Spiritualité

Extrait de Conversation avec Dieu de Neale Donald WALSCH : Veux-tu me parler de l’âme, s’il te plaît ?

« Le plus grand enseignement du Christ n’a pas été de dire que nous aurions la vie éternelle mais que nous l’avions déjà. » Neale Donald Walsch

« Rien ne se produit dans ta vie -rien- qui ne soit d’abord une pensée. Les pensées sont comme des aimants qui attirent des effets vers toi ». Neale Donald Walsch

Veux-tu me parler de l’âme, s’il te plaît ?

Bien sûr. J’essaierai de te l’expliquer en tenant compte des limites de ta compréhension. Mais ne te laisse pas aller à la frustration si certaines choses n’ont «aucun sens» pour toi. Essaie de te souvenir que tu portes cette information à travers un filtre unique – un filtre que tu as conçu pour t’empêcher de trop te rappeler.

Dis-moi encore pourquoi j’ai fait cela.

Si tu te rappelais tout, la partie serait finie. Tu es venu pour une raison particulière, et ton divin dessein serait contrecarré si tu comprenais comment tout s’emboîte. À ce niveau de conscience, certaines choses resteront toujours un mystère, et c’est bien ainsi. Alors, n’essaie pas de résoudre tous les mystères. Pas d’un seul coup, en tout cas. Accorde une chance à l’univers. Cela se déroulera en temps voulu. Jouis de l’expérience du devenir.

Hâte-toi lentement.

Exactement.

C’est ce que disait mon père.

Ton père était un homme sage et merveilleux.

Peu de gens le décriraient ainsi.

Peu de gens l’ont connu.

Ma mère l’a connu.

Oui, c’est vrai.

Et elle l’a aimé.

Oui, c’est vrai.

Et elle lui a pardonné.

Oui, c’est vrai.

Tous ses comportements blessants.

Oui. Elle a compris, aimé et pardonné, et en cela, elle était, et reste toujours, un merveilleux modèle, une bienheureuse enseignante.

Oui. Alors… veux-tu me parler de l’âme ?

Que veux-tu savoir ?

Commençons par la première question, la plus évidente : je connais déjà la réponse, mais elle nous donne un point de départ. L’âme humaine existe-t-elle ?

Oui. C’est le troisième aspect de ton être. Tu es un être en trois parties composé d’un corps, d’un esprit et d’une âme.

Je sais où se trouve mon corps ; je peux le voir. Et je pense savoir où se trouve mon esprit – il est dans la partie de mon corps appelée ma tête. Mais je ne suis pas certain d’avoir aucune idée d’où…

Minute. Attends. Tu as tort sur un point. Ton esprit n’est pas dans ta tête.

Ah non?

Non. Seul ton cerveau se trouve dans ton crâne. Ton esprit n’y est pas.

Où est-il, alors ?

Dans chaque cellule de ton corps.

Ho!

Ce que tu appelles l’esprit est en fait une énergie. C’est… la pensée. Et la pensée est une énergie et non un objet. Ton cerveau est un objet. C’est un mécanisme physique, biochimique – le plus grand, le plus sophistiqué, mais pas le seul des mécanismes du corps humain avec lesquels le corps traduit, ou convertit en impulsions physiques, l’énergie de ta pensée. Ton cerveau est un transformateur. Ton corps entier aussi. Chacune de tes cellules renferme de petits transformateurs. Les biochimistes ont souvent fait remarquer à quel point chaque cellule – les cellules sanguines, entre autres – semble avoir sa propre intelligence. En fait, c’est le cas.

Cela ne vaut pas seulement pour les cellules, mais pour de plus grandes parties du corps. Chaque homme au monde connaît une partie de son corps en particulier qui semble souvent avoir ses idées à elle…

Oui, et chaque femme sait à quel point les hommes tombent dans l’absurdité quand ils laissent cette partie-là de leurs corps influencer leurs choix et leurs décisions.

Certaines femmes utilisent cette connaissance pour contrôler les hommes.

C’est indéniable. Et certains hommes contrôlent les femmes à travers les choix qui sont faits et les décisions qui sont prises à partir de cette partie du corps.

C’est indéniable.

Tu veux savoir comment arrêter ce cirque ?

Absolument !

