Technologies Cachées

Voyage dans le temps et la téléportation – Nikola Tesla

Le génie aux 700 brevets…

Né en 1856 en Croatie, Nikola Tesla émigra en Amérique en 1884 où il travailla avec Thomas Edison à la création de l’ampoule électrique. Tesla croyait que la transmission d’électricité sans fil était réalisable. En 1910, il conçut un procédé selon lequel un sytème de communication sans fil étendu à l’échelle du globe pourrait fonctionner au moyen d’immenses tours électriques, qui fourniraient l’énergie électrique gratuitement partout dans le monde.

À l’origine, Tesla bénéficiait pour son projet du soutien du financier J.P. Morgan. Cependant les investisseurs eurent des doutes et finalement les fonds furent retirés. Tesla déclara sa société en faillite et la tour Wardenclyffe, bâtie par Tesla à Shoredan, à Long Island en 1901, finit par être démantelait et vendue.

Nikola Tesla mourut le 7 janvier 1943 à New-York à l’âge de 86 ans.

L’une de ses prétendues inventions était un canon dont il pensait qu’il mettrait fin à toutes les guerres. Il le décrivit comme un « rayon de la paix », un appareil à faisceau laser qui générerait un faisceau à particules d’une énorme puissance capable de détruire une flotte de 10 000 avions à une distance de 300 kms. En 1934, les journaux changèrent le nom de cette invention en « rayon de la mort »; pour autant qu’on sache, Tesla ne construisit jamais une telle arme. Des informateurs suggèrent toutefois que des gouvernements ont plus tard créé une telle arme. Les théoriciens du complot vont jusqu’à suggérer que des black opérations ont produit secrètement plusieurs des inventions de Tesla, y compris un rayon de la mort et des capsules de projection de voyage dans le temps.

Nikola Tesla a découvert une forme d’énergie latente qui existe dans tout l’univers; qu’il a appelée, l’énergie radiante. Lorsqu’il y a de l’énergie rayonnante disponible et que quelqu’un y est exposé, l’inertie ouvre un ‘tunnel portail’ dans l’espace-temps. La personne ne subit aucun changement et n’a pas besoin de voyager à la vitesse de la lumière. Depuis 45 ans, qu’on nous cache une technologie de transport qui aurait pu être utilisée par tous les citoyens pour dépasser les limites du temps et de l’espace sur notre planète. La plus grande contribution de Tesla aux sciences appliquées a été la découverte d’une forme d’énergie qui nous permet de ‘courber’ l’espace-temps pour ouvrir des tunnels à travers lesquels nous pouvons passer et parcourir de longues distances sans subir de dommages. Le temps est linéaire dans le sens où il est séquentiel, et les choses changent et suivent une direction spécifique.

La technologie du Voyage dans le Temps existerait en secret


Nikola Tesla

Tout sur la vie, sa formation, ses inventions et ses penchants, son intelligente sensibilité

L’histoire de la science n’a pas toujours rendu l’hommage qu’ils méritaient à ses acteurs principaux. Au contraire, elle a souvent fait la part belle à des imposteurs, des opportunistes dénués de scrupules ou à de véritables plagiaires. Nikola Tesla a été l’un des plus grands inventeurs que le monde ait jamais connus. Nous lui devons l’énergie électrique – le courant alternatif en particulier – que nous utilisons tous les jours, mais aussi d’autres découvertes très nombreuses comme les ampoules fluorescentes (nèon), la radio, la télévision, le radar, la turbine, les robots, les appareils électro-thérapeutiques, autant d’innovations qui ont trop souvent été attribuées aux stars des livres scolaires : Edison pour l’énergie, Marconi pour la radio.

Nombre de personnes connaissent vaguement ou ont entendu parler de sa carrière, pluridisciplinaire mais contrariée, et sa mémoire est aujourd’hui encore occultée, comme celle de tous les génies incompris.

Seul comme un chien dans un nœuds de vipères

Ce fut probablement en raison de ces dynamiques que Nikola Tesla tomba dans l’oubli, lui qui ne fut jamais commémoré par les institutions officielles même si quelques rares scientifiques se souviennent encore de lui. Thomas Edison fut en revanche porté aux nues. En effet , déjà en 1929 plus de 50 membres de l’élite militaire et industrielle, dont John Rockefeller, Julius Rosenwald, Henry Ford, Harvey S. Firestone, Herbert Hoover et le général John Pershing, fondèrent un comité pour célébrer l’anniversaire du centenaire de l’invention de la lumière électrique et quelque qui était une manifestation évidente de gratitude du monde entier vis-à-vis de Thomas Edison. Dès cette époque, tout le monde savait que les inventions d’Edison ne laisseraient pas de traces puisqu’elles avaient déjà en partie supplantées par celles de Tesla; le courant alternatif avait remplacé le courant continu et la lumière électrique ne se basait plus sur les lampes à arc d’Edison, mais sur celles à haut rendement de Tesla. Cinquante ans plus tard, presque tous les dispositifs électriques et les appareils électroménagers qui en découlent sont l’héritage de Tesla, pas d’Edison. Mais ce dernier était soumis au système et méritait donc qu’on fasse mention de son nom, alors que Tesla était au service de toute l’humanité et qu’on le jugeait, à ce titre, gênant. 

