Émission « DIVULGATION COSMIQUE », l’intégrale. Saison 9, épisode 2/8 : LES TECHNOLOGIES DE LA BASE SECRÈTE

Screenshot_20200306-084954_Samsung Internet

Vidéo originale sous-titrée en français, diffusée en janvier 2018, disponible sur : Gaia.com
(https://www.gaia.com/series/cosmic-disclosure)


Screenshot_20200306-085052_Samsung Internet

David Wilcock : Bonjour à tous, je suis avec notre invité spécial, Emery Smith. Et Emery a des informations absolument étonnantes, et il a pris de grands risques pour nous apporter ce qu’il va partager aujourd’hui. Emery, bon retour parmi nous.

Emery Smith : Merci, Dave. Merci de m’avoir invité. J’apprécie vraiment d’être ici.

Screenshot_20200306-085133_Samsung Internet

David : Je suis vraiment content que vous ayez finalement décidé de faire ça. Je pense que c’était prévu depuis longtemps.

Screenshot_20200306-085157_Samsung Internet

Emery : Je sais, vous essayez de me faire faire cela depuis 10 ans, mais certains événements récents m’ont persuadé que c’est peut-être pour ma plus grande sécurité que nous faisons cela et aussi pour éduquer le public. Les gens méritent de savoir. Je l’ai cru toute ma vie, mais je sais qu’il y a aussi un temps pour tout.

David : Oui. Maintenant, il semble qu’avec beaucoup d’initiés à qui j’ai déjà parlé, une fois que nous avons creusé dans leur vie avant l’armée, qu’il y avait quelque chose qui se passait avant même qu’ils n’entrent dans le secret. Je suis donc curieux : avez-vous eu des expériences inhabituelles avant le service militaire que vous pensez pertinentes à partager avec nous aujourd’hui ?

Emery : Absolument. C’est personnel, mais je peux vous dire tout de suite que mon grand-père était dans l’armée, et mon père dans la marine, mais quand je suis né, il était déjà sorti de la marine. Et j’ai toujours voulu être militaire. Je crois que j’ai eu ma première rencontre extraterrestre en 1979.

David : OK.

Emery : Et c’était à notre ferme de deux hectares à Fort Myers, en Floride. Et c’était le premier contact que j’ai eu, et c’était un contact très agréable. Je ne l’oublierai jamais. Je n’ai pas été contacté avant 19 ans, vers 1998-1999, où c’était comme un atterrissage complet. Celui-ci était un peu surprenant parce que j’étais en train de camper et que je n’étais pas prêt, parce qu’il m’a fait sursauter. Il faisait nuit, je venais de m’allonger et j’ai entendu des pas qui marchaient vers moi.

Donc ça s’est avéré être… C’était comme les deux expériences. L’autre s’en prend à l’armée, mais c’était un peu choquant. Mais la première, j’étais quand même très jeune. Toutefois, après cela, j’étais obsédé par ça, bien sûr, et j’aimais m’allonger sous les étoiles. Je dormais probablement plus à l’extérieur de ma maison que dans la maison, regardant les étoiles.

David : Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur le contact à Fort Myers, en Floride ? Y avait-il un véhicule que vous avez vu débarquer et que s’est-il passé ? Décrivez l’engin. Décrivez exactement ce qui s’est passé.

Emery : Exactement ce qui s’est passé, c’est que je m’étais couché pour aller dormir dans mon sac de couchage, et quand j’ai levé les yeux…

David : Vous étiez dehors ?

Emery : J’étais dehors, oui.

David : D’accord.

Emery : Nous avions une grande ferme là-bas, au milieu d’un champ. Vous savez, il n’y a rien dans le coin. Et là, un disque flamboyant vient très vite, descendant dans un angle de 45°. Il sort tout droit du ciel, mais bouge très lentement, et il est de couleur rouge-orange. On pouvait voir la lueur orange.

Image1

David : Quelle était sa taille ?

Emery : Eh bien, d’où j’étais, il était probablement à au moins entre 1000 et 2000 mètres, et je l’ai vu aller dans les bois. Et je l’ai attendu, puis j’ai pensé que c’était probablement juste un météore. Et wow, c’était comme la plus brillante météorite que j’avais jamais vue. Mais j’ai aussi remarqué qu’il avait une forme très étrange. Donc je n’y ai pas repensé. Et il a atterri beaucoup plus près que je ne le pensais : chez les voisins, juste 2 ou 3 hectares plus loin, dans leur marécage. Puis un des extraterrestres est sorti et a marché dans ma direction. J’étais couché à côté d’une clôture en fil barbelé – celle avec laquelle on garde les vaches, quatre lignes, parfois cinq si elles sont grosses.

David : C’est vrai.

Emery : J’avais l’habitude de monter des clôtures. Puis j’ai étalé une bâche par terre et j’ai mis mon sac de couchage sur la bâche. Alors je me suis couché, et je suis dans le sac de couchage, comme j’ai toujours fait. Vous savez bien Dave, étant ce que je suis, tactique Emery, j’ai toujours mon arme avec moi. J’avais mon arme avec moi dans mon sac de couchage et il faisait très froid. Et j’ai entendu un « Ugu, ugh », comme quelqu’un qui sautait la clôture – comme s’il allait grimper la clôture. Et au fur et à mesure que la clôture est poussée vers le bas, elle va au métal dans les crochets qui font du bruit.

