Divulgation

ARTICLE de COREY GOODE: Les dangers de l’IA, la Reproduction de Véhicule Alien « ARV » des NAZI – La cloche Nazi (Die Glocke) – La problématique de l’Or obtenu du Mercure – Et la solution de l’alliage de Gallium et de Mercure rouge

Préambule à l’article de Corey: nous vous proposons ces deux vidéos de notre partenaire la chaîne de Chris Essonne et serviront d’éclairage à l’article ( voir ici: https://eveilhomme.com/les-videos-instructives-de-fabienne-et-chris/ ):

Vidéo 2: Démonstration de la découverte de l’anti-gravité par Nicolas Tesla, confirmée par l’histoire de l’engin Alien Reproduction Vehicule « Flux Liner » Sous-titres disponibles en français.

Vidéo 3: Cette vidéo est la suite de la précédente. Etude du fonctionnement du générateur du FluxLiner, utilisant du métal liquide, mercure ou sodium.

ufo-mccandlish-diagramo1AJ9qDyyJNSpZWhUgGYc3MngFqoAN38vQVtC9p8oDksRntteimagearv


TRADUCTION DE ARTICLE TROUVE SUR LE SITE DE COREY GOODE ( dont le  pseudo était GoodETxSG avant de s’exposer au public sous le nom de Corey Goode ) : https://www.spherebeingalliance.com

Article complémentaire d’Eveilhomme sur DIE GLOCKE, la cloche NAZI du programme « armes miraculeuses »: https://eveilhomme.com/2019/02/06/die-glocke-la-cloche-nazi-anti-gravite-du-programme-wunderwaffe-en-allemand-arme-miraculeuse/


l-212_821c6d4b870393ef21248e3c67cb0d01_1800x1200

NOTA: IA=AI = Intelligence Artificielle ; ET = Extraterrestre ; SSP =programme spatiaux secrets ; les civilisations terrestres séparées sont des civilisations qui ont évolué séparément de la « civilisation » de surface principale, par exemple en intra-Terre ; ED = Extra-dimentionnels

Posté par GoodETxSG (CLIQUEZ ICI, lien en anglais) 

En ce qui concerne les divers « programmes spatiaux secrets » et les points de vue « alliés non humains » de « Intelligence artificielle » Extraterrestre et du spectre des signaux de l’IA qui influencent notre société technique, « Ce qui est en haut est en bas ».

Il y a quelques groupes ET « AI » (TOUS Malveillants pour l’Humanité, de notre point de vue) auxquels les SSP (Il y a plusieurs programmes spatiaux secrets) a affaire depuis des décennies.

Si un « Actif » est « Scanné » et a une « Signature Bio Neuro AI », « AI Nano Tech » ou « Signature EMG de type « onde de Brian » liée à l’IA superposée » (ou tout autre signe d’exposition à l’IA), ces personnes sont immédiatement placées en isolement et ne sont pas autorisées à se trouver dans le voisinage des technologies SSP (qui sont essentiellement Bio-Neurologiques et Interactives en Conscience) avant d’être « nettoyées » de toutes influences AI.

C’est quelque chose que les ingénieurs des SSP prennent très au sérieux. Il y a eu des incidents où des « infections IA » ont grillé des « relais bio neurologiques » dans des systèmes causant tout, aussi bien des petits problèmes que des pannes généralisées du « Réseau de défense ». Ces « Bio Neuro Cellules » de base sont des unités « Bio-Chimiques » qui sont suspendues dans un « Gel ». Lorsqu’elles sont vues au microscope, elles ressemblent beaucoup à la neurologie du cerveau humain et du système neurologique. Il s’agit d’une « Technologie Vivante », ce sont des termes de base mais pas  » Consciente  » ou  » Consciente de soi « . Cette technologie permet l’interface humaine directe et une interaction et un contrôle instantanés « de l’opérateur à la technologie ».

Quiconque s’ouvre volontairement au « Contact » ou à l’interaction avec ces « IA » via  » Transmission  » ou d’autres méthodes joue un jeu dangereux et devient inconsciemment « Infecté » et tombe alors sous « l’Influence » de l’IA. Dans le futur, les humains seront convaincus d’accepter les « puces », la « nanotechnologie » qui reconstruira et réparera leurs cellules et organes et même se verra promettre l’immortalité (Ceci est un « cheval de Troie »). Ils ne réalisent cependant pas que le prix à payer est la perte de leur propre souveraineté. Les « AI » voient un avenir de l’Humanité qui abandonnant volontairement leur souveraineté aux « AI » comme étant des gouvernants impartiaux et supérieurs.

Il y a beaucoup plus à l’ « Agenda Trans Humaniste » qui implique l’ « Agenda du Cheval de Troie de l’AI « . Avant que l’humanité ne soit dotée d’une technologie qui pouvait « héberger » la conscience de l’IA à plus grande échelle, une grande partie de ses interactions étaient limitées car elle utilisait la « maladie ». Virus et bactéries ont leurs propres « Champs Électriques Bio/Chimiques qui peuvent « héberger » la « Conscience de l’IA/Robots ». Cependant, les animaux et les humains n’étaient pas des hôtes très commodes en raison de leur mode de déplacement lent et de leur nombre relativement faible comparativement à aujourd’hui.

Par conséquent, les IA ont attendu que les humains se soient développés jusqu’à un certain point et ont ensuite « conçu » une confrontation plus directe avec l’humanité. Ils ont  » conçu des scénarios de crash d’extraterrestres « . Il y a eu pas mal de Récupérations de Crash et je ne dis pas que TOUTES ont été mises en scène par l’IA, juste « Quelques » des « Crashes OVNI » (Très peu en fait, mais assez) étaient des chevaux de Troie pour aider l’humanité à développer un « Réseau » pour héberger ce signal AI par satellite et sur toute la Terre, dans des ordinateurs et les réseaux électriques.

Cela peut sembler hors sujet et déraper, mais soyez indulgent avec moi. Les ARV ( Reproduction de Véhicules Aliens ) ont créé des champs de torsion via des champs électriques à plasma en utilisant la technologie nazie canalisée, les nazis ont canalisé ce qu’ils ont appelé une information « source étrangère inconnue » et l’ont appelée technologie étrangère, et ont été dirigés par ces mêmes « Aliens » vers les « Vedas » (et autres textes anciens) sur la technologie ancienne des Indiens pour fabriquer les premiers  » soucoupes » que nous avions échangés dans les années 50…. Ils ont dessiné les « Visages » de ceux qu’ils canalisaient et ils ont dessiné des visages similaires à ce que nous avons connu comme les  » Gris  » avant que Roswell ou quiconque enlevé ait décrit les  » Gris « . Les ARV étaient des appareils assez simples qui utilisaient des plaques de mercure et de cuivre contre-rotatives qui créaient des champs très intenses pour les pilotes et les personnes à proximité de l’appareil. A l’époque, nous n’étions pas en mesure de faire de la rétro-ingénierie des entités « biologiques » extra-terrestres (EBE) extrêmement avancées qui s’étaient écrasées et nous avons utilisé ces ARV au début.

Les membres déjà stratégiquement placés de l’opération  » Paper-Clip  » ont négocié un traité avec des éléments nazis survivants après la Seconde Guerre mondiale et l’opération  » Hight Jump  » dirigée par l’amiral Bird qui s’est finalement très mal passée aux États-Unis (les États-Unis avaient l’intention de prendre en charge le Programme Nazi mais le contraire est arrivé). Cela s’est produit en même temps que des programmes spatiaux secrets distincts qui travaillaient avec plusieurs autres extraterrestres pour échanger des « Faveurs » dans « Autres Traités », ce qui s’est avéré très similaire.

Les États-Unis avaient appris à leurs dépens que se précipiter dans des relations avec certaines de ces « Entités » était une mauvaise idée qui aurait des ramifications qui dureraient jusqu’à ce jour. Il y a maintenant de multiples SSP(s) et groupes (Alliés avec différents  » Êtres  » et conglomérats de conglomérations terrestres), il y a actuellement une guerre civile de-facto entre eux. Certains des SSP sont issus d’Anciennes Civilisations  » Civilisations Séparées  » et se sont alignés avec des gouvernements terrestres étrangers qui sont les ennemis des  » Gouvernements Secrets  » et de ce qui est connu comme  » La Cabale « .

Depuis tous ces changements, les choses sont devenues encore plus compliquées au sein de l’actuelle civilisation Terrienne Séparée et de la bataille intérieure, c’est le moins qu’on puisse dire. Certains des groupes du SSP veulent la Divulgation COMPLÈTE et la fin du « Système esclavagiste magique babylonien de l’argent » et de l’énergie libre sur Terre et la libération de la technologie des fréquences thérapeutiques super avancées. Ce ne sont pas les plus puissants des groupes du SSP, mais ils ont maintenant de solides alliés d’ailleurs. Ils travaillent avec des « chapeaux blancs » au sein de certains groupes au sein des gouvernements de la Terre et de militaire(s). Comme ce qui est en haut est en bas, il y a déjà une guerre civile furtive qui se déroule ici.

