Divulgation cosmique Saison 5

Émission « DIVULGATION COSMIQUE », l’intégrale. Saison 5, épisode 17/17 : VALIDER L’HISTOIRE DU PROGRAMME SPATIAL SECRET

Vidéo originale sous-titrée en anglais disponible sur : Gaia.com
( https://www.gaia.com/series/cosmic-disclosure)


David Wilcock : Bienvenue à « Divulgation Cosmique ». Je suis votre hôte, David Wilcock. Et je suis ici avec Corey Goode, notre initié du Programme spatial secret, et nous avons notre invité spécial, le Dr Bob Wood, qui nous donne des informations très, très intéressantes sur ses antécédents dans l’histoire de l’ufologie à des périodes historiques très intéressantes, ainsi que son contact direct depuis 2009 avec William Tompkins qui a validé une quantité incroyable de témoignages de Corey.

Et simplement la corrélation entre Corey Goode et William Tompkins est quelque chose qui pourrait potentiellement déclencher un incendie partout sur la planète en termes de divulgation complète et de compréhension du fait que les choses dont nous allons parler dans cet épisode sont absolument vraies, aussi loin qu’elles peuvent sembler aller dans de la science-fiction pour les non-initiés.

Corey, bienvenue au programme.

Corey Goode : Merci.

David : Et Dr Bob, c’est bon de vous revoir.

Bob Wood : Oui, merci.

David : Donc, revenons très brièvement en arrière, et j’aimerais parler de J. Allen Hynek.

Bob : Oui.

Voici le type qui a inventé le terme « gaz des marais » dans le cadre du projet Blue Book.

Maintenant, ce que vous ne savez peut-être pas, ou peut-être que vous savez, c’est que j’ai travaillé avec Jim Hart, qui a écrit le film « Contact », co-écrit le scénario. C’était huit ans de développement au total dans ce projet, et il travaillait avec Carl Sagan. Grâce à ces contacts de haut niveau, il a été exposé à J. Allen Hynek.

Bob : Oui.

David : Et ce que beaucoup de gens ne savent pas, c’est que J. Allen Hynek s’est rendu compte qu’il avait été dupé par le gouvernement américain et il s’est retourné.

Trouvez-vous que ces gens qui se spécialisent dans la désinformation finissent par revenir après avoir fait plus de devoirs ? Est-ce qu’ils se rendent compte qu’on leur a menti, qu’ils ont été utilisés comme des pions dans ce grand jeu d’échecs ?

Bob : Eh bien, J. Allen Hynek a nagé dans ma piscine pendant ce temps…..

David : Vraiment ?

Bob : …. entre 1968 et 1970, lorsque je faisais cette recherche.

David : Sans blague.

Bob : J’ai donc connu J. Allen Hynek et Jim McDonald, même s’ils ne se parlaient pas beaucoup, très souvent.

David : Wow !

Bob : La première fois que j’ai eu affaire à des gens qui étaient des désinformateurs, c’était Bill Moore. Et Bill Moore, comme beaucoup de gens le savent, a reçu de l’information qui était apparemment contrôlée, et il l’a divulguée en sachant qu’elle n’était pas correcte.

Et j’ai fini par lui acheter tout son matériel. En fait, je lui ai fait une offre. J’ai dit, combien voulez-vous vendre tout ce que vous avez ? Et il a dit : « 1 000 $ ». Et j’ai dit : « D’accord ».

David : Wow !

Bob : J’ai rédigé le chèque et je suis allé chez lui à Hollywood et je l’ai obtenu de lui. J’ai dit : « C’est tout ? » Et il a dit : « Oui. »

Je l’ai catalogué. Et il s’avère qu’il n’y avait rien de vraiment révolutionnaire dans tout ce que j’ai reçu de lui.

D’autres personnes disent que les documents que j’ai, ont été habilement fabriqués afin de – par un groupe de gars de la CIA, par exemple, vous pourriez imaginer une salle pleine de 20 personnes qui sont tous des experts dans la création de faux documents.

Il est donc difficile d’abandonner ce scénario, mais il y a tellement de petites subtilités dans les documents – les timbres, le timing – que, à mon avis, la grande majorité des documents que j’ai sont vraiment authentiques.

Et donc je suis prêt à accepter qu’il y en a un occasionnellement qui aurait pu être en partie bidon. Et c’est ce qui arrive.

David : Eh bien, et Bob, n’est-il pas vrai que ce sont exactement les types de preuves que les gens de type scientifiques intransigeants demandent ? Et vous avez ça. Vous avez des documents qui ont été vérifiés.

Bob : C’est exact.

David : Nous savons quand ils ont été faits, et nous savons ce qu’ils disent.

Bob : C’est exact. Les sceptiques, cependant, reviennent avec la réponse habituelle : « Eh bien, on ne peut pas vraiment faire grand-chose avec des copies. Vous devez avoir les originaux. »

Alors je dis : « Eh bien, j’ai des originaux. Deux cas, j’ai des originaux. Regardons seulement ceux-là, et passons ensuite à l’un de ces originaux qui traite très profondément de l’assassinat de JFK et de la relation avec les OVNIS ».

