Devoir d’avertir : Les raisons pour lesquelles l’Organisation Mondiale de la Santé mérite notre méfiance

Devoir d’avertir : Les raisons pour lesquelles l’Organisation Mondiale de la Santé mérite notre méfiance

Par Richard Gale & Gary Null, médecins

Réseau de radios progressistes, le 8 mai 2020

« La corruption est incorporée dans les systèmes de santé. Pendant ma vie – en tant que chercheur, employée dans la santé publique et Ministre de la Santé – j’ai pu voir la malhonnêteté et la fraude bien établies. Mais bien qu’étant l’une des plus importantes barrières à la mise en oeuvre d’une couverture universelle de santé dans le Monde, la corruption est rarement discutée ouvertement. »

Dr Patricia Garcia, dans son article puissant paru dans en novembre 2019 dans le journal Lancet : « Corruption dans la Santé Mondiale : Un Secret de Polichinelle ». Il y a beaucoup plus de questions qui sont soulevées que l’on ne découvre de réponses au sujet des récentes souches du coronavirus. D’où et comment est-il apparu ? Quel est le résultat de l’ingénierie et de la manipulation humaines, oui est-ce que c’est une souche qui a muté naturellement ? Quels sont les meilleurs tests pour déterminer l’exposition et l’infection ? Pour quelle raison y a-t-il autant de personnes infectées qui sont asymptomatiques ? Est-ce que toutes les personnes sont vulnérables de la même manière à l’infection et dans quelle mesure les comorbidités déterminent-elles les issues ?

Voilà juste quelques-unes des questions importantes qui demandent toujours encore des réponses définitives. L’administration internationale suprême pour les maladies infectieuses est l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). A cause de son approbation par les gouvernements nationaux du Monde, elle a été extrêmement performante dans sa mission. L’OMS a le dernier mot pour déterminer si la propagation d’un agent pathogène grave est déclaré comme pandémie ou non. Pour la grande majorité du corps médical, des médias et du citoyen moyen, l’OMS est le poste de commandement du front pour la prévention médicale (par exemple la vaccination) et les traitements.

Par conséquent, ses décisions sont souvent considérées comme étant la référence absolue (en anglais ’gold standard’ – NdT) par laquelle de nombreuses nations élaborent leurs politiques de santé et leurs protocoles d’intervention afin de protéger leurs citoyens. En matière de santé mondiale, l’OMS détient le pouvoir.

Le Directeur Général de l’OMS nous dit actuellement que les solutions pour limiter la pandémie du COVID-19 est l’isolement volontaire, la distanciation, les masques et, pour ceux qui sont dans un stade aigu d’infection, le respirateur artificiel. A ce jour il n’y a pas de médicament qui soit universellement sûr et efficace qui ait été découvert. Donc, tous les efforts, avec des financements massifs sont consacrés pour obtenir rapidement un vaccin coronavirus sur le marché.

Et dans cet effort, l’OMS est un allié proche et un avocat du système de santé fédéral US, notamment du CDC et de l’Institut National des Allergies et des Maladies Infectieuses (en anglais NIAID) dirigé par le Dr Anthony Fauci. La plupart des gens supposent que l’OMS agit de manière indépendante des intérêts commerciaux privés et des gouvernements nationaux pour le bien-être de la population du Monde. Néanmoins, ceci est au mieux une supposition. En plus, la légitimité même de l’OMS en tant que référence absolue est discutable.

L’organisation a été accusée de conflits d’intérêts avec des sociétés pharmaceutiques privées et avec des méga organismes philanthropiques, telle que la Fondation Bill et Melinda Gates, tout comme elle a été accusée d’être truffée d’alliances politiques, d’idéologies et de motifs mercantiles.

Un article dans le National Review a dit de l’OMS qu’elle « baignait dans le scandale » avec « des dépenses inutiles, une ignorance totale pour la transparence, une incompétence générale, et une incapacité à respecter même les plus basiques des standards démocratiques. »

Nous aimerions également ajouter que son niveau d’incompétence a donné lieu à de graves désinformations sur les risques médicaux des vaccins et d’autres produits chimiques dangereux pour la santé. Par exemple, durant les premiers stades de l’épidémie de COVID-19 en Chine, l’organisation a déclaré qu’elle ne pouvait pas trouver de preuve d’une transmission humaine. Maintenant nous savons que c’est peut-être l’infection des voies respiratoires la plus contagieuse que nous ayons rencontrée dans l’histoire médicale moderne.