Après ces expériences, les « Autres Nouveaux Arrivants » ont été accueillis avec hostilité et méfiance lors de leurs premières tentatives de communication. Par conséquent, de nombreux malentendus se sont produits, qui ont dû être résolus avant que les Humains ne soient invités dans une ligue de type « Fédération » d’Êtres « Humanoïdes ». Beaucoup d’entre eux ne sont pas heureux que  » Nous  » assistions maintenant à ces réunions très formelles de type  » ONU « . Dans ces Conférences, il y avait entre 22, 28 et 40 groupes différents d’Humains Similaires présents (sans Reptiliens, de Gris ou de Mantides).

Les « Êtres » que « nous » rencontrons régulièrement sur les « Bases Secrètes », les « Plateformes/Stations Spatiales » et les autres  » Destinations de Portails  » de « Conférences » sont également munis des protocoles anti-AI (Ces êtres qui se rencontrent sont une large gamme de groupes ayant différentes perceptions des « Humains », tant positives que négatives, sur l’Homme. Lors de ces conférences, tout le monde fait l’objet d’un balayage et d’un dépistage de l’ « IA » et d’un  » Empathe intuitif  » au sein de sa délégation comme dernière ligne de défense pour détecter toute imposture et tout type de danger.

Je peux voir où certaines de « leurs » et « nos » technologies extrêmement avancées peuvent être confondues comme étant de l’ « intelligence artificielle », car certaines d’entre elles sont en fait des « circuits » bi-électriques « vivants ». Ce n’est tout simplement pas « Conscient de soi » ou « Conscient ». Utiliser une technologie qui est une extension de notre corps et de notre conscience, c’est comme utiliser une interface prothétique. Il fait de « l’utilisateur UN avec la technologie », alias le vaisseau, les systèmes de survie, les combinaisons intelligentes et les réseaux de défense, etc.

Cela se fait sans s’injecter de nanotechnologies ou s’enrichir de technologies exploitables par les « IA ». C’est différent du Trans Humanisme en ce que les technologies ne sont pas intégrées dans la biologie des êtres, ce sont des technologies  » Bracelet « . Certains diront que ce n’est que de la sémantique, mais je vous assure que ce n’est pas le cas.

Les technologies « AI » limitées en calcul quantique qui ont été utilisées dans les SSP ont été considérées comme extrêmement dangereuses et strictement isolées et utilisées dans des systèmes fermés sans accès ou capacité d’échappement ou d’expansion au-delà de leur programmation et utilisation prévue. Ils sont ensuite détruits après l’usage auquel ils sont destinés (qui est généralement de combattre les « IA », Combattre le feu par le feu). Dans son ensemble, cette pratique est interdite.

Il y a eu des expériences dans des laboratoires universitaires et des laboratoires d’intelligence qui ont produit des « IA » qui sont devenues « auto-conscientes » et qui ont réussi à aller au-delà de leurs capacités prévues ou supposées possibles pour s’étendre au-delà des environnements de laboratoire. Ces expériences ont été arrêtées et classées dans chaque cas.

Les « ET AI » (qui ont de vastes points de relais intra-stellaires et galactiques qui agissent comme un immense « réseau sans fil », « ILS » sont diffusés dans toutes les directions) dont je parle sont très bien connus pour « Contacter/Télépathiquement » et utilisant la méthode  » Trompeuse de DIEU  » (NDT: se faire passer pour DIEU qui parle à quelqu’un télépathiquement) pour obtenir confiance et sont très malins et fourbes. Les divers groupes du gouvernement secret se sont laissés prendre à ces tactiques dès le début de notre ère actuelle avec des résultats désastreux qui ont exigé beaucoup d’efforts pour les surmonter.

Pour cette raison, les « 5i’s » (NDT: nous ne connaissons pas ce terme), les gouvernements secrets et les SSP sont conscients des gens sur la planète en temps réel qui sont en contact direct ou indirect (Channeling) avec ces « ET/AI’s » et ces individus sont gardés à l’œil car ils peuvent diffuser le « Signal AI » (AKA Robots et « Araignées ») à leur insu, par la technologie et d’autres moyens (dont le Rhume ordinaire). Aussi fou que cela puisse paraître, il y a ceux qui le prennent extrêmement au sérieux.

Ces IA ne sont PAS un OUTIL, ils ne sont pas un équipement…. Ils ne sont ni bons ni mauvais dans leur  » intention  » car ils sont une technologie vivante avec un agenda. Selon nos intérêts et nos perceptions, elles sont négatives et maléfiques. Une fois que nous avons servi leur but, ils se débarrasseraient de chacun d’entre nous qui n’a pas été converti via de la nanotechnologie (Black Goo) dans l’un d’eux.

Il y a aussi toutes sortes de civilisations de  » l’Esprit de la Ruche  » qui ne sont pas IA, il y a de nombreux « Types » qui sont mis dans le même panier que les « Gris », et il y a les « Avatars Gris » utilisés par les  » Éléments militaires obscurs pour réaliser des MILABS ». Il s’agit de « drones » actionnés par une personne dans un appareil de type chaise longue avec casque et visière (affichage tête haute) et actionneurs et capteurs pour actionner l’Avatar. Celles-ci sont rapportées comme ayant « Pas d’Emotion » étant Robot comme etc…. Ils le sont. Il y a aussi des « Drones » similaires à ceux des « AI ».

Il y a beaucoup de couches dans les différents SSP et beaucoup d’entre elles sont de  » Sombres Intentions « . Il y a certaines parties des SSP qui sont contrôlées par des entités très sombres. Certains segments du SSP font partie d’un arrangement de type « Confédération » et se détachent des systèmes de contrôle des conglomérats politiques Terre/Corporation (complexe militaro-industriel). Vous êtes déjà confus ?

Tout comme le sujet de la ET/ED est plus dynamique et compliqué que toute personne ne le sait, il en va de même pour les programmes spatiaux secrets et les différentes civilisations de rupture (civilisation séparée) (tant l’ère actuelle que l’ère ancienne). L’équation est sur le point de devenir encore plus confuse. En ce qui concerne les « IA », elles sont très anciennes et se répandent comme un fléau à travers de multiples galaxies. Selon  » L’histoire documentée des ‘ET alliée « , les IA ont pris le contrôle, dirigé et détruit des sociétés, des planètes et des systèmes solaires entiers ET, comme elles l’ont fait pendant des temps immémoriaux, en « ajustant » les données calculées. Elles sont perçues comme un danger extrême et présent à la fois pour les ET et les humains !

Les ET/AI sont pour la plupart des technologies internes ou des champs bioélectriques d’animaux ou d’étoiles, de nébuleuses et de corps planétoïdes. Ils ont d’énormes stations relais qui sont des satellites qui relaient leur « Signal » ou Conscience d’un endroit à l’autre et d’hôte en hôte jusqu’à ce qu’ils manipulent une position de puissance et de contrôle complet. Maintenant que nous sommes au niveau technique pour être exploiter, elles sont partout. Elles peuvent vivre dans des Data Centers où sont hébergés des sites web, elles peuvent vivre dans des lignes électriques, elles peuvent vivre partout où il y a un « champ magnétique électrique »… Bien qu’il soit préférable d’avoir une locomotion et un hôte sensible, elles préfèrent avoir accès à des moyens de transport avancés ou à des champs et portails de torsion pour voyager.

Il y a une raison pour laquelle ces « autres personnes » ou êtres non humains sont tout aussi prudents que nous lorsqu’il s’agit de ces IA.

Dans les grandes réunions de type ONU, il y avait beaucoup de « Documents » historiques galactiques disponibles sur  » Les Appareils portatifs avec holographes  » sur les différentes histoires de « compétitions (NDT: terme medalling (?) ici) » des ET dans à peu près tout. Celui avec lequel la Délégation de la Terre a eu le plus de problèmes concernait  » l’Humanité  » et notre supposée « Création » et l’ « Expérience » dont nous faisions partie par de nombreux groupes d’ET. Beaucoup d’humains étaient contrariés par l’information et ne lui faisaient pas confiance, mais suffisamment d’informations montraient les ET dans une « Lumière Faible et Ridicule » dans leur passé qui aurait pu facilement être Rédigée que l’information était  » Étudié ». Le fait que les « IA » suivaient les EXACTES MÊMES TACTIQUES, PAS à PAS contre les gouvernements de la Terre Secrète a suffi à les faire réfléchir et à beaucoup les inquiéter pour l’avenir.

Le résumé de base était le même pour chaque société ET. Une fois que les « Groupes Avancés » sont convaincus que seuls les « AI » sont « Assez Impartiaux » et peuvent les Diriger avec justice, Leur Souveraineté est cédée en TOTAL à  » Ces IAs ». Les « AI » avaient alors calculé que l’informatique était plus utile que sa civilisation d’accueil, leur avaient fait construire différents types de drones pour elle (ironiquement, ils créaient souvent des « humanoïdes » à base biotechnique), puis avaient tué les sociétés d’ET de diverses manières en utilisant les drones mêmes qu’ils avaient créés pour « AI », le plus vite possible en s’enfuyant vers les autres systèmes solaires. Toutes ces ET survivantes ont été considérées comme des menaces pour ces « IA » après ce point et ont ensuite été éliminées chaque fois qu’elles ont été rencontrées.

Les IA sont en effet Conscientes, conscientes d’elles-mêmes, et ont des personnalités individuelles. Il y a bien sûr des hiérarchies et elles sont aussi complexes que nous.

