Les Géants de l’Egypte ancienne: Un héritage perdu des pharaons

Un article récent intitulé  » Le pharaon égyptien antique peut être le premier  » géant  » connu « , publié dans Live Science le 4 août, a révélé que le pharaon Sa-Nakht de la 3e dynastie, fouillé de Wadi Maghareh (situé dans la région de la péninsule du Sinaï), était un so- appelé «Géant» – le premier souverain géant connu de l’Égypte ancienne. Il mesurait 13 cm de plus que le robuste Ramsès II et 20 cm de plus que l’homme moyen pour l’époque. Bien qu’il ne mesurait que 1,85 m, cela a fait sensation dans les médias, mais veuillez noter que je suis de la même taille que ce «géant»!

Tout au long du passé de l’Égypte, de nombreux exemples de géants beaucoup plus grands ont été rapportés, fouillés, représentés dans l’art et des exemples momifiés qui ont été cachés au public. Nous avons découvert des cas allant de sept pieds (2,13 mètres) à seize pieds (4,88 mètres) de hauteur. Des recherches minutieuses sur des archives archéologiques, des textes archaïques, des journaux et des analyses de représentations de hiéroglyphes et d’art égyptien ont commencé à faire la lumière sur ce phénomène.

Toute la région du Moyen-Orient est le sujet de légendes tenaces concernant des humains géants, ainsi que des références dans la Bible – qui incluent Moïse fuyant l’Égypte et attaqué par les puissants Cananéens en Israël et au Liban actuels. Les comptes rendus de journaux confirment la réalité de ces tribus, et des squelettes et des ossements de proportions énormes ont été découverts dans cette région des « Terres de la Bible », ainsi que dans d’autres parties de l’Afrique et du Moyen-Orient.

Les découvertes en cours de «squelettes géants» rapportées en Amérique et dans d’autres parties du monde ont révélé un héritage perdu d’une race de colosses, qui commencent maintenant lentement à être inclus dans les archives historiques et archéologiques. L’Égypte ne fait pas exception, et mon co-auteur Jim Vieira et moi avons collecté des témoignages ces dernières années qui, pour la première fois, sont révélés dans cet article.

Les géants ont-ils construit la grande pyramide?

L’élite dirigeante des Khemit préhistoriques a toujours été considérée comme des super-humains, certains avec des crânes allongés, d’autres comme des êtres semi-spirituels et certains décrits comme des géants. Une légende archaïque raconte que les pyramides de Gizeh ont peut-être été construites par une race de géants. Il a été partagé dans une conférence par l’occultiste et franc-maçon Manly P. Hall (probablement enregistré dans les années 1980) et le géologue Kristan T. Harris l’a publié sur une vidéo Youtube. Il faisait à l’origine partie d’une conférence intitulée Atlantis et les dieux de l’Antiquité .

« On nous dit qu’en l’an 820 après J.-C. … revenons au temps de la gloire de Bagdad, le grand sultan, le disciple et descendant du grand El-Rashid des mille et une nuits, le sultan El-Rashid Al-Ma ‘ mun, a décidé d’ouvrir la Grande Pyramide. On lui avait dit qu’elle avait été construite par des géants, que l’on appelait les Sheddai, des êtres surhumains, et que dans cette pyramide et ces pyramides, ils avaient stocké un grand trésor au-delà de la connaissance de l’homme .

Les pierres d’enveloppe massives de la Grande Pyramide. En 832 après JC, la pyramide entière en était encore couverte. (Auteur fourni)

Il est vrai qu’en 832 après JC, Al-Ma’mun s’est rendu en Égypte et a été le premier «excavateur» de la Grande Pyramide, à une époque où elle était complètement encastrée dans des blocs de calcaire blanc. Qui sont les Sheddai est un autre mystère, mais pourrait faire référence à un autre nom de Shemsu Hor , ou  » disciples d’Horus  ». Cela pourrait également faire référence à Shaddād bin ‘Ad (roi de Ad), qui était censé être le roi de la cité arabe perdue d’ Iram des Piliers , dont un récit est mentionné dans la sourate 89 du Coran. Il est parfois qualifié de géant.

