Divulgation

Le lien entre l’Antarctique, et Paperclip, Odessa, Sociétés Thulé et Vril, Ahnenerbe, Highjump…

Tout ce qui existe en Antarctique, les Programmes Secrets, les Bases Nazies extraterrestres devra faire l’objet d’une déclassification de la part de l’élite pour que la population mondiale puis s’informer et avancer. 

Steven Quayle : « Quelque chose d’important se tisse en Antarctique où vit une certaine entité ou un groupe d’entités qui possèdent une technologie avancée et qui ont la haute main sur la hiérarchie religieuse et politique de notre époque. C’est comme si tous les dirigeants du monde, et tout particulièrement les leaders religieux les plus notoires devaient rendre des comptes devant « un cerveau supérieur », ce qui laisse présager, à mon sens, un futur très sombre et sinistre, en clair : ce sera le contrôle global de tout et de tous! Pour être plus concis, nous parlons de civilisations qui selon la liste Royale Sumérienne ont existé sur Terre et qui se sont consacrées à la manipulation génétique. Ce qui s’avère fort intéressant c’est le fait que ces allusions en grande partie font référence à l’Antarctique. L’Antarctique est un continent, et les gens ne se rendent guère compte de sa taille. Ce qui est intéressant c’est que ses pyramides sont à nouveau visibles. A vrai dire elles sont partout dans le monde, en Antarctique mais aussi sur l’Arctique. L’histoire du monde est complètement différente de la réalité apparente et ne correspond pas à ce que les pouvoirs en place veulent nous faire croire… la technologie de l’antiquité pourrait dépasser de plus de 1000 ans celle de notre époque. Les « habitants de l’Antarctique », possèdent une technologie bien plus avancée que celle que la majorité des personnes imagine. Il ne s’agit pas de science-fiction, mais force est de constater qu’entre Hollywood et les Services de Renseignements, il existe une relation très étroite et fusionnelle. Il arrive souvent que des notions très poussées liées à la haute technologie soient filtrées et que Hollywood les présente comme étant du domaine de la fiction, faisant par là même que les gens ne le prennent pas au sérieux. »

Len Kasten : « Des informations émanant de différente sources affirment que l’Antarctique avait été Atlantis auparavant et qu’en réalité ce continent s’était déplacé dans le pôle sud lors d’une inversion polaire préhistorique. Sachant que les reptiliens ont habité l’Atlantide, il est fort probable que leur colonie soit restée sous terre après l’inversion des pôles et qu’ils vivent toujours en dessous de l’Antarctique. Il est tout à fait logique de penser que les reptiliens auraient bien pu encourager les nazis à fonder une colonie avoisinant la leur, probablement comme refuge au cas où la guerre aurait mal tourné. Par ailleurs, il se peut que cette colonie ait pu servir de base à la recherche scientifique et technologie alien allemande, pour ce qui est des voyages et de la conquête interplanétaires. Les nazis avaient signé un accord avec les reptiliens du Patala (monde souterain) en 1933, qui consistait au transfert de haute technologie en Allemagne, dont des engins à propulsion antigravitationnelle. Cela explique la raison pour laquelle les nazis décidèrent de faire déménager à «  Neuschwabenland » tous les ingénieurs aéronautiques et les scientifiques impliqués dans le développement des disques antigravité, ainsi que leur prototypes. »

ob_63c4b9_capture.JPG.jpg

Nous nous trouvons dans une situation très délicate à tous les niveaux et l’élite ne fait que la déstabiliser davantage en provoquant le clivage social à l’échelle planétaire. Par ailleurs, chaque jour qui passe de nombreuses personnes prennent conscience de l’existence de programmes secrets encore ignorés de la grande majorité de la population, mais que l’élite s’est engagée à déclassifier à court terme. A moins qu’ils inventent de nouvelles menaces évitant ainsi de déclassifier leurs agendas secrets ?

Au sein de leurs programmes se trouve caché le mystère de l’Antarctique où des pyramides artificielles ont été découvertes ainsi que des lacs d’eau douce sous la glace, des grottes si profondes que l’on dirait sans fond et un immense territoire qui coïncide avec une carte ancienne de l’amiral turc Piri Reis, mais sans la glace.

Le continent Antarctique aurait-il accueilli une civilisation très évoluée d’origine terrestre ou peut-être extraterrestre comme certains l’affirment ? Y aurait-il réellement à l’intérieur une zone au climat doux et tempéré destinée à abriter des installations Aliens? Et quels rapports entretenaient ces bases secrètes avec les programmes nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale,  entre autres, l’opération Paperclip ? Et que dire sur le Réseau Odessa parrainé par le Vatican et par le pape Pie XII lui-même, qui a donné l’ordre de garder sous silence tout ce qui touchait aux contacts extraterrestres, déjà existants à l’époque ?

Le but du nazisme ne se cantonnait pas au simple fait de s’établir en Amérique du Sud, mais également d’établir des bases en Antarctique à travers la création d’un projet encore plus secret et mystérieux appelé Ahnenerbe, l’objectif dernier étant celui d’entrer en contact à l’aide des sociétés occultistes Thulé et Vril, avec ceux qui étaient supposés être leurs dieux aryens.

Ont-ils vraiment réussi à établir le contact et à communiquer avec leurs dieux ou était-ce avec des aliens qui leur ont fait cadeau d’une technologie sophistiquée destinée à la fabrication de vaisseaux spatiaux, ainsi que d’autres objets comme le marteau de Thor et la cloche pour ouvrir des portails et pouvoir se téléporter ?

Les mystères du 3ème Reich

Opération Paperclip : Le programme secret de l’Agence de Renseignements pour expatrié des scientifiques Nazis vers les USA.

L’Allemagne avait des OVNIs voyageant à des vitesses proches de celle de la lumière et des armes très sophistiquées, dont nous n’avions aucune idée aux US. Ils ont décidé de transférer tous ces systèmes aérospatiaux avancés dans l’Antarctique. Ils ont commencé à transférer là-bas la construction principale d’OVNIs, et l’Allemagne s’est dédiée à construire plusieurs de ces types d’OVNIs qui leur avaient été donnés. Ces cavernes étaient en réalité comme des pays immenses, et bien que nous avions une Force Aérienne et que les britanniques détruisaient l’Allemagne sous les bombardements, en réalité nous étions non pas à des années, mais à quelques minutes de perdre la guerre. Mais ceci était insignifiant pour l’Allemagne parce que Hitler et sa fiancée étaient partis en Amérique du Sud, mais aussi bien d’autres allemands. 

S’ils avaient toute cette technologie, pourquoi les Allemands ont-ils perdu la guerre ?

L’explication la plus simple est qu’en réalité, ils n’ont pas perdu la guerre. Pas plus que nous l’avons gagnée. Ce qui s’est passé, est que la Marine américaine, et tous les services secrets militaires des Etats-Unis sont entrés en contact avec les Allemands. Ils se sont associés et ont fait des préparatifs pour amener un grand nombre de scientifiques allemands aux Etats-Unis. C’est ce qui a été nommé « Paperclip ». Des centaines d’allemands ont été affectés à ce qui s’est appelé la NASA et constituaient 80 ou 90% du personnel, et ce n’était que le début. Ils ont continué de les répartir dans toutes les entreprises biomédicales et les industries aérospatiales. Alors, ils ont travaillé dans ces sociétés jusqu’à prendre le contrôle de leurs finances. Aujourd’hui encore, il est difficile de se rendre compte que ça continue d’être un élément de contrôle important aux Etats-Unis, et de fait même en Angleterre. Même Boeing a participé à la construction de transporteurs de vaisseaux spatiaux d’un kilomètre de long, que la Marine détient maintenant, et 8 de ces groupes de combat de transporteurs de vaisseaux spatiaux se trouvent dans la galaxie.

Il y a 2 NASA, deux programmes complètements différents. La Mission Apollo ne consistait pas seulement à aller sur la Lune et ramasser des roches ! Nous allions sur la Lune pour construire une base navale d’investigation pour 2000 personnes. Ils intervenaient dans le programme « Solar Warden » et dans les bases que nous avons sur les lunes de Jupiter, qui font partie de « Solar Warden », et nous avons aussi des bases sur Mars. Ce qui est ennuyeux, c’est que la NASA conventionnelle a des programmes de construction d’énormes fusées, qui s’avère être une couverture qui coûte extrêmement chère. C’est pourquoi il est important de révéler tout ce thème, parce qu’il y a une grande dissimulation et beaucoup de mensonges sont dits au public. 

Projet Odessa : Des contrebandiers nazis clandestins.

D’après certaines archives secrètes une organisation nommée Odessa s’est constituée, conçue pour aider à expatrier des membres de la SS depuis l’Allemagne vers les États-Unis et particulièrement vers l’Amérique du Sud. Il s’agissait d’une organisation secrète qui a aidé les ex-leaders nazis à trouver refuge en Argentine, Brésil, Chili, Paraguay, Uruguay, Bolivie et Colombie. Et parmi eux on distingue Adolf Eichmann responsable direct de l’identification et des inventaires des biens ayant appartenu aux juifs. Il était aussi le chef de la déportation dans les camps de concentration. Il y a également, le médecin eugéniste Josef Mengele du camp d’extermination d’Auschwitz, tristement surnomé ‘l’ange de la mort’.

Son travail consistait à réaliser des expériences macabres dans cette région d’Amérique du Sud. Parmi ces échappés-protégés par l’élite, se trouvait Martin Bormann, qui, aux côtés de banquiers allemands a été à la tête de l’opération de blanchiment d’argent le plus important de l’histoire, et apporta même son soutien au général Alfredo Stroessner pour que plus tard celui-ci devienne président du Paraguay et mette en place sa dictature. Il y avait également le cas du commandant Edward Roschmann du camp de concentration Kaiserwald en Lettonie près de Riga qui se dissimula derrière de fausses identités tout en prônant la renaissance Nazie, mais finalement il est mort à Asunción Paraguay en 1977. Il y a aussi Klaus Barbie connu comme « le boucher de Lyon » immigrant en Amérique du Sud, il a côtoyé les plus hauts gradés militaires sous le gouvernement Bolivien de René Barrientos. Il faut aussi signaler que pendant le gouvernement de Juan Domingo Perón, en Argentine, une autre organisation appelée ‘l’authentique Odessa’ fut créée, il s’agissait d’un organisme fondé dans la Casa Rosada, résidence présidentielle, sa mission consistait à protéger et financer un vaste réseau de centaines de criminels de guerre.