David : C’est vrai.

Emery : C’est comme : « Uir, uir, uir, uir, et puis » bump, bump » sur le sol. Et je me suis dit : « D’accord. Très bien. Une moufette, un ours, une Panthère ? »

David : Ha, ha, ha, ha.

Emery : Et je suis juste comme, « Oh, et maintenant ? », j’écoute les pas. Et je suis très sensible à ce genre de choses.

David : Bien sûr.

Emery : Je me sentais un peu mal à l’aise. Alors je sais, c’était peut-être juste moi, ou peut-être cet être. J’ai donc tout de suite ouvert ma fermeture éclair, et j’avais déjà mon pistolet dans la main, puis j’ai ouvert la fermeture à glissière, et avec mon pistolet et ma lampe de poche, je me suis levé, et il y avait un être d’un mètre de hauteur juste là, qui me regardait.

David : A quoi il ressemblait ?

Emery : C’était bleu-gris, et il avait de grands yeux bleus. Et il y avait un petit truc sur la tête comme dans les films, dans les dessins animés.

Screenshot_20200306-095530_Samsung Internet

David : Comme une antenne ?

Emery : Oui, un peu comme une antenne.

Screenshot_20200306-095604_Samsung Internet

David : Quand vous dites qu’il avait des yeux bleus… Donc on ne parle pas d’un Gris ?

Emery : Non. Non. Il était très maigre, et il était bleu.

David : Comme quelle couleur bleu ? Comme votre chemise ?

Emery : Oui. C’était ce genre de bleu. Et avec la lumière dessus, et moi, je suis toujours coincé dans mon sac de couchage, et il m’a regardé, et je pense que la lumière lui a vraiment fait mal aux yeux. Alors j’ai pensé, c’est comme s’il se disait : « Quoi, hein, oh! Ça ne va pas bien se passer. » Ou : « Je viens de m’écraser. Je cherche juste l’aide la plus proche. »

Image3

C’est gênant à dire, mais j’ai sauté du sac de couchage et j’ai couru après… parce que je le voyais en train de courir avec ses petites jambes, et je l’ai donc poursuivi, et il est allé dans ce bosquet. Vous savez, je ne le pourchassais pas, comme pour le tuer. Je lui ai crié : « Reviens! Reviens! »

David : Ha, ha, ha, ha.

Emery : Je poursuis donc cet être et il traverse ce fouillis. C’était si épais que je n’ai pas pu entrer là-dedans et je me suis fait couper par les vignes.

David : Oh!

Emery : Et j’entends: « Uir-ree, uir-ree. » Et je regarde, la clôture est juste à côté de moi. Et ça devient vraiment serré. Comme s’il était encore en train de sauter la clôture et de revenir dans cette zone, alors que j’étais plein d’adrénaline. Et, bien sûr, il était vraiment tard dans la nuit de toute façon. Mais je l’ai fait, j’ai fait une petite randonnée dans ce secteur, jusqu’à cette direction, mais je ne voyais rien d’autre.

Il n’y a donc eu aucun échange à ce sujet. C’était juste un… Je crois qu’on s’est surpris mutuellement. Et c’est ce qui s’est passé.

David : À quel point le visage serait-il humain pour une personne ordinaire ? Est-ce que ça ressemblerait à une personne normale de la Terre avec la peau bleue ? Ou le visage était-il différent ?

Emery : Oui, le visage était plus plein et plus ovale, comme un ballon.

David : D’accord.

Emery : Comme si vous aviez un de ces ballons en plastique et que vous le serrez entre les mains pour le compresser un peu. Mais il avait des caractéristiques. Il avait des trous sur les côtés de la tête, non pas des lobes d’oreille, mais des trous. Et il était conscient, plus de 100% conscient, et très agile.

David : Les yeux étaient-ils plus grands qu’un humain ordinaire sur Terre ?

Emery : Oui, absolument. Au moins trois fois plus grands.

David : Wow!

Emery : Oui, c’était plus oculaire. Comme l’œil et le sommet du crâne, il était plus grand.

David : Mais vous avez dit que les yeux étaient bleus.

Emery : Oui, bleus.

David : Donc il n’y avait pas le noir comme vous le voyez avec un Gris ?

Emery : Non. Quand je dis bleu, il n’avait pas de blanc, et je n’ai vu aucune pupille. C’était des yeux bleus complets. Mais ça aurait pu être des couches protectrices. Ils ont souvent des lentilles, voyez-vous, beaucoup d’extraterrestres les portent par-dessus leurs yeux.

David : C’était un bleu uni ?

Emery : Oui.

David : Et il avait un nez ?

Emery : Oui, il avait un nez, très petit.

David : Et une petite bouche ?

Emery : Très petite bouche, en effet.

David : D’accord.

Emery : Et c’était très genre dessin animé. D’une certaine façon, c’était très drôle.

David : Et quel âge aviez-vous à l’époque ?

Emery : En 98, j’avais 28 ans.

David : Très bien. Revenons à votre première rencontre, parce que cela pourrait être très pertinent au moment d’entrer dans votre histoire militaire.