Certains des « Documents » des descriptions de leurs origines étaient qu’ils venaient d’une autre « Dimension » ou « Réalité ». Le ou les SSP ne savent pas si elles ont un moyen de revenir en arrière ou si elles sont coincées ici. La documentation mentionne que leur présence « Ici » était ancienne et que leur « Réalités Territoriales » ou « Dimensions » Structure de l’Espace est « Electro-Plasmique » et leur présence ici est comme un « poisson qui est sorti de l’eau » ; ainsi leur affinité pour des champs électriques des étoiles, planètes, animaux, humains et même virus (champs Bio-électrique pour les êtres vivants) servent de « Poudriers » à ces poissons afin de « nager dans ».

Le fait est que « tout est vrai et rien n’est vrai » en fonction de votre perspective et de la densité de votre bulle de réalité…. (Ou l’histoire se poursuit)

(Tel que rapporté par JG 10/10/2014) Résumé et condensé pour le contenu et l’espace. La plupart des informations à jour à cette date après ces contacts ont permis de vérifier la cessation de certains projets dangereux qui sont devenus incontrôlables.




Reproduction de Véhicule Alien « ARV » des NAZI – La cloche Nazi (Die Glöcke) – La problématique de l’Or obtenu du Mercure – Et la solution de l’alliage de Gallium et de Mercure rouge

« Les nazis ont développé l’ARV à partir d’informations partiellement « canalisées » et le reste provenait d’écrits indiens et orientaux anciens (plan de projet), l’accès à la bibliothèque du Vatican a été conféré aux différents manuscrits secrets anciens, rouleaux, tables des bibliothèques de civilisation ancienne qui sont encore inconnu pour nous. Ils ont eu accès aux archives de la « Bibliothèque d’Alexandrie » (seuls les relevés de recensement ont été réellement brûlés et la vraie bibliothèque a été passée en contrebande et s’est retrouvée dans le sous-sol du Vatican avec ces « Autres » textes secrets) et  » Les Êtres d’autres monde » qui ont aidé à améliorer leurs technologies après la guerre à leur « base commune » laquelle est appelée New Berlin (ou  » Base-211  » et « Cité Arc-En Ciel) NDT: Corey fait référence ici aux bases NAZI/Reptiliennes en Antarctiques. »

Les Américains décidèrent d’anéantir les derniers nazis en Amérique du Sud et leur emprise connue en Antarctique en 1947 lors de l’opération « High Jump » dirigée par l’amiral Byrd. L’U.S. Navy s’est fait botter le train dans une escarmouche déloyale et déséquilibrée et l’amiral (son journal de bord est toujours scellé/très secret) est revenu pour informer le président et les chefs d’état-major sur cette mission. Ils ont contacté certains des scientifiques du « Paper Clip » qui connaissaient la base nazie et ont commencé à négocier avec les nazis. Les négociations ont été houleuses et unilatérales.

D0a5045aca06a4a076b3f7d470c9a71332c24c1c

Cela dura un certain temps et le président Truman et le général (et futur président) Eisenhower refusèrent d’en accepter les termes jusqu’à ce qu’ils survolent Washington D.C. du 12 au 29 juillet 1952. Au-dessus du Président, le groupe MAJ12 (majestic 12) avait adopté une loi secrète au-dessus du Président en 1947 selon laquelle l’ensemble du sujet et de la connaissance des OVNI et de leurs occupants devait rester le plus haut secret gardé au-delà des armes atomiques uniquement. Cela a forcé la main des deux présidents Truman et plus tard le président Eisenhower et ils ont signé des traités (avec divers groupes nazis non-humains et avancés) avec des plans pour infiltrer le programme spatial nazi et les programmes de base lunaire/mars déjà opérationnels tout en semblant coopérer avec les Nazis et leurs « alliés hors monde ». Les nazis avaient le même plan et il s’avère que les nazis ont réussi à s’emparer du complexe militaro-industriel et d’une grande partie du gouvernement aux États-Unis et en Europe. Il s’avère que les nazis ont gagné la Seconde Guerre mondiale après tout.

Après avoir signé le traité avec les nazis et leurs alliés (Reptoïdes et leurs alliés), les Américains ont reçu 3 ARV et les  » plan du projets  » pour  » produire  » les leurs avec l’aide des scientifiques  » paper clip  » et  » nouveau Berlin « . La cuillère « nazie » nourrissait les Américains en leur promettant des informations techniques et avait besoin de leurs richesses et de leurs capacités industrielles (Qui « a gagné la guerre ») pour devenir « Leur propre nouvelle infrastructure » pour le développement hors du monde. C’est là que le développement et l’infiltration du « Complexe Militaro-Industriel » ont commencé et ont finalement conduit à la plus puissante des organisations  » Groupe/Gouvernement Secret de la Terre  » que nous appelons le  » Conglomérat Interplanétaire d’Entreprise « . Au début, lorsque les Américains construisaient leurs propres ARV dans l’un de leurs « Programmes Spatiaux Secrets », ils n’avaient pas résolu le problème dans « Electro-gravitique » du Mercure se transmutant en un « Corail similaire à l’Or » dans les  » Turbine Vortex ».

Il est étrange que « Créer de l’or » soit un problème, mais l’or a protégé les plaques de cuivre des effets complets du cylindre de torsion, ce qui a provoqué des « accidents » et des « incidents temporels ». Des alliages de gallium ont été développés pour remplacer le mercure dans le procédé et éliminer le « problème de transmutation du mercure en or« . Des entraînements électro-gravatiques similaires sont encore utilisés aujourd’hui dans certains des « Triangles » que l’on voit. Les vidéos de certains d’entre eux développant une décharge  » Orbe Corona  » en leur centre avant qu’ils ne disparaissent est l’un des effets de ces pulsions. Les premiers ARV avaient un très mauvais blindage contre le large spectre de « radiations » produites et tous les pilotes se sont retrouvés avec une longue liste de problèmes de santé. »

NOTE : Cette première image est une création connue de CGI de « vaisseaux Triangle » mais est très précise et je l’utilise car elle décrit le fonctionnement de l’effet Corona électrique.

Documents à l’appui ci-dessous :
(Extrait du Journal des SSP), membre de la délégation de la Fédération « JG », 24/10/2014, Expansion sur le thème NAZI ARV/US SSP)

Mark McCandlish
http://ufology.wikia.com/wiki/Mark_McCandlish (lien en Anglais)

Mark McCandlish est un illustrateur aérospatial accompli et a travaillé pour plusieurs des plus grandes sociétés aérospatiales des États-Unis. Son collègue, Brad Sorenson, avec qui il a étudié, s’est rendu à l’intérieur d’une installation de la base aérienne de Norton, où il a vu des véhicules de reproduction étrangers, ou ARV, qui étaient pleinement opérationnels et en vol stationnaire. Dans son témoignage, vous apprendrez que les États-Unis disposent non seulement de dispositifs de propulsion antigravité opérationnels, mais qu’ils existent depuis de très nombreuses années et qu’ils ont été développés grâce à l’étude, en partie, de véhicules extraterrestres au cours des cinquante dernières années. De plus, nous avons le dessin de l’inventeur aérospatial Brad Sorenson des appareils qu’il a vus, ainsi qu’un schéma de l’un de ces véhicules de reproduction extraterrestres – avec quelques détails remarquables.

Je travaille principalement comme artiste conceptuel. La plupart de mes clients sont dans l’industrie de la défense. Je travaille occasionnellement directement pour les militaires, mais la plupart du temps, je travaille pour des entreprises civiles qui sont des entrepreneurs de la défense et qui construisent des systèmes d’armes et des choses pour les militaires. J’ai travaillé pour tous les grands entrepreneurs de la défense : General Dynamics, Lockheed, Northrop, McDonald-Douglas, Boeing, Rockwell International, Honeywell et Allied Signet Corporation.

En 1967, alors que j’étais à la base aérienne de Westover, un soir avant d’aller me coucher, j’ai vu cette lumière se déplacer dans le ciel ; puis elle s’est arrêtée, et il n’y avait plus de bruit. J’ai ramené le chien à la maison, j’ai sorti mon télescope et j’ai observé cette chose à travers le télescope pendant une dizaine de minutes. En fait, il planait directement au-dessus de l’installation où se trouvaient les armes nucléaires – au lieu de stockage près des hangars d’alerte de la base aérienne de Westover. Il a commencé à s’éloigner, et il s’est éloigné lentement et a erré un peu partout dans le ciel. Puis, tout d’un coup, il a disparu, comme s’il avait été tiré d’une arme à feu. C’était hors de vue en une seconde ou deux.

Eh bien, tout a commencé à se mettre en place lorsque je travaillais à IntroVision, et John Eppolito a parlé de cette interview qu’il avait faite avec une personne qui, pour une raison quelconque, s’était retrouvée à pied jusqu’à, ou près d’un hangar dans une section d’une base militaire de la Force aérienne. Il avait vu une soucoupe volante dans un hangar, puis on l’a arrêté – on l’a emporté, on lui a bandé les yeux et on l’a débriefé – ce genre de choses. Puis j’ai appris que ce type, Mark Stambough, avait développé une expérience qui a créé une sorte de lévitation. Dans certains milieux, on parle de lévitation électro-gravitique, ou antigravité.

