La métamorphose du mental-intellect en mental-lumière.

EXTRAIT CHAPITRE : « LA CONSPIRATION » DE « CELUI QUI VIENT » – 1995.

(Petite précision : ce qui suit se déroule dans le Vaisseau-Mère qui est imbriqué (sur un plan supérieur) dans le Temple d’Angkor.)…/… « Tout ce que vous venez de voir et tout ce que vous allez voir encore, existe, se perpétue et s’amplifie, par et pour la seule raison du « moi-je ». « Moi-je » est un dévoreur de chair et d’âme. C’est le « grand complicateur », le chercheur de prétextes, d’excuses, d’arguments. Il est la « farce » monstrueuse avec laquelle chacun se gonfle de lui-même, une sorte de bouillie par laquelle les fils de la Vie s’emmêlent jusqu’à former des nœuds. « Le grand complicateur » n’est autre que la partie la plus basse de votre être. Nous pouvons la nommer aussi « zone inférieure de votre mental ». Elle est la plus rusée d’entre toutes. C’est elle qui génère et légitimise tous les réflexes de protection de cet ego que vous voudriez chasser mais avec lequel vous entretenez une si vieille complicité. Le mental protecteur, le mental vernis, le mental complicateur… oui, amis, c’est cela aussi qu’il importe de dompter urgemment.

Chacun est concerné. La solution est pourtant simple. Tous ceux d’entre vous qui se disent responsables et conscients, tous ceux qui voient dans l’Amour autre chose qu’un mot comprendront à quel point ils se doivent de faire taire tous leurs appétits de pouvoir. Les dictateurs et les chefs d’Etat ne sont autres que l’image déformée et amplifiée de chacun de vous. Leurs jouets sont juste plus gros que les vôtres. Lorsque vous désirez, coûte que coûte, la dernière automobile à la mode avec laquelle on stimule votre deuxième plexus, par publicité interposée, vous n’agissez pas différemment du Gouvernant qui rêve de s’approprier telle région et va exhumer de vieux prétextes. Qu’est-ce qui veut la guerre en l’homme ? Sa soif de montrer qu’il existe et de proclamer qu’il est le premier de tous. Combien d’entre-vous ont-ils le courage de se reconnaître dans ce portrait ? Le besoin d’être vénéré, admiré, respecté, obéi, tout n’est qu’une façon de gonfler les muscles de l’ego.

Tout est une façon que nous avons de nous enchaîner à la souffrance. Si vous pénétrez bien le sens de ces paroles, vous verrez à quel point les douleurs de l’humanité sont toujours les fruits de sa complexité. Le mental et toutes les manifestations qui en dérivent jouent le jeu d’un miroir déformant. Ils tissent des toiles d’araignée dans lesquelles chacun s’englue parce que ses fils s’appellent prétention, orgueil, jalousie, pouvoir. Personne n’y échappe. Surtout pas ceux qui veulent, en bons croisés, convertir les autres à leur vision de l’ordre des choses. Il est une façon de vouloir le bien de l’humanité qui se solde immanquablement par une alimentation du Principe de l’Ombre. Tant que votre mental veut réformer le monde, c’est le masque en vous qui désire. L’ascension doit venir de plus loin.Le mental… Vous vous interrogez sur notre conception du mental, n’est-ce pas? Eh bien, le mental, amis de la Terre, est une manifestation partielle de la Conscience. On peut le voir comme un outil.

