Divulgation

Arrestations secrètes en cours des membres de l’état profond aux USA ? Par le Dr Michael Salla

LES ARRESTATIONS DE L’ÉLITE MONDIALE SOUTENUES PAR DES TÉMOIGNAGES DE TAILLE!

L’élite mondiale emmenée à la Prison Militaire de Guantanamo par les Forces Spéciales Américaines !

L’Internet grouille de rumeurs selon lesquelles des membres VIP de haut niveau du l’État Profond (alias Cabal/Illuminati/Global Elite) sont détenus pour violation des droits humains et corruption, et sont emmenés par les forces spéciales américaines à la prison militaire de Guantanamo Bay Naval Base (Gitmo) suite à des milliers de mises en accusation scellées.

De multiples sources ont rendu compte de certains des personnages clés du PAAC qui y ont été emmenés.

Bien qu’il ne s’agisse encore que de rumeurs, les événements récents montrent qu’elles sont plausibles.

Si elles sont exactes, ces enquêtes secrètes, ces arrestations et ces extractions vers Gitmo, où elles font l’objet d’une détention prolongée et d’une justice militaire, ont d’énormes implications politiques et rendent possible la divulgation d’informations occultées que l’État du large avait dissimulées.

Une source de telles rumeurs vient de David Todeschini, un ancien combattant de l’USAF qui a écrit un article sur les opérations secrètes pendant la guerre du Vietnam.

Il décrit ce qu’il a appris d’une source fiable du FBI au sujet des événements récents à Guantanamo dans une vidéo Youtube du 24 décembre 2017, qu’il résume comme suit : Selon des sources confidentielles de haut niveau, la prison militaire américaine de Guantanamo Bay a été alertée de l’arrivée prochaine de prisonniers très en vue – peut-être à la suite de plus de 10.000 inculpations fédérales scellées.

1000 Marines ont accompagné le général Mattis à Gitmo pour assurer la sécurité des « prisonniers spéciaux »……

Une autre source d’extractions secrètes vers le GITMO par le biais d’actes d’accusation scellés est le journaliste vétéran Jerome Corsi qui a envoyé un tweet : Une troisième source est Brenden Dilley, un animateur de radio du Congrès américain, qui a reçu des informations d’un autre dénonciateur anonyme dont la fiabilité est reconnue. L’information du dénonciateur a paru dans un post du 27 décembre qui a été attribué par erreur à QAnon [voir la mise à jour ci-dessous pour une discussion sur la mauvaise attribution à QAnon].

Le post fait référence aux arrivées récentes de VIP à Gitmo :
Ce qu’il convient de souligner dans le post ci-dessus, c’est que les nouveaux résidents ont commencé à arriver à Gitmo le 26 décembre 2017, et que d’autres étaient attendus. C’était après que le Président Trump eut publié son décret exécutif le 21 décembre déclarant une « urgence nationale » en réponse aux violations des droits de l’homme et à la corruption partout dans le monde.

Enfin, nous avons l’ancien correspondant du magazine Forbes, Benjamin Fulford, qui a écrit le 1er janvier 2018 :
Dans un moment historique de justice poétique, la plupart des principaux auteurs de la fausse « guerre contre le terrorisme », basés aux États-Unis, ont eux-mêmes été remis au camp de la marine américaine à Guantanamo Bay, Cuba, selon des sources du Pentagone.
« Les actifs des Rothschild, George Soros, Peter Munk, Peter Sutherland, les Bushs, les Podestas, et bien d’autres ont peut-être été transportés par avion à Gitmo pour des tribunaux militaires, puisque le ministère de la Défense dépense 500 millions de dollars pour moderniser la prison et envoyer plus de policiers militaires et de marines, selon les sources.

Ce que l’on peut tirer de ces sources indépendantes, c’est que des membres de haut niveau de l’État Profond, dont beaucoup font partie d’un réseau mondial de pédophiles sataniques, sont détenus par les forces spéciales américaines et emmenés à Gitmo où ils doivent être détenus indéfiniment, tandis que la justice militaire est appliquée à leurs cas.

Dans le cadre de ce processus, les installations de détention de Gitmo sont en train d’être considérablement améliorées avec des agrandissements et un plus grand nombre de gardiens pour accueillir une infusion de prisonniers VIP.

Parmi les premiers à faire référence aux forces spéciales américaines utilisées pour enquêter et détenir des personnalités de l’État Profond sous l’autorité d’actes d’accusation scellés, le dénonciateur du Programme spatial secret, Corey Goode.

