Divulgation

Non Reconnu de Steven Greer

Un exposé du secret le mieux gardé au monde

Depuis 70 ans, on nous ment éhontément. Ce qui a commencé comme un programme clandestin d’opérations spéciales, destiné à empêcher les Soviétiques d’accéder à des technologies extraterrestres obtenues par rétro-ingénierie durant la guerre froide, est devenu au fil du temps une entreprise criminelle transnationale étroitement cloisonnée dont l’existence même a été illégalement et sciemment dissimulée aux présidents des États-Unis, aux membres du Congrès et aux dirigeants mondiaux.

Steven M. Greer, grand spécialiste en matière d’ovnis et d’extraterrestres, a fourni à maintes reprises des documents d’information à des présidents en exercice, à des membres du Congrès, à des directeurs de la CIA et de la DIA, à des dirigeants mondiaux et à des membres du Comité des chefs d’état-major interarmées. Aujourd’hui, le Dr Greer ainsi que des centaines de militaires, de scientifiques et de civils, qui ont pu avoir accès à des projets d’accès spécial non reconnus (USAP), ont décidé de défier la loi du silence en faisant d’étonnantes révélations sur le plus grand camouflage de l’histoire, et ce, dans le but d’empêcher le déclenchement imminent d’une opération « sous fausse bannière » de très grande envergure par rapport à laquelle les attentats du 11 septembre 2001 feraient figure de simple incident de parcours.

Résolus à faire toute la lumière sur la présence extraterrestre et son camouflage par les autorités, Steven Greer et ses témoins fournissent de surprenants détails sur ce chapitre non reconnu de notre histoire ainsi que sur les systèmes énergétiques et antigravitationnels, les bases lunaires, et sur les technologies qui nous ont été si longtemps et si délibérément dissimulées (et qui, par ailleurs, n’ont toujours pas été brevetées). Pourtant, ces technologies pourraient radicalement transformer notre monde… à condition de favoriser leur introduction sur le marchés libre.

Partie 1 : Ovnis et Extraterrestres – Les dossiers secrets

    Faits historiques et témoignages

Partie 2 : Rencontre du cinquième type

    Contacts avec les extraterrestres amorcés par les humains dans un but pacifique

Partie 3 : La voie vers la divulgation

    De médecin de campagne à animateur de réunions d’information pour les présidents

Partie 4 : Les tromperies cosmiques

    Ou comment inciter le citoyen à se méfier

Partie 5 : Un plan d’action

    Pour garantir l’avenir que nous voulons

41vyz+csd9l._sx331_bo1,204,203,200_

 

Bande annonce de Unacknowledge 2017 de Steven Greer

 

Président Harry S. Truman, le 4 avril 1950 :

« Je peux vous assurer que les soucoupes volantes, étant donné qu’elles existent, n’ont pas été construites par une puissance terrestre. »

En décembre 1952, H. Truman diffusa un communiqué de presse disant :

« Ces phénomènes inexpliqués ne sont ni une arme secrète, ni une fusée, ni un nouveau type d’avion d’essai. »

 

Président Dwight D. Eisenhower, le 17 janvier 1961 :

« Dans les assemblées du gouvernement, nous devons donc nous garder de toute influence injustifiée, qu’elle ait ou nom été sollicitée, exercée par le complexe militaro-industriel. Le risque potentiel d’une désastreuse ascension d’un pouvoir illégitime existe et persistera. Nous ne devons jamais laisser le poids de cette combinaison mettre en danger nos libertés et nos processus démocratiques. Nous ne devrions jamais rien prendre pour argent comptant. Seule une communauté de citoyens prompts à la réaction et bien informés pourra imposer un véritable entrelacement de l’énorme machinerie industrielle et militaire de la défense avec nos méthodes et nos buts pacifiques, de telle sorte que sécurité et liberté puissent prospérer ensemble. »

 

Président Gerald Ford :

« Je crois que le peuple américain est en droit de recevoir des explications plus circonstanciées que celles fournies jusqu’alors par l’armée de l’air… Je pense aussi que nous devons au peuple américain d’être crédibles sur les ovnis et de faire toute la lumière possible sur ce sujet. »

 

Président Jimmy Carter :