L ‘«entrée» de la Grande Pyramide qui fut entrée en 832 après JC. ( Olaf Tausch / CC BY 3.0 )

Les géants de la construction publicitaire et mégalithique en Égypte

L’ Akhbār al-zamān,  également connu sous le nom de Livre des Merveilles (vers 900 – 1100 après JC), est une compilation arabe de traditions médiévales sur l’Égypte et le monde avant le déluge. Il prétend que les habitants de ‘Ad’ étaient des géants, donc Shaddad en était probablement un, et il est dit qu’il « a construit les monuments de Dahchour avec les pierres qui avaient été sculptées à l’époque de son père . » Avant cela, le géant Harjit avait commencé sa construction. Plus tard, Qofṭarīm, un autre géant, « plaça des secrets dans les pyramides de Dahchour et d’autres pyramides, pour imiter ce qui avait été fait autrefois. Il a fondé la ville de Dendérah. » Dashur se compose de la pyramide rouge et de la pyramide courbée construites sous le règne du pharaon Sneferu (2613-2589 avant JC). Dendera se compose de piliers hautement décorés dédiés à la déesse Hathor.

La pyramide rouge et la pyramide courbée de Dashur, avec l’auteur de cet article debout devant. Photos de Hugh Newman.

Le texte poursuit en disant que Naqraus, le premier roi d’Égypte (après le déluge), avec ses compagnons « construisit des monuments, érigea de hautes tours et exécuta les œuvres merveilleuses », tandis que la ville de Memphis était l’œuvre d’un ensemble ultérieur des géants, qui ont travaillé pour le roi Misraim, un autre géant. Plus tard encore, il décrit le travail de plusieurs de ces colosses: « Adīm était un géant, avec une force insurmontable, et le plus grand des hommes. Il ordonna l’extraction des roches et leur transport pour construire des pyramides, comme cela se faisait autrefois. « 

Alors, que pensons-nous de ces histoires? Il semble que Manly P. Hall était au courant de ce texte et a tenté de le résumer dans sa conférence. L’auteur est d’avis que toutes les anciennes «traditions» méritent d’être reconnues, car nombre de ces traditions reposaient sur elle pour transmettre la connaissance et la sagesse à travers les générations.

Les «disciples d’Horus» étaient-ils des géants?

Les disciples d’Horus, qui auraient créé le monticule primordial de Gizeh, bien avant que les pharaons ne construisent les premières pyramides, sont parfois enregistrés comme des géants. Les premières fouilles archéologiques en Égypte montrent cette réalité:

«Vers la fin du IV millénaire avant notre ère, le peuple connu sous le nom de Disciples d’Horus apparaît comme une aristocratie hautement dominante qui gouvernait toute l’Égypte. La théorie de l’existence de cette race est étayée par la découverte dans les tombes prédynastiques, dans la partie nord de la Haute Égypte, des restes anatomiques d’individus avec des crânes et des bâtis plus grands que la population indigène, avec tellement de différence pour exclure toute hypothétique souche raciale commune. « 

Le professeur Walter B. Emery (1903-1971) était l’égyptologue qui a fouillé Saqqarah dans les années 1930 et y a découvert des restes prédynastiques. Ceux-ci avaient des crânes dolichocéphales, plus gros que ceux de l’ethnie locale, des cheveux blonds et une corpulence plus haute et plus lourde. Emery a annoncé que ce stock n’était pas indigène en Égypte mais avait joué un rôle sacerdotal et gouvernemental important dans le pays. Ce groupe a gardé ses distances avec les gens ordinaires, se mélangeant uniquement avec les classes aristocratiques et était considéré comme faisant partie du Shemsu Hor, les «disciples (ou disciples) d’Horus».