Et puis, ils n’ont pas vraiment de réponse à cela. Mais, je veux dire, les questions d’authenticité deviennent alors plus difficiles à résoudre pour les sceptiques.

David : Bob, vous avez lâché une bombe !

On ne peut pas s’en tenir là. Qu’est-ce que ça disait sur JFK et les OVNIs ? Que dit le document ?

Bob : C’est un document de huit pages, avec des onglets. En fait, il y avait huit onglets. Et chaque onglet a été conçu pour traiter un aspect différent du problème du secret.

Il a été écrit de MJ1 à MJ12.

David : Oh !

Bob : Oui, c’était un Majestic. Cela disait qu’en fait, s’il devient clair qu’il [JFK] va vraiment tout divulguer, alors il faut l’éliminer.

David : Wow !

Bob : Ce sont des mots différents.

David : Tout sur le camouflage des OVNIS.

Bob : Ils n’ont pas mentionné son nom [à JFK]… ..

David : Oh.

Bob : …. mais ils ont utilisé les services secrets…

Corey : POTUS.

Bob : POTUS.

Corey : Oh, oui, ils avaient des noms de code pour lui.

Bob : Oui. Ouais.

Corey : Avez-vous participé à l’authentification des documents MJ12 ?

Bob : Oui, presque tous les documents que j’avais étaient MJ12 ou Majestic ou Magic.

Corey : D’accord, donc quand les gens l’ont reçu, vous étiez l’une des personnes qui ont regardé les documents pour …..

Bob : Tous les documents que j’avais ont fuité [ont été divulgués] de diverses sources. Il y a trois ou quatre sources différentes.

David : Maintenant, quand vous dites « fuite » [de document], cela ne signifie pas que les gens ont déposé une demande en vertu de la Freedom of Information Act… ..

Bob : Non, non, non.

David : ….. et ils l’ont obtenu légalement par l’entremise du gouvernement.

Bob : Il y en avait un… ..

David : Ils ont été sortis en cachette.

Bob : …. un document que Cooper a obtenu légalement et qui dit « MJ12 » au bas de la page.

Corey : Oh, vraiment ?

Bob : Oui.

David : Wow !

Corey : D’accord.

David : Mais les autres ont été retirés ?

Bob : Les autres ont été donnés par ….vous pouvez spéculer exactement comment, mais je…je… Il y a une affaire ….. Un type s’est pointé à la porte de Tim Cooper et lui a donné une boîte pleine de trucs. Et il était clair qu’il nettoyait ses dossiers pour s’en débarrasser. Ha, ha, ha, ha.

David : Ha, ha, ha, ha.

Bob : Et un autre document, qui était une encyclopédie des soucoupes volantes écrite par Charles Bowen, était un document qui avait été créé comme une histoire du sujet à partir des années 1950, je pense, quelque chose comme ça, et qui a été envoyé à la Force aérienne pour s’assurer qu’il n’y avait rien là-dedans qui était classifié.

En 1994, il a été envoyé par la poste à Timothy Cooper de Fort Meade.

David : Hm.

Bob : Et en fait, c’était original, et c’était estampillé « Top Secret ». Mais il y avait des notations comme « qu’est-ce que DM fait ? « Don Menzo disait à ses classes qu’il y avait des aliens. »

David : Hm.

Bob : C’est donc le genre d’expérience que j’ai eue dans l’authentification de documents, et tous peuvent être attaqués par des sceptiques. Ça ne s’arrête jamais. Il n’y a aucun moyen de s’en débarrasser complètement.

Même la dernière chose que je pensais avoir un réel potentiel est la linguistique médico-légale, où vous pouvez prendre un grand nombre de mots qu’une personne a écrits et les comparer, …. disons, composer deux ou trois personnes différentes et ensuite comparer les mots des documents de questions avec ceux-là.

Et puis, selon la phraséologie et l’utilisation de verbes, de virgules et d’autres choses du genre, on pourrait dire que la probabilité que cette personne l’ait écrit est beaucoup plus élevée que l’un ou l’autre.

Corey : Et vous pouvez dire à quelle époque ils l’ont écrit par le phrasé et tout.

Bob : Oui. Ouais. C’est donc une technique que j’ai utilisée une seule fois.

David : Eh bien, Bob, laissez-moi vous demander ceci. Les documents et la validation, évidemment, représenteraient l’un des deux aspects critiques de l’ufologie d’investigation. Je veux dire, peut-être qu’il y en a trois. D’accord ?

Vous avez donc vos documents. Vous avez des témoins oculaires. Vous savez, y a-t-il un rapport de pilote ? Y a-t-il une observation au sol qui correspond au rapport du pilote ? Y a-t-il des traces d’atterrissage ?

Parlons-en brièvement. Avez-vous fait preuve de diligence raisonnable à l’égard de certains de ces documents en essayant de déterminer s’il y avait… . . L’un d’entre eux comportait-il des observations que vous pouviez ensuite valider ? Ou avez-vous étudié des gens qui avaient des observations et essayé d’établir une corrélation entre les observations des pilotes, les observations au sol, les traces d’atterrissage, ce genre de choses ?