Notez bien que je ne dis pas « son » outil mais bien « un » outil. Cela signifie qu’il n’est certainement pas le seul vecteur de l’Intelligence, simplement une des facettes par lesquelles celle-ci se révèle. Mais en vérité, surtout, ce qu’il importe de comprendre, c’est que ce mental lui-même offre plusieurs visages … ou plutôt différents niveaux de réalisation. Il y a tout d’abord le mental-intellect qui en représente en quelque sorte la manifestation inférieure. C’est par lui que l’homme se dit « intelligent », toujours en fonction de critères « modernes », c’est-à-dire changeants. Il se base sur un type de raisonnement bien défini, sur une conception très cloisonnée de la vie. En réalité, il est l’élément majeur de protection, de renforcement et d’extension du « moi-je » dont je vous parlais. En vous il est la force raisonneuse, pinailleuse, chicaneuse, arriviste, celle qui veut « réussir », celle qui fait de la vie une jungle savamment entretenue. Et puis … et puis, il y a le mental-lumière, ou supérieur, si vous préférez. Celui-là vous rapproche un peu plus de l’Homme. Il est cette capacité que revêt la conscience incarnée en dépassant d’emblée les constructions intellectuelles enfermées dans une époque et sa culture humaine globale. Ce type de mental se rit de toutes les frontières.

Il ignore les tabous et les morales car il est précisément relié par un fil d’or à ce que nous appelons le « Point-Lumière ». Cette manifestation du mental embrasse tout d’un seul regard. Elle se montre unificatrice. Ne vous imaginez surtout pas qu’elle soit inaccessible. En fait, elle représente un stade de maturation auquel un grand nombre d’hommes et de femmes sincèrement épris de paix peuvent prétendre dans la génération terrestre présente. Et lorsque je déclare « épris de paix », croyez bien que je ne dis pas « épris de tranquillité ». Si la sérénité et la paix sont sœurs jumelles, il ne peut en être de même de la tranquillité qui demeure une sorte de confort de la « bonne conscience ordinaire ». La paix que j’évoque résulte en fait d’une simplification de la force mentale, c’est-à-dire d’un dépouillement total du mental-intellect qui, une fois mis à nu, se métamorphose en mental-lumière. Pour réaliser cela, la question que je vous pose est celle-ci : « Qu’est-ce qui est essentiel ? « Méditez-la bien car elle est en quelque sorte analogue à la devinette du Sphinx. Elle exige un certain recul et de la lucidité. Mais continuez plutôt d’observer ce qui se passe sous vos corps subtils. »

A travers les nuages et la pluie qui tombe drue, il n’y a que l’obscurité de la nuit, une fois de plus. Mais c’est une obscurité de matière, une obscurité que l’âme pénètre aisément puis éclaire. Nous scrutons en son cœur… C’est alors qu’apparaissent quelques cases de torchis, des cabanes aux toits de tôle et des tentes, des milliers de tentes, simples toiles tendues ou pauvres bâches de plastique. Et puis des hommes. Des hommes et des femmes qui essaient de s’y abriter, entassés les uns sur les autres, recroquevillés à même le sol… L’Afrique noire dans toute sa misère, avec ses réfugiés, ses déportés, ses massacrés.« Continuerons-nous encore longtemps ainsi ? » demandons-nous une nouvelle fois à la Présence qui nous guide.« Aussi longtemps que nécessaire, pour que vous touchiez du doigt de votre cœur l’étendue des plaies de ce monde. Les téléviseurs et les revues vous offrent des « spectacles » fabriqués. Je dis bien des spectacles. Ici, sous vos yeux, il n’y a pas de montage, pas de cadrage. Seulement le terrible résultat d’une façon de penser … »

« … Et d’être et d’agir aussi ! »« Cela revient au même. La pensée engendre. Elle empoisonne ou vivifie. Ce que vous voyez ici est voulu et construit patiemment par certaines consciences incarnées. C’est la marque d’une des tentacules de la pieuvre du mental inférieur qui s’abat sur ce continent pour en faire un champ d’expérimentation privilégié.» « Veux-tu dire que cette souffrance résulte clairement d’une action concertée?» «C’est exactement cela. Revenez vers nous maintenant, amis, détendez votre regard. Nous avons encore tant à vous enseigner. » Très lentement, notre champ de vision se met alors à rétrécir. La lumière qui l’habitait il y a un instant se métamorphose. Elle palpite semble-t-il, plus vivante, plus bleue. A nouveau, nous prenons conscience de nos êtres au cœur de la grande salle circulaire. Nous sommes de retour face aux trois belles présences blondes et à notre ami le moine. C’est lui qui achève de nous rappeler à cette autre réalité.« Vous voulez vous reconstruire et faire un don à tous ceux qui veulent aussi se reconstruire ? … C’est pour cela que nous allons encore feuilleter quelques pages ensemble.