Par ailleurs, il est connu que durant la 2ème Guerre Mondiale, Perón accorda 10.000 passeports vierge à Odessa. De la même manière, on fait référence à Paul Schüffer qui a commencé sa carrière dans les Jeunesses Hitlériennes, et qui plus tard a émigré en Amérique du Sud jouissant d’un bon accueil de la part du gouvernement. Il en va de même de Walter Rauff, officier haut gradé de la SS, qui a inventé ‘les camions de la mort’ dans lesquels 500.000 prisonniers ont été assassinés gazés à Auschwitz. Il est arrivé plus tard au Chili et sous le régime d’Augusto Pinochet, le criminel Rauff a servi les services secrets chiliens en participant à la répression des opposants politiques, il a même construit le camp de concentration de l’île Dawson. Ensuite nous trouvons sur cette longue liste de criminels contre l’humanité, le chef de la Gestapo Heinrich Müller, de même que Hermann Müller, Ernest Buffa, Erich Priebke, Hans Ulrich Rudel et bien d’autres dont on a perdu leur trace à cause des changements d’identité pour devenir des citoyens Sud-Américains bienfaiteurs, mais en occupant toujours des hautes fonctions au niveau politique, scientifique et militaire. C’est ainsi qu’ils se sont dispersés à travers le continent Sud-Américain, pour fonder les bases d’une nouvelle génération et un grand bastion ou poste de commandement aux côtés des USA. C’est de cette façon que le Sud comme le Nord de l’Amérique ont été investis par les Nazis-Fascistes.

Ahnenerbe : Les Nazis et la recherche de reliques

 

La Société Thulé et la fondation du 3ème Reich

 

La Société secrète Vril

Au premier abord, la Société VRIL ne devrait pas rentrer dans le cadre de notre sujet qui relève plus de la politique mais elle est une des sociétés secrètes les plus intéressantes qui ait jamais existé. C’est pourquoi il nous faut absolument la mentionner. Il n’y a pas un seul livre en Allemagne sur cette Société VRIL et tout autre document qui aurait pu renvoyer à ce nom qui a été bel et bien soustrait par les Alliés. Mais, comme vous vous en apercevrez, tout n’a pas disparu. Et j’éprouve un certain plaisir tout particulier à vous dévoiler ici ce thème. En effet, vous allez constater quels sont les milieux influents « non allemands » qui tiennent à cacher la vérité aux Allemands. Karl Haushofer fonda, avant 1919, un deuxième ordre, les « FRERES DE LA LUMIERE » qui prit, plus tard, le nom de « SOCIETE VRIL« . Dans celle-ci se retrouvèrent aussi « LES MAITRES DE LA PIERRE NOIRE » (DHvSS), une nouvelle fondation des templiers, issue de l’ordre Germain en 1917, et les « CHEVALIERS NOIRS » du « SOLEIL NOIR« , élite de la Société Thulé et des SS. 

Si nous comparons la Société Vril avec la société Thulé, la différence peut se résumer ainsi : la Société Thulé s’occupait de choses matérielles et politiques tandis que la Société Vril avait des occupations qui concernaient surtout l’au-delà. Mais elles avaient quand même quelques points communs. Toutes deux étudiaient l’Atlantide, Thulé, l’ « Iles des Bienheureux » de Gilgamesh, les rapports originels entre les Germains et les Mésopotamiens ainsi que les anciens sanctuaires comme Stronegg avec ses pierres dressées. En décembre 1919, une maison forestière fut louée dans le Ramsau, près de Berchtesgaden, ou se rencontrèrent quelques personnes des Sociétés Thulé, DHvSS et Vril. Parmi elles, les médium Maria Orsitsch et Sigrun. Maria avait capté des informations dans une écriture secrète des templiers – une langue tout a fait inconnue pour elle avec des précisions techniques pour construire un engin volant. Ces messages télépathiques étaient transmis, d’après les écrits de la Société Vril, du système solaire d’Aldébaran situé dans la constellation du Taureau.

Je voudrais, à cet endroit de mon récit, vous présenter un résumé des messages qui ont été reçus pendant des années par les télépathes de la Société Vril et qui ont été à la base des actions entreprises par cette dernière. Le système solaire d’Aldébaran serait à 68 années-lumière de la Terre et deux planètes habitées qui constitueraient le royaume de « SUMERAN » tourneraient autour de son soleil. Les habitants de ce système solaire, seraient subdivisés en un peuple de maîtres, d’hommes-Dieu blancs (Aryens) et en différentes autres races humaines. Celles-ci se seraient développées à cause de changements climatiques sur les planètes isolées et seraient le résultat d’une dégénérescence de ces « hommes-Dieu ». Ces mutants auraient eu un développement spirituel inférieur aux « hommes-Dieu ». Plus les races se mélangeaient, plus leur développement spirituel se dégradait. Par conséquent, lorsque le soleil d’Aldébaran se mit à grandir, ils ne purent plus faire des voyages interplanétaires comme leurs ancêtres, ils leur étaient devenu impossible de quitter leurs planètes. C’est ainsi que les races inférieures, totalement dépendantes de la race des maîtres, auraient été évacuées dans des vaisseaux spatiaux et amenées sur d’autres planètes habitables. Malgré ces différences, le respect était de mise entre ces deux races, elles n’empiétaient pas sur l’espace vital de l’autre. Chaque race respectait le développement de l’autre (contrairement à ce qui se passe chez les terriens).

La race des maîtres, les « hommes-Dieu blancs », aurait commencé à coloniser d’autres planètes similaires à la Terre il y a quelques 500 millions d’années, suite à l’expansion du soleil d’Aldébaran et de la chaleur grandissante qui en résulta et qui rendit les planètes inhabitables. On dit qu’ils auraient colonisé dans notre système solaire d’abord la planète Mallona (nommée aussi Maldek, Marduk ou bien Phaeton chez les Russes) qui aurait existé, à l’époque, entre Mars et Jupiter, là où se trouvent les astéroïdes aujourd’hui. Ce fut, après, au tour de Mars dont les grandes villes pyramidales et le visage martien bien connu, photographiés en 1976 par la sonde Viking, témoignent du haut niveau de développement de ses habitants. D’où la supposition que les hommes-Dieu de Sumeran-Aldébaran vinrent à cette époque-là pour la première fois sur Terre. De vieilles traces d’un soulier fossilisé remontant à environ 500 millions d’années en témoignent, ainsi qu’un trilobite fossilisé piétiné avec le talon de ce soulier. Cette écrevisse primitive vivait alors sur Terre et a disparu il y a 400 millions d’années.

Les membres de la Société Vril pensaient que les Aldébariens atterrirent, plus tard, lorsque la Terre devint peu à peu habitable, en Mésopotamie et qu’ils formèrent la caste dominante des Sumériens. On appela ces Aldébariens « hommes-Dieu blancs ». De plus, les télépathes de Vril reçurent l’information suivante : la langue des Sumériens était non seulement identique à celle des Aldébariens, mais elle avait aussi des sonorités semblables à l’allemand et la fréquence de ces deux langues était presque identique. Cela correspond-il à la réalité ? Disons simplement que les plans de construction et les renseignements techniques reçus par les télépathes – d’où qu’ils viennent – étaient si précis que naquit l’idée la plus fantastique jamais conçue par l’homme : la construction de la « machine vers l’au-delà » ! Le concept d’une « autre science » mûrit dans les esprits (on emploierait, de nos jours, le terme de « formes d’énergies alternatives ». Il fallut trois ans pour que le projet soit mis en place. Dans cette première phase d’une « autre technique » ou d’une « autre science », le Dr W. O. Schumann, membre des Sociétés Thulé et Vril, fit un exposé à la Faculté des sciences de Munich. En voici un extrait :

« Dans tous les domaines, il y a deux principes qui déterminent les événements : la lumière et l’ombre, le bien et le mal, la création et la destruction, comme le plus et le moins en électricité. Il s’agit toujours de : d’une façon ou d’une autre ! Ces deux derniers principes – désignons-les concrètement comme les principes créateurs et destructeurs – déterminent aussi nos moyens techniques. ( … ) Le principe destructeur qui est l’œuvre du diable, le principe créateur l’œuvre de Dieu. (…) Toute technique basée sur le principe de l’explosion ou de la combustion peut être cataloguée de technique satanique. La nouvelle ère qui arrive sera l’ère d’une technique nouvelle, positive et divine ! (…) (extrait des archives secrètes des SS). À la même période, le scientifique Viktor SCHAUBERGER travaillait à un projet similaire. Il avait fait sien l’enseignement de Johannes Kepler qui était en possession de la doctrine secrète des pythagoriciens, reprise et tenue secrète par les TEMPLIERS. Cela concernait le savoir sur l’ « Implosion » (dans ce cas, cela signifie l’utilisation du potentiel des mondes intérieurs dans le monde extérieur). Hitler et tous les autres membres des Sociétés Thulé et Vril savaient que le principe divin est toujours créateur, c.-à-d. constructif. Une, technologie qui, par contre, repose sur l’explosion est donc, de ce fait, destructeur, opposée au principe divin. On voulut alors créer une technologie reposant sur l’IMPLOSION.

La doctrine de l’oscillation de Schauberger (le principe de la série des harmoniques = monocorde) part du savoir sur l’implosion. Disons plus simplement : l’IMPLOSION à la place de l’EXPLOSION ! Au moyen des trajectoires de l’énergie du monocorde et de la technique de l’implosion, on pénètre dans le domaine de l’antimatière et on dissout, ainsi, la pesanteur. Le premier vaisseau en forme de soucoupe fut construit l’été 1922, sa propulsion était basée sur la technique de l’implosion (la machine vers l’au-delà). Il comprenait un disque de 8m de diamètre, surhaussé d’un disque parallèle de 6,5m de diamètre et flanqué en dessous d’un autre disque de 6m de diamètre. Ces trois disques avaient dans leur centre un orifice de 1.80m de diamètre où l’on monta le propulseur de 2.40m de haut. En bas, le corps central se terminait en forme de cône. Dans ce cône se trouvait une sorte de pendule qui avait pour effet de stabiliser l’appareil. Les disques inférieur et supérieur tournaient en sens inverse pour créer un champ de rotation électromagnétique. On ne connaît pas les performances de ce premier disque volant. Il fut expérimenté pendant deux ans avant d’être démonté et entreposé dans les ateliers de Messerschmidt à Augsbourg. On retrouve des aides de financements pour ce projet dans les comptabilités de plusieurs entreprises industrielles, mentionnées sous le code « JFM ». Il est certain que le mécanisme Vril est issu de la « machine vers l’au-delà » mais il a été répertorié comme le « lévitateur Schumann SM ».

