Les employeurs peuvent-ils licencier les employés qui choisissent de ne pas se faire vacciner contre le COVID ? (exemple tiré d’outre manche), code de Nuremberg, Louis Fouché

Le vaccin contre le COVID n’est même pas encore disponible, mais les grands médias regorgent déjà de reportages sur la légalité ou non pour les employeurs de licencier les employés qui refusent de le prendre. Pour moi, ce n’est même pas un débat que nous devrions avoir. Il serait fondamentalement anti-américain et moralement répréhensible qu’un employeur licencie quelqu’un parce qu’il a choisi de ne pas se faire vacciner. Malheureusement, les grands médias ne voient pas les choses de cette façon, et ils interviewent de nombreux experts juridiques qui assurent aux employeurs qu’il est parfaitement légal de licencier des personnes qui ne veulent pas se faire vacciner.

Par exemple, ce qui suit provient d’un article de CNBC

“En général, oui, les employeurs peuvent rendre le vaccin obligatoire lorsqu’il devient disponible, avec bien sûr un tas de réserves”, explique l’avocate spécialisée dans le droit du travail, Lindsay Ryan, en énumérant les exemptions possibles pour les personnes souffrant de conditions médicales spécifiques et celles ayant des convictions religieuses sincères.

Si les convictions religieuses protégeaient vraiment les employés, ce serait formidable.

De mon point de vue, tout employé qui refuse de se faire vacciner sur la base d’une conviction religieuse sincère devrait absolument être protégé contre le licenciement en vertu de la loi fédérale.

Malheureusement, l’article de la CNBC poursuit en expliquant pourquoi la loi fédérale ne protégera probablement pas toute personne de foi des exigences de vaccination obligatoire…

M. Ryan souligne que les lois des États régissant ce qui constitue des accommodements raisonnables pour les groupes religieux varient considérablement, mais qu’”en vertu de la loi fédérale, les employeurs ne sont pas tenus d’accorder un accommodement religieux si cela entraîne un coût supérieur à un coût de minimis pour l’exploitation de l’entreprise”.

“De minimis” est le terme latin pour “d’importance minimale” et est utilisé dans la loi pour désigner un total si faible qu’il n’est même pas reconnu. Étant donné l’impact important de la pandémie sur les entreprises, M. Ryan affirme que “cette norme est assez faible”. Cela signifie que de nombreux employeurs auront probablement un motif légal pour exiger la vaccination.

En d’autres termes, la loi fédérale ne protège guère les travailleurs qui souhaitent refuser le vaccin contre le COVID.

D’autres grands médias ont publié des articles similaires. Cet extrait est tiré d’un article publié par Reuters…

M. Gostin et cinq autres experts en droit de la santé ont déclaré que les entreprises privées aux États-Unis jouissent d’une grande liberté pour fixer des normes de santé et de sécurité, ce qui leur permettrait d’imposer des vaccinations comme condition d’emploi, à quelques exceptions près.

C’est presque comme s’il y avait un effort coordonné pour faire prendre conscience aux employeurs de tout le pays qu’ils peuvent imposer de tels impératifs.

Il y a un peu plus d’une décennie, l’administration américaine de la sécurité et de la santé au travail a décidé que les employeurs pouvaient rendre les vaccins obligatoires pendant la pandémie de grippe, mais bien sûr, cette crise s’est assez rapidement atténuée et très peu d’employeurs ont réellement pris cette voie.

Mais maintenant, il semble que le COVID-19 va rester avec nous pendant un bon moment, et certains employeurs ont déjà décidé de rendre la vaccination obligatoire pour tous les employés

Quelques mois seulement après le début de la pandémie de coronavirus, Holly Smith avait déjà pris sa décision. Elle n’allait pas rouvrir son restaurant aux clients avant qu’un vaccin ne soit disponible. Elle pensait simplement que ce n’était pas sûr. Lorsqu’elle a fait part de sa décision à son personnel, celui-ci lui a posé la question : Le vaccin serait-il obligatoire ?

Oui, elle a répondu. Il le serait.

“Je n’ouvrirai pas avant d’être sûre que tous les membres de mon personnel sont vaccinés”, déclare Mme Smith, chef et propriétaire du Cafe Juanita à Kirkland, dans l’État de Washington. “Les membres de l’équipe immédiate – vous devez prendre soin d’eux. Si vous ne prenez pas soin d’eux, ils ne peuvent pas vous aider à vous occuper de vos affaires”.

Si certains de ses employés ne veulent pas se faire vacciner, ils vont se retrouver au pied du mur.

Et comme je l’ai expliqué à plusieurs reprises ces dernières semaines, il n’est pas facile de trouver un autre emploi dans cette économie.