Bob : C’est une bonne question parce qu’elle me fait penser au fait que la plupart des documents que j’essaie d’authentifier ne traitent pas du tout des observations.

David : Oh, d’accord.

Bob : Ils s’occupent vraiment des programmes secrets.

David : D’accord.

Bob : Mais le fait que je me suis impliqué après ma retraite et que j’ai fait ce film « The Secret » et que j’ai continué à donner des papiers, mon fils a commencé une série sur les récupérations de crashs [d’OVNIS], et il a eu un prix pour ses sept ans sur les récupérations de crashs en octobre. Il avait un large public.

Et ainsi, pour ces réunions de récupération de crashs, j’ai fini par donner un papier à chaque fois sur quelque chose ou autre et je me suis établi comme une personne qui était prête à creuser aussi profondément que nécessaire pour comprendre le sujet, dont l’un, bien sûr, était les virus exotiques.

L’un d’eux était Stringfield. Qu’est-ce que Stringfield dit vraiment ? Qu’est-ce qu’il essayait de dire ?

C’est ainsi que je me suis établi comme une personne d’une certaine intégrité, je pense. C’est pour ça que Bill Tompkins m’a appelé.

David : Oh, d’accord.

Bob : Il a dit : « J’ai entendu dire que vous aimez regarder les histoires d’OVNIS. » Et j’ai dit : « Oui. » J’ai dit : « Qui êtes-vous ? »

Il m’a donc expliqué qui il était, et il m’a dit qu’il essayait d’écrire un livre depuis 10 ans, et qu’il l’avait donné à diverses personnes pour qu’elles écrivent et m’a donné les noms de certains d’entre eux.

Corey : Je suis sûr que la description qu’il vous a donnée de ce qu’il a fait…. vos sourcils se sont probablement soulevé de cette hauteur… [rire]

Bob : Eh bien, il ne m’en a pas vraiment dit beaucoup au début de la conversation, mais il a dit qu’il était ….. Je pense que l’une des raisons pour lesquelles… …. il savait où j’avais travaillé. Et il avait compris que j’y travaillais en même temps que lui.

David : Wow !

Bob : Dès que j’ai découvert qu’il était là depuis le moment où j’y étais, j’ai commencé à m’y intéresser de très près. Et j’ai commencé à lui demander : « Connaissiez-vous ce type, ce type, ce type, et ainsi de suite. » Et à chaque fois que je lui posais une question spécifique… .. Je lui ai demandé de décrire la pièce ou l’orientation du bâtiment, des choses comme ça. Et il avait tout.

Corey : Wow !

David : C’est incroyable.

Bob : Alors, je me suis vraiment intéressé. Et j’ai dit : « Racontez-moi votre histoire. » Et il a dit : « D’accord. »

Alors il…. … Pour l’obtenir, comme il n’envoyait pas de courriels, j’ai dû lui rendre visite. Alors je suis allé lui rendre visite. Il s’est avéré qu’à cette époque, il vivait à Oceanside, en Californie, où vit ma fille. C’était donc un arrêt rapide quand je voyais ma fille pour aller rencontrer Bill Tompkins et son épouse Mary.

Et ils m’ont fait sentir que j’étais le bienvenu. Et c’est là, lorsque j’ai reçu la première pile du manuscrit, que j’ai lu la portée globale de ce qu’il voulait dire.

David : Je veux vous présenter deux choses très rapidement. Tout d’abord, vous m’avez dit, sur la base de vos discussions avec Bill, que « Selected by Extraterrestrials » n’est que le premier de ce qu’il prévoit être une trilogie de livres parce qu’il y a tellement de données qu’il doit divulguer.

Bob : Quand j’ai rencontré Bill pour la première fois, il avait en tête six livres prévus.

David : Wow !

Bob : Et j’ai inconsciemment conclu que six livres d’un type qui n’en avait pas publié un était probablement un trop grand chiffre pour y penser.

David : C’est vrai.

Bob : Alors j’ai dit : « Pensons au premier livre, Bill, et comment nous allons le limiter ». Il parlait de choses qui ont duré longtemps, des années 70 à aujourd’hui. Et j’ai dit : « On doit la limiter, alors choisissons un moment. »

Il voulait donc aller plus loin quand il a quitté Douglas jusqu’à ce qu’il soit allé à TRW, parce qu’il dit : « L’histoire de TRW, ce sera le deuxième livre – ce qui s’est VRAIMENT passé à TRW ».

J’ai dit : « Eh bien, ça a l’air bien. Ouais. Faisons un deuxième livre, mais limitons-nous à un seul jusqu’à ce moment. »

Nous avons donc pris du matériel qui se situait dans ce créneau temporel et, en fait, j’ai travaillé avec un gars de l’Université du Michigan qui avait commencé sur ce sujet, et il a abandonné. Alors il me l’a rendu. Alors j’ai commencé à m’y mettre.

David : La mesure dans laquelle Bill a validé sa participation à des programmes techniques est stupéfiante dans ce livre.

Bob : Eh bien, Dave, quand j’ai reçu le manuscrit pour la première fois, je me suis demandé si je devais essayer de dire à Bill ce qu’il devrait écrire pour son autobiographie… Ou devrais-je le laisser écrire ce qu’il veut écrire ? Et j’en ai conclu que cette dernière était la bonne voie à suivre, du moins sur le premier livre.