En principe, la machine vers l’au-delà devait engendrer un champ extrêmement fort autour d’elle et dans son proche voisinage qui faisait de tout l’espace environnant, y compris celui de la machine et des occupants, un microcosme tout à fait indépendant de notre cosmos. A sa puissance maximale, ce champ serait totalement indépendant de toutes les forces et influences de notre Univers, telles que la gravitation, l’électromagnétisme, le rayonnement ou n’importe quelle matière. Il pourrait se mouvoir à volonté dans tous les champs gravitationnels sans qu’on y détecte ou qu’on y sente des forces d’accélération. En juin I934, Viktor SCHAUBERGER fut invité par Hitler et les plus grands représentants des Sociétés Vril et Thulé et travailla, désormais, en collaboration avec eux. Le premier OVNI allemand vit le jour en juin 1934. C’est sous la direction de Dr W. 0. Schumann que naquit le premier avion circulaire expérimental sur le terrain de la fabrique d’avions Arado à Brandebourg : il s’agissait du RFZ-1. Lors de son premier vol qui fut aussi le dernier, il s’éleva à la verticale d’une hauteur d’environ 60m mais se mit alors à tournoyer et à danser dans l’air pendant plusieurs minutes. L’empennage Arado 196 qui devait guider l’appareil s’avéra complètement inefficace. C’est avec grand-peine que le pilote Lothar Waiz réussit à le poser au sol, à s’en échapper et à s’éloigner en courant, car l’appareil se mit à tourner comme une toupie avant de capoter et d’être complètement mis en pièces. C’était la fin du RFZ-1, mais le début des engins volants VRIL.

Le RFZ-2 fut terminé avant la fin de l’année 1934, il avait une propulsion Vril et un « pilotage à impulsion magnétique ». Son diamètre était de 5m et ses caractéristiques étaient les suivantes : les contours de l’appareil s’estompaient quand il prenait de la vitesse, et il s’illuminait de différentes couleurs, ce qui est bien caractéristique des OVNIs. Selon la force de propulsion, il devenait rouge, orange, jaune, vert, blanc, bleu ou violet. Plans et légendes reconstruits à partir de fragments tirés des archives secrètes des SS Il put donc fonctionner et l’année 1941 lui réserva un destin remarquable. Il fut utilisé comme avion de reconnaissance à grande distance pendant la « bataille d’Angleterre », car il s’avéra que les chasseurs allemands standards ME109 étaient inaptes à des vols de reconnaissance transatlantiques à cause de leur petit rayon d’action.

On le photographia fin 1941 au dessus du sud de l’Atlantique alors qu’il se dirigeait vers le croiseur auxiliaire Atlantis se trouvant dans les eaux de l’Antarctique, il ne pouvait pas être utilisé comme avion de chasse pour la raison suivante : à cause de son pilotage à impulsion, le RFZ-2 ne pouvait effectuer des changements de direction que de 90°, 45° ou 22.5°. « C’est incroyable » vont penser certains d’entre vous mais ce sont précisément ces changements de vol en angle droit qui sont caractéristiques des OVNIs. Après le succès du RFZ-2 comme avion de reconnaissance à grande distance, la société Vril disposa d’un terrain d’expérimentation à Brandebourg. Le « chasseur VRIL I », disque volant équipé d’armes légères, volait à la fin de l’année 1942. Il avait 11.5m de diamètre, possédait un siège et une « propulsion à lévitation Schumann » et un « pilotage par impulsion à champ magnétique ». Il atteignait des vitesses de 2.900 à 12.000km/h, pouvait accomplir en pleine vitesse des changements de vol à angle droit sans préjudice pour le pilote, il n’était pas soumis aux conditions atmosphériques et était parfaitement apte à voler dans l’espace.

On construisit 17 exemplaires du Vril I, il y eut aussi plusieurs variantes à deux sièges, munies d’un dôme de verre. Au même moment, un projet V-7 vit le jour. Plusieurs disques volants portèrent ce nom mais ils avaient une propulsion par réacteurs conventionnels. C’est grâce à Andreas EPP que le RFZ-7 fur créé, il combinait un disque volant à lévitation avec cette propulsion à réaction. L’équipe de SCHRIEVER-HABERMOHL et celle de MIETHE-RELLUZO participèrent à son élaboration. Il avait 42m de diamètre mais se fracassa lors d’un atterrissage à Spitzbergen. Aux alentours de Prague, on prit cependant, plus tard, une photo d’un RFZ-7 construit de la même façon. D’après Andreas EPP, il devait être équipé d’ogives nucléaires et il devait bombarder New York. En juillet 1941, SCHRIEVER et HABERMHOL, construisirent un avion circulaire qui décollait à la verticale, mû par une propulsion à réaction mais qui avait, cependant, de graves défaillances. On développa pourtant une autre « toupie volante à électro-gravitation » avec une propulsion à tachyons qui eut plus de réussite. Puis ce fut au tour du RFZ-7T, construit par Schriever, Habermhol et Belluzo, qui fonctionna à merveille lui aussi. Mais comparés aux disques Vril et Haunebu, les disques volants V7 étaient plutôt des jouets d’enfants. Au sein même des SS se trouvait un groupe qui travaillait à la production d’énergie alternative : le Bureau d’Etude IV du Soleil Noir = SS-E-IV, dont le but principal était de rendre l’Allemagne indépendante du pétrole brut étranger.

Le SS-E-IV développa le « mécadsme THULE », appelé, plus tard, TACHYONATEUR THULE, à partir du mécanisme Vril et du convertisseur de tachyons du commandant Hans Coler. En août 1939 décolla le premier RFZ-5. C’était une toupie volante équipée d’armes moyennement lourdes du nom étrange de « HAUNEBU I ». Elle avait un équipage composé de huit hommes, avait 25m de diamètre, sa vitesse au départ était de 4.800km/h pour atteindre, plus tard, jusqu’à 17.000km/h. Elle était équipée de deux « canons à rayons forts » (KSK) de 60mm, montés sur tourelles rotatives, et de quatre MK106 et avait une aptitude moyenne à voler dans l’espace. Fin 1942, le « HAUNEBU III » était également fin prêt. Son diamètre variait de 26 à 32m, sa hauteur était de 9 à 11m. Il pouvait transporter un équipage de 9 à 20 personnes, Propulsé par un tachyonateur Thulé, il atteignait dans la périphérie terrestre 6.000km/h. Il était apte à se déplacer dans l’espace et avait une autonomie de 55 heures de vol. Il existait alors déjà des projets pour le grand vaisseau spatial VRIL7 de 120m de diamètre qui devait transporter des compagnies entières. Peu après, on construisit le « HAUNEBU III », exemplaire absolument prestigieux entre tous avec ses 71m de diamètre. Il vola et fut même filmé : il pouvait transporter 32 personnes, son autonomie en vol était de plus de huit semaines et il atteignait une vitesse d’au moins 7.000km/h (et d’après des documents d’archives secrètes des SS, il pouvait atteindre 40.000km/h). Virgil Armstrong, ex-membre de la CIA et retraité de Green Beret, déclare que les engins volants allemands pendant la Deuxième Guerre pouvaient atterrir et décoller à la verticale et voler en angle droit. Ils atteignaient 3.000km/h et étaient armés de canons laser (probablement le KSK, « canon à rayons forts ») qui pouvait traverser une épaisseur de 10 cm de blindage. 

Le proresseur J. J. Hurtak, ufologue et auteur de « Die Schlüssel des Enoch » (« Les clefs d’Hénoch »), dit que les allemands étaient en train de construire ce que les Alliés désignaient de « système d’armes miracles ». Hurtak eut entre ses mains des documents mentionnant : 

1. la construction de Peenemünde, ville d’expérimentation d’engins téléguidés vers l’espace

2. la venue des meilleurs techniciens et scientifiques d’Allemagne 

Ces documents mentionnaient aussi l’existence de ce qu’on appelait les « FOO-FIGHTERS » (les boules de feu). La CIA et les services secrets britanniques étaient déjà au courant en 1942, de la construction et de l’emploi de tels objets volants mais ils ne les apprécièrent pas à leur juste valeur. Les Alliés désignaient, fait, sous le nom de Foo-Fighters toutes les sortes d’appareils volants lumineux allemands. Deux inventions correspondaient particulièrement à ce qu’on appelait les Foo-Fighters : les tortues volantes et les bulles de savon. Les deux n’avaient rien à voir entre elles mais les Alliés les associaient à tort. La « Tortue Volante » fut conçue par le bureau d’études SS-E-IV à Wiener Neustadt. Sa forme rappelait celle d’une carapace de tortue. C’était une sonde volante sans équipage  qui devait perturber le système d’allumage électrique du matériel militaire ennemi. Cette sonde était aussi équipée d’armes sophistiquées, de tubes à Klystron appelés rayons de la mort par les SS. Mais le sabotage par coupure de contact ne fonctionna pas parfaitement au début. On continua, plus tard, à développer cette technique. Quiconque a déjà vu des OVNIs pourra confirmer que cette « coupure de contact », c.-à-d. l’arrêt des installations électriques, est une des caractéristiques typiques des OVNIs quand ils apparaissent.

Wendell C. Stevens, pilote de l’US Air Force pendant le Deuxième Guerre mondiale, dit que les Foo-Fighters étaient parfois gris vert ou rouge orange, qu’ils s’approchaient jusqu’à 5m des avions et qu’ils restaient dans cette position. Il n’était pas possible de se débarrasser d’eux, même lorsqu’on leur tirait dessus, et ils obligeaient parfois les escadrilles à faire demi-tour ou à atterrir. Quant aux bulles de savon désignées souvent comme Foo-Fighters, c’étaient, en fait, de simples ballons à l’intérieur desquels se trouvaient de fines spirales en métal pour brouiller les radars des avions ennemis. Leur efficacité fut probablement minime, mis à part l’effet d’intimidation psychologique. Au début de l’année 1943, on lança même le projet d’un astronef en forme de cigare qui devait être construit dans les chantiers de Zeppelin, c’était l’ « appareil ANDROMEDA » (long de 139m). Il devait transporter plusieurs vaisseaux spatiaux en forme de soucoupes pour des vols (interstellaires) de longue durée.