« C’était la chose la plus incroyable que j’ai vue. C’était très volumineux, très brillant; les couleurs changeaient tout le temps et ça avait à peu près la taille de la Lune. Nous avons observé ce phénomène pendant dix minutes, mais aucun d’entre nous ne savait de quoi il s’agissait. Une chose est sûre, je ne me moquerai jamais de ceux qui affirment avoir vu des objets non identifiés dans le ciel. »

 

Président Ronald Reagan :

« Peut-être avons-nous besoin qu’un événement extérieur survienne, une menace universelle qui nous inciterait à identifier ce lien commun qui nous unit. Parfois, j’imagine avec quelle rapidité nos différences disparaîtraient si nous faisions face à une menace étrangère venue de l’extérieur de ce monde. »

 

Président B. Obama : « Je crois que j’ai été le premier président à avoir parlé publiquement de la Zone 51. »

 

Sénateur Daniel K. Inouye :

« Il existe un gouvernement de l’ombre qui dispose de sa propre armée de l’air, de sa propre marine, de ses propres mécanismes de financement et de la capacité de poursuivre sa propre vision de l’intérêt national, et ce, en étant totalement affranchi de la loi et sans avoir à se soumettre aux freins et contrepoids qui constituent l’essence même de l’équilibre des pouvoirs. »

Sénateur Barry Goldwater :

« Je crois vraiment qu’il y a des extraterrestres dans l’espace et qu’ils visitent notre planète. Ils ne nous ressemblent peut-être pas, mais j’ai le sentiment très fort qu’ils se sont développés bien au-delà de nos capacités mentales. »

Vice-amiral Roscoe Hillenkoetter, 1er directeur de la CIA :

« Il est temps que la vérité soit révélée. En coulisses, bon nombre d’officiers de l’armée de l’air sont très préoccupés par les OVNIs. Cependant, pour des motifs de secret d’État, de nombreux citoyens sont maintenus dans l’ignorance et incités à croire que ces objets volants non identifiés sont une absurdité. J’exige une action urgente de la part du Congrès afin de réduire les dangers liés à la loi du secret pour ce qui est de ces objets volants non identifiés. »

William Casey, ex-directeur de la CIA :

« Nous saurons que notre programme de désinformation est achevé lorsque tout ce que croira le public américain sera faux. »

William Colby, ex-directeur de la CIA :

« La CIA contrôle tous ceux qui comptent au sein des principaux médias. »

Victor Marchetti, ancien adjoint spécial du directeur de la CIA :

« Nous avons certainement été contactés – peut-être même visités – par des êtres extraterrestres, et le gouvernement des États-Unis, en étroite collaboration avec d’autres puissances nationales de la planète Terre, est fermement déterminé à dissimuler cette information au grand public. »

J. Edgar Hoover :

« Je le ferai (étudier les ovnis), mais avant d’accepter de le faire, je dois insister sur la nécessité d’avoir un accès libre et total aux disques volants qui ont été récupérés. Par exemple, dans le cas de Los Angeles, l’armée s’est emparée de ces disques, et elle ne nous permet pas d’y avoir accès pour procéder à un examen rapide. »

Général Douglas Mac Arthur, le 8 octobre 1955 :

« Les nations du monde devront s’unir car la prochaine guerre sera interplanétaire. Les nations de la Terre devront un jour faire front commun contre une attaque de peuples extraterrestres. »

Lord Dowding, Maréchal en chef de la Royal Air Force, août 1954 :

« Bien sûr les soucoupes volantes sont réelles et d’origine extraterrestre.

J. Allen Hynek :

« La recherche portant sur les OVNIs nous projette contre notre gré dans la science du XXIe siècle. »

Ben Rich :

« Nous avons déjà les moyens de voyager vers les étoiles, mais ces technologies sont cadenassées dans des ‘projets noirs’, soumis au secret-défense, et il faudrait une catastrophe naturelle ou un cas de force majeure pour qu’ils soient enfin divulgués, et ce, pour le plus grand bénéfice de l’humanité. »

« Il est temps de mettre fin à tous les secrets qui entourent ce sujet car il ne représente plus une menace pour notre sécurité nationale. Il est temps aussi de rendre disponible les technologies qui en découlent afin qu’elles puissent être utilisées dans le secteur privé. »

Professeur Hermann Oberth :