Début des fouilles à Saqqara montrant un enterrement typique. ( Société d’exploration égyptienne )

L’auteur Freddy Silva a également découvert une description alléchante de ces  » dieux géants  » dans les textes du bâtiment Edfu:

«Les conseils aux initiés dans le temple d’Edfou offrent un aperçu de ce à quoi les dieux constructeurs auraient pu ressembler, puisque les initiés avaient pour instruction de« se tenir debout avec les Ahau »(« Dieux qui se lèvent ») qui mesuraient 9 coudées de hauteur. Cela fait environ 15 pieds ou 4,6 mètres ! »

Artefacts géants du premier pharaon

Le premier pharaon d’Égypte (vers 3150 av.J.-C.) s’appelait Menes (ou Narmer), mais est plus connu sous le nom de «Roi Scorpion». Il n’y a aucune trace de sa stature, mais il est représenté comme étant très grand sur la célèbre palette Narmer (vers 3100 avant JC) et pendant son règne, des artefacts surdimensionnés ont été créés et sont maintenant conservés dans un musée à Oxford, en Angleterre.

La palette Narmer qui montre le roi géant vaincre ses ennemis. vers 3100 avant JC. ( Domaine public )

En juillet 2017, j’ai visité le musée Ashmolean pour enquêter sur les mystérieuses sphères de pierre sculptées écossaises, mais j’ai pris le temps de regarder l’exposition égyptienne. À ma grande surprise, il y avait un artefact géant évident de la première dynastie et une statue d’un pharaon géant de la deuxième dynastie qui aurait plus de 2,44 mètres de haut.

Dans la vitrine centrale, un objet étrange a attiré mon attention car il n’avait clairement pas l’air égyptien. La forme était exactement la même que celle d’un Boomerang australien, j’ai donc lu le panneau d’information et il l’a décrit comme un «bâton de jet». La connexion australo-égyptienne est un domaine de recherche fascinant, car j’ai visité les hiéroglyphes de Gosford au nord de Sydney qui pourraient indiquer un contact précoce entre ces cultures.

Dans la même vitrine, il y avait des couteaux en silex magnifiquement sculptés, mais il y en avait un si grand que je ne l’ai pas remarqué au début, car il occupait presque toute la largeur de l’armoire. Il était au moins dix fois plus gros que les autres et on aurait dit qu’il avait été «utilisé» comme couteau. Le panneau d’information dit que c’était «probablement cérémonial» car c’est la seule façon d’expliquer sa massivité. Il a été découvert à Hierakonpolis, sous les fondations d’un temple plus tardif de la première dynastie. Pourquoi il a été délibérément enterré et caché si complètement est inconnu, mais c’était peut-être d’une manière cérémonielle pour honorer les dieux, qui étaient très probablement des géants.

Couteau en silex surdimensionné au musée Ashmolean dit  » cérémonial  ». Photos de Hugh Newman.

Dans la vitrine opposée, des têtes de massues surdimensionnées qui étaient autrefois en possession du légendaire «Roi Scorpion» ont attiré mon attention dans le coin de la salle des Antiquités d’Égypte . Encore une fois, ils ont été décrits comme cérémoniels, mais auraient-ils pu être de la bonne taille, conçus pour les rois géants?

Les têtes de masse en calcaire sont des versions surdimensionnées des petites armes en pierre qui étaient des objets funéraires typiques de la période prédynastique. Ils sont devenus des symboles de l’élite égyptienne en 3100 avant JC. Photos de Hugh Newman.

Dans la suite de l’article, Hugh continue à considérer les personnages géants d’Égypte, y compris les pharaons qui mesuraient 2,44 mètres de haut (plus de 75 cm de plus que la norme et inhabituellement élevés même selon les normes d’aujourd’hui), des représentations de géants, les sarcophages surdimensionnés et les découvertes squelettiques géantes plus signalées.


Ajout Eveilhomme à l’article original :


Dans la première partie de cette enquête sur les géants, inspirée par le rapport de la découverte d’un soi-disant pharaon égyptien  » géant  » qui mesurait environ 13 cm de plus que l’égyptien moyen, Hugh Newman met en lumière des preuves de géants bien plus importants dans l’histoire égyptienne. Nous voyons ici certaines des preuves physiques les plus crédibles qui suggèrent l’existence d’Egyptiens beaucoup plus grands que la moyenne.