C’est ce que signifiaient les propos sur l’élévation de l’énergie vitale de façon à inclure les sept chakras. Lorsque tes choix et tes décisions proviennent d’un endroit plus grand que le lieu limité que tu as décrit, il est impossible, pour les femmes, de te contrôler, et tu ne cherches jamais à le faire non plus. La seule raison pour laquelle les femmes recourent à de tels moyens de manipulation et de contrôle, c’est qu’il ne semble y avoir aucune autre solution – du moins, aucune qui soit aussi efficace -, et sans moyens de contrôle, les hommes deviennent souvent… eh bien… incontrôlables.

Mais si les hommes faisaient plus souvent montre de leur nature supérieure et si les femmes faisaient davantage appel à cette partie des hommes, la prétendue «guerre des sexes» serait terminée. Comme la plupart des autres guerres sur votre planète d’ailleurs. Comme Je l’ai souligné plus tôt, cela ne veut pas dire que les hommes et les femmes doivent abandonner le sexe, ni que le sexe fait partie de la nature inférieure de l’être humain.

Cela signifie que l’énergie sexuelle à elle seule – lorsqu’elle n’est pas élevée vers les chakras supérieurs et combinée aux autres énergies qui rendent une personne entière – produit des choix et des résultats qui ne reflètent pas la personne entière. On ne peut pas prétendre que ce soit magnifique. La totalité de toi est la magnificence même, mais tout ce qui est moindre que la totalité de toi n’est pas magnifique. Alors, si tu veux être assuré de produire un choix ou un résultat qui ne soit pas magnifique, prends une décision uniquement à partir de ton chakra racine. Puis, observe les résultats. Ils sont tout à fait prévisibles.

Hum ! Je crois savoir cela.

Bien sûr que tu le savais. La plus grande question qu’affronte la race humaine n’est pas : Quand vastu apprendre ? mais Quand vas-tu agir à partir de ce que tu as déjà appris ?

Ainsi, l’esprit est dans chaque cellule…

Oui. Et comme il y a plus de cellules dans ton cerveau que nulle part ailleurs, il semble que ton esprit y soit. Mais ce n’est là que le centre de traitement principal, et non le seul.

Bien. Je comprends. Alors, où est l’âme ?

Où crois-tu qu’elle soit ?

Derrière le troisième oeil ?

Non.

Au milieu de ma poitrine, à droite de mon coeur, juste en dessous du sternum ?

Non.

D’accord, je donne ma langue au chat.

Elle est partout.

Partout ?

Partout.

Comme l’esprit.

Houp ! Minute ! L’esprit n’est pas partout !

Ah non ? Je croyais que tu venais de dire qu’il se trouvait dans chaque cellule du corps.

Ce n’est pas «partout». Des espaces existent entre les cellules. En fait, ton corps est constitué de quatre-vingt-dix-neuf pour cent d’espace.

C’est là que se trouve l’âme ?

L’âme est partout, dans, à travers et autour de toi. C’est ce qui te contient.

Minute ! Minute, à ton tour ! On m’a toujours enseigné que le corps est le contenant de l’âme. Qu’entendait-on alors par : «Ton corps est le temple de ton être» ?

Une figure de style. Elle est utile pour aider les gens à comprendre qu’ils sont plus que leur corps ; qu’il y a quelque chose de plus grand qu’eux. C’est le cas. Littéralement. L’âme est plus grande que le corps. Elle ne se transporte pas dans le corps, mais transporte le corps en elle.

Je t’écoute, mais j’ai encore de la difficulté à imaginer cela.

As-tu jamais entendu parler de l’«aura» ?

Oui. Oui. Est-ce cela, l’âme ?

C’est la meilleure approximation qu’on puisse en trouver dans votre langue, dans votre forme de compréhension, pour vous donner une image d’une réalité énorme et complexe. L’âme, c’est ce qui te retient ensemble – tout comme l’Âme de Dieu est ce qui contient l’univers et le retient ensemble.

Sensass ! C’est le contraire parfait de tout ce que j’ai jamais pensé.

Accroche-toi, mon fils. Les contraires ne font que commencer.

Mais si l’âme est, en un sens, l’«air qui est en nous et qui nous entoure», et si l’âme de chacun est la même, où une âme finit-elle et où une autre commence-t-elle ? Attends, ne me le dis pas, ne me le dis pas…

Tu vois ? Tu connais déjà la réponse !

Il n’y a pas d’endroit où «finit» une autre âme et où la nôtre «commence» ! Tout comme il n’y a nulle part où «s’arrête» l’air du salon et où «commence» l’air de la salle à manger. C’est le même air. C’est la même âme !