Etant donné les sphères du pouvoir qui sont à l’intérieur de l’OMS, nous exposons quelques-unes des raisons les plus saillantes pour lesquelles on ne devrait pas faire confiance aux déclarations de l’organisation au sujet des maladies infectieuses, des pandémies et de la vaccination.

Mauvaise conduite dans la promotion des vaccins

Très peu de gens sauront que pendant longtemps les recommandations de l’OMS pour certains vaccins étaient tenues secrètes. En écrivant dans un numéro du Journal des Médecins et Chirurgiens Américains, le Dr Marc Girard a découvert « de l’incompétence scientifique, de la mauvaise conduite ou même de la malfaisance criminelle » au sujet de l’exagération intentionnelle des bénéfices des vaccins tout en minimisant la toxicité et les effets indésirables.

Le Dr Girard a été appelé en tant qu’expert médical par les tribunaux français lors de diverses procédures civiles et pénales, après que les autorités sanitaires françaises eurent lancé la campagne de vaccination Hépatite B universelle, initiée sous la pression de l’OMS. La campagne a entraîné des décès chez les enfants français. Par voie de conséquence, Girard a eu accès à des documents confidentiels,montrant notamment l’existence d’une étude falsifiée à l’initiative du fabricant SmithKlineBeecham.

Il remarque que les « chiffres français au sujet des maladies chroniques du foie » « étaient tout simplement extrapolés à partir des rapports américains ». Il a en outre accusé l’OMS de servir « avant tout d’écran pour la promotion commerciale, en particulier via le Conseil de Prévention de l’Hépatite Virale (en anglais Viral Hépatitis Prevention Board – VHPB – NdT), qui a été créé, financé et infiltré par les fabricants. »

Orchestration de paniques de pandémie

Avant l’actuelle pandémie COVID-19, il y a eu la frayeur de la grippe porcine H1N1 en 2009 qui est arrivée et partie aussi rapidement et tranquillement qu’une souris d’église. Néanmoins, au tout début de cette non-épidémie, les propos alarmistes de l’OMS d’une contagion mondiale qui pouvait excéder le nombre de décès de la pandémie de la grippe espagnole de 2018 étaient basées sur de fausses suppositions.

On pense savoir que les inventions proviennent du consultant principal de l’OMS sur les épidémies virales qui se trouve être un des alarmistes vedettes de pandémies mondiales : le Dr Osterhaus, qui porte le surnom de « Docteur Grippe ».

Osterhaus est à la tête du Département de Virologie de l’Université Erasme aux Pays-Bas.
A l’époque de la pandémie H1N1, il était président du Groupe Européen de Travail sur l’Influenza (ESWI), une organisation financée par les plus grands fabricants de vaccins parmi lesquels Baxter, MedImmune, Glaxo, Sanofi Pasteur et autres.

C’est le projet de l’ESWI de vacciner le Monde entier contre la grippe porcine. C’était également Osterhaus qui a transformé ce qui aurait été une mauvaise saison grippale potentielle en une pandémie mondiale.

L’OMS a été sévèrement critiquée dans les médias pour avoir changé la définition d’une ‘ »pandémie’ » et en faisant cela a été accusée d’en faire bénéficier l’industrie pharmaceutique. En plus, le British Medical Journal a rapporté que l’OMS n’a pas rapporté les conflits d’intérêt dans son comité consultatif H1N1.

La rédactrice en chef du journal, Fiona Godlee a écrit, « L’OMS doit maintenant agir à restaurer sa crédibilité, et l’Europe devrait légiférer. » D’après une prévision financière publiée par JP Morgan, la collaboration entre l’OMS et l’ESWI de Osterhaus pour orchestrer la pandémie, aurait profité à l’industrie pharmaceutique qui aurait empoché jusqu’à 10 milliards de dollars.