Il a donc inclus beaucoup de matériel technique ayant trait à la conception de l’Apollo et du vaisseau spatial S4B que je connaissais bien chez Douglas, et son interaction avec la NASA et le fait qu’il interagissait avec DuBose et von Braun, bien sûr, sont pertinents.

David : Je veux vous poser une question très directe, et c’est une sorte de joker. Dans le livre, il y a des choses très, très étranges sur les débuts de la NASA, dans lesquels Bill est impliqué. Et ils ont des parties fines [soirées de sexe] dans les maisons de ces gens où tout le monde est nu.

Et puis il entre dans cette pièce très étrange avec des rideaux très étranges. Et on dirait que c’est de la magie noire ou quelque chose qui se fait là-dedans.

Pourriez-vous nous parler un peu de cette partie du livre et nous dire ce qui s’y passait, d’après vous ?

Bob : Eh bien, si je me souviens bien, ce dont vous parlez probablement, ce sont les parties à la Douglas Aircraft Company, pas la NASA.

David : C’est vrai. Oh, d’accord. C’est vrai.

Bob : Et il prétend que les cadres de Douglas essaieraient d’avoir ces parties fines afin d’obtenir le contrôle sur leurs employés pour qu’ils puissent, en fait, faire l’objet de chantage ou faire ce qu’ils voulaient faire.

Corey : C’est une vieille, vieille, vieille tactique.

Bob : Oui, c’est vrai. Je connaissais tous les gens à qui il parlait. Quand il m’a donné les noms dans le livre, je lui ai demandé, je lui ai dit, « Eh bien, qui sont ces types ? »

Alors il m’a donné une liste de noms, et des noms pour le livre, les vrais noms. J’ai donc cette liste. Et je connaissais très bien certains d’entre eux. Quelques-uns d’entre eux ont été mes patrons plus tard.

Cependant, il s’est avéré que j’ai eu de la chance que ma femme à l’époque – je n’ai eu que deux épouses – mais ma femme et moi avons décidé que nous ne nous impliquerions jamais dans les activités sociales de l’entreprise.

Corey : Imaginez ça. Ha, ha, ha.

David : Oh, wow !

Bob : Il s’est donc avéré que c’était un coup de chance. Ha, ha, ha, ha.

David : Ha, ha, ha, ha.

Bob : Que pouvez-vous dire ?

Corey : Vous auriez probablement fait demi-tour et vous seriez parti de toute façon.

Bob : Oui.

David : C’est pour cela que je posais la question. J’étais vraiment curieux parce qu’il décrit l’errance dans… .. Je veux dire, vous ne l’avez pas dit, alors je vais le dire. Il décrit les gens ayant des relations sexuelles dans ces grands manoirs, errant dans des pièces où tout est rouge sang et décor noir, rideaux noirs.

Bob : Oui.

David : Et cela ressemble beaucoup à une pièce rituelle de type satanique.

[Note : cela rappelle le film de divulgation de Kubrick concernant cet aspect des choses : Eyes Wide Shut]

Bob : C’est une association que je n’avais pas encore faite – l’aspect satanique – mais cela pourrait bien être le cas.

David : Ouais.

Bob : J’ai passé en revue ces domaines et j’ai décidé, eh bien, j’ai eu de la chance d’éviter tout cela.

David : C’est vrai.

Bob : Et j’ai eu de la chance que Bill l’évite aussi. Maintenant, je lui ai demandé… eh bien, cette question… … « Ont-ils réussi à vous séduire ou non ? », Ha, ha, ha.

Il a dit : « Non, ils n’ont pas réussi. »

Corey : Mais avec les Allemands dans le programme spatial, ils ont utilisé tout du long la magie noire et la science.

Bob : Oui, c’est un bon point. Ouais.

David : Eh bien, allons-y pour une minute, parce qu’il saute beaucoup dans la ligne du temps dans le livre.

Bob : C’est vrai.

David : C’est un peu frustrant d’essayer de le lire et de comprendre de quoi il parle.

Bob : C’est vrai.

David : Il fait référence, par exemple, à certains très…. .. Il fait référence à des découvertes physiques qui ont apparemment été classifiées et dont je n’avais jamais entendu parler auparavant en ce qui concerne l’antigravité et la propulsion plus rapide que la vitesse de la lumière. Mais ensuite, ça se voit, et il ne sait pas vraiment qui a inventé ce truc ou quoi que ce soit d’autre.

Bob : Oui, la discussion sur le livre qui se rapporte à MTM 222, 622, est intéressante pour moi parce que, à mon avis, Wolfgang Klemperer, qui était le scientifique pour lequel il travaillait, que je connaissais personnellement, était mon patron, en fait, le patron de mon patron.

David : Wow !

Bob : …. il est venu d’Allemagne au milieu des années 30, et il n’était pas nazi. C’était un type bien.

David : D’accord.

Bob : Mais à mon avis, il a été en mesure d’apporter avec lui des choses classifiées sur le fonctionnement de l’antigravité. Et il avait…. c’était en trois volumes, trois ou quatre volumes, je pense, selon Bill.