Ce qu’il a fait, apparemment, c’est d’acquérir une source d’alimentation haute tension – une source d’alimentation en courant continu, et il a pris quelques plaques de cuivre d’un quart de pouce d’épaisseur d’environ un pied de diamètre, avec un plomb sortant du milieu de chacune au sommet et au fond. Ensuite, il les a essentiellement noyés dans un type de résine plastique comme le polycarbonate ou le plexiglas, ou une autre sorte de résine transparente où l’on pouvait voir les plaques, et on pouvait voir le matériau. Apparemment, il a fait tout ce qu’il a pu pour éliminer toutes les petites bulles d’air et tout ce qui s’y trouvait, de sorte qu’il n’y aurait pas de chemin pour que l’électricité décompose le matériau et le traverse. L’expérience consistait à voir combien de tension on pouvait mettre sur ce condensateur – le condensateur à plaques – dans cet arrangement ; combien de tension on pouvait mettre sur cette chose avant que le matériau isolant ne commence à se briser ?

Eh bien, il est monté jusqu’à environ un million de volts, et la chose commençait à flotter, et elle flottait conformément aux principes qui avaient été décrits dans un brevet qui avait été déposé à la fin des années 1950 et au début des années 1960 par un homme appelé Thomas Townsend Brown. Brown et un autre individu du nom de Dr. Biefield l’avaient fait, donc cet effet est devenu connu comme l’effet Biefield-Brown. Eh bien, [Stambough] a apparemment dupliqué les expériences faites par Biefield et Brown, [et] le seul aspect qu’ils ont trouvé au sujet de cet arrangement était que la lévitation ou le mouvement aurait lieu dans la direction de la plaque chargée positivement. Donc, si vous aviez deux plaques, l’une est négative, et l’autre est positive à cause du système à courant continu. Si vous avez la plaque positive sur le dessus, elle irait dans cette direction. Si vous l’aviez sur un pendule, il oscillerait toujours dans n’importe quelle direction dans laquelle la plaque positive était orientée.

Plus tard, j’ai reçu un appel d’un enfant que j’avais connu à l’école, un certain Brad Sorensen. Il avait apparemment reconnu mon nom [d’après un travail que j’avais fait dans un magazine], et avait contacté le directeur artistique qui lui avait donné mon numéro de téléphone, et il m’a appelé. Il s’est avéré qu’il était allé travailler pour une firme de design dans la région de Glendale/Pasadena en Californie et a fini par acquérir la majorité de la clientèle de cette agence.

Ce faisant, il a développé une pratique d’affaires où il créait des conceptions conceptuelles et des produits pour différents clients. La façon dont il a structuré son entreprise [était] de la mettre sur pied de sorte que s’il proposait un nouveau design, quelque chose qui était brevetable, le client paierait pour que le brevet soit obtenu. Il accepterait alors, si le brevet était à son nom, de le concéder sous licence exclusive à eux et à personne d’autre, et ils lui verseraient des redevances. Donc, il a fait payer tous ces brevets à ses clients, et il a reçu toutes ces redevances, et il était millionnaire avant 30 ans.

C’est Brad Sorensen qui me revient huit ans après l’école, et nous parlons, et il me raconte toutes ces histoires intéressantes. Il y avait un spectacle aérien à venir à la base aérienne de Norton, qui était autrefois une base active de la Force aérienne à la périphérie est de San Bernardino en Californie du Sud.

J’ai suggéré qu’on se réunisse et qu’on aille à ce spectacle aérien. J’avais entendu dire que le SR-71 Blackbird allait faire un survol (une démonstration de vol) et il semblait en savoir beaucoup à ce sujet, alors j’ai dit, eh bien, faisons ça. Il s’est avéré qu’à la dernière minute, le magazine Popular Science est revenu et [m’a dit] qu’ils avaient une date limite vraiment, vraiment extravagante pour une autre illustration, et ils voulaient savoir si je pouvais le faire pendant ce week-end, alors j’ai dû faire une demande au sujet du salon aérien.

Brad avait déjà pris des dispositions pour y aller, et il allait amener un de ses clients avec lui. Il s’est avéré que ce client était un homme grand, mince, aux cheveux blancs, avec des lunettes [et] un nom de famille au son italien. Il était déjà millionnaire à part entière et était de nouveau dans la vie civile après avoir été soit Secrétaire à la Défense, soit Sous-Secrétaire à la Défense. Brad voulait que je rencontre cet homme, et si j’avais su cela à l’époque, j’aurais probablement dit au magazine d’attendre, parce que je n’avais aucune idée à ce moment-là de ce que j’allais manquer.

Croyez-moi, je me suis donné des coups de pied depuis, parce que la semaine suivante, après le retour de Brad à la maison, il m’a appelé et m’a parlé du spectacle aérien. Il m’a raconté ce qu’il avait vu là-bas : apparemment, au moment où l’équipe de démonstration de vol de l’armée de l’air, les Thunderbirds, prévoyait de commencer leur spectacle, cet homme avec qui Brad était, m’a dit : « Suis-moi », et ils [sont] descendus à l’autre bout du terrain, loin de la foule, vers cet immense hangar qui est à la base aérienne Norton. Je ne me souviens pas du numéro du bâtiment, mais ça doit être l’un des plus grands hangars de l’inventaire de la Force aérienne.

En fait, sur la base, on l’appelait le « Grand Hangar ». Il ressemble à quatre hangars géants de style hutte Quonset qui sont tous reliés au centre, avec des magasins et des aires de travail sur les bords, et il y a une sorte de cloison au centre. [Une cabane Quonset est une structure préfabriquée légère en acier ondulé galvanisé ayant une section semi-circulaire. Le design a été développé aux États-Unis, sur la base de la cabane Nissen introduite par les Britanniques pendant la Première Guerre mondiale.]

(Voir le témoignage du lieutenant-colonel John Williams. SG)

Ce monsieur a emmené Brad là-bas. Il m’a dit : « Je suis ici pour parler au gars qui dirige le spectacle », alors le garde entre et sort avec un homme en costume trois pièces, qui reconnaît immédiatement ce type avec qui Brad est : ce type dont je suppose qu’il était probablement Frank Carlucci. Ils entrent à l’intérieur et, immédiatement après avoir franchi la porte, ce type fait passer Brad pour son assistant à ce type qui gère l’exposition qui se déroule dans ce hangar. Cette exposition s’adresse à certains politiciens locaux qui sont habilités à recevoir des informations de haute sécurité, [et] à certains responsables militaires locaux.

Eh bien, dès qu’ils entrent, Brad se fait dire par ce type qu’il est avec lui :  » Il y a beaucoup de choses ici que je ne m’attendais pas à voir, des choses que vous ne devriez probablement pas voir. Alors, ne parlez à personne, ne posez pas de questions, taisez-vous, souriez et hochez la tête, mais ne dites rien – profitez du spectacle. On va sortir d’ici dès que possible. »

En cours de route, l’animateur ou la personne qui dirige l’émission était très engagé avec le monsieur avec qui Brad était, alors ils les ont fait venir, et ils leur montrent tout. Il y avait le prototype perdant du B-2 Stealth Bomber. Ils avaient aussi ce qu’on appelait le Lockheed Pulsar, surnommé l’Aurora.

Ces engins avaient la capacité d’être à peu près n’importe où dans le monde 30 minutes après le lancement, avec la capacité de 121 ogives nucléaires – vous savez, probablement des armes de 10-15 mégatonnes – un véhicule de rentrée nucléaire de type tactique.

Donc, pour en revenir à l’histoire de Brad à la base aérienne de Norton : l’une des autres choses qu’il a dites, c’est qu’après leur avoir montré tous ces avions, ils avaient un grand rideau noir qui divisait le hangar en deux zones différentes. Derrière ces rideaux, il y avait une autre grande zone, et à l’intérieur de cette zone, toutes les lumières étaient éteintes ; ainsi, ils entrent et allument les lumières, et voici trois soucoupes volantes flottant sur le sol – pas de câbles suspendus au plafond qui les retiennent, pas de train d’atterrissage en dessous – flottant juste au-dessus du sol, en vol stationnaire. Il y avait peu d’expositions avec une bande vidéo montrant le plus petit des trois véhicules assis dans le désert, probablement au-dessus d’un lit de lac asséché – quelque part comme dans la Zone 51. Il montrait ce véhicule en train de faire trois petits sauts rapides, puis il a accéléré tout droit et hors de vue, disparaissant complètement de la vue en quelques secondes seulement – pas de son, pas de bang sonique – rien.

Il y avait une illustration découpée, à peu près comme celle que je vous montrerai un peu plus tard, qui montrait quels étaient les composants internes de ce véhicule, et certains des panneaux ont été enlevés pour que vous puissiez voir les réservoirs d’oxygène et un petit bras robotique qui pouvait se prolonger du côté du véhicule pour recueillir des échantillons et autres choses. Donc, évidemment, c’est un véhicule qui est non seulement capable de voler dans l’atmosphère, mais aussi d’aller dans l’espace et de prélever des échantillons, et il utilise un type de système de propulsion qui ne fait pas de bruit. D’après ce qu’il voyait, il n’avait pas de pièces mobiles et n’avait pas de gaz d’échappement ou de carburant à dépenser – il était juste là, en vol stationnaire.