« Je crois sincèrement que les soucoupes volantes sont bel et bien réelles et qu’elles sont en fait des vaisseaux spatiaux en provenance d’un autre système solaire. Je crois qu’elles sont vraisemblablement dirigées par des observateurs intelligents qui appartiennent à une race qui pourrait fort bien observer la Terre depuis des siècles. Je pense aussi qu’ils pourraient avoir été envoyés pour conduire des enquêtes systématiques et à long terme, tout d’abord sur les humains, les animaux et la végétation et plus récemment sur les centrales nucléaires et les centres de production d’armement. »

« Les ovnis sont conçus et dirigés par des êtres de la plus haute intelligence, et sont propulsés par distorsion du champ gravitationnel, convertissant la gravité en énergie. Il n’y a aucun doute dans mon esprit que ces objets soient des sortes de vaisseaux interplanétaires. Mes collègues et moi sommes persuadés qu’ils ne sont pas originaires du système solaire, mais peut-être utilisent-ils Mars ou un autre corps céleste comme poste avancé. Ils ne sont probablement pas originaires du système solaire, ni même peut-être de notre galaxie. Nous ne pouvons pas nous prévaloir des avancées scientifiques dans certains domaines. On nous a aidés. »

Paul Hellyer, à Toronto le 25 septembre 2005 :

« Les ovnis sont aussi réels que les avions qui volent au-dessus de nos têtes… Le temps est venu de retirer le voile du secret et de laisser la vérité émerger, afin qu’un débat réel et sérieux au sujet de l’un des plus grands problèmes auquel notre planète ait à faire face aujourd’hui puisse être tenu. »

W. B. Smith :

« Ce sujet est celui qui porte le niveau de classification le plus élevé que celui de la bombe H. Les soucoupes volantes sont une réalité. Leur modus operandi est inconnu, mais un petit groupe d’experts, dirigés par le Dr Vannevar Bush, s’efforcent de comprendre comment tout cela fonctionne. Ce sujet est d’une importance capitale pour les autorités américaines. »

Mikhaïl Gorbatchev :

« Le phénomène ovni est une réalité, et il doit être traité avec le plus grand sérieux. »

John Swinton, ex-rédacteur en chef du New-York Times :

« Le travail du journaliste consiste à détruire la vérité, à mentir de façon patente, à pervertir les faits, à vilipender et à manipuler l’opinion au service des puissances de l’argent. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi! Nous sommes les outils obéissants des puissants et des riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies leur appartiennent. Nous ne sommes rien d’autre que des prostitués de l’intellect. »

Dan Rather, CBS News :

« Il existe une croyance selon laquelle vous pouvez manipuler la confiance entre les dirigeants et les dirigés. La meilleure façon d’y parvenir est de tenir la presse à l’écart. Par exemple, l’accès aux guerres récentes étaient extrêmement limité. Ce qui est en complète contradiction avec la politique officielle, qui prétend que l’accès maximale à l’information est compatible avec la sécurité nationale. Il y a eu une certaine époque en Afrique du Sud où des gens mettaient des pneus enflammés autour du cou de ceux qui ne partageaient pas leur vision des choses. Dans une certaine mesure, aujourd’hui aux États-Unis certains craignent qu’on leur passe un pneu enflammé autour du cou pour manque de patriotisme. Cette peur empêche les journalistes de poser les questions difficiles. Je dois humblement reconnaître que je ne suis pas exempt de cette critique. »

Erwin Schwinger :

« Dans l’univers, le nombre total des esprits est égal à un. »

Frank B. Salisbury :

« Je dois admettre que toute mention favorable des soucoupes volantes par un scientifique est considérée comme une extrême hérésie et condamne celui qui a fait une telle déclaration à être excommunié par le théocratie scientifique. »

Carl Gustav Jung :

« Une explication purement psychologique est exclu… les soucoupes affichent les caractéristiques d’un pilotage intelligent, qui est le fait de pilotages pratiquement humains… les autorités qui sont en possession d’informations ne devraient pas hésiter à éclairer le public d’une manière aussi rapide et aussi complète que possible. »

Edgar Mitchell :