Aujourd’hui, certaines personnes affirment que c’était surtout dû aux déclarations imprudentes que Tesla avait faites dans la seconde moitié de sa vie et que s’il ne s’était pas avancé de la sorte, on aurait plus parlé de lui que Edison. C’est probablement faux; la pensée et les intentions de Tesla étaient connues dès ses premières inventions (celles d’intérêt pratique et économique comme le courant alternatif) et même si ces inventions étaient exploitées parce qu’elles servaient à enrichir quelques magnats habiles, certaines personnes, sous l’impulsion d’Edison, étaient déjà prêtes à tout de suite entraver les projets de Tesla. Ce dernier comprit que la nomenklatura militaro-industrielle et économique ne l’appréciait pas, alors il décida de s’adresser au grand public et aux journalistes pour dire à tout le monde à qui il destinait ses inventions.

De plus, la presse populaire, tendait à déformer fréquemment ses propos. En réalité, bien qu’on lui ait coupé les fonds après la tentative de Wardenclyffe, il voulait démontrer à tous par ses déclarations qu’il pouvait aussi aller de l’avant à l’aide de son seul intellect. Comme on le sait, l’absence d’outils tend à stimuler l’esprit. Tesla l’aiguisa et le lissa à tel point que ses nouvelles découvertes dépassèrent complètement les limites de l’acceptable, telles que définies par les « bien-pensants de la science » ceux qui n’acceptaient pas ses découvertes, mais qui n’étaient même pas capable de les comprendre, pour accéder directement au futur. Et le futur était le don que Tesla voulait faire au monde. Il le fit exclusivement à ses frais, tout en vivant dans la pauvreté et la solitude.

Nikola Tesla, bien que caractérisé par un sens presque infantile du devoir vis-à-vis des institutions ou des entreprises qui le finançaient, était intimement et intrinsèquement contre ce type de société et à travers ses innovations scientifiques et technologiques, il voulait que la société cesse d’être exploitée par quelques individus sans scrupules. Cette lutte est toujours en cours. 

Par exemple, il existe des scientifiques qui s’ingénient à essayer de comprendre les lois physiques sur lesquelles se basent d’étranges ’anomalies’ présentes dans la nature, afin de dompter son énergie dans la perspective d’un usage de masse remplaçant toutes les sources polluantes d’énergie qui existe dans le monde. Ce n’est de toute évidence pas du goût de ceux qui décident des subventions à affecter aux recherches qui pourraient apporter de l’énergie propre au monde entier. Depuis la salle du pouvoir, tous les pions sont alors poussés sur l’échiquier pour boycotter ces recherches, car le potentiel qui en découlerait se heurte ouvertement au modèle économique dominant. Les ufologues qui distraient les gens des problèmes quotidiens sont les bienvenus, tandis que les scientifiques qui souhaitent étudier de nouvelles dormes d’énergie sont indésirables. 


Partagé par www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.

Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme.

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux (https://www.facebook.com/eveilhommelemag) / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous en sentez inspiré, soutenir le site par un don en cliquant sur l’image ci-dessous (nous faisons partie du compte RAIN Nutriment sur Paypal, mais c’est bien http://www.Eveilhomme.com que vous soutiendrez). Vous pouvez également aller sur Tipee (bouton TIP ci-dessous) pour nous aider ou faire un don. Merci infiniment et belle journée à vous. 

tipeee.com bouton tip

téléchargé (3)

1 réponse »

  1. Bonjour,

    Afin que se produise le moins possible de tels spoliations à l’avenir, il me semble important que les gens puissent avoir un accès facile à une connaissance universelle, permettant l’éveil.

    Vous allez me dire, mais quel rapport ?

    Afin que beaucoup de gens, indépendamment de leur croyance spirituelle, reçoivent une base de transmission solide de connaissance, ensuite cela leur appartiendra de la mettre en action ou la rejeter.

    En tant que pratiquant bouddhiste, depuis plus de trente ans, j’ai mis en pratique diverses connaissances acquises, et je me suis rendu compte depuis des années, que celles-ci demandaient une adhésion que peu de personnes de par le monde finalement bénéficient, car l’investissement personnel est considérable, autant en terme de temps, qu’en terme financier, les deux étant étroitement liés.

    Mais bon, c’est comme ça et cela avait beau me désoler, je me consolais en me disant que c’était comme enseigné, lié au karma de chacun, ce qui est vrai naturellement, mais comme toujours, cela n’est qu’à moitié vrai, partant que l’offre proposée en face, est l’autre partie, permettant ou pas l’accès à l’enseignement et l’intérêt que celui-ci va suciter.

    A ce point me voilà bien avancé, mais étant un chercheur invétéré, non seulement je collectionnais les informations qui me paraissaient intéressantes, lues dans des livres, journaux, revues, ainsi que découvertes sur internet par vidéos interposées.