Le populaire magazine Der Spiegel a rapporté : « L’OMS et ceux qui sont en charge de la santé publique, les virologistes et les laboratoires pharmaceutiques … ont créé tout un système autour de l’imminence d’une pandémie. Il y a un tas d’argent en jeu, tout comme des réseaux d’influence, des carrières et des institutions entières ! Et à la minute même où l’un des virus de la grippe mute nous verrons toute la machine se mettre en action. »

Epidémie de conflits d’intérêts

D’après l’ancien analyste en géopolitique de la Banque Mondiale, Peter Koenig, la moitié du budget de l’OMS provient de sources privées – essentiellement des compagnies pharmaceutiques mais également d’autres secteurs d’entreprises parmi lesquelles les télécommunications et les industries agrochimiques. L’OMS reçoit également des dons importants d’organismes philanthropiques telles que la Fondation Bill et Melinda Gates.

On pense, d’après Koenig, que la nomination de l’actuel Directeur Général de l’OMS , le Dr Tedros Adhanon (qui n’est pas médecin et dont le nom est Ghebreyesus – NdT), est due à l’influence de Gates. Tedros est l’ancien président de GAVI Vaccine Alliance fondée par Gates. (GAVI pour Global Alliance for Vaccines and Immunization – Alliance Mondiale pour les Vaccins et l’Immunisation – NdT)

La seule mission de la GAVI est de vacciner tous les enfants du Monde.

L’OMS, les gouvernements des Etats-Unis et Britannique sont les principaux partenaires et le plus grand donateur est la Fondation Bill et Melinda Gates. Nous pensons qu’il n’y a que peu de doute que l’OMS est une autre des entités que Gates a achetées afin de promouvoir son programme personnel de promotion des vaccins, des semences génétiquement modifiées et de l’agriculture chimique dans les pays en voie de développement.

Barbara Loe Fisher du Centre National d’Information de la Vaccination (en anglais National Vaccine Information Center – NdT) estime que « seulement 10% du financement total apporté par GAVI (862 millions de $) a été utilisé pour renforcer les systèmes de santé dans les pays en voie de développement, comme améliorer l’assainissement et la nutrition, alors que près de 80% a été utilisé à l’acquisition, la fourniture et la promotion des vaccins. »

L’OMS, le caniche de l’Amérique

D’après la fiche d’information de la Fondation de la Famille Kaiser au sujet du gouvernement US et de l’OMS, les Etats-Unis sont le plus grand contributeur à l’organisation mondiale. Le CDC (Center of Disease Control – organisme fédéral chargé de tout ce qui concerne la santé aux Etats-Unis – NdT) apporte également son aide technique et possède des bureaux de liaison au siège à Genève et dans les bureaux régionaux de l’OMS.

En résumé, il y a de bonnes raisons pour suggérer que l’OMS, à côté de ses programmes de santé mondiale dans d’autres pays, fait en grande partie le jeu du gouvernement US pour promouvoir les intérêts commerciaux et l’hégémonie néolibérale américaine.

Le système de surveillance des effets indésirables des vaccins doit être réformé.

Le Comité Consultatif Mondial sur la Sûreté des Vaccins de l’OMS est le groupe responsable pour l’administration des programmes vaccinaux dans les pays pauvres en développement. Il est également responsable de la collecte des données sur les cas de blessures vaccinales. Tous les décès suivant les campagnes de vaccination sont ignorés et considérés comme étant des coïncidences. Cette politique est basée sur la supposition erronée que si personne n’est décédé durant un essai clinique d’un vaccin, alors le vaccin devrait être considéré comme automatiquement sûr et non relié à quel que décès que ce soit qui pourrait survenir.

Par conséquent, le système de surveillance de l’OMS est gravement défectueux et nécessite une refonte majeure. Un des événements les plus controversés est la collaboration de l’OMS avec la campagne financée par GAVI Alliance pour la Vaccination pour lancer le vaccin pentavalent (diphtérie, coqueluche, tétanos, Haemophilus influenza polio et Hépatite B) en Afrique puis ensuite en Asie du Sud et du Sud-Est.

