Émission « DIVULGATION COSMIQUE », l’intégrale. Saison 9, épisode 1/8 : EMERY SMITH, LE NOUVEAU LANCEUR D’ALERTE

Screenshot_20200309-155031_Samsung Internet

Vidéo originale sous-titrée en français, diffusée en décembre 2017, disponible sur : Gaia.com
(https://www.gaia.com/series/cosmic-disclosure)


Image1

Depuis décembre 2017, un scientifique de haut niveau, Emery Smith, vient nous révéler son travail au sein d’installations biologiques secrètes dans les profondeurs du désert du Nouveau-Mexique. Vous l’avez peut-être vu dans le film-reportage Sirius, alors qu’il disséquait le corps humanoïde d’Atacama.

Dans cet épisode d’introduction, il nous raconte son admission dans les laboratoires militaires secrets à Kirtland, Air Force Base, au Nouveau-Mexique, où il était chargé de disséquer des échantillons de tissus prélevés sur des corps extraterrestres.


Screenshot_20200130-153926_Samsung Internet

Screenshot_20200130-154000_Samsung Internet

Bonjour, Je suis votre hôte, David Wilcock, et nous avons une surprise spéciale pour vous : l’initié que j’ai appelé Paul. Je peux révéler pour la première fois que son nom est Emery Smith. Et vous le connaissez peut-être si vous avez vu le film « Sirius ».

Emery, bienvenue à l’émission « Divulgation Cosmique ».

Screenshot_20200130-142254_Samsung Internet

Emery Smith : Oh, merci David. Je suis tellement excité d’être ici aujourd’hui.

Screenshot_20200130-154044_Samsung Internet

Dix ans à travailler avec vous dans le secret et à établir une excellente relation. En gros, vous êtes la raison pour laquelle une grande partie de ma progression dans ce domaine de l’information non divulguée m’a été présentée. Et en même temps, il est temps maintenant de la présenter, et merci de m’avoir aidé à en arriver là, parce que, comme vous le savez, au cours des trois à cinq dernières années, je m’y accrochais.

David : Maintenant, dans le film “Sirius », il y a une autopsie d’un petit corps (Atacama humanoïde), de 15 cm de haut, apparemment extraterrestre.

Emery : Exact.

Image7

Image8

David : Qui, dans le film, fait cette autopsie ?

Emery : J’ai été vice-président du Cseti pendant environ cinq ans, et ce qui s’était passé, c’est qu’il y avait cet être, bien sûr, qui a été repris par un laboratoire civil en Espagne, et le gouvernement l’avait en fait avant tout le monde, mais personne n’était au courant.

David : OK.

Emery : Donc le fait est que les gens avec qui je travaillais à Cseti ont décidé que ce serait une excellente idée de venir ici, et « faisons une autopsie et obtenons de l’ADN, parce que si vous obtenez de l’ADN, eh bien, ça dépasse tout. Et faisons en sorte qu’une grande université le fasse. ». J’ai travaillé avec des tissus d’origine non terrestre dans ces programmes compartimentés – j’ai vu plus de 3 000 de ces choses – et j’ai donc constaté que c’était tout simplement gagnant pour moi d’être la personne qui allait faire l’autopsie au sein de l’équipe senior. J’ai aussi été assisté par le Dr Steven Greer (à gauche sur la photo) et le Dr Jan Bravo (au milieu).

Image2

Image3

C’étaient donc, bien sûr, les médecins qui m’ont aidé à recueillir ces tissus.

Image9

Image10

David : Je ne pense pas que quelqu’un me pardonnera si nous n’en parlons pas, du moins dans ce premier épisode. Nous allons commencer avec la façon dont vous avez acquis de multiples connaissances médicales de niveau doctoral à partir de programmes militaires classifiés.

Emery : Eh bien oui.

David : Peut-on donc parler de ce que vous avez fait dans l’armée avec cette biologie inhabituelle ?

Emery : Oui, bien sûr. Tout a commencé quand je suis entré dans l’armée très jeune. J’étais ce qu’on appelle un 90252. Je ne crois pas qu’ils utilisent encore ces codes aujourd’hui. Mais il s’agissait d’être comme un technicien chirurgical, juste une personne qui remet des instruments au médecin.

David : D’accord.

Emery : Et j’étais aussi ambulancier paramédical et chirurgien d’abord, puis je suis devenu professeur pour cela très rapidement, du jour au lendemain. Puis, lorsque j’ai déménagé à la base aérienne de Kirtland, ils m’ont offert un emploi spécial, ce que nous appelons « un travail au noir ». J’étais encore un enfant, vous comprenez. J’étais très jeune, mais j’étais très intelligent et très mature pour mon âge à ce moment-là. J’étais fasciné quand on me confiait la responsabilité d’un équipement de millions de dollars que les gens normaux ne pourraient même pas visualiser ou même utiliser… il n’est même pas prêt… même pour les civils.

David : C’est vrai.

Emery : Donc ça m’a attiré pour que je travaille là-dessus et j’ai dit d’accord. « Eh bien, nous allons dire que tu es ceci, sergent Smith, mais tu vas vraiment faire cela, OK ? Mais tu vas quand même être payé. » Et j’ai dit :« D’accord ». Donc, en gros, je travaille pour des programmes civils cloisonnés, mais je suis un militaire en service actif. Et ça a marché. Je sais qu’il y en avait beaucoup. Je ne pouvais pas dire aux gens pour qui je travaillais, dans les salles d’opération là-bas : « Pourquoi Smith part toujours tous les jours à midi ? Où va-t-il ? » – « Oh, il a un problème de genou. Il doit aller en kinésithérapie. »

Donc, en aval de la chaîne de commandement, ils savaient qu’il se passait quelque chose, mais ils devaient aussi le justifier, d’une certaine façon, jusqu’à ce que « je puisse sortir d’ici et aller à plein temps avec ça, disséquer des tissus d’origine inconnue ».

Et c’est là que j’ai été aspiré et que je commençais à être obsédé par ce que je faisais.

David : Vous avez dit que c’était la base aérienne de Kirtland ?

Emery : Oui, c’était la base aérienne de Kirtland, où je me trouvais. C’est là que j’ai commencé.