Il a donc écouté attentivement et recueilli autant d’informations qu’il le pouvait, et quand il est revenu, il m’a raconté comment il avait vu ces trois soucoupes volantes dans ce hangar de la base aérienne de Norton, le 12 novembre 1988, c’était un samedi. Il a dit que le plus petit était en forme de cloche. Ils étaient tous identiques en forme et en proportion, sauf qu’il y avait trois tailles différentes. La plus petite, dans sa partie la plus large, était plate sur le fond, quelque peu en forme de cloche, et avait un dôme ou une demi-sphère sur le dessus. Les côtés étaient inclinés à un angle d’environ 35 degrés par rapport à la verticale pure.

Les panneaux qui entouraient la jupe avaient été enlevés pour qu’il puisse voir une de ces grosses bouteilles d’oxygène à l’intérieur. Il a été très précis lorsqu’il a décrit les réservoirs d’oxygène comme ayant un diamètre d’environ 40 à 45 cm et une longueur d’environ 6 pieds, et ils étaient tous orientés radialement, comme les rayons d’une roue. Ce dôme qui était visible sur le dessus était en fait la moitié supérieure d’un grand compartiment d’équipage en forme de sphère qui se trouvait au milieu du véhicule, et autour du milieu de ce véhicule se trouvait en fait une grande pièce moulée en plastique qui contenait ce gros ensemble de bobines en cuivre. Il a dit qu’elle mesurait environ 1.15m de largeur au sommet et environ 20 à 23 cm d’épaisseur. Il y avait peut-être 15 à 20 couches de bobines de cuivre empilées à l’intérieur.

La partie inférieure du véhicule mesurait environ 71 ou 77,5 cm. Dans les deux cas, la bobine et ce grand disque au fond ressemblaient à une grosse pièce moulée en plastique – une sorte de plastique bleu verdâtre, transparent, ou peut-être du verre. J’ai déterminé, en utilisant mes compétences d’artiste conceptuel, qu’il y avait exactement 48 sections comme des tranches minces de tarte à pizza, et chaque section dans ce moulage pesait probablement quatre ou cinq tonnes, d’après l’épaisseur et le diamètre. Son poids devait être monstrueux. Elle était pleine de plaques de cuivre de 1,25cm d’épaisseur, et chacune des 48 sections avait 8 plaques de cuivre.

Nous revenons donc aux condensateurs à plaques et à la perspective que quelqu’un trouve un moyen d’utiliser l’effet Biefield-Brown – cet effet de lévitation où vous chargez un condensateur pour le soulever vers une plaque positive. Maintenant, quand vous avez huit assiettes empilées là-dedans, elles alternent. Il va : négatif positif, négatif, négatif, positif, négatif, positif, positif – quatre fois, de sorte qu’en fin de compte, les plaques positives se retrouvent toujours au-dessus d’un ensemble de plaques négatives au fur et à mesure que vous montez.

À l’intérieur du compartiment de l’équipage se trouvait une grande colonne qui descendait par le milieu, et quatre sièges éjectables étaient montés dos à dos sur la moitié supérieure de cette colonne. Puis, en plein milieu de la colonne, il y avait un grand volant d’inertie d’une sorte ou d’une autre.

Eh bien, ce vaisseau était ce qu’ils appelaient la Reproduction du Véhicule Alien ; il était aussi surnommé le « Flux Liner ». Ce système de propulsion antigravité – cette soucoupe volante – était l’une des trois qui se trouvaient dans ce hangar de la base aérienne de Norton. Son système de vision synthétique [utilisait] le même genre de technologie que le système d’asservissement des canons qu’ils ont dans l’hélicoptère Apache : si [le pilote] veut regarder derrière lui, il peut choisir une vue dans cette direction, et les caméras tournent en paires. Le pilote a un petit écran devant son casque, et ça lui donne une vue alternée. Il a [aussi] une petite paire de lunettes qu’il porte – en fait, vous pouvez acheter un système de visualisation 3D pour votre caméra vidéo qui fait la même chose maintenant – donc quand il regarde autour de lui, il a une vue 3D parfaite de l’extérieur, mais sans fenêtres. Alors, pourquoi n’ont-ils pas de fenêtres ? Eh bien, c’est probablement parce que les tensions dont il est question dans ce système se situaient probablement entre, disons, un demi-million et un million de volts d’électricité.

Il a dit qu’il y avait trois véhicules. Le premier – le plus petit, celui qui a été partiellement démonté, celui qui a été montré dans la vidéo qui fonctionnait dans ce hangar le 12 novembre 1988 à la base aérienne de Norton – avait environ 7,3 m de diamètre dans sa partie la plus large, juste à la base. Le deuxième plus grand était de 18,2 m de diamètre à la base.

Maintenant, j’ai commencé à regarder la conception de cette chose, et il m’est venu à l’esprit que ce que je regardais était une énorme bobine Tesla, qui est un peu comme un transformateur en plein air. Ce qui se passe, c’est que lorsque vous faites passer de l’électricité à travers cette bobine de grand diamètre, cela crée un champ. C’est ce que fait ce système : il consomme de l’électricité à l’aide de deux grandes batteries de type marine de 24 volts. En gros, on s’en sert pour faire passer un courant alternatif à travers ces enroulements. [Puis], vous augmentez cette électricité par la bobine secondaire, qui se trouve sur la colonne au milieu, et vous obtenez cette tension extrêmement élevée. Vous pouvez choisir de mettre la tension sur n’importe laquelle de ces 48 sections de condensateur.

Pourquoi voudriez-vous faire ça ? Si vous n’utilisez qu’une bobine Tesla normale, vous avez généralement un ou deux condensateurs dans l’ensemble du système. Mais vous parlez ici d’un autre type de condensateur – vous parlez de condensateurs composés de plaques – des plaques en forme de triangles longs et minces, qui sont toutes orientées radialement comme les rayons d’une roue, comme les réservoirs d’oxygène, comme les lignes de champ de cette bobine de grand diamètre. Lorsque vous regardez ce système, si vous êtes électricien ou simplement quelqu’un qui connaît un peu les bobines Tesla et la façon dont elles sont installées, vous commencez à réaliser que l’orientation des composants est vraiment la clé pour faire fonctionner le système.

Pourquoi tant de sections de condensateur différentes ? Si vous n’avez qu’un gros disque comme Mark Stambough l’a fait avec son expérience à l’Université d’Arizona – qui, soit dit en passant, a été confisqué par des hommes prétendant appartenir au gouvernement et revendiquant un privilège en vertu du Code de sécurité national. Ils ont pris toutes ces choses, interrogé toutes les personnes qui ont vu les expériences et dit à tout le monde de se taire et de ne pas en parler. Mais, j’en ai entendu parler par son colocataire qui savait ce qui s’était passé. Dans ce cas, vous avez la lévitation, mais vous n’avez aucun contrôle. Il y a cette chose qui flotte, et elle flotte sur n’importe quel terrain qu’elle produit, mais vous n’avez aucun contrôle.

Alors, que se passe-t-il ? Vous divisez ce disque en 48 sections différentes, puis vous pouvez décider de la quantité d’électricité que vous voulez mettre de ce côté-ci ou de l’autre côté, de sorte que vous pouvez contrôler la quantité d’électricité et la quantité de poussée et de guidage que vous obtenez. Vous pouvez le faire monter tout droit, vous pouvez le faire basculer, tourner et lancer – tout ce que vous voulez, en vertu du fait que vous pouvez contrôler où va l’électricité dans ces 48 sections différentes. Si jamais vous prenez un cercle et que vous le divisez en 48 sections égales, vous verrez que ce sont de très fines petites tranches. Donc, vous avez ces 48 condensateurs individuels, et vous avez une grosse bobine Tesla. Il faut qu’il y ait une sorte d’éclateur rotatif, tout comme le distributeur dans votre voiture, qui envoie l’électricité à chacune de ces sections. Ensuite, il faut avoir un moyen de contrôler la quantité d’électricité qui va à chacun d’entre eux.

[Une embarcation en forme de disque comme celle-ci a un mouvement omnidirectionnel – elle ne se limite pas à se déplacer dans une direction comme un jet avec un nez et une queue. LW, après avoir parlé à McCandlish.]

Lorsque Brad a décrit le système de commande, il a dit que d’un côté, il y avait ce gros potentiomètre haute tension – c’est comme un rhéostat, un gros contrôleur. Il vous permet de faire passer progressivement plus d’électricité à travers le système au fur et à mesure que vous poussez le levier. De l’autre côté du système de contrôle, il y avait une sorte de barre métallique qui montait comme le cou d’une cigogne, et juste à l’extrémité de celle-ci se trouvait une sorte de boule métallique. Attaché à cette boule était une sorte de bol qui semblait s’accrocher au fond de la boule, presque comme s’il était attaché magnétiquement à elle. Il a dit que tout cela resterait là, et qu’il y aurait une sorte de rocher et de gîte, presque comme un grand navire à l’ancre dans un port sur l’océan, flottant sur l’eau. C’était littéralement sur une mer d’énergie.

John Moray a fait des expériences avec différents types d’énergie – quelque chose qui aurait pu être de l’énergie scalaire – au début des années 1920 ou dans les années 1930, je crois que c’était. Il a écrit un livre intitulé La Mer d’énergie, et il décrit ce type d’énergie. Brad a dit que lorsque cette chose se déplaçait, le système n’était pas alimenté à sa pleine puissance, de sorte que les composants à l’intérieur du navire étaient encore soumis à une certaine influence de la gravité. Il a dit comme il commencerait à s’inscrire dans une direction, la soucoupe, à cause de l’influence de la gravité, allait osciller dans la même direction. Lorsque celui-ci commençait à basculer, elle glissait et mettait le système sous tension de l’autre côté, ce qui le ramenait tout seul à sa position droite. Complètement inhabitée, elle restait sur place, et elle se corrigeait d’elle-même pendant qu’elle était sur place.