    C’est ainsi qu’en 2008, par mes pratiques dont la méditation, que j’ai reçu une première vision, qui a été l’enclenchement de l’élaboration d’un premier livre qui fut publié à compte d’auteur début 2011 « Partage autour du dzogchen », où j’espérais sensibiliser les personnes à une autre réalité que celle qui nous est proposée et tacitement acceptée par tous, comme étant notre réalité. Le livre contrairement à ce que l’éditeur m’avait assuré, ne fut jamais distribué, ni promu en dehors du site internet et du catalogue de celui-ci, bien que mon argent fut accepté. Autant le dire, je ne pensais pas renouveler l’expérience, surtout qu’auprès de cet éditeur j’avais déjà fait la même expérience quelques mois auparavant fin 2010, avec l’autobiographie « Princesse africaine », d’une tranche de vie désastreuse, autant que douloureuse que je venais de vivre au Sénégal durant l’année et demi précédente, entre 2007 – 2008. Les deux écrits étant très proche dans le temps, je n’avais pas eu le recul nécessaire pour évaluer les retombées et l’intérêt qu’ils suciteraient.

    A ce point je ne pensais pas renouveler l’expérience d’un écrit sur la spiritualité, partant que je n’avais ce moment, plus de matières informatives à diffuser. Cependant sans le vouloir, en fonction de ce que par mes pratiques j’expérimentais, je continuais à noter les réflexions intuitives et les expériences que je vivais, mais sans but précis, et certainement pas dans celui de m’adonner encore une fois, à l’écriture d’un second volet sur la spiritualité.

    C’est ainsi que lorsque tout à basculé pour moi le 14 octobre 2017, en recevant ce flash éveillé, la somme d’écrits à ma disposition représentait environ une centaine de pages A4 dactylographiées.

    Cependant à ce moment, je n’ai pas eu de projet de revisiter mes écrits en vue de l’écriture d’un nouveau manuscrit.

    Selon mon souvenir, ce fut en 2002 durant plusieurs jours, j’ai eu une expérience spirituelle qui me faisait ressentir très lumineux et précis, tout ce qui m’entourait, bien plus que mon ressenti habituel. J’avais la sensation de marcher à quelques centimètres du sol, comme sur coussins d’air et planer.

    Lorsque cette expérience commença à s’estomper, bien sur j’ai voulu la retenir et la renouveler, mais je l’ai perdue, puis pour une journée elle est revenue, puis s’est dissipée et finalement à totalement disparu sans jamais réapparaître.

    C’est donc ce que je souhaitais éviter avec ce flash d’éveil et pour cela je n’ai rien forcé en laissant l’expérience se dissiper, puis revenir, repartir, se réinstaller. Cette dynamique m’a pris plusieurs semaines, puis j’ai eu l’intuition de tenter structurer cette expérience ce qui m’a conduit a mettre en action une pratique, qui lorsque je m’y soumettais, instantanément j’éprouvais le ressenti expérimenté de ce flash éveillé.

    A partir de là à commencé à écrire à profusion, presque sous la dictée, je n’avais plus eu un tel ressenti impérieux d’écrire depuis des années, je devais parfois me lever au milieu de la nuit, tant certaines réflexions m’empêchaient de dormir, c’était une nécessité.

    C’est en mars 2018, que j’ai commencé à rassembler ces écrits avec ceux que j’avais déjà, sous forme d’un manuscrit qui finalement à abouti sur l’impulsion de l’intuition à une mise en liens de diverses informations d’ordres spirituelles peu connues, associées à des aspects scientifiques et surtout avec cette pratique de méditation sur l’environnement non usitée dans le bouddhisme, qui pourtant provient d’exemples qui sont donnés à travers son enseignement.

    Maintenant quel rapport avec cet article ?

    Le rapport est plus en relation à la spoliation dont a été la malheureuse victime Nikola Tesla, à sa stigmatisation et au dénigrement de son œuvre, autant que de son génie.

    L’écrit proposé co-écrit avec le concours de l’intuition (c’est important que je le mentionne comme cela, car ce n’est pas moi, ni je qui est écrit ces textes, mais bien l’intuition et cette formule est fondamentale pour leurs compréhensions, même si c’est bien moi qui les ai écrit et j’en porte toute la responsabilité, et non mon voisin ou une autre personne).

    La pratique proposée permet par notre vision, très simplement de se relier et ressentir un champ dynamique autre, de ce qu’est la réalité, qui est bien différente de celle que l’on nous a inculqué, non pas depuis quelques générations, mais sans doute depuis le début de l’humanité, car véhiculée par l’ignorance dont découle le mental.

    Ainsi, si cette nouvelle dynamique d’entrer en relation avec nous même et notre monde se déployait, il est probable que l’ensemble des rapports humains en seraient irrémédiablement modifiés pour le bien être de tous et non d’une « élite ». A terme il est probable que beaucoup de négativités, voir toute, disparaitrait de ce monde et que ce que Nikola Tesla à subi, serait relayé à notre sombre passé.

    Bien à vous.

    PS : Le manuscrit « Nouvelle voie pour l’éveil », n’est à ce jour pas encore publié (à compte d’éditeur), par les Editions Spinelle.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s