Image11

Image4

David : Où est-ce que c’est ?

Emery : Albuquerque, Nouveau-Mexique. Je ne faisais pas que travailler là-bas, je travaillais sur la lune après les heures de travail, et cela avait un rapport avec les laboratoires Sandia et Los Alamos.

David : Sandia. D’accord.

Emery : Oui, Sandia Labs est un autre endroit sécurisé sur la base aérienne de Kirtland.

Image12

David : D’accord.

Emery : Oui. C’est comme une base à l’intérieur d’une base qui va sous terre, beaucoup d’histoires sur celle-ci.

David : Alors, commençons à entrer un peu dans le vif du sujet.

Emery : Oui.

David : Et je vous en ai déjà parlé… J’en ai eu des bribes depuis plus d’une décennie.

Emery : D’accord.

David : Et avec le temps, vous avez pu m’en partager davantage. Vous étiez autorisé à m’en dire plus. Mettons ça dans le dossier maintenant. Pouvez-vous me confirmer que vous avez été autorisé à divulguer ce dont nous parlons maintenant ? Que c’est officiellement d’accord pour le moment ?

Emery : Mon accord de non-divulgation est expiré, mais je le suis toujours. Je ne vais pas parler de quelque chose dont je ne me sens pas à l’aise de parler, si je ne crois pas que c’est quelque chose qui nous mettrait vous ou moi en danger jusqu’à ce que cela arrive. Mais ce que je vais dire maintenant, je crois que ça va bien se passer.

David : D’accord.

Emery : Je n’ai jamais été menacé pour ça. La seule fois où j’ai été menacé, c’est quand j’ai ramené l’ADN de l’humanoïde d’Atacama, de Barcelone en Espagne, illégalement. J’ai pensé cela, quand le gouvernement m’a menacé et qu’ils ont essayé trois tentatives d’assassinat sur moi.

David : Je m’en souviens.

Emery : C’était très horrible. Je croyais que c’était parce que j’avais prélevé de l’ADN, vous savez, là-bas, et que je l’ai apporté ici, et que je l’ai glissé à Stanford, mais ça n’avait rien à voir avec ça. Il s’agissait de quelqu’un qui était fâché contre moi parce que j’avais démissionné et que j’ai ensuite mis en place trois laboratoires cloisonnés qui, pendant que je travaillais avec ce groupe, avaient leurs propres « équipes mouillées », nous les appelons ainsi, pour venir faire le petit sale boulot. [Une “équipe mouillée” est une équipe d’assassinat.]

Mais j’ai réussi à m’en sortir, Dieu merci, pour obtenir de l’aide du gouvernement américain. Des militaires et des fonctionnaires de la CIA, des officiels de l’Armée et de la CIA, m’ont vraiment aidé, à leur faire faire demi-tour et les menacer de revenir si ça continuait. Et ce n’était pas seulement moi, mais aussi un autre de mes collègues qui travaillait sur cet Atacama. Et c’était le cas. Immédiatement après leur intervention, tout s’est arrêté. Et j’ai cru qu’ils me l’avaient dit quand on m’a emmené à la pièce humide (wet room), parce que je fuyais là où j’étais en Floride et que je recevais toutes ces menaces. Ils m’ont juste fait venir ici, juste après. Et j’ai juste dit : « Qu’est-ce que j’ai fait ? Pourquoi suis-je ici ? » Et ils ont juste…

David : Maintenant, pour tout le monde – au cas où ils ne le sauraient pas – la “pièce humide” a du carrelage sur les murs, le sol, un drain au milieu du plancher, et le “mouillé” c’est votre sang, en gros.

Emery : Oui. Elle est équipée, vous savez… C’est ici qu’ils emmènent les gens et les tuent, et c’est facile à nettoyer. Vous avez un bon gros drain, un tas de tuyaux, et un énorme système de désinfection automatisé.

David : Et vous saviez ce que c’était quand ils vous ont emmené là-dedans.

Emery : Absolument.

David : Et vous étiez très intimidé.

Emery : J’ai vu différents types de pièces humides, pas pour les humains, mais pour d’autres choses et d’autres projets cloisonnés, mais jamais à Washington. Ils m’ont juste dit : « Vous avez violé votre contrat. » Et j’ai répondu : « Avant de me tuer, pourriez-vous me montrer et me dire où j’ai violé mon contrat ? » Puis j’ai ajouté : « Vous savez TOUT sur moi. Vous avez votre propre satellite braqué sur moi. Vous connaissez tous mes téléphones, mes textos. Vous savez tout. Tout est sur écoute. Alors, qu’est-ce que j’ai fait ? Dites-le-moi, c’est tout. » Puis, huit heures plus tard, alors que je transpirais dans cette pièce, ils sont revenus, et ils m’ont dit : « Nous sommes vraiment désolés, monsieur Smith. C’était un problème interne, et vous n’aurez plus jamais à vous en soucier. Nous nous excusons. »

David : Wow !

Emery : Et c’était un moment vraiment magnifique, parce que c’était la première fois que j’ai eu l’impression que l’Alliance des gens là-bas essayait de me protéger ou d’essayer de faire quelque chose de positif, en plus de m’exposer ou de blesser ma famille ou, vous savez…

David : Vous allez ensuite à Sandia ?

Emery : Oui. En fait, je vis déjà sur la base à ce moment-là.

David : D’accord.

Emery : J’ai déjà mon propre appartement sur la base. Et je travaille dans un hôpital de la base. L’hôpital de la base aérienne de Kirtland [Administration des anciens combattants] est en fait hors de la base, ce qui est étrange. Et n’oubliez pas, Kirtland Air Force Base est la cinquième plus grande base au monde, et c’est là qu’ils cachaient les bombes nucléaires dans les montagnes.

David : Oh, wow !

Emery : Et j’ai montré à mes maîtres-chiens et aux gens qui viennent de passer par là pour voir les portes – ces portes géantes. Mais elles ne sont plus utilisées pour ça. Elles sont utilisées pour d’autres choses.

David : Eh bien, nous avons le Nouveau-Mexique et le Nevada près l’un de l’autre. Et, bien sûr, nous avons la zone 51 au Nevada.

Emery : Ils sont tous connectés.