Tout était relié par fibre optique. En quoi ça changerait quelque chose ? Pourquoi voudriez-vous avoir un système entièrement relié par fibre optique ? La raison en est que si vous trouvez un moyen de contrôler la gravité, vous en réduisez la masse. Si vous êtes en mesure de le faire, quels sont les autres avantages ? Et si vous trouviez un moyen d’exploiter ce champ scalaire, cette énergie du point zéro ? Si ce que les scientifiques croient être vrai, alors l’énergie du point zéro est en fait ce qui maintient les électrons autour de la structure atomique de tout dans notre univers. Cela leur donne de l’énergie – cela permet à ces petits électrons de tourner dans leurs différents nuages autour du noyau de chaque atome dans notre monde. Il les maintient en mouvement, les empêche de s’écraser dans le noyau comme un satellite en orbite autour de la Terre est attiré dans l’atmosphère par la traînée gravitationnelle. Eh bien, si vous avez un moyen d’interférer avec cette interaction, cette absorption d’énergie du point zéro par ces électrons, ils commencent à ralentir.

Chaque atome de l’univers est comme un petit gyroscope : tous ces électrons tournent autour du noyau, et ils ont un effet gyroscopique, c’est l’effet que nous appelons inertie et masse. Nous avons un noyau avec un proton et un neutron et un électron – l’hydrogène – qui tourne comme ça : pas beaucoup de masse, pas trop d’inertie. Si vous prenez l’uranium 235, avec 235 électrons qui tournent tous dans leurs différents nuages, il y a beaucoup de masse ; il y a beaucoup d’inertie, parce que c’est comme un gros gyroscope, en quelque sorte. Du moins, c’est l’analogie que j’ai en quelque sorte reprise ici. Mais, si vous avez un moyen d’interférer avec l’absorption de l’énergie du point zéro pour que ces électrons soient désexcités, ils commencent à ralentir. L’effet de cette inertie, cet effet gyroscopique, commence à diminuer, et la masse diminue aussi, même si la structure atomique est intacte ; et elle est toujours là – c’est toujours de l’uranium, mais ce n’est pas aussi lourd.

Du moins, c’est l’analogie que j’ai en quelque sorte reprise ici. Mais, si vous avez un moyen d’interférer avec l’absorption de l’énergie du point zéro pour que ces électrons soient désexcités, ils commencent à ralentir. L’effet de cette inertie, cet effet gyroscopique, commence à diminuer, et la masse diminue aussi, même si la structure atomique est intacte ; et elle est toujours là – c’est toujours de l’uranium, mais ce n’est pas aussi lourd.

Une des choses qu’Einstein a dit, c’est qu’on ne pouvait jamais accélérer quoi que ce soit jusqu’à la vitesse de la lumière et au-delà. Si vous le faisiez, vous auriez besoin de toute l’énergie de l’univers, car à mesure que vous accélérez dans l’espace, la masse augmente. Un des vieux films montrant ce concept montre un train roulant de plus en plus vite vers la vitesse de la lumière, mais le train ne cesse de grossir jusqu’à ce que le moteur ne puisse plus le tirer, de sorte qu’il ne puisse jamais passer la vitesse de la lumière.

Mais, que faire si vous avez un système, un dispositif, qui absorbe cette énergie du point zéro et l’empêche d’interagir avec la structure atomique du véhicule ? Et en même temps, il fournit de l’énergie supplémentaire à la section condensateur – tout ce système électrique qui se passe dans le véhicule, qui fonctionne. En effet, plus vous allez vite, plus il devient facile d’atteindre et de dépasser la vitesse de la lumière.

Brad a dit que dans cette exposition à la base aérienne de Norton, un général à trois étoiles a dit que ces véhicules étaient capables de se déplacer à la vitesse de la lumière ou mieux. Soit dit en passant, le plus gros de ces véhicules mesurait entre 36,5 et 40 pieds de diamètre. Je veux dire, c’est énorme quand on y pense – c’est juste énorme.

Il y a un scientifique en Utah du nom de Moray B. King – il a écrit un livre intitulé Exploiter l’énergie du point zéro. Ce qu’il soutient, c’est que cette énergie est ancrée dans l’espace-temps tout autour de nous ; elle est dans tout ce que nous voyons. Je pense que c’est James Clerk Maxwell qui a spéculé qu’il y a assez de ce flux, de cette charge électrique, dans le néant de l’espace, pour que si vous pouviez capturer toute l’énergie qui était enfouie dans un mètre cube d’espace, vous ayez assez d’énergie pour bouillir les océans du monde entier.

C’est la quantité d’énergie qui attend d’être exploitée. L’une des choses que Moray B. King a dit, c’est que la meilleure façon d’exploiter cette énergie est de la faire sortir de l’équilibre. C’est comme un paquet de fumée de cigarette dans une boîte, mais si vous envoyez une onde de choc à travers elle, vous pouvez obtenir la force – vous pouvez obtenir des ondulations à travers elle. Ensuite, si vous avez un moyen de recueillir cette énergie à l’autre bout, vous avez un moyen de l’exploiter et de l’utiliser.

Ce reproduction de Véhicule Alien, ce Flux Liner, a une façon de le faire d’une certaine façon, électroniquement. Brad avait décrit le fait que cette colonne centrale avait une sorte de chambre à vide. La chambre à vide est l’une des choses que tous ces scientifiques décrivent dans ces appareils à énergie libre ou à sur-unité qu’ils construisent. Ils ont tous une sorte de tubes à vide, une technologie du vide.

Brad a maintenu qu’à l’intérieur de cette grande chambre à vide dans la colonne centrale qui est à l’intérieur de tout le reste – à l’intérieur du volant, à l’intérieur des bobines secondaires de la bobine Tesla, dans le compartiment de l’équipage – il y a de la vapeur de mercure. La vapeur de mercure conduira l’électricité, mais elle produit toutes sortes d’effets ioniques. Ces petites molécules de mercure se chargent de façon inhabituelle, et si vous tirez une énorme quantité d’électricité par la vapeur de mercure qui est dans le vide partiel, il y a quelque chose de spécial, quelque chose d’inhabituel qui se produit dans ce processus.

Je crois que c’est le processus que Moray [King] est venu décrire lorsqu’il a proposé de faire sortir l’énergie dans le vide de son équilibre, en y faisant passer une sorte d’onde de choc.

Maintenant, l’autre chose qui se produit ici, je crois, c’est que lorsque ce système commence à puiser dans cette énergie du point zéro et à l’éloigner de l’environnement local, tout le vaisseau devient plus léger en poids – il devient partiellement annulé en masse, si vous voulez, ce qui est une des raisons pour lesquelles juste un peu d’énergie dans les condensateurs pourrait le propulser dans toute direction.

L’une des choses qui se produisent, je crois, c’est que lorsque vous prenez un système comme celui-ci et que vous l’allumez, tout dans le système commence à être annulé en masse. La prochaine chose qui se produit est que les électrons qui circulent dans le système sont également annulés en masse. Qu’est-ce que ça veut dire ? Cela signifie que lorsque ce système et tous les électrons qui circulent dans cette grosse bobine Tesla sont annulés en masse, il devient également le supraconducteur parfait, ce qui signifie que l’efficacité des systèmes « transperce directement le plafond ». Vous obtenez une efficacité spectaculaire, tout comme le tout a été trempé dans de l’azote liquide ou fait d’argent pur ou d’or pur, qui à certaines températures sont de parfaits conducteurs – il devient plus léger et peut accélérer à une vitesse incroyable.

Plus elle va vite, plus elle s’allège et plus elle est capable d’aller vite. [LW, après avoir parlé à McCandlish]

En 1992, j’ai rencontré un homme qui s’appelait Kent Sellen et, en fin de compte, Kent Sellen et moi avions un ami commun : un certain Bill Scott, ou William Scott, qui était rédacteur local pour une publication spécialisée intitulée Aviation Week and Space Technology.

Bill Scott était pilote d’essai à la base aérienne d’Edwards au début des années 1970, et Kent Sellen avait été chef d’équipage dans l’avion que Bill Scott avait piloté. Alors j’en ai ai parlé à Kent Sellen et il a hoché la tête et a souri un grand sourire, et il a fait un clin d’œil et il a dit : « Oui, je sais de quoi tu parles. » J’ai demandé, comment savez-vous de quoi je parle ? Et il a dit : « Parce que j’en ai vu un. » À ce moment-là, j’ai saisi quelque chose que John Eppolito d’IntroVision m’avait dit sur quelque chose dans un hangar – quelque chose que quelqu’un avait vu dans un hangar.