Emery : Bien sûr.

David : Que s’est-il passé dans le premier événement ? Passons par là pas à pas.

Emery : D’accord. J’ai eu d’autres événements multiples par la suite, mais je ne comprenais pas ce que c’était. Je faisais toujours beaucoup de somnambulisme quand j’étais plus jeune. Et j’étais toujours à l’extérieur dans un état hypnagogique, mais j’étais très conscient, car je revenais toujours et maman et papa voyaient que mes pieds étaient sales tous les matins et je n’en avais aucune idée. Souvent, ils m’ont surpris en train de sortir ou de rentrer.

David : D’accord.

Emery : Et je ne me suis jamais blessé ou quoi que ce soit du genre. Ce soir-là, et il n’était pas très tard, on m’a dit de sortir par télépathie.

David : Quel âge aviez-vous ?

Emery : J’avais environ 9 ans, donc c’était probablement vers 1979.

David : D’accord. Donc vous aviez l’impulsion de sortir.

Emery : Oui.

David : Mais cela vous était déjà arrivé avant ?

Emery : Non, c’était la première fois que quelque chose comme ça m’arrivait.

David : D’accord.

Emery : Et puis après ça, ça a commencé à se reproduire tout le temps, je veux dire juste sortir, mais ne pas savoir pourquoi « je suis ici », et voir des lumières et tout ça. Alors, j’ai dit : « D’accord » Puis je suis sorti dehors dans l’allée. Nous avions un lac, et je suis monté au quai, et j’ai regardé en l’air, et il y avait ce beau vaisseau bleu. Et c’était très silencieux.

Image4

J’étais tellement étonné qu’il soit aussi silencieux et que ce vaisseau soit là, et je souriais, vous savez, et j’étais même en train de chanter. J’étais en train d’essayer… je ne sais pas trop. J’étais genre : « Woo-ooh! » J’ai commencé à siffler. C’était très étrange.

David : A quoi ressemblait ce vaisseau ? Quelle était sa forme ?

Emery : C’était bleu et en forme de disque.

Image2

David : Quel genre de bleu ?

Emery : Bleu-blanc, presque blanc. Pas noir, pas bleu foncé.

David : D’accord.

Emery : C’était plus comme un blanchâtre, brillant, mais on pouvait voir les détails, mais pas les bords, vous voyez ?

David : OK.

Emery : On pouvait voir les contours de cette forme classique. Et il disait télépathiquement : « Nous sommes ici, » et « Nous existons, » et « Nous allons revenir pour toi. »

David : Wow !

Emery : Et je m’en souviens très bien, comme si c’était hier. Et ça m’est toujours resté dans la tête.

David : Alors ?

Emery : C’est arrivé très rapidement. Je crois que oui. Tout l’événement a duré, peut-être, une minute et demi, deux minutes.

David : Hum.

Emery : C’était long en fait. Cela n’arriverait pas aujourd’hui, car il se ferait abattre dans les deux secondes suivant son apparition.

David : C’est vrai.

Emery : Mais à l’époque, je pense que c’était un peu différent. Je pense qu’ils ont eu un peu plus d’occasions de faire ce genre de réunions avec nous, vous savez, non seulement avec moi, mais avec beaucoup d’autres personnes.

David : C’est vrai.

Emery : Et leur permettre ainsi de nous donner de l’espoir et de s’efforcer d’y parvenir plus tard dans la vie. Alors je suis devenu un croyant convaincu et tout ça. Et je n’en parlais pas tant que ça. Ma famille non plus.

David : Pensez-vous que votre père ou votre grand-père aurait pu être impliqués dans des opérations secrètes ?

Emery : Oui, mon grand-père était dans l’armée.

David : Vraiment ?

Emery : Oui. Et mon père a volé dans les avions de la Marine à la recherche des sous-marins venant aux Bahamas et au large de la Floride. C’était donc un observateur.

David : OK.

Emery : Et il a fait d’autres choses, mais je ne pense pas qu’elles étaient liées au renseignement.

David : Vous étiez sur une sorte de programme de contact extraterrestre, et vous décrivez de multiples événements, comme quitter votre maison la nuit et sortir dehors. Avez-vous l’impression qu’il y a des trous dans votre mémoire par rapport à ces événements ?

Emery : Non, je me souviens beaucoup. Quand j’étais plus jeune, j’avais ce don – je l’appelle un don. Je peux contrôler mes rêves. Je sais quand je rêve.

David : OK.

Emery : Et ça m’est revenu récemment, tout récemment, au cours des deux derniers mois, où je peux le refaire. Je l’avais perdu après mon entrée dans l’armée. Je ne pouvais plus le faire et j’ai commencé l’armée très tôt, à l’âge de treize ans.

David : Treize ans ?

Emery : Oui, avec l’auxiliaire de la Force aérienne, Civil Air Patrol, mon père m’a présenté. Et ils donnaient des licences de pilote aux enfants gratuitement, si vous étiez qualifié et que vous vouliez faire partie de cette affaire.

David : Wow!

Emery : Et c’est aussi pour les gens avant qu’ils n’entrent dans l’armée, donc vous obtenez un grade supplémentaire avant d’entrer – un peu comme le ROTC, ce que j’ai fait aussi.