Et j’ai dit : « Je peux voir ça ? » Et il a dit : « Bien sûr. » Il m’a donc donné la version non classifiée, que j’ai lue de la première à la dernière page. Et ça ne dit rien.

Corey : En tant que physicien, je suis sûr que vous l’avez fait. Ouais.

Bob : Ça ne dit rien sur la façon dont vous pourriez le faire. Mais j’en ai conclu que le groupe de réflexion dans lequel ils étaient, que Klemperer utilisait les versions classifiées de la technologie allemande pour aider la marine à comprendre comment ils fonctionnaient.

Et quand la direction de Douglas, comme le dit Bill, ne voulait pas appuyer le « coffre » [think tank] qui était sous le contrôle d’Elmer Wheaton pour faire des choses inhabituelles parce que, comme il le dit, la partie fabrication de l’entreprise était très puissante pour influencer les décisions du PDG.

C’est à ce moment-là que Wheaton a décidé d’aller à Lockheed, où Lockheed recevait de l’argent de la Marine de toute façon.

David : Hm…. Je suppose que ce que j’essaie de faire, c’est parfois de lire ce livre, j’ai l’impression de lire le courrier d’autres personnes, comme si je faisais irruption dans quelque chose, et je veux en savoir plus. A-t-il été empêché de dire certaines choses ? A-t-il dû faire approuver ce livre par les autorités ?

Bob : Non. Le livre que nous avons écrit ?

David : Ouais.

Bob : Oh, non.

David : D’accord.

Bob : Pour autant que je sache, il n’y a eu aucune approbation de la part de qui que ce soit. Et dans mon propre cas, personne ne m’a jamais menacé d’arrêter de parler de ce dont je parle.

David : D’accord.

Bob : Et la raison pour cela, à mon avis, c’est qu’ils pensent que les gens comme moi qui parlent en public sont tout simplement inoffensifs. Ils ont déjà planifié cela. Ils savent que ça va arriver. Ils ont un moyen de le contrer.

Ils peuvent laisser le public dans l’ignorance et laisser quelques personnes dire ce qu’elles pensent.

David : Bien sûr.

Bob : Oui.

Corey : Oui, par le biais des médias de masse.

Bob : Oui, c’est vrai, grâce au contrôle des médias de masse.

David : Alors, pendant le temps qu’il nous reste…

Bob : Excusez-moi… … Je pense donc vraiment qu’ils utilisaient une technologie qui venait des Allemands et qui a été amenée là par Wolfgang Klemperer dans ce coffre-fort.

David : D’accord. Donc, dans la mesure où le livre représente …. Soyons clairs sur ce point. Ils avaient déjà ce corps élaboré de la physique qui a suggéré qu’ils pourraient construire un grand vaisseau. Ils pourraient essentiellement le construire dans une base ici sur Terre, mettre en marche ces systèmes anti-gravité, le laisser s’élever dans l’espace.

Et ils auraient alors la capacité, grâce à la technologie qu’ils ont déjà développée dans ces percées en physique, de pouvoir le faire voler dans notre système solaire et au-delà. Mais c’est quelque chose qui…..

Bob : Je pense que c’est un bon résumé de ce que la direction du programme avait en tête.

David : D’accord.

Bob : Mais je ne pense pas que Bill ait jamais compris qu’à ce moment-là…. ..

David : Oh.

Bob : …. à ce niveau. Vous devez insister sur le fait que Bill, avec tout le respect que je lui dois, n’est pas une personne technicienne. C’était un super spécialiste du marketing et il savait exactement ce qu’il fallait dire aux techniciens. C’était un excellent gestionnaire du personnel technique. Mais pour ce qui est de la connaissance des équations, non, il ne serait pas en mesure d’y faire face ou de s’y intéresser. Mais il était très sensible à qui a vu quoi.

Corey : D’accord. Et je suis sûr qu’il avait une idée générale de ce dont les gens parlaient, même s’il ne comprenait pas les détails.

Bob : C’est vrai. C’est vrai. Et il avait un… .. À mon avis, c’était certainement un très bon ingénieur système. Il comprendrait comment ces deux éléments doivent être intégrés ensemble, même s’il sait qu’il n’a pas besoin d’équations pour les faire se parler.

David : D’accord. Je veux vous demander une autre chose que ….. C’est juste quelque chose sur quoi les gens qui lisent ce livre pourraient trébucher, c’est pourquoi pensez-vous que ces gars, ces cadres supérieurs que vous connaissiez personnellement chez Douglas Aircraft – vous connaissiez ces gens – pourquoi vont-ils voir Bill Tompkins et lui lancer ces puzzles apparemment impossibles à résoudre et lui dire : « Nous avons besoin de vous pour concevoir un navire qui va faire deux kilomètres de long, qui va traverser notre système solaire, et nous en avons besoin d’ici la fin de la semaine ? »

Pourquoi lui font-ils ça ? Y avait-il quelque chose d’intuitif qu’ils pensaient qu’il avait à cause de la façon dont il construisait les navires quand il était enfant ?