En Inde, les responsables de la santé ont enregistré annuellement plus de 8 190 décès de nourrissons supplémentaires après la vaccination pentavalente. La réponse de l’OMS a été de reclassifier son système de notification des effets indésirables pour simplement ne pas tenir compte des décès « nourrissons ». Le Dr Jacob Pulivel, un des membres du Comité Consultatif Technique National sur l’Immunisation du Gouvernement Indien a conclu :« Les décès et autres effets indésirables graves suivant la vaccination dans le Tiers-Monde, dont se sert la classification de l’OMS-AEFI, ne sont pas enregistrés dans aucune base de données pour pharmacovigilance. C’est comme si les décès des enfants des pays à revenu faible (et moyen) sont sans importance. » (AEFI pour Adverse Event Following Immunization – Evénement Indésirable Suivant l’Immunisation – NdT)

Le passé trouble du Directeur Général de l’OMS

Etant donné le nombre énorme d’experts en maladies infectieuses et en leur contrôle, il est stupéfiant que l’actuel Directeur Général de l’OMS soit le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

C’était un homme politique de premier plan du Front de Libération du Peuple du Tigré, mouvement communiste militant, qui a dirigé l’Ethiopie entre 1991 et 2018. Tedros a exercé le double rôle de Ministre de la Santé et des Affaires Etrangères. D’après le journaliste britannique Thomas Mountain, qui a vécu en Erythrée voisine pendant de nombreuses années et a fait état de de la corruption du régime du Tigré, Tedros a eu un rôle direct dans les atrocités qui auraient été commises par le gouvernement.

C’était Tedros qui a été rapporté comme ayant été responsable du retrait de la Croix Rouge et de Médecins sans Frontières à la suite du massacre brutal des habitants d’Ogaden en Somalie, massacre qui a été immédiatement suivi par une épidémie de choléra. Comme indiqué ci-dessus, son approbation à la tête de l’OMS a vraisemblablement été approuvée par Bill Gates.

En revenant sur ses trois dernières années à l’OMS, Mountain fait remarquer que « pendant presque trois ans, il est resté tranquille sur le manque quasi-total de préparation de l’OMS au sujet de ce que de nombreux panels avaient averti était inévitable, un virus hautement contagieux et mortel se répandant rapidement dans le Monde entier. »

Les efforts de dépopulation de l’OMS avec les vaccins

Sans aucun doute, l’activité la plus néfaste conduite par l’OMS est son prétendu soutien et la distribution de vaccins aux pays pauvres en voie de développement qui peuvent avoir été délibérément conçus pour faire baisser les taux de population. En 1989, l’OMS a sponsorisé un symposium à son siège de Genève sur « Les vaccins anti fécondité et vaccins contraceptifs. » Le symposium a présenté des propositions pour des vaccins qui par la suite se sont révélés avoir été liés à de l’hormone stérilisante HCG et à de l’estradiol (un dérivé naturel du métabolisme du cholestérol qui est nécessaire au maintien de la fertilité – NdT) la première empêche la grossesse et déclenche des avortements et des fausses couches spontanés, et le second peut rendre les hommes stériles.

En 2015, la Conférence des Evêques Catholiques du Kenya a signalé la découverte d’un vaccin contre la polio lié à de l’estradiol qui était fabriqué en Inde et distribué par l’OMS. Un an plus tôt, le Dr Wahone Ngare de l’Association des Médecins Catholiques du Kenya a découvert un vaccin contre le tétanos spécifiquement administré aux femmes, également distribué par l’OMS, qui contenait l’hormone HCB. Tous les échantillons de vaccin polio testés contenaient de l’HCG, des composés liés aux oestrogènes, hormones folliculostimulantes et lutéinisantes qui endommageront la formation de sperme dans les testicules. Encore plus inquiétant, ce vaccin allait être administré à des enfants de moins de cinq ans.