Une réunion importante de la Société VRIL eut lieu aux environs de Noël 1943 à Kolberg, station balnéaire en mer du Nord, à laquelle assistèrent les médiums Maria et Sigrum. Le sujet principal concernait l’ « Entreprise ALDEBARAN ». Les médiums avaient reçu des renseignements précis sur les planètes habitées, situées autour du soleil d’Aldébaran, et un voyage fut programmé pour s’y rendre. Le 2 janvier 1944, Hitler, Himmler, Künkel et Schumann (tous deux de la Société Vril) se rencontrèrent pour parler de ce « Projet  VRIL ». Ils voulaient se diriger à l’aide d’un gros astronef, le Vril 7, vers Aldébaran par un canal dimensionnel. D’après Ratthofer, le premier essai en vol dans un canal dimensionnel aurait eu lieu l’hiver 1944. L’appareil aurait évité de justesse un désastre : d’après les photos du Vril 7 prises après son retour, on aurait dit « qu’il avait voyagé pendant un siècle ». Le revêtement extérieur des cabines paraissait très usagé et il était abîmé en maints endroits. Le 14 févier 1944, le pilote d’essai Joachim Roehike testa à Peenemünde l’hélicopière supersonique construit par Schriever et Habelmohl sous le nom du projet V-7, qui était équipé de douze turbopropulseurs BMW 028. Sa vitesse de montée à la verticale était de 800m à la minute, il atteignait une hauteur de 24.200m et sa vitesse en vol horizontal était de 2.200km/h. Il pouvait être propulsé aussi par une énergie non conventionnelle. Il ne put, cependant, jamais intervenir car Peenemünde fut bombardé en 1944 et son transfert à Prague s’avéra inutile puisque cette ville fut occupée par les Américains et les Russes bien avant qu’on ne puisse utiliser les disques volants.

Lorsqu’ils occupèrent l’Allemagne début 1945, les Britanniques et les Américains découvrirent, entre autres, dans les archives secrètes des SS des photos du Haunebu II et du Vril I ainsi que de l’appareil Andromeda. En mars 1946, le président Truman fit en sorte que le comité de la flotte de guerre des USA donna la permission de rassembler le matériel allemand pour qu’ils puissent expérimenter cette haute technologie. Des savants allemands travaillant en secret furent emmenés aux USA dans le cadre de l’opération « PAPERCLIP ». Il s’y trouvait, entre autres, Viktor SCHAUBERGER et Werner  von BRAUN. Résumons brièvement ici les constructions qui devaient être produites en série : Le premier projet fut conduit sous la direction du Prof. Dr W. 0. Schumann de la Faculté des sciences de Munich. C’est dans ce cadre qu’auraient été construits, jusqu’au début de 1945, 17 disques spatiaux volants de 11.5m de diamètre qui auraient accompli 84 essais en vol, c’étaient ceux qu’on appelait les « Chasseurs VRIL 1 ». Un VRIL-7 et un VRIL-7 grand modèle du nom de « ODIN » auraient, pour le moins, décollé de Brandebourg vers Aldébaran, en avril 1945, après avoir fait sauter tout le terrain d’essais et en emmenant une partie des scientifiques de Vril et des membres de la loge Vril. Le deuxième projet était mené par le bureau d’étude IV des SS qui fit construire, jusqu’au début 1945, trois types du toupies spatiales de différentes grandeurs en forme de cloche : le Haunebu I, 25m de diamètre, en deux exemplaires, testé 50 fois (vitesse en vol d’environ 4.800km/h), le Haunebu I, 11332m de diamètre, en sept exemplaires, testé 100 fois (vitesse en vol d’environ 6.000km/h). Il était, en fait, prévu de construire des Haunebu II en série. Une offre aurait été lancée auprès des firmes d’avions Dornier et Junkers. Fin mars 1945, Dornier décrocha le contrat. L’appellation officielle de ces lourdes toupies volantes allait être DO-STRA (avions STRAtosphère DOrnier). Le Haunebu III, 71m de diamètre, construit en un seul exemplaire, vola au moins 19 fois (vitesse en vol d’environ 7.000km/h). L’ « Appareil ANDROMEDA », astronef de 139m qui pouvait recevoir un Haunebu II, deux VRIL I et deux VRIL II, resta à l’état de projet. Il y a, de plus, des documents attestant que le VRIL-7, version grand modèle, fut terminé à la fin 1944 et qu’après des essais, il fit quelques vols qui ne dépassèrent pas l’orbite terrestre qui furent tenus secrets.

Qu’advint-il des vaisseaux spatiaux après la guerre ? On ne peut exclure une production en une très petite série du Haunebu II. Les différentes photos d’OVNIs qui, après 1945, montrent des constructions typiquement allemandes nous le laissent à penser. Certains disent qu’une partie des engins avait été coulée dans le lac « Mondsee » en Haute-Autriche, d’autres pensent qu’ils auraient été emmenés en Amérique du Sud ou qu’ils y furent transportés en pièces détachées. Il est certain que même s’ils n’ont pas forcément atteint l’Amérique du Sud, on y fabriqua, à l’aide de plans de construction, de nouveaux appareils. On les fit voler, et une part importante de cette technologie fut utilisée en 1983 dans le cadre de l’ « Expérience Phoenix », projet précédé par l’ « expérience Philadelphia » de 1943. (Il s’agit d’expériences de téléportation, de matérialisation et de voyages dans le temps de la US NAVY qui furent plus couronnées de succès qu’on ne l’aurait imaginé dans les rêves les plus téméraires.

En 1938 eut lieu une expédition allemande en ANTARCTIQUE menée par le porte-avions Schwabenland. Les Allemands s’attribuèrent 600.000km carrés de terrain qu’ils baptisèrent « NEUSCHWABENLAND » (Nouvelle Souabe). C’était une région sans glace avec des montagnes et des lacs. Des flottes entières de sous-marins du type 21 et 23 prirent, plus tard, la route vers le Neuschwabenland. Jusqu’à ce jour, plus de cent sous-marins allemands y disparurent. Ils étaient équipés entre autres du tuba Walter qui leur permettait de rester plusieurs semaines sous l’eau. On peut penser qu’ils se sont enfuis vers le Neuschwabenland avec les soucoupes volantes en pièces détachées ou qu’ils ont, au moins, emporté les plans de construction. On peut supposer aussi, puisque les essais en vol furent couronnés de succès, qu’à la fin de la guerre les soucoupes volantes s’y sont rendues directement. Cette supposition peut paraître osée à plus d’un mais beaucoup d’indices importants permettent d’imaginer que cela s’est passé ainsi. On peut alors se poser la question : « Pourquoi les Alliés ont-ils envahi l’Antarctique sous les ordres de l’Amiral E. BYRD, en 1947 ? ». Si ce n’était que pour une expédition, pourquoi Byrd avait-il à sa disposition 4.000 soldats, un bateau de guerre, un porte-avions tout équipé et tout un système complet de ravitaillement ? Il disposait de huit mois et il fut, cependant, obligé déjà au bout de 8 semaines de tout interrompre après avoir subi d’énormes pertes d’avions. Le nombre exact ne fut jamais communiqué publiquement : Qu’arriva-t-il ?

L’amiral Byrd expliqua, plus tard, à la presse : « C’est dur à entendre mais dans le cas d’une nouvelle guerre il faudra s’attendre à des attaques d’avions qui peuvent voler d’un pôle à l’autre ». Il laissa aussi entendre qu’il y avait là-bas une civilisation avancée qui se servait, en accord avec les SS, d’une technologie supérieure. Dans son livre « Zeitmaschinen » (Machines à remonter le temps) ou il se demande, entre autres, ce que sont devenus les Haunebu, Norbert Jürgen-Ratthofer écrit : 

« Depuis mai 1945, les toupies spatiales Haunebu I, II et III et même les disques volants spatiaux Vril-1 ont disparut, d’abord, sans laisser de traces. (…) Dans ce contexte, il est extrêmement intéressant de savoir que le Haunebau III du Reich allemand, après son 19ème essai en vol, se serait envolé vers Mars pour une expédition spatiale le 20 avril 1945 en décollant du « Neuschwabenland » qui était alors officiellement un immense territoire du Reich allemand en Antarctique de l’est. Ce qui en est réalisé, nous ne le savons pas. (…) Un an plus tard, en 1946, d’innombrables objets lumineux d’origine inconnue mais fabriqués indéniablement de façon artificielle furent vus au-dessus de la Scandinavie et provoquèrent un grand émoi chez les Alliés à l’Est comme à l’Ouest. De nouveau un an plus tard, en 1947, et jusque dans les années 50, des objets volants lumineux surgirent au-dessus de l’Amérique du Nord en un nombre sans cesse croissant. Ils étaient pilotés, c’est certain, par des êtres intelligents, ils étaient, le plus souvent, ronds, en forme de disque ou de cloche, c’était aussi parfois des « Objets Volants Non Identifiés » en forme de cigares qu’on appelle OVNIs ». Il y a des auteurs qui disent que ces « OVNIs » ne ressemblaient pas, en règle générale, à ceux fabriqués par le Reich allemand.

Du matériel photo bien documenté prouve que spécialement la version Haunebu II a été vue, très souvent, depuis 1945. Si vous vous êtes intéressés, comme moi, depuis 10 ans au monde technique des OVNIs, vous avez pu constater que parmi les cas ou il y a eu des contacts personnels avec les occupants des OVNIs, il y a un pourcentage particulièrement élevé de très beaux êtres de l’espèce « aryenne », blonds aux yeux bleus et que ceux-ci parlaient soit couramment l’allemand soit couramment une autre langue avec un accent allemand (pour les initiés mentionnons le cas d’Adamski, en 1952, le cas de Cedric Allingham, en 1954, et celui de Howard Menger, en 1956).

On raconte aussi qu’existent des photos en couleur d’un disque volant qui a atterri avec des hommes pour repartir aussitôt et sur lequel étaient dressées deux croix, une « Balkenkreuz » et une croix gammée. Ces photos furent prises dans les années soixante-dix par un veilleur de nuit en RDA. Il existe à propos des engins volants mentionnés ci-dessus un très bon dossier de photos et de films comme, par ex., la documentation en 60mm « UFO-Geheimnisse des 3 Reiches » (Les secrets des OVNIs du 3ème Reich). Citons aussi le dossier de l’Américain Vladimir Terziski qui, lors de la conférence sur les OVNIs en septembre 1991 à Phoenix, en Arizona, a projeté des diapositives pendant trois heures et montré des photos de soucoupes allemandes, de plans de construction et de bases souterraines allemandes.