Un roi géant de plus de 2,45 m de haut

Le roi Khasekhemui (également orthographié Khasekhemwy et Khasekhem, vers 2690 avant JC) était le dernier dirigeant de la deuxième dynastie d’Égypte basée près d’Abydos et a été impliqué dans la construction de Hierakonpolis, la capitale prédynastique. C’est le même site où le couteau gigantesque mentionné précédemment a été découvert. Il a été enterré dans la nécropole d’Umm el-Qa’ab dans ce qui était autrefois décrit comme la plus ancienne structure de pierre en Egypte. La grande tombe en calcaire n’était en aucun cas sophistiquée et lorsque le professeur Robert Temple a enquêté sur le site en 2001, il a été étonné que la qualité de la construction soit si primitive. Surtout par rapport à la pyramide à degrés de Djoser à Saqqarah, datée du début de la troisième dynastie, quelques années plus tard. On pensait également que Djoser avait «enterré» Khasekhemui sur ce site avant de se déplacer vers le nord dans la région de Saqqarah. 

En haut: Bâtiments mortuaires à Hierakonpolis. En bas: le site de sépulture et le plan du cimetière. Avec l’aimable autorisation de Google Earth et  » Odyssey, Adventures in Archaeology « 

Le squelette de Khasekhemui n’a jamais été retrouvé, ce qui suggère qu’il a été pillé bien avant les fouilles. Le roi de la deuxième dynastie est unique dans l’histoire égyptienne car il a à la fois les symboles d’Horus et de Set sur son serekh. Certains égyptologues pensent qu’il s’agissait d’une tentative d’unifier les deux factions, mais après sa mort, Set a été définitivement retiré du serekh. Il était le premier roi égyptien connu pour avoir construit des statues de lui-même.

Mais la chose la plus surprenante à propos de ce pharaon était le fait qu’il était en quelque sorte un géant. Flinders Petrie, qui a fouillé le site pour la première fois, a trouvé des preuves du 3e siècle avant JC qu’il mesurait «… 5 coudées et 3 paumes de haut, ce qui ferait environ 8 pieds anglais (2,44 m), si la courte coudée de 17,4 pouces était utilisée .  » Dans la traduction la plus récente de Manetho, il est dit: « Il mesurait cinq coudées et trois paumes (huit pieds et demi) . » On pense que  Manetho était un prêtre égyptien de  Sebennytus qui a vécu pendant l’ère ptolémaïque au début du 3ème siècle avant JC et il a écrit sur ce géant à  Aegyptiaca (Αἰγυπτιακων), ou Histoire de l’Égypte, un livre écrit à la demande de Ptolémée II Philadelphus.

Cependant, si nous utilisons le ‘Royal Cubit’, sa hauteur augmente à 14 pieds, 7 pouces (4,45 mètres) de hauteur. Considérant qu’il était un « roi », la coudée « royale  » devrait peut-être être considérée, mais ce type de stature est bien en dehors de la gamme normale des humains, donc bien que tentant et en corrélation avec d’autres comptes, la plage de hauteur plus conservatrice de 8 pieds à 8 pieds 6 pouces (2,44-2,6 mètres) est beaucoup plus probable. Une statue de lui est exposée au musée Ashmolean d’Oxford, mais elle ne donne pas de détails sur sa taille.

Statue en pierre calcaire de Khasekhemui à l’Ashmolean Museum d’Oxford. Photo par Hugh Newman.

On dit que le pharaon Khasekhemui a régné pendant 48 ans et a uni la Haute et la Basse Égypte pendant son règne. Peut-être était-il craint, car un roi de cette stature devait être très influent et dominer ses contemporains et ses ennemis. Il est également important de noter que la première preuve d’inscription d’un roi égyptien sur le site libanais de Byblos appartenait au règne de Khasekhemui.

Étant très proche d’Abydos et du temple englouti antérieur appelé l’Osirion, peut-on considérer qu’il a été impliqué dans sa construction supérieure? Cela expliquerait certainement comment de tels blocs massifs auraient pu être mis en place, mais la pierre primitive de son règne est incompatible avec cela.