David : D’accord.

Emery : Donc vous avez tous ces avantages. J’ai eu ma licence de pilote très jeune.

David : OK.

Emery : J’ai fait beaucoup de tests. Je sais juste une chose : j’ai passé beaucoup plus de tests que tout le monde dans l’armée. Et ce n’était pas un test ASVAB normal.

David : D’accord. Donnez-moi un exemple de quelque chose d’inhabituel comme test.

Emery : Eh bien, vous savez, un test ASVAB est basé sur : « Qu’est-ce que vous savez faire ? Êtes-vous un bon mécanicien ? Voyons s’il peut trouver ce pignon ou cette chaîne. »

David : D’accord.

Emery : « Ou peut-être qu’il sait écrire. Connaît-il un verbe, un adjectif ou une linguistique ? »

David : Et cela pourrait mener à votre MOS – Spécialité Opérations militaires. [Profession militaire spécialisée]

Emery : Voilà. Et c’est comme ça qu’ils vous conduisent à votre MOS. Mais avec mes affaires, c’était des formes géométriques.

David : Vraiment ?

Emery : Oui, et comme les mandalas et autres : « Sur ces six, lequel tu aimes ? » Comme : « Comment ça, lequel j’aime ? » Donc pour moi, ce n’était pas un test. Mais c’était un test pour quelque chose ! Parce qu’évidemment, il y a une sorte de message subliminal là-dedans – peut-être une sorte d’encodage que je ne connais pas ou que ma lignée possède.

David : Il pourrait s’agir de logos de certains groupes d’ET, qu’ils auraient pu savoir que vous aviez déjà contacté.

Emery : Exactement.

David : D’accord.

Emery : C’est ainsi qu’après avoir fait mes quatre ans et demi, je me suis fait retirer de l’armée de l’air, puis j’ai continué le travail contractuel.

David : Aviez-vous déjà fait quatre ans et demi dans l’armée de l’air ?

Emery : J’ai fait quatre ans et demi, puis deux ans de réserve, puis deux ans d’inactivité – donc un total de huit ans et demi.

David : Et c’est au bout de quatre ans et demi que vous avez eu les « filets de saumon » et que tout a commencé ?

Emery : Non, la première fois que j’ai eu le « filet de saumon », c’était le 8 août 1991.

David : Wow ! Vous faites ces tests. Ces tests ont commencé quand vous aviez 13 ans ?

Emery : Oui. Ils ont commencé dans la partie auxiliaire.

David : L’un d’entre eux était donc des formes géométriques. Pourriez-vous me donner un autre exemple de quelque chose de bizarre comme test ?

Emery : Il y avait beaucoup de questions de physique et de magnétoscopie haut de gamme, que je ne comprenais pas à ce moment-là, mais j’ai obtenu de bons résultats. Mais je ne le suis vraiment pas, ce n’est pas mon truc. Mais j’ai eu des opportunités d’emploi fantastiques quand je suis allé dans l’armée. Au départ, je voulais juste être pilote d’un F15 Eagle parce que je voulais voler. Mais l’armée m’a offert une énorme bourse d’études, et je ne pouvais pas refuser de piloter des hélicoptères Apache.

David : Wow !

Emery : Mais tout ce qui concerne le vol, vous voyez, devenir probablement un astronaute, ou travailler à la NASA, ou d’autres choses liées à l’espace. La plupart des pilotes rêvent de devenir des astronautes, comme vous le savez, et cela a changé parce qu’ils ont besoin de techniciens scientifiques spécialisés. Et c’est comme ça que je suis devenu un spécialiste de la charge utile.

Donc, pour en revenir à la raison pour laquelle j’étais tellement catégorique que j’allais devenir pilote, étant un enfant, vous savez – un jeune de 16 ans quand je me suis inscrit, soit dit en passant – qui prenait ces décisions. Et ils m’ont dit : « Tu peux aussi faire ce truc médical. »

Screenshot_20200306-085255_Samsung Internet

Et j’étais du genre… j’adorais aller chez le docteur et voir tout ça. J’aimais les voir couper mes ongles d’orteil incarnés…

David : Ha, ha, ha.

Emery : …pour qu’ils ne me fassent pas mal en jouant au foot.

David : OK.

Emery : Donc, ça m’a étonné. Ils vous disent toujours : « Assieds-toi. Fiston, tu ne veux pas regarder ça. On va avoir beaucoup de sang. » Et je me suis dit : « Non, non, non, je veux voir ça. »

David : Ha, ha, ha.

Emery : Ils m’injectent une piqûre et se disent : « Ce gamin est bizarre. »

David : Ha, ha, ha, ha.

Emery : Et tous ces chirurgiens aussi, et ces médecins, quand j’étais très jeune, ont fini par devenir mes amis. Et j’ai fini par devenir leur professeur, parce que j’ai obtenu l’agrément de FMC [Éducation médicale continue] pour leur enseigner le plasma plaquettaire et les cellules souches. C’était vraiment un drôle de cercle.

David : Qu’est-ce que le FMC accrédité ?