Le livre du commandant de l’armée de l’air italienne Renato Vesco est aussi très intéressant ainsi que celui de Rudolf Lusar : « Die Deutschen Waffen und Geheimwaffen des Zweiten Weltkrieges und ihre Weiterentwicklung » (Les armes allemandes et les armes secrètes allemandes de la Deuxième Guerre mondiale et leur mise au point ultérieure), J. E Lehmanns Verlag, München, 1971. Comprenez-vous maintenant pourquoi tout ce qui a trait aux OVNIs passe pour de la fumisterie dans les masses média, et ceci particulièrement en Allemagne ? Compte tenu de cet arrière-plan allemand, le monde de la presse et des médias qui est contrôlé par les Illuminati grâce au lobby anglo-américano-sioniste est prêt à investir des sommes énormes pour empêcher le citoyen allemand de faire des investigations en ce domaine. La question qu’on peut se poser maintenant est la suivante : 

D’où les sociétés secrètes allemandes Thulé et Vril tenaient-elles les connaissances indispensables à la construction de ces engins volants ? Et d’où leur venait le savoir concernant le génie génétique, domaine ou les allemands étaient également fort en avance par rapport aux autres nations ? D’après les dires de Herbert G. Dorsey et d’autres chercheurs, ils ont été non seulement par les contacts télépathiques avec des extra-terrestres leur fournissant les plans de construction, mais aussi par l’étude de la propulsion intacte d’une soucoupe non terrestre qui s’était abattue en Forêt Noire en 1936. Mais il n’y a pratiquement aucune preuve de cet événement ni des témoins oculaires encore vivants. Cependant, ces preuves existent aux USA, et même en grand nombre. À la même époque, les Américains enregistraient une série d’objets qui s’écrasaient au sol, ce qui ne put être tenu complètement caché.

Revenons à la politique. Pendant que l’I.G. Farben soutenait Hitler, son partenaire de cartel, la « Standard Oil » (Rockefeller) montait le peuple contre les Nazis. De même, la « Ford, Motor Company » fabriquait des armements militaires pour l’armée américaine mais produisait en même temps en Allemagne des véhicules militaires pour les nazis. Ford et Opel (filiale de General Motors qui est contrôlée par J. P. Morgan) étaient les deux plus grands fabricants de chars dans l’Allemagne d’Hitler. Qu’importe le vainqueur, les multinationales étaient, depuis le début, gagnantes. C’est selon ce même principe que beaucoup d’entreprises travaillèrent pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Pourquoi n’y a-t-il rien de tout cela dans les livres des écoliers ou dans les encyclopédies ? Et particulièrement en Allemagne où règne apparemment la liberté de la presse et où l’on enseigne la vérité ? Une des raisons en est la suivante : la fondation Rockefeller a distribué, en 1946, 139.000 dollars pour qu’on présente au public une version officielle de la Deuxième Guerre mondiale qui dissimule toute l’aide des banquiers américains pour l’édification du régime nazi et qui passe aussi sous silence l’idéologie mystique et occulte de ce régime. Un des principaux donateurs était la Standard Oil Corp, de Rockefeller.

Extrait tiré du Livre Jaune N°5, La Société VRIL, page 154

Opération Higjump

1ère Partie : La Base

Au début de l’année 1947, une nouvelle expédition menée par l’américain l’Amiral Richard Byrd, arrive sur les côtes de l’Antarctique. Contrairement aux trois précédentes, celle-ci est entièrement financée par l’US Navy, sous le nom de code : « Opération HighJump ». Sous le commandement de l’Amiral Byrd, il y avait un puissant escadron militaire, composé d’un porte-avions, 12 navires de surface, un sous-marin, plus de 20 avions et hélicoptères, et environ 5000 hommes embarqués. C’était une grosse équipe, il semblerait, pour une expédition scientifique. 

Le 2 décembre 1946, avant le départ de cette expédition, l’Amiral Byrd dira lors d’une conférence de presse : « Mon expédition est de nature militaire », sans donner plus de détails. 

Fin janvier 1947, une reconnaissance aérienne de grande échelle commença au dessus de l’Antarctique, sur la région de Queen Maud Land. Tout c’est passé comme prévu les premières semaines, des dizaines de milliers de photos furent prises. L’expédition de 6 mois, prend, soudain, fin au bout de seulement 2 mois ; prenant la fuite des côtes Antarctiques, cela a été une retraite très rapide. Les américains ont perdu un destroyer, près de la moitié du porte-avions, ainsi que des dizaines de marins et d’officiers. Aux membres de la commission d’enquête du Congrès, l’Amiral Byrd déclara ceci :

« Dans le cas d’une nouvelle guerre, l’Amérique pourrait être attaquée par un ennemi ayant la capacité de voler d’un pôle à l’autre à une vitesse incroyable. » 

Mais qu’est-ce qui a bien pu faire fuir la Marine Américaine ?

En 1945, 18 mois avant que l’expédition de l’Amiral Byrd ne débute, 2 sous-marins allemands entrèrent à Mar del Plata, un port Argentain. Ce n’était pas des sous-marins ordinaires, ils provenaient de ce qu’on appelle : le ‘convoi du Fuhrer’. C’était une flotte top-secrète en mission, les détails sont restés secret jusqu’à maintenant. L’équipage du sous-marin était réticent à toute coopération. Malgré tout, les américains en apprirent un peu plus. Le Commandant du U-Boat U-530, parla de son implication dans une opération nommée : ‘Valkyrie II’. Deux semaines avant la fin de la guerre, un U-Boat et un U-530 quittèrent le quai en direction des côtes Antarctiques. À bord d’un des sous-marins, les passagers avaient le visage recouvert.

Le Commandant d’un autre U-Boat : le U-Boat 977, Heinz Schaeffer, témoigna plus tard qu’il suivait aussi le même itinéraire. Il a été découvert que les sous-marins allemands ont à plusieurs reprises pris la direction de l’Antarctique. 

Mais pourquoi se rendre là-bas ?

L’Antarctique, découvert en 1820 par 2 explorateurs russes, Gelenkschmerzen et Lazarev ; depuis lors, ce mystérieux continent, plus grand que l’Europe, continu d’attirer les explorateurs. Cependant, les 10 mètres de falaises de glace des rives rendit le continent inabordable durant de nombreuses années. Pendant près d’un siècle, l’Antarctique est resté non-exploré. Seules les délimitations des côtes étaient marquées sur les cartes. Soudain, ce lointain et ‘inutile’ continent de glace suscita une étrange curiosité de la part des Allemands. De gros crédits furent, alors, débloqués pour étudier ce continent. À la fin des années 30, 2 expéditions furent organisées. C’était juste avant que n’éclate la guerre. 

En janvier 1939, 2 avions : le Passat et le Boreas décollèrent du porte-avion ‘Schwabenland’ pour aller survoler le région de Queen Maud Land. En 3 semaines, les pilotes de la Luftwaffe, marqués par le fanion de la Swastika, réussissent à sécuriser pour le 3ème Reich une zone de la taille de l’Allemagne, qui sera baptisé : « la Nouvelle Souabe » (région du sud de l’Allemagne). 

En avril 1939, l’explorateur polaire le Capitaine Alfred Ritscher écrira ceci : « J’ai rempli la mission qui m’a été confiée par le Maréchal Goering ». « Pour la première fois, la flotte aérienne allemande vola au-dessus de l’Antarctique ; nous avons couvert une surface de 600 000 km carré. De plus, 350 000 km2 furent photographiés. » 

Les as du ciel du Maréchal Goering avaient fait leur travail. Cette mission inhabituelle passa ensuite la main aux U-Boats, commandés par l’Amiral Karl Dönitz. En secret, ces sous-marins mirent le cap vers l’Antarctique. Plus tard, Karl Dönitz prononça une curieuse phrase : « Mes sous-mariniers ont trouvé un véritable paradis sur Terre. » En 1943, en pleine guerre avec la Russie, l’Amiral Dönitz prononça une autre phrase intrigante :

« La flotte des sous-marins allemands est fière. À l’autre bout du monde, nous avons fait une citadelle imprenable pour  notre Fuhrer. » À l’époque, ces mots du Grand Amiral de la flotte navale, ne seront compris que par un petit nombre d’initiés. 

Aujourd’hui, nous pouvons émettre une hypothèse sur les paroles de l’Amiral : Récemment, d’énormes lacs sous-terrains ont été découvert à 1 km sous la glace. La température de ces lacs est de 18°C. Au dessus du niveau de la mer, il y a des voûtes en forme de dômes remplie d’air chaud. Il est possible que cela soit en lien avec ces lacs chauds. Une rivière permanente d’eau chaude s’écoule dans l’océan. Pendant des milliers d’années, ces rivières d’eau chaude ont formé de larges tunnels de glace sous-terrains parfaits pour une base secrète. À partir de la côte, il est facile pour un sous-marin d’accéder à ces tunnels. Un endroit parfait pour une base à l’abri des tempêtes et du froid polaire, totalement camouflée et loin des recherches ennemis. Si les Allemands avaient à décider d’un endroit pour une base ou une zone secrète, cela voulait dire qu’il fallait un endroit totalement inaccessible.

Les zones polaires, dont l’Antarctique étant très approprié pour avoir un tel niveau sureté. D’après les déclarations de témoins et autres documents, les Nazis auraient bien organisé la création d’une base en Antarctique; son nom de code « la Base 211 ». Au début de 1939, des voyages réguliers étaient effectués entre l’Allemagne et l’Antarctique dans un navire de recherche spécialement équipé, nommé le ‘Swabia’. Des équipements de construction minière et autres machines, incluant des rails, des camions et des foreuses géantes furent acheminées à Queen Maud Land. Dans le même temps, des scientifiques, des ingénieurs et des ouvriers hautement qualifiés furent amenés sur place. 

Pourquoi l’Allemagne avait-elle besoin d’une telle base secrète ?

Il y a plusieurs hypothèses; certains pensent qu’il s’agissait d’une volonté de contrôler les mers du Sud. D’autres que les Allemands étaient attirés par les vastes ressources naturelles, comme l’Uranium, essentiel pour les armes de destruction massive. Beaucoup ont supposé qu’en cas de défaite, l’Antarctique serait un refuge idéale pour l’élite du 3ème Reich. 

En 1942, le transfert d’habitants à la ‘Nouvelle Swabia’ commença, incluant des scientifiques, des ingénieurs, des membres et représentants du parti Nazi et du gouvernement Allemand. Cerataines technologies industrielles secrètes furent aussi transférés d’Allemagne. 

Après la guerre, les américains ont recruté des scientifiques allemands pour travailler aux USA, mais ils ont été choqués de voir des milliers de spécialistes Nazis hautement qualifiés ayant disparu et non listé comme morts. Plus de 100 sous-marins avaient également disparus, et jamais retrouvés. Il est clair que les américains ont obtenu des informations concernant l’héritage des Nazis : son potentiel technologique par rapport à ses chercheurs, ses ingénieurs ayant été évacués d’Allemagne, et naturellement en Antarctique, devenu le centre de leur attention. Il y a aussi ces témoignages de sous-mariniers allemands aux autorités d’Argentine. Tout cela avait, semble-t-il beaucoup alarmé les américains.

À la fin de 1946, le célèbre explorateur polaire, l’Amiral Richard Byrd, reçoit l’ordre d’aller détruire la base des Nazi en Antarctique. Mais la situation tourna mal. La résistance rencontré par la Marine américaine soulève bien des questions. L’Amiral Byrd parla d’avions de chasse avec d’incroyables capacités. Il a aussi parlé d’attaques de l’expédition par d’étranges soucoupes volantes. Elles émergeaient de la mer à très grande vitesse, causant beaucoup de dégâts à l’expédition.