Néanmoins, ceci n’est pas la première fois que l’OMS semble avoir fait des efforts pour utiliser des campagnes de vaccination à fin de dépopulation. Une décennie plus tôt, en 2014, l’OMS, l’UNICEF et le CDC ont lancé une campagne de vaccination pour immuniser 74 millions d’enfants africains pendant une épidémie de polio. L’initiative a rencontré un sérieux obstacle. Au Nigéria, des tests de laboratoire sur les échantillons de vaccin de l’OMS ont montré la présence d’oestrogène et d’autres hormones féminines. Et au milieu des années 1990, un vaccin antitétanique administré aux filles et femmes en âge de procréer au Nicaragua et aux Philippines s’est révélé contenir du HCG, qui a compté dans un grand nombre d’avortements spontanés qui ont été rapportés par le personnel soignant catholique.

Expériences vaccinales illégales

En 2014, l’Economic Times of India a publié un rapport qui fournissait des détails sur une entreprise commune entre l’OMS et la Fondation Gates afin de tester un vaccin HPV expérimental sur environ 16 000 filles indigènes âgées entre 9 et 15 ans non volontaires. L’expérience a été conduite en 2008, et le vaccin est maintenant ce que nous appelons communément le Gardasil. De nombreuses de ces filles, indique le rapport, sont tombées malades et quelques-unes sont décédées. L’année suivante, l’OMS et la Fondation Gates ont conduit une expérience analogue sur 14 000 filles avec le vaccin HPV Cervarix.

A nouveau « des tas de jeunes filles ont été hospitalisées ».

Une enquête menée par les autorités sanitaires indiennes a découvert de graves violations des lois indiennes au regard de la sécurité médicale. Dans de nombreux cas il n’y avait aucun consentement et les enfants n’avaient aucune idée contre quoi elles étaient vaccinées. La Cour Suprême Indienne a examiné cette affaire contre le duo (OMS et Fondation Gates – NdT) pour motif d’accusations criminelles.

Le deux poids -deux mesures de la sécurité des vaccins de l’OMS

Un scandale plus récent a éclaté durant le Sommet Mondial de la Sûreté des Vaccins organisé par l’OMS en décembre 2019. Quelques jours avant le sommet, un des directeurs médicaux pour la vaccination, le Dr Soumya Swaminathan, est apparue dans une annonce publique vantant la sûreté indiscutable des vaccins et ridiculisant les parents qui se prononcent contre la vaccination.

Elle assurait que l’OMS avait le contrôle en la matière et surveillait soigneusement tout risque d’effet secondaire. » Un autre participant du Sommet, le Dr Heidi Larson a déclaré:
« Nous avons une ‘ligne de front professionnelle’ très chancelante qui est en train de commencer à remettre en cause les vaccins et la sécurité des vaccins. Lorsque les professionnels qui sont en première ligne commencent à remettre en question ou ils sentent qu’ils n’ont pas assez confiance au sujet de la sécurité pour résister à la personne qui pose des questions.

Je veux dire que la plupart des programmes scolaires, même les programmes sur les soins infirmiers, je veux dire dans les facultés de médecine vous êtes chanceux si vous avez une demi-journée sur les vaccins. »

Et les déclarations faites par le Dr Martin Howell Friede, Coordinateur de l’Initiative pour la Recherche Vaccinale pour l’OMS étaient encore plus remarquables,

« … Je donne des cours tous les ans sur la mise au point des vaccins, comment on fait les vaccins. Et la première leçon c’est que quand vous faites un vaccin si vous pouvez éviter d’utiliser un adjuvant, s’il vous plaît éviter le. La deuxième leçon c’est si vous allez utiliser un adjuvant, utilisez-en un qui a un passé de sûreté. Et la troisième leçon c’est que si vous ne faites pas cela, réfléchissez très attentivement. » En d’autres mots, ce que l’OMS présente au public contredit ce qui est discuté à huis clos, un autre exemple du voile de secret du fonctionnement de l’organisation.

Suppression des dangers de l’uranium appauvri

L’utilisation d’uranium appauvri envahit les missiles et bombes militaires. Des tonnes d’uranium appauvri ont été déployées durant les invasions américaines de l’Afghanistan et de l’Irak.