David : Alors, vous avez déjà piloté le système sub-shuttle ?

Emery : Seulement de Sandia à Los Alamos, et j’ai pu retourner à Dulce, mais je ne sais pas où ça s’est arrêté parce qu’ils devaient faire quelque chose. Il y en a quatre.

David : Quatre quoi ?

Emery : Ces trains de type Maglev.

Image5

David : D’accord.

Emery : Mais d’après ce que j’ai entendu récemment, ils sont tous améliorés, mis à jour et complètement différents – plus comme un système magnétique de tube à vide.

David : OK.

Emery : Et c’est autre chose avec laquelle j’ai travaillé. Juste à cause de la régénération tissulaire avec laquelle j’ai été impliqué, beaucoup de vaisseaux extraterrestres que j’ai été amené dans différents projets à examiner, parce que ces véhicules sont réellement vivants.

David : Oh, wow !

Emery : Oui.

David : L’engin était vivant ?

Emery : L’engin était vivant, et ils étaient conscients. Oui, absolument.

David : C’est semblable à ce que nous avons entendu de David Adair, où il a décrit comment il s’est rendu dans la zone 51 et a vu ce système électrique qui était en fait un être vivant.

Emery : Oui.

David : Mais c’était cette très grande chose qui avait l’air… On aurait dit un squelette à la surface. Il avait des composants tissulaires, mais aussi des composants technologiques. C’était un étrange mélange de technologie…

Emery : C’est exact. C’est juste. C’est aussi le cas.  Et c’est déjà commencé. Et je faisais aussi partie de ce mouvement, où nous avons formé des tissus en titane. Ça s’appelle l’ostéo-intégration.

David : Vraiment ?

Emery : Oui. C’est donc un bon point de départ, parce que c’est ce qui nous a amenés dans les projets souterrains à dire : « Hey, si nous pouvons avoir du tissu et du titane pour être intégrés ensemble, et que je peux faire votre tissu osseux avec du titane, vous allez être plutôt fort, Dave. Ça va être dur pour moi de casser cet os. » Ajoutez ensuite des cellules souches et du plasma riche en plaquettes, ce qui augmentera la densité osseuse jusqu’à 10 fois. Votre propre os. Gardez ça à l’esprit.

David : Wow ! Donc ça ressemble beaucoup à “Wolverine” dans les films “X-men”.

Emery : Absolument. Donc oui, c’est l’ostéo-intégration, où ils lui ont fait toutes ces plaques de protection en acier, mais il avait aussi une super capacité de guérir très rapidement.

David : C’est vrai.

Emery : Et c’est ça le secret. C’est ce qu’ils veulent tous savoir : comment ne pas avoir de temps d’arrêt ? Et maintenant, nous n’avons pas de temps d’arrêt. Et pas seulement pour les programmes de super-soldats dont je faisais partie. Je parle des programmes destinés aux soldats dont vous n’avez pas entendu parler – les niveaux supérieurs de la Cabale, les niveaux de sociétés secrètes de type Majestic, où l’on essaie de vous empêcher de vieillir. Et maintenant que cette nouvelle protéine vient d’être découverte, A2M, Alpha 2 Macroglobuline, sacré moly.

David : Oui.

Emery : Ils viennent… Ils n’ont fait que remonter le temps. Et maintenant que c’est sorti, je peux vous le dire maintenant, probablement dans 5 à 10 ans – cela prendra probablement 10 ans pour la FDA… C’est un inhibiteur de protéase, ce qui signifie qu’il bloque toute inflammation. Pour que le corps puisse se guérir tout seul.

David : OK.

Emery : Voyez-vous, tout ce dont vous avez besoin pour survivre à jamais, ou pour longtemps, est déjà dans votre corps. Le problème, ce sont ces champs autour de nous et les aliments que nous mangeons. Tout est empoisonné.

David : C’est vrai.

Emery : Donc ça nous fait avoir une inflammation. Et je me fiche que vous ayez un accident de voiture ou une maladie, tout commence par une inflammation. Maintenant, si je peux arrêter l’inflammation, votre corps va guérir naturellement.

David : Hmm. C’est très excitant.

Emery : Très excitant. Et d’ailleurs, cet A2M, je ne l’ai pas découvert. Je faisais partie d’un projet spécialisé dans ce domaine, et c’est ainsi que j’ai tout appris.

David : Bien sûr.

Emery : Et je suis tellement excité maintenant. C’est ici pour les civils, et c’est fini.

David : C’est vrai. Parlons de comment vous avez commencé avec la biologie extraterrestre. Saviez-vous au début que vous autopsiiez des ETs ?

Emery : Non.

David : Comment ont-ils fait ça ?

Emery : Ils… ha, ha, ha… et c’était vraiment drôle aussi, parce que l’entrée de Sandia Labs, ce n’était pas comme dans leur enceinte. C’était un autre petit immeuble. Mais ça descend de 50 étages. Quand je suis arrivé là-bas, ils m’ont emmené dans ces couloirs, et ils étaient juste là… Le premier jour, je me souviens juste que j’étais dans cette petite pièce, un peu comme dans les films où la pièce est toute blanche avec la petite table, la table en acier et tous ces instruments. Et vous êtes escorté jusqu’ici. Et vous entrez là-dedans, et il y a ce morceau de tissu. Et c’est un système d’air à pression positive. J’y vais donc, et vous vous récurez, comme un chirurgien qui se frotte et met ses robes, les capuches et tout. Tu y vas, tu fais tout ça. Et tu étiquettes tout ça comme tu le voudrais comme quand on est dans une école de biologie avec une grenouille.

David : C’est vrai.

Emery : T’es là et tu énumères :  OK, c’est un muscle. C’est une langue, ou peu importe. Et j’étais juste là pour étiqueter et prélever de petits échantillons et les mettre dans ces différents types de bocaux, cuves et contenants, que je poussais ensuite dans un tiroir dans un mur, et quelqu’un d’autre les prenait, et c’était tout. Donc, je prélevais des échantillons de tissus sur n’importe quel morceau de tissu. Certains ressemblaient à du saumon. Certains ressemblaient à quelque chose que je ne saurais même pas expliquer. Mais tous les trois à six mois, vous obtenez une autorisation de sécurité supérieure. Alors je suis resté avec ça.