Emery : Médecins et infirmières et tout le personnel médical, afin de conserver votre licence, vous devez aller à des symposiums et vous informer sur les nouvelles propriétés éducatives. Donc, vous savez, les unités d’éducation médicale continue.

David : OK. Continuons. Revenons-en à votre arrivée à Sandia. Et je pense que c’est quelque chose d’intéressant. Vous m’avez déjà parlé du processus d’accès à la pièce. Comment vous fait-on entrer ? Par exemple, quelle était la première chose que vous avez vue qui serait très différente d’une expérience militaire typique ?

Emery : Eh bien, être en salle d’opération et travailler dans des situations d’urgence, et vous savez, je connaissais déjà à peu près tout du corps humain dans le programme accéléré que j’ai suivi pour aider les chirurgiens.

David : OK.

Emery : Je savais que quand je suis entré dans cet endroit, ils avaient dépensé beaucoup d’argent pour tout, même les portes, les systèmes de sécurité. Ces gardes de sécurité étonnants, l’attitude des scientifiques et des médecins qui étaient là, les techniciens et tout le monde, c’était TRÈS sérieux. C’était très, très organisé. Et c’était très propre. Vous êtes donc d’abord débriefé. C’est une énorme vérification des antécédents, mais comme j’étais déjà en service actif, alors j’étais parfait pour eux.

David : Oui.

Emery : Vous savez, ils se disent : « Il est jeune. S’il fout le bordel, qui s’en soucie ? Vous pouvez vous débarrasser de lui. Il peut mourir dans un accident d’hélicoptère, peu importe. »

David : D’accord.

Emery : « Donc, sujet parfait, mais un QI super élevé, très parfait – il a déjà une formation médicale. Voyons ce qu’il peut faire. » Ils m’ont donc amené dans cette pièce en premier – et c’était avant que je ne sois vraiment allé faire ma première affaire – et ils m’ont tout exposé.

David : A faire quoi ?

Emery : J’ai éliminé ces contrats. Je veux dire, c’était si épais.

David : Comme si vous deviez lire tout ça en vous asseyant là ? Ça n’a pas de sens.

Emery : Bien sûr, je ne l’ai pas lu. J’avais 19 ans !

David : Ha, ha, ha, ha.

Emery : J’ai vu la page, et j’ai dit : « Ouais! » Je me suis déjà inscrit. J’étais déjà assez stupide pour m’engager dans l’armée, alors j’ai dit : « Bien. » Et c’est aussi parce que j’aime les militaires. C’est de famille. Et ils m’ont sauvé la vie autant qu’ils ont fait de moi l’homme que je suis aujourd’hui. Je suis donc comme un grand partisan de l’armée – je le suis encore aujourd’hui, avec d’autres projets et d’autres choses. Je ne voulais pas faire croire le contraire. J’en suis vraiment reconnaissant.

David : Eh bien, nous, nous sommes très reconnaissants envers l’Alliance terrienne.

Emery : Oui !

David : Et le fait qu’ils tournent la table pour nous ici.

Emery : Je sais !

David : C’est incroyable !

Emery : Ça l’est. Tous les chapeaux blancs sortent. C’est juste une bénédiction.

David : Et nous avons besoin que des gens comme vous soient assez courageux pour parler de la vérité et dire ce qu’ils ont vécu.

Emery : Eh bien, je l’espère aussi parce que je connais beaucoup de ces gens. J’espère qu’une fois qu’ils me verront arriver, je crois vraiment qu’il y en aura beaucoup plus dans un an qui nous rejoindront.

David : Ça va aussi devenir plus facile parce que la Cabale est en train d’être fortement battue en ce moment. Vous avez également eu beaucoup de séances d’information à ce sujet, que nous pourrons aborder dans des épisodes ultérieurs.

Emery : D’accord. Bien sûr.

David : Donc vous avez tous ces documents devant vous. Et ?

Emery : J’ai donc signé « le livre », et ils le rendent très officiel, tous ces gens, vous savez, les blouses de laboratoire cools, et d’autres personnes de la sécurité, mais pas dans leurs ops noirs normaux. Ils sont en costumes propres, comme des trucs très cools, blancs et tactiques.

David : Hum. Comme les combinaisons ?

Emery : Oui, comme une combinaison de vol blanche, mais avec beaucoup de sangles cools et pas de fusils normaux. Je ne pense pas qu’ils peuvent utiliser des fusils là-bas à cause des systèmes pressurisés, c’est ce qu’on m’a dit.

David : OK.

Emery : Et on m’a toujours dit de ne jamais apporter mon arme.

David : Bien sûr.

Emery : Vous utilisiez un vestiaire en haut. On se change en blouse, puis on descend, et on se change encore en costume. Donc c’est comme deux stations de changement. Et vous portez un bracelet, ce qui était le truc le plus cool de tous les temps. Et ce bracelet ressemblait à du silicone. J’ai découvert plus tard que c’était du graphène, et ça brillait. Et ça enregistrait partout où j’allais.

David : Ah !

