’avons pas encore activé cette partie de nous ?

Randy : D’après ce que nous avons compris, à peu près tous les êtres spirituels de l’âme énergétique biologique existent à travers des fréquences dimensionnelles. Donc, c’est là où votre conscience a beaucoup à voir avec la fréquence à laquelle vous vibrez, la fréquence spécifique à laquelle vous existez. Et selon la théorie qui m’a été expliquée, votre capacité à changer cette fréquence est ce qui change où vous êtes, dans quelle vibration dimensionnelle vous existez à ce moment-là. Nous sommes donc spécifiques à la fréquence de cette fréquence dimensionnelle. Si jamais nous passons d’une fréquence spécifique à une autre fréquence dimensionnelle, alors nous nous y trouverons.

Ils nous expliquaient un peu comment cela fonctionnait, et ils s’attachaient donc à nous expliquer que lorsque vous rencontrez un changement vibratoire, vous pouvez entendre ce son sinueux et aigu du croisement de ces fréquences dimensionnelles lorsque nous sommes sur le point de pouvoir nous localiser à deux endroits à la fois, puis choisir celui où nous voulons être, puis être à cet endroit. Alors peut-être que nous sommes ici, puis nous bi-localisons l’ici et l’ailleurs, puis décidons d’être simplement ailleurs. C’est la meilleure théorie que je pense pouvoir expliquer. Je ne sais pas si je la comprends assez bien pour l’expliquer mieux que ça.

Emery : Fascinant, Randy. Merci d’être venu dans l’émission aujourd’hui.

Randy : Oh, merci beaucoup de m’avoir invité ici.

************
 

Partagé par http://www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.

Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme.


En contrepartie de votre abonnement mensuel, vous avez accès aux Vibr’Ateliers proposés en don du Cœur dans la boutique (voir menu boutique)

GRATITUDE INFINIE ET ILLIMITEE A TOUS

Autre possibilité de soutien, cliquez ci-après : Campagne de soutien permanent sur Gofundme https://gf.me/u/ysawj4 et sur Tipeee : https://fr.tipeee.com/eveilhomme

Rejoignez-nous sur les nouveaux médias sociaux !!! CLUB VK – https://vk.com/club175930391 ; PROFIL VK : https://vk.com/nturban ; CHAÎNE ODYSSEE : odysee.com/@Eveilhommme ; Page MeWe : https://mewe.com/p/eveilhomme ; Profil Mewe : https://mewe.com/i/nicolaseveilhomme ; Groupe Telegram : t.me/jointchat/T6CYFfcPSPCVOwF4



N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me

Eveil Homme

Chercheur spirituel et métaphysique, je suis en contact depuis plusieurs années avec des êtres galactiques. L'objet de ma démarche est d'informer les personnes intéressées par les questions liés aux nouvelles fréquences de réalité : ascension terrestre, éveil et chemin spirituel, nouvelles réalités, contactés extraterrestres et galactiques, être de lumière, divulgation, technologies nouvelles et ésotériques

Une réflexion sur “DIVULGATION COSMIQUE Saison 15 épisode 8 : Randy Cramer, Extraterrestres non humanoïdes

  • 21 mars 2021 à 18:27
    Permalien

    Bonjour,

    Il y a quelque chose à laquelle je pense constamment et qui me dérange lorsque je prends connaissance d’articles sur différentes races exogènes par rapport à l’humanité.

    C’est la totale absence que nous ne sommes pas éternellement lié à cet espace temps dans la matière, qui n’est en elle-même qu’une certaine fréquence vibratoire parmi d’autres, puis que nous-mêmes ne sommes pas éternelle. Je veux dire que nous n’avons pas signé un contrat d’éternité avec l’expérience humaine.

    De fait, même avant la fin de cette journée, nous pouvons mourir et en fonction de notre énergie, renaitre peut-être sous la forme d’un être dans un plan qui se trouve avoir 30 millions d’années d’évolution supplémentaires par rapport à l’humanité, tout comme un tel être mourant, renaitra peut-être sous la forme d’une souris sur Terre, ou d’un démon dans un domaine infernal, rien étant figé et tout dépendant tout au contraire, de nos énergies accumulées en fonction de nos actions accomplies d’instant en instant.

    Cet aspect m’interpelle, car cela n’est jamais ni mentionné, ni rapporté. Ainsi je me demande si malgré leur soi-disante imposante évolution, l’ensemble des civilisations interstellaires en ont la connaissance, ou non. Si elles ne l’on pas, alors nous avons quelque chose à leur apprendre que malgré toutes leurs connaissances et leurs savoirs, celles-ci ignore.

    Bien à vous toutes et tous et je vous souhaite une agréable et harmonieuses semaine.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
%d blogueurs aiment cette page :