« Je suis un astronaute américain et un scientifique expérimenté. Ma position encourage des gens haut placés à se confier à moi. Et je n’ai par conséquent plus aucun doute sur le fait que des Aliens aient déjà rendu visite à cette planète. Le gouvernement américain et des gouvernements du monde entier ont des milliers de dossiers concernant des observations d’OVNIs qu’on n’a pas pu expliquer. En tant que scientifique, il me paraît logique qu’il y ait au moins quelques unes d’entre elles qui témoignent de la présence d’un engin extraterrestres. En tant qu’ancien astronaute, les gens de l’armée qui ont accès à ces dossiers sont plus enclins à me parler à moi, qu’à des gens qu’ils considèrent comme tout simplement loufoques. Les histoires que j’ai entendu de la bouche de ces gens, qui sont bien plus qualifiés que moi pour parler d’OVNIs, ne me laissent aucun doute quant au fait que des Aliens aient déjà rendu visite à la Terre. »

« Quand j’ai appris que les Aliens existaient pour de vrai, ça ne ma pas vraiment surpris. Mais par contre ce qui m’a choqué quand j’ai commencé voilà dix ans à enquêter sur des rapports concernant les extraterrestres, c’est la proportion de preuves qui ont été cachées. Ce n’est pas seulement le gouvernement américain qui a gardé le silence sur les visites d’Aliens. Il serait présomptueux pour un Américain comme moi, de croire que les ETs auraient seulement choisi de rendre visite à mon pays. J’ai en effet entendu des histoires convaincantes au sujet de gouvernements du monde entier qui sont au courant des visites extraterrestres – y compris le gouvernement Britannique. »

Gordon Cooper – Astronaute : 

« Je pense que ces vaisseaux extraterrestres et leurs équipages viennent sur la Terre à partir d’autres planètes, ils sont donc légèrement plus avancés techniquement que nous. »

Peter A. Sturrock :

« La résolution définitive de l’égnime des OVNIs ne surviendra qu’au moment où on soumettre le problème à une étude scientifique ouverte et exhaustive respectant les procédures habituellement suivies par la science et par les administrations universitaires. »

« Bien que… la communauté scientifique ait eu tendance à minimiser l’importance des phénomènes OVNI, un certain nombre de scientifiques ont personnellement soutenu que les phénomènes étaient aussi réels que significatifs… Pour un scientifique, la principale source d’information sérieuse (outre ses propres expériences et observations) est le fait des revues scientifique. Mis à part quelques rares exceptions, une revue scientifique ne publie pas les rapports concernant les observations d’OVNIs. La décision de ne pas publier est prise par l’éditeur sur l’avis des critiques. Ce processus se renforce de lui-même; l’apparente absence de données confirme le point de vue qu’il y a rien sur les phénomènes ovni, et ce point de vue est à son tour un obstacle à la présentation de données pertinentes… »

Frank B. Salisbury :

« Je dois admettre que toute mention favorable des soucoupes volantes par un scientifique est considérée comme une extrême hérésie et condamne celui qui a fait une telle déclaration à être excommunié par la théocratie scientifique. »

John McCormack – Président de la Chambre des Représentants : 

« Je pense que l’Air Force n’a pas divulgué toutes les informations disponibles sur ces Objets Non Identifiés. On ne peut ignorer tant de sources incontestables. »

 

En 1980, le président Reagan fut informé de la présence d’extraterrestres, il confia ensuite à Mikhaïl Gorbatchev, environ 75% de ce qu’il savait à ce sujet. C’est à la suite de cet échange que M. Gorbatchev s’est considérablement rapproché des US. Lors de la seconde visite de Gorbatchev aux États-Unis, un reporter de CNN lui demanda : « pensez-vous que nous devrions nous débarrasser de toutes nos armes nucléaires ? » Avant que Gorbatchev ne puisse répondre, sa femme s’avança et déclara : « non, je crois pas que nous devrions nous débarrasser de toutes nos armes nucléaires parce qu’il y a des vaisseaux extraterrestres. » CNN a retransmis cet entretien durant une 1/2 heure à la une de ses gros titres; mais cet extrait a très vite disparu de l’antenne. La CIA était certainement mêlée à cela, puisque ses agents surveillaient CNN et les gros titres des médias internationaux à ce moment-là; ils ont donc étouffé l’affaire. 

