Divulgation

L’explosion de SpaceX le 1er sept 2016 : Un OVNI en cause?

Bonjour à tous,

L’article ci-dessous est l’œuvre d’un enquêteur qui me l’a transmis afin que je l’examine. Il s’agit de Chris Essonne, qui est le webmaster d’une chaîne youtube dédié aux OVNI (voir les vidéos de Fabienne).

Chris nous livre donc son enquête qui fait état de sa thèse concernant l’implication d’un objet inconnu aux caractéristiques non conventionnelles potentiellement responsable de l’explosion.

Il est vrai que lorsque l’on regarde la vidéo de l’explosion image par image, il apparaît flagrant qu’un OVNI se déplaçant très rapidement entre dans le champs de la caméra juste avant l’explosion…

Je vous laisse vous faire votre propre idée en étudiant son travail.

Un grand merci à Chris Essonne!

Eveilhomme

Pour commencer, voici la lettre d’introduction de Chris Essonne:


Brétigny sur Orge, le 25 novembre 2018

Bonjour,

Vous trouverez ci-dessous un article à propos de l’explosion de la fusée SpaceX le 1/9/2016. Cet article démontre qu’un objet inconnu aux caractéristiques non conventionnelles est responsable de l’explosion de la fusée SpaceX lors d’un test au sol, et que le message codé « 777 » nous a été envoyé.

J’ai d’abord publié un premier niveau d’information en collaboration avec le site ovnis-direct en octobre 2016

http://ovnis-direct.com/destruction-de-la-fusee-space-x-par-qui-comment-pourquoi-51981484.html

puis dans le magazine TOP SECRET de Juin 2017, avec des informations plus détaillées.

Ces informations ont été publiées un mois plus tard aux Etats-Unis sur le site « stillnessinthestorm »:

https://stillnessinthestorm.com/2017/07/engineer-concludes-2016-spacex-rocket-explosion-caused-by-uap-ufo/

Un dossier a été déposé au MUFON, cas #85160. Cette étude est citée en bas de la page d’accueil du MUFON de Floride www.flmufon.com. Officiellement, le MUFON ne reconnaît pas la thèse de l’OVNI, bien que le directeur des enquêtes pour l’état de Floride penche du côté de cette thèse sur un plan personnel.

https://www.fichier-pdf.fr/2017/07/31/report-spacex-explosion-response/report-spacex-explosion-response.pdf

J’ai créé deux nouvelles vidéos récemment, intitulées « Fabienne t ‘explique » parties I et II, et qui reprennent de manière didactique l’ensemble des calculs sous excel, mais en les simplifiant, au détriment d’une légère dégradation de la précision des calculs.

https://www.youtube.com/watch?v=5_7SDGIJDb4

https://www.youtube.com/watch?v=SzoJ6DtKipQ

La clé de cette nouvelle démonstration est la vitesse angulaire le long de la trajectoire de l’objet inconnu, qui est un invariant mathématique indépendant de la distance réelle de l’objet, et valant exactement 1.00 rad/s à ± 1 % au moment de l’explosion de la fusée. (cf https://www.youtube.com/watch?v=SzoJ6DtKipQ&t=510s )

Le deuxième point très important est le message codé « 777 » découvert dans cette analyse et qu’on peut interpréter comme le nombre des anges, à l’opposé de 666.

Il faut noter aussi l’information qu’avait donnée Benjamin Fulford de mémoire entre mi-juillet et début août 2016, comme quoi la Cabale avait reçu un ultimatum de la White Dragon Society, ultimatum expirant le 31 août 2016. Malgré mes recherches, il m’a été impossible de retrouver cet article sur le net. SpaceX a été détruite le lendemain de l’ultimatum.

En espérant que ces informations retiendront toute votre attention.