Tu viens de découvrir le secret de l’univers.

Et si tu es ce qui contient l’univers, tout comme nous sommes ce qui contient nos corps, alors il n’existe aucun endroit où tu «finis» et où nous «commençons» !

Hum !

Tu peux bien te racler la gorge autant que tu le veux. Pour moi, c’est une révélation miraculeuse ! Dis donc, je savais que j’avais toujours compris cela – mais maintenant, je le comprends !

C’est merveilleux. N’est-ce pas, que ça l’est ?

Tu vois, ce qui m’empêchait de saisir, auparavant, c’est que le corps est un contenant distinct, ce qui nous permet de distinguer ce corps- «ci» de ce corps- «là», et puisque j’ai toujours cru que l’âme résidait dans le corps, je faisais donc la différence entre cette âme- «ci» et cette âme- «là».

Tout naturellement, oui.

Mais si l’âme est partout à l’intérieur et à l’extérieur du corps – dans son «aura», comme tu dis -, alors où une aura «finit-elle» et où une autre «commence-t-elle» ? Je peux le voir maintenant pour la première fois, vraiment, en termes physiques, comment il se peut que les âmes n’aient aucun contour et qu’il est vrai aussi, du point de vue physique, que nous ne faisons tous qu’Un !

Bravo ! C’est tout ce que Je peux dire. Bravo !

J’ai toujours cru que c’était une vérité métaphysique. Maintenant, je vois que c’est une vérité physique. Merde ! la religion est devenue de la science !

Ne dis pas que Je ne te l’ai pas dit.

Mais attends. S’il n’existe aucune frontière entre les âmes, cela veut-il dire qu’il n’y a pas d’âme individuelle ?

Eh bien, oui et non.

Une réponse qui sied vraiment à Dieu.

Merci.

Mais sérieusement, j’espérais une réponse plus claire.

Hé ! accorde-moi une chance. On va tellement vite que ta main te fait mal à force d’écrire.

Tu veux dire de griffonner furieusement.

Oui. Alors, reprenons notre souffle. Tout le monde relaxe. Je vais vous expliquer tout cela.

D’accord. Vas-y. Je suis prêt.

Tu te souviens de la divine dichotomie ? Je t’en ai parlé bien des fois.

Oui.

Eh bien, c’en est une autre. En fait, c’est la plus grande.

Je vois.

II est important d’apprendre à connaître la divine dichotomie et de la comprendre à fond, si on veut vivre avec grâce dans notre univers. Elle soutient qu’il est possible, pour deux vérités apparemment contradictoires, d’exister simultanément dans le même espace. Sur votre planète, actuellement, les gens ont de la difficulté à accepter cette idée. Ils aiment l’ordre, et tout ce qui ne cadre pas avec cette image est automatiquement rejeté.

Voilà pourquoi, lorsque deux réalités commencent à s’affirmer et semblent se contredire, on suppose immédiatement que l’une d’elles doit être fausse. II faut beaucoup de maturité pour voir et accepter qu’en fait, elles sont peut-être vraies toutes les deux. Mais dans le domaine de l’absolu – par opposition au domaine du relatif dans lequel tu vis -, il est très clair que la seule vérité qui est tout ce qui existe produit parfois un effet qui, lorsqu’on le voit en termes relatifs, ressemble à une contradiction.

Cela s’appelle la divine dichotomie, et c’est une partie très réelle de l’expérience humaine. Et comme Je l’ai dit, il est quasi impossible de vivre dans la grâce sans accepter cela. On est toujours en train de grogner, de se mettre en colère, de tout démolir, cherchant vainement la «justice» ou tentant sincèrement de réconcilier des forces contraires qui ne peuvent l’être, mais qui, par la nature même de la tension entre elles, produisent exactement l’effet désiré.

En fait, le domaine du relatif est structuré par ce genre de tensions, comme celle entre le bien et le mal. Dans la réalité ultime, il n’y a ni bien ni mal. Dans le domaine de l’absolu, il n’y a que de l’amour. Mais dans le domaine du relatif, vous avez créé l’expérience de ce que vous «appelez» le mal, et vous l’avez fait pour une très bonne raison. Vous vouliez faire l’expérience de l’amour, et non seulement «savoir» que l’amour est tout ce qui existe, mais vous ne pouvez faire l’expérience d’une chose lorsqu’il n’y a rien d’autre qu’elle.