Bob : Eh bien, il avait certainement un souvenir remarquable…. ..

David : C’est vrai.

Bob : …. comme le prouve le fait qu’il a construit les navires avec une grande précision. En gros, il était dessinateur. Et il admet et prétend qu’il a commencé comme dessinateur, mais il était un dessinateur très créatif.

Il pouvait voir comment les gens pensaient quelque chose ici et là, et il savait qu’ils pouvaient utiliser des équations pour faire en sorte que cela se produise. Mais ils lui demandaient de faire… À mon avis, on lui demandait de dessiner des images de la réponse. C’était vraiment un photographe.

Corey : Et puis ils allaient à l’intérieur et trouvaient comment mettre des composants et faire en sorte que ça marche.

Bob : Oui. Ouais.

Corey : Faire l’environnement et la propulsion.

David : D’accord.

Bob : Maintenant, il y a une esquisse du livre où c’était le devant d’un DC-8, ou quelque chose comme ça, où c’est un bel exemple de la façon dont son dessin peut entrer dans les détails exquis, capturer chaque petit élément critique et le rendre juste pour les ingénieurs qui en avaient besoin.

En fait, je connaissais le type dont il parle.

David : Parlons maintenant de cette information vraiment ultra secrète qu’il obtenait par l’intermédiaire de ces 29 espions américains intégrés dans le programme spatial allemand lorsqu’il recevait ces 1200 briefings de 1942 à 1946.

Pourriez-vous résumer pour nous ? Je sais qu’il y a beaucoup de données, mais résumez-les pour nous. Quel était le tableau d’ensemble qu’il a commencé à dresser pendant cette période en se basant sur ce que ces espions nous disaient ici en Amérique ?

Bob : Eh bien, Dave, je vais vous donner ma meilleure impression de ce qui se passait dans mes mots au fur et à mesure que je l’apprends, en fait. J’ai parlé avec lui ce matin et j’ai appris quelque chose que je ne savais pas et qui serait pertinent pour votre question.

David : Bien sûr, super.

Bob : Je ne savais pas qu’il y en avait 29 jusqu’à ce matin.

David : Oh, d’accord.

Bob : Ha, ha, ha, ha. Apparemment, vous le savez depuis un moment.

David : Ouais.

Bob : Mais j’ai l’impression que ce processus était très structuré, que les Allemands diraient ce qu’ils ont appris, qu’il serait transcrit, qu’il serait dactylographié, qu’il serait revu, qu’il serait compris par Bill, puis qu’on lui demanderait de prendre cette information soit sous la forme d’une demande de proposition d’un entrepreneur ou sous la forme d’information à donner à une base navale pour qu’ils cogitent, ou dans certains cas à une université.

Il a dit que dans certains cas, par exemple, Caltech avait des gens à China Lake qui y étaient affectés. Il livrait quelque chose à Caltech via China Lake.

David : Wow !

Bob : J’ai trouvé très intéressant que le lien universitaire au niveau top-secret était quelque chose que la plupart des universités n’avaient pas de concept.

Oh, une chose que j’ai apprise ce matin, c’est qu’il a insisté sur le fait qu’aucun d’entre eux n’était estampillé « Top Secret ». Aucun d’entre eux n’a été classé secret. Aucun d’entre eux n’était estampillé avec des marques de classification, ce qui était apparemment la façon dont Forrestal voulait qu’il fonctionne.

Corey : Cela leur permet aussi de le diffuser à un plus grand nombre de personnes si ce n’est pas marqué.

Bob : C’est vrai. Ouais, et donc ils n’étaient pas coincés avec les procédures normales et formelles de la Marine pour contrôler les informations classifiées.

David : Quelle est l’histoire ? Quel est le tableau d’ensemble ? Que se passait-il en Allemagne ? Avaient-ils un programme spatial secret ? Ont-ils été en contact avec des extraterrestres ? Qu’est-ce que ces gens nous disaient ? Quelle était l’histoire ?

Bob : Ces questions supérieures sont exactement les questions auxquelles j’aimerais obtenir des réponses.

David : Oh.

Bob : Au lieu de vous donner des réponses, je crains de devoir encore poser les questions. Pour autant que je sache, d’après ce que dit Bill, il s’agissait d’une grande variété de renseignements différents. Parfois, ils parlaient de communication.

Parfois, ils parlaient de physique. Parfois, ils parlaient de dessins d’OVNIS. Parfois, ils parlaient de voyages dans le temps. Je veux dire, des choses qui vous époustoufleraient tous, mais il y avait une telle variété de choses qu’il a dit que Rico Botta écrivait une petite note sur certains de ces paquets dans sa propre écriture à l’officier responsable de la base en disant, « Je sais que vous n’allez pas croire ce qu’il y a à l’intérieur, mais c’est vraiment vrai ». C’était important.

C’est l’une des choses que Bill vient de me dire la semaine dernière.

Corey : Et chacun des 29 espions avait des spécialités différentes et apportait des informations basées sur leurs spécialités ?

Bob : Apparemment. Je n’en sais rien.

Corey : Oui, ça aurait du sens s’ils avaient des informations si différentes.