Chris Essonne

chrisfr91220@gmail.com


Voici ensuite l’article de Chris Essonne:

Fabienne t’explique … l’explosion de SpaceX le 1er sept 2016

Dans cette série de deux vidéos, Fabienne va prouver grâce à une démonstration mathématique imparable que l’explosion de la fusée SpaceX sur son pas de tir le 1er septembre 2016 n’est pas un accident contrairement à la thèse officielle, mais bien le fruit d’un acte délibéré par un objet inconnu, aux caractéristiques de vol extraordinaires.

et article va aussi démontrer un fait encore plus incroyable, à savoir que cet engin a envoyé le message codé « 777 » au moment où il a tiré sur la fusée.

Pour résumer les faits, le 1er septembre 2016, lors d’un test de routine 2 jours avant son lancement, la fusée Falcon 9 de la société SpaceX explose sur son pas de tir, la plate-forme 40 du Centre Spatial Kennedy à Cap Canaveral.

L’accident est filmé en haute définition par une association de vétérans US, USLaunchReport, spécialisée dans l’enregistrement des lancements de fusées à Cap Canaveral.

Dès le lendemain 2 septembre, plusieurs sites web signalent qu’un objet inconnu est suspecté d’avoir détruit la fusée.

http://www.veteranstoday.com/2016/09/02/ufo-destroys-israeli-weaponised-satellite-on-the-launch-pad/

https://www.exopolitics.org/spacex-rocket-explosion-linked-to-secret-space-war/

Rapidement, la polémique enflamme le web pour savoir si l’objet, invisible à vitesse réelle mais visible en image par image, a un lien direct avec l’accident. Trois théories s’affrontent :

  1. l’objet est un oiseau passant là par hasard,

  2. l’objet est un « fake » ajouté par l’auteur de la vidéo,

  3. l’objet est un objet volant non identifié directement responsable de l’explosion.

Elon Musk, CEO de SpaceX, fait lui-même appel à des témoignages sur le net pour aider l’enquête sur cet accident où la télémétrie de la fusée ne détecte aucune anomalie pouvant expliquer l’accident. Finalement, le 02 janvier 2017, la société SpaceX publie un communiqué signalant que l’enquête aboutit à la conclusion que l’accident est du à l’explosion d’un réservoir d’hélium (gaz inerte au passage) et obtient alors l’autorisation de l’administration fédérale de l’aviation américaine (FAA) de reprendre les vols, sans modification notable de la fusée Falcon9.

http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/spacex-explosion-lanceur-falcon-9-spacex-enquete-terminee-64151/

Peut-on croire à la version officielle ?

Des 3 hypothèses précédentes, laquelle est la bonne concernant l’objet vu au moment de l’explosion ?

Des oiseaux sont vus avant et après l’accident, mais, fait important, l’objet est éclairé par un flash lumineux au moment de l’explosion, ce qui pousse à croire qu’il se situe derrière la fusée, et non devant, sinon il aurait été vu à contre-jour. Toute la question est donc de voir quelles caractéristiques de vol il est possible de déterminer à partir de cette unique vidéo.

Dans la vidéo de l’accident, le son de l’explosion est retardé de 12 secondes par rapport à l’image, et sachant que le son parcourt 1 km en 3s, on en déduit facilement que la caméra de USLaunchReport est placée à 4 km du pas de tir. La scène est donc filmée au téléobjectif avec un fort grossissement estimé à x17. Dans ces conditions, la résolution de l’image peut être considérée comme constante sur l’ensemble de l’image.

Avec cette hypothèse que l’objet passe derrière la fusée, on considère dans un premier temps que sa distance est équivalente à celle de la fusée, soit 4 km, ce qui nous permet d’utiliser la SpaceX comme règle pour mesurer des distances puis des vitesses dans les images.

spaceX

Une vidéo au ralenti x250, initialement à 60 images/s , a été publiée le jour même : https://www.youtube.com/watch?v=HXqG-R8O39g

Cette vidéo apporte 15 images de l’objet, base de toute cette étude. Elle est désormais censurée par Youtube.

Rajout de Eveilhomme à l’article original: voici quelques images en diaporama capturées par mes soins, sur certaines images au moment de l’explosion, nous voyons que l’objet en question semble avoir la forme d’un triangle (ce type d’appareil existe au sein du programme spatial secret).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un premier calcul rapide donne alors une estimation de vitesse de l’objet de 2500 km/h en entrant dans le champ de vision par la droite, et de 2000 km/h en sortant du champ de vision par la gauche, si l’hypothèse d’un passage derrière la fusée est exacte.