Pour cela et aussi et surtout pour… Celui qui vient.»« Celui qui vient ? »« Chut ! fait malicieusement le moine en portant un doigt sur ses lèvres. Justement, laissez-le venir ! »«Vous venez d’avoir un aperçu de la maladie qui frappe actuellement l’humanité, reprend aussitôt l’un des trois êtres blonds. Croyez-vous que cette maladie – à ce stade il n’y a pas d’autre terme- soit un accident de la Vie ou une manifestation inévitable de celle-ci ?Il n’en est rien. C’est une sorte d’infection savamment préparée puis entretenue. Elle a été semée sur un terrain fragile, réceptif et malléable, celui de la conscience humaine endormie, piégée dans ses propres théories. Voilà pourquoi elle s’est si bien étendue ; parce qu’elle est accueillie à force de faiblesse et d’aveuglement. Par qui les germes sont-ils entretenus aujourd’hui ? Par un très petit nombre d’êtres qui se sont regroupés sous la forme d’environ trois cents Organisations ou « familles ».

Ces dernières se situent très au-delà des Gouvernements officiels. Elles leur imposent leurs lois par un jeu de mécanismes extrêmement subtils. Subtils parce que très respectables en apparence. Néanmoins, vous ne devez pas ignorer plus longtemps que leurs rouages sont basés sur le contrôle de la génétique et de tout le secteur de la recherche médicale, sur la maîtrise de la circulation de toutes les drogues, concrètes ou abstraites, de toutes les armes et évidemment sur la possession de la « Banque mondiale ». Ce discours dans nos bouches a évidemment de quoi vous surprendre. Nous en convenons. Mais au point ou l’humanité s’est rendue aujourd’hui, il nous est apparu comme une urgence que tous les types d’obstacles soient clairement définis. Déclarons-le donc sans hésitation, il existe une conspiration mondiale qui, depuis cinq ou six de vos décennies, orchestre méticuleusement la déchéance de l’humanité terrestre. Dans quel but ? Nous y reviendrons. Voilà ce qui motive notre intervention parmi vous et votre présence ici aujourd’hui, dans un contexte qui ne semblait pas a priori vous y mener.

Nous vous l’avons déjà déclaré, ce que vous appelez encore la « recherche spirituelle » ne peut plus être coupée de certains événements, de certaines contingences d’ordre plus matériel. Il n’y a guère d’intérieur et d’extérieur. Seule l’Unité est… et cette Unité se diversifie pour s’expérimenter et s’expanser davantage. Notre espoir est par conséquent de vous aider à devenir non pas de meilleurs « chercheurs de Lumière » mais des « trouveurs » et cela dans tous les domaines de manifestation du Vivant. C’est ainsi que nous vous exhortons à vous lever et à réagir face à tous les asservissements … sachant que ceux que nous venons de dénoncer n’ont de prise sur vous que dans la mesure où votre âme est faible et vagabonde. Toute libération individuelle est un acte décisif pour la libération générale. La Terre entière et son humanité vivent au-dedans de vous, dans le moindre détail. Qu’un être y meure et c’est comme si une parcelle de votre conscience entrait en métamorphose. Vous ne le ressentez pas, certes, mais je vous exhorte à ce stade précis de votre réflexion, à tenter de pénétrer cette réalité.