Bob : Oui, en fait, dans le livre « Selected by Extraterrestrials », là où il traitait de l’idée qu’il était impliqué en tant que messager de ces paquets était une très, très petite partie d’un chapitre, je pense.

David : C’est vrai.

Bob : Alors qu’aujourd’hui l’intérêt est très fort sur les détails de ce qu’il a fait pendant ces quatre années et sur les informations transmises et apprises.

David : Ouais.

Bob : Et ce sera le contenu du prochain livre.

David : D’accord.

Bob : Ce sera là-dedans. Et je pense que le prochain livre aura les réponses à vos questions, je l’espère.

David : Je veux juste soulever un point important, parce que nous avons Salla qui l’a déjà révélé dans des interviews vidéo. Et nous l’avons aussi interviewé ici à Gaia, et il a parlé d’une vue d’ensemble, c’est-à-dire que les Allemands avaient apparemment développé des contacts avec des extraterrestres reptiliens, que ces extraterrestres reptiliens avaient de grandes installations sous la glace en Antarctique….

Bob : C’est vrai.

David : …. qu’il y avait un programme spatial secret impliquant l’ingénierie de disques qui pouvaient voler avec antigravité, et que ces reptiliens étaient intéressés à créer une force d’invasion interstellaire avec les Nazis pour essentiellement conquérir et coloniser d’autres mondes ainsi que la Terre.

Bob : Je suis d’accord avec les quatre premières choses que vous avez dites, mais je n’ai jamais été exposé à la dernière pensée ….

David : D’accord.

Bob : ….. jusqu’à maintenant.

David : Eh bien, comme je viens de vous le dire, que pensez-vous de cette histoire, de cette idée qu’il pourrait y avoir des extraterrestres reptiliens, qu’ils auraient pu nous aider à construire le programme spatial ?

Bob : Oh, oui. Oh, ouais. Je pense que tout cela est simple, et je pense que Bill a raison de dire que les reptiliens ont aidé les nazis et qu’ils ont une base souterraine en Antarctique. Je pense que c’est là aujourd’hui.

Je n’ai pas encore compris comment les nazis et le Nouvel Ordre Mondial travaillent ensemble, s’ils le font, mais quelqu’un est responsable de quelque chose. Mais je ne pense pas qu’ils l’ont très bien coordonné.

David : Et je dois vous dire, Bob, ce qui me sidère, c’est que tout ce que je viens de résumer est exactement ce qu’il m’a dit [désignant Corey Goode] à partir d’octobre 2014.

Bob : Oui.

David : Et maintenant, nous avons un gars qui dit exactement la même chose – des bases sous la glace en Antarctique.

Corey : Je les ai vues.

Bob : Vous les avez vues ? Elles ne sont donc pas seulement sous la glace, mais aussi sous la terre ?

Corey : Elles étaient sous la glace que j’ai vue. C’était dans le nord-ouest de l’Antarctique où se trouve toute l’activité thermique.

Et sous la glace, il y a la chaleur thermique de la Terre, et elle a fait, en gros, comme un igloo géant.

Bob : Uh-huh-huh.

Corey : Et en partie, ils l’ont nettoyé avec des explosions et d’autres travaux d’ingénierie pour l’adapter à ce dont ils avaient besoin. Mais le plafond se trouvait à des hauteurs de 300 à 600 pieds au-dessus de la surface. Et les montagnes montaient et disparaissaient dans la glace, le sommet de la glace.

Et à la surface de l’Antarctique, c’est au sol qu’ils avaient un tas de ces bâtiments en fer rond comme vous pouvez le voir sur une base de la Force aérienne. Il y en avait un tas. C’était une ville de type industriel.

Et leur lumière se reflétait sur le plafond de la caverne de glace.

Bob : Savaient-ils que vous étiez là ?

Corey : Non. Non, nous avons été transportés par avion. C’était un vol de reconnaissance.

Bob : D’accord. Donc vous n’étiez pas un invité ?

Corey : Non.

Bob : Ha, ha, ha. Combien de nazis pensez-vous qu’il y a maintenant?

Corey : Eh bien, la plus grande partie de ce qu’ils avaient était aussi sous terre. Il y avait des entrées dans le métro.

Bob : C’est vrai.

Corey : Il se passait pas mal de choses en bas.

Bob : C’est vrai.

Corey : Il s’agissait plutôt d’une zone industrielle où il y avait des navires noirs géants à propulsion électromagnétique. Et ils étaient de la taille d’un porte-conteneurs.

Bob : Wow !

Corey : Ils étaient énormes. Et ils déchargeaient les vivres. Donc ça aurait pu être ….. Ce pourrait être comme un port industriel et comme un port.

David : Donc je pense que c’est vraiment cool que vous soyez ici parce que Tompkins et vous avez tous les deux une partie si précieuse de ce puzzle.

Bob : Eh bien, je pense que c’est cool que je sois ici aussi, parce que le mois dernier j’ai décidé que s’il y a une chose que je voulais faire avant de ne plus pouvoir le faire, c’est d’écrire un livre intitulé « The Secret History of the United States » où nous couvrons non seulement l’histoire de l’ufologie, mais aussi ce qui s’est vraiment passé pour le 9/11, qui a vraiment tué JFK, et toutes ces autres choses qui sont de prétendues conspirations, où chaque sceptique a essayé de les démolir.