Ce rapide calcul tend à éliminer l’hypothèse d’un oiseau, ainsi que l’hypothèse d’un fake, où on s’attendrait plus à une vitesse constante, c’est pourquoi on va chercher à étudier plus en détail l’hypothèse d’un objet non identifié.

Cette étude va révéler que les positions de l’objet obéissent à des propriétés mathématiques remarquables.

Le procédé de reconstitution de la trajectoire ne nécessite qu’un peu de mathématiques. En supposant que l’objet n’est pas un oiseau ni un trucage vidéo mais un objet bien réel, il est naturel de supposer que l’objet a une vitesse constante durant les 0.25 s que dure la séquence, et connaissant les déplacements de l’objet dans le champ de vision selon les deux axes x (horizontal) et y (vertical), il est aisé d’estimer le déplacement de l’objet dans l’axe z (profondeur) à partir de la conservation de la vitesse et des 3 composantes de vitesse sur les trois axes (vx ,vy , vz) :

v² = vx² + vy² + vz² = constante

De là, il est alors facile de reconstituer la trajectoire de l’objet, tel qu’expliqué dans les deux vidéos suivantes :

ou celle avec les explications de Fabienne en début d’article (partie 1).

Cette analyse aboutit à obtenir pour chaque image les coordonnées précises (x,y, z) de l’objet dans l’espace. On constate alors que la trajectoire obtenue est une courbe plutôt régulière. Tout porte à croire que l’objet est bien réel, plutôt qu’un oiseau, mais les éléments ne sont pas suffisamment indiscutables pour trancher définitivement en faveur de cette hypothèse, les seuls arguments à cet instant étant qu’un oiseau a une faible probabilité de donner une trajectoire aussi régulière et que l’éclairage de l’objet au moment de l’explosion milite pour un passage derrière la fusée.

On peut par contre dès à présent écarter l’hypothèse d’un trucage vidéo car il paraît impensable qu’un faussaire, pressé par le temps, pense à faire tous ces calculs avant de publier les deux vidéos le jour même. La logique voudrait qu’un faussaire utilise une trajectoire rectiligne et donc des espacements constants entre chaque image.

Le raisonnement mathématique qui permet d’estimer la vitesse de l’objet dans chaque image à partir de chaque position peut s’appliquer à nouveau sur les vitesses pour obtenir les accélérations selon les 3 axes x,y,z.

Les résultats deviennent plus instables et moins précis à cause de la précision de mesure dans les images limitée au pixel près. Une technique mathématique de filtrage permet de remédier à cette instabilité et d’estimer les positions les plus probables avec une précision inférieure au pixel.

Une fois ce filtrage réalisé, il est alors possible de dessiner la courbe d’accélération totale sur la période de 0.25s que dure la séquence. De même que la vitesse était déjà incroyablement élevée pour un objet au niveau de la mer (Mach 2.3), les accélérations sont tout aussi inimaginables, et comprises entre 80g et 400g : l’objet rentre par la droite dans le champ de vision en virage serré à 350g, adoucit sa trajectoire jusqu’à ne subir « que » 80g au moment du tir, puis resserre son virage au moment de sortir du champ de vision par la gauche à 400g.

spaceX2

Cette analyse complémentaire des données permet d’obtenir des arguments indiscutables : l’accélération est minimale en même temps que la distance à la fusée est minimale soit une image avant l’explosion, caractéristique évidente d’un comportement intelligent de l’objet !

Malgré ces caractéristiques mathématiques difficilement conciliables avec le vol d’un oiseau (même à un facteur d’échelle près si l’oiseau est beaucoup plus près), ou avec le trucage d’un faussaire, nombreux sont encore les sceptiques qui réfutent la thèse de l’objet intelligent.

