Développement Personnel et Méditation

Comment décoder les habitudes et les coutumes que nous avons créées

Comment décoder les habitudes et les coutumes que nous avons créées du Dr Joe Dispenza :

Une habitude est un ensemble de pensées, d’émotions et de comportements inconscients superflus, automatiques et acquis par la répétition. Une habitude se forme en répétant quelque chose autant de fois que notre corps en vient à mieux le faire que l’esprit. En général, nous continuons à créer le même genre de vie. Quand les gens prennent leur téléphone portable, consultant leur WhatsApp, leur SMS, leur Emails, leur compte Facebook, quand ils prennent une photo de leurs pieds pour la mettre sur Facebook, ils se sentent vraiment connectés à tout ce qui est habituel dans leur vie. Ils effectuent aussi une série de routines. Ils sortent du lit du même côté, vont aux toilettes, prennent un café, prennent une douche, s’habillent, se rendent en voiture au travail par le même itinéraire. Ils font les mêmes choses et voient les mêmes personnes qui leur provoquent les mêmes réactions émotionnelles. Tout cela devient leur routine, comme si c’était un programme. Ils ont perdu leur libre arbitre à cause d’un programme !

À 35 ans, 95% de ce que nous sommes est une série de comportements mémorisés, de réactions émotionnelles, d’habitudes inconscientes, d’attitudes, de croyances et de perceptions prédéterminées qui fonctionnent à la manière d’un programme informatique. Si nous avons 60 000 ou 70 000 pensées par jour, et nous les avons! 90% sont identiques à celles du jour précédent. Et comme nous croyons que nos pensées sont liées à notre destin, notre vie ne changera pas ou peu, parce qu’une même pensée nous amène à choisir la même chose, le même choix, nous amène à nous comporter de la même façon, le même comportement crée la même expérience et cela produit la même émotion. La partie la plus difficile du changement est de ne pas choisir la même chose qu’hier!

Dès que nous aurons pris la décision de choisir quelque chose de différent nous devrons nous préparer, car nous nous sentirons mal à l’aise et nous trouverons cela étrange. Notre corps entrera dans l’inconnu et dira ‘Je veux retourner dans ma zone de confort’. Le corps va influencer l’esprit en disant : ‘Commence demain. Tu ressembles trop à ta mère! Tu ne changeras jamais! Cela ne te servira à rien, ce n’est pas bien!’ Pour la plupart des gens, l’inconnu instille la peur, car il est incertain.

Certaines personnes me disent : ‘Je ne peux pas prédire mon avenir, je suis dans l’inconnu.’ Je leur dis toujours que le meilleur moyen de prédire notre avenir est de le créer, en partant non pas du connu mais de l’inconnu. Quelles pensées voulons-nous déclencher et connecter dans notre cerveau ? Quels comportements voulons-nous manifester dans une journée ? Je pense que cela fait la différence. Si nous vivons comme une victime dans notre monde, nous dirons : ‘Je suis ainsi parce qu’une telle personne, une chose ou une expérience m’a fait penser et sentir de cette façon.’ En changeant cela, nous devenons les créateurs de notre propre monde et nous disons : ‘Mes pensées et mes sentiments produisent un changement dans ma vie.’

C’est quelque chose de complètement différent et nous commençons à réaliser que nous sommes des créateurs de la réalité. Le monde newtonien tente de prédire le futur, mais le modèle quantique de la réalité est en relation avec le fait de provoquer un effet. Dès le moment où nous commençons à sentir l’abondance, la valeur des choses, nous générons de la richesse. Dès le moment où nous nous sentons capables, nous faisons un pas vers le succès. Dès le moment où nous commençons à ressentir de la plénitude, notre guérison commence et quand on s’aime, on aime toutes les formes de vie. Nous allons donc créer quelque chose d’équivalent et générer en effet.

Lorsque le corps veut revenir à son passé émotionnel et que nous réalisons que notre attention est concentrée sur cette émotion – car là où se trouve notre attention se trouve notre énergie – nous détournons notre énergie du présent vers le passé, car le corps dit : ‘Il est 8h, normalement tu es en colère à cette heure-là parce que tu es au milieu d’un embouteillage, mais maintenant tu es assis ici. D’habitute tu te mets en colère, tu es donc hors programme.’ Ou il dit : ‘Il est 11h et d’habitude tu regardes tes emails et tu juges tout le monde.’ Le corps recherche l’état chimique prévisible. Chaque fois que nous réalisons que notre corps veut entrer dans ce genre d’émotions, mais que nous faisons qu’il se calme et vive le moment présent, nous lui disons alors qu’il n’est plus le mental, que nous avons pris le contrôle et que désormais notre volonté est plus forte que le programme.

C’est très important, c’est comme un jardin! Si nous cultivons un jardin, nous devons enlever les mauvaises herbes, arracher les plantes de l’an dernier. Les pierres qui apparaissent à la surface, à l’instar de nos blocages émotionnels, doivent être enlevées. La terre a besoin d’être ramollie et défaite. Nous devons faire de la place pour cultiver un nouveau jardin. Je pense que lorsque les gens commencent à comprendre cela, cette connaissance est un pouvoir et la connaissance de nous-mêmes signifie accroître nos capacités. La plupart des gens attendent la venue d’une crise, d’un traumatisme, d’une maladie ou d’un diagnostic, ils attendent la perte de quelque chose ou la survenue d’une tragédie pour décider de changer. C’est-à-dire que c’est l’ancien modèle d’attendre que quelque chose se passe en dehors de nous pour changer ce que nous ressentons à l’intérieur. Mon message est le suivant : « pourquoi devons-nous attendre ? Nous pouvons apprendre et changer dans un état de douleur et de souffrance ou de joie et d’inspiration. » 

Dr Joe Dispenza on Impact Theory

Nous agissons animés par des automatismes la plupart de la journée, avec une sorte de programme que nous avons créé tout au long de nos vies, et nous avons les comportements, les réactions émotionnelles, et les pensées nuisibles de toujours, qui nous font beaucoup de mal à nous et aussi aux autres. Alors, si c’est une transformation que nous cherchons, plutôt que de subir de graves crises, des malheurs, des maladies qui nous forcent à un changement souvent douloureux, ne devrions-nous pas être plus intelligents et corriger cette façon automatique de penser et d’agir de manière à vivre plus heureux en accord avec notre âme-essence ? 

Retranscrit par Terry Cailleau administrateur du groupe Facebook : Changer le monde!  une mission

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s