Il a fait référence à de telles enquêtes militaires le 9 août 2017 après avoir été informé par une source qu’il a décrite comme étant le FBI à la retraite et militaire de carrière :Il y avait des équipes des forces spéciales américaines qui menaient  » une surveillance intérieure et des enquêtes sur un groupe satanique qui avait infiltré tous les aspects des organismes gouvernementaux et de l’armée « .

Ces équipes des Forces spéciales sont en place depuis le milieu du cycle électoral……
On m’a dit qu’un rapport secret sur l’omniprésence de ces infiltrations est plus choquant que ce à quoi on s’attendait.

Bizarrement, ce rapport contenait aussi des notes de plusieurs grands jurys secrets qui sont actuellement en activité à Washington.

Le rapport indique que le complot implique la majorité des personnes puissantes au sein des structures de pouvoir de l’ONU, de l’UE, des États-Unis, de l’État et des collectivités locales (villes).

Ces organismes gouvernementaux sont complètement complices de ce qui se passe. Jusqu’aux bureaux de poste et de police locaux.

Plus récemment, Goode dit que ses sources lui ont dit que Gitmo est en train d’être modernisé pour accueillir des détenus VIP, et inclut l’accès en fauteuil roulant pour certains d’entre eux, qui sont détenus par les forces spéciales travaillant dans le monde entier, a-t-il expliqué dans une communication du 5 novembre avec David Wilcock, auteur à succès :
Les grands jurys secrets ont presque terminé leurs enquêtes quand tout a changé.
Ils avaient scellé des actes d’accusation en cours de préparation lorsqu’ils ont reçu de nouvelles informations cachées qui leur ont donné un réseau plus large à arrêter.
Depuis, leur enquête s’est considérablement développée.

La Cabale en sait tellement long sur les plans d’un coup d’État que je ne sais pas combien de temps encore l’Alliance peut attendre pour agir et empêcher la Cabale de quitter le pays en douce.

Certains des très mauvais sont déjà partis.
Nos équipes de la SF [Forces spéciales] prévoient d’aller dans certains de ces pays qui cachent ces membres de la Cabale et les emmènent par la force.

Ces affirmations sont-elles vraies ?
En examinant les documents publics, on sait que James Mattis, secrétaire à la Défense, s’est rendu à Gitmo le 21 décembre 2018, devenant ainsi le premier secrétaire à la Défense à le faire depuis 2002.

C’est le même jour que Trump a publié son « Décret exécutif bloquant les biens des personnes impliquées dans des violations graves des droits de l’homme ou de la corruption », où il a déclaré : J’estime donc que les violations graves des droits de l’homme et la corruption dans le monde constituent une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale, la politique étrangère et l’économie des États-Unis, et je déclare par la présente une urgence nationale pour faire face à cette menace.

Le timing suggère que c’était plus qu’une coïncidence, et a soulevé un lien possible entre la visite de Mattis et l’Ordre Exécutif.

Un tel lien est renforcé par une visite antérieure à Gitmo en juillet 2017 par le procureur général Jeff Sessions qui a appelé Gitmo : un lieu  » parfaitement acceptable  » pour détenir les nouveaux terroristes présumés, au lieu de les détenir aux États-Unis et de les faire juger par son propre ministère de la Justice devant des tribunaux civils.

Il est tout à fait possible que Gitmo soit utilisé pour loger des détenus en vertu du décret exécutif de Trump.
Ils pourraient être traités de la même manière que les terroristes dans le cadre de l' »urgence nationale » du décret exécutif, qui délègue des pouvoirs à tout organisme américain capable de faire respecter la fonction première du décret, qui est de couper les avoirs financiers des individus et groupes ciblés :

Art. 8. … Le Secrétaire du Trésor peut, conformément à la loi applicable, déléguer ces fonctions à d’autres fonctionnaires et organismes des États-Unis. Toutes les agences doivent prendre toutes les mesures appropriées, dans les limites de leurs compétences, pour mettre en œuvre la présente ordonnance.

Par conséquent, le décret exécutif de Trump a fourni une base juridique solide aux forces spéciales américaines pour détenir physiquement des individus ciblés sur le continent américain et n’importe où sur la planète, et les faire transférer à Gitmo si nécessaire.

Le droit militaire plutôt que le droit interne américain s’appliquerait aux personnes détenues par les forces spéciales américaines agissant sous l’autorité des actes d’accusation scellés et du décret exécutif du 21 décembre 2018. (Ndlr : Les Tweets émis par certaines personnalités ont cessés d’être émis depuis le 22 décembre 2018, ce qui confirmerait que ces personnes ne peuvent plus en émettre ou se cachent volontairement !)