David : Vous m’aviez déjà décrit que vous les appeliez des « filets de saumon ». Comme quand vous avez commencé, ça serait comme un carré, grand comme quelque chose comme ça ? [David lève les deux mains et fait un carré d’environ 15 cm sur un côté.]

Emery : Oui, c’était comme un carré parfaitement taillé, avec des artères, des veines, des nerfs, juste différents types de tissus. Différents types de tissus cellulaires, je veux dire. Parfois, on trouvait du cartilage dans une zone bizarre. Et parfois, on voyait de la matière neurale. Mais c’était toujours différent. Et puis les échantillons ont commencé à être plus intacts, où on pouvait dire que, wow, c’est une main. Et je ne pourrais pas vous dire ce que c’est à ce moment-là. Et tu n’as pas le droit de demander quoi que ce soit. Tu fais ça, et tu ne parles à personne, c’est ton boulot, et c’est tout.

David : Et si vous le disiez à vos amis ou à votre famille ? On vous avait donné des briefings de sécurité à ce sujet ?

Emery : Oui. Que je serais tué !

David : Vraiment ?

Emery : Oui.

David : Maintenant vous dites “une main”. Vous pourriez décrire à quoi ressemble une main ? Donnez-moi un exemple d’une main.

Emery : Eh bien, imaginez toutes les créatures de cette planète qui ont une main, et faites-les évoluer dans un milliard d’années pour avoir les cinq étoiles.

David : Comme l’étoile humaine.

Emery : Vous avez peut-être une très petite main, et ça peut ressembler à une grenouille, mais c’est un peu différent. Mais c’est une paume. Il y a des empreintes.

David : OK.

Emery : Il y a des griffes. Ça pourrait ressembler à une main de raton laveur. Mais tout est différent maintenant. Les plus fascinantes étaient les insectes géants. Ses mains étaient énormes. Et ce n’était pas seulement des tissus vivants, mais aussi des tissus végétaux.

David : Vraiment ?

Emery : Oui. Ils fabriquaient ou cultivaient donc une sorte de tissu végétal avec d’autres types de tissus vivants, qu’ils mélangeaient à d’autres types de tissus hybrides. C’est une vieille école. Tout le monde le sait dans ces projets. Et ça l’est. Vous en avez probablement entendu parler. Ils ont mélangé tous les types de tissus animaux, l’ADN, avec l’humain pour voir ce qui se passe.

David : Comme Dulce, au Nouveau-Mexique.

Emery : Ouais, toutes ces choses folles et horribles. Et puis ils ont commencé à ajouter et ajouter et ajouter. Et puis quand ils ont commencé à obtenir des choses de là-haut [de l’espace], c’est là que ça a commencé à devenir bizarre.

David : Hmm.

Emery : Donc, qu’il s’agisse ou non d’un extraterrestre, je ne pouvais pas le dire à ce moment-là, parce que je sais qu’ils auraient pu faire pousser ce que c’était, puis le tuer, le découper en petits morceaux, et l’envoyer à tous ces endroits. Je n’étais pas le seul technicien à faire cela.

David : C’est vrai. Une des choses que j’aimerais vraiment approfondir davantage, c’est que vous nous donniez une description beaucoup plus précise de l’installation dans laquelle vous avez travaillé. Alors parlons de ça. Parlons de quelque chose d’aussi simple que : y a-t-il un stationnement ou avez-vous un hangar souterrain ?

Emery : Oui, exactement.

David : D’accord.

Screenshot_20200130-154211_Samsung Internet
Emery : C’est un peu comme si vous entendiez les histoires de gens qui s’envolent vers le Nevada ou qui vont dans la zone 51. Il n’y a qu’une seule entrée et sortie.

David : C’est vrai.

Emery : Eh bien, avec ces endroits, il y a plusieurs endroits à l’intérieur et à l’extérieur, selon l’endroit où vous allez travailler et quelle section. Et ce sont de très grandes installations souterraines. Je veux dire, on parle ici de 40 hectares d’installations à niveaux multiples là-bas, avec de nombreuses ailes spéciales qui font certaines choses.

David : Wow !

Emery : Certains travaux se font sur la propulsion énergétique, d’autres sur la régénération. Il y a aussi toute une section médicale, et il y a en fait une petite ville de gens qui vivent là-bas et qui ne viennent pas à la surface, habituellement, que je sache.

David : C’est vrai.

Emery : Et c’est une installation très dynamique. Donc pour moi, puisque je vivais déjà sur la base, c’était facile parce que je roulais à vélo jusqu’à ce petit bâtiment. Donc, le petit bâtiment, que l’on pourrait penser être une tour de pompiers ou autre, se trouve juste au milieu d’une grande zone. Et vous pouvez garer 1 000 voitures là-bas si vous voulez. Personne ne penserait rien.

David : Je vois.

Emery : Alors tu y vas, tu prends un ascenseur et tu prends un grand couloir. C’est un escalator. Et le tapis roulant, comme vous le verriez à l’aéroport, et l’escalator est très long. Vous restez sur l’escalator pendant 10 minutes.

David : Oh, wow !

Emery : Donc tu vas aller ailleurs…

David : Et ça va vite ?

Emery : Oui, c’est très rapide.

David : Vraiment ?

Emery : Oui. On peut s’asseoir dessus.

David : Qu’est-ce que vous voyez ? C’est un tunnel ?

Emery : Juste un tunnel.

David : D’accord.

Emery : C’est un couloir. C’est blanc, et il a un plafond en marbre noir, comme l’onyx noir.

David : Oh, wow !

Emery : Je ne sais pas ce que c’est… on peut voir à travers, mais c’est très différent. À l’époque, c’était très différent à voir, bien sûr. Et le tunnel n’est pas grand.

David : Pensez-vous que l’une de ces machines de forage souterrain aurait pu faire ce tunnel, peut-être ?

Emery : Oh, oui. La chaleur que l’on a eue – celle qui fait fondre la roche en une masse fondue… C’est comme ça qu’ils ont fait toute la lave. Ils fabriquent des tubes de lave maintenant.

David : C’est vrai.

Emery : Et c’est ce qu’ils continuent de faire.

David : D’accord.