De telles caractéristiques de vol sont impossibles avec la technologie terrestre officiellement connue mais sont couramment rapportées dans les témoignages liés au phénomène OVNI. De tels engins sont supposés utiliser une gravité artificielle aussi appelée électro-gravité à la fois pour se déplacer et contrer les frottements de l’air ambiant.

Une telle hypothèse conforte également l’hypothèse du tir qui ne peut avoir lieu que lorsque la distance est minimale. En effet, ces engins baignent dans un champ de gravité artificielle intense, et une arme à énergie dirigée verrait son faisceau d’énergie dévié selon la théorie de la relativité générale s’il est tiré en oblique.

Pour éviter un tel désagrément, il faut que le tir soit dans le même axe que l’accélération subie, perpendiculaire à son déplacement dans un virage, ce qui implique que la distance à la cible soit minimale.

C’est alors qu’un élément nouveau apparaît le 19 février 2017, lors du 2eme tir de SpaceX depuis l’accident. Pendant la diffusion en direct de la phase d’atterrissage du premier étage un objet inattendu passe près de l’étage n°2 toujours en orbite et se voit très clairement dans le champ de vision de la caméra au tout début de la vidéo (à 0’10 »). D’où vient cet objet ? A-t-il un rapport avec l’explosion du 1-09-2016 ?

Ces interrogations poussent à continuer les recherches sur l’explosion de SpaceX, et aboutissent à la création d’une nouvelle vidéo avec une reconstitution 3D de la scène.

https://www.youtube.com/watch?v=AFEhH-p-zHQ

Cet objet inconnu sera identifié par la suite comme le nouveau nez de la fusée SpaceX, et n’a donc rien à voir avec l’accident précédent, mais, sans cette méprise, ces recherches n’auraient pas repris et les découvertes dans cette vidéo 3D n’auraient jamais eu lieu. C’est donc une heureuse coïncidence.

Cette méprise ne remet pas en cause les calculs et conclusions obtenues sur la vidéo de l’explosion du 1/9/16.

Une vidéo rectificative a été publiée dans la foulée, avec de nouvelles révélations.

La reconstitution 3D est à l’origine de 3 nouvelles découvertes remarquables :

– au moment du tir supposé, la distance entre l’objet et la fusée est exactement égale à 100 m, comme l’explique Fabienne dans la première partie de sa démonstration.

– la vitesse angulaire de l’objet au moment du tir est égale précisément à 1.0 rad/s,

– les trois paramètres de vitesse, d’accélération, et de rayon de courbure au moment du tir sont estimés respectivement à 777 m/s, 777 m/s2, 777 m avec une erreur relative de 1 %.

Ce nombre « 777 » peut être interprété comme le nombre des anges gardiens, à l’opposé de 666.

Comme l’explique Fabienne dans la seconde partie de la démonstration, autant les valeurs de profondeur, vitesse, accélération de l’objet sont des valeurs liées à l’hypothèse que l’objet passe derrière la fusée et peuvent être remises en question par les sceptiques, autant la valeur de la vitesse angulaire de l’objet, précisément égale à 1.0 rad/s au moment du tir, est une valeur absolue, car c’est un invariant mathématique égal à accélération/vitesse insensible aux hypothèses de distance.

Pour trancher définitivement, il est même possible d’estimer la probabilité qu’un oiseau passant par hasard produise ne trajectoire avec les mêmes propriétés mathématiques, et cette probabilité est estimée à 1/1000000.

https://www.youtube.com/watch?v=SzoJ6DtKipQ&t=585s

En conclusion, il est clair que cet objet est bien réel, et toutes les caractéristiques remarquables de la trajectoire confirment l’hypothèse que cet objet est sous contrôle intelligent et est directement la cause de l’explosion de la fusée Falcon9, contrairement à la thèse officielle de la société SpaceX.

Le message codé « 777 », interprété comme le nombre des anges, laisse penser que ceux qui sont intervenus ont une démarche protectrice, et il est fort possible qu’ils aient un lien direct avec le groupe « Sphere Alliance » régulièrement cité dans les articles de Michael Salla ou les déclarations de Corey Goode.


Partage libre en incluant le lien: Trouvé sur www.Eveilhomme.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s