Ne pas nourrir l’ombre ?

ob_8ecc08_p4300585

Photo Michèle Théron

Dans ces temps de grandes révélations, j’entends beaucoup de personnes dire , il ne faut pas parler de cela, car ça nourrit l’ombre, ça nourrit la matrice, ça renforce l’ombre, etc.

Je suis la plupart du temps interpellée par ces phrases.

D’abord parce que j’ai appris, et aussi expérimenté, qu’il est difficile de transmuter quelque chose sans l’identifier, sans le nommer, afin que dans un processus d’accueil et de reconnaissance, cela perde de sa force et puisse se transformer vers un nouveau plus lumineux.

Ensuite parce que je ne comprends pas que lorsqu’on révèle des choses concernant la société et certains abus ou systèmes de manipulation, on dit qu’on « nourrit l’ombre », et lorsque l’on dénonce les abus sexuels ou la pédophilie par exemple, on considère cela comme absolument nécessaire, voir thérapeutique de mettre tout cela en lumière.

Pourquoi y aurait-il des choses nécessaires à révéler et d’autres non ?

Qu’est-ce qui, éventuellement, peut alourdir nos systèmes de croyances, la société ou le monde ? Probablement pas le fait de voir ces choses, mais de continuer à y être identifiés et d’entrer dans des émotions qui elles-mêmes ne seront pas accueillies et viendront se renforcer encore et encore.

Dans l’absolu, il conviendrait donc de voir, de regarder tout ce qui est, de ne rien laisser de côté, mais d’éviter de s’identifier au bourreau ou à la victime, d’éviter les jugements extrêmes, même s’il paraît inévitable d’en avoir, ne serait-ce que par l’évaluation que l’on fait en fonction de nos valeurs.

Il en est ainsi pour les émotions. Si vous dites seulement, par exemple, je dis adieu aux traumas de mon enfance, ce n’est plus la peine d’en parler, ce n’est pas cela qui va dissoudre la mémoire, active non seulement dans le cerveau mais aussi dans la mémoire cellulaire au niveau du corps.  Il va falloir d’abord identifier les multiples aspects de ce trauma, les nommer, voir leur mouvement psychique, repérer nos attachements, nos croyances qui en découlent, nos peurs à lâcher quoi pour quoi, faire une sorte de cartographie de ce qui nous habite, pour identifier que cela est en nous, l’accueillir et ensuite seulement décider si c’est à transformer ou à mettre en dehors de notre système parce que reconnu comme complètement inutile ou destructeur.

Tous les traumatisés de guerre, qui ne parlent jamais de leurs traumas, mais qui continuent d’être agis par eux pendant des décennies, parfois avec une rare violence à l’encontre d’eux-mêmes ou de leurs proches, sont la preuve vivante qu’il ne suffit pas de se taire pour faire disparaître nos ombres.

Une autre interrogation m’est aussi venue.

En ce moment, nous parlons beaucoup de manipulations graves concernant la santé, la politique, l’économie, les pertes de liberté, les risques d’enfermement de l’humanité dans un rôle de bétail qui servirait les intérêts d’une élite avide de pouvoir, de folie, et de profits n’allant pas dans le sens du bien-être du plus grand nombre. Les informations sortent et explosent comme des grains de pop-corn sortis du feu et cela, bien-sûr, peut être effrayant d’être confrontés à autant de nouveautés, autant de malversations et de programmes qui semblent nous échapper et sur lesquels, pensons-nous, nous n’avons aucun pouvoir immédiat.

Alors quoi ? En parler, nommer ces personnes dont on commence à connaitre les profils, révéler les intentions qui étaient jusque là cachées ou méconnues, cela « nourrirait l’ombre », cela donnerait du poids au « négatif » ?

Alors cette image m’est venue. Au moment de l’avènement d’Hitler, au cœur de l’horreur la plus sombre de l’histoire, un silence presque total régnait sur la terre, et personne ne dénonçait rien, personne ne parlait des camps, personne n’élevait sa voix pour s’opposer à l’impensable.

Est-ce que ce silence a permis d’éviter l’horreur ?

Alors comment pouvons-nous trouver le juste milieu, entre voir les ombres et honorer la lumière, comment marcher en équilibriste entre ces deux polarités ?

Probablement en n’oubliant pas de se nourrir soi-même de toutes les belles choses, de savoir regarder la Vie sous toutes ses formes, la beauté du monde qui existe malgré tout cela, en honorant chaque instant de beauté et en honorant notre désir profond d’unité, même si nous n’avons pas encore les clés pour créer le futur auquel nous aspirons.

Comprendre que plus nous sommes témoins de l’ombre, plus nous devons l’éclairer et y mettre de l’amour. Car en effet, il est possible de se perdre dans l’ombre ou dans la contestation. Verser dans la haine n’apportera rien, et là, en effet, nous ne faisons que renforcer l’ombre puisque nous n’y ajoutons pas notre graine de lumière.

Dans cet élan qui nous pousse vers un monde meilleur, comment pouvons-nous faire si nous ne savons pas à quoi dire adieu, si nous ne faisons pas ce travail de conscience qui consiste à voir tout ce que se passe et que nos filtres avaient jusque-là masqué ?

Pour faire un tri, il faut pouvoir développer son discernement, il faut lever nos propres voiles, il faut pouvoir hiérarchiser les informations par rapport à nos valeurs, il faut affiner notre compréhension, notre jugement, voir qu’une information peut en cacher une autre. Cela demande un travail intellectuel et psychique.

Ce n’est pas nommer l’ombre qui la renforce, c’est notre regard et notre accueil qui font la différence et notre courage à aller débusquer tous les aspects de la forme qu’elle prend et de les reconnaître. Cela demande beaucoup de réajustements.  Et, oui, voir demande beaucoup de courage. Et voir suggère de finalement s’engager et de poser aussi des actions.

Et la Conscience s’expérimente au travers de chacun d’entre nous. Nous avons, tels les colibris, chacun notre note, notre part à jouer. Celui qui médite vaut celui qui dénonce et explique, car ramenée à la totalité, chaque expérience nourrit l’ensemble.

La question peut être : comment puis-je nourrir la Vie ?

Parfois, au nom de la Vie il convient de dénoncer l’inacceptable.

Michèle Théron

http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/2020/05/ne-pas-nourrir-l-ombre-michele-theron.html


Partagé par http://www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.

Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme.

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux ( https://www.facebook.com/eveilhommelemag/ NewsLetter et à partager l’article. 

anime (95)CLIQUEZ ICI POUR UN ABONNEMENT MENSUEL DE 9,99 EUROS (Annulable à tout moment) GRATITUDE A TOUSanime (62)

FAIRE UN DON PONCTUEL

Nous avons grand besoin de votre soutien! Si le cœur vous en dit, renseignez le montant de votre don qui permettra de financer les frais liés au site, de le maintenir actif et en Vie. Renseignez le montant que vous désirez. Milles merci à tous. Plein de belles choses à tous ! Amour et Lumière

€1,00

N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me

Eveil Homme

Chercheur spirituel et métaphysique, je suis en contact depuis plusieurs années avec des êtres galactiques. L'objet de ma démarche est d'informer les personnes intéressées par les questions liés aux nouvelles fréquences de réalité : ascension terrestre, éveil et chemin spirituel, nouvelles réalités, contactés extraterrestres et galactiques, être de lumière, divulgation, technologies nouvelles et ésotériques

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
%d blogueurs aiment cette page :