Emery : Faire une autoroute souterraine pour aller où vous voulez dans le monde.

David : Maintenant, quand on pense à un escalator normalement, il y a des rainures métalliques verticales qui sont toutes côte à côte, et il y a des dents entre chaque couche.

Emery : Non, non. Là, c’est complètement plat et fait d’une sorte de polycarbonate. Et vous ne pouviez pas voir à travers. Vous pouvez vous lever ou vous asseoir sur la chaise.

David : Oh, il y a une chaise ?

Emery : Oui.

David : Mais vous êtes sur une piste, et elle bouge.

Emery : Exactement.

David : Donc, ce que vous me décrivez ressemble à un tunnel extrêmement cool et futuriste que vous traversez. Vous deviez être très inspiré.

Emery : Oui, je veux dire, ça fait passer Epcot pour une blague. Ha, ha, ha !

David : Ha, ha, ha, ha !

Emery : Sans vouloir vous vexer. Je connais un type qui l’a aussi construit. Mais c’est comme ça. À ce moment-là, il faut comprendre l’année dont nous parlons. Au début des années 90, c’était fantastique de faire partie de tout ça. Quand vous arrivez à la fin, vous passez par votre poste de contrôle.

David : A quoi ça ressemble ? Où êtes-vous ? Qu’est-ce que vous voyez ? Vous étiez dans un tunnel, mais que voyez-vous une fois descendu du tunnel ?

Emery : Il y a des portes vitrées, sans couture. Elles s’ouvrent comme dans Star Trek. Comme “whoosh!” Ça s’ouvre.

David : Oh, wow !

Emery : Et il y a ces deux stations. Et s’il y a quelqu’un dans les deux gares, il faut attendre dehors. D’autres personnes pourraient être devant vous.

David : Oh, ils sont interrogés ou quelque chose comme ça ?

Emery : Oui, ils sont enregistrés.

David : D’accord.

Emery : Il y a donc deux autres verreries. Quand tu pars, ça s’ouvre. Maintenant, vous avez un agent de contrôle de sécurité ici [à gauche] et un agent de contrôle de sécurité ici [à droite].

David : Alors que se passerait-il avec ces soldats de bureaux ? Qu’est-ce que vous faites ?

Emery : Ils vérifient vos empreintes de paume et votre scan rétinien. Et puis vous leur montrez votre carte – une carte très générique.

David : Et le soldat vous parle-t-il ? Vous avez des questions auxquelles vous deviez répondre ?

Emery : Oui, ils posent des questions, n’importe où, en couple, ou parfois ils se disaient : « Allez-y. » Ils faisaient donc cela avec des gens, et ils avaient ces animaux spéciaux. C’était des chiens, mais des chiens spéciaux.

David : Ça veut dire quoi ? Ils étaient différents d’un chien ?

Emery : Ils étaient entraînés, ou peut-être hybrides. Ils étaient un peu plus gros, ressemblaient à un mélange berger-mastiff allemand et à un chien de chasse.

David : Vraiment ?

Emery : Et ils étaient là, et ils étaient comme dans un compartiment, mais ils peuvent vous sentir en marchant à côté d’eux. Bien sûr, vous ne pouvez pas les suivre sans qu’ils ne vous sentent. Et ils savent toujours comment faire. Ils sentent tout de suite. Ensuite, il faut passer par deux autres portes, et maintenant vous êtes dans les vestiaires. Et ce sont des portes de genre.

David : Oh !

Emery : vestiaire féminin et vestiaire masculin. Alors dans ton vestiaire, tu enlèves tes vêtements et tu mets ces blouses. C’est un peu comme des blouses de labo, comme une combinaison. Vous sortez par la porte voisine, et vous n’avez plus rien à faire maintenant. Il y a tout un mur devant vous. Maintenant, vous êtes dans un autre couloir, et il y a une pièce à droite, et c’est là que se trouvent vos commandes, et c’est là que vous prenez votre dossier et votre groupe.

David : D’accord. Est-ce que quelqu’un vous a donné vos ordres ?

Emery : En général, ils sont là. Et parfois, il y en a – comme nous les appelons les gestionnaires – qui sont là-dedans, parce qu’il y a quelque chose qu’ils veulent vous dire. Ils savent déjà que tu t’en viens depuis une demi-heure.

David : C’est vrai.

Emery : Donc tout le monde sait tout, surtout maintenant que vous avez votre groupe. Ils vont vous débriefer en disant : « On a ça, ça, ça et ça, et assure-toi de faire ça et ça. » Et puis tu sors, et il y a les gardes blancs, maintenant. Et ils vous escortent. Ou, s’il n’y a pas de gardien blanc, vous suivez les bandes de couleur.

David : Que sont les bandes de couleur ?

Emery : Les bandes de couleur sont quand vous marchez dans ce magnifique couloir blanc, il y a des ailes de salles d’opération pressurisées. On dirait que vous montez dans un gros jet 747, parce que les portes sont ces grandes portes à aspiration hexagonale.

David : Wow !

Emery : Et les couleurs sont en corrélation avec l’aile où vous allez travailler ce jour-là. Et ça vous dit combien d’ailes il y a dans la section. Chaque aile peut avoir de 30 à 50 chambres.

David : Wow !

Emery : Oui, de ces types de chambres à vide.

David : Et combien d’étages pensez-vous qu’il y a ?

Emery : Où j’étais ?

David : Oui.

Emery : Oh, plus de 50.

David : Wow !

Emery : Plus de 50 étages, juste au niveau médical.

David : Donc, une fois que nous comprenons exactement ce que vous faites, alors le nombre de corps extraterrestres que ces gars ont doit être stupéfiant.

Emery : Oh, c’est irréel.

David : Et vous avez dit que vous n’aviez jamais vraiment vu beaucoup de choses se répéter dans le genre de choses que vous avez vues, une fois qu’on en est arrivé là.

Emery :  Non, c’était différent à chaque fois.

David : C’est toujours différent.

Emery : Toujours différent. Mais le truc, c’est qu’ils l’ont fait pousser ici. Mais vous savez quoi ?

David : On ne sait pas vraiment.