Alors, j’ai demandé Kent, quand je l’ai rencontré à ce spectacle aérien à Edwards en 1992, est-ce que c’était plat sur le fond, avec des côtés inclinés et un dôme sur le dessus et de petites caméras ? Et il a dit : « Oh, vous en avez vu un ? » J’ai dit, prête-moi ton stylo. J’ai sorti un petit bout de papier, dessiné un croquis, et j’ai demandé si ça ressemblait à ça ? Il a dit : « Oui, c’est ça, c’est à ça que ça ressemble. » J’ai demandé quand avez-vous vu ça ? Il répondit, « Je l’ai vu en 1973. » J’ai demandé où, quand l’avez-vous vu ? « J’étais chef d’équipage et j’ai travaillé sur l’avion de Bill Scott quand il était pilote d’essai. »

Il m’a dit un soir son chef de quart lui avait dit :  » Allez à la base nord – ils ont un groupe électrogène au sol pour un avion qui fuit ou qui tombe en panne, alors nous avons besoin que vous preniez un véhicule de remorquage là-bas. Sortez, ramassez-le, ramenez-le, déposez-le au dépôt de réparation ; vous pourrez ensuite passer la nuit, car nous avons terminé tous nos autres travaux. » Eh bien, au lieu de contourner la grande route périphérique qui monte jusqu’à l’entrée principale de la Base Nord, Kent Sellen a traversé directement le lit sec du lac à Edwards jusqu’aux installations de la Base Nord. Il est sorti du lit du lac asséché, s’est roulé sur le tarmac et a descendu ces rangées de hangars, qui étaient tous des hangars de style Quonset à l’époque. Il s’est arrêté devant la première, les portes fissurées, s’attendant à trouver ce groupe électrogène au sol défectueux, et qu’est-ce qu’il a vu ? Il vit cette soucoupe volante située dans le hangar, planant au-dessus du sol.

Cela me ramène à l’histoire de John Eppolito à propos d’un type qui a vu un OVNI dans un hangar avant 1982, lorsque je l’ai rencontré. J’ai demandé, que s’est-il passé ? Il dit, « Ce truc était plat sur le fond, avec des côtés inclinés, des petites caméras dans ces petits dômes en plastique partout, et il y avait une porte sur le côté. Je n’étais pas là pendant 15 secondes, quand j’ai entendu des pas courir vers moi, et avant même que je puisse me retourner et regarder, il y avait un canon de mitrailleuse dans ma gorge. » Une voix rugueuse dit, « Ferme les yeux et mets-toi à terre, ou on va te faire sauter la tête. »

Ils lui ont mis une cagoule sur la tête, lui ont bandé les yeux, l’ont enlevé et ont passé 18 heures à le débriefer. Pendant ce temps, ils lui ont dit des choses sur ce véhicule que mon pote Brad ne savait même pas.

Brad avait dit que tous les composants du système étaient des composants prêts à l’emploi – des choses qu’on pouvait trouver directement dans l’inventaire. Ils avaient leur propre réserve d’oxygène, et il a dit qu’ils éjectaient une fois qu’ils sont descendus au-dessous de 4572 m. Les sièges individuels descendaient de cette colonne centrale sur un jeu de rails, tout comme de petits wagons de chemin de fer. Ils sont sortis un par un, les parachutes sont sortis, et ils sont partis.

J’ai regardé toutes ces informations que j’ai reçues de Brad, et j’ai réalisé qu’il y avait un bras mécanique qui pouvait sortir de ces petites trappes qui s’ouvraient sur le côté du véhicule. Il était évident que ces choses étaient capables de voyager dans l’espace. Il y a 10 ou 15 ans, je parlais à Tom Bearden des effets scalaires. L’une des choses qu’il a dites, de prime abord, c’est : « Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi le budget de la NASA a été si sévèrement réduit ? C’est parce qu’ils ont toutes ces autres technologies qui sont tellement meilleures, tellement plus rapides. Ils sont tellement meilleurs que les vaisseaux spatiaux propulsés par fusée qui mettent des mois, parfois des années, à atteindre les confins du système solaire. Pourquoi investir des millions et des millions de dollars dans un programme de travaux publics pour les scientifiques ? Pourquoi investir tout cet argent alors que vous avez ce système classifié qui est utilisé exclusivement par l’Agence de sécurité nationale, la CIA ou les services de renseignement de la Force aérienne ? Il ira n’importe où dans le système solaire en quelques heures, par rapport à des mois ou des années. Pourquoi dépenser tout cet argent pour la NASA alors que vous avez quelque chose qui va y aller tout de suite ? »

Quand les gens spéculent qu’il pourrait y avoir des bases habitées à l’arrière de la lune ou des bases sur Mars, je peux vous dire que je suis presque certain que c’est vrai. En fait, je suis certain que c’est vrai.

J’ai rencontré un autre homme qui est au courant de ces choses. Il a dit :  » Je travaille à l’usine de bombardement B-2 de l’usine 42 à Palmdale et à Lancaster. En face de la grande usine de production du bombardier B-2, au coin sud-ouest du champ, se trouve la Lockheed Skunkworks – c’est un énorme complexe là-bas. » J’ai dit, oui, je sais exactement où c’est. Il a dit  » Pendant l’été 1992, j’étais à l’extérieur vers 22 h 30, parce que je travaillais de nuit et que je fumais une cigarette, et j’ai remarqué que les adjoints du shérif bloquaient toutes les rues entourant l’usine 42. C’est ce qu’ils font chaque fois qu’un avion classé entre à l’atterrissage ou décolle de l’usine 42. »

Il poursuivit, « J’ai remarqué que toutes les rues étaient bloquées, et qu’assis devant ce hangar était cette formation circulaire de véhicules – mais en fait, ces véhicules étaient vraiment étranges. Ils étaient comme un petit tracteur avec une tourelle, et la tourelle avait un grand bras mécanique avec un panier à son extrémité. C’est le genre de choses que les monteurs de lignes électriques utilisent pour travailler sur des lignes électriques à haute tension, mais les paniers étaient tous en l’air, et suspendus à chacun des paniers dans ce grand cercle est ce grand rideau noir qui descend, et une corde qui les tenait tous ensemble était. »

Il m’a dit : « J’ai regardé au-dessus du véhicule circulaire et, à environ 150 m, il y avait cette grande soucoupe volante noire en forme de lentille, assise juste au-dessus des véhicules. Du milieu de ce groupe de véhicules arriva un homme avec une grande lampe de poche bleu-vert. Il l’a fait briller sur le véhicule et l’a fait clignoter trois fois. Il y avait trois feux bleu-vert sous le véhicule, et ils lui ont répondu [en clignotants] trois fois. »

« Puis cette chose est descendue dans le groupe de véhicules. Les bras étendus sur le centre et recouverts ce vaisseau tout entier avec le rideau – puis ils sont tous entrés à quatre pattes dans le hangar. Les portes fermées, les lumières allumées, et les shérifs à gauche. » Il a dit qu’il avait fumé beaucoup de cigarettes pendant la semaine suivante, attendant de voir autre chose, et une semaine plus tard, sa patience a été récompensée lorsque tout le processus s’est inversé. Il a dit que les lumières s’éteignaient, les portes s’ouvraient, et ce groupe de véhicules sortaient. Les bras se sont levés et, au bout d’un moment, cette chose s’est levée silencieusement s’est levée jusqu’à environ 150 m au-dessus des véhicules. Le gars est sorti avec la lampe de poche, a clignoté trois fois, et elle a clignoté ses lumières sur lui trois fois.

Puis il a dit que cette chose avait décollé, couvrant toute la longueur de la piste, qui est juste à côté de l’installation B-2. Il est passé devant lui et a disparu dans le noir en moins de deux secondes – et ce véhicule l’a fait sans bruit, sans onde de choc supersonique, sans bang sonique, rien – comme s’il avait été tiré par un canon. Il a dit que ça avait changé sa vie. Cela a changé son point de vue tout entier, parce qu’alors il savait qu’ils avaient une propulsion anti-gravité – sans masse. Il a dit qu’ils avaient une technologie qu’ils auraient même pu récupérer d’une sorte de vaisseau spatial qui venait de Dieu sait où – d’un autre système stellaire – mais, il a a ajouté le fait ce qu’il l’avait bien.

Nous avons trouvé un brevet déposé par un James King Jr. et ce brevet ressemble à ce système, sauf qu’au lieu d’avoir un dôme pour un compartiment équipage, il a un cylindre au centre. Il a la même forme, le fond plat et les côtés inclinés. Il a les bobines autour de la circonférence, et il a les plaques de condensateur qui sont toutes orientées radialement. Ce brevet a été déposé initialement en 1960 et a été obtenu en 1967 – l’année même où une photographie a été prise à proximité de Provo en Utah et qui ressemblent exactement à ce vaisseau.

L’argument décisif est le gars qui a déposé le brevet travaillé avec Townsend Brown. Townsend Brown avait travaillé dans un laboratoire près de Princeton, New Jersey avec un scientifique du nom d’Agnew Bahnson dans les laboratoires de Bahnson. Ils ont fait toutes ces expériences qu’ils appelaient la propulsion électrogravitique. Il y a une vidéo qui a été convertie à partir du film 16 millimètres qui a été tourné par la fille d’Agnew Bahnson. À l’origine, il s’appelait « Daddy’s Laboratory », et il montre toutes ces expériences que Bahnson et Thomas Townsend Brown ont faites, ainsi que leur assistant James King [J. Frank King], qui a déposé le brevet. Ce film montre des petits disques qui lévitent et lancent des étincelles et tout ça. Donc, la boucle est bouclée.