Débarrassez-vous de votre perception de vous-même en tant qu’être isolé des autres parce que commençant à savoir, à comprendre et peut-être à agir. Pouvez-vous alors vous concevoir en tant que « cellule » d’un fabuleux organisme ? Voilà que vous êtes soudainement contraints de développer une nouvelle forme d’humilité. Non pas l’humilité de ceux qui écrasent les autres avec la leur au point que celle-ci est brandie en étendard, mais une humilité qui est Amour … je veux dire offrande de l’Eveil, incarnation du germe d’Eveil. Cette humilité-là est d’une grandeur non égotique parce qu’elle n’entretient pas la séparative. Jamais elle ne saurait ressembler à une vertu qui est vertu parce qu’elle plait à la morale établie. Toute véritable vertu, voyez-vous, s’annonce tellement loin de cette morale! Elle ne cherche pas à révéler le Bien parce que l’on a dit que c’était le Bien. Elle se superpose, elle s’identifie à la logique de la Lumière. Elle est, en quelque sorte, un mouvement naturel de la Vie qui retrouve son chemin. Voilà pourquoi 1′ âme vertueuse ne se pose pas même la question de savoir si elle l’est ou non. Elle ne se soucie pas de son avancement car elle se place au cœur de l’Avancement.»

Tandis que l’être achève ces mots, son regard se fait plus doux, moins pénétrant. Puis, sans rien ajouter d’autre, sa longue silhouette se détache du petit groupe et nous engage à la suivre dans une autre zone de la salle, près de la paroi. Comme nous nous en approchons, celle-ci captive un instant toute notre attention. Elle nous semble de nacre, blanche dans son essence mais aussi bleue , mauve et rose, nourrie par un discret soleil intérieur. Enfin l’être s’arrête en un point précis où le mur paraît soudainement ne plus exister. Une porte a-t-elle coulissé? Nous l’ignorons. La vérité est pourtant que nous nous trouvons face à une ouverture qui donne sur un immense jardin. Timidement, mais aussi mus par un émerveillement total, nous y effectuons quelques pas derrière le grand être blond. C’est, en fait, une gigantesque serre, un écrin de plantes en fleurs et d’arbres. Au cœur de sa masse verdoyante, un bruit d’eau qui court se fait entendre avec discrétion. Y a-t-il ici réellement un ruisseau ? Derrière nous, cependant, la présence de nos amis se fait sentir … quelques froissements d’étoffe et puis, surtout, une indéniable et douce chaleur qui se rappelle à nous au milieu du dos comme pour nous dire et nous répéter que l’Amour est bien là.

A mesure de notre avance parmi les luxuriances du jardin voici bientôt que nos regards croisent d’autres êtres, blonds aussi, vêtus de la même tenue sobre, couleur ivoire. La plupart sont assis à des sortes de pupitres harmonieusement disposés parmi les fleurs et les buissons. Certains regardent tourner lentement devant eux des sphères de lumière qui paraissent suspendues dans le vide et qui font songer à des hologrammes. Des signes indéchiffrables, des formes colorées s’y succèdent à très grande vitesse. Parfois, au gré de notre avance, nous croyons y deviner des cartes puis tout redevient incompréhensible. « L’homme s’imagine seul, intervient l’être qui nous précède, seul à essayer de gérer son marasme. Vous voyez ici qu’il n’en est rien. Ce lieu, cette force au sein de laquelle nous nous déplaçons est un des multiples centres à partir desquels nous l’observons et tentons avec mille précautions de lui éviter le pire. » « Pourquoi donc avec mille précautions ? Pourquoi ne pas intervenir enfin radicalement, si réellement vous avez la connaissance et la sagesse dont on vous pare. Ceux qui n’ignorent pas ou espèrent votre existence n’attendent que cela car ils sont, quant à eux, bel et bien seuls. »Cette fois, c’est notre ami le moine au drapé safran qui s’avance vers nous pour nous répondre.

«Croyez-vous, au fond de votre cœur, que les racines de la souffrance humaine seraient ainsi éradiquées, comme par un simple coup de baguette magique ? Certes, il y aurait un soulagement chez nombre d’entre vous mais le problème resterait entier. La bombe de l’arrogance humaine demeurerait là, muette mais bien vivace jusqu’à la prochaine rébellion des égos. Il y a tout un art pour inciser correctement un abcès… et il n’est pas toujours bon, non plus, d’interrompre le processus naturel d’une fièvre. Jusqu’à un certain point, celle-ci a sa fonction auprès de l’organisme. Elle l’informe et le forme à l’intérieur même de l’espace de sa souffrance. Les êtres de ce lieu sont peut-être, pour vous, semblables à des thérapeutes… mais ce n’est jamais le thérapeute qui guérit le corps malade. Il propose des remèdes à partir desquels l’organisme en question réagit, s’autogère et décide ou non de guérir. Car, en définitive, c’est toujours la conscience qui demeure toute-puissante. C’est elle la détentrice des clés. Si l’humanité s’est rendue malade en sécrétant puis en ingérant sa propre toxicité, c’est elle-même qui doit se guérir.