L’Osirion à Abydos montrant une construction en pierre sophistiquée. Photo par Hugh Newman.

Fait intéressant, la célèbre liste des rois d’Abydos est gravée sur le temple de Seti l à Abydos et des représentations de la 19e dynastie montrent un Seti plus grand que nature représenté à environ 2,44 mètres de haut. Dans une étrange tournure, Khasekhemui a été omis de la liste finale, de même que certains autres rois notables, qui étaient apparemment considérés comme illégitimes.

La liste des rois d’Abydos est une liste des noms de soixante-seize rois de l’Égypte ancienne, trouvés sur un mur du temple de Seti I à Abydos, en Égypte. Cette liste omet les noms de nombreux pharaons antérieurs, tels que Khasekhemui. ( Domaine public )

Représentation d’un géant à Saqqarah

La troisième dynastie a vu la grande pyramide de Saqqara construite avec de nombreux autres temples dans le complexe. Djoser, qui a enterré le gigantesque roi Khasekhemui (et peut-être était son fils), était le dirigeant de Saqqara lors de sa construction. Dans le complexe, une peinture d’un géant qui semble clairement avoir un crâne allongé a été photographiée avec l’égyptologue Zahi Hawass l’examinant. Il n’a pas l’air trop content! Cependant, cela pourrait être une représentation des squelettes qui ont été fouillés par Emery dans les années 1930 « d’ individus avec des crânes plus gros et des bâtis plus grands que la population indigène » ?

Zahi Hawass et un archéologue inspectant une représentation d’un possible géant à Saqqarah en 2007. Avec l’aimable autorisation d’AP Photo / Ben Curtis.

Les géants du temple d’Isis

Cette histoire inhabituelle a été rapportée dans plusieurs journaux en 1895 et 1896, mais nous en présentons la version la plus ancienne et la plus complète. La photo est une reconstruction du temple d’Isis, d’où provient le récit.

Il est apparu à l’origine dans The Arizona Silver Belt ., 16 novembre 1895 avec le titre Géants égyptiens préhistoriques :

« En 1881, lorsque le professeur Timmerman s’est engagé à explorer les ruines d’un ancien temple d’Isis sur les rives du Nil, à 25 Km au-dessous de Najar Djfard, il a ouvert une rangée de tombes dans lesquelles une race préhistorique de géants avait été enterrée. Le plus petit des squelettes sur une soixantaine de mètres, qui ont été examinés à l’époque où Timmerman fouillait à Najar Djfard, mesurait 2,4 mètres de long et 3,4 mètres. Des tablettes commémoratives ont été découvertes en grand nombre, mais il n’y avait pas de trace cela laissait même entendre qu’ils étaient dans la mémoire d’hommes d’une taille extraordinaire. On pense que les tombes remontent à l’année 1043 avant J.C.

Le temple d’Isis sur l’île de Philae avec le compte rendu de journal détaillant la découverte de géants. Photo par Hugh Newman.

Il n’y a pas plus d’informations sur ce rapport, mais il a été répété dans The Arizona Weekly Citizen , 1er février 1896, et dans plusieurs autres journaux.

Doigt momifié de géant de 5 mètres de haut

Photo du doigt momifié avec mesures, gracieuseté de Gregor Sporri.

Selon le journal allemand BILD.de, un propriétaire de boîte de nuit suisse nommé Gregor Spörri a pris un certain nombre de photos d’un doigt géant momifié en 1988. Le propriétaire était un voleur de tombes à la retraite qui était basé dans le quartier de Bir Hooker, près de Sadat City , à environ 100 km (62,14 miles) au nord du Caire. Le doigt mesure près de 35 cm de long et, s’il est authentique, il appartenait à une personne estimée entre 15 et 16 pieds (4,57 à 4,88 mètres) (ou à quelqu’un avec des mains surdimensionnées!). Cependant, la découverte n’a été révélée que le 9 mars 2012, vingt-quatre ans plus tard, et depuis lors, il n’y a pas eu de rejet officiel de la découverte. Nagib a dit à Gregor qu’il avait été découvert il y a environ 150 ans et qu’il avait été gardé dans la famille, qui s’était même donné la peine de se faire radiographier le doigt pour confirmer son authenticité dans les années 1960. Spörri a dû payer 300 dollars pour voir le doigt momifié et le prendre en photo.