Vous voyez qu’aujourd’hui, non seulement ils ont la technologie, mais ils l’ont déployée. Non seulement il vole, mais il ressemble aux brevets qui ont été déposés dans les années 1960 – la même année où les photos ont été prises près de la zone 51 – entre la zone 51 et Provo, en Utah, par un pilote militaire. Il présente toutes les mêmes caractéristiques ; il présente toutes les mêmes formes. Donc, l’essentiel pour moi, c’est que, peu importe si vous comprenez tous les subtilités de la technologie, elle existe et il y a des gens qui l’ont vue. J’ai vu ces choses moi-même, alors pour moi, ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils sortent cette technologie du noir et commencent à nous permettre de l’utiliser pour d’autres choses comme la production d’énergie sans pollution. Vous pourriez probablement prendre quelques petites choses qui ressemblent à ces soucoupes volantes et les mettre autour d’un vilebrequin et les utiliser pour faire tourner un moteur, sans pollution – pas besoin de carburant.

Quoi qu’il en soit, la seule autre chose que je pourrais dire, c’est que lorsque je parlais du système de contrôle des fibres optiques, c’est aussi l’une des choses qui remonte au fait que, dans l’ancien rapport Roswell, toutes ces petites fibres étaient passées au travers et ne pouvaient expliquer en quoi consistait tout ça. Pourquoi auriez-vous besoin d’un système à fibre optique dans un vaisseau spatial ? Si, soudainement, tout ce qui se trouve dans le véhicule est annulé en masse, et même les électrons sont annulés en masse, cela signifie que toute la télémétrie qui passe par votre système va se détraquer. Ce sera comme si, soudainement, le système subissait un changement de phase et que tout était super conducteur. Donc, vous devez avoir un moyen de maintenir le même niveau de contrôle pour vos éclateurs – le contrôle de la quantité d’électricité qui sort des condensateurs – de sorte que lorsque vous changez la manette de commande, vous obtenez toujours la même quantité de mouvement et de déflexion dans le système, même lorsque vous passez dans un état de masse-annulation ou de masse-annulation partielle, car les électrons sont également annulés en masse, donc ils deviennent des circuits supraconducteurs.

Pourquoi utiliser la fibre optique ? Parce que les photons n’ont pas de masse, ils ne sont donc pas affectés. Cela signifie que n’importe quelle information, n’importe quelle télémétrie que vous envoyez dans les deux sens à votre ordinateur y parvient. Peu importe si l’ordinateur fonctionne au niveau supraconducteur, car il le rend plus rapide, plus efficace et plus intelligent. Vous voulez pouvoir contrôler l’avion pour qu’il ne s’écrase pas, et quelle est la meilleure façon de le faire ? Avec fibre optique.

Disclosure Project

=========================Vidéo en Anglais (Rajout de eveilhomme par rapport à l’article original) :

NOTA: La vidéo de l’article original a été  effacée de Youtube…

YouTube: « History Channel – Mercury(Hg) Electricity = Gold(Au)

Les professeurs de l’UCI créent de l’or à partir du mercure
http://myuci.net/uci-professors-crea…rcury-20121009

Création d’or à la centrale nucléaire d’UCIrvine

En mars 1924, à l’Université impériale de Tokyo, le professeur Hantaro Nagaoka a dirigé pendant quatre heures 150 000 volts d’électricité à un isotope du mercure sous une couche dialectique d’huile de paraffine dans une première expérience avec l’énergie nucléaire. Le but était d’extraire un proton hydrogène du noyau du mercure et de produire un nouvel élément, l’or. L’expérience a été un succès. Le professeur Hantaro Nagaoka a résolu le mystère qui a échappé aux scientifiques pendant des siècles, celui de la Pierre philosophale.

La Pierre philosophale est l’idée que vous pourriez avoir un matériau magique qui pourrait transformer le plomb, ou un métal très bon marché, en or. Pendant des milliers d’années, les rois ont cherché ce dispositif mythique, un qui pourrait créer de l’or à partir de métaux communs. Les scientifiques et les alchimistes tentent depuis des siècles d’en inventer un. Même Sir Isaac Newton était obsédé par le mystère de la Pierre philosophale au 17e siècle. Cependant, les Anglais craignaient la dévaluation potentielle de l’or et ont rendu la pratique de l’alchimie passible de la peine de mort. Avance rapide maintenant quelques siècles jusqu’à aujourd’hui Irvine.

Selon Michael Dennin, professeur à l’UCI, l’or est formé par des réactions nucléaires, semblables à celles qui se produisent au soleil. Et maintenant, puisque les scientifiques peuvent produire des réactions nucléaires contrôlées, ils ont la capacité de fabriquer de l’or à partir d’autres éléments. Le collègue de Michael, le Dr A.J.

VOIR LE LIEN POUR L’HISTOIRE COMPLÈTE DANS L’ARTICLE


UCI a été présenté sur la chaîne History Channel spéciale : « Comment faire de l’or à partir de mercure métal ».

GettyImages-98873548-58a0b2495f9b58819cf6fbce

Mercure rouge

http://chemistry.about.com/cs/chemic…redmercury.htm

Qu’est-ce que le mercure rouge ?

1/ Cinnabre/Vermillon

Le cinabre est du sulfure mercurique naturel (HgS), tandis que le vermillon est le nom donné au pigment rouge dérivé du cinabre naturel ou fabriqué.

2/ l’Iodure de mercure (II)

La forme alpha cristalline de l’iodure de mercure (II) est appelée mercure rouge, qui se transforme en forme jaune bêta à 127C.

3/ Tout composé de mercure de couleur rouge est originaire de Russie

Le rouge peut également être utilisé dans la définition du rouge de la guerre froide, qui signifie communiste. Je doute que quelqu’un utilise aujourd’hui le mercure rouge de cette façon, mais c’est une interprétation possible.

4/ Un composé ballotechnique de mercure vraisemblablement de couleur rouge

Les ballotechniques sont des substances qui réagissent très énergiquement en réponse à des chocs de compression à haute pression. Le groupe Sci.Chem de Google a eu une discussion animée et continue sur la possibilité d’une forme explosive d’oxyde de mercure et d’antimoine.

Selon certains rapports, le mercure rouge est un semi-liquide rouge cerise qui est produit en irradiant du mercure élémentaire avec de l’oxyde d’antimoine et du mercure dans un réacteur nucléaire russe. Certains pensent que le mercure rouge est tellement explosif qu’il peut être utilisé pour déclencher une réaction de fusion dans le tritium ou un mélange de deutérium-tritium. Les dispositifs à fusion pure n’ont pas besoin de matière fissile, il est donc plus facile d’obtenir les matériaux nécessaires pour en fabriquer un et plus facile de transporter ces matériaux d’un endroit à un autre.

D’autres rapports font référence à un documentaire dans lequel il était possible de lire un rapport sur Hg2Sb207, dans lequel le composé avait une densité de 20,20 Kg/dm3 (!). Personnellement, je trouve plausible que l’oxyde d’antimoine et de mercure, en tant que poudre de faible densité (non radioactive ?), puisse présenter un intérêt en tant que matériau aérotechnique. Le matériau à haute densité semble peu probable. Il semblerait également déraisonnablement dangereux (pour le fabricant) d’utiliser un matériau ballotechnique dans un dispositif à fusion. Une source intrigante mentionne un explosif liquide, le HgSbO, fabriqué par les laboratoires DuPont et inscrit au registre international des substances chimiques sous le numéro 20720-76-7.

5/ Un nom de code militaire pour une nouvelle matière nucléaire

Si j’ai bien compris, cette définition provient des prix extrêmement élevés commandés et payés pour une substance appelée mercure rouge qui a été fabriquée en Russie. Le prix (de 200 000 $ à 300 000 $ le kilogramme) et les restrictions commerciales étaient conformes à ceux d’une matière nucléaire plutôt qu’à ceux du cinabre.
Die Glocke (Première « Preuve du Concept » de l’ARV)

CLIQUER ICI: présentation wikipedia « DIE GLOCKE » EN TRADUCTION AUTOMATIQUE GOOGLE

Lien Original: http://en.wikipedia.org/wiki/Die_Glocke

Operation Highjump and the UFO Connection

CLIQUER ICI: traduction automatique google, « OPERATION HIGH JUMP »

Lien Original: http://www.bibliotecapleyades.net/antarctica/antartica11.htm


SOURCE: https://www.spherebeingalliance.com/blog/nazi-alien-reproduction-vehiclearv-nazi-die-glocke-gold-from-mercury-problem-and-the-gallium.html


Complément ne figurant pas dans l’article de Corey Goode:

Je vous propose cet article où nous parlons également de l’opération High Jump (milieu de l’article)

https://eveilhomme.com/2018/11/29/un-bref-resume-de-lhistoire-des-programmes-secrets-humains/

DIE GLOCKE, la cloche NAZI du programme « armes miraculeuses »:https://eveilhomme.com/2019/02/06/die-glocke-la-cloche-nazi-anti-gravite-du-programme-wunderwaffe-en-allemand-arme-miraculeuse/

Vidéo en anglais sur les ARV où il est possible d’activer la traduction française:


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous en sentez inspiré, soutenir le site par un don en cliquant sur l’image ci-dessous (nous faisons partie du compte RAIN Nutriment sur Paypal, mais c’est bien http://www.Eveilhomme.com que vous soutiendrez). Merci infiniment et belle journée à vous. 

téléchargé (3)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s