On estime que les Etats-Unis ont tiré plus de 300 000 salves d’uranium appauvri, ou 1 000 tonnes durant la guerre d’Irak en 2003. Dans les deux pays, l’OMS a été très active dans la fourniture de besoins aux populations affectées. Néanmoins, dans des régions où les bombardements ont été les plus intenses, tel que Falloujah en Irak, il y a eu une prévalence élevée de malformations congénitales. Ceci a été découvert par une enquête sur le terrain conduite par le Tribunal de Bruxelles.

D’après un documentaire de la BBC, il n’y a plus aucun doute dans l’association entre l’uranium appauvri et les dommages génétiques et les malformations congénitales. D’après un article publié en 2013 dans le British Medical Journal, l’OMS a intentionnellement caché les preuves scientifiques. La question qui reste posée c’est pourquoi ?

Hans von Sponeck, un ancien Assistant du Secrétaire Général des Nations Unies a suggéré que le gouvernement US a cherché à éviter que l’OMS ne surveille des zones du Sud de l’Irak où de l’uranium appauvri a été utilisé et provoqué de graves dangers sanitaires et environnementaux. »

Là nous nous trouvons vraisemblablement dans un cas où l’OMS fait le jeu du gouvernement US et de ses aventures militaires dans des changements de régimes. Il y a beaucoup d’autres activités contestables dans lesquelles l’OMS a été impliquée au cours des années. Néanmoins, ce qui précède fournit suffisamment de preuves pour plaider la cause que, au moins à l’intérieur des échelons de l’OMS les plus élevés, la santé mondiale ne constitue pas une grande priorité.

L’organisation emploie plus de 7 000 personnes dans le Monde entier et la plupart d’entre elles sont profondément préoccupées à améliorer les vies des populations des nations pauvres et en développement. D’un autre côté, les dirigeants de l’OMS sont là en grande partie parce que les pouvoirs de Washington, Londres et de l’industrie pharmaceutique tirent bénéfice de la progression des programmes de l’organisation.

Bien entendu, l’OMS n’est pas le seul organisme de santé avec des pratiques de corruption. La corruption semble être systémique dans toutes les agences mondiales et nationales de santé. Ce sujet a été présenté l’an passé dans le prestigieux journal médical The Lancet.

L’auteur, le Dr Patricia Garcia écrit :

« La corruption est intégrée dans les systèmes de santé. Tout au long de ma vie – en tant que chercheur, employée de la santé publique et Ministre de la Santé – j’ai pu voir de la malhonnêteté et de la fraude bien ancrées. Mais bien qu’étant une des plus importantes barrières pour améliorer la couverture sanitaire universelle dans le Monde, la corruption est rarement discutée ouvertement. »

Gardez à l’esprit, l’OMS avec Bill Gates et sa Fondation, et Anthony Fauci, de l’Institut National des Allergies et des Maladies Infectieuses, ont conjugué leurs efforts pour mettre au point un vaccin COVID-19. Pensez-vous que l’on peut faire confiance à leur jugement et à l’intense effort de relations publiques qui suivra immédiatement après qu’un tel vaccin n’arrive sur le marché ?

Traduction Jean Bitterlin 16 mai 2020


Partagé par http://www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.

Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme.

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux ( https://www.facebook.com/eveilhommelemag/ NewsLetter et à partager l’article. 

anime (95)CLIQUEZ ICI POUR UN ABONNEMENT MENSUEL DE 9,99 EUROS (Annulable à tout moment) GRATITUDE A TOUSanime (62)

FAIRE UN DON PONCTUEL

Nous avons besoin de votre soutien! Renseignez le montant de votre don qui permettra de financer les frais liés au site, de le maintenir actif et en Vie. Renseignez le montant que vous désirez. Milles merci à tous. Plein de belles choses à tous ! Amour et Lumière

€1,00

 

Notez cet article !
[Total: 0 Average: 0]
N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
RSS
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me

Eveil Homme

Chercheur spirituel et métaphysique, je suis en contact depuis plusieurs années avec des êtres galactiques. L'objet de ma démarche est d'informer les personnes intéressées par les questions liés aux nouvelles fréquences de réalité : ascension terrestre, éveil et chemin spirituel, nouvelles réalités, contactés extraterrestres et galactiques, être de lumière, divulgation, technologies nouvelles et ésotériques

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
RSS
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
%d blogueurs aiment cette page :