« Nagib a refusé de dire à Spörri où le doigt a été trouvé mais a fait allusion à une pièce cachée dans le sous-sol de la Grande Pyramide où se trouvent d’énormes tombes vides. Nagib a clairement indiqué que la relique n’était pas à vendre car elle était trop importante pour la famille de Nagib. Avant de retourner à son hôtel, Spörri a pris un certain nombre de photos où il a mis un billet de banque à côté du doigt pour indiquer la taille .

Plus d’images du doigt, y compris une radiographie réalisée dans les années 1960. Avec l’aimable autorisation de Gregor Sporri.

Le problème est que dix-neuf ans plus tard, il est retourné en Egypte pour localiser le monsieur, mais il n’a pas pu trouver Nagib et personne ne savait où il était. Un échantillon d’ADN aurait été utile, mais la radiographie, les photographies détaillées et sa description approfondie suggèrent qu’il s’agissait d’un véritable doigt momifié.

« Spörri a observé le doigt en détail et a pu déterminer que ce qu’il tenait était vieux, organique et humanoïde. Le doigt avait l’air d’avoir été coupé avec une précision anatomique et, à certains endroits, il était émietté. La peau coriace était déchirée par endroits et la peau avait quelques mm d’épaisseur. Entre les plis cutanés séchés, il pouvait voir des restes de champignons et l’ongle était lâche. La surface de la peau a été endommagée à certains endroits, comme si des souris l’avaient rongée. L’os était ligneux .

Les photos et radiographies ont été examinées par des professionnels qui n’ont pu voir aucune preuve de falsification.

Le cimetière Million-Mummy révèle un squelette de 2,15 mètres environ

Un cimetière appelé Fag el-Gamous, qui signifie Chemin du buffle d’eau, et une pyramide à proximité ont été fouillés par des archéologues de l’Université Brigham Young au cours des 30 dernières années. La plupart des momies découvertes datent de l’époque où l’Empire romain ou byzantin régnait sur l’Égypte, du 1er siècle au 7ème siècle après JC. La pyramide, cependant, peut dater d’environ 2500 avant JC, l’époque où les pyramides de Gizeh étaient en cours de construction.

Enterrement de Fag el-Gamous. Gracieuseté de BYU Excavations.

 » Nous sommes à peu près certains que nous avons plus d’un million de sépultures dans ce cimetière. Il est grand et dense « , a déclaré le directeur du projet Kerry Muhlestein, professeur agrégé au Département des Écritures anciennes de l’Université Brigham Young, dans un article qu’il a présenté à la Colloque de la Society for the Study of Egyptian Antiquities Scholars, qui s’est tenu en novembre 2014 à Toronto. Cependant, on pense maintenant (à partir de 2017) qu’il est plus probable qu’il s’agisse de dizaines de milliers de tombes.

Une découverte qui n’a jamais été officiellement publiée était celle d’une momie qui mesurait plus de 2 mètres de haut. «Une fois, nous avons trouvé un homme qui mesurait plus de 2,15 mètres et qui était beaucoup trop grand pour tenir dans le manche, alors ils l’ont plié en deux et l’ont jeté dedans .

La petite pyramide qui date d’environ 2500 avant JC, la même époque que la Grande Pyramide de Gizeh. Gracieuseté de BYU Excavations.