La bonne nouvelle, c’est que la plupart des employeurs hésiteront probablement à rendre les vaccins obligatoires en raison du risque de refus de la part de leurs employés. Selon un récent sondage Gallup, 42 % des Américains ne prévoient pas de se faire vacciner contre le COVID-19…

La volonté des Américains de se faire vacciner contre le COVID-19 a un peu rebondi en octobre, comme le montre un sondage Gallup réalisé avant que Pfizer/BioNTech et Moderna ne fassent des annonces prometteuses sur l’efficacité probable de leurs vaccins contre le coronavirus. 58 % des Américains interrogés lors du dernier sondage ont déclaré qu’ils se feraient vacciner contre le COVID-19, contre 50 % en septembre.

On estime que 328 millions de personnes vivent actuellement aux États-Unis, et que 42 % de ces 328 millions représentent 137 millions de personnes.

Si ces 137 millions de personnes défendent les droits que Dieu leur a donnés, il est presque certain que nous ne verrons pas se généraliser les mandats de vaccination.

Mais le feront-ils ?

Nous verrons bien.

Dans les mois à venir, l’opinion publique va faire pression pour se faire vacciner, et les CDC prévoit de promouvoir énergiquement sa campagne de vaccination.

Ils prévoient même de distribuer des “badges ou des autocollants” pour que les personnes qui ont reçu une injection puissent en faire la publicité auprès des autres…

Les Centers for Disease Control and Prevention prévoient de proposer aux prestataires de soins de santé un modèle qu’ils pourront utiliser pour imprimer des badges ou des autocollants qui annonceraient le statut de vaccination d’une personne. L’idée est que le badge serait remis aux patients après qu’ils aient reçu leurs vaccins.

Cet effort fait partie d’une “boîte à outils” que les CDC prévoient de fournir aux systèmes de santé pour “éduquer et promouvoir la vaccination”, a déclaré un porte-parole des CDC à ABC News.

En outre, ces derniers jours, Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton et Joe Biden se sont tous engagés à se faire vacciner publiquement

Le président élu Joe Biden a déclaré qu’il prendrait publiquement un vaccin lorsqu’il sera disponible pour encourager le public à se faire vacciner, rejoignant ainsi trois anciens présidents qui se sont récemment engagés à faire de même.

M. Biden a déclaré qu’il serait “heureux” de se joindre aux anciens présidents Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton pour que le vaccin soit rendu public afin de prouver qu’il est sans danger.

Cela semble être un véritable coup de relations publiques pour les sociétés pharmaceutiques, mais si l’une d’entre elles a une quelconque réaction indésirable au vaccin, cela se transformera rapidement en un cauchemar de relations publiques.

Bien sûr, la vérité est que personne ne sait vraiment quels seront les effets secondaires à long terme des vaccins contre le COVID pour l’ensemble de la population.

Comme je l’ai déjà dit, cette toute nouvelle catégorie de vaccins à ARNm n’a jamais été testée auparavant, et ceux qui se présenteront les premiers pour obtenir un vaccin contre le COVID seront des cobayes.

Traduction de TheMostImportantNews.com par Aube Digitale


Partagé par http://www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien. N’hésitez pas à partager l’article. Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme.

Rejoignez-nous sur les nouveaux Réseaux Sociaux : Groupe Telegram Eveilhomme : https://t.me/joinchat/HMFcC4SWdqeVOwF4 ; Club VK : https://vk.com/club175930391 ; Chaîne Odysee : https://odysee.com/@Eveilhommme ; MeWe : https://mewe.com/i/nicolaseveilhomme ; Le Groupe MeWe Eveilhomme : https://mewe.com/join/eveilhomme

anime (95)CLIQUEZ ICI POUR UN SOUTIEN MENSUEL DE 9,99 EUROS (Annulable à tout moment) VOTRE SOUTIEN RÉGULIER EST UNE BÉNÉDICTION ! GRATITUDE INFINIE A TOUSanime (62)
Autres possibilités de soutien, cliquez ci-après : Campagne de soutien permanent sur Gofundme https://gf.me/u/ysawj4 ou Tipeee : https://fr.tipeee.com/eveilhomme

FAIRE UN DON PONCTUEL (UNique)

Nous avons grand besoin de votre soutien! Si le cœur vous en dit, renseignez le montant de votre don qui permettra de financer les frais liés au site, de le maintenir actif et en Vie. Renseignez le montant que vous désirez par tranche de 5€. Milles merci à tous. Plein de belles choses à tous ! Amour et Lumière

5,00 €

N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me

Eveil Homme

Chercheur spirituel et métaphysique, je suis en contact depuis plusieurs années avec des êtres galactiques. L'objet de ma démarche est d'informer les personnes intéressées par les questions liés aux nouvelles fréquences de réalité : ascension terrestre, éveil et chemin spirituel, nouvelles réalités, contactés extraterrestres et galactiques, être de lumière, divulgation, technologies nouvelles et ésotériques

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
%d blogueurs aiment cette page :