Emery : C’est aussi de la désinformation, parce qu’ils vont vous lancer quelques trucs de désinformation au cas où un jour ce serait rendu public. Et personne ne va me croire que j’ai vu un Reptilien de 3 mètres être escorté dans le couloir.

David : Vous dites que vous avez vu un Reptilien ?

Emery : Je dis que j’ai vu beaucoup d’êtres clonés, hybrides, imprimés en 3D. Je ne sais pas s’ils étaient conscients ou non. Ils sont vraiment doués pour les effets de science-fiction, aussi, pour s’en prendre aux scientifiques, ou pour les menacer s’ils ont l’impression qu’ils sont sur le point d’être rendus publics, et s’ils parleraient, quand vous travaillez là-bas. La meilleure façon de le faire, c’est donc de leur montrer quelque chose d’horrible, et ensuite ils pensent qu’ils vont dire quelque chose, partir ou faire quoi que ce soit. Mais maintenant qu’ils savent qu’ils existent vraiment, mais est-ce que c’est le cas ? Est-ce réel ?

David : C’est vrai ?

Emery : Je ne sais pas. Je ne peux pas vous le dire. Je ne sais pas trop. Ce n’est pas parce que vous le voyez qu’il est bien réel.

David : C’est vrai.

Emery : La même chose avec les nouveaux satellites que nous avons… on projette des trucs sur les voitures, au sol, et on projette des ombres maintenant. Des systèmes palpables qui ont l’air d’être là, mais qui ne sont vraiment pas là.

David : Vous dites qu’ils pourraient projeter quelque chose qui ressemble à une voiture, avec une ombre, mais ce n’est pas vraiment une voiture ? C’est juste la projection d’un satellite ?

Emery : C’est une projection d’une voiture qui est palpable.

David : Wow !

Emery : Mais tu peux passer à travers, si tu y arrives vraiment.

David : Wow !

Emery : Mais assez pour mettre cette quantité d’atomes dans une zone et réfléchir la lumière.

David : Intéressant.

Emery : Oui. C’est tout un jeu de baseball.

David : OK.

Emery : Donc, c’est difficile pour moi de dire : « Oui, j’ai vu cet engin » ou « j’ai vu cet ET » ou « j’ai vu cet hybride », ou quelque chose comme ça, à moins que je ne l’aie touché et senti et que je ne l’aie testé moi-même.

David : D’accord. Eh bien, puisque nous avons déjà parlé de ces types d’êtres avant, au lieu de vous donner un confrontement frontal, pourriez-vous être plus précis dans la description ? Vous avez dit qu’il mesurait 3 m de haut, mais pourriez-vous décrire un peu plus à quoi il ressemblait ?

Emery : Je me servais de cela comme exemple.

David : C’est vrai.

Emery : Mais je vais en décrire d’autres que j’ai vus.

David : D’accord.

Emery : Et d’autres que j’ai vus mesuraient entre 2,50 m et 4 m de haut et d’autres, à peine 40 à 50 cm.

David : Hmm. Mais certains d’entre eux, disiez-vous, étaient vivants, comme s’ils le transportaient, comme si c’était leur prisonnier ?

Emery : Eh bien, oui.

David : D’accord.

Emery : Oui. Et c’est la raison pour laquelle je me suis retiré après 10 ans, parce que je sentais que quelque chose ne se passait pas bien, parce qu’un des corps que j’ai reçu était encore chaud.

David : Je vois.

Emery : Donc, je savais ce qui s’était passé. Alors j’ai mis mon truc, j’ai été libéré honorablement, je me suis retiré du travail à contrat et j’ai gardé la bouche fermée pendant 10 ans ou 15 ans.

David : Donc un corps chaud signifie qu’il a pu être tué juste avant que vous ayez dû l’autopsier ?

Emery : Exactement. Mais j’ai vu des extraterrestres en personne.

David : Ou quelque chose qui ressemblait à un ET.

Emery : Type ET ou hybride ou clone. Individu cloné d’un ET.

David : D’accord. Revenons à vos lignes colorées.

Emery : Oui.

David : Je veux qu’on entre dans la pièce avant de finir cet épisode.

Emery : Bien sûr.

David : Que se passe-t-il quand vous arrivez à votre porte ?

Emery : Eh bien, dans tous les couloirs, n’oubliez pas, il y a les gardiens de sécurité blancs.

David : D’accord.

Emery : Donc vous ne verrez jamais ces types. Ils sont postés dans tous les couloirs. Les couloirs peuvent aller très, très loin.

David : Il n’y a donc pas de zone privée.

Emery : Pas question ! Il n’y a AUCUN espace privé.

David : OK.

Emery : Donc, ce qu’il faut faire, c’est passer par la zone pressurisée pour enfiler votre combinaison. Et c’est la zone propre, la zone stérile.

David : Il y a donc comme un sas entre la porte et la salle d’opération.

Emery : Exact. Donc ces deux techniciens font ça avec les deux soldats, les blancs.

David : Vous avez donc déjà votre blouse, mais vous avez mis du matériel supplémentaire ?

Emery : Oui, vous devez mettre le costume.

David : Le costume ?

Emery : C’est comme une combinaison spatiale. C’est une combinaison spatiale très légère, comme dans les films. Tout est en verre. Vous avez votre propre prise d’oxygène que vous branchez dans le mur de votre appareil. Donc vous n’avez rien à porter. C’est très léger. C’est fait d’une substance du genre polyuréthane Gore-Tex. C’est imperméable. C’est complètement hermétique. Je veux dire, vous avez propre système de recyclage d’air là-dedans. Vous avez votre propre unité de communication d’enceintes. Vous pouvez communiquer.

Et les gants que vous portez avec ces costumes sont les mêmes que ceux que nous utilisons en chirurgie. Ils sont très ambidextres, très stériles. Parfois, vous devrez utiliser certains gants fabriqués à partir de quelque chose que je ne connais pas, parce qu’ils ne veulent pas que certaines choses en latex ou non-latex se touchent, qui pourraient détruire ce que vous touchez.

David : Je vois.

Emery : Il y a donc différents types de costumes pour différents types d’autopsies.

David : C’est ce que vous avez dit. J’essaie de voir ça. Vous avez comme un tuyau que vous allez brancher au mur une fois que vous aurez traversé le sas ?