Emery : Et ils vous l’enlèvent. Puis ils l’ont également activé plus tard. Il y avait aussi des iPads à l’époque qui faisaient ressembler à ces iPads très minces, comme un film radiologique ou cinématographique. Imaginez que c’est un iPad très mince, et complètement éclairé, et vous pouvez accéder à l’ensemble de la base de données principale de n’importe quelle section où vous travailliez, et de localiser votre superviseur si vous avez besoin de lui. Tout le monde savait où ils étaient. Il n’y avait nulle part où se cacher ou cacher quoi que ce soit. Quoi qu’il en soit, vous avez cet iPad cool qui est toujours avec vous, et vous l’utilisez pour la saisie de données pour toutes les choses que vous faites parce que tout est documenté.

David : Si c’est si fragile, comment pourriez-vous taper dessus ?

Emery : Oh, c’est facile. Tout était avec votre doigt, et il y avait aussi un stylet. Et le stylet ressemblait à un thermomètre.

David : OK.

Emery : Et il avait une texture très agrippante. Et vous pouvez le tenir, si mince soit-il. Ce n’est pas si fragile que ça. C’est assez solide. C’est comme un polycarbonate spécial qui, je pense, a été infusé, bien sûr, avec probablement du graphène ou un autre matériaux, ou quelque chose de photovoltaïque, évidemment, pour faire tout ça. Et de toute façon, ce serait toujours appuyé sur quelque chose. Ce n’est pas un traitement de texte. C’est quelque chose où il est toujours sur votre comptoir, vous utilisez votre petit objet, votre doigt, ou autre chose, et il s’enclenche aussi dans les autres. Chaque pièce a un hub, comme pour brancher votre iPhone. Eh bien, ce truc, quand on le pose sur une table, toute la table le sait maintenant.

David : Oh, wow! C’est cool!

Emery : Donc c’est comme cette énergie de type Bluetooth.

David : Et c’est en couleur ?

Emery : Oui. Oh, brillante couleur. Objets tridimensionnels.

David : Oh, holographique aussi ?

Emery : Holographique aussi.

David : Vraiment ?

Emery : Oui, surtout quand vous le mettez sur les tables, les tables deviennent comme la partie 3D de ce que vous présentez.

David : Wow !

Emery : Donc, si j’ai un corps à autopsier, et que ça a déjà été scanné en 3D, le corps peut être projeté au-dessus de la table. Et ensuite vous pourrez le déplacer avec vos mains.

David : Oh, wow !

Emery : Et vous pouvez dire : « Hey, je ne sais pas ce que c’est, ici dans le corps. » et on vous répond : « On veut juste ça. Donc, faites en sorte que le moins de dégâts possible soient causés à cet organe ou ce petit BB. » Donc c’était un très bon test parce que j’étais un technicien, j’étais jeune et je ne voulais pas foirer. Et je voulais juste continuer.

David : Et à l’époque, la fenêtre de temps que vous décrivez, tout ce que nous avions, c’était comme ces ordinateurs de bureau qui étaient ridicules.

Emery : Mon dieu, on avait ces gros trucs encombrants.

David : Ha, ha, ha.

Emery : Je ne sais même pas si Apple était sorti. Ou même fait leur retour.

David : C’est vrai.

Emery : Ils l’étaient tout simplement. Donc, le bracelet, la petite disquette iPad, était une chose très importante qui est toujours un peu avec vous.

David : Pourriez-vous l’enrouler et le garder dans votre poche, ou comment porteriez-vous le petit iPad souple ?

Emery : Eh bien, vous n’avez jamais rien sur vous à part ce bracelet et ce bout de papier.

David : Oh !

Emery : Vous n’aviez rien. Je ne peux pas avoir une montre, ni un bijou dans cet établissement. Tout vous est enlevé quand vous faites vos deux emplacements.

David : Corey Goode, dans cette émission, a parlé d’une tablette en verre intelligente. Et ça ressemble beaucoup à ce que vous décrivez. Comment ça s’appelait ? Ont-ils déjà eu un nom pour ça ?

Emery : On l’appelait toujours simplement « le dossier ».

David : Le dossier.

Emery : Oui, le dossier. Il n’y avait pas de nom de Star Trek ou quoi que ce soit.

David : C’est vrai. Eh bien, beaucoup de fois, il semble que, comme on dit, « pour réduire l’impact psychologique », ils essaient de vous donner ces trucs conventionnels.

Emery : Ah! C’est logique.

David : Oui. D’accord. C’est juste un dossier.

Emery : Oui. « N’oubliez pas votre dossier et votre bracelet. » « D’accord. »

David : Ha, ha, ha. Est-ce que le bracelet fait autre chose qu’une lueur ? Vous disiez qu’il brillait…

Emery : Oui, de temps en temps, ça brillait. Je pense que c’est juste parce que quelqu’un avait accès à vos allées et venues, surtout quand il y a des brèches. Il y a eu quelques brèches quand j’étais là, des choses qui s’échappaient. Et il y a aussi un technicien scientifique comme moi qui a essayé d’enlever des trucs de l’établissement.

David : Hum.

Emery : Et quand cette chose brille d’une couleur différente – il y a des couleurs différentes pour différentes choses – vous ne bougez pas et n’allez nulle part tant que ce n’est pas fait, l’urgence est en cours. Comme dans les hôpitaux, on a des codes rouges et des codes bleus, et tout ça. C’est comme ça, tu sais quoi faire ou ne pas faire.