Le 26 février 1947, une bataille éclata, elle a été décrite par un des membres de l’expédition, un pilote expérimenté nommé : John Sireson.

« Ça sort de l’eau à la verticale comme une furie, se glissant entre les mâts du navire à une vitesse folle tel que l’air perturbe nos antennes radios. Je n’avais pas le temps de cligner des yeux. Deux ‘Corsaires de Casablanca’ ont été descendu par un mystérieux rayon tiré de l’avant de ces soucoupes volantes, ce qui les fit plonger dans l’eau, à proximité du navire. À ce moment-là, j’étais sur le pont du Casablanca et j’ai vu comme vous me voyez maintenant, je ne comprenais pas, ces objets étaient silencieux, ils flottaient entre les navires, tel une bête satanique crachant un feu mortel. Soudain, j’ai vu le destroyer ‘Murdoch’ qui était à peu près à 120 pieds de là, il était en flamme et a commencé à couler. Malgré le danger, les secours et les canots de sauvetage furent immédiatement envoyés sur le site, le cauchemar a duré environ 20 minutes. Lorsque les soucoupes ont replongé sous l’eau, nous avons évalué nos pertes. Elles étaient terribles. » 

À qui appartenaient ces soucoupes volantes ? Serait-ce aux Nazis ?

2ème Partie : Ahnenerbe – L’héritage Ancestral

Après la guerre, dans les archives secrètes Nazi, des dessins et des photos intriguant ont été découvert. Cela prouve que les scientifiques allemands étaient engagés dans le développement d’avions en forme de disque. À cette époque, rien de tel n’existait. 

Comment les Nazis avaient-ils réussi à faire un tel bond technologique ?

Société Ahnenerbe, la plus mystérieuse organisation du 3ème Reich. Aujourd’hui encore, les services secrets des grandes puissances cherchent à en connaitre les secrets. Mais pourquoi ?

Il s’agit de la seule structure historiquement connue engagée dans l’occultisme et la mystique dont l’État prend en charge le financement. Aucune organisation au monde n’avait ces dispositions et un tel volume de données, une telle influence sur le développement de technologie occulte que l’Ahnenerbe. Les fondateurs de l’Ahnenerbe viennent des plus hauts rangs du 3ème Reich. Les recherches sur le savoir occulte et les phénomènes paranormaux faites par l’Ahnenerbe reçurent la bénédiction du SS Reichsfuhrer Himmler, qui n’a pas seulement agit de sa propre initiative, mais aussi par les instructions d’Adolf Hitler. 

Officiellement, la Société a été fondée en 1935, elle avait pour but l’étude des racines historiques de la nation allemande. Ahnenerbe signifie : « L’héritage Ancestral ». Cependant, les sujets intéressant cette société dépassaient la simple étude de l’histoire germanique. Les leaders du 3ème Reich comprirent que la taille d’une armée n’était pas le seul critère pour gagner une future guerre. Ils ont donc adopté, alors, ce que l’on appelle le concept de supériorité qualitative, ainsi, une guerre pourra être gagnée avec moins de force quantitative, mais en utilisant des forces hautement qualitatives. Pour leur fournir cette supériorité qualitative, l’Ahnenerbe s’est spécialisée dans l’occultisme non-traditionnel, et les connaissances paranormales.

Ceci afin de réaliser une percée dans un domaine ou les adversaires n’étaient pas compétent. L’idéologie Nazi était basée sur la théorie que dans le passé, il y avait une puissante civilisation sur Terre qui avait accès aux secrets de l’univers. À certains endroits, ces connaissances ont été inscrites pour être préservées. Elle était chargée de relancer le ‘super-humain’ en Allemagne, dans leur rôle de descendants des anciens Aryens. Ils s’intéressaient beaucoup à l’Atlantide, leurs scientifiques croyaient que la race Aryenne provenait de là-bas. Donc l’Allemagne était l’héritier légitime du savoir technologique de l’Atlantide. La légende dit qu’il s’y trouvait des navires géants et des véhicules volants alimentés par une force inconnue. En cherchant sur le savoir supérieur, sur l’histoire des civilisations, le berceau de la civilisation, ils prétendaient qu’il y avait une origine germanique et que toutes les civilisations du monde avaient des racines germaniques.

Les recherches de l’Ahnenerbe avaient débuté juste avant la guerre. Il ne fait aucun doute que les membres d’Ahnenerbe disposaient d’une incroyable carte, découverte par des historiens en 1929; cette carte a été tracée au début du 16ème siècle par l’Amiral turc, Piri Reis. Ce qui est intriguant, c’est comment cette carte détaille la côte Antarctique, c’était 300 ans avant la découverte officielle de ce continent. Sur la carte, les notes de l’Amiral Pire Reis précise qu’elle provient de plusieurs sources, certains d’au moins 300 ans. Mais le plus curieux est cette délimitation des côtes Antarctiques, qui sont représentée sans la couverture de glace. Même encore aujourd’hui cette carte pose beaucoup de questions. 

Voici la version d’un spécialiste de l’Air Force US :

« Les lignes côtières de cette carte ont été tracées avant qu’elle ne soient couvertes par la glace, l’épaisseur de glace est de 1,5 km. Nous n’avons aucune explication sur comment ces données ont-elles été obtenue en 1513. »

Les experts internationaux ont fait une examination approfondie de cette carte, et en ont conclu qu’elle était plus précise que les cartes du 20ème siècle. Les analyses sismiques confirment le fait que jusqu’à récemment, les scientifiques étaient ignorants, certaines des montagnes, autrefois considérées comme un massif unique, seraient en réalité des îles séparées, comme indiqué sur cette ancienne carte. Il y a 70 ans on peut imaginer l’impact qu’a du avoir la carte de Piri Reis sur les fondateurs de la race Aryenne. C’était un espoir apporté à la recherche sur la techno-magie de l’Atlantide. Une hypothèse est que l’Antarctique serait l’ancienne Atlantide, recouverte par la glace suite à un déplacement des pôles. Lorsqu’ils ont appris l’existence de cette carte, ils ont aussi réalisé qu’un savoir secret pouvait être stocké quelque part, mais où ?

Une expédition secrète de l’Ahnenerbe débuta pour trouver ces reliques et ces manuscrits à travers le monde, du Tibet à l’Amérique du Sud. Ils cherchaient, en particulier, les archives des Chevaliers Templiers, disant qu’ils avaient visité l’Amérique bien avant Christophe Colomb. Apparemment, les Templiers disposaient de manuscrits secrets, similaires à la carte de Piri Reis; cela suggère qu’ils savaient quelque chose de vital à propos de l’Antarctique. Sur les territoires occupés, les unités spéciales de commandos SS retirent les archives et les bibliothèques.

L’Ahnenerbe confisque les bibliothèques des facultés théologiques et des sociétés secrètes dès qu’elle a pu. L’Ahnenerbe a collecté une vaste bibliothèque, selon un bibliothècaire d’une des bibliothèques de Postanski, en mars 1945, il a assisté à l’approche des troupes soviétiques de l’Allemagne, l’Ahnenerbe a alors évacué sa bibliothèque, emportant environ 140 000 volumes. Le catalogue de la bibliothèque devait être très intéressant. Il est possible que l’Ahnenerbe ait trouvé quelque chose de très intéressant sur l’Antarctique. Ils ont fait l’étude de ce continent, un de leur but principal. En fait, les SS cherchaient une connaissance spécifique, ‘La coupe du Graal’ combinée avec la ‘Sainte Lance’ ouvrirait la voie pour la domination mondiale. Hitler prit connaissance de cette légende avant la 1ère Guerre Mondiale.

La ‘Flèche de la Destinée’ est conservée au musée de Vienne; Hitler a possédé la flèche en 1938, après que l’Allemagne annexa l’Autriche. Pour contrôler le monde, il avait encore besoin de la Coupe du Graal. En combinant la flèche légendaire : symbole du principe actif mâle et de la connaissance scientifique, avec la Coupe, symbole du principe actif féminin et de la sagesse. C’était là l’idée dominante qui préoccupait l’élite du 3ème Reich. Pour fusionner les dernières découvertes scientifiques avec des siècles d’anciens savoirs, même en absence d’explication rationnelle. Cela aurait pu être une idée attractive et productive. Si ce n’était pas le but, en tout cas les Nazis poursuivirent leur tentative de règne sur le monde, pour le réduire en esclavage sous le joug de la race supérieure, tout cela en utilisant un savoir et une technologie occulte. 

D’après certaines recherches, l’Ahnenerbe employait une certaine élite, principalement de grands scientifiques et des centaines de membres de plus de 50 universités. L’Ahnenerbe était engagée dans l’étude des mathématiques, l’astronomie, la génétique, la médecine mais aussi dans le développement  d’armes non-conventionnelles, mais également dans les méthodes d’influences psychologique des masses. Ils ont exploré les sciences occultes, religieuses et les pratiques mystiques, les facultés paranormale de l’humain.  

L’Ahnenerbe était sérieusement engagée dans ces recherches, la preuve factuelle pour cela sont les directives de l’Ahnenerbe, données par ses gestionnaires, dont Himmler, avant la guerre de 1939. Des études concernaient les facultés paranormales des employés de l’Ahnenerbe, ces études ont été archivées dans des dossiers personnels. Lorsque la guerre débuta, les officiers avec ces facultés paranormales, ainsi que d’autres qui faisaient preuve de facultés paranormales furent fusionnés dans un département spécial de l’Ahnenerbe; malheureusement, il n’y a pas d’archives sur quoi travaillait ce département, et plus important, sur les résultats qu’ils auraient obtenu. Un des objectifs principal poursuivi par les experts de l’Ahnenerbe était d’utiliser les facultés paranormales pour contacter des êtres inconnus ou les ‘étrangers’ comme ils les appelaient; le but étant d’accéder à une haute technologie extraterrestre et à l’ancien savoir des civilisations terrestres sur certaines technologies. Cela avait déjà eu lieu.

3ème Partie : Les soucoupes

En Décembre 1919, les membres de la Société secrète de Thulé, les prédécesseurs de l’Ahnenerbe, sont rassemblés aux pieds des Alpes, dans une ferme proche de Berchtesgaden, parmi les membres sélectionnés, il y avait les meilleurs médiums et ‘contactés’. L’un d’entre eux se cache derrière le mystérieux pseudo-nom de Sigrun, l’autre était Maria Orsic de Zagreb; elle parla de choses étranges dans un état de transe. Cela provenait d’une civilisation située dans la constellation du Taureau, M. Orsic reçu d’incroyables informations techniques. Cela ne choqua personne mais au contraire, attira beaucoup l’intérêt car cela concernait la construction d’un engin volant inhabituel, pouvant altérer l’écoulement du temps autour de lui. Une étape dans le rêve de cette société secrète, une machine à remonter le temps pouvant pénétrer profondément l’histoire, et ainsi obtenir la connaissance des Anciennes grandes Civilisations. 