Ainsi, vous avez créé dans votre réalité (et vous continuez de le faire chaque jour) une polarité du bien et du mal, en utilisant l’un pour expérimenter l’autre. Nous sommes donc ici confrontés à une divine dichotomie – deux vérités apparemment contradictoires qui existent en même temps, au même endroit. Précisément : le bien et le mal n’existent pas. Tout ce qui existe est amour.

Merci de me l’expliquer. Tu as déjà traité de ce sujet, mais merci de m’aider à mieux comprendre encore la divine dichotomie.

De rien. Maintenant, comme Je l’ai dit, la divine dichotomie la plus grande est celle que nous sommes en train d’examiner. Il n’y a qu’Un Seul Être, et par conséquent, Une Seule Âme. Et l’Être unique comprend bien des âmes. Voici comment fonctionne cette dichotomie. Tu viens de t’expliquer à toi-même qu’il n’y a aucune séparation entre les âmes. L’âme est l’énergie vitale qui existe à l’intérieur et autour (telle l’aura) de tous les objets physiques. En un sens, c’est ce qui «retient» en place tous les objets physiques. L’«Âme de Dieu» retient l’univers, l’«âme de l’homme» retient chaque corps humain individuel.

Le corps n’est pas un contenant, une «coquille» pour l’âme ; l’âme est un contenant pour le corps.

C’est cela.

Mais il n’y a pas de «frontière» entre les âmes – il n’y a aucun endroit où «une âme» finit et où «une autre» commence. Ainsi, en réalité, une seule âme retient tous les corps.

C’est juste.

Mais cette âme unique «se sent comme» une seule bande d’âmes individuelles.

En effet, c’est ainsi qu’elle se sent – en fait, c’est ainsi que Je me sens – et c’est voulu.

Peux-tu expliquer comment ça fonctionne ?

Oui. Alors qu’il n’y a pas de séparation véritable entre les âmes, il est vrai que l’étoffe de l’Âme unique est rendue manifeste dans la réalité physique à des vitesses différentes, produisant des degrés de densité autres.

Des vitesses différentes ? Quand la vitesse est-elle arrivée ?

Toute la vie est une vibration. Ce que vous appelez la vie (vous pourriez tout aussi bien l’appeler Dieu) est pure énergie. Cette énergie est toujours en vibration constante. Elle se déplace sous forme d’ondes. Les ondes vibrent à des vitesses différentes, produisant des degrés variables de densité, ou de lumière.

En retour, cela produit ce que vous appelleriez de multiples «effets» dans le monde physique – en fait, divers objets physiques. Mais tandis que les objets sont différents et distincts, l’énergie qui les produit est exactement la même. Permets-moi de revenir à l’exemple que tu as utilisé plus tôt : l’air entre ton salon et la salle à manger. C’est là un bon exemple de l’imagerie, qui est tout simplement apparue devant toi. Une inspiration.

Devine d’où.

Oui, c’est moi qui te l’ai donnée. Alors, comme tu disais, il n’y a aucun lieu précis entre les deux endroits physiques où l’«air du salon» s’arrête et où l’«air de la salle à manger» commence. Et c’est vrai. Mais il y a vraiment un endroit où l’«air du salon» devient moins dense. Où il se dissipe et devient «plus léger». Tout comme l’«air du salon». Plus on s’éloigne de la salle à manger, moins on sent l’odeur du dîner ! Ainsi, l’air de la maison est le même air partout.

II n’y a pas d’«air séparé» dans la salle à manger, mais cet air donne vraiment l’impression d’être un «autre air». Tout d’abord, il ne sent pas la même chose! Parce que l’air a pris des caractéristiques autres, il donne l’impression d’être un air différent. Mais tel n’est pas le cas. C’est le même air, apparemment différent. Dans le salon, tu sens le feu de foyer ; dans la salle à manger, tu sens le dîner.

Tu peux même aller dans une pièce et dire : «Ouf, l’air est lourd. Faisons entrer un peu d’air ici», comme s’il n’y avait pas d’air du tout. Et pourtant, il y a là autant d’air qu’il en faut. Ce que tu veux, c’est changer ses caractéristiques. Pour cela, tu fais donc entrer de l’air de l’extérieur. Mais c’est le même air, ça aussi. II n’y a qu’un seul air, qui circule dans tout, à travers tout et autour de tout.