Ce serait un puissant levier qui pourrait être utilisé pour obtenir des aveux et la coopération d’agents de niveau inférieur de l’État Profond contre leurs supérieurs qui sont emmenés à Gitmo.

Un autre fait pertinent est que Todeschini affirme que 1000 Marines ont accompagné Mattis et resteront pour assurer une sécurité spéciale pour les prisonniers VIP.

De même, Fulford fait référence aux marines et à la police militaire de la Garde nationale qui sont emmenés à Gitmo.

En ce qui concerne le personnel de l’USMC emmené à Gitmo, un article du Miami Herald fait référence à un projet de modernisation à Gitmo qui prévoit la construction d’une caserne pour que 848 gardiens soient prêts dans quatre ans.

C’est très proche des 1000 marines présumés que Todeschini (et Fulford) affirment avoir été envoyés là-bas pour garder les prisonniers VIP.

Il y a également corroboration de l’allégation selon laquelle la police militaire de la Garde nationale aurait été emmenée à Gitmo.

Le 29 décembre 2017, il a été rapporté que la Garde nationale de l’Arizona déployait plus de quatre douzaines de policiers militaires à Gitmo pour un mandat de neuf mois.

Un rapport du Département de la Défense cité dans une déclaration du Congrès américain du 24 mai 2016 décrivait que la population carcérale maximale à Gitmo était de 684 prisonniers en juin 2003, et qu’elle avait été réduite à environ 80 en 2016. (Ndlr : Les rumeurs parlaient de la création de 13.000 places en 2018 et l’arrivée, en décembre 2018, de 7 péniches carcérales et d’un porte-avion sans doute pour intercepter les commandos qui arriveraient par voie maritime ou aérien pour venir au secours de leurs maîtres !)

Selon des estimations plus récentes, la population carcérale de Gitmo compte environ 40 terroristes islamiques.

L’article paru dans le Miami Herald du 21 août 2017 a révélé que l’administration Trump prévoyait dépenser jusqu’à 500 millions de dollars pour améliorer les installations de Gitmo.

Cela comprenait une proposition de la Marine visant la construction d’un hôpital de cinq lits au coût total de 250 millions de dollars.
Le fait qu’un hôpital de cinq lits doit être construit à un coût aussi élevé suggère que Trump prévoit d’augmenter considérablement le nombre de prisonniers à Gitmo.
Il ne s’agirait toutefois pas de terroristes islamiques présumés, mais de prisonniers de premier plan derrière les violations internationales des droits de l’homme et la corruption qui ne seront pas autorisés à recevoir un traitement médical sur le continent américain.

Enfin, nous arrivons à la principale affirmation selon laquelle des milliers d’actes d’accusation scellés ont été préparés, qui ont été utilisés pour autoriser la détention et l’extraction du personnel de l’État Profond.

Le système PACER (Public Access to Court Electronic Records) a été examiné de près pour confirmer l’existence de 4289 actes d’accusation fédéraux scellés d’ici le 22 novembre 2017, selon l’ancien agent du FBI Hal Turner.

Plus récemment, des sources affirment que ce chiffre est passé à plus de 9.000 actes d’accusation scellés en date du 24 décembre 2017.

Ce chiffre n’a pas encore été corroboré, mais il serait raisonnable de conclure que le chiffre de novembre pourrait avoir considérablement augmenté depuis décembre 2017. (Ndlr : Plus de 70.586 Actes d’Accusations scellés au 31 décembre 2018).

En conclusion, il existe des preuves irréfutables à l’appui des affirmations selon lesquelles des personnalités de premier plan d’un réseau international de personnalités de l’État Profond impliquées dans la traite des enfants, les violations des droits de l’homme, la corruption et les rituels sataniques font l’objet d’enquêtes, sont détenues et extraites vers Gitmo par des mises en accusation scellées et appliquées par les forces spéciales américaines.

Les implications de ces événements pour la divulgation de technologies classifiées liées aux programmes spatiaux secrets, aux bases antarctiques cachées sous les calottes glaciaires et à la vie extraterrestre, toutes supprimées auparavant par l’état profond, sont profondes.

Il y a lieu d’être prudemment optimiste et de penser que les perspectives d’une « divulgation complète » augmenteront considérablement à mesure que de nouveaux fonctionnaires corrompus de l’État profond seront emmenés à Gitmo.

Leur retrait des puissantes positions de leader mondial contribuera grandement à mettre fin à leurs politiques de plusieurs décennies visant à priver le reste de l’humanité des avantages des technologies de pointe qui révolutionneront la vie sur toute la planète.

Dr Michael Salla le 3 janvier 2018.

Sources :
https://www.exopolitics.org


 

Catégories :Divulgation

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s