Toutes nos sources d’électricité actuelles, des batteries aux usines de charbon en passant par les centrales nucléaires, sont confrontées au même problème. Lorsque le courant électrique est renvoyé à la source qui l’a initié (un dipôle ou un dispositif électromagnétique), il est détruit. En conséquence, l’énergie du champ magnétique se dissipe, ce qui ne laisse que 30% de rendement pour la charge, autant dire que les systèmes que nous utilisons depuis plus d’un siècle sont inefficaces. Naturellement, les compagnies d’électricité souhaitent que nos circuits soient inefficaces car elles réalisent de gros bénéfices sur chaque ampère que nous consommons. Par ailleurs, l’industrie des combustibles fossiles et nucléaire peuvent elles aussi prétendre à une bonne part de ces bénéfices, puisque c’est l’énergie qu’elles créent qui alimente ces dipôles.

Pour comprendre pourquoi tout va si mal alors que tout pourrait aller mieux, nous devons effectuer un retour en arrière, au XXe siècle et au brillant génie, Nikola Tesla, qui avait pris conscience que les humains peuvent exister et penser en 3 dimensions, mais que la nature (donc l’électricité) préférait fonctionner en 4 dimensions – la quatrième étant l’espace-temps. En appliquant un système haute tension à un champ électromagnétique dans un vortex contrarotatif, Tesla a laissé la nature réorganiser à la vitesse de la lumière le flux des charges dans le vide d’un générateur, ce qui lui permettait d’intégrer les aspect quadridimensionnels de l’énergie du point 0. De plus, alors qu’il s’attendait à une diminution du rendement énergétique, Tesla a découvert que le flux d’énergie contenue dans le vide du générateur ne diminuait pas au fil du temps. Tesla eut aussi l’idée qu’en utilisant un aimant permanent comme dipôle, le flux d’énergie repasserait à travers cet aimant permanent – ce qui l’empêcherait d’être détruit à condition qu’il soir soudé au dispositif.

Le dernier défi de Tesla fut de déterminer comment maîtriser ce flux constant d’énergie. La solution qu’il proposa était simple – il découvrit un matériau permettant de séparer le champ magnétique du vecteur du champ magnétique qui s’écoule en permanence de l’aimant, créant ainsi un courant d’énergie pouvant durer un milliard d’années et au-delà – soit un véritable système unifié générant des excédents d’énergie.

En 1901, N. Tesla avait pour ambition de se servir du champ magnétique de notre planète comme un gigantesque dipôle, et ce, afin de distribuer de l’électricité sans aucun fil à des bateaux se trouvant en mer – cette expérience aurait pu constituer la première étape d’un monde où l’énergie aurait été gratuite. Malheureusement, c’est à cet instant que JP Morgan est intervenu; ce riche banquier avait considérablement investi dans des fils de cuivre qui devaient être utilisés pour fournir de l’électricité aux maisons et aux entreprises. Morgan décréta qu’offrir l’électricité gratuitement aux gens était tout simplement un acte anti-américain. Par conséquent, avant même que Tesla ait pu mener à bien ces expériences, JP Morgan fit jouer ses relations à Washington, qui ordonna l’interruption de ces recherches et la confiscation des documents et inventions du scientifique, qui se retrouva dans la misère.

L’énergie du point zéro

Le cloisonnement des projets d’accès spécial, soit les projets portant sur les ovnis et les extraterrestres, s’est développé de manière exponentielle au début des années 1950 lorsque des responsables ont soudain pris conscience de ce que les scientifiques avaient développé en procédant par rétro-ingénierie. Les ovnis qui s’étaient écrasés au sol contenaient l’équivalent de la pierre de Rosette pour la physique des siècles à venir – soit un nouveau système de propulsion et de génération d’énergie permettant de planifier des voyages spatiaux interstellaires. Ce nouveau système pourrait remplacer tous les systèmes de propulsion et de générateur d’énergie existant sur Terre – entrainant ainsi un véritable bouleversement de l’ordre économique et géopolitique de la planète. Pour l’essentiel, cela signifie qu’un cercle restreint d’individus a acquis l’accès à une technologie permettant d’offrir à chaque foyer, chaque entreprise, chaque usine et chaque véhicule une source d’énergie abondante et gratuite.

Cela signifie aussi :

  • La cessation de l’importation de carburant en provenance de l’étranger.
  • La fin de la dépendance au pétrole, au gaz, aux centrales nucléaires et aux moteurs à combustion interne.
  • L’arrêt de la construction de routes; ces dispositifs d’énergie pourraient produire des effets antigravitationnels entraînant une masse nulle, ce qui permettrait l’avénement d’un mode de transport au-dessus de la surface su sol.
  • La fin de toutes pollution.