Car, comprenez-le, il n’existe pas d’autre authentique guérison que l’autoguérison. Tous les Maîtres de Sagesse et tous les Réalisés ressemblent à des flèches dont vous devez suivre le tracé lumineux dans le ciel et sur terre. Ils vous indiquent une direction, ils débroussaillent celle-ci quand il le faut, mais ils ne la parcourent jamais à votre place. La tâche de l’humain est de mettre en évidence en lui la logique du Logos. Pour cela, il doit accepter de devenir l’explorateur et le pacificateur des continents de son âme… »« Comment ? »« En changeant radicalement le registre de ses pensées. Souvenez-vous de ce qui vient de vous être dit sur le mental. Ne plus s’enfermer dans ses propres théories. Ne plus se faire piéger dans une logique restrictive, dualiste, celle du donnant-donnant. Celle qui vous fait déclarer : « Il ne m’aime plus, alors je ne l’aime plus. » Schématiquement sur Terre, nous fonctionnons tous comme cela. Lorsqu’une porte se ferme devant nous, ou paraît se fermer, on barricade la nôtre systématiquement.

Voilà l’un des mécanismes dont il importe que vous vous défassiez de toute urgence. En profondeur vous détenez toutes les clés, même celles que vous avez toujours crues inaccessibles. En tant qu’êtres humains, vous devez révéler vos êtres de Puissance. Je n’ai pas dit de pouvoir, mais de Puissance. La Puissance, c’est le pouvoir dépouillé de l’ego. La Puissance, c’est l’essence du Vivant qui a réintégré sa place dans la Création, c’est-à-dire qui est redevenu lui-même. Comme un soleil, elle rayonne sur la cime de toutes les vertus rassemblées. » « Parle-nous donc de ces vertus… » « Les vertus … les vertus, mes amis, ne sont pas des vertus par un arbitraire décret divin. Sans doute les humains en ont-ils leur propre conception, souvent dualiste et dogmatique, basée sur une liste d’interdictions et de devoirs. Leur source est tout autre, pourtant. Les vertus sont toutes les couleurs de 1’âme déshabillée de ses écailles, logiques et spontanées comme les radiances de l’arc-en-ciel. Elles sont le prolongement de l’idée de la Création. Elles se situent au-delà du raisonnement, bien au-delà aussi des « pourquoi » et des « comment » qui se cachent derrière d’autres « pourquoi » et d’autres « comment ». Et puis il y a la vertu qui les synthétise toutes.

Celle-là est le visage le plus humain, le plus concret, le plus quotidien qui soit de la Sagesse. Elle forme l’image belle et simple de la vie incarnée. Evidemment lorsque l’on avance le mot « vertu » sur la Terre d’aujourd’hui, on déclenche une foule de sourires, comme si le terme faisait de celui qui le prononce une sorte d’animal antédiluvien, un spécimen d’individu passé de mode, un naïf total. Laissez dire, la Lumière n’a pas besoin qu’on l’approuve. Elle s’infiltre partout, en son heure, parce qu’elle est la logique. Ainsi, se glisse-t-elle dans les interstices de toutes les carapaces, même les plus imperméables.»« Laissez-moi maintenant vous offrir cette pratique. C’est une pièce de plus à ajouter à l’édifice de votre reconstruction, une méthode pour mieux conduire le cheval du mental.