Corey : Ça a l’air d’être un bon livre.

Bob : Et ce qui m’inquiète, c’est qu’il m’est difficile d’imaginer que les ovnis ne seraient qu’un chapitre sur dix.

Corey : C’est une toute petite partie de l’équation.

Bob : C’est exact. Mais le défi est vraiment important parce que ce que vous dites, c’est qu’il y a des gars, y compris des aliens, qui essaient vraiment d’améliorer le monde et de donner des avantages aux gens pour que des choses comme la traite des esclaves, qu’elle soit galactique ou locale, disparaissent.

Corey : Exact.

Bob : Et je suis excité à ce sujet.

Corey : Moi aussi. C’est du passé.

Bob : Oui, donc tout ce que je peux faire pour aider, c’est mon but. En fait, c’est aussi l’objectif de MUFON. Je veux dire, je ne sais pas si ces phrases, « un monde meilleur », sont là-dedans, mais je pense qu’elles le sont. Vous voulez…. …

David : Nous avons eu tant de gens, Bob, sur Internet, qui nous ont incendiés. Et ils ne prennent pas vraiment le temps. Ils n’ont pas regardé l’émission. Nous avons eu un an d’épisodes où je l’interviewe [Corey Goode] pendant une demi-heure par semaine.

Bob : Wow !

David : Et il ne se répète jamais. Il y a tellement de données.

Bob : Eh bien, vous êtes [regardant Corey] de toute évidence un gars très intelligent.

David : Mais c’était sa vie pendant 20 ans.

Bob : Oui, c’est vrai.

David : Et c’était juste des choses ennuyeuses qu’il faisait tous les jours, les choses qu’il rencontrait, les informations qu’il apprenait. C’était aussi ordinaire qu’un enfant qui grandit dans le système éducatif américain, sauf qu’il s’agit d’informations très différentes.

Corey : Cela devient la nouvelle normalité pour vous.

Bob : Oui.

David : Et je pense que c’est là où nous allons. Je pense que les choses qu’il sait vont devenir des choses que tout le monde sait. Et vous, en tant qu’indépendant, avec vos propres antécédents, vous renforcez beaucoup le témoignage de Tompkins. Vous avez vu les mêmes personnes.

Bob : Oui.

David : Et vous renforcez le témoignage de Corey.

Bob : C’est vrai.

David : Cela aide donc les gens à combler l’écart en disant : « Mon Dieu ! C’est peut-être vrai. Mais il y a un gros feu là où il y a de la fumée. »

Il y a ici quelque chose qui va changer le monde de façon positive, et je crois que c’est ce qui se passe.

Et je tiens à vous remercier d’avoir eu le courage d’aller de l’avant et de mettre votre nom et votre réputation en jeu en parlant de ces sujets très litigieux. Je pense que vous êtes un héros, et je suis très heureux que vous ayez décidé de participer à notre émission d’aujourd’hui.

Alors je vous honore, monsieur, d’être venu et d’avoir fait ça avec nous. C’est vraiment remarquable.

Bob : Merci. Et c’était amusant, aussi.

David : Merci.

Bob : Merci.

Corey : C’est un plaisir de vous rencontrer.

David : Très bien.

Bob : Oui, vraiment, c’est vrai.

David : Et je veux vous remercier d’avoir regardé. Vous jouez [les téléspectateurs] un grand rôle dans tout ça. Votre soutien à ce réseau et à ce programme est essentiel à l’effort de divulgation. Alors dites-le à vos amis. Faites-leur savoir à ce sujet. Si cela vous excite, aidez-nous à faire passer le mot.

C’est « Divulgation Cosmique ». Je suis votre hôte, David Wilcock, avec l’invité spécial Bob Wood et, bien sûr, Corey Goode. Et je veux vous remercier d’avoir regardé.


Traduit avec https://www.deepl.com/translator

Source originale de la transcription en anglais (aujourd’hui indisponible sur le blog de Corey Goode) : https://www.spherebeingalliance.com/blog/transcript-cosmic-disclosure-validating-the-history-of-the-secret-space-program.html

Source de la transcription en français : Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps : http://elishean-portesdutemps.com/valider-lhistorique-du-programme-spatial-secret-cosmic-disclosure-saison-5-ep-17/


Partagé par www.eveilhomme.com. Partage libre en incluant la source et le lien.

Notre discernement doit prévaloir à tout moment; les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent éventuellement pas totalement celles d’Eveilhomme.

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux (https://www.facebook.com/eveilhommelemag) / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous en sentez inspiré, soutenir le site par un don en cliquant sur l’image ci-dessous, nous avons besoin de votre soutien pour assurer le maintien en vie du site, (nous faisons partie du compte RAIN Nutriment sur Paypal, mais c’est bienhttp://www.Eveilhomme.com que vous soutiendrez). Vous pouvez également aller sur Tipee (bouton TIP ci-dessous) pour nous aider ou faire un don. Merci infiniment et belle journée à vous.

téléchargé (3)

tipeee.com bouton tip

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s