La source de cette énergie (définie comme le champ du point zéro) a rendu possible les voyages interstellaires. Pourtant cette énergie infinie n’est pas totalement inconnue des hommes.

Notre univers physique tridimensionnel évolue dans une immense mer d’énergie quantique; malheureusement les humains ne sont pas conscient de cette mer. Les scientifiques ont une vision différente, néanmoins ce derniers doivent penser autrement et sortir des sentier battus pour mieux comprendre le monde qui les entoure.

Le Dr Harold Puthoff fut un des premiers scientifiques ayant mené des recherches approfondies sur cette mer d’énergie. Une température de moins 273° C ou 0° Kelvin est considérée comme la plus basse de l’univers. Selon les lois de la physique newtonienne, toute activité moléculaire devrait cesser à la température du zéro absolu, et donc aucune énergie ne pourrait exister. Les scientifiques avaient l’habitude d’avancer les mêmes hypothèses sur les fonds des océans – pas de lumière, pas d’énergie, et donc pas de vie. Pourtant, lorsque nous avons envoyé des sous-marins pour explorer les profondeurs des océans, nous avons découvert que l’énergie jaillissait des conduits hydrothermiques et qu’il existait une véritable chaîne alimentaire, fondée sur la chimiosynthèse – soit un milieu favorisant la formation et la production de corps organiques sous l’effet d’une source d’énergie chimique, ce qui a conduit à l’apparition de la vie sur Terre.

Le Dr Puthoff, lorsqu’il a entrepris de mesurer le zéro absolu, il s’attendait à étudier un espace vide; cependant, il fut surpris de découvrir un véritable « chaudron » d’énergie en ébullition – soit un milieu dans lequel chaque centimètre carré était rempli de matière. À juste titre, il nomma cela l’énergie du point zéro. C’est cette énergie qui permet d’impulser de légères secousses aux particules subatomiques qui croissent ensuite ou disparaissent. En réalité, les photons entrent en collision et sont absorbés par d’autres particules subatomiques. Ce processus les excite jusqu’à ce qu’ils atteignent un état énergétique plus élevé, ce qui crée un échange d’énergie entre le champ du point zéro, qui est quadridimensionnel, et notre monde physique, qui est tridimensionnel. Bien qu’ils apparaissent seulement durant quelques millièmes, ou millionièmes de secondes, leur apparition en soi est une indication qu’une forme de vie magnifique existe par-delà le domaine physique et les limites de nos 5 sens – une source intarissable d’énergie gratuite.

Richard Doty fut un agent spécial du contre-espionnage qui travaillé au sein du Bureau des enquêtes spéciales de l’armée de l’air des États-Unis. Durant 8 ans, il eut pour mission d’enquêter sur les ovnis et sur la présence éventuelle d’extraterrestres à la base aérienne militaire de Kirtland au Nouveau-Mexique et à la base aérienne de Nellis (la Zone 51). À la fin de sa carrière, il lu un document à Washington où des scientifiques américains expliquaient quelle était la nature de l’objet en Plexiglas de forme rectangulaire trouvé à l’intérieur d’un ovni. Il s’agissait d’un dispositif d’énergie qui utilisait l’énergie du point 0. Ce dispositif était connecté d’une telle manière qu’il pouvait aussi bien alimenter une lampe électrique qu’une ville tout entière. Chaque ovni était doté d’un dispositif d’énergie similaire, bien que l’ovni qui s’était écrasé à Horse Mesa ait été équipé d’un dispositif d’énergie beaucoup plus volumineux que celui trouvé à bord de l’ovni qui s’était écrasé à Corona. R. Doty ne pensait pas que ces scientifiques savaient précisément comment cela fonctionnait, mais tous ces dispositifs opéraient de la même manière.