Emery : Oui. Vous arrivez au sas…. vous savez, vous êtes escorté par les gars de la sécurité. Et ils ouvrent le sas, comme sur un vaisseau de la Marine, en quelque sorte. Certains ont des pinces, d’autres des petites roues genre gouvernail ou choses comme cela. Et puis vous entrez, vous êtes là pour ça, et vous branchez vos affaires. Il y a deux cordons : un cordon d’oxygène et un cordon de communication électrique.

David : D’accord.

Emery : Et vous pouvez encore les entendre s’ils veulent vous parler, au cas où ça échouerait.

David : Pouvez-vous donc décrire brièvement à quoi cela ressemble une fois que vous êtes au bloc opératoire ?

Emery : C’est transparent. Il a une teinte blanc-rosâtre sur les murs et tout. C’est de forme ovale. Et tous les murs sont du genre amovible avec des tiroirs qui peuvent sortir dans différents types de sections. Ensuite, les murs des autres sections auront tous les autres outils dont vous aurez besoin pour le travail, pour faire ce que vous allez rassembler ou pour les tests.

David : D‘accord. Donc, une fois que vous avez réellement vu ces « filets de saumon », vous avez ensuite eu un bras avec une main. Quel était l’intervalle de temps entre les « filets de saumon » et le bras, puis, finalement, des corps entiers ? On peut en parler une seconde ?

Emery : Oui. Ça a pris environ 16 mois, je crois. Vous obtenez des mises à niveau de sécurité de trois à six mois si vous vous comportez bien et que vous vous taisez. Je veux dire, ça arrive vite, parce que cela arrive à travers tellement de gens. Et je voulais vraiment apprendre ça. J’étais tellement captivé, alors j’ai fait ce qu’ils voulaient que je fasse. Et puis ça devenait de plus en plus étrange, et j’obtenais des échantillons de mieux en mieux. Mais c’était frustrant parce que vous n’avez pas le droit de demander : « De quoi ça vient ? D’où ça vient ? »  Ou : « Comment vous l’avez obtenu ? » Vous êtes juste là pour faire l’échantillonnage et sortir, vous voyez ? Et pour les corps entiers ou disons plutôt partiels, c’était probablement après peut-être 10 mois.

David : OK.

Emery : Je n’ai pas eu de corps entier jusqu’à la fin, et puis je suis sorti parce que j’ai eu des émotions, je suppose.

David : Pourriez-vous nous décrire le tout premier corps partiel que vous avez vu ? A quoi il ressemblait ? Et nous allons finir cet épisode avec ça.

Emery : Oui. C’était une peau de couleur léopard. C’était le torse seulement. On dirait qu’il avait explosé. Et il avait une peau de reptile. Il avait des parties du corps normales comme celles qu’on a à l’intérieur. J’ai vu une rate, un cœur, un poumon. Le visage était trop déformé et détruit, donc je ne pourrais pas vous dire à quoi ressemblait le visage, mais il avait une structure osseuse normale et parfaite comme nous. La peau était belle. C’était comme une peau de léopard bleu irisé.

David : Vraiment ?

Emery : Oui. Cette couleur…. C’est distinct, rond. C’était une peau très lisse.

David : Ça vous a fait peur la première fois que vous avez eu un corps partiel ?

Emery : Oui.

David : Vous pensiez : “Oh, mon Dieu ! Que se passe-t-il ici ?”

Emery : Oui. J’étais en état de choc. Ils mesuraient ma fréquence cardiaque au fait, tout le temps. Ils mesurent comment je réagis. J’ai donc gardé mon sang-froid, et on ne m’a pas demandé : « Hé, ça va ? » une autre fois, parce que je n’avais le droit d’opérer qu’une seule partie du corps. Et je voulais en savoir plus.

David : D’accord.

Emery : Parce qu’il y a certains tissus, je m’en suis rendu compte, à partir des clones, par rapport à des vrais extraterrestres et des humains, que les tissus clonés ne sont pas aussi forts que ceux qu’ils font pousser. Nos tissus sont vraiment solides, mais… Et selon le temps qu’ils ont passé, bien sûr, morts, ou combien de temps ils ont été congelés, ou quelles que soient les conditions dans lesquelles ils l’ont eu. Mais quand vous avez des trucs frais, parfois ils vous le diront, parfois non. Et vous pouvez dire que ceux qui sont faux sont plus friables. Ça veut dire que quand vous essayez à peine d’en tirer quelque chose, ça fond. C’est donc une dynamique très intéressante pour les tissus.

David : Emery, pourquoi avez-vous envie de venir témoigner aujourd’hui ? Quels sont certains des événements qui vous ont poussé à rompre votre silence après dix ans où je vous ai dit : « Hey man, vous devriez vraiment vous avancer » ?

Emery : Eh bien, vous savez, je ne pensais pas que ça dépendait de moi, parce que je suis juste très neutre. Vous savez, je ne regarde même pas beaucoup ces émissions et j’aime rester neutre, donc rien ne m’influence.

David : D’accord.

Emery : Et récemment… Vous savez, c’est comme ça… Ça devient un peu trop violent.

David : Nous avons une photo d’une collision frontale que vous avez subie 30 minutes après que j’aie divulgué d’autres informations provenant de vous dans un article. Et vous avez eu beaucoup de chance d’être encore en vie.

Image6

Image13

Image14

Emery : Oui. Je veux dire, c’est vraiment dingue. On m’a tiré dessus, poignardé, agressé par trois agents et on m’a botté les fesses. J’ai tout vécu. Mais je ne crois pas que c’était à cause de ces trucs que vous avez publiés. Je pense que quand ils ont su que j’étudiais sur l’énergie libre, quand j’ai commencé à faire plus d’expériences d’énergie libre, ils se sont VRAIMENT mis en colère.

Et c’est là que j’ai tout perdu. Ils sont entrés chez moi par effraction. Ils ont enfoncé ma grille, et ma porte en béton, et l’endroit où je conservais mes affaires et où tout ça était bien rangé.

Image15

Image16

Image17

Ils ont découpé dans les murs où les choses et les coffres-forts ont été cachés, et que vous ne pouvez connaître que par satellite. Ces gens avaient certainement des images satellite parfaites. Je connais très bien les satellites et ce qu’ils peuvent faire. Ils peuvent examiner chaque brique et chaque mur de la maison.