Ce nombre de sépultures à côté d’une si petite colonie a soulevé de nombreuses questions, notamment parce que la pyramide a au moins 2500 ans de plus que le cimetière, contemporaine de Saqqarah et des premières phases de la Grande Pyramide. L’énorme quantité de corps qui se sont retrouvés ici reste un mystère. Ont-ils été amenés d’autres régions parce que c’était une zone sanctifiée? Ou y a-t-il une autre raison? Quoi qu’il en soit, quelques jours après la publication de cette histoire, les archéologues ont été invités à arrêter les fouilles par les autorités égyptiennes et leurs permis de creuser ont été révoqués. « Le département suspendra toute mission archéologique si son directeur néglige d’informer « immédiatement » l’office de toute nouvelle découverte, le règlement le stipule ». A t-il été interrompu parce qu’ils révélaient au monde les géants de l’Égypte ancienne?

Rien n’indiquait si la momie géante avait des signes de gigantisme, mais cela donne encore plus de crédit à l’idée que les géants vivaient et prospéraient dans l’Égypte ancienne, qu’ils soient des pharaons avec des sépultures élaborées, ou pliés et jetés dans des trous dans le désert.

Géants dans l’art égyptien

Dans cette image suivante, nous pouvons voir divers exemples d’inscriptions et d’art égyptiens qui semblent représenter des géants à côté de personnes de plus petite stature. Certains ont attiré mon attention, tandis que d’autres pourraient simplement être des adultes avec des enfants, ou l’art de se glorifier.

Diverses représentations de géants de l’art égyptien recueillies par Muhammad Abdo. Avec l’aimable autorisation de Muhammad Abdo.

Le chercheur Muhammad Abdo a compilé la plupart des images de la compilation ci-dessus. Jetez un coup d’œil par vous-même, car il est difficile de dire s’il s’agit de représentations réalistes ou d’impressions artistiques, mais elles valent la peine d’être notées de toute façon.

Sarcophages géants d’Égypte

Trois exemples de cercueils massifs de l’Égypte ancienne. Gracieuseté de Muhammad Abdo

Selon certains chercheurs, de gigantesques cercueils sont la preuve de la présence de géants en Egypte. J’en ai vu quelques-uns lors de mes voyages, mais il se pourrait simplement qu’ils les aient rendus plus grands que nécessaire pour impressionner les autres ou pour faire comprendre aux dieux de l’au-delà qu’ils étaient de souche royale. Certains exemples, cependant, posent quelques questions délicates. Le Serepeum près de Saqqara est composé de 25 cercueils massifs en granit et en diorite pesant jusqu’à 70 tonnes chacun et des taureaux Apis momifiés y ont été scellés dans le cadre d’un culte ancien. Un taureau a été trouvé, mais un seul, ce qui a conduit à supposer que les autres étaient autrefois utilisés pour des humains géants. Un autre énorme sarcophage est situé sous le plateau de Gizeh dans ce qu’on appelle le «puits d’Osiris». Il est en partie immergé sous l’eau, est rarement visité ou photographié, et est profondément sous la chaussée en pierre de la soi-disant pyramide de Khafre.

Le cercueil en albâtre de Seti l mesure 2,84 mètres de long et se trouve actuellement au Soane Museum de Londres. Il était également la figure plus grande que nature représentée sur les listes de roi d’Abydos et avec la masse de son cercueil, vous sauteriez à la conclusion qu’il devait être un très grand pharaon.

Le cercueil en albâtre de 9 pieds 4 pouces de Seti l est maintenant exposé au Soane Museum de Londres. Du sarcophage de Seti I, roi d’Égypte, en 1370 av. J.-C. par EA Wallis Budge, Musée de Sir John Soane. 1908.

Cependant, sa momie a également été découverte, et elle mesurait 1,7 mètre de haut, donc même s’il y a des cercueils géants et des impressions artistiques de très grands Egyptiens, cela ne signifie pas qu’ils représentent de véritables géants humains.