 

Cette connaissance ‘médiumnique’ a été transmise aux scientifiques pour une traduction technique claire pour l’ingénierie. 

En 1922, le premier modèle a été construit, l’engin possède 3 disques parallèles. En marche, les disques supérieurs et inférieurs tournent en sens inverse, créant ainsi un puissant champs magnétique avec un effet d’anti-gravité. Ce système ne permet pas seulement de flotter dans l’air, mais déforme aussi la structure du temps autour de l’appareil. On peut penser qu’il s’agit du prototype des futures soucoupes ‘techno-magiques’ basées sur des principes de vols non classique. Ces super-disques ont été développés par une unité spéciale des SS connectée à l’Ahnenerbe.

Deux idées basiques hantaient l’esprit des élites de l’Allemagne Nazi, la 1ère était la création d’un ‘humain supérieur’, la 2ème était la maitrise de l’énergie ‘techno-magique’; cela n’inclue pas seulement la possibilité de maitrise de l’énergie nucléaire, mais aussi, bien sûr, les systèmes de disques volants créant fondamentalement un nouveau type de technologie volante. La recherche d’idées alla dans toutes les directions. Cela impliquait, non seulement, des médiums et des ingénieurs mais également des historiens. Même avant la guerre, les expéditions allemandes de l’Ahnenerbe revenaient avec des centaines de vieux manuscrits en Chinois et autres langues orientales. Et cela était étudié avec beaucoup d’attention.

Wernher von Braun, un pionnier de l’ingénierie spatiale, dira plus tard : « Nous avons beaucoup appris dans ces manuscrits. »  

Les résultats de cette expédition furent rapportés à Hitler en personne. L’un d’entre eux inspira le leader du 3ème Reich, pensant à de super-armes et au vol dans l’espace. Les concepteurs firent de leur mieux, mais la connaissance sur les principes de rotation et de l’anti-gravitation de ces super-disques était insuffisante; un moteur était nécessaire, et ils ne l’avaient pas. La technologie est malheureusement très en retard sur ces idées avancées. 

En juillet 1934, Hitler et l’élite des sociétés secrètes Thulé et Vril, invitent l’inventeur Viktor Schauberger à travailler avec eux. Son légendaire moteur à implosion capable de fournir de la lumière, de la chaleur et un mouvement mécanique avec seulement de l’eau et de l’air. Ils avaient besoin de lui pour une chose : créer un moteur pour des disques volants. Un accord est conclu et après 5 ans, en 1939, un prototype de disque Vril avec un moteur de Schauberger s’éleva dans les airs. Les progrès avec les disques sont extrêmement lents, car il y a un manque d’expérience et de spécialistes compétents. Ils ont été forcés de prendre des décisions extraordinaires, pour développer le super-disque, ‘Sonder Bureau 13’ a été introduit. Cette unité spéciale de recherche scientifique des SS était engagée dans divers projets délicats, comme l’étude des OVNIs. Même avec les meilleurs scientifiques et les meilleurs pilotes, le projet tomba à l’arrêt sans jamais redémarrer… tout était Top Secret. 

« J’ai parlé avec un professeur allemand, Hermann Oberth, un homologue russe de Tsiolkovsky. Il  a été l’enseignant de Wernher von Braun, et je l’ai interrogé sur les soucoupes volantes. Il a répondu: « oui, j’en ai entendu parler, j’ai une certaine connaissance là-dessus, mais les SS ont supervisé cela et nous ne pouvions pas savoir à quoi nos collègues de Berlin étaient occupés. »

À la fin de 1942, un disque-volant nommé Vril1 ou Jager prit son envol, il avait un diamètre de 11,5 mètres, il est mentionné, qu’avant la fin de la guerre, 17 types de soucoupes furent construite. Les allemands voulaient s’en servir comme appareils d’espionnage. Les côtés de la soucoupes paraissaient presque invisible. 

Des généraux ayant participé à la bataille de Kursk et deux héros de l’Union Soviétique, un pilote et un commandant de tank, ont décrit ce qu’ils avaient vu : un disque suspendu dans le ciel durant la bataille de Kursk. Qu’est-ce que c’était ? Ils ne le savaient pas. Ni les Allemands, ni les Russes ne le reconnaissaient. Entre ces dessins et photos de disques, il y en a un d’identifié sous le nom de : Haunebu. Les notes sous le disque ressemblaient à de la science-fiction; d’après la description, ils utilisaient une source d’énergie alternative : le convertisseur dit de Hans Kohler, qui fonctionne sans énergie fossile. Il était même prévu d’envoyer le disque Haunebu 3 dans l’espace. Dans les archives saisies, un autre mystérieux document a été découvert, celui d’un plan d’un énorme appareil long de 139 mètres en forme de cigare, il est nommé ‘Andromède’, il possède des hangars pour 5 soucoupes de type ‘Haunebu’ et ‘Vril’. Le but de cet appareil ? Certains pensent qu’il était conçu pour des vols spatiaux de longue durée. Il y aurait une autre explication simple, c’est que cela pouvait aussi être un projet de container submersible, qui pouvait-être utilisé pour transporter des denrées, de l’équipement etc…

D’après les Américains, à la fin de la guerre, les Allemands avaient 9 entreprises de recherche pour développer et tester des disques volants. Les investigations révélèrent que 8 de ces usines, ainsi que ses scientifiques furent évacuées d’Allemagne, la 9ème fut détruite. 

Le Lieutenant-Colonel de l’Air Force, Wendell Stevens a déclaré : « Nous avons des informations classifiées disant que certains de ces centres de recherche ont été transférés en Antarctique, à l’endroit nommé ‘la Nouvelle Swabia’. Au moins un de ces centres a été transporté à cet endroit. Un autre est allé en Amazonie, et un 3ème sur la côte Nord de la Norvège. Ils ont été évacués dans des aménagements sous-terrains secrets. » 

Mais le 3ème Reich n’avait pas assez de temps pour implanter un tel plan. Il semblerait qu’à la fin de la guerre, le développement des disques techno-magiques n’ait jamais atteint un niveau de production industriel. Les disques observés en Antarctique en 1947 ne sont probablement pas les mêmes disques. Peut-être étaient-ce des disques allemands volant sur les principes classiques. Ceux qui avaient déjà été développés par le 3ème Reich, ou peut-être un reste sauvegardé de leur projet techno-magique. Certains ont les preuves que quelques prototypes avaient déjà été construit. Cela a été un bond technologique géant, mais loin d’être dans le genre des disques volants que le 3ème Reich avait en tête. Ces prototypes créés par les Allemands peuvent seulement voler dans les airs, à l’extrême, peut-être voler à la surface d’un liquide ou d’un solide.

La même chose que nous avons aujourd’hui, voler sur un coussin d’air, comme un aéroglisseur; c’est la raison pour laquelle ils avaient tout type d’objets volants à ventilateur. Ils avaient un avantage sur les appareils volant conventionnels, ces soucoupes ne peuvent pas partir en vrille, elles sont très facile à utiliser, mais non conçu pour les grandes vitesses et d’une très mauvaise qualité. Un des prototypes les plus avancé, le disque nommé ‘Bellonzo’, a été testé pour la première et dernière fois à côté de Prague le 14 février 1945. Son élévation s’effectuait par un moteur silencieux créé par Viktor Schauberger, les rapports disent que le disque sans pilote s’est élevé à une altitude de 15 km en 3 minutes, avec une vitesse horizontale de 2200 km/h. Le disque pouvait rester suspendu dans l’air, et voler d’avant en arrière sans avoir à se retourner.

Mais la guerre était à ce moment-là arrivée sur le territoire allemand, n’attendant pas l’occupation de l’Allemagne, les Nazis détruisirent tout prototype d’engin non-conventionnel qu’ils ne pouvaient pas évacuer. Le seul exemplaire du ‘Bellonzo’ fût aussi détruit. Le développeur de son moteur, Viktor Schauberger dira plus tard : « le modèle testé en février 1945 a été construit avec la collaboration des ingénieurs mondiaux sur la combustion, du camp de concentration de Mauthausen; ensuite, ils sont retournés au camp, mais pour eux c’était la fin. C’est Keitel qui a fait détruire le disque. » 

Ce bond dans les sciences et la technologie fait par le 3ème Reich n’est pas accidentel, en combinant le recherche scientifique avec une analyse des anciennes connaissances, cela a donné des résultats stupéfiants. Cependant, la défaite des Nazis n’a pas été accidentelle non plus. 

La ‘Coupe du Graal’ n’est seulement un symbole de l’ancien savoir, mais aussi un code moral vieux de plusieurs siècles, un code que les Nazis ont délibérément rejeté. 

Il y a beaucoup de légendes et de rumeurs sur les soucoupes du 3ème Reich, en complément de ces histoires, il y en a d’autres qui racontent le vole de ces disques au-dessus des eaux de l’Antarctique en 1947. En ce qui concerne ces soucoupes qui émergeaient des eaux dans les années 40, d’après certains témoins, l’observation filmée de certains vols émergeant de mers, d’océans ou de lacs. Pourtant il est sur qu’en 1947, les Allemands ne disposaient pas de cette technologie, ni aucun autres pays du monde.  Mais si ce ne sont pas les allemands qui ont attaqué l’expédition américaine en 1947, qui est-ce donc ?  

4ème Partie : Le Portail Antarctique

Des soucoupes lumineuses émergeant de l’eau, des sphères, des cigares, dans cette zone polaire, ce ne sont pas des faits inhabituels. Les pays du Nord, l’Amérique centrale et du Sud, l’Australie, l’Afrique du Sud, partout des OVNIs sont observés. La Marine Russe reçoit régulièrement des rapports sur ce phénomène.