Assis confortablement, vous fermez les yeux et vous tentez de percevoir l’œuf de lumière jaune dans lequel votre corps tout entier est englobé. Ne voyez pas en cela un travail de visualisation mais réellement de perception car, en vérité, cette radiance existe bel et bien autour de vous. Elle est la lumière vivante de votre réalité mentale. Comment la sentez-vous ? D’un jaune pâle ou au contraire vif et électrique ? Acidulé peut-être ou simplement laiteux ? Il est possible aussi que vous y deviniez des densités différentes selon les endroits, même des masses ou des taches selon les zones. Peu importe. N’interprétez pas. Laissez-vous seulement du temps pour bien ressentir tout cela … Car « tout cela », voyez-vous, c’est votre mental « ordinaire », celui qui vous fait agir et réagir de façon binaire, classiquement et mécaniquement. Sa lumière reflète la dimension de votre être dont les concepts ont été programmés par votre culture, votre éducation et même votre valise génétique.

C’est la lumière-rempart-de-protection, c’est la lumière-catapulte pour assiéger autrui occasionnellement. C’est enfin la lumière dont vous n’avez plus besoin dès maintenant car elle détonne sur la palette que vous voulez offrir à votre âme et au monde. Alors, respirez bien profondément et, à mesure que vos poumons se gonflent, sachez qu’un rideau s’écarte en vous, il se déchire, se dissout et disparaît. Sentez désormais comme votre œuf de lumière jaune peut prendre des nuances dorées. Laissez monter ce doré, laissez cet or se répandre en vous telles des vaguelettes sur une grève. Sa couleur, sa présence, sont le germe de votre nouvelle vision du monde. Maintenez-la, diffusez-la autour de vous. Son or est votre « oui » au mental supérieur. Rejoignez-le humblement à chaque fois que vous aurez envie de juger ou de condamner. Vous prendrez alors une altitude et une attitude aimante qui vous étonneront. Faites-en votre refuge face à toute agression … C’est alors que l’agression sera caresse car vous-même vous ne serez plus un mur ! »

(Extrait du chapitre « La conspiration » issu du livre « Celui qui vient » (1995) – Anne Givaudan et Daniel Meurois – Ed. SOIS)


Partagé par http://www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.

Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme.

Rejoignez-nous sur les nouveaux médias sociaux !!! CLUB VK – https://vk.com/club175930391 ; PROFIL VK : https://vk.com/nturban ; CHAÎNE ODYSSEE : odysee.com/@Eveilhommme ; Page MeWe : https://mewe.com/p/eveilhomme ; Profil Mewe : https://mewe.com/i/nicolaseveilhomme

anime (95)CLIQUEZ ICI POUR UN ABONNEMENT DU SOUTIEN MENSUEL DE 9,99 EUROS (Annulable à tout moment) VOTRE SOUTIEN RÉGULIER EST TRÈS IMPORTANT ! IL PARTICIPE AU FRAIS DU SITE ET A SA SUBSISTANCE. GRATITUDE INFINIE ET ILLIMITEE A TOUS
anime (62)
Autre possibilité de soutien, cliquez ci-après : Campagne de soutien permanent sur Gofundme https://gf.me/u/ysawj4 et sur Tipee : https://fr.tipeee.com/eveilhomme

Cliquez sur l’image double cœur ou sur ce texte pour me soutenir moi et ma famille. Vous aurez alors l’opportunité de me soutenir par un don ponctuel ou régulier. Je demande à l’Univers de renvoyer mes bénédictions d’Abondance et d’Amour à chaque contributeur et à tous ceux le désirant. Gratitude infinie et illimitée à toutes et tous, que l’Amour et la Lumière de Dieu, Père, Mère, Source et de la Conscience Universelle vous accompagnent comme vous le désirez. Namasté

N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me

Eveil Homme

Chercheur spirituel et métaphysique, je suis en contact depuis plusieurs années avec des êtres galactiques. L'objet de ma démarche est d'informer les personnes intéressées par les questions liés aux nouvelles fréquences de réalité : ascension terrestre, éveil et chemin spirituel, nouvelles réalités, contactés extraterrestres et galactiques, être de lumière, divulgation, technologies nouvelles et ésotériques

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
%d blogueurs aiment cette page :