David : Quelles étaient les couleurs dont vous vous souvenez et ce qu’elles signifiaient pour le groupe ?

Emery : Rouge signifie que vous feriez mieux de ne pas bouger.

David : Ne bougez même pas du tout.

Emery : Oui. Le bleu, c’est « tout va bien ». Il y avait un jaune, ce qui signifie « brèche ». Brèche de contamination.

David : Oh!

Emery : Oui. Quelqu’un, d’une façon ou d’une autre, avait un trou dans son costume… car vous devez comprendre que ces choses ont des virus. Ils ont des bactéries qu’on ne connaît même pas. Ça peut vous tuer.

David : C’est vrai.

Emery : Ils pourraient muter. La dernière chose que vous voulez, c’est que ce soit terminé. Ils ont donc mis en place ces systèmes d’intelligence artificielle, et ces épurateurs ultra-élevés, comme les désinfectants les plus étonnants, des appareils de traitement d’air que vous ne croiriez même pas.

David : Hum.

Emery : Et même en marchant dans certaines de ces choses, quand vous avez sorti votre monnaie, ça n’a pas fait mal ou quoi que ce soit, mais c’était juste une précaution. Mais il y a ces évents dans les systèmes qui captent toutes les particules, des parties par million, et ils pourraient dire si, comme une petite bactérie du virus froid, elle s’est introduite dans un évaporateur et va frapper cette chose. C’est comme si tout s’éteignait immédiatement.

David : Et c’est jaune, sur le groupe ?

Emery : C’est jaune, oui. Donc vous ne voulez jamais voir le jaune.

David : Pensez-vous que le bracelet pourrait vous taser ou vous tuer si vous bougiez quand il était rouge ?

Emery : Je ne me suis jamais senti menacé par ce bracelet.

David : D’accord. Décrivez-moi ce que signifie une violation. Qu’est-ce que quelqu’un a fait ?

Emery : Eh bien, il y a eu parfois ces alarmes qui se sont déclenchées, mais on ne sait rien. Bien sûr, nous avons été plus tard débriefés que quelqu’un a essayé d’enlever quelque chose. C’est tout ce qu’il y a. Donc je ne sais pas ce que c’est. Je n’avais vraiment pas le droit de demander ce que c’était.

David : Ah.

Emery : Mais c’est ce qui s’est passé pour calmer tout le monde, vous savez, pour que tout le monde puisse mieux se concentrer à nouveau. C’est angoissant si vous entendez une alarme.

David : Donc vous n’avez jamais su ce qu’étaient vraiment ces violations. Ils vous donnent juste une image très vague.

Emery : Une brèche que j’ai sue, parce que le mari de mon amie très proche était l’un des agents de sécurité. Ils avaient créé un être hybride de type ours grizzly hybride incroyable.

David : Je ne vois pas vraiment ce que ça veut dire. Pourriez-vous être plus précis ?

Emery : Ils ont fait un animal hybride qui ressemblait à un grizzly géant.

David : D’accord, c’était pas un hybride humain.

Emery : Non mais il y avait du métal, il y avait des serres en métal faites de quelque chose d’incroyable. Vous savez, c’était ostéo-intégré dans sa structure osseuse.

David : Wow!

Emery : Cela signifie que le titane et les tissus étaient ensemble, ou n’importe quel métal. Je ne sais pas ce qu’était le métal. Tout ce que je sais, c’est qu’une fois, il s’est enfui, et ils avaient un camion spécial pour reprendre ce truc. Je veux dire, il est arrivé à la surface.

David : Wow!

Emery : Il a traversé le désert.

David : Vraiment ?

Emery : Oui. Très rapide. Ils ont dû faire sauter ce truc. Et il était tellement indestructible qu’ils n’ont pu que le blesser pour ensuite le mettre dans ce camion spécial. Et les murs de ce camion étaient faits d’acier qui mesurait 20 cm d’épaisseur, un genre de conteneur.

David : Bon Dieu.

Emery : Et les marques des griffes étaient profondes de 10 cm de profondeur…

David : Wow !

Emery : Que voulaient-ils faire avec ce truc, après qu’ils l’aient assommé; je l’ignore. Donc le mari de mon amie était là-dessus. Et il a aussi vu les marques dans le camion. Je le considère comme une personne très honnête. En plus, c’était fini. Tout le monde était au courant. Tout le monde savait qu’il y avait ce mauvais côté. Et ça venait d’un autre département généalogique de la base.

David : Eh bien, je déteste vous laisser sur une série de suspens, mais c’est tout le temps que nous avons pour cet épisode. C’est une histoire très intéressante. Nous allons en apprendre davantage au fil du temps.


Traduit par Régis

Source de la traduction en français : https://essania.actifforum.com/t7315-emery-smith-2-les-technologies-des-bases-secretes


REMARQUE : en mars 2020, la chaîne Gaia TV, qui produit et diffuse l’émission « Divulgation Cosmique », après avoir auparavant déjà imposé (en 2018) à Corey Goode de supprimer de son blog personnel toutes les transcriptions des épisodes de l’émission qui y étaient publiées – et qui étaient ainsi rendues disponibles gratuitement pour tout le monde –, a carrément supprimé de son émission tous les épisodes de l’émission où Corey Goode est présent !