Richard Doty, agent spécial auprès du Bureau des enquêtes spéciales de l’armée de l’air des USA : « J’ai été stationné sur le site d’essais du Nevada, appelé aussi Zone 51. Lorsque j’y étais stationné en 1981 et en 1985, ce site était officiellement appelé ‘centre d’essais DET-3 de la base Edwards’. Ce que l’on appelle la Zone 51 recouvre deux sites : celui de Groom Lake et le site d’essais DET-3; il y a un site auxiliaire, Papoose, qui dispose d’une entrée souterraine. J’y ai passé 9 mois en tant qu’officier du contre-espionnage. Dans la Zone 51, une installation pouvait projeter des rayons laser pour aveugler les cameras satellites soviétiques qui survolaient notre territoire, les rendant ainsi inopérantes. Il y a deux complexes différents, qui sont extrêmement cloisonnés. Dans un de ces complexes, des vaisseaux extraterrestres sont conservés et étudiés alors que dans l’autre des vaisseaux sont construits par l’Homme en utilisant des méthodes de rétro-ingénierie. Cette installation souterraine abritait des vaisseaux extraterrestres. Les installations en surface, situées à l’extrémité du complexe, abritaient des vaisseaux de type ARV (Reproduction de Véhicules Extraterrestres) qui avaient été conçus en recourant aux techniques de rétro-ingénierie… 

Lorsque j’y étais stationné, j’ai vu des vaisseaux à propulsion anti-gravitationnels. Ils étaient équipés des fuselages de différents types d’aéronefs qu’ils avaient assemblés et qu’ils essayaient de faire voler. La plupart ne fonctionnaient pas, il y avait de nombreux écrasement au sol.

Les principales entreprises sous-traitantes qui travaillaient sur ce type de vaisseaux incluaient E-Systems, Johnson Systems, Sandia, Livermore, Los Alamos et Techtronics. Il y avait aussi General Electric et Motorola qui disposaient d’une vaste installation où ses ingénieurs étudiaient les systèmes de communication extraterrestres qu’ils essayaient de comprendre. L’entreprise Lockheed était également présente, ainsi que Northrop Grumman. EG&G était aux commandes à cette époque…

Lorsque je me trouvais dans le site souterrain, j’ai vu évoluer deux vaisseaux qui semblaient défier les lois de la gravité. Ils étaient de forme ovale et mesuraient environ 3 mètres de largeur et 6 mètres de longueur. Les ingénieurs du site les avaient équipés de trains d’atterrissage qui ne semblaient pas s’intégrer à la structure de ces vaisseaux. Ils étaient aussi équipés de hublots dont les vitres paraissaient fluides… Je n’ai jamais vu l’intérieur de ces vaisseaux, seulement l’extérieur. Un autre vaisseau, vraiment immense, était entreposé au complexe Papoose. Il donnait l’impression d’être un vieil aéronef qui s’était écrasé et avait été réparé. La surface qui recouvrait le fuselage de ces vaisseaux était d’une étrange nature; elle ne ressemblait pas à ce que des êtres humains auraient pu concevoir et bâtir. »

John F. Kennedy a eu bien des dossiers à gérer lors de sa brève présidence. Après le débarquement raté de la baie des Cochons et la crise des missiles de Cuba, Kennedy était conscient que les agences de renseignements devaient être mieux encadrées incluant le groupe qui gérait les opérations secrètes et contrôlait toutes les questions relatives aux ovnis et aux extraterrestres.

Kennedy avait aussi l’intention de diminuer la taille du complexe militaro-industriel, de mettre un terme à la guerre froide et de conclure une paix durable avec l’URSS. Il voulait aussi se désengager du Viêt-nam, dissoudre la CIA qui était impliquée dans des complots infâmes, incluant la vente de narcotiques, mais il voulait également que toute la lumière soit faite sur la question des ovnis.

Un document, qui était un résumé de la transcription des écoutes électroniques de Marilyn Monroe, était daté de la veille du jour où l’actrice avait été retrouvée morte dans son lit… Cette conversation décrit comment Marilyn Monroe, qui avait été éconduite par les deux frères Kennedy et qui était donc amère et blessé, a appelé Robert Kennedy et une personnalité mondaine de New-York, pour leur déclarer qu’elle allait organiser une conférence de presse afin d’informer le grand public de ce que John Kennedy lui avait révélé au sujet de ces objets de nature extraterrestres qui s’étaient écrasés au Nouveau-Mexique dans les années 1940. De toute évidence, le président s’était confié à elle, et ce, après avoir vu un vaisseau extraterrestre et des débris récupérés après divers écrasements.

Révélation d’un pilote : JFK savait à propos des extraterrestres et des ovnis alors qu’il était président…

 

Steven Greer et le projet Disclosure avec Marc Vallé sur NUREA TV

Divulgation auprès du grand public du Dr Steven Greer avec Nico&Marianne

 

Catégories :Divulgation

Tagué:, ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s