Image18

Image19

Image20

David : Wow ! C’est incroyable. Je suis ravi que vous soyez encore en vie et qu’on fasse ça maintenant. On va essayer d’en filmer le plus possible pour votre sécurité.

Emery : Super.

David : Et nous reviendrons pour la suite, en janvier 2018.


Traduit par Régis


REMARQUE : en mars 2020, la chaîne Gaia TV, qui produit et diffuse l’émission « Divulgation Cosmique », après avoir auparavant déjà imposé (en 2018) à Corey Goode de supprimer de son blog personnel toutes les transcriptions des épisodes de l’émission qui y étaient publiées – et qui étaient ainsi rendues disponibles gratuitement pour tout le monde –, a carrément supprimé de son émission tous les épisodes de l’émission où Corey Goode est présent !

La suppression de tous ces épisodes s’inscrit plus directement dans le cadre d’un litige croissant entre Corey Goode et Gaia TV, par rapport auquel Corey Goode venait officiellement et publiquement (au travers d’une courte vidéo disponible sur YouTube), de signer début mars 2020 les papiers lançant des poursuites au civil contre Gaia TV.

À noter que ces poursuites judiciaires engagées par Corey Goode ne concernent d’ailleurs pas uniquement Gaia TV (comme précisé sous la vidéo de Corey Goode), car cette chaîne est loin d’être le seul élément qui ait posé de plus en plus de problèmes dans le cadre de la grande bataille en cours pour l’obtention – ou non – de la divulgation complète. Les enjeux et les parties concernées quant aux obstacles qui se dressent face à la divulgation complète/totale libératrice – une divulgation complète contre laquelle lutte en fait « l’Alliance Noire » de tous ceux qui souhaitent que notre monde obtienne une divulgation qui soit uniquement limitée/partielle -, débordent largement le cas de la problématique avec cette seule chaîne…

[N.B. : il est régulièrement expliqué, dans l’émission « Divulgation Cosmique », en quoi une divulgation seulement partielle ne serait pas à l’avantage du plus grand nombre sur la Terre, en quoi elle ne serait pas au bénéfice de toute l’humanité, mais au contraire, en quoi elle servirait en réalité à maintenir encore en place un subtil système de contrôle obscur et limitatif au seul profit de « certains »…] 

Quoi qu’il en soit, au départ en 2015, Gaia TV semblait sincèrement soutenir la cause de la divulgation complète (d’où, précisément, le lancement de cette émission avec David Wilcock et Corey Goode). Mais ses agissements ultérieurs ont posé de plus en plus de questions, bon nombre d’observateurs actuels allant même jusqu’à considérer – à juste titre ? – que de toute évidence la chaîne a été progressivement infiltrée, et ne sert à présent plus véritablement la cause de la divulgation complète, mais bien plutôt celle d’une divulgation limitée/partielle.

Gaia TV, donc, a brusquement décidé en mars 2020 de supprimer l’intégralité des épisodes des 8 premières Saisons de l’émission (où Corey Goode est le principal invité), à l’exception des 3 épisodes avec David Adair, et de supprimer aussi les 19 épisodes des Saisons 9 à 11 où Corey Goode est présent (dont 8 épisodes en binôme avec Emery Smith).

Cette décision de suppression des épisodes par Gaia TV, qui est évidemment dommageable pour la cause si essentielle de la divulgation complète (même si bien entendu – et fort heureusement – la disparition de ce patrimoine d’informations majeures n’empêchera nullement, en soi, la divulgation complète de se produire bientôt sur Terre !), a en outre bousculé toute la répartition des épisodes restants de l’émission « Divulgation Cosmique » sur la chaîne.

À l’origine, cet épisode était donc l’épisode 2 de la Saison 9.

Point positif pour les francophones, ces 146 précieux épisodes qui ont été tragiquement supprimés par Gaia TV seront intégralement sauvegardés en transcription française, ici, sur Eveilhomme.com.

Pour plus de clarté, les 19 épisodes des anciennes Saisons 9 à 11 où Corey Goode est présent se retrouvent redistribués comme suit :

  • les 11 épisodes où Corey Goode est le seul invité : à la suite des épisodes de la Saison 8 (épisodes 14 à 24)
  • les 8 épisodes où il est interviewé en binôme avec Emery Smith : à la fin des Saisons 10 (épisodes 14 à 17) et 11 (épisodes 12 à 15).

Pour information, Corey Goode et David Wilcock, après leur départ conjoint de Gaia TV en 2018, se sont expliqués sur les raisons de leur décision commune et ont formulé divers griefs concernant l’attitude de plus en plus discutable de la chaîne, à différents niveaux ; certains éléments de cette histoire, et des reproches faits à Gaia TV, sont en outre évoqués dans cet article (originellement publié en mars 2019, et qui avait en fait comme sujet principal l’arrivée sur Gaia TV d’un nouveau [soi-disant] divulgateur au profil douteux…).

Signalons enfin l’existence d’un PDF des transcriptions originales en anglais de l’intégrale des épisodes allant de la Saison 1 jusqu’au milieu de la Saison 10, qui est téléchargeable gratuitement à cette adresse :

https://www.docdroid.net/192biis/cosmic-disclosure-full-transcripts.pdf#page=410


Partagé par http://www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.

Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme.

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux ( https://www.facebook.com/eveilhommelemag/ NewsLetter et à partager l’article. 

anime (95)CLIQUEZ ICI POUR UN ABONNEMENT MENSUEL DE 9,99 EUROS (Annulable à tout moment) GRATITUDE A TOUSanime (62)

FAIRE UN DON PONCTUEL

Nous avons besoin de votre soutien! Renseignez le montant de votre don qui permettra de financer les frais liés au site, de le maintenir actif et en Vie. Renseignez le montant que vous désirez. Milles merci à tous. Plein de belles choses à tous ! Amour et Lumière

€1,00

Notez cet article !
[Total: 0 Average: 0]
N'hésitez pas à partager et à aimer si le cœur vous en dit! Namasté
RSS
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
RSS
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Twitter
Visit Us
Follow Me
%d blogueurs aiment cette page :