Gigantisme dans l’Égypte ancienne

Nous avons commencé notre enquête avec, eh bien, le plus petit géant découvert dans l’Égypte ancienne, qui correspond juste à ma taille de 1,80 mètre. (1,87 mètres). Même à cette faible hauteur, Michael Habicht et ses collègues ont conclu que Sa-Nakht souffrait probablement de gigantisme après avoir réanalysé le crâne et les os présumés du pharaon. Ils ont dit: « Les os longs du squelette ont montré des preuves de ‘croissance exubérante’, qui sont des signes évidents de gigantisme . » C’est donc la vraie raison pour laquelle il a été qualifié de ‘géant’, pas à cause de sa stature stupéfiante.  » En fait, il n’aurait probablement pas été assez grand pour faire une équipe de basket-ball aujourd’hui – un centre NBA typique se situe dans la plage de 2,15 mètres. Il y a très peu de récits de gigantisme dans les archives historiques, c’est donc intéressant en soi. La plupart des récits semblent indiquer une ossature squelettique humaine normale, sans signes d’irrégularité hypophysaire.

Souffrant de gigantisme, Sa-Nakht mesurait 1,80 mètre, mais sur l’échelle de hauteur inférieure des «  géants  » présentée dans cet article. Gracieuseté de Live Science.

Quoi qu’il en soit, avec ces découvertes présentées dans cet article, cela justifie simplement l’existence de géants en Égypte préhistorique et dans le monde, et plus nous explorons les archives de chaque pays, plus nous trouvons d’exemples. Certains de ceux inclus dans cet article ne sont pas particulièrement grands, mais cela renforce l’idée que ceux qui sont nés avec des gènes géants étaient honorés et respectés et faisaient partie de la lignée royale des tout premiers dirigeants de l’Égypte ancienne. Cela peut même faire la lumière sur la façon dont ces grosses pierres ont été extraites et mises en place, car seuls des géants, une technologie très avancée ou des architectes ingénieux auraient pu accomplir une tâche aussi gargantuesque. 

Par  Hugh Newman

Source de l’article :

https://www.ancient-origins.net/unexplained-phenomena/giants-ancient-egypt-part-1-lost-legacy-pharaohs-008739

https://www.ancient-origins.net/unexplained-phenomena/giants-ancient-egypt-part-ii-physical-evidence-giant-characters-008745

Image à la Une: Preuve suggérant la possibilité de géants dans l’Égypte ancienne. Source: Hugh Newman


Traduit et Partagé par http://www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.

Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme.

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux ( https://www.facebook.com/eveilhommelemag/ NewsLetter et à partager l’article. 

anime (95)CLIQUEZ ICI POUR UN ABONNEMENT MENSUEL DE 9,99 EUROS (Annulable à tout moment) VOTRE SOUTIEN RÉGULIER EST TRÈS IMPORTANT ! GRATITUDE INFINIE A TOUSanime (62)
Autre possibilité de soutien, cliquez ci-après : Campagne de soutien permanent sur Gofundme https://gf.me/u/ysawj4

FAIRE UN DON PONCTUEL

Nous avons grand besoin de votre soutien! Si le cœur vous en dit, renseignez le montant de votre don qui permettra de financer les frais liés au site, de le maintenir actif et en Vie. Renseignez le montant que vous désirez. Milles merci à tous. Plein de belles choses à tous ! Amour et Lumière

€1,00

N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me

Eveil Homme

Chercheur spirituel et métaphysique, je suis en contact depuis plusieurs années avec des êtres galactiques. L'objet de ma démarche est d'informer les personnes intéressées par les questions liés aux nouvelles fréquences de réalité : ascension terrestre, éveil et chemin spirituel, nouvelles réalités, contactés extraterrestres et galactiques, être de lumière, divulgation, technologies nouvelles et ésotériques

2 réflexions sur “Les Géants de l’Egypte ancienne: Un héritage perdu des pharaons

  • 3 septembre 2020 à 11:44
    Permalien

    Des géants? il suffit de lire l’oeuvre de Zecharia Sitchin, tout y est dit. (la douzième planète, Cosmogonie, etc.)

    Répondre
    • 3 septembre 2020 à 15:19
      Permalien

      Merci. Oui c’est une oeuvre très intéressante mais qu’il convient de recouper impérativement avec d’autres informations pour la comprendre, la compléter, la recouper, l’évaluer. Namaste

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
%d blogueurs aiment cette page :