« En tant que Commandant dans la Marine Soviétique, j’ai régulièrement reçus des rapports à propos d’objets observés par des témoins. Il serait incorrect de penser que les OVNIs sont seulement observés au Sud, ils sont aussi observés au-dessus de l’Atlantique Sud à proximité de l’Antarctique… Des OVNIs ont été observés dans la zone des îles de Gregory du Sud. Des pêcheurs ont vu un objet émerger des eaux, ils ont même réussi à prendre des photos. Malgré le vent fort, l’objet est resté statique pendant un long moment, ce n’était clairement pas un nuage ou un ballon… le disque en suspension au-dessus de l’île, a été visible pendant un long moment, juste avant le coucher du soleil et juste après, cela a duré entre 1h30 et 2heures. L’objet avait une forme symétrique circulaire, avec à l’intérieur un triangle isocèle visible. La nuit tombée, le triangle n’était pas seulement éclairé mais on observait des lumières à la base de 2 angles comme si il y avait des moteurs; cependant, l’objet est resté immobile en permanence. L’observation de cet objet a eu lieu en 1979. »

Trois ans auparavant, en 1976, des chercheurs japonais avec leur équipement ont détecté 19 objets rond, qui occupaient l’espace en Antarctique et qui disparurent des écrans. Où étaient-ils et où allaient-ils ? Aujourd’hui, nous avons des réponses à ces questions. 

À la fin des années 80, une découverte scientifique fit sensation, le travail de l’astrophysicien américain, Kip Thorne et de ses collègues, avancèrent la possibilité de voyages dans l’espace-temps. Ils avançaient l’idée des ‘trous de vers’ et des ‘trous noirs’ selon laquelle ils seraient situés à proximité de notre planète, et qu’ils prendraient la forme de ces trous de vers. Ces trous de vers pourraient être utilisés pour des voyages intergalactiques et interstellaires. D’autres travaux scientifiques arrivent significativement aux mêmes conclusions; en particulier la construction d’engins pour les voyages spatiaux, assurant des voyages intergalactiques. Kip Thorne arriva à la conclusion qu’à côté de la Terre se trouve l’entrée d’un trou noir situé vers l’étoile Véga. Il y a aucun doute que les Américains connaissaient déjà très bien la manière dont ces ovnis apparaissaient ou disparaissaient de l’atmosphère de la Terre. 

En 1992, débuta en Alaska la construction d’un puissant complexe de radio-électronique nommé : HAARP, officiellement c’est pour l’étude de la ionosphère et de systèmes de défense, officieusement c’est pour le développement d’un nouveau type d’armes géophysiques, météorologique et psychotronique. Il s’agit d’une sorte de canon à laser géant, un four à micro-ondes mondial. Mais il y a quelque chose en plus ! Aujourd’hui, nous pouvons affirmer sans risque que le but de cette station est la recherche pour entrer dans ces trous de vers. Cela signifie que les américains sont arrivés à la conclusion que dans cette région polaire est localisée l’entrée du trou de ver. La station HAARP permet aux américains de déterminer les configurations du trou de ver, puis remonter et trouver ou se trouve l’entrée et l’endroit ou il mène.

En 1998, le complexe en Alaska a été mis en action, un complexe similaire est situé en Norvège.  De la même manière, une 3ème station encore plus puissante est implanté au Groenland. Au début des années 90, les capacités techniques limitaient l’exploitation à un seul site, celui du portail en Alaska, qui est une entrée et une sortie pour observer les mouvements d’ovnis sur notre planète. Il n’y a pas besoin d’installer des centres d’observation sur le territoire des USA ou ailleurs, le contrôle d’un seul portail est suffisant. 

Cependant la Terre possède 2 pôles, quel est le rôle de chacun des 2 en ce qui concerne cette théorie? Par exemple, ils les utilisent tous les 2 pour l’entrée et la sortie par l’Alaska, ou utilisent le portail pour entrer et sortirent par l’Antarctique et vice-versa; par l’Antarctique, les ovnis émergent dans l’atmosphère de notre planète, et par l’Alaska, le portail Nord, ils quittent notre planète.

La théorie de l’effet tunnel ne contredit pas le fait que le pôle Nord de la Terre serait une entrée et le pôle Sud, une sortie, ce qui relie notre planète avec d’autres planètes et étoiles à un niveau énergétique-informatif. Il est possible que les propriétés des pôles de la planète soient utilisées par des ovnis, cela pour communiquer avec d’autres parties de l’Univers. Ce n’est pas une surprise, c’est un fait bien connu, que la plupart du staff dans les bases américaines en Antarctique et du personnel de la NSA, employant des militaires américains, des techniciens de l’électroniques, ainsi que des employés de la CIA, ces catégories représentent le personnel principal de la recherche dans les stations américaines en Antarctique.  

Peut-être que les scientifiques du 3ème Reich avaient aussi déduit que l’Antarctique et l’Arctique n’étaient pas seulement les pôles de la Terre, n’est-ce pas une coïncidence que dans l’Allemagne Nazi la théorie de la Terre creuse ou les pôles sont des portes pour les étoiles était-elle si populaire ? Peut-être qu’au coeur de cette idée il y a quelque chose à comprendre, quelque chose qui rejoint ces récentes découvertes sur les trous de vers, avec cette possibilité d’éventuels voyages dans l’espace-temps, ce qui aurait attiré les Allemands sur les côtes de l’Antarctique. 

Qu’en est-il des recherches sur les soucoupes volantes ?

Se sont-elles arrêtées après la guerre, ou continuent-elles encore aujourd’hui ?

Est-ce correct d’attribuer à toute observation d’ovni, une technologie humaine secrète ? 

Des OVNIs ont été observés depuis longtemps, même à l’époque d’Alexandre le Grand.

Quel type d’engins ont émergés de l’eau pour attaquer la flotte de l’Amiral Byrd ?

Des êtres inconnus avec qui les allemands auraient coopéré ? Un mythe, ou des forces de vie existant depuis des milliers d’années ayant poursuivi leurs activités invisibles sur notre planète ?

Ils ont donc alors adopté ce que l’on appelle le concept de supériorité qualitative, ainsi, une guerre pourra être gagnée avec moins de force quantitative, mais en utilisant des forces hautement qualitatives. Pour leur fournir cette supériorité qualitative, l’Ahnenerbe s’est spécialisée dans l’occultisme non-traditionnel et les connaissances paranormales; ceci afin de réaliser une percée dans un domaine ou les adversaires n’étaient pas compétent. 

L’idéologie NAZI était basée sur la théorie que dans le passé, il y avait une puissante civilisation sur Terre qui avait accès aux secrets de l’Univers, à certains endroits ces connaissances ont été inscrites pour être préservées, elle était chargée de relancer le super-humain en Allemagne, dans leur rôle de descendants des anciens Aryens. Ils s’intéressaient beaucoup à l’Atlantide, leurs scientifiques croyaient que la race Aryenne était originaire de là-bas. Par conséquent, l’Allemagne était l’héritière légitime du savoir technologique de l’Atlantide. La légende dit qu’il s’y trouvait des navires géants et des véhicules volants, alimentés par une force inconnue.

En cherchant sur le savoir supérieur, sur l’histoire des civilisations, le berceau de la civilisation, ils prétendaient qu’il y avait une origine germanique et que toutes les civilisations du monde avaient des racines germaniques. Les recherches de Ahnenerbe avaient débuté juste avant la guerre.

Il ne fait aucun doute que les membres d’Ahnenerbe disposaient d’une incroyable carte découverte par des historiens en 1929, cette carte a été tracée au début du 16ème siècle par l’Amiral turc, Piri Reis. Ce qui est choquant, c’est comment cette carte détaille la côte Antarctique ? C’était 300 ans avant la découverte officielle de ce continent. Sur la carte, les notes de l’Amiral précise qu’elle provient de plusieurs sources, certaines d’au moins 300 ans. Mais le plus curieux est cette délimitation des côtes Antarctiques, qui sont représentée sans la couverture de glace. 

 

Voir aussi article : https://eveilhomme.com/2019/05/12/videos-bases-et-civilisations-en-lantarctique/


Partagé par www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.

Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme.

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux (https://www.facebook.com/eveilhommelemag) / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous en sentez inspiré, soutenir le site par un don en cliquant sur l’image ci-dessous (nous faisons partie du compte RAIN Nutriment sur Paypal, mais c’est bien http://www.Eveilhomme.com que vous soutiendrez). Vous pouvez également aller sur Tipee (bouton TIP ci-dessous) pour nous aider ou faire un don. Merci infiniment et belle journée à vous. 

tipeee.com bouton tip

téléchargé (3)

 

1 réponse »

  1. Commentaire mit en partage de cet article sur mon compte Facebook :

    Bonjour,

    Divulgation, tout commence à prendre forme et à ce mettre gentillement en place, depuis une semaine, chaque jour ou presque le site eveilhomme.com, publie un nouveau document d’importance, voici la liste de ces derniers jours :

    DÉCOUVERTE DE BREVETS POUR EXPLOITER L’ÉNERGIE COSMIQUE LIBRE PAR NIKOLA TESLA
    PAR EVEIL HOMME LE 8 JUIN 2019

    Le lien entre l’Antarctique, et Paperclip, Odessa, Sociétés Thulé et Vril, Ahnenerbe, Highjump…
    PAR TERRY CAILLEAU LE 8 JUIN 2019

    Une colonie Atlante découverte à proximité du parc national de Doñana au Sud-Ouest de Séville?
    PAR EVEIL HOMME LE 8 JUIN 2019

    Un nouveau document Majestic révèle les relations diplomatiques américaines avec des Extraterrestres
    PAR EVEIL HOMME LE 7 JUIN 2019

    Un document publié sur un site web de la NASA confirme l’intérêt de l’agence pour le phénomène OVNI ?
    PAR EVEIL HOMME LE 7 JUIN 2019

    Les réfugiés martiens se sont-ils installés en Antarctique il y a un million d’années?
    PAR EVEIL HOMME LE 7 JUIN 2019

    300 documents secrets saisis après la mort de Nikola Tesla maintenant disponibles sur le site du FBI
    PAR EVEIL HOMME LE 6 JUIN 2019

    Les Accords Secrets avec les Extra-Terrestres de Eisenhower et les contacts extraterrestres de Hitler!
    PAR EVEIL HOMME LE 6 JUIN 2019

    La CIA a utilisé la visualisation à distance pour se renseigner sur les pyramides et les habitants de Mars, il y a environ un million d’années
    PAR EVEIL HOMME LE 6 JUIN 2019

    Échanges de tirs entre militaires et Extraterrestres sur le site de lancement des missiles nucléaires d’Albion en France!
    PAR EVEIL HOMME LE 5 JUIN 2019

    Des images bizarres montrant « une flotte d’ovnis passant devant la lune », les meilleures preuves de l’année ?
    PAR EVEIL HOMME LE 4 JUIN 2019

    Un pilote rapporte l’observation d’un ovni dans le ciel turc et affirme ne jamais avoir vu quelque chose comme ça auparavant
    PAR EVEIL HOMME LE 4 JUIN 2019

    L’effet Maharishi : L’influence de la Conscience sur le monde réel est prouvé
    PAR EVEIL HOMME LE 3 JUIN 2019

    Etc …

    Bien à vous toutes et tous et je vous souhaite un excellent week-end.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s