La suppression de tous ces épisodes s’inscrit plus directement dans le cadre d’un litige croissant entre Corey Goode et Gaia TV, par rapport auquel Corey Goode venait officiellement et publiquement (au travers d’une courte vidéo disponible sur YouTube), de signer début mars 2020 les papiers lançant des poursuites au civil contre Gaia TV.

À noter que ces poursuites judiciaires engagées par Corey Goode ne concernent d’ailleurs pas uniquement Gaia TV (comme précisé sous la vidéo de Corey Goode), car cette chaîne est loin d’être le seul élément qui ait posé de plus en plus de problèmes dans le cadre de la grande bataille en cours pour l’obtention – ou non – de la divulgation complète. Les enjeux et les parties concernées quant aux obstacles qui se dressent face à la divulgation complète/totale libératrice – une divulgation complète contre laquelle lutte en fait « l’Alliance Noire » de tous ceux qui souhaitent que notre monde obtienne une divulgation qui soit uniquement limitée/partielle -, débordent largement le cas de la problématique avec cette seule chaîne…

[N.B. : il est régulièrement expliqué, dans l’émission « Divulgation Cosmique », en quoi une divulgation seulement partielle ne serait pas à l’avantage du plus grand nombre sur la Terre, en quoi elle ne serait pas au bénéfice de toute l’humanité, mais au contraire, en quoi elle servirait en réalité à maintenir encore en place un subtil système de contrôle obscur et limitatif au seul profit de « certains »…] 

Quoi qu’il en soit, au départ en 2015, Gaia TV semblait sincèrement soutenir la cause de la divulgation complète (d’où, précisément, le lancement de cette émission avec David Wilcock et Corey Goode). Mais ses agissements ultérieurs ont posé de plus en plus de questions, bon nombre d’observateurs actuels allant même jusqu’à considérer – à juste titre ? – que de toute évidence la chaîne a été progressivement infiltrée, et ne sert à présent plus véritablement la cause de la divulgation complète, mais bien plutôt celle d’une divulgation limitée/partielle.

Gaia TV, donc, a brusquement décidé en mars 2020 de supprimer l’intégralité des épisodes des 8 premières Saisons de l’émission (où Corey Goode est le principal invité), à l’exception des 3 épisodes avec David Adair, et de supprimer aussi les 19 épisodes des Saisons 9 à 11 où Corey Goode est présent (dont 8 épisodes en binôme avec Emery Smith).

Cette décision de suppression des épisodes par Gaia TV, qui est évidemment dommageable pour la cause si essentielle de la divulgation complète (même si bien entendu – et fort heureusement – la disparition de ce patrimoine d’informations majeures n’empêchera nullement, en soi, la divulgation complète de se produire bientôt sur Terre !), a en outre bousculé toute la répartition des épisodes restants de l’émission « Divulgation Cosmique » sur la chaîne.

À l’origine, cet épisode était donc l’épisode 6 de la Saison 9.

Point positif pour les francophones, ces 146 précieux épisodes qui ont été tragiquement supprimés par Gaia TV seront intégralement sauvegardés en transcription française, ici, sur Eveilhomme.com.

Pour plus de clarté, les 19 épisodes des anciennes Saisons 9 à 11 où Corey Goode est présent se retrouvent redistribués comme suit :

  • les 11 épisodes où Corey Goode est le seul invité : à la suite des épisodes de la Saison 8 (épisodes 14 à 24)
  • les 8 épisodes où il est interviewé en binôme avec Emery Smith : à la fin des Saisons 10 (épisodes 14 à 17) et 11 (épisodes 12 à 15).

Pour information, Corey Goode et David Wilcock, après leur départ conjoint de Gaia TV en 2018, se sont expliqués sur les raisons de leur décision commune et ont formulé divers griefs concernant l’attitude de plus en plus discutable de la chaîne, à différents niveaux ; certains éléments de cette histoire, et des reproches faits à Gaia TV, sont en outre évoqués dans cet article (originellement publié en mars 2019, et qui avait en fait comme sujet principal l’arrivée sur Gaia TV d’un nouveau [soi-disant] divulgateur au profil douteux…).

Signalons enfin l’existence d’un PDF des transcriptions originales en anglais de l’intégrale des épisodes allant de la Saison 1 jusqu’au milieu de la Saison 10, qui est téléchargeable gratuitement à cette adresse :

https://www.docdroid.net/192biis/cosmic-disclosure-full-transcripts.pdf#page=410


Partagé par http://www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.

Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme.

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux ( https://www.facebook.com/eveilhommelemag ) / NewsLetter et à partager l’article. 

anime (95)CLIQUEZ ICI POUR UN ABONNEMENT MENSUEL DE 9,99 EUROS (Annulable à tout moment) GRATITUDE A TOUSanime (62)

FAIRE UN DON PONCTUEL

Nous avons besoin de votre soutien! Renseignez le montant de votre don qui permettra de financer les frais liés au site, de le maintenir actif et en Vie. Même quelques euros sont importants. Milles merci à tous. Amour et Lumière

€1,00

N’hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
RSS
YouTube
LinkedIn
Twitter
Facebook

 

N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
EMAIL
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
%d blogueurs aiment cette page :