C’est super ! Je saisis tout. J’adore ta façon de m’expliquer l’univers par des moyens que je peux complètement saisir.

Eh bien, merci ! Je fais de mon mieux. Alors, laisse-moi poursuivre.

S’il te plaît.

Comme l’air de ta maison, l’énergie de la vie – ce que nous appellerons l’«Âme de Dieu» – revêt des caractéristiques différentes lorsqu’elle entoure des objets physiques divers. En effet, cette énergie se coagule d’une façon particulière pour former ces objets. À mesure que les particules d’énergie se joignent pour former la matière physique, elles deviennent très concentrées. Écrasées. Poussées les unes vers les autres.

Elles commencent à «ressembler» et même à «donner l’impression d’être» des unités distinctes. C’est-à-dire qu’elles commencent à avoir l’air «séparées», «différentes», de toute autre énergie. Mais tout cela, c’est la même énergie qui se comporte autrement. C’est cet acte même de se comporter différemment qui fait en sorte que ce qui est Tout peut se manifester en tant que ce qui est multiple.

Comme Je l’ai expliqué dans le tome 1, ce qui est ne pouvait pas faire l’expérience de soi-même en tant que ce qu’il est avant qu’il ne développe cette capacité de se différencier. Ainsi, ce qui est Tout s’est séparé en ce qui est ceci et en ce qui est cela. (J’essaie ici de simplifier ce raisonnement.) Les «grumeaux d’énergie» qui se sont coagulés en unités distinctes qui contenaient des êtres physiques sont ce que vous avez choisi d’appeler des «âmes». Ce dont nous parlons ici, ce sont des parties de moi devenues vous tous. D’où la divine dichotomie : Nous ne faisons qu’Un. Nous sommes plusieurs.

Ouf ! c’est brillant.

À qui le dis-tu ! Je poursuis ?

Non, arrête ici. Ça m’ennuie. Oui, bien sûr, continue !

D’accord. À mesure que l’énergie se coagule, elle devient, comme Je l’ai dit, très concentrée. Mais plus on s’éloigne du point de cette concentration, plus l’énergie se dissipe. L’«air s’amincit». L’aura pâlit. L’énergie ne disparaît jamais entièrement, car elle ne le peut pas. C’est l’étoffe dont tout est fait. C’est tout ce qu’il y a. Mais elle peut devenir très très mince, très subtile – presque «absente».

Par contre, à un autre endroit (comprendre : une autre partie de soi-même), elle peut à nouveau se coaguler, une fois de plus «se grumeler» pour former ce que vous appelez la matière et ce qui «ressemble» à une unité distincte. À présent, les deux unités semblent séparées l’une de l’autre, mais en vérité, aucune séparation n’existe. Voilà, en termes très, très simples et élémentaires, l’explication de ce qui sous-tend tout l’univers physique.

Ouf ! Mais comment tout cela peut-il être vrai ? Comment puis-je savoir si je n’ai pas inventé tout cela ?

Vos scientifiques découvrent déjà que les briques de toute la vie sont les mêmes. Ils ont rapporté des pierres de la Lune et y ont découvert de la matière qu’on trouve dans les arbres. Ils dissèquent un arbre et y découvrent la même matière qu’en toi. Je te dis ceci : Nous sommes tous de la même étoffe. Nous sommes tous de la même énergie, coagulée, comprimée de façons différentes pour former des formes autres et de la matière différente. Rien n’a d’importance∗ en soi.

C’est-à-dire que rien ne peut, tout seul, devenir matière. Jésus disait : «Sans le Père, Je ne suis rien.» Le Père de tout est pure pensée. C’est l’énergie de la vie. C’est ce que vous avez choisi d’appeler Amour absolu. C’est le Dieu et la Déesse, l’Alpha et l’Oméga, le Commencement et la Fin. C’est le Tout-en-Tout, Celui-Qui-Bouge-Sans-Bouger, la Source première. C’est ce que tu cherches à comprendre depuis le début des temps. Le Grand Mystère, l’Énigme Sans Fin, la vérité éternelle. Nous ne faisons qu’Un, et par conséquent, c’est CE QUE TU ES.

Conversation avec Dieu
Tome 3 – Chap.11
Maître Neale Donald WALSCH

 


Partagé sur www.eveilhomme.com et Jul Philip

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s